LA MALADIE, “LE MAL-A-DIT” – Que dis votre mal-être, maladie, maux ?

Publié par SEO250045 le

APPRENEZ LE LANGUAGE DES MALAISES ET DES MALADIES

Sur l’ouverture de conscience…
Dédié à tous les chercheurs de Vérité

J’accepte ↓♥ ma guérison

Prendre conscience de qui je suis et de ce que je suis en train de devenir est toujours très excitant, quand ce que je découvre de moi-même et par rapport aux autres est beau et positif. Qu’en est-il lorsque les découvertes qui résultent d’un cheminement personnel, quel qu’il soit, m’amènent à voir des facettes cachées de ma personne, impliquant la nécessité que je devienne conscient des malaises et des maladies qui m’ont touchée ou qui auraient probablement pris place à l’intérieur de mon corps ?

J’ai réalisé que les maladies s’installent subtilement à cause d’émotions mal gérées et, qu’en apprenant à réharmoniser ce tourbillon d’émotions de toutes sortes qui nous habitent, nous pouvons avoir le pouvoir de guérison sur n’importe quel malaise ou n’importe quelle maladie que nous avons laissé s’installer en nous et maître dans notre Temple de Chair.

Bien sûr, la responsabilité que j’ai acceptée ↓♥ de reprendre, par rapport à ma santé, a été un long processus d’introspection et de remise en question de mes valeurs et surtout, m’a apporté la certitude que j’ai le pouvoir de me guérir.

Nous avons tous été dans notre vie au moins, une fois, « malades » et le fait de « décortiquer » la cause d’un mal qui nous affecte, ou qui affecte une personne proche, nous amène à nous détacher (c’est-à-dire d’appréhender la maladie de façon positive, afin de nous défaire de l’emprise négative que nous lui permettons d’avoir sur nous) pour devenir témoins, et non plus victimes, de tous ces maux.

Que chacun d’entre nous devienne de plus en plus autonome, de plus en plus capable de reconnaître d’où proviennent les malaises et les maladies qui l’affectent ou pourraient l’affecter. Cette reconnaissance servira de prévention et apportera les changements nécessaires dans notre vie afin de recouvrer la santé. Il s’agit d’un complément extraordinaire qui s’ajoute à la multitude de techniques qui existent déjà, tant au niveau de la médecine traditionnelle que des médecines nouvelles, et qui s’avère essentiel non seulement pour une guérison au niveau physique, mais aussi au niveau du coeur (de l’amour) ↓♥, là où a lieu la vraie guérison…

À VOTRE SANTÉ !

La santé a toujours été un sujet préoccupant pour moi. En effet, nous sommes tous différents et que nous avons des prises de conscience différentes à faire, dans notre cheminement personnel. Ainsi, le phénomène de rejet pourra déclencher une maladie chez l’un et pas chez l’autre. Cela dépend de la façon dont je me suis senti affecté, consciemment ou inconsciemment. Si mon stress psychologique est suffisamment grand, il sera transposé, par le cerveau, dans un stress biologique sous forme de maladie.

La physique m’a enseigné qu’à une cause est lié un effet bien réel. C’est cette loi de cause à effet que, plus tard, j’ai pu appliquer au domaine des émotions et des pensées, quoiqu’il soit moins tangible que la physique. Mais est-ce bien vrai ? Même dans un domaine qui relève de la physique comme l’électricité, on travaille avec quelque chose que l’être humain n’a jamais vu : l’électricité. Car, en fait, on travaille avec les effets comme la lumière, la chaleur, l’induction électromagnétique, etc. De la même façon, les pensées et les émotions ne sont pas nécessairement physiques au sens propre du terme, mais peuvent avoir des répercussions physiques sous forme de malaises et de maladies. C’est pourquoi l’un des buts est de montrer qu’à quelque chose de non visible telles que les pensées et les émotions, répond une réaction physique et mesurable, très souvent, sous forme de malaises ou de maladies.

Puis-je mesurer la colère que je ressens ? Non ! Mais je peux mesurer ma
température lorsque j’ai de la fièvre.

Puis-je mesurer le fait que j’aie souvent l’impression d’avoir à me battre dans la vie pour obtenir ce que je veux ? Non ! Mais je peux mesurer la diminution de mes globules rouges lorsque je souffre d’anémie. Puis-je mesurer le fait que la joie ne circule pas suffisamment dans ma vie ? Non ! Mais je peux mesurer mon taux de cholestérol et voir qu’il est trop élevé, et ainsi de suite.

Alors, si je prends conscience des pensées et des émotions qui ont amené le malaise ou la maladie à se développer, se peut-il qu’en changeant mes pensées ou mes émotions, je puisse recouvrer la santé ? J’affirme que oui !
Cependant, cela peut être plus complexe ou plus profond que ce que je ressens consciemment.

C’est pourquoi je peux avoir besoin de faire appel à des personnes travaillant dans le domaine médical ou à d’autres personnes utilisant d’autres approches professionnelles pour m’aider à effectuer des changements dans ma vie. Si je dois me faire opérer et que je comprends ce qui m’a amené à vivre une telle situation, il est possible que je m’en remette beaucoup plus rapidement qu’une autre personne qui n’a pas voulu savoir ce qui se passait dans sa vie ou qui l’ignorait tout simplement.
De plus, si je n’ai pas compris le message de ma maladie, l’opération ou le traitement semblera faire disparaître cette maladie, mais cette dernière pourra se répercuter sur un autre aspect de mon corps, sous une autre forme, plus tard.

Il est à espérer qu’il y aura de plus en plus d’entreprises qui deviendront conscientes du bienfondé d’aider leurs employés dans leur cheminement personnel, sur le plan émotionnel. Cela permettra de diminuer davantage les accidents dans l’entreprise et le taux d’absentéisme, et augmentera l’efficacité individuelle. Si ma vie personnelle, familiale ou professionnelle fait que je ne me sens pas bien vis-à-vis de moi-même, j’aurai plus de chance de « m’attirer », même inconsciemment, une maladie ou un accident pour pouvoir partir en congé ou pour que l’on s’occupe de moi.

Ma détermination à relever les défis et le courage d’expérimenter des avenues nouvelles pour moi, me procureront un certain état de réalisation et de bien-être. Cet état de bien-être correspond à la santé physique, mentale et émotionnelle.
En fait, il existe plusieurs approches afin d’obtenir une santé optimale qui toutes ont leur importance, chacune d’elles agissant d’une façon ou d’une autre sur tous les aspects de notre être. 

Je dois rechercher le meilleur de ce qui existe dans chacune des professions. Lorsque je me retrouve devant un médecin, je me dis qu’il en sait plus que moi sur la médecine et que je dois être attentif à ce qu’il me dit et à ce qu’il me propose, me laissant le libre choix de décider par la suite de mon orientation. De même, lorsque je me retrouve devant un acupuncteur, je suis attentif à ce qu’il me dit ou au traitement qu’il me propose, parce qu’il connaît mieux que moi le fonctionnement de

l’équilibre énergétique de mon corps vis-à-vis de mes méridiens. Il en va de même pour toutes les autres professions.

En fait, il y a une partie à l’intérieur de moi qui sait ce qui se passe et qui
sait que ce qui est dit à mon sujet correspond à ce que je vis et que cela n’est pas dû au hasard. Il faut ici être prudent : je ne dois pas me sentir coupable de ce qui m’arrive et croire qu’on me dit que c’est ma faute si je suis malade.
Je suis responsable de ce qui m’arrive mais, dans la plupart des cas, ce n’est pas ma faute. C’est la méconnaissance des lois qui régissent les pensées et les émotions sur le corps physique qui m’amène à vivre des situations de malaises ou de maladies. Je dois donc prendre conscience de mon cheminement personnel ou, au sens large du terme, de mon cheminement spirituel. Là où j’ai découvert qu’il n’y avait pas ou peu d’amour, je dois redécouvrir que l’amour était présent quand même. Pas évident, me direz-vous ! Mais c’est comme ça. Si je me jette du haut d’un balcon et que je
me casse une jambe, vais-je dire que Dieu m’a puni ? En fait, il existe une loi que l’on appelle la loi de la gravité qui tend à me ramener au sol. Cette loi n’est ni bonne, ni mauvaise, c’est la loi de la gravité.
J’aurai beau argumenter et en vouloir à cette loi parce qu’à cause d’elle je me suis cassé une jambe ;
cela ne changera rien à la loi car LA LOI, C’EST LA LOI. Ainsi, on explique que toutes les maladies proviennent d’un manque d’amour. On dit que l’amour est le seul guérisseur. Alors, si cela est vrai, ne suffirait-il pas simplement d’y amener de l’amour pour voir la guérison se manifester ?

Cela est vrai, dans certains cas. En fait, c’est comme si l’amour devait entrer par certaines portes pour que la guérison se produise, par ces portes qui ont été fermées à l’amour lors de mes blessures antérieures. 

Voilà tout un champ de découverte et de prise de conscience !

Cependant, le seul fait de savoir d’où provient mon malaise ou ma maladie peut suffire à apporter des changements dans mon corps physique. Dans certains cas, le changement positif peut être de 50 % et peut même aller jusqu’à 100 %, soit la guérison complète.
Pour ma part, lorsque j’ai connu les cours de croissance personnelle et que j’ai pu prendre conscience des changements qui se déroulaient en moi, j’ai eu le sentiment que je commençais à renaître et j’ai vu poindre à l’horizon l’espoir de jours meilleurs. J’avais enfin trouvé un moyen de faire des changements importants dans ma vie et d’en voir les résultats. Il me fallait agir car j’étais en réaction par rapport à l’autorité, je vivais énormément de rejet, d’abandon et d’incompréhension. 

Je savais tout cela, mais encore fallait-il que je trouve le moyen de changer, de guérir mes blessures intérieures. C’est pourquoi je me suis engagé dans ce domaine d’activité qu’est la croissance personnelle. Mon travail avec le Reiki notamment, me permet de travailler sur moi-même tout en travaillant avec les autres, à les aider à ouvrir leur conscience. 

Je crois sincèrement que chacun d’entre nous peut se prendre en main de façon de plus en plus autonome et que chacun d’entre nous peut accéder à un degré de sagesse, d’amour et de liberté supérieur ! Nous le méritons tous.

En effet, l’être humain a facilement tendance à occulter, c’est-à-dire à faire disparaître de sa mémoire consciente ce qui le dérange. Ainsi, lorsque je lis cet article, je le fais avec les yeux de quelqu’un qui veut apprendre et être davantage conscient de ce qui lui arrive. Mon côté mental et intellectuel prend de l’information avec laquelle je vais avoir à travailler. Car le seul vrai pouvoir que j’ai, c’est le pouvoir sur moi-même ; je suis créateur de ma vie. Plus j’en suis conscient, plus je peux faire les changements appropriés.
Depuis un siècle, et plus particulièrement depuis les cinquante dernières années, nous avons fait un bond extraordinaire au point de vue technologique, ce qui a permis, dans bien des cas, d’améliorer nos conditions de vie. Malgré tout ce progrès, on ne se rend pas bien compte que la science n’a pas la réponse à tout et qu’il existe, sur cette planète, beaucoup d’hommes et de femmes qui souffrent de maladies. Que l’on vive dans des pays industrialisés ou en voie de développement, on doit prendre soin de soi et faire face aux questions suivantes : Qui suis-je ? Où vais-je ? Quel est mon but dans la vie ? compréhension, investigation, transformation.
Ceci constitue un document de recherche sur « l’aspect » métaphysique (pensées, sentiments, émotions) des malaises et des maladies. 

Allopathique : qui utilise un traitement médical dans le but de combattre la maladie. Ce terme sert habituellement à désigner
la médecine conventionnelle.
Holistique : qui tient compte de l’aspect global de la personne, c’est-à-dire l’aspect physique, mental et émotionnel et
même parfois, l’aspect spirituel.

↓♥ : Ce symbole, que l’on retrouve dans le texte, indique que je fais descendre la représentation mentale ou émotionnelle liée à la situation lue, de ma tête vers mon coeur ! Il s’y produit alors soit une guérison dans l’amour, soit le renforcement d’une attitude positive.

DICTIONNAIRE DES MALAISES ET DES MALADIES
DE A à Z


A
ABASIE
Bien que mes muscles et tout mon appareil locomoteur ne me causent pas de malaise, je ne peux que marcher partiellement ou en suis incapable. C’est mon système de commande situé au cervelet qui peut être affecté par une lésion, un trouble vasculaire ou une tumeur.
Cela provient parfois d’une grande peur en rapport avec mes pensées, qui a eu pour effet de me figer sur place. Cette peur ou culpabilité est liée au fait d’avancer dans la vie. Je me sens abattu. La vie « ici-bas » est un constant combat. J’ai l’impression de faire partie des défavorisés. Me sentant assis entre deux chaises, mettant en doute mes valeurs et fondements de ma vie, cela m’empêche d’aller de l’avant. J’ai beaucoup de difficultés à m’engager dans la vie.


J’accepte ↓♥ de trouver la cause de cette insécurité ou de cette culpabilité et de développer plus de confiance en moi. Je peux commencer à me visualiser en train de marcher de plus en plus aisément, en même temps que j’amplifie mon sentiment de confiance en moi. Je prends aussi conscience que la vie m’apporte les outils nécessaires « à mon avancement ».


ABCÈS OU EMPYÈME
VOIR AUSSI : INFLAMMATION
Un abcès est un type caractérisé d’infection par la formation et l’accumulation de pus
aux dépens des tissus normalement constitués. Il produit habituellement une saillie (une
bosse) et je le retrouve seulement sur le tissu corporel ou sur un organe. L’abcès est relié au
système lymphatique qui est en surcharge (rempli de toxines) et que l’organisme extériorise
par de la rougeur, de la douleur, de la fièvre.
L’abcès indique que je manifeste une réponse à la colère ou à une blessure
émotionnelle, à un sentiment d’irritation, de confrontation, d’incapacité, d’échec, de
vengeance que je n’arrive pas à exprimer de façon concrète (le pus étant relié aux fluides de
mon corps et à mes émotions). J’ai vécu un affront qui est difficile à accepter ↓♥. Il est
possible que je sois « tombé de haut », ayant voulu accomplir trop à la fois : mon
tempérament agressif me faisait avancer mais, au fond de moi, existait un doute, une
incertitude souvent reliée à une expérience passée douloureuse et humiliante que je voudrais
exorciser de ma vie mais qui est toujours présente. C’est souvent un excès d’irritation ou
de mécontentement vis-à-vis de moi-même, d’une personne ou d’une situation,
que je n’arrive pas à exprimer. Des pensées malsaines, pouvant aller jusqu’au désir de
vengeance « fermentent » et produisent ainsi l’infection et le pus. Je peux me sentir souillé.
Cette frustration retenue peut se présenter afin de faire aboutir une situation, c’est-à-dire
crever l’abcès. Elle peut produire chez moi un bouleversement mental (comme un
gonflement) entraînant le vide et l’épuisement. Ce type d’infection (abcès) est uniquement
une manifestation (ou une création) du mental, de mes pensées. Je me demande s’il y a un
secret que j’ai gardé pour moi, ou des pensées négatives que je retiens tellement, qu’elles sont
concentrées en un point de mon corps et souvent teintées de culpabilité. Il est grand temps
que je passe à autre chose, que je change d’attitude, si je veux améliorer mon sort… et mon
corps, avant qu’une infection plus généralisée ne se manifeste. Je suis crispé, tant
physiquement que mentalement, et j’ai à apprendre à placer mon attention sur le positif dans
ma vie et à utiliser mon énergie créatrice afin d’extérioriser tout mon Univers intérieur. De
plus, l’abcès correspond à un profond chagrin, voire du désespoir intérieur qui va
engendrer un sentiment profond d’impuissance ou d’échec. Le vide et l’épuisement peuvent
s’ensuivre. J’ai l’impression d’avoir tout perdu ou j’ai peur que cela arrive. Il apparaît à la
source du chagrin, c’est-à-dire que l’émotion vécue est associée à la fonction et à la partie du
corps où l’abcès se manifeste. Par exemple, s’il se situe sur ma jambe, il est relié aux
résistances et aux conflits et m’indique que je dois orienter ma vie dans certaines directions.
S’il se situe au niveau de mes yeux, il s’agit d’une difficulté à voir qui je suis, ce que je suis, où
21
je vais et ce qui va m’arriver. Au niveau de mes pieds, j’ai des difficultés, des interrogations
ou des peurs reliées à l’avenir ou à sa conception. À mes oreilles, c’est quelque chose que
j’entends. À mes hanches, j’ai de la difficulté à m’élancer dans la vie et ainsi de suite. Tout
cela est relié à mon habileté à me tenir debout, à exprimer mon indépendance et ma
liberté. J’accepte ↓♥ au niveau du coeur♥ de faire aboutir mes peurs, mes insécurités, mes
craintes, et mon abcès aboutira, lui aussi. L’abcès superficiel, accessible à la vue ou au
toucher correspond à une rage concernant des situations de ma vie qui peuvent être
« facilement identifiables ». Il possède également une correspondance avec la partie du corps
affectée telle que le cou, le dos, les doigts, etc. L’abcès profond peut se retrouver à
l’intérieur de mon corps et correspond à une déception par rapport à des sentiments plus
profonds de mon être. Selon sa position, un abcès peut avoir des conséquences graves. Par
exemple, s’il est logé au niveau du cerveau, il est lié à mon individualité et à l’idée que je me
fais de moi-même ; au niveau des poumons, lié à la vie ; des reins, lié aux peurs ; du foie, lié à
la critique. Je peux trouver pourquoi cette colère ponctuelle arrive dans ma vie en allant
voir la signification correspondante à la partie concernée. Je peux ainsi développer plus
d’amour et de compréhension dans la situation qui m’a amené à vivre cette colère. L’abcès
en bouton de chemise désigne un ou plusieurs abcès superficiels qui sont reliés à un
autre abcès profond ou à des tissus plus profonds. Il est donc invisible à l’oeil nu. Ainsi, mon
corps me dit que ma colère affecte maintenant ma vie extérieure et intérieure. C’est comme
si « cette irritation me transperçait le corps » et m’exprimait le besoin pressant de guérir
ces blessures par l’amour. L’abcès chaud entraîne habituellement une réaction
inflammatoire et peut se former rapidement. Le fait que l’abcès s’entoure fréquemment
d’une membrane indique bien que cela provient d’une pensée non bénéfique qui provoque de
la colère. L’abcès froid ne présente pas de réaction inflammatoire et sa progression est
plutôt lente. Il peut être dû à des champignons ou au bacille de Koch4. Ce type d’abcès
indique que ma colère se manifeste sous forme de déception ou de résignation par
rapport à une situation.
J’accepte ↓♥ les nouvelles pensées d’amour et je reste ouvert au niveau du coeur♥ à mon
entourage, plutôt que de fixer mon attention sur mes anciennes blessures, sur mon passé ou
sur certaines formes de vengeance. En prenant conscience de ce processus d’acceptation
↓♥, l’abcès sera alors appelé à disparaître définitivement.
4 Koch (Robert) : médecin allemand (Clausthal, Hanovre, 1843-Baden-Baden 1910). Il a identifié en 1882 le bacille (bactérie en
forme de bâtonnet) de la tuberculose. Il dénombre les modes de transmission de cette maladie et invente une méthode de
diagnostic. En 1905, il reçoit le prix Nobel de médecine pour l’ensemble de ses découvertes.
ABCÈS ANAL
VOIR : ANUS — ABCÈS ANAL
ABCÈS DU CERVEAU
VOIR : CERVEAU [ABCÈS DU…]
ABCÈS DU FOIE
VOIR : FOIE [ABCÈS DU…]
ABDOMEN
VOIR : VENTRE
ABLATION
VOIR : AMPUTATION
ACCIDENT
VOIR AUSSI : BRÛLURES, COUPURE
Un accident, tout comme une blessure, arrive lorsque mes émotions sont perturbées.
Il est très souvent synonyme de culpabilité ou de peur. Il est relié à mes culpabilités, à
ma manière de penser et à mon fonctionnement dans la société. Il dénote aussi une certaine
réaction envers l’autorité, même à plusieurs aspects de la violence. Il peut arriver que
j’aie de la difficulté à m’affirmer par rapport à cette autorité, à parler de mes besoins, de mes
points de vue, etc. Je me « fais alors violence » à moi-même. L’accident indique un
besoin direct et immédiat de passer à l’action. Le besoin d’un changement de direction est
tellement grand que la pensée utilise une situation extrême, voire dramatique pour me faire
prendre conscience que je dois probablement changer la route que j’emprunte
actuellement. C’est comme un moment de rupture dans un aspect de ma vie, un point de
non-retour et pas nécessairement au niveau de mon couple. C’est une forme
d’autopunition consciente ou inconsciente. La partie du corps, blessée durant
l’accident, est habituellement déjà malade ou affaiblie, que ce soit par une maladie, un
malaise, une coupure, une brûlure ou toute prédisposition aux accidents. L’accident me
permet d’observer cette faiblesse en la faisant remonter à la surface. L’accident fait aussi
référence à mon incapacité de me voir et de m’accepter ↓♥ tel que je suis. Puisque je suis
responsable à 100 % de mes actes et de ma vie entière, je peux m’expliquer
davantage pourquoi je me suis attiré telle forme d’accident. Attiré, dites-vous ?
Oui, car tout ceci vient de mes pensées les plus profondes, de mes patterns ou schémas de
pensées issus de mon enfance. Il est fort possible que je m’attire des punitions si, aujourd’hui,
j’ai l’impression de faire quelque chose et de ne pas être vraiment sage, et de me sentir
vulnérable. Exactement comme dans mon enfance ; lorsque j’étais puni quand je n’étais
pas sage. C’est enregistré dans mon mental et il est temps de changer mon attitude. Le côté
« moral » de l’être humain l’amène à se punir s’il se sent coupable, d’où la douleur, les
afflictions et les accidents. Il est essentiel de savoir que je peux me sentir coupable dans
une situation quelconque si, et seulement si, je sais que je fais du mal à autrui. Dans
toutes les autres situations, je suis responsable, mais pas coupable. Je dois
me souvenir que je suis ma propre autorité (dans le sens d’individu). J’ai besoin de prendre
ma place dans l’univers. Je dois cesser de me faire violence. Comme je l’ai écrit plus tôt,
l’accident est rattaché à la culpabilité et celle-ci à la peur par rapport à une situation.
La peur de ne pas être sage est souvent perçue sous l’aspect de la culpabilité plutôt que sous
celui de la responsabilité. L’accident m’oblige souvent à cesser ou à ralentir mes activités.
Une certaine période de questionnement s’ensuit. En restant ouvert et objectif par rapport à
moi-même, je découvrirai rapidement la ou les raisons de cet accident. Ai-je perdu le
contrôle d’une situation ? Est-il temps pour moi de changer d’orientation, de direction ? Ai-je
de la difficulté à écouter mes signes intérieurs ou mon intuition, si bien que je m’attire un
signe radical sur le plan physique ? J’ai tendance à être fataliste. Je m’en fais constamment
et je vis plus au niveau des suppositions que des faits et de la réalité. Ai-je observé comment
l’accident s’est produit ? Quel était mon état avant et après ? Il est très important de revoir
les conditions entourant l’accident ; j’analyse les mots utilisés et je prends conscience
qu’ils mettent en évidence ce que je vis au moment de l’accident. Si des plaies résultent de
cet accident ou blessure, je vis de la colère et du ressentiment par rapport à une
situation qui me déplaît au plus haut point. J’observe tous les signes et les symboles de
cette situation (accident) et j’écoute ma voix intérieure pour trouver une solution qui
m’évitera probablement d’aggraver tout ceci. La prédisposition aux accidents est un
état qui survient durant une relation conflictuelle avec la réalité, l’incapacité d’être
pleinement présent et conscient de l’univers tel qu’il se présente à moi. C’est comme si je
voulais être ailleurs. Je suis déconnecté de ce qui arrive autour de moi, peut-être parce que je
trouve ma réalité inacceptable ou difficile à vivre.
J’accepte ↓♥ de voir que j’ai besoin d’être plus branché sur moi-même pour découvrir
ma sécurité et ma confiance intérieures. J’arrête cette course effrénée et je prends le temps de
regarder ma vie. Je me remets en question par rapport à mes choix selon mes valeurs
fondamentales. J’accepte ↓♥ l’ouverture qui se crée afin de me sentir plus libre et heureux.
ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL — A.V.C.
VOIR : CERVEAU — ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL [A.V.C.]
23
ACCOUCHEMENT (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : GROSSESSE/ [MAUX DE …] / [… PROLONGÉE], NAISSANCE [LA FAÇON DONT
S’EST PASSÉE MA …]
L’accouchement est peut-être l’une des expériences de transition les plus
traumatisantes qui soient pour l’enfant qui naît. C’est un phénomène naturel ; moi, en tant
que femme, je délivre l’enfant que je porte. Les douleurs de l’accouchement peuvent être
reliées à plusieurs peurs, surtout celles de souffrir et d’accoucher, mais aussi à la douleur
accumulée par mon propre enfant intérieur. Les malaises ou les souffrances peuvent
aussi provenir du fait que l’enfant qui va naître va me rappeler constamment la réalité de
mon enfant intérieur et ma responsabilité vis-à-vis de lui. Je peux nourrir des inquiétudes
par rapport à cette partie de moi composée de ma chair et mon sang dont je
prends la responsabilité. Dans cette situation, comme dans bien d’autres, l’accouchement
amène plusieurs croyances plus ou moins fondées, par exemple celle qu’il faut souffrir pour
accoucher (comme pour être belle !). Ce qui n’est pas nécessairement vrai, surtout sur les
plans de conscience supérieurs. Les douleurs peuvent plutôt ramener en moi, surtout
inconsciemment, le souvenir douloureux d’être passé du monde de lumière à
celui plus limitatif de la matière corporelle. Des difficultés à l’accouchement
surviennent souvent lorsque j’ai peur de mourir pendant le processus ou peur que le bébé
meure, que cela soit conscient non. Cela est particulièrement présent si j’ai déjà perdu un
enfant ou que j’ai moi-même failli mourir. Lorsque je porte un enfant, j’ai un sentiment de
plénitude : le bébé à venir comble mon vide intérieur. Je me sens tellement en fusion avec
mon bébé que nous sommes comme les deux doigts de la main, inséparables. Au moment de
l’accouchement, je dois à nouveau faire face à ce vide qui a été extérieurement rempli
pendant un certain temps mais qui est toujours là intérieurement. Je peux donc vivre
l’accouchement comme un déchirement, une perte, une séparation douloureuse. J’ai pu
décider comment je vivais ma grossesse : ce que je mange, ce que je bois, l’exercice approprié,
je continue à fumer ou j’arrête… J’avais un certain contrôle sur les conditions dans lesquelles
je voulais que mon bébé passe les premiers 9 mois de sa vie, mais je n’ai maintenant plus de
contrôle sur comment va se passer l’accouchement. Je me sens impuissante dans ce
processus et une partie de moi peut résister à la venue au monde de ce bébé. Plusieurs autres
questions peuvent aussi surgir : Qu’est-ce qui m’attend après la naissance de cet enfant ? Estce
que je serai toujours aussi désirable pour mon conjoint ? Suis-je une bonne mère ? Mon
enfant a-t-il tout ce dont il a besoin ? Se peut-il que je ne désire pas accoucher parce que je
suis dans un état bienheureux, plus aimée et cajolée par mon conjoint.
Quoi qu’il en soit, accoucher est une expérience formidable. Elle permet de montrer
réellement mon habileté à faire face aux moments de transition et de changements futurs.
J’accepte ↓♥ de faire confiance, en sachant que j’ai toute la force et l’énergie nécessaires pour
mettre mon enfant au monde et m’en occuper correctement. Je profite de cette occasion pour
renaître à moi-même. J’accepte ↓♥ aussi de m’occuper de mon enfant intérieur : en étant
capable de me donner de l’amour qui remplira ce vide, je serai beaucoup plus présente pour
mon enfant.
ACCOUCHEMENT — AVORTEMENT, FAUSSE-COUCHE — ENFANT MORTNÉ
L’avortement, ou fausse-couche, est un arrêt de la grossesse avant le 180e jour (6,5
mois environ) de gestation. En général, on parlera d’avortement dans le cas
d’interruption volontaire de la grossesse (I.V.G.). Lorsque l’avortement est
spontané, c’est-à-dire quand il s’agit de la perte non provoquée du foetus, on parle de
fausse-couche. Lorsque la mort survient après 180 jours de gestation ou pendant le travail,
on parle d’un foetus (enfant) mort-né.
Lorsque je fais une fausse-couche, je me demande qui désirait un enfant, moi ou mon
conjoint ? Inconsciemment, j’ai peur que l’enfant à naître change ma vie de couple, mon
travail, mes habitudes. Je crains de ne pas posséder les qualités nécessaires pour devenir une
bonne mère et cela peut remonter à des moments vécus dans ma propre enfance. Est-ce que
24
je vais échouer dans mon désir d’être une bonne mère ? Est-ce que je vis pleinement ma
vie ? Ai-je un doute parce que ce n’est peut-être pas le bon moment pour avoir cet enfant ?
Est-ce que je ne veux un enfant que pour combler mon vide intérieur ? Je vis tellement
d’insécurité que j’ai l’impression de constamment « marcher sur des oeufs ». Moi, en tant
que mère, je peux vivre tellement dans une prison psychique qu’un enfant serait « trop »
pour le moment. J’ai besoin de liberté. Je veux m’évader, tout expulser. Je me sens étouffée
et il est peut-être préférable, tant pour moi que pour l’enfant, d’attendre et d’être plus forte et
centrée sur moi avant de donner naissance à un enfant. Il se peut aussi que l’âme qui devait
s’incarner ait changé d’idée ou que celle-ci n’avait besoin d’expérimenter que quelques mois
la vie sur cette terre. La vie pouvait apparaître comme une prison pour lui aussi. Dans
plusieurs situations, il y a grossesse gémellaire (plus d’un oeuf) et le corps ne fait que
rejeter un oeuf ou foetus. Le bébé qui survit sachant ce qui s’est passé pourra être
éternellement à la recherche de l’autre, de l’amour avec un sentiment de culpabilité d’avoir
survécu et pas l’autre… Je pourrai aussi m’empêcher d’avoir du plaisir, donc aussi des
orgasmes car je suis, dans un sens, porteur de mort. Dans le cas d’une I.V.G., je peux être en
réaction par rapport aux hommes et vivre beaucoup d’agressivité. Il arrive fréquemment que
je prenne du poids, celui-ci correspondant au poids de l’enfant qui aurait dû naître.
Quelle que soit la situation, j’accepte ↓♥ de rester ouverte au niveau du coeur♥ et de
mettre les énergies en mâche pour régler cette situation « immature » ; autrement, les
grossesses futures risquent d’être complexes et incomplètes. Amour, responsabilité et
respect mutuel des conjoints (s’il y a lieu) sont les sentiments essentiels qui doivent être
manifestés si je veux que mon enfant arrive à terme. J’apprends à bien prendre soin de moi.
Je m’engage à être heureuse et à m’aimer telle que je suis. Je recouvre ma liberté d’être qui je
suis. En étant capable de prendre les responsabilités et les décisions qui me reviennent, je
pourrai me faire le cadeau d’avoir un enfant et la force intérieure de le guider dans la vie.
ACCOUCHEMENT PRÉMATURÉ
Un accouchement prématuré a lieu entre la vingt-neuvième et la trente-huitième
semaine de l’absence des règles.
Lorsque ceci arrive, il se peut que je ne me sente pas suffisamment mûre pour porter cet
enfant à terme et que je souhaite, inconsciemment, me débarrasser de lui avant qu’il n’arrive
à terme. Je peux vouloir « rejeter » inconsciemment cet enfant, tout comme je peux me sentir
moi-même rejetée parfois. Je peux avoir gardé cette grossesse secrète, cachée d’une personne
de peur de sa réaction. L’angoisse, même inconsciente, d’avoir à assumer une responsabilité à
laquelle je ne suis pas prête, ou le fait que je ne me sente pas prête, peut me faire « désirer
ardemment accoucher le plus tôt possible » afin de faire cesser cette angoisse de l’attente.
De toute façon, que je veuille faire cesser cette angoisse ou que je renie cet enfant, cet état de
conscience est généralement nié. Je m’imagine le scénario, moi, une femme qui renierait
consciemment mon enfant ? C’est possible, mais cette situation se transforme la plupart du
temps en rejet inconscient de cette merveilleuse expérience.
Quoi qu’il en soit, j’accepte ↓♥ que tout soit arrivé pour le mieux, pour moi et pour
l’enfant à naître.
ACHILLE (TENDON D’…)
VOIR : TENDON D’ACHILLE
ACIDITÉ GASTRIQUE
VOIR : ESTOMAC — BRÛLURES
ACIDOSE
VOIR AUSSI : GOUTTE, RHUMATISME
L’acide est souvent relié à ce qui ronge le métal et à ce qui est amer (aigreur psychique).
Ainsi, l’acidose indique que j’ai refusé d’assimiler une situation qui s’accumule
maintenant à un niveau inconscient, entraînant sur le plan corporel un grand taux d’acidité
dans le sang ou dans le liquide dans lequel baignent les cellules. Assimiler signifie
résoudre, traiter, régler tout problème, situation ou conflit qui me dérange, que je refuse, qui
25
empoisonne mon existence ! Par exemple, je peux me demander quelle est la situation
(souvent de nature émotionnelle) qui me ronge intérieurement et qui me rend si amer par
rapport à la vie. Il est possible que je vive actuellement une situation qui fait remonter en
moi de l’insatisfaction concernant les rapports que j’avais avec ma mère. Je peux même
vivre une insatisfaction semblable avec mes enfants, des amis ou des employés pour lesquels
je me sens « comme une mère ». J’ai de la difficulté à m’arrêter ; je n’ose pas me
reposer, prendre du temps pour moi. L’acidose métabolique, en rapport avec mon
corps en général, reflétera mon côté amer envers la vie en général. L’acidose
respiratoire ou acidose gazeuse provient du fait que je n’élimine pas suffisamment
le gaz carbonique lors de ma respiration. Ainsi, mon côté amer dans la vie est plutôt en
rapport avec mes relations vis-à-vis de mon environnement et des gens qui m’entourent.
L’acidose habituelle des diabétiques est l’acidocétose. Cependant, l’acidose
lactique reste exceptionnelle. Toutes deux génèrent un coma et une déshydratation. Dans
le cas de l’acidose lactique, on retrouve une quantité excessive d’acide lactique dans le
sang. Puisque le sang transporte normalement la joie, il s’en trouve que mon côté amer dans
la vie, et tout ce qui s’y passe m’affectent grandement. C’est pourquoi je peux retrouver cet
état si je suis diabétique (qui correspond à de la tristesse profonde), si je vis de l’insuffisance
rénale (qui correspond à de grandes peurs par rapport à la vie), si j’ai la leucémie, une forme
de cancer du sang (qui correspond au fait que j’ai toujours l’impression d’avoir à me battre
dans la vie). Dans le cas extrême, le rhumatisme est la conséquence directe et parfois
inévitable de l’excès d’acidité qu’est l’acidose.
J’accepte ↓♥ de voir et de traiter au niveau du coeur♥ les situations de ma vie, même si
elles m’irritent et m’agacent. En mettant l’attention sur un processus conscient d’ouverture et
d’acceptation ↓♥, je peux éviter de supporter physiquement cette maladie douloureuse
(autant que son traitement !). Je résous les situations pour vivre davantage la joie, la
libération et la paix intérieure.
ACNÉ
VOIR : PEAU — ACNÉ
ACOUPHÈNE
VOIR : OREILLES — ACOUPHÈNE
ACRODERMATITE
VOIR : PEAU — ACRODERMATITE
ACROKÉRATOSE
VOIR : PEAU — ACROKÉRATOSE
ACROMÉGALIE
VOIR : OS — ACROMÉGALIE
A.C.V.
VOIR : CERVEAU — ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL [A.V.C.]
ADDISON5 (MALADIE D’…)
VOIR AUSSI : GLANDES SURRÉNALES
L’insuffisance de sécrétion de cortisol par les glandes surrénales génère la maladie
d’Addison6
C’est une forme de déception par rapport à moi-même. C’est un état extrême de
sous-alimentation émotionnelle et spirituelle. Avoir cette maladie peut signifier que j’ai vécu
beaucoup de soumission dans mon enfance, par rapport à l’un ou l’autre de mes parents. J’ai
pu me sentir agressé psychiquement, vivre un traumatisme ou une irritation intense où je
pouvais sentir ma vie en danger. J’ai l’impression qu’on « veut ma peau » et que je devrais me
sauver à toute vitesse. Cet état m’a amené à vivre une grande insécurité par rapport à l’avenir
et à douter grandement de mes capacités. Cette maladie se distingue par une attitude
extrêmement défaitiste, une absence de but ou d’intérêt pour moi-même ou pour ce qui
26
m’entoure. J’ai dû abdiquer, « jeter l’éponge » sans dire un mot et cela m’a brisé le coeur♥.
Je peux compenser mes déceptions par une dépendance à une substance quelconque ou par
rapport à une personne. Je me considère comme une victime angoissée. J’ai l’impression que
toute ma vie est faite de torture. Je vis beaucoup de colère contre moi-même. Je ne peux pas
recevoir l’amour des autres. Je vis beaucoup d’anxiété et d’antipathie.
J’accepte ↓♥ de prendre ma place, d’aller de l’avant, et de manifester l’énergie nécessaire pour
élaborer certains buts personnels, sans attendre l’approbation et le consentement de mon
entourage, peu importe l’importance de ma démarche (mon but). Je trouve une méthode qui
m’aidera à me connecter davantage à mon moi intérieur qui possède des ressources
illimitées et une estime de soi élevée. Je peux ainsi retrouver la maîtrise de ma vie.
5 ADDISSON (Thomas) : médecin anglais qui, en 1855, a décrit la maladie comme une insuffisance surrénalienne lente.
6 Glandes surrénales : glandes endocrines situées au-dessus des reins en forme de pyramide et qui ont pour fonction, lorsque ma
vie est en danger, de me permettre de développer une force surhumaine pour ma survie.
ADÉNITE
VOIR AUSSI : GANGLION [… LYMPHATIQUE], INFLAMMATION
Lorsque j’ai une inflammation de ganglion du système lymphatique, c’est que je vis de
l’insécurité reliée à de la peur sur le plan affectif. Je suis irrité dans une ou des relations et
j’aurai du mal à extérioriser mes frustrations qui se changent souvent en colère. C’est comme
si un bâton de dynamite était sur le point d’exploser ! La partie du corps qui est touchée me
donne une indication de l’aspect de ma vie dont il s’agit.
J’accepte ↓♥ de chercher à connaître la source de ma peine, afin de m’aider à prendre
conscience de la peur qui m’habite, pour développer ma confiance à pouvoir dépasser cette
émotion. Je dois l’extérioriser afin de m’en libérer.
ADÉNOÏDES
VOIR : TUMEURS, VÉGÉTATIONS ADÉNOÏDES
ADÉNOME
VOIR AUSSI : SEINS [MAUX AUX …], TUMEUR [S]
De façon générale, un adénome est une tumeur bénigne qui se développe aux dépens
d’une glande.
Comme toute tumeur, cela provient d’un choc émotionnel qui s’est densifié sur la partie
du corps reliée à ce choc, que ce soit le pancréas, un sein, la prostate et même les glandes
endocrines par exemple le foie ou les reins. Au lieu d’aller puiser à l’intérieur de moi, je vais
baser ma vie sur les opinions, croyances ou les paroles des autres. Je n’ai pas de vue
d’ensemble et j’ai de la difficulté à prendre des décisions, c’est-à-dire dans quelle voie me
diriger. Je fais du sur place. J’appréhende certains changements dans ma vie en intégrant
certaines idées nouvelles et je ne sais trop comment les mettre en application. Il m’est
difficile de dire NON à l’influence extérieure et d’aller chercher les vraies réponses à
l’intérieur de moi.
J’accepte ↓♥ les événements passés, afin de me permettre d’aller de l’avant, en toute
confiance. Je laisse ma créativité se manifester. J’écoute, en tout premier lieu, ma voix
intérieure qui sait ce qui est bon pour moi.
ADÉNOPATHIE
VOIR AUSSI : GANGLION [… LYMPHATIQUE], INFECTIONS, INFLAMMATION, TUMEUR [S]
L’adénopathie se caractérise par une augmentation du volume des ganglions
lymphatiques et peut provenir d’une inflammation, d’une tumeur ou d’une infection.
Puisque les ganglions du système lymphatique agissent comme des filtres du système
lymphatique, cela signifie que je vis un stress ou un choc émotionnel relié à des peurs sur le
plan affectif. Ainsi, je me sens bloqué, prisonnier sur ce plan-là. Si je vis un conflit, je garde
tout à l’intérieur de moi. J’ai de la difficulté à voir ce qui est bon ou mauvais pour moi. La
région affectée m’indique plus précisément l’aspect de ma vie qui est touché, que ce soit le
thorax, l’abdomen, le cou, l’aisselle, l’aine.
27
J’accepte ↓♥ de développer mon autonomie et ma confiance, afin de prendre ma vie en
main !
ADHÉRENCE
Les adhérences sont caractérisées sous la forme de soudure de deux organes du corps
par un tissu conjonctif.
Si « j’adhère » d’une manière excessive, ou si « je reste accroché » à des idées négatives,
malsaines ou inadéquates, à de la rancune, à de la haine, à de la colère vis-à-vis de
quelqu’un, à de la culpabilité, à des rêves illusoires, à une vie trop centrée sur le milieu
familial ou sur le foyer (par exemple, la mère couveuse), je risque de manifester des
adhérences au niveau des viscères7. Certaines sont pathologiques, c’est-à-dire qu’elles
surviennent à la suite d’une inflammation liée à de la rage ou à une tumeur quelconque qui
provient d’émotions refoulées, d’une situation que j’ai de la difficulté à digérer. Je vis de la
confusion par rapport à une ou des situations. J’associe des émotions et/ou des idées qui
n’ont aucun rapport entre elles. Je me sens perdu. Je suis comme un chien errant.
J’accepte ↓♥ de laisser s’en aller le passé, les vieilles idées et les pensées négatives qui
freinent mon bonheur. Je redonne aux autres ce qui leur appartient, leurs responsabilités. Je
vis dans le moment présent et je savoure chaque instant de ma vie.
7 Viscères : terme général pour désigner les organes contenus à l’intérieur du crâne, de la cage thoracique et de l’abdomen.
AGITATION
VOIR AUSSI : HYPERACTIVITÉ
L’agitation est un état qui va m’atteindre si je suis une personne très nerveuse, mais qui
réussit quand même à canaliser ses énergies du mieux qu’elle peut ! C’est proche d’un état
d’urgence, une insécurité intérieure que je ne peux contrôler, un processus d’extériorisation
des émotions, souvent un cri d’alarme pour montrer aux autres comment je me sens
intérieurement prisonnier, méfiant, peureux dans certaines situations, entreprenant mais
souvent maladroit et, surtout, très énervant pour les gens de mon entourage ! Si je suis très
agité physiquement et intérieurement, je peux vivre une forme de déséquilibre car j’ai de la
difficulté à rester « centré » (stable et ancré) en moi-même j’utilise donc cet état,
inconsciemment, parce que j’ai besoin d’augmenter ma confiance en moi, de me prouver que
je peux réussir, en attirant l’attention « Allez, regardez-moi ! ».
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que plus je suis en mesure de comprendre pourquoi
cette insécurité est en moi, plus je réussis à maîtriser l’agitation. Je reste calme, je
communique verbalement mes sentiments et mes besoins et tout ira pour le mieux.
AGNOSIE
VOIR AUSSI : ALEXIE CONGÉNITALE
L’agnosie est un trouble de la reconnaissance des objets, inexplicable par un déficit
sensoriel, et traduisant un déficit intellectuel spécialisé. Il existe pour tous les organes des
sens, vue, ouïe, parole, le toucher, l’odorat, le goût.
Si elle est visuelle, ce que je vois me rappelle certaines de mes blessures que je n’ai pu
maîtriser lorsqu’elles se sont présentées si je n’entre pas en contact avec mon environnement,
j’évite de me reconnecter à mes propres blessures. Lorsqu’elle est auditive, elle est
généralement accompagnée de troubles du langage, je me protège aussi des autres,
m’empêchant de communiquer et de créer des liens profonds et durables pour éviter de
souffrir si ce lien venait à se briser. L’agnosie tactile (toucher) m’empêche de rentrer en
contact physique avec ce qui m’entoure. C’est un peu comme un enfant qui découvre ce qui
est extérieur à lui si je suis en insécurité, j’ai peur de ce que je vais y découvrir et je fais en
sorte que mon corps ne soit pas capable de définir les objets. Elle me met en contact avec
mon impossibilité de construire certains éléments de ma vie. L’agnosie spatiale est
l’impossibilité de localiser un objet dans l’espace elle est en lien avec la désorientation ou la
perte de la mémoire des souvenirs car ils ont été trop douloureux pour moi, je n’ai donc plus
de repères. Je reste ainsi loin de ma propre nature et je ne peux me situer dans une société
puisque je me sens perdu.
28
J’accepte ↓♥ que toutes mes expériences passées fassent partie d’un processus
d’apprentissage. J’accepte ↓♥ de reconnaître et de regarder quelles sont les leçons à
apprendre. À partir d’aujourd’hui, je reste en contact avec la réalité et je réalise que c’est en
guérissant mes blessures intérieures que je reprends contact avec l’ensemble de ce que je
suis. Je peux par la suite être conscient de l’univers qui m’entoure et me sentir bien et libre.
AGORAPHOBIE
VOIR AUSSI : ANGOISSE, MORT, PEUR
L’agoraphobie vient des mots grecs AGORA (qui signifie place publique) et
PHOBUS (crainte). C’est la peur panique de la foule.
Elle est fortement reliée à une peur inconsciente de la mort. Si je suis atteint
d’agoraphobie, je suis probablement une personne très sensible, réceptive à plusieurs
niveaux (surtout psychique8) et possédant une imagination très fertile. Je suis très dépendant
sur le plan affectif et je n’ai jamais vraiment coupé le(s) lien(s) maternel(s). J’ai de la
difficulté à discerner mon vrai moi de ce que je crée sur le plan psychique, c’est-à-dire des
formes-pensées, ce qui entretient mes angoisses. Je suis semblable à une éponge : j’absorbe
les émotions d’autrui (surtout les peurs) sans discerner, filtrer ou protéger ce qui
m’appartient du reste et j’amplifie autant mes peurs que celles des autres. J’ai donc tendance
à me replier sur moi-même, à me sentir responsable de tout, à communiquer très peu sauf
avec la personne en qui j’ai énormément confiance, avec qui je me sens en sécurité ; je
m’isole donc par crainte de m’éloigner de cette forme de sécurité. Je suis comme un rat en
cage et j’ai tendance même à m’accrocher à cette personne, me sentant fragile et ne sachant
pas jusqu’où vont mes limites que je crée moi-même et qui briment ma liberté. J’ai de la
difficulté à assumer mon rôle d’adulte. Je peux même penser être atteint de folie et je dois
cesser de croire cela le plus tôt possible. Il m’est facile de tout « contrôler » à un
endroit où je suis en totale sécurité. Cependant, dès que je quitte celui-ci, tout s’effondre ! J’ai
peur du regard des autres, de leurs jugements. J’angoisse pour tout, comme si mes peurs
m’envahissaient à tel point que j’ai l’impression de perdre le contrôle ! Dès qu’une expérience
me stimule trop fortement (naissance, accident, décès, catastrophe), je risque de m’enfoncer
encore dans mes angoisses (les bruits, les gens, etc.), sans jamais trouver de situation
durable, d’où l’amplification de l’agoraphobie. De plus, mon niveau de critique est élevé
parce que je vis beaucoup d’insécurité, je fais peu confiance et je crois que les choses et les
situations ne vont pas aussi bien que je le voudrais donc, je critique. L’agoraphobie soustend
parfois un conflit avec ma mère, que je vais constamment critiquer. Cette dernière peut
s’être reposée beaucoup sur moi, vivant ainsi une forme de dépendance. La relation en
devient basée sur les attentes au lieu de l’amour. Je peux avoir senti alors un grand vide, et
celui-ci se fait sentir maintenant que je suis devenu adulte. J’ai tellement eu l’impression
d’avoir à fusionner avec ma mère (ou un autre adulte de référence qui souvent s’occupait de
mon éducation) que j’ai de la difficulté à être entouré de personnes car j’ai peur
inconsciemment d’avoir à fusionner avec elles, ce qui est trop me demander.
J’accepte ↓♥ de changer mon attitude dès maintenant. Je décide des directions à prendre
en sachant que j’ai pleine liberté de mouvements et d’actions. J’accepte ↓♥ une à une mes
peurs, telles qu’elles sont, car je sais qu’elles empoisonnent ma vie, mais elles peuvent aussi
me faire avancer ! J’apprends à m’aimer et à m’accepter ↓♥, à aimer mon côté
maternel et protecteur (mère), à me construire un univers physique et intérieur plein de
bonheur, sans critique ni dépendance. J’ai aussi avantage à m’exprimer dans ma
communication verbale et ma créativité. Je dois dépasser la crainte de « perdre ma place » et
être en harmonie avec moi-même ! Je reste responsable de mon bonheur, même si j’ai
tendance à croire que je détermine à la fois le bonheur et le malheur d’autrui. J’accepte ↓♥ de
prendre des risques et d’aller au-devant de mes craintes qui freinent mon pouvoir créatif.
Cela m’aidera à maîtriser davantage ma vie et mes pulsions intérieures. Une sexualité
équilibrée et active aura l’avantage de me faire décrocher de cette fixation émotionnelle, liée
au plan mental.
8 Psychique : au niveau de mes pensées, au niveau mental.
29
AGRESSIVITÉ
VOIR AUSSI : ANGOISSE, ANXIÉTÉ, NERFS [CRISE DE …], NERVOSITÉ, SANG —
HYPOGLYCÉMIE
L’agressivité est une quantité d’énergie refoulée qui découle, la plupart du temps, d’une
frustration vécue lors d’une expérience ou d’une situation.
C’est souvent inconscient, et cette frustration peut tellement empoisonner ma vie que je
choisis l’agressivité comme moyen d’expression (l’agressivité en est un), comme soupape
à toute cette pression existant en moi. C’est un moyen de me défendre car je me sens attaqué,
non respecté, abusé, tendu, incompris. Je veux que l’on me comprenne ! L’agressivité
diminue mon niveau de vitalité. Il peut m’être difficile de rester ouvert et de laisser couler
l’énergie. Il est évident qu’une personne en état d’agressivité se coupe temporairement, et
tout particulièrement de l’énergie spirituelle et de l’ouverture du coeur♥. C’est un réflexe
inné, instantané et irréfléchi de défense et de protection : je doute de ma valeur et j’ai
même tendance à me dévaloriser silencieusement, me disant que je ne suis pas à la hauteur.
Je me sens vulnérable, j’ai l’impression qu’un danger me guette. Mon impuissance m’amène
à vouloir attaquer ceux que je considère comme meilleurs ou plus forts que moi. Je peux
avoir l’impression qu’on m’empêche d’être moi-même, mais en réalité je me mets moi-même
des barrières et des limitations. Si je suis agressif, j’ai souvent le sentiment d’être le plus
fort car je décide d’attaquer le premier. Je me mets dans un état de domination-soumission et
je suis déchiré par rapport à moi-même. La personne par rapport à moi agit comme un
miroir. Je projette une partie de moi qu’il me reste à accepter ↓♥ et cela me pique au vif !9
Conséquence ? L’excitation s’amplifie, la tension monte et fait apparaître la contraction
musculaire ! Je suis raide et tendu, sur mes gardes, prêt à bondir contre les attaques ! Je suis
sur la défensive et je lutte contre mes angoisses. Que faire ?
J’accepte ↓♥ de rester ouvert, de travailler sur moi en premier, d’écouter mon intuition
et ma voix intérieure qui me protègent et qui guident mes pas. J’exprime mes émotions,
quelles qu’elles soient. J’accepte ↓♥ que ma plus grande force réside dans le fait d’être moimême
et que le vrai pouvoir que je peux manifester se trouve dans le fait d’être vrai, au lieu
de vouloir donner une image de « dur à cuire ».
9 Presse mon bouton : expression qui indique que l’on peut activer un élément déclencheur d’une réaction ou d’une émotion.
AGUEUSIE
VOIR : GOÛT [TROUBLES DU …]
AIGREURS
VOIR : ESTOMAC — BRÛLURES D’ESTOMAC
AINE
VOIR AUSSI : GANGLIONS [… LYMPHATIQUES], HERNIE
L’aine est la région unissant le ventre et la cuisse, en formant un pli. Lorsque cette
région est atteinte, soit par un abcès, une douleur ou un engorgement
lymphatique, il s’agit d’une coupure entre mes désirs (le plus souvent sexuels) et mes
actions. Je me replie sur moi-même et je n’exprime pas mon insatisfaction. Me sentant dans
une prison, j’en viens à ressentir de la haine. Je vis plus dans ma tête que dans mes
émotions et je me sens toujours pressé. Je résiste à mes besoins profonds de calme et de
repos. Je refuse de laisser s’exprimer mes élans créatifs. Je brime ainsi ma liberté, et ma
dynamique en est affectée. Suis-je en accord avec ce que je ressens et ce que je fais ? Une
hernie à ce niveau me montre que j’en ai assez de vivre pour les autres. Je m’accroche au
passé même si la façon dont j’ai vécu jusqu’à maintenant ne me satisfait plus. Je me suis forcé
de rester dans certaines situations (autant au niveau affectif qu’au travail) par peur
d’exprimer ma créativité. Ma vie paraît calme et sous contrôle de l’extérieur, mais je me
détruis intérieurement. Un gonflement des ganglions lymphatiques à l’aine
m’indique que je repousse ma vraie nature. Je me crée des obstacles qui deviendront « de
bonnes raisons » pour ne pas accomplir mes vrais désirs et passions.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à mes émotions et de laisser couler l’énergie. C’est ainsi que je
30
peux connaître la vraie liberté, en étant en contact avec tout ce qui m’habite et pouvant ainsi
l’intégrer et le dépasser.
AIR (MAL DE L’…)
VOIR : MAL DE MER
AISSELLE
VOIR AUSSI : ODEUR CORPORELLE
L’aisselle est un espace creux situé sous l’épaule, entre la face latérale du thorax et la
face interne du bras, contenant de nombreux vaisseaux et nerfs. L’aisselle permet la
sudation, la transpiration.
Elle est en relation avec mes forces les plus vieilles et les plus profondes et exprime de
quelle façon j’entre en contact avec celles-ci. Soit que je refuse mes émotions dites primitives
(par exemple sexuelles), de base ou au contraire qu’elles prennent toute la place. J’ai de la
difficulté à avancer car je mets de côté ce que me dit ma voix intérieure. Parce que mes
parents veulent que je m’abrite sous leurs ailes, je me sens limité dans ma capacité à me
différencier d’eux, à être « moi » ! Lorsque la transpiration est abondante au niveau
des aisselles, je déborde dans mes émotions, je vis de la nervosité et de l’angoisse. Il y a
une situation de ma vie que je ne peux sentir et que je garde secrète, « sous mon aile ». S’il y a
gonflement des ganglions à l’aisselle (adénopathie axillaire), je cache au plus
profond de mon être mes émotions et mes pulsions. Ne pouvant toujours les retenir, cela se
traduit par des comportements compulsifs et des ganglions qui gonflent. J’ai tellement
peur d’assumer ma vraie personnalité que je préfère me conformer aux autres. Toutefois, je
deviens dépendant d’eux et je suis coupé de ma nature profonde.
J’accepte ↓♥ de « sortir de ma coquille » au lieu de rester caché. Je laisse aller, ce n’est
plus bon pour moi. Je laisse s’exprimer mes forces intérieures naturelles, me procurant ainsi
toute l’assurance et le dynamisme dont j’ai besoin pour accomplir mes désirs profonds.
ALCOOLISME
VOIR AUSSI : ALLERGIES [EN GÉNÉRAL], CANCER DE LA LANGUE, CIGARETTE,
DÉPENDANCE, DROGUE, SANG — HYPOGLYCÉMIE
L’abus (« a bu ») des boissons alcooliques cause un ensemble de troubles physiquement, le
corps change et se crispe, les capacités et le fonctionnement du cerveau diminuent, les
systèmes nerveux et musculaires deviennent tendus et sur tendus. Semblable à toutes les
autres formes de dépendance, l’alcoolisme se manifeste principalement au moment où j’ai
besoin de combler un vide affectif ou intérieur profond, un aspect de moi-même
qui « empoisonne » vraiment mon existence ! Je peux boire à outrance pour diverses raisons
fuir ma réalité, quelle que soit la situation (conflit ou autre) parce que cela ne me convient
pas ; résister à mes peurs, à l’autorité (surtout paternelle) et aux gens que j’aime car j’ai
justement peur de me dévoiler au grand jour, tel que je suis ; me donner le courage d’aller
de l’avant, de parler, d’affronter les gens (remarquez que, si je suis un peu feelinglO, je suis
souvent plus ouvert car je suis moins focalisé sur mes inhibitions11 !…) ; me donner un sentiment
de puissance et de force ; me donner du pouvoir dans une relation affective parce que mon
état va sûrement déranger l’autre. Je ne vois plus les situations qui peuvent être dangereuses
pour moi. Je vis de la solitude, de l’isolement, de la culpabilité, de l’angoisse
intérieure, de l’incompréhension et une certaine forme d’abandon (familial ou
autre) et j’ai le sentiment d’être une personne inutile, sans valeur, inapte, inférieure et
incapable d’être et d’agir pour moi-même et pour les autres. Je me suis emprisonné dans des
principes trop rigides. Puisque je crois que je ne mérite pas l’amour et le bonheur, je me
retrouve dans un milieu froid où personne ne me comprend. Au lieu de bâtir des relations
solides avec les gens, je le fais avec l’alcool qui devient « mon meilleur ami ». Je ne trouve pas
ma place dans la société. Dans le passé, j’avais l’habitude de vivre intensément : je pouvais
avoir l’ivresse de la vitesse, des hauteurs, de la nature, etc. et elle a disparu de ma vie. J’ai
eu alors besoin « d’un p’tit remontant ». Souvent, je veux aussi fuir une situation conflictuelle
ou qui me fait mal en « noyant ma peine » ou toute autre émotion avec laquelle j’ai de la
difficulté à relever le défi. Je ne me sens pas aidé dans une situation et l’alcool devient mon
31
support, ma « béquille ». L’alcoolisme peut être relié à une ou à plusieurs situations qui
me créent une tension. Lorsque je prends un verre d’alcool, cette tension diminue dans un
premier temps et j’enregistre alors la relation qui semble être tension-alcool-bien-être. Ce qui
veut dire que lorsque je vis une tension, je prends un verre d’alcool et je me sens mieux. Par
la suite, il se peut que je développe un automatisme et qu’à chaque fois que je vis une
tension, l’information inscrite dans mon cerveau soit de prendre un verre d’alcool pour me
sentir mieux. Une des sources de l’alcoolisme est la difficulté que j’ai connue, étant enfant,
à transiger avec une famille où un de ces membres (et très souvent le père ou la mère) était
alcoolique : il y a généralement plus de discorde, parfois de la violence physique et
psychologique ou des abus de toutes sortes. Je peux même vouloir chercher à me dissocier de
la famille dans laquelle je suis et qui ne me convient pas. Il y a alors baisse de mon sens moral
les spectacles de discorde fréquents provoquent chez moi une dévaluation des images
parentales et la non-intégration des structures éthiques. J’aurais voulu réconcilier mes
parents n’étant plus capable d’évoluer dans ce foyer détruit à mes yeux. Dans certaines
familles aussi, l’accoutumance à l’alcool est favorisée par l’éducation, les adultes ayant amené
l’enfant que j’étais à boire par jeu ou rendant l’absorption habituelle et régulière de boisson
normale. Les troubles névrotiques et les altérations de la personnalité qui en découlent
sont des facteurs puissants d’alcoolisme chez moi qui suis devenu adulte. Même des
carences nutritionnelles peuvent conduire à la recherche d’une complémentarité alimentaire
procurée par l’alcool. L’alcoolisme peut aussi induire des états hypoglycémiques,
d’autant plus que les molécules d’alcool peuvent se transformer rapidement en sucre
sanguin (temporairement). C’est ce qui explique que si je suis alcoolique mais que j’arrête
de consommer, je peux me retrouver à boire une quantité impressionnante de café, source de
stimulant par la caféine, et de sucre, de pâtisserie ou de dessert (source de sucre). Parfois,
je vais aussi fumer considérablement puisque la cigarette m’apporte la source de stimulant
(augmentation du rythme cardiaque) dont j’ai besoin pour me sentir en forme. Il est
important pour moi de découvrir ce qui cause cette tristesse reliée, dans ma vie, à de
l’hypoglycémie, puisque je n’ai pas réglé la cause. Une autre cause de l’alcoolisme peut être
les allergies. Ainsi, je peux être alcoolique seulement au cognac, au gin, au rye ou au scotch,
etc. Il semble que seule cette sorte de boisson, en particulier, soit susceptible de me satisfaire.
Il est alors probable que je sois allergique à l’un ou l’autre des ingrédients qui ont servi à
fabriquer cette boisson particulière, que ce soit le blé, l’orge, ou le seigle, etc. Je peux alors me
demander à quoi ou à qui suis-je allergique. L’alcoolisme peut aussi provenir d’une
personne ou d’une situation que je n’ai pas acceptée ↓♥ lorsque j’étais jeune. Si j’ai été victime
d’attouchements sexuels non consentis, ou dont je me sens coupable, venant d’une personne
alcoolique lorsque j’étais jeune, il se peut qu’en pensant à cette situation, cela m’amène à
boire. Si je n’ai pas accepté ↓♥ la colère de mon père alcoolique, il se peut très bien que, par
un phénomène d’association, j’ai des crises de colère comme mon père et que je devienne
alcoolique. Donc, il est possible que je boive pour oublier mes soucis, mon passé, l’avenir
mais surtout le présent. Je fuis sans cesse et je me crée un univers illusoire et fantaisiste,
une forme d’exaltation artificielle pour fuir le monde physique et ainsi dissocier une réalité
souvent difficile d’un rêve continuellement insatisfait. Je ne vois pas le vrai sens de ma vie.
En vivant selon les normes de mes parents ou de la société, je m’éloigne de moi-même. Je me
sens différent, déphasé par rapport au reste du monde. À quoi servent les diplômes, les titres
importants ? Je perçois le monde comme très matérialiste et je ne sais pas comment faire
partie de ce monde. Je dois m’éloigner de ma créativité, de mon imagination et « faire
comme les autres », en faisant ainsi, j’ai l’impression de « perdre mon âme », en buvant, je
perds alors contact, pour un certain temps, avec mes sentiments de solitude,
d’incompréhension, d’impuissance, de ne pas être comme les autres, de rejet de moi-même.
Je peux abandonner mes responsabilités et j’en suis « délivré » pour un temps. Cette
situation ne fait qu’empirer à mesure que je manifeste une dépendance à l’alcool (ou aux
drogues) car je deviens de plus en plus insatisfait de mon existence. Je veux me séparer de la
réalité en m’en allant dans un monde d’illusion mais, quand je « dégrise », la réalité
m’apparaît encore plus difficile à vivre et alors survient la dépression. Je veux quitter la
réalité pour vivre dans ma propre réalité. Je suis chancelant, je n’ai pas toute ma tête,
32
surtout lorsque je deviens dépendant, du même type de dépendance affective dont j’aurais
peut-être voulu faire l’objet et que, d’après moi, mon père ou ma mère ne m’a
jamais témoigné. Je veux tellement être aimé sans condition. Je peux vouloir fusionner avec
ma mère, qui me manque, ou au contraire vouloir m’en débarrasser car je n’ai pas été capable
de recevoir son amour, et je lui résiste. Je prends conscience aussi que lorsque je bois, je
peux exprimer des choses qui sont en temps normal impossibles à exprimer. L’alcool
devient alors une façon de faire « parler mon inconscient », j’exprime dans mes moments de
crise ce que je ne peux pas dire ou faire en étant sobre.
J’accepte ↓♥ à partir de maintenant de regarder ma vie en face, de cesser de me détruire
et je me responsabilise. Il est temps de mettre l’attention sur mes belles qualités physiques et
spirituelles, même si le passé a été douloureux pour moi et que, d’une certaine façon, ma
bouteille a souvent été mon meilleur ami. À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ de régler
ma vie, de commencer à aimer mes qualités et ce que je suis. Je suis maintenant sur la voie de
la réussite. Je serai à même de me respecter davantage et de trouver plus facilement la
solution à mes problèmes (expériences) au lieu d’être dans un état temporaire ou presque
permanent de fuite et de désespoir. J’accepte ↓♥ ma différence et je l’assume pleinement. Je
laisse s’exprimer mes qualités uniques, sachant que je n’ai plus à satisfaire les attentes de la
société. En laissant grandir ma plénitude intérieure, en buvant l’amour et la douceur que
les gens et l’univers veulent me donner, je n’aurai plus besoin de me « remplir » de façon
exagérée avec de la boisson.
10 Feeling : expression utilisée pour dire qu’une personne commence à être sous l’effet de l’alcool ou un peu ivre.
11 Inhibitions : phénomène d’arrêt, de blocage d’un processus psychologique.
ALEXIE CONGÉNITALE (AVEUGLEMENT DES MOTS)
L’alexie congénitale est aussi appelée aveuglement des mots ou cécité
verbale. C’est une incapacité pathologique12 à lire. Soit que je puisse lire les lettres sans les
mots, ou lire les mots sans lire les lettres ou que je ne lise pas tous les mots d’une phrase, ce
qui m’empêche d’en comprendre le sens.
Si je suis affecté par cette maladie, je peux vivre une grande préoccupation ou une
attention exagérée concernant les pensées que je véhicule. Plus je mets l’attention (de façon
exagérée) sur des aspects de ma vie qui en ont peu besoin, plus je risque de souffrir en restant
fermé à des pensées qui freinent mon évolution. Ce qui m’est inconnu m’amène à vivre une
grande insécurité. J’ai ainsi beaucoup moins de pouvoir sur ma vie et je sens un grand vide.
J’accepte ↓♥ d’avoir besoin de m’ouvrir intérieurement à mon intuition et à mon
imagination, deux facultés merveilleuses que l’âme13 que je suis possède pour s’exprimer. Si
je veux régler cette maladie, je n’ai qu’à regarder ce en quoi ma vie est dérangée, ce que la
maladie m’empêche ou m’évite de faire, de dire ou de voir. En ouvrant mon coeur♥, je règle
cette situation d’une manière consciente. Il est plus facile pour moi en tant qu’enfant de
manifester l’écoute intérieure, car je suis plus « branché » que les adultes, je lis plus
facilement les messages d’amour de mon coeur♥ ! Alors je m’ouvre à mon
intuition et je manifeste davantage ma créativité.
12 Pathologique : une maladie, scientifiquement parlant.
13 L’âme : l’étincelle divine que je suis, ma conscience.
ALLERGIES
VOIR AUSSI : ALCOOLISME, ASTHME
L’allergie est l’état d’un sujet qui, par contact antérieur avec un antigène approprié, a
acquis la propriété de réagir lors d’une agression seconde par le même antigène d’une
manière différente, souvent plus violente et incontrôlable. Une allergie est une réponse
suractivée du système immunitaire à un antigène extérieur. La substance allergène n’entraîne
pas de réaction chez la plupart des gens, mais est identifiée à moi comme dangereuse par le
système immunitaire.
Cette réponse, résultant d’une cause intérieure, est souvent le moyen par lequel le corps
m’indique que je vis un état d’agressivité et d’hostilité par rapport à une personne ou à une
situation quelconque, en fonction de l’interprétation par le mental de ce que je vis de si
33
spécial. Donc, l’allergie est une défense et un signe que mon Moi se protège. Ma grande
sensibilité veut me donner un signal qu’il y a quelque chose ou quelqu’un d’hostile à mon
égard, qu’il y a un danger. Je ne me sens plus en sécurité. Les allergies (incluant la fièvre
des foins) sont semblables à l’asthme, mais la réaction se situe davantage au niveau des yeux,
du nez et de la gorge, plutôt que dans les poumons et sur la poitrine. À quoi suis-je
allergique ? Qu’est-ce qui m’excite autant ? Qu’est-ce qui cause réellement l’irritation et la
forte réponse émotionnelle de mon corps (reniflement, écoulement des yeux, envie de
pleurer) ? Ce sont toutes des réponses du système émotionnel, la libération d’émotions
supprimées par une réaction de mon corps. Celui-ci réagit à quelque chose, une sorte de
symbole mental, parce qu’il essaie de rejeter, d’occulter14 ou d’ignorer ce qui le dérange. Je
rejette donc une partie de moi qui m’agresse. C’est le moyen que j’utilise pour exprimer mes
émotions, pour faire sortir le méchant ! Rien ne peut arrêter cette réaction de refus
pour l’instant et cela n’est pas rationnel, parce que cela fait partie du domaine de l’instinct et
de l’inconscient. C’est comme s’il y avait quelque chose qui n’a pas affaire là, un ennemi qui
dérange mes barrières de protection. Cet ennemi prend ce pouvoir, mon pouvoir d’être et
de faire, et cela m’impressionne. Je suis impressionné par le pouvoir des autres au
détriment du mien. Je me sens menacé par une certaine peur inconsciente que je refuse de
vivre. Les allergies tendent donc à indiquer un profond niveau d’intolérance, peutêtre
la peur d’avoir à participer pleinement à la vie, à me libérer de toutes béquilles émotives
qui me supportent et qui me permettraient de vivre l’autosuffisance. Par mon allergie, je
me sépare de mon entourage et je vis constamment en état d’alerte car je me dois de ne pas
entrer en contact avec l’antigène, source de mes réactions allergènes. Je reste à l’écart et je
communique peu. J’ai peut-être de la difficulté à discerner, à choisir, à prendre la place qui
me revient. Je peux sentir le besoin de rallier les membres de ma famille par le contact, soit
verbal et surtout, physique. La caractéristique propre à la personne allergique est souvent
l’impression de ne pas être assez correct ! Je veux attirer et avoir l’attention, la sympathie
et le support d’autrui. Est-ce que j’utilise l’allergie pour avoir de l’amour ? C’est possible.
En tout cas, une chose est sûre j’ai une allergie parce que je refuse une partie de moi-même
et mon combat inconscient est grand. C’est ma résistance, ma façon de dire non.
Le fait que je sois répugné par une partie de moi-même (souvent mes désirs sexuels que je
renie), mes sens se révoltent car ils aspirent à jouir pleinement de la vie. Lorsque j’apprends à
dire non à certaines situations, je m’ouvre à dire OUI à de nouvelles situations. J’ai le pouvoir
de décider ce qui est convenable pour moi dans mon propre univers. Les individus peuvent
être allergiques à toutes sortes de choses aliments, objets, formes, odeurs. Tout ce qui, de
près ou de loin, implique les cinq sens (particulièrement l’odorat qui est le sens le plus
puissant du point de vue de la mémoire). Mon mental enregistre une foule d’impressions
bonnes ou mauvaises pour moi. Il est fort possible que si je suis allergique à
quelque chose, c’est que mon mental l’a associé à un certain souvenir bon ou mauvais et
que mon instinct le refoule en ce moment. L’allergie fait référence au passé qui contrarie
ou agace mon présent. Parfois, je ne veux plus me souvenir de certains événements avec ma
mémoire ; mon corps se charge alors de me rappeler ce que je veux oublier. L’allergie
apparaît souvent à la suite d’un événement où je me suis senti séparé d’une chose, d’un
animal, d’une personne. Ce peut être par exemple un amour d’été qui se termine
abruptement. Lorsque je revis une situation qui me rappelle cet événement triste et déchirant
pour moi, j’aurai cette allergie car, quelque part, mon corps (mes sens) se souvient de tout
et tout est enregistré dans mes cellules. Lorsqu’une personne que j’aime quitte son corps
physique et que le deuil n’est pas fait, je peux devenir allergique à quelque chose qui me
rappelle cette personne et donc, cette séparation définitive que je n’accepte pas. Ma peau
réagit alors à ce chagrin découlant de cette séparation. Si la situation vécue s’accompagne
d’une grande angoisse, ce sont mes sinus qui seront touchés (rhume des foins,
éternuements). Dans ce cas, une situation ne « sent pas bon » et j’essaie de l’éviter ou de me
« tenir loin », si cela tourne en sinusite, j’ai l’impression que je ne peux pas me débarrasser
ou sortir de cette situation, je suis pris. Si la peur prédomine, mon allergie s’exprimera plus
par la toux (difficulté à respirer) et si c’est plutôt la séparation elle-même que j’ai vécue
difficilement, les réactions allergènes se retrouveront plus du côté de la peau (eczéma,
urticaire, dermite, etc.). L’allergie à un aliment (par exemple le sucre et l’alcool chez
34
l’alcoolique) est reliée à une expérience où, étant placé dans une situation où j’ai dû dire non
à ce que j’aimais peut-être le plus, la frustration s’en suit et j’y deviens allergique. C’est
souvent une peur du nouveau et de l’aventure, un manque de confiance par rapport à la vie.
Je me sens maintenant obligé de me priver de cette sorte de joie, de gaieté, en pensant que la
vie est quelque chose d’ordinaire, sans défi. Qu’est-ce que je veux éviter d’affronter ? Qu’estce
qui me fait tant réagir ? Qui m’effraie tant intérieurement ? Y a-t-il quelque chose dont je
me méfie au point de l’éloigner de moi ? Sur quoi voudrais-je avoir le contrôle ou un certain
pouvoir mais je sens qu’il m’échappe ? (Un peu comme dans le cas de l’anorexie, je dois
maintenant contrôler soigneusement ce que je mange. au risque d’en mourir, notamment
dans les cas aigus d’allergies alimentaires). Il semble que, dans certains cas, mon
mental fasse une association de certaines situations avec des substances par le biais des
homonymes. Ainsi, si j’ai dû laisser mon travail (mon boulot) que j’aimais pour me consacrer
à la vie religieuse, je suis devenu allergique au bouleau (l’arbre). Quelques années plus
tard, ayant accepté ↓♥ et intégré ce changement, l’allergie a disparu. Voici un autre
exemple un bébé nouveau-né est allergique aux pêches (le fruit). Pourquoi ? Parce que sa
mère impatiente et sur le point d’accoucher, quelques mois auparavant, avait dit à son
conjoint « Dépêche-toi, on va être en retard à l’hôpital ! » Ici, le mot « dépêche » est
l’homonyme de « des pêches », ainsi, à la base de l’allergie, il y a toujours une émotion
d’irritabilité ou de frustration associée à un produit ou à une situation pour me rappeler ce
malaise à intégrer ou à conscientiser. L’allergie se manifeste lorsque le cadre de ma vie
change, qu’il est remis en question. Mes repères changent, même s’il s’agit d’un événement
heureux et bon pour moi. Un nouveau travail, un déménagement par exemple amènent une
certaine insécurité et peuvent m’amener à devoir me protéger. Ma confiance diminue, j’ai « le
vertige », le fait que je ne reconnais pas ma valeur implique que je mets soit mon partenaire,
mon enfant, mon meilleur ami, etc. sur un piédestal. Inconsciemment, cela m’irrite et je peux
devenir allergique par rapport à cette personne.
En commençant à accepter ↓♥ au niveau du coeur♥ ma vie et mes peurs, le processus
d’intégration s’enclenchera et les allergies qui compliquent mon existence retourneront
dans l’univers. J’ai besoin de paix intérieure et surtout d’amour. Je reste ouvert et tout sera
pour le mieux. J’accepte ↓♥ de reconnaître ma valeur, d’aller au fond des choses. Je peux
découvrir le bonheur à l’intérieur de moi. En acceptant ↓♥ ma beauté et toutes mes qualités
divines, je serai en harmonie avec les gens qui m’entourent et la frustration va disparaître.
14 Occulter : effacer de ma mémoire consciente ou de ma sensibilité.
ALLERGIE AUX ANTIBIOTIQUES
L’antibiotique15 (anti = contre/bio = vie) est un corps (d’origine bactérienne ou autre)
spécialisé dans la lutte contre les microbes.
Mais les microbes représentent eux aussi la vie. Il y a donc contradiction. Comme le rôle
de l’antibiotique est de « tuer » une certaine forme de vie en moi, pourquoi donc serais-je
allergique aux antibiotiques ? Probablement parce que je refuse certaines formes de
vie, certaines situations vivantes de mon existence (expériences diverses et plus ou moins
agréables).
J’ai une prise de conscience à faire et c’est d’accepter ↓♥ ces expériences car, même si
elles peuvent être difficiles pour moi, j’ai une leçon à tirer de celles-ci. Je fais confiance à mon
potentiel créatif.
15 Antibiotique : c’est à Sir Alexander Flemming, ce médecin et bactériologiste britannique (Darve 1881 –
Londres 1955) que l’on doit la découverte, en 1928, de la pénicilline qui ne pourra être extraite qu’en 1939 et
essayée sur les humains en 1941, ce qui a ouvert l’ère des antibiotiques.
ALLERGIE AUX ANIMAUX (EN GÉNÉRAL)
Les animaux possèdent un instinct et une sexualité innés et chaque animal représente
une facette de l’amour. Donc, une allergie à un animal (ou à son poil), en général,
correspond à de la résistance par rapport à l’aspect instinctif ou sexuel que l’animal
représente pour moi.
J’accepte ↓♥ tous les aspects de la sexualité. J’accepte ↓♥ aussi mes désirs, tant conscients
35
qu’inconscients, car ils font partie intégrante de mon être.
ALLERGIE AUX CHATS
Le chat est un animal beaucoup plus sensible à ce qui est invisible que la majorité des
personnes. Il incarne la sensualité et la douceur. Il se peut qu’une allergie aux chats soit
davantage en rapport avec l’aspect de ma personnalité qui peut « sentir » des choses (côté ou
aspect féminin), sans pour autant que j’aie des preuves concrètes de ceci. Je peux donc vivre
de l’intolérance car je n’ai pas de preuve (sur le plan rationnel). Il est donc clair que le chat
(ou la chatte) symbolise le côté sexuel féminin16 et toutes les qualités féminines telles que
douceur, charme et tendresse. Je vis une certaine dualité entre le besoin de recevoir par
exemple de la douceur et ma peur par rapport à celle-ci. Il y a une angoisse reliée à la
sexualité qui peut provenir de la notion d’interdit, de culpabilité et même de mort. J’ai donc à
accepter ↓♥ ces aspects que je refuse probablement, soit de recevoir ou de manifester.
NOTE : Cette sensibilité féline s’explique par le fait que la morphologie du chat possède un
système nerveux situé surtout en périphérie du corps, contrairement à l’être
humain dont le système nerveux est davantage à l’intérieur du corps. Cette
morphologie particulière rend le chat plus sensible aux vibrations ou aux énergies
particulières des personnes et des endroits ou, si l’on veut, de ce qu’une personne ou
un endroit dégage.
16 Féminin : Voir FÉMININ (principe…)
ALLERGIE AUX CHEVAUX
Le cheval est associé à l’aspect instinctif de la sexualité. Comme l’instinct est relié
davantage au premier chakra (ou coccyx)17, la peur peut se traduire par celle « d’avoir de bas
instincts sexuels », et se manifeste par une allergie à cet animal fort et fougueux. Il se peut
que je trouve que la sexualité n’est pas assez spirituelle pour moi-même, si je sens au fond de
moi le désir de vivre ces expériences pour m’aider à amener davantage la spiritualité dans la
matière.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à de nouvelles expériences qui vont m’aider à me connaître
davantage et à m’épanouir.
17 Premier chakra : le premier chakra est l’un des sept principaux centres d’énergie dans le corps et il est situé au niveau du
coccyx, à la base de la colonne vertébrale.
ALLERGIE AUX CHIENS
On dit que le chien est le « meilleur ami de l’homme » (de l’être humain), alors je peux
me demander, lorsque je vis ce type d’allergie, quelle personne ou quelle situation par
rapport à l’amitié fait monter de la colère en moi ? Si je suis allergique aux chiens, je peux
même vivre de l’agressivité et même une certaine violence vis-à-vis de la sexualité que je relie
à l’amitié. Il se peut que je vive un malaise, ne sachant pas très bien définir pour moi la place
que prennent la sexualité, l’amitié et l’amour. Ce malaise fait monter de la colère en moi, qui
se manifeste sous forme d’allergie.
J’accepte ↓♥ de délimiter les paramètres de l’amitié, je la définis afin d’éclaircir certaines
situations de ma vie qui se trouvent peut-être pour le moment dans une zone grise. Je me
respecte dans mes besoins et dans mes choix.
ALLERGIE AUX ARACHIDES (BEURRE OU HUILE)
Lorsque je prends de l’huile d’arachide ou du beurre d’arachide, cela active en moi
la mémoire d’un événement où étant jeune, j’en ai particulièrement « arraché » et par
rapport auquel maintenant je vis des regrets. J’ai alors pu avoir l’impression que l’on me
faisait faire des travaux sans que je me sente suffisamment rémunéré (en argent, en affection,
etc.). Je travaillais ou même aujourd’hui encore je peux travailler d’arrache-pied pour bien
peu et je trouvais cette situation hideuse, répugnante. Cela me mettait intérieurement en
colère de travailler « pour des peanuts18 ». En essayant de trouver l’événement ou les
situations où j’ai pu vivre un tel sentiment, je pourrai modifier ma mémoire émotive et
régulariser la situation.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de tous les aspects de ma vie où je me sens aidé et
36
où la vie est pour moi relativement facile, et j’amplifie ce sentiment de bien-être pour m’aider
à équilibrer les sentiments de difficulté que j’ai pu enregistrer dans mon enfance.
18 Peanuts : au Québec, on utilise souvent le mot anglais peanuts pour arachides. « Travailler pour des peanuts » signifie
« Travailler pour presque rien ».
ALLERGIE — FIÈVRE DES FOINS (RHUME)
Cette allergie est fondamentalement à la base d’une réaction au pollen, grain végétal
formant l’élément masculin de la fleur.
Cet élément masculin véhicule le symbole de la reproduction et de la fertilisation. Cette
allergie affecte habituellement les yeux, le nez et les sinus. L’allergie est à la base d’une
résistance à une situation dans ma vie, d’un souvenir passé ou même, une facette de ma
propre personnalité. Je n’aime pas que ma vie soit programmée à l’avance. Il est donc
possible que je résiste souvent inconsciemment à une forme de la sexualité ou à
certains aspects de celle-ci, surtout si ce que je sens par rapport à la sexualité ne « sent
pas bon ». La peur de la reproduction peut être présente. Suis-je un(e) adulte qui voit le
temps passer rapidement et qui a peur que son rêve d’avoir des enfants et de fonder une
famille s’évanouisse à mesure que le temps passe ? Suis-je une adolescente qui se pose plein
de questions par rapport au fait d’avoir des enfants ? Il peut s’agir aussi d’une résistance et
une non-acceptation ↓♥ du temps qui passe et qui se remarque particulièrement à chaque
nouvelle saison, moment où l’allergie réapparaît. Le rhume des foins peut être aussi relié
au fait que j’ai été séparé d’une personne et que cela m’a grandement affecté. Une allergie
au pollen me ramène à ma difficulté d’aller à la rencontre de la vie, d’aller à l’aventure. La
nouveauté me fait peur et je suis anxieux par rapport aux changements dans ma vie. Il est
certain que je peux m’attirer une allergie pour plusieurs raisons mais une chose est sûre
j’étouffe ou je me sens étouffé par une situation. Je me révolte, quelque chose ne me convient
pas du tout, mais je le fais quand même pour faire plaisir et j’étouffe. Je change d’idée sous
l’influence de quelqu’un, je suis prêt à n’importe quoi, et j’étouffe. Je peux me sentir étouffé
dans les choses à dire ou à faire, surtout que j’ai de la difficulté à prendre ma place et à dire
non. J’ai tendance à vivre aussi beaucoup de culpabilité. Je me sens inférieur, craignant la
réaction des autres. Je me rejette moi-même et je veux expulser ce qui me dérange. J’ai peur
de me retrouver sur la paille. Toutefois, je reste emprisonné dans de vieilles habitudes. Je
suis rigide, tout comme le déroulement des saisons qui a toujours lieu dans la même
séquence. Je manipule pour avoir ce que je veux… Vous voyez la programmation ? Elle peut
être autant mentale (manière de pleurer) que « saisonnière », car la période estivale est
idéale pour la manifestation de cette allergie, surtout si j’ai besoin d’une excuse pour en faire
moins durant cette belle période de l’année ! Certaines personnes ont la fièvre des foins
pendant des périodes allant jusqu’à sept ans ! Il est temps que je change cela immédiatement
ou du moins que j’en prenne conscience. Je prends conscience que le rhume des foins
peut devenir un moyen qui me permet d’éviter certaines situations, car je ne serais pas
capable de toute façon de refuser de faire une tâche ou d’aller à un endroit en particulier.
Donc, maintenant, j’ai une bonne raison ! Il peut aussi devenir un moyen de me sentir
différent, d’avoir besoin d’attirer l’attention. De cette façon, les gens doivent au moins me
remarquer pendant la saison des allergies. En prenant mon espace vital, ma « bulle » de
lumière19, je suis en mesure de m’ouvrir aux autres sous mon vrai jour, sans artifices. J’évite
ainsi de vivre dans la fuite et les secrets. La première manifestation du rhume des foins peut
avoir été inconsciemment reliée à un événement marquant et où j’ai probablement vécu de
fortes émotions. Lorsque la même période de l’année revient, je me souviens ou, plutôt, mon
corps se souvient et c’est le rhume des foins qui apparaît. Il est donc important que je
prenne conscience de cet événement pour que je puisse briser le pattern de la maladie je
n’aurai plus besoin d’elle à l’avenir car j’ai fait la prise de conscience que je devais faire. Le
rhume des foins n’était qu’un signe pour m’aider à arrêter et à trouver la cause profonde
de mon malaise. Je vais me sentir plus libre, plus maître de ma vie.
J’accepte ↓♥ ce qui est bon pour moi-même, même si cela implique une certaine forme de
sexualité nouvelle et inconnue. Je sais que tout est possible, dans l’amour et l’harmonie.
J’accepte ↓♥ de sortir de l’isolement et d’aller vers les gens, n’ayant plus besoin de cette
37
allergie pour attirer l’attention, car je sais que je suis différent et unique.
19 Ma « bulle » de lumière : je peux m’imaginer et me visualiser dans une bulle de lumière, ce qui augmente ma protection par
rapport à mon environnement et me donne davantage confiance.
ALLERGIE AUX FRAISES
L’allergie aux fraises est associée à de la frustration qui met en contradiction le
sentiment d’amour et de plaisir, ce dernier étant un besoin fondamental pour moi, aussi
bien que la nourriture ou le sommeil. Cette allergie peut provenir d’un événement que j’ai
vécu ou justement que je n’ai pas vécu par rapport à une personne ou à une situation. Un
sentiment de haine et de frustration allié à de la culpabilité peut faire naître en moi cette
allergie. Le plaisir fait tellement partie de ma vie, en tant qu’être humain, que les fortes
crises d’allergie aux fraises peuvent provoquer une incapacité à respirer, pouvant amener
la mort. Les poumons représentent la vie et je mets ainsi en évidence, par ma crise, un besoin
fondamental dans ma vie qui n’a pas été comblé. Il est important que je prenne conscience
de mes besoins fondamentaux en sachant que lorsque je prends de la nourriture, c’est de
l’amour que j’ai pour moi ; lorsque je prends du sommeil, c’est de l’amour que j’ai pour
moi ; lorsque j’ai du plaisir, c’est aussi de l’amour que j’ai pour moi. L’allergie aux fraises
peut provenir aussi d’un sentiment que j’ai pu ressentir à l’endroit d’une personne ou qu’une
personne a éprouvé à mon égard. Par exemple j’ai pu me dire « J’aime pas sa fraise, celuilà
», voulant signifier qu’il a un visage que je n’aime pas ou, comme on dit « un visage qui ne
me revient pas ». Ce peut être par rapport à un membre de ma famille et cela m’attriste de
voir la discorde qui existe.
Je dois accepter ↓♥ que chacun d’entre nous a son individualité, avec ses qualités et ses
peurs, et qu’en chaque être, il y a cette étincelle qui brille.
ALLERGIE AU LAIT OU AUX PRODUITS LAITIERS
Le lait représente le contact avec la mère dès les premiers instants de mon arrivée en ce
monde. C’est un aliment complet qui me permet d’avoir tous les nutriments dont j’ai besoin
pour ma croissance dans les premières semaines de ma vie. Puisque, originellement, j’obtiens
ce lait avec le contact avec ma mère, cette nourriture est en plus significative de l’amour
que je reçois de ma mère. Alors, si dans mon entourage, il y a une personne que j’ai
identifiée, soit ma mère ou une autre personne « qui jouent le rôle de ma mère » et que je vis
de la frustration par rapport à elle dans le rôle que je lui ai prêté, cela peut expliquer
pourquoi je fais une allergie au lait. Je vis de la frustration par rapport à la forme
d’attention et même de critique que cette personne me porte, ce qui rend désagréable le
« contact » que je peux avoir avec elle. Je peux aussi me retrouver dans une situation où je
me sens pris, dépendant, à la merci « de l’autre »… C’est comme si ma vie dépend de sa
décision de me nourrir ou non et cela est très frustrant et angoissant. Ou est-ce moi qui
m’accroche trop ? Si cette allergie se développe à la naissance, je dois vérifier quelles sont
les peurs ou les frustrations que pouvait vivre ma mère lorsqu’elle me portait, faisant
miennes ses peurs ou ses frustrations qui m’ont amené à vivre cette allergie. Cette attention
que l’on me porte pourrait me faire dire « Pour qui elle se prend ? Se prend-elle pour ma
mère ? »
Il est important pour moi d’accepter ↓♥ de mettre de l’amour dans la situation et
d’harmoniser mes sentiments par rapport à ce lien privilégié et fondamental pour la survie de
l’espèce et qui est enregistré en moi, celui du lien d’une mère et de son enfant.
ALLERGIE AUX PIQÛRES DE GUÊPES OU D’ABEILLES
J’ai certainement l’impression d’être constamment harcelé ou critiqué par mon
entourage immédiat. Ainsi, cela agit sur moi comme si « on me piquait » constamment.
Lorsque je me fais réellement piquer physiquement, cela fait se déclencher la haine que j’ai
accumulée en moi dans toutes ces situations où je me sentais attaqué. J’ai tendance à me
recroqueviller sur moi-même, pensant ainsi éviter les attaques. J’en viens à me sentir
inférieur. Le « poison » contenu dans le dard de « l’agresseur » me rappelle combien je peux
m’empoisonner la vie moi-même, à force de vivre selon les attentes de la société, de ma
famille, de mon conjoint. J’aspire à devenir « la reine des abeilles » mais, au contraire, je vis
38
ma vie comme une simple « abeille laborieuse » qui ressemble à toutes les autres. Je vis en
victime. Je suis méfiant et j’aime la fatalité.
J’accepte ↓♥ de commencer à regarder le beau côté des choses. En acceptant ↓♥ de ne plus
être victime, les insectes vont aller chercher d’autres victimes ! J’apprends à prendre la place
qui me revient et j’examine les moyens à prendre pour que la critique diminue dans mon
entourage et que je puisse me détacher davantage de ce que les autres peuvent penser de moi.
Je me regarde avec les yeux du coeur♥ et j’accepte ↓♥ ma vraie valeur !
ALLERGIE AUX PLUMES
Suis-je devenu allergique à une situation ou à une personne qui me donnent
l’impression d’être cloué au sol et de ne pouvoir m’envoler pour me sentir plus libre et
heureux ? Il est alors très probable que je vis de la colère reliée au fait que j’éprouve
intérieurement le sentiment de me sentir pris entre une situation quelconque et la liberté
que je recherche pour être plus heureux. Je peux m’être retrouvé dans une situation où
j’y ai « perdu des plumes » ou je me « suis fait plumer20 » et cela m’irrite au plus haut
point.
J’accepte ↓♥ que l’univers s’occupe de moi et me donne tout ce dont j’ai besoin pour être
heureux.
20 Se faire plumer : se faire dépouiller, voler.
ALLERGIE AUX POISSONS OU AUX FRUITS DE MER
Je connais l’expression « être poisson » qui veut dire que je suis une personne qui « se
fait avoir » facilement. Ainsi, mon allergie traduit bien mon sentiment de frustration par
rapport à une ou à plusieurs situations où je me suis trouvé naïf.
J’accepte ↓♥ de prendre ma place et prendre conscience que la vie est une suite
d’expériences pour apprendre. Plus j’augmenterai ma confiance en moi et mon sens des
responsabilités, plus ce sentiment s’estompera et fera disparaître cette allergie.
ALLERGIE AU POLLEN
VOIR : ALLERGIE — FIÈVRE DES FOINS
ALLERGIE 􀂬 LA POUSSIÈRE
Comme la poussière est reliée à la saleté et à l’impureté, si je suis allergique à la
poussière, je vis de l’insécurité par rapport à des aspects de ma vie que je peux croire être
« sales et impurs » et il est fort probable que cette peur se manifeste dans ma sexualité. Si je
suis allergique à la poussière, il se peut que j’aie grandement à m’occuper de ma propre
estime. Aussi, l’expression utilisée dans la religion « Tu es poussière et tu retourneras
poussière » traduit bien le sentiment d’inutilité que je peux vivre ou sentir dans certaines
situations. L’expression « Tout s’envole en poussière » permet aussi de traduire le sentiment
d’inutilité qui peut m’habiter par rapport à ce que j’ai entrepris ou à ce que j’entreprends, que
ce soit sur le plan psychologique, affectif (émotionnel) ou matériel. J’ai tendance à tout faire
pour qu’on m’aime et m’accepte ↓♥ car j’ai l’impression que je ne suis pas assez bien. Cette
autocritique peut amener les gens à s’éloigner de moi. Même si je n’ai pas de symptôme
physique lié à une allergie à la poussière, il se peut que je sois une personne « maniaque
de la propreté ». Ici, je veux dire de façon excessive. Je peux alors regarder quelle partie de
moi peut trouver ma sexualité sale ou me demander si j’ai peur que ce soit sale.
J’apprends à me valoriser et à valoriser tout ce que je fais. J’apprends à accepter ↓♥
chaque aspect et partie de mon corps. Je le vois comme un tout. En prenant le temps d’aller
voir au fond de moi mes émotions cachées, je me connais davantage et je vais ainsi aller
chercher une force extraordinaire qui va me permettre de vivre ma vie dans la joie et la
créativité.
ALLERGIE AU SOLEIL
Le soleil est la représentation du principe actif et de l’énergie Yang. Il est par
conséquent, le symbole du Père.
Lorsque je suis allergique au soleil, le contact que j’ai avec mon père (autant physique
39
que symbolique) est source de souffrance ou de malaise. La relation peut avoir été
douloureuse, brûlante, étouffante, et parfois, elle a cessé brusquement. Ce contact peut avoir
été rompu, altéré ou est devenu trop envahissant. Dans tous les cas, il y a eu conflit,
désaccord ou déception de quelqu’un ou de quelque chose dont j’ai dû me séparer et qui a
causé une réaction douloureuse que je n’ai su maîtriser et dont je porte encore les séquelles à
l’âge adulte. Y a-t-il aussi un refus d’accepter ↓♥ mon propre Père intérieur ?
J’accepte ↓♥ de voir ce qui me dérange et de me laisser toucher en toute confiance, par la
chaleur du soleil (et de mon papa !). Je me libère des émotions qui étaient enfouies au plus
profond de mon coeur♥. Le soleil est source de la lumière, de la chaleur et de la vie. Je
choisis de contacter mon Soleil intérieur et je fais la paix avec le passé afin de me
responsabiliser, de me sentir libre, et de rayonner pour avancer vers ma propre destinée.
ALOPÉCIE
VOIR : CHEVEUX – CALVITIE
ALZHEIMER21 (MALADIE D’…)
VOIR AUSSI : AMNÉSIE, SÉNILITÉ
Cette maladie des temps modernes, caractérisée principalement par le désir inconscient
de terminer sa vie, d’en finir une fois pour toutes, de quitter ce monde ou de fuir ma
réalité, est due à l’incapacité chronique d’accepter ↓♥ de faire face ou de relever le défi avec
cette même réalité, avec les situations de la vie car j’ai peur et j’ai mal. Je me rends ainsi
insensible à mon entourage et à mes émotions intérieures. « Je m’engourdis », « je
m’étourdis » et la vie me semble ainsi plus facile et la mort plus acceptable ↓♥. J’ai peur ou
l’impression de ne plus être aimé, qu’on m’oublie. Ma réaction est alors de m’oublier moimême,
d’oublier qui je suis. J’ai tellement souffert que je ne veux plus rien sentir. Je n’ai pas
l’impression qu’on m’a reconnu dans la vie (souvent par rapport à la mère) alors je ne
reconnais plus les autres aujourd’hui. L’Alzheimer génère une démence associant la
dégradation de ma mémoire, la confusion mentale et l’incapacité à m’exprimer clairement, la
violence, certaines formes d’inconscience de l’environnement, même un comportement
d’innocence se rapprochant de celui de l’enfant. Le désespoir, l’irritabilité, le mal de
vivre m’amènent à me replier sur moi-même et à vivre « dans ma bulle », je me laisse
« mourir à petit feu ». Je me sépare tranquillement du reste du monde. Cette maladie
m’indique que j’ai le mal de vivre, que je fuis une situation qui me fait peur, m’irrite ou me
blesse car je me sens délaissé. C’est la fuite du monde adulte par la perte de la mémoire
récente et retour à l’ancienne mémoire. C’est une situation grave à première vue que je peux
rester inconscient longtemps. On me voit comme une personne « normale » et équilibrée
mais on constate que je me replie sur moi-même par désespoir, colère ou frustration, ce qui
me rend insensible au monde qui m’entoure. Je refuse de sentir ce qui se passe autour de moi
et en moi ; je préfère me laisser aller. Je peux avoir beaucoup de difficulté à laisser aller mes
vieilles idées tellement il y en a dans ma mémoire ! Et comme mon attention est beaucoup
plus centrée sur le passé que sur l’instant présent, la mémoire à court terme devient
complètement déficiente et s’atrophie, n’apportant rien de nouveau ni de créatif.
Conséquence : la mémoire s’use de vieilles choses au lieu de générer des idées neuves et
fraîches. Cette maladie atteint généralement des personnes plus âgées : spécialement si j’ai
atteint l’âge de la retraite : je passe d’une condition où je suis productif, où j’ai du pouvoir et
des responsabilités à une vie où je me sens inutile, impuissant et dépendant,
émotionnellement, physiquement et financièrement. J’aimerais tellement remonter les
aiguilles du temps ! « Quand j’étais enfant, je n’avais pas peur de mourir, du futur, de mes
responsabilités… que j’étais bien ! » Du point de vue médical, les facteurs émotionnels et
mentaux ainsi que leurs correspondances corporelles (liquides, sang, tissus et os) sont
impliqués dans la manifestation de cette maladie. Lorsque le sang est supprimé de certaines
régions du cerveau, une sorte de traumatisme mental en résulte. Ce sont des réactions très
violentes au niveau cérébral. C’est une sorte de retrait du flot sanguin cérébral de ces régions.
Il peut y avoir une peur extrême de toutes les facettes de la vieillesse ou de l’aube de la mort,
ce qui entraîne un retour inconscient vers un comportement d’enfant et l’occultation22 du
présent, du passé et de l’avenir pour les ignorer. Mon corps, attaqué par la dégénérescence
40
des cellules du cerveau, me prépare inconsciemment à cette période où je devrai « partir23 ».
Cela se traduit par un comportement enfantin où je me permets de vivre et de « réaliser »
tous mes fantasmes et toutes mes fantaisies. L’amour et le soutien sont nécessaires dans une
telle expérience.
J’accepte ↓♥ de vivre le moment présent et de laisser aller le passé en commençant à
m’occuper de moi !
21 ALZHEIMER (Alois) : neuropathologiste allemand qui décrivit en 1906 des altérations du cerveau sur une personne atteinte
de démence (folie).
22 Occultation : le fait d’effacer de sa mémoire consciente ou de sa sensibilité.
23 Partir : employé ici de préférence au terme « mourir ».
AMÉNORRHÉE (ABSENCE DES RÈGLES)
VOIR : MENSTRUATIONS — AMÉNORRHÉE
AMNÉSIE
VOIR AUSSI : MÉMOIRE [… DÉFAILLANTE]
L’amnésie est la perte de ma mémoire, partielle ou totale, autant des informations déjà
acquises dans le passé que celles présentes. L’amnésie est comparable à la maladie
d’Alzheimer sous plusieurs aspects. La personne amnésique souffre terriblement du
moment présent dans sa vie actuelle.
Mon désir de fuir et de « partir » est tellement grand (peu importe la situation vécue)
que je me replie sur moi par douleur, colère, incapacité ou désespoir et je m’enferme en
devenant insensible à presque tout. En devenant amnésique, je ne suis plus responsable de
moi-même car je me sépare de mon conscient. Je me remets donc entre les mains des autres.
J’ai l’impression qu’ainsi, on ne pourra pas me juger et me condamner. Je m’évade, je
m’engourdis ou je me rends insensible à une personne ou à une situation. Je refuse de vivre
les situations et les expériences de tous les jours, peu importe leur intensité. La douleur
intérieure est proportionnelle à la gravité de l’amnésie, qu’elle soit partielle (occultation24
mentale partielle d’images très douloureuses de l’enfance) ou totale (tentative inconsciente
d’avoir une nouvelle vie et un nouveau désir de vivre car je ne peux plus vivre avec cette
première vie !). La honte et la culpabilité peuvent se manifester, quelle que soit la raison. Je
tente d’ignorer plusieurs choses, dont ma famille et plusieurs situations difficiles. Je suis plus
ou moins séparé de la réalité présente. L’amnésie se manifeste au moment où j’ai
l’impression que j’en porte trop lourd sur mes épaules, que je suis surchargé dans les tâches à
accomplir, qu’il y a un très grand danger. Je ne sais plus où me diriger et j’ai l’impression que
je risque « d’éclater » à tout moment. Il est fréquent de vivre une « amnésie partielle »
par rapport à une situation difficile et que je préfère oublier pour ne pas avoir à rentrer en
contact avec des émotions douloureuses par exemple la séparation d’un être proche. Le
processus d’acceptation ↓♥ et d’intégration est très important car le phénomène
d’occultation de certaines expériences par le mental peut me jouer des tours dans des
expériences futures. Il est possible que je vive certaines d’entre elles sans savoir ni
comprendre pourquoi elles m’arrivent !
J’accepte ↓♥ la prise de conscience quotidienne par rapport à qui je suis et à ce qu’il me
reste à régler dans ma vie pour reprendre contact avec mon vrai moi supérieur.
24 Occultation : le fait d’effacer quelque chose de sa mémoire consciente ou de sa sensibilité.
AMPHÉTAMINE (CONSOMMATION D’…)
VOIR : DROGUE
AMPOULES
VOIR : PEAU — AMPOULES
AMPUTATION
VOIR AUSSI : AUTOMUTILATION
L’amputation est une opération qui consiste dans l’ablation d’un membre, d’un segment
de membre ou d’une partie saillante (langue, sein, verge).
41
L’amputation totale ou partielle d’un membre, qu’elle soit pratiquée pour des raisons
accidentelles ou médicales (gangrène, tumeur), est très souvent reliée à une grande
culpabilité par rapport à un aspect de ma vie. Je veux que cette situation disparaisse de ma
vie, je veux m’en « couper pour de bon ». Au lieu que ce soit cette dernière qui disparaisse, ce
sera la partie du corps qui la manifeste qui sera coupée. Tout cela se passe de façon
inconsciente. Si on ampute mon pied gauche, c’est comme si ma peur ou ma culpabilité est
telle que je préfère « mourir » à la direction à prendre ou à celle que j’ai prise dans ma vie
affective ; la jambe droite concerne ma peur ou ma culpabilité devant mes responsabilités,
etc. Si je n’ai pas accepté ↓♥ cette amputation, une douleur émotionnelle y est rattachée
(douleur du membre fantôme). Ce membre étant devenu comme un fantôme, je me
demande quelle est la peur qui m’empêche de prendre contact avec la réalité. Bien avant
l’amputation, je vivais un sentiment d’impuissance, de dépendance. Je pouvais même me
sentir infirme dans un aspect de mon physique, de ma vie ou dans mes relations
interpersonnelles. Cette infirmité psychologique et émotive s’est transposée dans mon corps
physique. Si je vis une amputation, il est important de me rappeler que mon corps,
énergétiquement, n’est pas amputé, afin de rester ouvert à l’aspect métaphysique que
représente la partie amputée. Ainsi, si j’ai eu la jambe droite amputée, je peux mettre
l’amour, la compréhension et l’intégration pour la prise de conscience que j’ai à faire pour
aller plus rapidement de l’avant dans mes responsabilités comme si j’avais toujours ma
jambe.
J’accepte ↓♥ de faire disparaître toute culpabilité, en sachant que je fais toujours pour
le mieux. Je me réconcilie avec moi-même et j’apprends à apprécier ce que je suis. Quelle que
soit la condition, je choisis d’avancer à mon rythme et j’apprécie ce qu’il y a de beau et de bon
dans la vie.
AMYGDALES — AMYGDALITE
VOIR AUSSI : GORGE, INFECTION
Les amygdales, qui signifient « amandes », font partie du système lymphatique et
donc du système immunitaire et sont définies comme des filtres qui contrôlent tout ce qui
circule au niveau de la gorge (qui correspond à la créativité, à la communication).
Elles ne gardent que ce qui est bon pour moi et rejette ce qui est nocif. Lorsqu’elles sont
enflammées, j’ai de la difficulté à avaler et je risque d’étouffer. Je refoule ainsi mes
émotions et « j’étouffe » ma créativité. Il y a une situation qui m’étouffe à travers laquelle je
refoule mes sentiments de colère et de frustration. Une amygdalite (ite = colère) se
manifeste généralement lorsque ma réalité que j’avale amène une intense irritation au
point où mes filtres (les amygdales) ne peuvent tout prendre et deviennent rouges de colère
par rapport à ce qui arrive, à la révolte intérieure que je vis. Ce peut être la peur de ne pas
pouvoir atteindre un but visé ou de ne pas être capable de réaliser quelque chose d’important
pour moi, faute de temps ou d’opportunité. Cela m’amène à m’accrocher exagérément à
quelqu’un. J’ai l’impression que je suis sur le point d’obtenir quelque chose qui m’est cher (un
travail, un conjoint, une auto, etc.) mais je crains qu’elle m’échappe et que je doive m’en
passer, ou que je ne puisse en jouir qu’en partie ou pas pleinement, ce que je trouve « dur à
avaler ». Un conflit intérieur très intense est « étouffé » et non exprimé. C’est un blocage, la
fermeture de cette voie de communication. Je me sens impuissant, coincé, prisonnier. Je
voudrais crier à plein gosier25 ! Ai-je l’impression qu’il y a une situation que « j’avale de
travers » ? Je vis de la rébellion par rapport à une personne proche de moi (famille, école,
travail) voire de la révolte. Ce peut être au niveau de l’amitié où j’ai l’impression que je ne
peux pas vraiment compter sur mes amis. Si je suis un enfant, j’ai souvent des amygdalites
car je ne suis pas encore suffisamment conscient de ce qui arrive ou je n’ai pas le contrôle des
événements. Je vis de la frustration liée à ce que je dois « avaler » dans la vie. Je vis
beaucoup de vulnérabilité et je me demande comment je peux me protéger de tout ce qui
m’assaille. Je me sens attaqué et je veux me défendre mais j’ai de la difficulté à m’exprimer.
Comment puis-je faire face à tout ce qui s’offre à moi et faire des choix qui sont en harmonie
avec qui je suis ? Si je suis un enfant, j’ai beaucoup moins d’expérience et de ressources que
les adultes donc je suis plus sujet à expérimenter des amygdalites. J’ai l’impression que mes
42
parents ne s’occupent pas assez de moi, que je ne profite pas de leur présence. Puisque les
amygdales représentent le fait d’exprimer, d’extérioriser mon essence profonde, quel que
soit mon âge, mes amygdales réagissent à mes doutes, mon désespoir, surtout quand je me
fie plus aux autres qu’à moi-même pour accomplir, créer des choses. Je peux vouloir
désespérément réunir le couple que forment mes parents. Un rêve d’enfant semble devenir de
plus en plus inaccessible.
J’accepte ↓♥ les choses telles qu’elles sont autour de moi, je prends le temps d’analyser les
situations qui dérangent ma vie avec calme et sérénité. Il est possible et facile d’enseigner
cette attitude aux enfants qui sont prêts à cela. Notons que l’ablation des amygdales
signifie l’acceptation ↓♥ d’avaler la réalité sans qu’elle soit filtrée ou censurée (protégée) au
préalable. C’est une absence de protection. Je dois traiter cette situation d’une façon
différente qui serait plus harmonieuse pour moi. Je dois apprendre à me découvrir, à être
moi-même et à avoir pleinement confiance en moi.
25 Gosier : gorge
AMYOTROPHIE
VOIR : ATROPHIE
ANDROPAUSE
VOIR AUSSI : PROSTATE/ [EN GÉNÉRAL] / [MAUX DE …]
L’andropause, propre à l’homme, correspond à la ménopause chez la femme, même si
cela ne correspond pas à un changement hormonal équivalent.
Toutes les insécurités reliées à la vieillesse, aux capacités sexuelles, aux sentiments
d’inutilité et de faiblesse se manifestent intérieurement et physiquement par des malaises
aux organes génitaux (surtout la prostate) et à un ou plusieurs aspects du concept masculin.
Je suis rendu à une étape de ma vie où je peux me reposer, faire une pause et changer mes
priorités.
En tant qu’homme, au lieu de me rejeter, j’accepte ↓♥ de prendre ma place dans l’univers
en harmonie avec chaque aspect de ma personne, le côté féminin autant que le côté masculin.
J’ai le droit de prendre plus de temps pour moi ; je n’en serai que plus efficace lorsque je suis
actif ou au travail.
ANÉMIE
VOIR : SANG — ANÉMIE
ANÉVRISME (ARTÉRIEL)
VOIR AUSSI : SANG — HÉMORRAGIE
Un anévrisme (ou anévrysme) est une atteinte de la paroi artérielle responsable d’une
dilatation et qui crée un risque d’hémorragie par rupture des vaisseaux.
Il survient lorsque je vis un conflit avec ma famille ou les personnes que je considère
comme ma famille. On veut m’obliger à faire quelque chose mais je m’y oppose de toutes mes
forces et j’ai à prouver mon point de vue ce qui met beaucoup de pression sur mes épaules.
Je suis sur les nerfs, je risque de « perdre » quelque chose qui est hors de mon contrôle. J’ai
peur d’être abandonné et je bloque les circuits car je me sens impuissant. Je trouve ma vie
difficile et je vois tout ce qui m’arrive de façon négative et pessimiste. Je perds mes énergies
que je dilapide à tout vent. J’essaie de garder à tout prix une situation qui va plus ou moins
bien et qui risque de se rompre à tout moment soit un emploi, soit une relation affective ou
autre. Mes vaisseaux se contractent parce que je ne tiens pas compte de mon rythme
biologique et je me mets une sorte de pression qui risque d’éclater. Je refuse d’avancer
joyeusement, et de laisser circuler la vie. L’anévrisme de la tête (crâne) met en lumière
comment mes idées sont parfois différentes et que je dois me battre pour les défendre car il y
a une grande incompréhension autour de moi. Je peux aussi vivre cette incompréhension
suite à une rupture que j’ai vécu (soit que je suis parti soit que quelqu’un d’autre est parti) et
qui m’a grandement affecté. L’anévrisme de l’aorte me montre la pression qu’on exerce
sur moi, surtout par une personne en autorité, afin de laisser aller quelque chose qui selon
43
moi m’appartient. L’anévrisme me montre combien je peux être fermé devant les nouvelles
idées ou solutions qui s’offrent à moi.
J’accepte ↓♥ de me donner de l’amour. Je cesse de lutter inutilement lorsque vient le
temps de laisser aller ce qui se rattache au passé. J’accepte ↓♥ de lâcher prise afin de m’en
libérer. J’apprends à laisser circuler le mouvement de la vie, je retrouve ainsi ma joie de vivre
et j’apprends à vivre le moment présent.
ANGINE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : GORGE [MAUX DE …]
L’angine est caractérisée par un resserrement au niveau de la gorge, dû à une
inflammation aiguë du pharynx.
Il y a quelque chose qui ne « passe pas », une émotion bloquée qui m’empêche de dire à
mon entourage mes véritables besoins. J’ai le sentiment qu’en serrant la gorge (chakra ou
centre d’énergie de la créativité et de l’expression), je ne peux exprimer ce que je vis et ce
que je ressens par rapport aux autres et je continue à mettre inutilement l’attention sur cette
croyance. Je dois trouver ce qui m’a amené à penser à cela. Je peux habituellement trouver
une réponse dans les dernières 48 heures précédant le malaise. Serait-ce une légère
imitation (conduit enflammé) ou une petite frustration que je n’avale pas et qui subsistera
jusqu’à ce que je change mon attitude et mes pensées ? « Pas question d’avaler cette
histoire » même si cela « me met le feu à la gorge ». Ce peuvent aussi être des pensées noires
et négatives par rapport à quelqu’un ou à une situation. Y a-t-il quelque chose que je veuille
absolument « attraper » ; comme, par exemple, un nouvel emploi, un résultat scolaire
exceptionnel qui m’éviteraient une situation où j’aurais à me justifier, à m’expliquer, à rendre
des comptes ou qui m’empêcherait de sentir la mort qui rôde autour de moi ? Mes émotions
non exprimées sont en ébullition. Et quand je me permets de finalement dire les choses, je
peux encore me sentir inconfortable ou coupable. Je ne me donne pas la permission de
demander de l’aide aux autres.
Peu importe la raison de ce malaise, j’accepte ↓♥ qu’il est temps de rester ouvert et de
rouvrir ce canal même si ma vive sensibilité a été blessée. Mes besoins fondamentaux
doivent être satisfaits et j’y ai droit comme tout le monde. Je reste ouvert à mes besoins et
centré sur mon être intérieur si je veux éviter ce genre d’angine au niveau de la gorge.
J’accepte ↓♥ de demander pour ainsi ouvrir mon coeur♥ à recevoir les cadeaux de la vie.
ANGINE DE POITRINE OU ANGOR
VOIR AUSSI : COEUR♥ [EN GÉNÉRAL] / INFARCTUS [DU MYOCARDE]
Angine vient d’un mot latin qui est le verbe ANGO qui signifie serrer, étouffer, donnant
ANGOR qui signifie oppression puis angoisse. C’est une douleur très vive associée à la
région principale du coeur♥ (centre énergétique de l’amour). Ce manque temporaire
d’oxygène au niveau des muscles du coeur♥ apporte toutes les conséquences que je connais :
insuffisance du débit sanguin dans cette région, intervention chirurgicale, pontage, etc.
Le coeur♥ représente souvent le moteur ou l’engin de mon système. L’angor est
l’angoisse du coeur♥. Lorsque je donne trop d’amour avec une attitude d’attachement, il se
peut que le coeur♥ se fatigue de toutes ces préoccupations et qu’il n’éprouve plus
suffisamment de joie25 dans ces situations (d’où le débit sanguin diminué). Si je suis en
situation d’angine, il est possible que je prenne la vie et les choses que je fais et que j’aime
beaucoup trop à coeur♥. Mes inquiétudes autant que mes joies sont amplifiées
exagérément : je m’irrite et je me blesse facilement, je vis de l’insatisfaction, de la tristesse ou
de l’irritation par rapport à une situation qui, somme toute, n’est pas si grave que cela.
J’ai l’impression d’être bafoué. C’est comme si dans mon coeur♥, c’était la guerre… Quelle
est la personne que je veux « serrer » tout contre moi en permanence et que je peux refuser
de laisser aller si le moment en est venu ? Mon attention est constamment sur cette chose ou
personne. Je veux que « nous soyons unis à jamais » mais cela n’est peut-être pas possible.
Au lieu de me détacher et de couler avec le courant de la vie, je veux contrôler, je veux tout
garder. Cela est lourd à porter et amène une incertitude quant à la direction à prendre. Le
sentiment de perte, de vide quand je laisse aller peut faire peur et cela est très douloureux si
44
je garde tout pour moi, que je cache mes émotions à l’intérieur de moi. Il se peut que je
reçoive un premier signal d’alarme de mon corps à la suite de ces états d’être : spasmes ou
douleur perçant le coeur♥. Ce dernier lance un S.O.S. afin que je prenne conscience des
sentiments qui m’habitent et du fait que je suis en quelque sorte en train de me détruire par
mes pensées disharmonieuses, mettant en péril mon harmonie intérieure, et me donnant
« mauvaise conscience ». De grandes joies peuvent aussi amener des crises d’angine car, à
ce moment, le centre d’énergie de l’amour (le coeur♥) s’ouvre davantage et peut activer la
mémoire de grandes peines qui sont présentes et ainsi provoquer une crise d’angine. Je fais
peut-être beaucoup par obligation et non avec joie et plaisir. Ainsi, la joie arrête de circuler.
C’est comme si je mettais l’attention sur les autres (leur bonheur et leurs malaises) plutôt que
sur mon bien-être à moi en premier. Mon ego est tellement présent et actif qu’il est séparé
de la totalité de l’être, ce qui entraîne un blocage sur le plan émotionnel. C’est une
augmentation inconsciente de l’estime de soi en plaçant presque exclusivement l’attention
sur autrui. C’est le principe judéo-chrétien du don par le sacrifice : Donner aux autres ! Je
deviens vulnérable et la peur de m’ouvrir à ceux que j’aime se manifeste. « Plus
rien ne m’atteint, mais les douleurs commencent ! » Spasmes, points au coeur♥, extrémités
froides (mains et pieds). Mon corps m’avertit sérieusement que quelque chose cloche (cet
avertissement est généralement plus reconnaissable sur le plan métaphysique psychique que
physique). Je peux vouloir inconsciemment quitter la « vie terrestre » parce que j’ai
l’impression d’être étouffé par les soucis et que je ne sais pas comment m’en sortir, mais le
temps n’est pas nécessairement venu ! Je me sens écrasé, opprimé et je n’ai plus le goût de
faire des efforts. Qu’est-ce que je crains, au fond ? Il est intéressant de prendre conscience
que puisque l’angine se manifeste par une restriction des vaisseaux sanguins, je dois me
demander si je restreins ou limite l’amour que les autres me donnent ? Est-ce qu’il est facile
pour moi d’accepter ↓♥ l’aide que l’on m’offre ? Est-ce que je mérite tout ce qu’on m’offre ?
Ou ai-je tendance à vouloir contrôler ce qu’on me donne, ne sachant pas comment je
réagirais à une « surdose » d’amour et d’affection ? Je vais avoir tendance à jouer « à la
patate chaude » (le coeur♥ étant communément appelé la « patate » au Québec) car je
redonne tout de suite ce que j’ai reçu, ne sachant pas accepter ↓♥ dans mon coeur♥ les
cadeaux reçus. Je peux avoir l’impression qu’on me demande beaucoup trop et qu’il faudrait
que je règle les difficultés de tout un chacun. Cela m’amène à avoir une attitude de mépris.
Cependant, toutes ces situations peuvent provenir de mon attitude par rapport à moi-même
je peux être une personne de type compétitif qui centre toute mon énergie sur moi, qui m’en
demande énormément et qui met de côté toutes mes difficultés affectives. Mon coeur♥
souffre alors de ne pas parler de mes émotions. Je prends conscience que la vie est un
échange continuel. Je donne autant que je reçois, comme la contraction et la dilatation des
vaisseaux sanguins, sinon je vis un déséquilibre et mon attention doit revenir à cet équilibre
nécessaire à une vie saine. C’est un processus fondamental dans l’existence humaine car je
suis un être divin qui doit s’exprimer dans cet équilibre.
Ma prise de conscience est celle-ci : J’accepte ↓♥ de cesser de prendre la vie au sérieux
et je reste ouvert ! C’est facile car je n’ai pas envie de mourir mais j’ai envie de vivre, de
m’ouvrir à l’amour et de cesser toute lutte de pouvoir. Je mets mon attention sur les beaux
côtés de la vie. J’apprends à m’aimer tel que je suis mon énergie vitale pourra ainsi reprendre
vie. Ce sont les premiers pas vers un rétablissement sérieux de cette maladie. J’exprime ce
que je vis et j’apprends à m’accepter ↓♥ tel que je suis. Je prends soin de moi car mon
bonheur ne peut dépendre que de moi. Je passe de la honte et de la haine à l’amour. Un
dernier point à signaler surveiller toutes les expressions reliées au coeur♥ « un coeur♥ de
pierre, un coeur♥ dur, il n’a pas de coeur♥, c’est un sans coeur♥ », etc. Chaque expression
est l’indication qu’il se passe quelque chose qui mérite mon attention…
26 Joie : puisque le sang est relié à la joie, une diminution du débit sanguin exprime justement cette diminution de la joie reliée à
l’amour.
45
ANGIOME (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : PEAU — ANGIOME PLAN, SANG — CIRCULATION SANGUINE, SYSTÈME
LYMPHATIQUE
Un angiome n’est pas une tumeur, mais est une malformation touchant le système
vasculaire (vaisseaux lymphatiques et sanguins).
Considérant que les vaisseaux sont des conduits destinés à transporter le sang et la
lymphe dans l’organisme, j’ai l’impression que ma vie ne va pas dans le sens que j’aimerais.
Je ne sais trop quelle direction prendre, je me sens égaré, j’ai la sensation d’avoir perdu le
contrôle. L’insécurité me gagne et me fait imaginer le pire, j’ignore qui je suis et j’éparpille
mes énergies. J’ai peur d’entrer en contact avec mes émotions, ce qui bloque la circulation
d’énergie. J’accepte ↓♥ de laisser le mouvement de la vie circuler en moi.
J’accepte ↓♥ d’accueillir et de faire la paix avec toutes ces émotions longtemps rejetées.
J’apprends à laisser circuler le mouvement de la vie et de le respecter comme je choisis de me
respecter. J’accepte ↓♥ totalement ce que je suis, choisissant consciemment de vivre le
bonheur au quotidien et sachant que je suis protégé. Je me réalise dans ce que j’ai de plus
beau à travers mon véhicule de lumière et d’amour.
ANGIOME PLAN
VOIR : PEAU — TACHES DE VIN
ANGOISSE
VOIR AUSSI : ANXIÉTÉ, CLAUSTROPHOBIE
L’angoisse est caractérisée par un état de désarroi psychique où j’ai le sentiment d’être
limité et restreint dans mon espace et surtout étouffé dans mes désirs. Je sens mon
espace limité par des frontières qui, en réalité, n’existent pas.
« Je suis pris » ou « je me sens pris au piège ». Je ne peux pas exprimer ma colère. Je suis
d’accord avec le fait que les gens envahissent mon espace psychique et ceci se manifeste chez
moi par une sorte de resserrement intérieur. Je laisse donc de côté mes besoins personnels
pour plaire en premier aux autres, pour attirer l’amour dont j’ai besoin (même s’il y a
d’autres façons de faire). Je vis une profonde insatisfaction. Le resserrement m’amène
généralement à amplifier mes émotions et mon émotivité générale au détriment d’un
équilibre adéquat. Puisque je vis dans le brouillard, la confiance en moi sera ébranlée, le
désespoir et même le goût de ne plus lutter vont prendre place. Je sens un danger imminent
mais que je ne peux pas identifier. J’ai peur de l’avenir et des efforts à faire pour atteindre
mes buts. Je suis par rapport à un choix qui me semble impossible à faire. L’insécurité que je
vis est reliée au fait qu’au lieu de croire en mon pouvoir personnel, je le place dans un être
extérieur à moi, que je considère plus élevé, plus réalisé que moi. Je veux qu’il me protège,
comme si j’étais trop faible pour prendre soin de moi-même. Je cherche un sens à ma vie. Je
me sens à la merci d’un danger de mort car je cherche à l’extérieur de moi quelqu’un ou
quelque chose sur lequel m’appuyer. Je suis plein de tristesse et je me sens pris, ligoté,
comprimé, enchaîné même. Je n’ai plus confiance en mes capacités. Quelle peut être la
situation où je me suis senti resserré étant jeune si bien que je reproduis encore fidèlement ce
pattern27 aujourd’hui ? (à noter qu’angoisse et claustrophobie sont synonymes par le mot
resserrement.) C’est naturel pour mon corps de combler mes besoins psychiques
fondamentaux le besoin d’air pour vivre et respirer, l’espace entre moi et les autres
personnes, la liberté de décider et de discerner ce qui est bon pour moi. Si, à partir de
maintenant, je réponds à mes attentes par rapport à la vie en premier, il y a de fortes
chances pour que je laisse celles des autres à leur place comme cela je suis plus certain d’être
en accord avec eux ! Et sans violer leur espace28, parce que je dois me souvenir que si je me
sens étouffé, c’est parce que j’étouffe consciemment ou non les gens autour de moi.
L’angoisse apparaît aussi comme une attente inquiète et oppressante, appréhension de
« quelque chose » qui pourrait advenir, dans une tension diffuse effrayante et souvent sans
nom. Elle peut être liée à une menace concrète angoissante (telle que mort, catastrophe
personnelle, sanction). Il s’agit davantage d’une peur souvent liée à rien d’immédiatement
perceptible ou exprimable. C’est pourquoi les sources profondes de l’angoisse sont à
46
retrouver souvent chez l’enfant que j’ai été et sont souvent reliées à la peur de l’abandon, de
perdre l’amour d’un être cher et à la souffrance. Quand je me retrouve dans une situation
semblable, l’angoisse refait surface. Chaque fois qu’une de ces peurs ressurgit ou qu’une
situation, soit imaginaire soit réaliste, est vécue, cela est perçu par mon inconscient comme
un signal d’alarme où un danger est présent, l’angoisse réapparaît encore plus fort. Lorsque
je suis enfant, l’angoisse se manifeste souvent par la peur de l’obscurité et une tendance à
vivre une vie solitaire.
À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ d’user de discernement, de manifester courage et
confiance dans la vie pour me respecter et laisser aller les autres sans regret dans leur espace.
Je bannis de ma vie tout remords. Je vais ainsi voir « plus clair » et avancer dans la vie avec
beaucoup plus de lucidité. Je me donne le droit d’avoir la maîtrise de ma vie, de mes choix. Je
me fais confiance et je sais que la vie me donne tout ce dont j’ai besoin. Dans la mesure où je
m’attends au mieux et que j’accepte ↓♥ que je le mérite.
27 Pattern : schéma de pensée qui fait se répéter des événements dans ma vie.
28 Espace : signifie ici laisser aux autres la liberté de pensée ou d’action et les respecter.
ANGOR
VOIR : ANGINE DE POITRINE
ANITES
VOIR : ANUS — DOULEURS ANALES
ANKYLOSÉ (ÉTAT D’…)
VOIR AUSSI : ARTICULATIONS [EN GÉNÉRAL], PARALYSIE [EN GÉNÉRAL]
État d’engourdissement caractérisé par la disparition généralement temporaire des
mouvements d’une ou de plusieurs de mes articulations.
L’ankylose est partielle, mais peut être totale si je décide de devenir complètement
inactif ; c’est le premier pas vers une incapacité motrice, une certaine paralysie de mes
pensées. Je dois prendre conscience de la responsabilité à prendre si je décide de rester là,
à ne rien faire, à ne pas vouloir sentir ni bouger. Qu’est-ce que je crains ? Est-ce l’inconnu, ce
qui m’attend, quelque chose de nouveau pour moi qui me dérange ? Est-ce quelque chose que
je n’ai pas du tout envie de faire ? En qui ou en quoi je n’ose faire confiance ? Je peux aller
voir la partie du corps impliquée afin de me donner des informations additionnelles sur la
source de mon ankylose. Par exemple, si c’est dans le bras, suis-je dans un état où je refuse
les nouvelles expériences de vie ? Ai-je le sentiment d’être mutilé ? Ai-je le goût de tuer
quelqu’un ? S’il s’agit d’une épaule, est-ce que je trouve la vie lourde ; qu’une personne ou
qu’une situation est « tout un fardeau » ? Est-ce que la solitude ou la nécessité de faire face à
l’inconnu congestionne mes pensées ? S’il s’agit d’un pied, quelle est la direction que je ne
veux pas prendre et par rapport à laquelle je « m’engourdis » ? Si c’est mon corps en entier, je
m’engourdis par rapport à quelque chose ou à quelqu’un il s’agit d’une forme de fuite. Je suis
conscient que j’accumule de l’énergie dans cette partie du corps et qu’inconsciemment,
j’angoisse. Je veux rester sur mes positions et il est difficile de me faire changer d’opinion.
J’accepte ↓♥ qu’il est temps pour moi d’aller de l’avant ! à partir de maintenant, je suis
conscient de mes fautes (ou plutôt de mes responsabilités) et de mes expériences de vie et je
les reconnais.
Je dépose les armes, et j’accepte ↓♥ de reprendre le mouvement laissé temporairement et
je mobilise de nouveau mes pensées en restant ouvert. Je manifeste un esprit davantage
créateur.
ANNULAIRE
VOIR : DOIGT — ANNULAIRE
ANOREXIE MENTALE
VOIR AUSSI : APPÉTIT [PERTE D’ …], BOULIMIE, POIDS [EXCÈS DE …]
L’anorexie qui est un refus plus ou moins systématique de m’alimenter à cause de mon
rejet de ma propre image corporelle se nomme anorexie mentale (dans le langage
47
populaire, seul le terme « anorexie » est utilisé).
L’anorexie est caractérisée par un rejet complet de la vie. C’est le dégoût total pour tout
ce qui est vivant en moi et qui peut entrer dans mon corps laid pour l’alimenter. Ce
sentiment peut même se transformer en haine. Il existe plusieurs symboles de vie l’eau, la
nourriture, l’aspect maternel (mère), l’amour, le côté féminin. C’est le désir ardent et
inconscient d’échapper à la vie, de se détester et de se rejeter car je vis la peur extrême de
m’ouvrir à la merveilleuse vie autour de moi. Je vis du découragement à un point tel que je
me demande ce qui pourrait m’aider. J’ai le désir inconscient de « disparaître » pour
déranger le moins possible mon entourage. Je me rejette donc en permanence. Cela peut aller
jusqu’à une haine de moi-même qui m’amène à me punir et à m’autodétruire. Je vis dans la
honte et je voudrais tellement que l’on m’aime sans condition, tel que je suis et non pas pour
ce que je peux accomplir. Je nie mes propres besoins et je voudrais passer inaperçu. Cela
m’amène à vivre dans le secret et le mensonge. En me « faisant la vie dure », j’ai l’impression
de me racheter. C’est encore plus facile si c’est le traitement que j’ai reçu étant jeune, un
passé de domination, de punition et de reproches à mon égard m’amène à me comporter de
la même façon par rapport à moi-même. L’anorexie et l’obésité viennent d’un sentiment
profond inassouvi d’amour et d’affection, même si les deux maladies prennent
physiquement des chemins complètement divergents. Plusieurs troubles de l’alimentation
reposent sur la relation mère-enfant dans laquelle il existe ou il a existé un conflit. Moi
comme enfant, je veux fuir loin de ma mère qui est souvent anxieuse et qui voulait à tout
prix nourrir ses enfants. Je vis une dualité entre mon attachement à ma famille et mon désir
de me réaliser, ce qui m’oblige à m’en séparer. En plus, il s’agit très souvent d’une
contrariété quant à mon territoire que j’ai l’impression de ne pas avoir, de perdre ou
qu’on ne respecte pas. Ce territoire peut être constitué autant de mes possessions physiques
(vêtements, jouets, auto, maison, etc.) que de mes possessions non physiques (mes droits,
mes acquis, mes besoins, etc.) ou des personnes qui m’entourent (mon père, ma mère, mes
amis, mon mari, etc.). Je vis une contrariété qui est récente par rapport à quelqu’un ou à
quelque chose que je ne peux pas éviter et que je ne digère pas. Je peux me demander si
j’ai l’impression que quelqu’un essaie de me tuer. Ayant cette crainte, je cesse de manger et
veux inconsciemment provoquer cette mort. J’ai l’impression que ma survie dépend de ma
capacité à me couper des autres. En étant aussi mince que possible, on ne me verra plus, je
vais disparaître, me cacher pour être en sécurité. Je peux tout simplement rejeter l’image
maternelle de ma mère, surtout si celle-ci a un surplus de poids. Je veux éviter à tout prix
que mon corps se développe et que je me mette à lui ressembler de plus en plus je veux ainsi
tuer ma propre image ! Bien que l’anorexie se retrouve le plus souvent à l’adolescence, celleci
existe aussi chez le bébé et chez le jeune enfant. Si je me mets à la place du bébé, je
me rends compte que le refus de manger peut découler d’un contact troublé entre ma mère et
moi ce peut être la privation du sein maternel et de la chaude ambiance physique qui
devraient accompagner la tétée, la façon artificielle de nourrir, dosée et trop rigide dans son
application, la sur ou la sous-alimentation imposée par respect pour une courbe de poids
idéal avec mépris de certains rythmes alimentaires individuels changeants. Je peux réagir à
cela par un refus progressif de me nourrir, des vomissements, la perte de poids, des troubles
du sommeil, des caprices alimentaires, etc. Ma mère est aussi remplie de remords qui sont
porteurs dans une certaine mesure de la mort. Il est important que moi, comme mère, je
respecte les goûts, les rythmes propres à l’enfant et que je cesse de vouloir être la mère
parfaite et surprotectrice. Si je suis un enfant un peu plus vieux et que je manifeste
l’anorexie, elle est habituellement plus atténuée et se caractérise par un « petit appétit »,
étant un petit mangeur qui déteste la corvée des repas, ayant des caprices alimentaires avec
refus obstiné de certains aliments, achevant rarement ma portion, vomissant fréquemment et
mastiquant sans fin la même bouchée. À cet âge, la table et ses impératifs sociaux jouent un
rôle important, car les repas sont une réunion familiale sous l’autorité parentale où des
réactions ou des conflits peuvent survenir. L’anorexie est fondamentalement mon besoin de
combler un vide intérieur de nourriture affective. J’ai besoin de l’amour et de
l’acceptation ↓♥ inconditionnels de ma mère intérieure. L’anorexie, contrairement
à l’obésité, est la tentative de faire mourir de faim mon vide intérieur pour le rendre tellement
48
petit qu’il disparaîtra et qu’il ne demandera plus rien du tout. C’est l’une des raisons pour
lesquelles je continue à me voir gros (fixation mentale sur la grosseur) même si je suis mince
et svelte. Autrement dit, je continue à voir mes besoins affectifs et émotionnels très grands et
je me sens dépassé par eux. Il existe à l’intérieur de moi une lutte de pouvoir, entre la vie et la
mort. L’attention des autres m’est nécessaire pour me sentir en vie, alors j’adopte des
comportements, des attitudes de victime où je m’oblige à changer mon apparence physique.
Je veux que les autres me « remplissent », comblent mes besoins. Cependant, comme je ne
me donne pas moi-même cet amour dont j’ai tant besoin, que je refuse mes émotions, ma
sensibilité, mon côté enfant, les autres sont aussi durs envers moi. L’anorexie peut
également se rapporter à un sentiment d’être grondé par la vie et par ma mère, symbole
maternel qui me pousse quand même vers le désir d’indépendance et d’individualité. C’est la
raison pourquoi je rejette la nourriture en même temps que ma mère, parce que j’ai
toujours eu l’impression de sentir uniquement son puissant contrôle maternel dans ma
jeunesse. Je vis donc le sentiment d’être hors de mon propre contrôle par rapport aux
événements et je tente d’une manière exagérée de reprendre ce contrôle. Je peux aussi avoir
vécu ce manque de contrôle dans une certaine situation ou par rapport à quelqu’un et j’ai
l’impression que la seule chose sur laquelle je peux avoir un contrôle partait et qui va me
donner un partait état de bien-être (en apparence…) c’est la nourriture que je choisis ou
refuse de donner à mon corps. « Je n’aime pas la manière qu’a ma mère de m’aimer et je la
déteste pour cela. » « Je veux rester une jeune fille ou un jeune garçon car je veux me
rapprocher le plus possible d’une forme de “pureté” physique et intérieure. » (C’est durant la
puberté que se manifeste généralement l’anorexie.) C’est une recherche absolue de
jeunesse. Le fait de devenir très maigre m’amène généralement à ne plus ressentir de plaisirs.
Je me coupe ainsi de toutes sensations physiques reliées à la sensualité ou à la sexualité. C’est
comme si je meurs, je veux me tuer. En tant que jeune fille ou jeune garçon, je refuse les
stades sexuels reliés à mon âge, ne pouvant pas contrôler ceux-ci, si bien que toute tentative
d’intimité sexuelle, de découverte et d’abandon vers un éventuel partenaire (absence de
maturité) sont quasi inutiles. Si je vis tout cela d’une manière profonde, c’est fréquemment
relié à un profond traumatisme sexuel passé, à un abus ou à une insécurité affective. Je peux
même me sentir agressé par les changements qui s’opèrent dans mon corps physique. Cette
expérience a amené le désespoir à prendre place dans mon corps physique et « j’ai fermé la
porte » à mes désirs physiques, spirituels et émotionnels.
Accepter ↓♥ graduellement ma féminité ou mon côté intuitif et émotif chez le garçon est
essentiellement la première chose à faire pour régler mon état anorexique. J’utilise la
manière que je veux, mais je dois le faire ! J’accepte ↓♥ une certaine intimité sexuelle,
féminine et même maternelle (car j’ai à apprendre à aimer ma mère !). J’apprends à aimer
mon corps et à aimer les autres ! J’y vais lentement, car c’est une situation délicate où je dois
m’ouvrir à l’amour et à la beauté de l’univers. Je demande de l’aide, si nécessaire. Et surtout,
je reste ouvert à ce que la vie me réserve ! Acceptation ↓♥ et amour inconditionnel seront
grandement appréciés. Je fais des activités (sportives ou autres), si possible. Voici une
parenthèse intéressante. En tant que personne anorexique, je peux avoir l’impression de
me retrouver intérieurement comme prise dans des « anneaux » (anneau-rexique), comme si
j’étais à l’intérieur de plusieurs « houla-houp » qui m’isolent du reste du monde tout en
intensifiant mon sentiment de limitation par rapport à la vie. Je reste ouvert à tout autre
signe de ce genre. Je me visualise en train de me libérer de ces anneaux en leur disant
« MERCI » pour la prise de conscience qu’ils m’ont aidé à faire tout en sachant que
maintenant, ils ne sont plus nécessaires. Je visualise aussi cette image à chaque inspiration,
plus de lumière entre en moi afin de remplir mon sentiment de vide intérieur. Je choisis la
vie, en ignorant ce que les autres peuvent penser de moi. Je me donne l’amour, la douceur
dont j’ai besoin au lieu de l’attendre des autres de là la vraie satisfaction et la joie intérieure !
ANTHRAX
VOIR : PEAU — ANTHRAX
ANURIE
VOIR : REINS — ANURIE
49
ANUS
L’anus est l’orifice du rectum, l’endroit par où je laisse aller ce dont je n’ai plus besoin.
C’est à cet endroit où je résous mes conflits, mes ressentiments intérieurs. Les problèmes
ici sont reliés au fait de « retenir et de laisser aller » ; c’est pourquoi si je suis un enfant et que
je constipe ou que je salis ma couche, c’est souvent pour me venger de parents que je
considère comme autoritaires, manipulateurs ou abusifs. J’ai vraiment l’impression que
quelqu’un m’emmerde ! C’est l’endroit de décharge des principales toxines du corps humain.
C’est une partie cachée de mon corps qui correspond habituellement à ma partie inconsciente
et qui camoufle parfois des sentiments très durs de violence, de colère, d’amertume. Ce peut
être le cas si j’ai vécu une situation où je me suis senti sexuellement abusé, notamment s’il y a
eu une pénétration forcée. J’ai dû me mettre à nu, que ce soit au sens propre (se dévêtir) ou
figuré (avoir à divulguer un secret, exprimer mes vraies émotions, ce qui implique un certain
risque). II y a quelque chose qui m’indigne et que je veux à tout prix expulser de moi, ne
pouvant pas digérer ce qui s’est passé. Le pardon me semble impossible à faire et une alliance
qui peut être autre que mon mariage est à jamais détruite. Je me retrouve avec un conflit
d’identité qui me brûle. L’anus se situe au niveau du bassin, proche du coccyx et du premier
chakra ou centre d’énergie, le siège entre le soi et l’univers qui m’entoure. Il est relié à la base
énergétique du corps. Certaines peurs intérieures, le stress et les émotions s’évacuent par cet
orifice. Je peux vérifier les situations suivantes « Qu’est-ce que je tente d’ignorer au point de
le retenir ? Jusqu’où puis-je me laisser aller ? Suis-je capable de relaxer et de laisser la vie me
guider ? Suis-je prêt à vivre de nouvelles sensations par rapport à la vie ? » À quoi ou à qui
est-ce que je me ferme ? Je peux avoir tendance à retenir des émotions négatives au point de
m’emprisonner moi-même, je peux m’accrocher à quelque chose ou à quelqu’un, ce qui
m’amène beaucoup de douleur intérieure. Je vis de la complaisance quand je voudrais
plutôt me faire plaisir à moi. Les difficultés au niveau de l’anus sont souvent en relation avec
mon rapport faussé par rapport à l’argent.
J’accepte ↓♥ de me faire confiance, tout en laissant aller ce dont je n’ai plus besoin et en le
remplaçant par de nouvelles idées, des attitudes positives et de nouveaux projets !
ANUS — ABCÈS ANAL
VOIR AUSSI : ABCÈS [EN GÉNÉRAL]
L’abcès est un amas de pus, de frustrations et d’irritabilité liées à une situation
que je ne veux pas lâcher ou laisser aller (anus). Souvent, même si je me retiens, cela
m’échappe malgré moi.
Cet abcès sortira ou se manifestera de toute façon. Il est possible que je sois en colère
contre moi-même car je ne veux pas « évacuer », céder devant certaines fixations mentales
qui nuisent à ma vie présente. Je peux même être rempli de vengeance par rapport à une
situation passée ou à quelqu’un à qui je refuse de pardonner. Je me suis senti abaissé,
ridiculisé, anéanti même. Dans mon quotidien, je manifeste ce manque de lâcher-prise par le
fait qu’il y a des objets dont je ne veux pas me défaire et qui pourtant ne sont pas d’une
grande valeur ou utilité.
Ce malaise me dit que je dois accepter ↓♥ de faire confiance à la vie et à ce qu’il y a de
beau autour de moi. Je me fie à quelqu’un ou à quelque chose et, surtout, je pardonne aux
gens qui m’entourent. Je m’abandonne et je fais confiance à la vie.
ANUS — DÉMANGEAISON ANALE
VOIR AUSSI : PEAU — DÉMANGEAISONS
Les démangeaisons sont reliées à des remords et à de la culpabilité par rapport à mon
passé récent. Quelque chose m’irrite ou me chatouille et je me sens coupable dans ce que j’ai
à retenir ou à laisser aller. Je porte un masque, je cache ma vraie identité. Mes regrets et ma
colère peuvent résulter de relations sexuelles insatisfaisantes, vides d’amour. Je me
questionne par rapport à certains événements du passé que je veux évacuer de toutes mes
forces.
C’est dans mon intérêt d’accepter ↓♥ d’écouter mon corps et d’atteindre la satisfaction en
50
tout car la culpabilité ne fait que freiner mon évolution, sans véritables bénéfices.
ANUS — DOULEURS ANALES
VOIR AUSSI : DOULEUR
Les douleurs anales appelées anites sont reliées à la culpabilité. Je me fais mal car je
ne me crois pas assez efficace pour réaliser mes désirs. C’est une forme d’autopunition, une
irritation, l’envie de me condamner d’une manière qui manifeste une blessure intérieure, ma
sensibilité déchirée à la suite d’un événement passé que je n’ai pas encore accepté ↓♥, il peut
s’agir d’une culpabilité vécue par rapport à ma sexualité (la mienne ou celle des autres). Je vis
une détresse profonde qui peut amener la perte sanguine et même, dans certains cas,
l’hémorragie. Je m’inflige une autopunition depuis très longtemps et je me replie sur moimême.
Je peux accepter ↓♥ de devenir plus responsable de mes désirs, arrêter de me dévaloriser
dans ce que je suis et cesser de m’empêcher de vivre et de me punir inutilement. Je pourrais
cesser d’être incommodé en ayant le « derrière en feu », et repartir à neuf en acceptant ↓♥
davantage mes expériences passées, présentes et à venir et ainsi foncer davantage dans la vie.
J’arrête de me détruire et j’accepte ↓♥ de voir toute la beauté que je manifeste. Je vis pour
moi au lieu de toujours agir selon les désirs et attentes des autres.
ANUS — FISSURES ANALES
Les fissures anales sont de légères fentes entraînant le saignement au niveau de
l’anus, ce qui signifie une certaine perte de joie de vivre reliée à une situation que je dois
changer.
Si je vis de la tristesse qui peut me « fendre le cul », je vérifie ce qui entraîne cette
tristesse et j’accepte ↓♥ les changements dans ma vie. Je peux me sentir faible et je veux me
protéger du monde extérieur. Ma vulnérabilité m’amène à stagner, à me confiner dans des
positions bien établies. Je préfère rester dans certaines situations désagréables au lieu de
prendre le risque d’avancer vers l’inconnu. Je me sens déchiré dans une situation, dois-je
retenir ou laisser aller ? Je m’accroche à ce que j’ai acquis. Je veux m’autosuffire, ne pas avoir
besoin de l’aide des autres.
J’accepte ↓♥ de dire maintenant « ça suffit ! » aux personnes qui m’en demandent trop.
Je cesse d’attendre après les autres pour changer. J’élimine ma frustration, ma colère
par rapport à une personne ou à un événement « qui me fend le derrière » ou par rapport
auquel je peux me sentir « assis entre deux chaises ». Je reprends la place qui m’était
destinée. Je m’affirme dans mes besoins et j’arrête de vouloir plaire aux autres.
ANUS — FISTULES ANALES
VOIR AUSSI : FISTULES
Une fistule anale trouve son origine dans une situation que je vis et où j’expérimente de
la colère par rapport à ce que je veux retenir et que je n’arrive pas à garder en moi. C’est
comme si je voulais garder de vieux déchets du passé (vieilles formes-pensées, émotions,
désirs) mais je n’y arrive pas. Je peux même entretenir des sentiments de vengeance par
rapport à quelqu’un ou à quelque chose. Je retiens ainsi des émotions du passé qui sont
teintées de rancune. La manifestation est la fistule, sorte de canal communiquant
anormalement entre un viscère et la peau. Je n’arrive pas à me décider entre le physique et le
spirituel, entre les désirs et le détachement (au sens large). J’ai l’impression de ne pas
bouger. Je m’enferme dans mon monde, dans mes pensées noires, me sentant incapable de
communiquer ce que je ressens. Je peux vivre une situation où je ne me sens pas tout à fait
marié ou tout à fait divorcé et cette situation me déchire. J’aurais besoin de consulter
quelqu’un mais je préfère ruminer dans mon coin. J’ai l’impression de rafistoler cette
relation mais tout n’est pas complètement réglé. Dois-je couper cet anneau qui me lie à
l’autre ? J’ai l’impression que certaines choses me filent entre les doigts.
Je reste ouvert au niveau du coeur♥ et j’accepte ↓♥ avec volonté de vider complètement
ces « poubelles » d’idées noires, malsaines et vengeresses ici et maintenant. J’apprends à
communiquer librement ce que je vis sur le moment et ma vie devient alors beaucoup plus
51
joyeuse et équilibrée.
ANXIÉTÉ
VOIR AUSSI : ANGOISSE, NERFS [CRISE DE …], NERVOSITÉ, SANG — HYPOGLYCÉMIE]
L’anxiété est une certaine peur de l’inconnu qui peut se rapprocher de l’état
d’angoisse. Elle se manifeste par certains symptômes maux de tête, chaleurs, crampes,
palpitations nerveuses, grandes transpirations, tensions, augmentation du débit de la voix,
sanglots et même insomnies.
Si je suis anxieux, je peux vivre le « frisson de l’angoisse » : ce frissonnement vient du
froid et me rappelle que j’ai peur. C’est une maladie qui me sert la gorge, qui me fait perdre la
maîtrise de moi-même et le contrôle des événements de ma vie, m’empêchant d’user de bon
sens et de discernement. Je peux aussi ressentir soit un déséquilibre, soit une déconnexion
entre le monde physique sur lequel je peux avoir un certain contrôle et mes perceptions par
rapport au monde immatériel pour lesquelles je n’ai pas toujours d’explications ou de
compréhension rationnelle. Je n’ai plus le contrôle le « ciel peut me tomber sur la tête » à
tout moment ! J’ai constamment un sentiment de danger imminent, mais qui est indéfini. Je
peux être anxieux dans n’importe quelle situation JE DEVIENS CE SUR QUOI JE PORTE
MON ATTENTION. Si mon attention est constamment centrée sur la peur de ceci ou de cela,
il est certain que je vivrai de l’anxiété qui peut être reliée de près ou de loin à ce qui se
rapproche de la peur de la mort ou à ce qui pourrait me la rappeler. La mort, les choses que
j’ignore ou que je ne vois pas, mais qui peuvent exister, font monter en moi cette peur. Je ne
fais pas confiance à la vie.
Alors, même si je crains l’inconnu et que je nie inconsciemment la vie et son
processus, j’accepte ↓♥ de placer maintenant mon attention sur ceci : j’ai confiance et je suis
persuadé que ce qui m’arrive est le mieux pour moi, à l’instant présent et dans l’avenir. Les
symptômes disparaîtront, ainsi que la peur de mourir.
APATHIE
VOIR AUSSI : SANG — ANÉMIE/HYPOGLYCÉMIE/MONONUCLÉOSE
L’apathie est une forme d’insensibilité ou de nonchalance. J’abandonne par rapport à la
vie, je deviens indifférent et je n’ai aucune motivation pour changer quoi que ce soit.
Je vis dans un marasme constant, je n’ai aucun intérêt pour la vie. L’apathie peut
survenir à la suite d’événements qui remettent en question ma raison d’être en ce monde. Je
me révolte par rapport à autant d’injustice. Je veux prendre mes distances afin d’éviter de
souffrir encore. Je vis dans l’angoisse « que ça pourrait encore arriver ». Je peux vouloir
partir d’une situation en la fuyant par manque de motivation ou de joie ou par peur d’être
déçu. Je résiste et je refuse de voir et de sentir ce qui se passe à l’intérieur de moi et autour de
moi, ce qui me conduit à un certain taux d’insensibilité afin de me protéger. L’apathie peut
aussi être reliée à la honte profonde et à la culpabilité. Je tente ainsi de devenir insensible à
mon être intérieur. Je suis comme un robot, ne trouvant pas de sens à ma vie. Je vis selon les
normes des autres. De cette façon, je peux rester déconnecté de mon moi profond.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à la vie et à de nouvelles expériences agréables que je maintiens
afin de trouver un nouveau but à ma vie. J’y mets l’attitude voulue. Je laisse mon coeur♥ me
guider en toute spontanéité. C’est ainsi que je redécouvre un goût pour la vie, en laissant tous
mes sens jouir de chaque moment.
APHASIE
VOIR AUSSI : ALEXIE CONGÉNITALE, PAROLES
L’aphasie est un trouble de l’expression et/ou de la compréhension du langage oral ou
écrit (alexie), dû à une lésion cérébrale localisée. D’une façon plus générale, l’aphasie est la
perte de la mémoire des signes habituels avec lesquels l’homme échange ses idées avec ses
semblables. Les centres du langage sont situés dans l’hémisphère gauche du cerveau ou côté
rationnel qui est spécialisé dans les fonctions de lire, parler, compter, analyser, réfléchir,
établir des relations. Il correspond à mon côté Yang (émetteur, action).
Je m’interroge sur ma façon de transmettre mes messages. Est-ce que mon inconscient a
52
peur de ne pas être compris ? Est-ce que je doute de moi dans ma capacité d’expression ? Je
suis angoissé à l’idée de m’exprimer, je n’ose pas de peur de « créer des vagues » autour de
moi. Je reste ainsi à un niveau superficiel, je ne peux pas aller en profondeur donc cela
m’évite de découvrir des choses qui me déplairaient. Je me sens dans une prison et en même
temps, cela me libère d’avoir à tout expliquer, à tout justifier. Je crains d’être jugé par mes
semblables et la méfiance m’amène à vouloir tout contrôler.
J’accepte ↓♥ les événements de ma vie au niveau de mon coeur♥, sans avoir à tout
rationaliser. Je prends le temps de choisir consciemment les bons mots pour exprimer ce qui
doit être dit, en délogeant mes peurs, mes doutes et mes insécurités. J’ose être moi-même,
j’exprime mes peines et mes déceptions, sachant que c’est le moyen le plus efficace de me
libérer de mes secrets et de ma souffrance je retrouve ainsi la paix intérieure et le désir
d’explorer l’univers duquel je m’étais dissocié.
APHONIE OU EXTINCTION DE VOIX
La voix est l’expression de soi, la créativité. Une trop grande émotion (détresse,
inquiétude) peut m’amener à ne plus savoir quoi dire ou quelle direction prendre ni comment
interpréter cette direction par rapport à l’émotion vécue. II se peut que cette forte émotion ait
été vécue sur le plan sexuel et se répercute plus directement sur la gorge ou sur les cordes
vocales car, d’une certaine façon, mon deuxième centre d’énergie (sexuel) est relié plus
directement à la gorge, mon cinquième centre d’énergie. De toute façon, ma sensibilité
(hyperémotivité) en a pris un coup et je n’arrive plus à dire quoi que ce soit ! J’en ai le souffle
coupé ! Si je disperse trop mes énergies, notamment à la suite d’un choc émotionnel, un
« vide » intérieur va se créer en raison de mon désarroi intérieur et les sons vont être
« aspirés » par ce vide. C’est comme si je ravalais mes mots au fond de ma gorge. C’est donc
important pour moi de reprendre contact avec le souffle de ma communication
intérieure. Il est même possible que cette expérience me protège parce que je suis dans un
état où je ne dois plus parler, où je ne peux plus dire de secrets. Est-ce que j’utilise d’une
manière saine ma voix et mes cordes vocales ? Dois-je rester silencieux pendant un certain
temps ? On dit parfois la parole est d’argent et le silence est d’or… Ou est-ce quelqu’un qui
m’a réduit au silence de force ? Je peux, d’une façon générale, me sentir impuissant à
m’exprimer car j’ai l’impression que je ne vaux « pas grand-chose ». J’ai l’impression qu’il
vaut mieux se taire que de « dire des bêtises ». Je voudrais tellement qu’on écoute ce que j’ai
à dire, qu’on me reconnaisse pour qui je suis, qu’on me respecte. Parfois, je me sens tellement
spécial mais cela est de courte durée et le doute s’installe, ma culpabilité réapparaît et je me
recroqueville sur moi-même. Au lieu de vivre pour moi-même, je vis en fonction des autres et
comme je ne sais pas toujours quoi dire pour recevoir l’approbation des autres, je préfère me
taire soit que je décide de ne plus parler, soit que mes cordes vocales décident elles-mêmes
de ne plus émettre de sons.
J’accepte ↓♥ d’exprimer mes émotions, ma créativité et mes idées de la façon où je me
sens le mieux, dans le respect de mes capacités.
APHTE
VOIR : BOUCHE — APHTE
APNÉE DU SOMMEIL
VOIR : RESPIRATION [MAUX DE …]
APOPLEXIE
VOIR : CERVEAU — APOPLEXIE
APPENDICITE
VOIR AUSSI : ANNEXE III, PÉRITOINE — PÉRITONITE
L’appendicite est définie comme l’inflammation de l’appendice du caecum (du latin
« Aveugle ») situé à la base du gros intestin.
Cette maladie provient d’une colère reliée à une tension ou à une situation aiguë
que je n’arrive pas à régler, qui me fait « bouillir » intérieurement et dont je m’indigne. Il
53
s’agit le plus souvent d’une situation sur le plan affectif qui vient déséquilibrer ma sensibilité
et mes émotions. Ma peur peut avoir suscité cet événement car j’entretenais des pensées
noires et je me faisais du souci, ce qui l’a fait se manifester. Je sens une lutte intérieure entre
la vie et la mort. Je vis une profonde angoisse et je fais face à un choix que j’ai de la difficulté
à faire à cause des responsabilités qui vont en découler. Je préfère fuir dans mon travail ou
dans les choses à faire. Je me sens comme dans un « cul-de-sac » (c’est la forme de
l’appendice), parce que j’ai le sentiment d’être opprimé, ce qui déclenche en moi peur,
insécurité, lassitude, abandon. Le plus souvent, cette contrariété est en rapport avec un
ou des membres de la famille ou en lien avec les principes et les idées rattachés à la famille.
Ce peut être une situation qui a rapport à l’argent, et particulièrement à l’argent de poche. Je
devais peut-être empocher un montant d’argent que j’ai perdu à la dernière minute. Ce peut
être aussi quelque chose ou quelqu’un que je voudrais voir « s’ajouter » ou « s’incorporer » à
ma vie mais une circonstance l’en empêche. Par exemple, je veux peut-être que mon conjoint
vienne vivre chez moi mais il ou elle ne veut pas ou je n’ai pas suffisamment de place pour
l’héberger, etc. Il y a une « obstruction » au courant de vie et je refoule une multitude
d’émotions. Je suis en train de franchir une nouvelle étape, un tournant dans ma vie et j’ai
peur des changements que cela amènera puisque je vis une dépendance par rapport à
certaines personnes. Cela peut même aller jusqu’à la peur de vivre. Je n’arrive plus à filtrer
efficacement les nouvelles réalités pour m’en protéger. Je ne vois pas d’autre issue à ma vie.
J’ai l’impression que je ne peux pas me débarrasser, me vider de quelque chose. Je stocke
jusqu’à ce que mon appendice n’en puisse plus. J’ai besoin de parler de ce que je vis, j’ai
besoin de « vider mon sac » car j’ai de la difficulté à digérer ce qui se passe, je trouve cela très
désappointant. Je me sens dans une impasse et je trouve une situation très « moche » et
difficile à digérer. J’ai peur de la vie et je retiens ma spontanéité. J’ai l’impression qu’à tout
moment, on peut m’agresser, me « vider les poches », autant au niveau matériel qu’à celui de
l’amour. Je peux difficilement éliminer les aspects négatifs de ma vie. Les symptômes
habituels sont la chaleur, la rougeur, reliée à l’inflammation, et la douleur, reliées à la
tension. J’éprouve une très vive souffrance lorsque l’appendicite se transforme en
péritonite (éclatement de l’appendice).
J’accepte ↓♥ de m’arrêter, de prendre du recul et de vivre en fonction de mes besoins au
lieu des attentes des autres. Je laisse la vie prendre son cours et j’accepte ↓♥ les situations de
mon existence comme ce qu’il y a de mieux pour moi. Je reste ouvert au niveau du coeur♥ et
je laisse tomber mes protections (barrières) doucement et harmonieusement. Je prends le
temps de me détendre et je goûte pleinement la vie.
APPÉTIT (EXCÈS D’…)
VOIR AUSSI : BOULIMIE, SANG — HYPOGLYCÉMIE
La nourriture représente la vie et est également reliée au plaisir, à une certaine joie de
vivre. La nourriture comble donc mon (mes) besoin(s) physique(s) et émotionnel(s) et un
excès peut vouloir dire que je veux compenser pour avoir plus de vie en moi, ayant besoin de
combler un vide intérieur. C’est une insatisfaction intérieure profonde par rapport à
l’amour et une faim d’amour (comme la « soif d’amour »), un besoin de diminuer une
tension ou simplement de m’occuper pour ne pas avoir besoin de réfléchir à mon sujet. Je
juge sévèrement mes propres émotions. J’évite de regarder à l’intérieur de moi et je trouve
dans la nourriture ce sentiment de liberté et de satisfaction à combler tous mes désirs, quelle
que soit la quantité absorbée. C’est peut-être le cas lorsque je suis en état d’hypoglycémie qui
est relié à un manque de joie dans ma vie, ou à un désir excessif pour le sucré (relié à
l’amour) qui montre un besoin évident de tendresse et d’affection. Chez les enfants, il est
facile de reconnaître leurs besoins affectifs carencés29 : ils manifestent aisément le goût pour
tout ce qui est sucré. Que je sois un adulte ou un enfant, c’est toujours mon coeur♥ d’enfant
qui est blessé et je dois donner davantage d’amour à mes enfants ou en recevoir pour
combler mes besoins.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que le fait de manger est directement relié au fait
de se récompenser ou se consoler. Maintenant, je reste ouvert à cette belle énergie d’amour
pour trouver un équilibre, une véritable communication, une reconnaissance du moi, un
54
échange entre ce que je suis et ce dont j’ai besoin. L’appétit s’équilibre du même coup lorsque
je suis mieux comblé émotionnellement.
29 Carencés : en manque.
APPÉTIT (PERTE D’…)
VOIR AUSSI : ANOREXIE
Comme la nourriture est reliée à la vie, une perte d’appétit peut être attribuée à de la
culpabilité (je ne mérite pas de vivre, j’ai peur, je me protège) ou à une perte de joie, de
motivation par rapport à une personne ou à une situation. Elle survient souvent à la suite du
départ d’un être cher (décès, rupture, déménagement, etc.). Je me sens perdu. La blessure
étant très grande, je la garde vivante en m’autodétruisant. Je peux aussi mettre trop
d’attention sur une situation particulière de ma vie et j’en oublie de manger. Je refuse d’aller
de l’avant, d’avoir des impressions nouvelles et des expériences excitantes qui me rendent
encore plus joyeux. Mes émotions « me coupent l’appétit ». Je repousse ainsi mes désirs,
mes aspirations, mes passions, ma curiosité, mes goûts. Souvent, mon appétit sexuel est
aussi en « perte de vitesse ». Je refuse d’absorber, de digérer, de manger le nouveau qui se
présente à moi dans la vie parce que cela ne me convient pas. Je crois que les autres
m’écrasent ou qu’ils m’empêchent de vivre. C’est plutôt moi qui préfère me fondre dans la
masse ou me faire absorber (souvent par mon partenaire ou l’un de mes parents). On me
« mange la laine sur le dos30 ». Je me punis ou me sacrifie, ne croyant mériter mieux et
voulant être approuvé par les autres.
J’accepte ↓♥ de rester ouvert au niveau du coeur♥ à l’aventure et à la vie ; j’augmente ma
propre estime de moi et je peux accepter ↓♥ les « nouvelles impressions » (nouveaux goûts) et
faire un pas de plus. L’équilibre de l’appétit reviendra. Comme « l’appétit vient en
mangeant », la VIE vient avec la VIE ! J’accepte ↓♥ de prendre ma place et de
reconnaître cette passion et ces désirs qui ne demandent qu’à s’extérioriser, notamment à
travers ma créativité.
30 Se faire manger la laine sur le dos : se laisser exploiter sans réagir
APPRÉHENSION
L’appréhension est reliée à un doute, à une crainte par rapport à une situation ou à
une personne par rapport à laquelle je sens du « danger ». Intérieurement, je vis de
l’incompréhension par rapport à ce qui m’arrive. Mon mental commence à affabuler sur
toutes sortes d’idées et je risque d’être décentré.
Je place mon attention sur mon être intérieur à partir de maintenant et j’accepte ↓♥ au
niveau du coeur♥ les expériences de la vie, tout en me protégeant.
ARTÈRES
VOIR : SANG — ARTÈRES
ARTÉRIOSCLÉROSE OU ATHÉROSCLÉROSE
VOIR AUSSI : SANG/ARTÈRES/CIRCULATION SANGUINE
L’artériosclérose, aussi appelée athérosclérose, est une maladie dégénérative qui
provient de la formation de dépôts lipidiques (sortes de gras lié au cholestérol) sur les parois
des artères cérébrales, coronariennes, rénales ou des membres inférieurs. L’artériosclérose
est aussi une maladie dégénérative qui provient de la destruction des fibres musculaires et
élastiques qui la forment. L’une ou l’autre des maladies se manifeste par un durcissement des
artères et des artérioles, impliquant surtout un épuisement et une perte d’élasticité au niveau
de la paroi de celles-ci, une capacité plus faible de dilatation et de circulation du sang, une
augmentation des dépôts graisseux, donc moins d’amour exprimé au niveau du coeur♥.
Cet état progressif se manifeste si je suis endurci, si je suis ou si je deviens inflexible
ou tendu en ce qui a trait à la communication et à mes pensées. C’est la manifestation d’une
résistance très forte et d’une étroitesse d’esprit physique et intérieure. L’expression et
la réception d’amour et de joie deviennent limitées et restreintes. Il y a donc un déséquilibre
par rapport au fait de donner et partager avec les autres et le fait de recevoir. J’ai des idées
55
fixes et impitoyables, je suis souvent intransigeant, rigide, et sans compassion ; j’ai aussi
tendance à ne voir que le côté sombre ou négatif de la vie. Je peux refouler inconsciemment
mes émotions et dire non à l’amour car je crains de m’exprimer. Peut-être que je vis trop en
fonction des principes et de la morale que l’on m’a transmis étant plus jeune au lieu de vivre
selon mes valeurs à moi. Je reste emprisonné dans ce carcan car je me sens en sécurité.
Toutefois, je stagne au lieu d’évoluer et de grandir. Puisque ma vision des choses est limitée
et même diminuée par mes peurs, il en est de même de mes artères. Je suis tout simplement
sclérosé31, cristallisé comme mes artères. Je me sens confiné chez moi. Au lieu de me référer
à mon intuition pour savoir ce qui est bon pour moi, je me fis à des repères extérieurs. Peutêtre
ai-je l’impression de m’être trompé et que je me suis jugé sévèrement. Où et quand ai-je
déjà vécu une expérience traumatisante qui me fait même détester une partie de moi au point
de la renier et où me suis-je senti rejeté ? Cette maladie est donc probablement reliée à une
blessure amoureuse ou à la non-reconnaissance de cet amour dans ma vie. À quoi bon voir ce
qui est excellent pour moi ? Pourquoi exprimer mes sentiments ? Pourquoi m’impliquer ou
m’engager dans une relation si je risque d’être blessé ? Mon corps m’indique qu’il y a un
changement à faire face à mon comportement par rapport à la vie. Je prends conscience
que ce qui s’accumule dans mes artères, ce sont la culpabilité, l’amertume, la honte, les
regrets que je vis chaque jour.
En acceptant ↓♥ d’avoir une attitude plus ouverte, tolérante et douce par rapport à moimême
et aux expériences que je vis, tout le processus d’union avec le moi intérieur et
l’univers se manifeste davantage. Je fais montre de joie, de sérénité et de flexibilité envers
ceux et celles qui m’entourent et je m’abandonne à la véritable expression de l’amour. Les
gens de mon entourage sentiront ce changement. J’accepte ↓♥ de recevoir de l’aide. J’ai aussi
à développer plus de créativité (artère = art-terre) sur le plan physique et avec la matière. La
vie prend soin de moi. Je m’exprime librement afin d’éviter d’autre accumulation dans mes
artères et je repousse mes limites afin de m’engager pleinement dans mes relations
interpersonnelles.
31 Sclérosé : figé, qui n’évolue pas.
ARTHRITE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : ARTICULATIONS [EN GÉNÉRAL], INFLAMMATION
L’arthrite est définie comme l’inflammation d’une articulation. Elle peut affecter
chacune des parties du système locomoteur humain. Sa forme la plus extensive est la
polyarthrite rhumatoïde dénommée actuellement polyarthrite chronique évolutive.
Elle se caractérise par de l’inflammation, de la raideur musculaire et de la douleur qui
correspond, au plan métaphysique, à de la fermeture, de la critique, du chagrin, de la
tristesse ou de la colère. Symboliquement parlant, la grâce et la liberté de mouvement sont
les principales qualités liées à l’articulation. Quand celle-ci devient inflexible ou qu’elle se
durcit, l’arthrite est associée à une certaine forme de rigidité de mes pensées (des pensées
cristallisées), de mes attitudes ou de mes comportements, si bien que toutes les émotions
profondes que je devrais exprimer normalement le sont par la manifestation physique de
cette maladie. Ainsi, l’arthrite survient si je suis trop inflexible, trop exigeant, têtu,
intolérant, très moraliste, critiqueur, restreint ou trop orgueilleux par rapport à
moi-même, aux autres ou aux situations de mon existence. Un sentiment d’impuissance
accompagne habituellement la souffrance qui me freine. Je me sens restreint par le système
dans lequel je vis et je critique l’autorité qui enfreint ma liberté. La vie est un éternel combat,
une lutte de chaque instant. Je vis le sentiment particulier d’être mal aimé, de ne pas être
aimé et apprécié à ma juste valeur, ce qui amène chez moi beaucoup de déception et
d’amertume par rapport à la vie et de la mauvaise humeur. Je manifeste alors un esprit
exagérément rationnel. Je critique souvent sur tout ou rien parce que j’ai peur de la vie et que
j’éprouve souvent une forme d’insécurité chronique. Je me sens exploité ; je fais des
actions et pose des gestes, plus pour faire plaisir aux autres que par volonté réelle et intérêt,
si bien que je dis « oui » par devoir alors qu’en vérité, c’est non. Je me dis victime mais cela
me convient car je peux ainsi attirer l’attention. Je me sens impuissant et je rends les autres
responsables de mon « calvaire32 ». Je peux en vouloir au monde entier spécialement ceux
56
que j’aime, mais c’est plutôt à moi-même que j’en veux. J’ai peur de la douceur, la tendresse,
l’amour qui m’habitent. J’ai peut-être vécu un traumatisme d’enfance et je refoule
maintenant mes émotions, sans admettre ce qui s’est passé (occultation) car « j’ai beaucoup
souffert dans une telle expérience et je me permets (inconsciemment) de blâmer et de me
plaindre pour que les autres puissent comprendre jusqu’à quel point j’ai eu mal ». Cette
manifestation se rapporte au complexe du sacrifice de soi. L’arthrite peut provenir aussi
de la façon dont je me traite ou je traite les autres par rapport à la critique. L’arthrite
occasionne aussi une sorte d’action rétrograde ; j’ai l’impression d’être ramené vers
l’arrière sur le plan énergétique, comme si on m’indiquait de faire autre chose d’autre dans
une direction différente, plutôt que d’aller vers l’avant. Puisque ma peur, ma faible estime de
moi et ma rigidité font en sorte que de profondes émotions se créent par rapport au
pourquoi, au comment ou à la direction de mes mouvements dans la vie, je peux avoir le
sentiment d’être contraint, restreint, immobilisé ou renfermé. J’éprouverai alors une
difficulté à fléchir (mon attitude), à être mentalement flexible ou capable d’abdiquer.
L’articulation arthritique m’indique ce que je vis et me donne plus d’informations. Au
niveau des mains (doigts), la question est « Est-ce que je fais vraiment ce que je désire et ce
que je veux faire ? Est-ce que j’ai une bonne « prise de main » sur mes propres affaires ? Y at-
il des gens à qui je n’ai plus le goût de « donner la main » ? Je me sens coupable, percevant
ma vie comme un échec parce que j’ai l’impression de ne pas pouvoir la maîtriser. Ma liberté
et ma spontanéité à « manier » ce qui se passe dans mon univers sont limitées par ma rigidité
et ma dureté. Je m’obstine à ce que les choses se passent d’une certaine façon et je refuse
l’aide des autres. Je me retrouve dans une structure rigide à l’extrême car j’ai peur de
l’inconnu. Aux coudes : « Est-ce que je suis inflexible aux changements de directions à
prendre dans ma vie ? Est-ce que je permets aux autres d’être libres et d’exprimer leur plein
potentiel » ? Aux genoux : « Devant qui ou quoi ai-je l’impression de devoir me mettre à
genoux et devant qui ou quoi je ne veux pas plier » ? Aux hanches, je suis en colère car les
autres ne voient pas mes besoins. Je voudrais qu’ils répondent à mes attentes sans avoir à les
demander. Le bassin servant dans mes mouvements, lorsqu’il y a une frustration ou un
sentiment d’impuissance, je n’ose plus bouger, je me coupe de la circulation de la vie.
À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ de vérifier mes véritables intentions par rapport à
l’amour. Je dois changer ma façon de penser et adopter une nouvelle attitude par rapport
aux situations de ma vie. En restant ouvert à l’amour qui est omniprésent (partout) et en
l’exprimant de façon plus honnête, libre et spontanée, mon coeur♥ sera rayonnant et je
respecterai les autres autant que moi-même. Amitié, compréhension et pardon sont
maintenant disponibles pour moi. J’accepte ↓♥ que la seule personne sur laquelle j’ai un
pouvoir, c’est moi-même. Je me vois créateur de ma vie. Les autres ne sont qu’un reflet de la
façon dont je me traite. En prenant bien soin de moi, les autres en feront autant.
32 Calvaire : épreuve longue et douloureuse.
ARTHRITE — ARTHROSE
VOIR AUSSI : ARTICULATIONS, OS
L’arthrose est une atteinte non inflammatoire et dégénérative des cartilages avec
réaction osseuse secondaire. Elle est localisée ou habituellement généralisée à l’ensemble du
corps. Cependant, ce sont davantage les articulations soumises à d’importantes contraintes
mécaniques qui sont concernées, telles celles de la colonne vertébrale (vertèbres cervicales
[du cou], des vertèbres lombaires [bas du dos]), des hanches, de la main, des genoux, des
chevilles. La douleur qu’elle occasionne est d’origine « mécanique » et non inflammatoire et
apparaît habituellement après un effort soutenu et disparaît au repos (cette maladie porte
aussi le nom de rhumatisme d’usure).
Lorsque je souffre d’arthrose, c’est comme si j’amplifiais davantage mes attitudes, mes
« patterns33 » et mes pensées rigides. Cette maladie est reliée à un durcissement mental,
à une absence de « chaleur » dans mes pensées (le froid et l’humidité accélèrent l’apparition
de l’arthrose), souvent par rapport à l’autorité. Je vis facilement de l’injustice et j’accuse
les autres pour tout et pour rien. Mes raideurs m’empêchent de plier, d’abdiquer, tout comme
dans ma vie où je n’ai plus le goût de plier devant les autres. C’est la motivation exagérée à
57
accomplir une action sans chercher le repos ou l’équilibre 0e me rends jusqu’au bout de mes
limites sans m’arrêter à savoir si je m’en demande trop), une impression de subir une
personne ou une situation maintenant devenue intolérable, ou une forte réaction refoulée par
rapport à une forme quelconque d’autorité. Je me sens enchaîné, j’ai l’impression d’être
soumis à des travaux forcés, d’être obligé de faire certaines choses dont j’ai honte car je
« vaux plus que cela ». Je suis très perfectionniste et je me critique sans cesse. Je suis amer
par rapport aux autres qui, je le pense, ne m’aiment pas. Je veux laisser tomber les armes,
démissionner car je n’en peux plus. Ma peine est immense car je m’accroche à un événement
ou une personne de mon passé. J’ai de la difficulté à voir la réalité en face et je fuis mes
émotions profondes. Je m’oublie et je me coupe du plaisir car je me convaincs que je dois
m’occuper des autres avant moi. Je suis très intransigeant et rigide envers moi-même. J’ai de
la difficulté à accepter ↓♥ les changements et les nouvelles opportunités qui s’offrent à moi et
qui peuvent venir remettre en question mes vieilles croyances. Mon entêtement permanent
provoque une tension constante.
Mon corps me parle et j’ai présentement intérêt à l’écouter ! Je peux intégrer cette
maladie en commençant à accepter ↓♥ consciemment que je vis de la colère et que mes
pensées sont rigides. L’énergie qui s’écoule à travers moi est fluide, harmonieuse, en
mouvement. En restant ouvert au niveau du coeur♥ à cette énergie et en reconnaissant que
j’ai quelque chose à changer, je peux renverser le processus et améliorer ma santé ! Je
deviens plus flexible et j’accepte ↓♥ les autres tels qu’ils sont, sans vouloir les changer. La
flexibilité au niveau de mon corps physique réapparaîtra alors. Je décide dès maintenant que
j’ai droit au bonheur. Je prends soin de moi et les autres en profitent. Je vis pleinement le
« ici et maintenant » et je m’attends à ce qu’il y a de mieux pour moi.
33 Patterns : Schémas, structures.
ARTHRITE DES DOIGTS
VOIR : DOIGTS — ARTHRITIQUES
ARTHRITE GOUTTEUSE
VOIR : GOUTTE
ARTHRITE — POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
La polyarthrite rhumatoïde ou chronique évolutive est une inflammation portant
simultanément sur plusieurs articulations. Le système immunitaire est si malade qu’il
commence à s’autodétruire, s’attaquant au tissu conjonctif des articulations (collagène), si
bien que le risque d’une infirmité généralisée avec de la douleur et du gonflement articulaire
est possible.
C’est carrément une attaque de mon propre moi, tellement les fortes émotions de
rancune et de douleur n’arrivent pas à s’exprimer. La polyarthrite rhumatoïde est
reliée à un profond mépris de soi, à une haine ou à une rage refoulée depuis
longtemps, à une critique de soi si intense que cela affecte l’énergie la plus fondamentale
de mon existence. J’ai vécu des expériences où je me suis senti très honteux ou coupable.
C’est la manifestation d’une critique beaucoup plus importante par rapport à l’autorité
ou à tout ce qui représente l’autorité pour moi : individu, gouvernement, etc. Je refuse de
me plier à cette autorité, peu importe les conséquences ! J’ai pris en « grippe » tous les
gens qui me dérangent ou qui m’ont fait du mal. Ma mobilité devient limitée et je n’arrive pas
à m’exprimer librement (dans le cas notamment de certaines directions à prendre) car mes
articulations sont trop douloureuses. Mon corps devient rigide, comme mes attitudes. Je
n’arrive pas à exprimer mes fortes émotions et j’ai l’impression d’être constamment opprimé
et soumis. J’adopte alors des comportements d’effacement, d’auto sacrifice, et je rumine mes
émotions. Je sers de « bouc émissaire » en me sacrifiant à une cause quelconque. J’ai
l’impression qu’on est « toujours sur mon dos ». Cette maladie peut m’indiquer une difficulté
à accomplir des gestes que j’étais capable d’exécuter autrefois avec beaucoup de dextérité.
Maintenant, j’ai l’impression d’être plus maladroit ou gauche. Je me dévalorise donc par
rapport à cette activité où j’excellais et j’ai l’impression de perdre de la dextérité, de la force
ou de la précision. Cette maladie se retrouve par exemple chez la couturière qui, après
58
quelques années, a l’impression d’être plus lente, moins habile. Les sportifs sont souvent
atteints de polyarthrite, à cause principalement du sentiment de dévalorisation qu’ils
peuvent vivre parce qu’ils ne sont pas à 100 % de leurs capacités, ou que leurs performances
ont diminué. Ces symptômes mettent en évidence comment je peux me surdiscipliner car je
suis extrêmement exigeant envers moi-même. Je ne me laisse pas de place à l’erreur. Je
refuse les douceurs de la vie. Ma rigidité, ma frustration et ma colère intérieure me font
serrer les poings. Elles sont très souvent canalisées par le biais du sport pratiqué. Une fois
que je suis moins actif ou que je laisse cette carrière sportive, les mêmes frustrations doivent
se manifester autrement, et pourra apparaître à ce moment la polyarthrite rhumatoïde.
Celle-ci peut se produire aussi si je suis compulsif, très obstiné, moralisateur ou je vis un
malaise par rapport au pouvoir. Ce dernier se manifeste par ma tendance à vouloir tout
diriger mais je ne m’en rends pas compte. J’ai tendance à me sacrifier pour les autres, ce qui
résulte souvent d’une agression refoulée ; mais jusqu’à quel point j’agis avec amour, en me
respectant ? La rigidité tant physique qu’intérieure s’aggrave à cause de cette obstination
profonde à ne pas vouloir changer et de cette culpabilité qui me ronge au plus profond de
moi.
J’apprends à m’accepter ↓♥ avec mes forces et mes faiblesses. Même si j’ai l’impression
d’être moins bon ou moins efficace, je regarde toute l’expérience que j’ai acquise au fil des
années. Je reconnais qu’elle est un atout précieux qui fait de moi une personne
exceptionnelle. L’ouverture au niveau du coeur♥ est essentielle si je veux libérer toutes les
émotions qui empoisonnent mon existence. À partir de maintenant, je reprends mon plein
pouvoir sur ma vie, en commençant par m’aimer et par m’accepter ↓♥ tel que je suis. Je
prends la place qui me revient ! J’accepte ↓♥ d’adopter de nouvelles façons d’être. Je réévalue
mes priorités dans la vie et je me fixe de nouveaux objectifs qui sont plus réalistes et en
harmonie avec ce que j’aime et me procurent du plaisir et de la joie de vivre.
ARTHRITE RHUMATISMALE
VOIR : ARTHRITE — POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
ARTHROSE
VOIR : ARTHRITE — ARTHROSE
ARTICULATIONS (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : ARTHRITE — ARTHROSE
Une articulation est une partie du corps où se réunissent deux ou plusieurs os
permettant un mouvement adapté34 à l’anatomie du corps humain (synonyme : joint,
jonction, jointure).
L’articulation représente la facilité, la mobilité, l’adaptabilité et la flexibilité,
donnant au mouvement grâce et fluidité. Toutes ces qualités simples sont possibles avec une
articulation en parfait état. Cependant, elle a aussi ses limites. Comme l’os représente la
forme d’énergie la plus « dense », la plus fondamentale de mon existence, les problèmes
articulaires sont impliqués dans toutes les composantes physiologiques du corps humain
(tissu, sang, etc.). Ainsi, un trouble articulaire indique une résistance, une retenue, une
certaine raideur dans mes pensées, dans mes actions ou dans l’expression de mes émotions
souvent refoulées. Une inflammation survient si j’ai peur d’aller de l’avant je deviens
incapable de bouger, j’ai de la difficulté à changer de direction, je joue le jeu d’être détaché
émotionnellement, je n’agis pas avec spontanéité, j’hésite ou je refuse de m’abandonner à la
vie et de faire confiance. D’où une colère qui résulte souvent du fait que j’ai refusé de
communiquer mes frustrations et mes déceptions. Lorsque je bouge avec douleur ou
difficulté, mon corps exprime que je ne veux pas comprendre (ou accepter ↓♥ de comprendre)
quelque chose qui me limite dans l’expression du Soi. Je me sens pris, verrouillé dans un
aspect de ma vie. J’ai de la difficulté à être articulé, à voir clair dans mes pensées et à pouvoir
les exprimer. Je me sens comme un « p’tit cul35 » avec bien peu de possibilités. Des
douleurs articulaires (arthralgie) montrent que les émotions et les chocs ont été
supportés longtemps et ils deviennent insupportables parce qu’il y en a trop. Ces douleurs
indiquent un repli sur soi, un manque de flexibilité (envers soi ou envers les autres) ou un
59
manque d’adaptation. Une raideur dans les articulations me dit comment je peux
également « être raide » (rigide) dans ma façon de penser, intolérant et que j’aurais avantage
à déposer mes oeillères afin de voir la vie d’une façon plus positive. Je peux vivre trop en
fonction des structures et de l’autorité extérieure au lieu d’écouter ma voix intérieure qui
devrait être l’autorité suprême. J’ai l’impression de porter l’univers tout entier sur mes
épaules. Si mes articulations craquent, je m’en veux d’avoir fait ou dit certaines choses
quand pourtant, aucune autre personne ne m’a fait des reproches. Si mon corps en vient à
une dégénérescence d’une articulation, je me retire dans ma tête, mon rationnel, me
coupant ainsi totalement de cette existence que je refuse. Par rapport à ma rigidité à
comprendre, en regardant la partie du corps affectée, je peux activer le processus qui consiste
à accepter ↓♥ que j’ai quelque chose à comprendre. Par exemple, les poignets, les
coudes, les épaules ou les mains douloureux indiquent que je dois cesser une action ou un
travail quelconque. Je veux me replier sur moi-même (coudes) car je suis fatigué ou las de
faire ce que je fais ou d’être ce que je suis ; je ne veux plus en être responsable (épaules). Les
hanches, les genoux et les pieds (membres inférieurs) indiquent que je ne désire plus
poursuivre la vie avec les difficultés qu’elle comporte. Je dois me rappeler que l’attention sur
un seul et même endroit (c.-à-d. fixer inconsciemment l’énergie ou l’émotion sur une seule
articulation) peut faire cristalliser cette énergie et immobiliser l’articulation. Dans ce casci,
le processus d’acceptation ↓♥ au niveau du coeur♥ est essentiel pour intégrer la prise de
conscience par rapport à cette maladie et ainsi s’en libérer. Une jointure est un endroit où
deux os se rencontrent. Un malaise ou une maladie concernant celle-ci dénote une
inflexibilité par rapport à moi-même ou envers une personne ou une situation. Je peux
trouver par rapport à quel aspect de ma vie j’ai avantage à être plus flexible en regardant
quelle partie de mon corps est affectée. Est-ce que ce sont les jointures de mes doigts, de
mes poignets, de mes chevilles, etc. ? Les émotions et les chocs accumulés deviennent tout
à coup insupportables et indiquent un repli sur soi. Les pensées douloureuses et
obsessionnelles se fixent et se cristallisent en un point précis dans mon corps.
En acceptant ↓♥ de m’écouter, je peux retrouver ainsi mon vrai pouvoir et reconnaître
tout le bon qui existe en moi. Je peux avancer, évoluer, faire les changements qui s’imposent
dans ma vie d’une manière fluide harmonieuse.
34 Les os du crâne reliés entre eux sont généralement considérés comme des articulations immobiles.
35 Un p’tit cul : comme un moins que rien.
ARTICULATIONS — ENTORSE
Les entorses sont dues à une lésion des ligaments d’une de mes articulations.
Les articulations représentent la flexibilité et ma capacité à me plier aux différentes
situations de ma vie. Le poignet et la cheville sont l’expression de l’énergie, juste avant
qu’elle ne se manifeste dans le physique. L’entorse me signale que j’applique les freins et
que je ne veux pas faire ce qui m’est demandé. Je résiste ou je vis de l’insécurité par
rapport à la direction que je prends (cheville) ou dans ce que je fais (poignet)
présentement ou ce que je pourrais faire dans une nouvelle situation. Je suis prêt à tout pour
ne pas céder mais quand la pression est trop forte, ce sont mes ligaments qui prennent le
coup et peuvent aller jusqu’à se déchirer. Je vis de la culpabilité et je veux me punir parce que
je résiste. Je vis une tension mentale qui ne peut plus être tolérée. J’ai le goût de
démissionner. Selon mon taux de résistance, d’entêtement, de colère, de culpabilité ou de
tension mentale, j’aurai une entorse bénigne aussi appelée foulure, où les ligaments sont
simplement distendus, ou une entorse grave, où les ligaments sont rompus ou arrachés.
Dans ces derniers cas, je vis une rupture, une déchirure avec une personne ou une situation.
On veut « m’arracher » quelque chose que je refuse de laisser aller. Je prends conscience de
ce que je faisais et ressentais au moment où c’est arrivé. Je peux me demander « suis-je sur le
point de faire quelque chose auquel il serait préférable de renoncer ? » Est-ce que la façon
dont je traite une situation me cause une tension ou une angoisse réelle ? Est-ce que je siège
sur une base instable et dérangeante mentalement ? Est-ce que je refuse d’avouer mes torts
par rapport à une personne ou situation ? Est-ce que je m’appuie sur de bons fondements ou
sur mes peurs ? Est-ce que j’ai fait une entorse à la justice ? Est-ce qu’il y a eu entorse par
60
rapport à mon intégrité ?
J’accepte ↓♥ de prendre le temps de me réorienter ou d’apporter les changements
nécessaires pour que je puisse être bien dans ma peau et aller de l’avant librement. J’accepte
↓♥ la présence de cette entorse pour m’amener à faire des changements. Si l’acceptation ↓♥
est faite, la guérison va être rapide et complète. Mais si, parce que maintenant je ne peux pas
ou peu marcher, je me dévalorise et je me sens inutile et « bon à rien », la guérison sera
beaucoup plus longue. C’est pourquoi j’ai avantage à voir cette situation (l’entorse et ce
qu’elle implique) d’une façon positive et constructive.
ARTICULATIONS TEMPORO-MANDIBULAIRE
VOIR : BOUCHE [MALAISE DE …], MÂCHOIRES [MAUX DE …]
ARYTHMIE CARDIAQUE
VOIR : COEUR♥ — ARYTHMIE CARDIAQUE
ASPHYXIE
VOIR : RESPIRATION — ASPHYXIE
ASTHÉNIE NERVEUSE
VOIR AUSSI : BURNOUT
L’asthénie nerveuse est semblable au « burnout », qui est une forme d’épuisement
énergétique et nerveux. Cependant, elle est différente de la fatigue, qui est un phénomène
naturel, puisqu’elle ne provient pas du travail ou d’un effort et qu’elle ne disparaît pas
nécessairement avec le repos.
Je me sens au bout du rouleau et mon énergie « vitale » en est affectée. C’est un mal de
l’âme intériorisé sur une longue période de ma vie. La manifestation s’installe à différents
niveaux (physique et intérieur), plusieurs états ou sentiments fondamentaux refont surface
peur, tristesse profonde, émotivité amplifiée, remords d’expériences passées et même
amertume. Je refuse la vie que je mène. Je vis du découragement et je n’ai nullement le goût
de commencer quoi que ce soit. Même si l’asthénie, qu’elle soit somatique, psychique ou
réactionnelle, peut découler de plusieurs causes, je vérifie ce qui m’amène à manifester cet
état.
J’accepte ↓♥ de pouvoir changer cela à la condition de trouver la cause profonde qui m’a
amené à « perdre » toute ma belle détermination d’être et de faire et à avoir une attitude
passive et de fuite devant l’effort.
ASTHME (APPELÉ AUSSI « CRI SILENCIEUX »)
VOIR AUSSI : ALLERGIES, POUMONS [MAUX AUX …], RESPIRATION [MAUX DE …]
L’asthme est une affection respiratoire caractérisée par la difficulté à respirer, pouvant
même aller jusqu’à la suffocation. Lors d’une crise d’asthme, la réaction du système
immunitaire par rapport aux substances causant des allergies (allergènes) est tellement forte
qu’elle peut entraîner un blocage de la respiration corporelle, des sifflements respiratoires et
parfois même la mort. J’ai besoin de prendre la vie en moi (inspiration) et je n’arrive pas à
donner (expiration) au point où je commence à paniquer (j’inspire facilement, mais
j’expire avec difficulté), si bien que la respiration, c’est-à-dire mon habileté à respirer,
devient insuffisante et très limitée car je libère un minimum d’air.
Je vis une immense angoisse, ayant peur de mes propres forces et voulant fuir à toutes
jambes. Je me cache derrière un titre, un diplôme, une organisation, une structure pour être
en sécurité. Ainsi, je me sens étouffé par le pouvoir que je donne aux autres mais c’est encore
mieux que de devenir autonome et de prendre mes responsabilités. Cette situation, je peux la
vivre comme enfant ou adulte. Si je suis bébé et que je suis asthmatique, je vis une
angoisse qui ressemble à celle de mes parents et qui est épouvantable. Nous vibrons au
même diapason et je me demande si j’ai la force de vivre. Je voudrais qu’on me sauve, qu’on
me libère de ce danger qui me guette. Je vis de l’impuissance et je vis en fonction des autres.
Est-ce que je m’accroche à certaines personnes ou à certaines choses que je refuse de laisser
aller ? Est-ce que je m’étouffe avec de la rage ou de l’agressivité que je refuse de voir au point
61
où cela me « prend à la gorge » ? Est-ce que j’ai peur de manquer de quelque chose, surtout
d’amour ? Ainsi, l’asthme est fondamentalement relié à l’action d’« étouffer ». Je me sens
pris à la gorge, emmuré ; je suffoque, j’étouffe par rapport à un être aimé ou à une
situation. Je refuse ce qui se passe dans ma vie et je désire toujours quelque chose d’autre.
Avec cette attitude, je me coupe de tout sentiment de liberté. Je crois devoir vivre dans
l’obligation des choses au lieu du libre choix. Je fais constamment par rapport à une
personne d’autorité qui m’empêche de m’exprimer et me « coupe le sifflet ». Je ne sens plus
que j’ai la liberté de parler et d’occuper mon espace. Je peux même vivre dans un climat de
dispute qui m’amène à la confrontation, à l’affrontement, qui empoisonne ma vie et qui
représente une menace pour moi. J’ai tellement peur que j’en ai le souffle coupé. J’ai
l’impression que toute ma vie est en pleine effervescence. Je voudrais tellement me
retrouver comme par magie dans le ventre de ma maman où je serais en sécurité…
Cependant, cet amour, surtout de mes parents, peut être étouffant je peux avoir l’impression
d’avoir une mère trop couveuse et de laquelle j’ai peur ou un père trop autoritaire et peut-être
aussi trop maternel. J’ai l’impression parfois que pour rester en vie, il ne faut absolument pas
que je montre que je suis en vie, il faut disparaître. Je voudrais donc prendre ce qui me
revient mais en même temps, c’est dangereux. J’utilise l’asthme pour attirer l’amour,
l’attention ou une forme de dépendance affective. L’asthme étant semblable à l’asphyxie
et à l’allergie, je peux avoir le sentiment d’être limité et de me laisser envahir par les
autres dans mon espace vital, d’être facilement impressionné par le pouvoir des autres
au détriment du mien, de vouloir faire plaisir, d’accomplir des actions qui ne me conviennent
pas, allant même jusqu’à étouffer pour signifier une révolte intérieure reliée à une situation.
C’est un excellent moyen de me sentir fort, d’obtenir tout ce que je veux en manipulant
autrui… Comme personne, si je ne veux pas voir mes limitations, la confiance en moi sera
remplacée subitement par de l’inquiétude et de l’angoisse. Je ne saurai pas comment
« dealer » avec mes émotions et je sentirai une grande solitude. Je croule sous le poids des
responsabilités et je dois les assumer sans l’aide de personne. Il est intéressant de
mentionner que des études scientifiques ont démontré que les crises d’asthme chez les
enfants se produisent en très grande majorité au mois de septembre. C’est tout à fait normal
car moi, comme enfant, je viens de passer tous les mois d’été à jouer à l’extérieur de la
maison, profitant du grand air, avec les amis de mon choix. Lorsque je retourne à l’école, tout
est ordonné, minuté. Je peux me sentir étouffé par tout cet encadrement et les obligations de
faire (les devoirs par exemple) ou les choses que je ne peux plus faire (comme me coucher
plus tard le soir). J’aurai à apprendre à bien connaître mes forces et mes faiblesses afin d’être
en harmonie avec la vie et de me permettre d’apprécier celle-ci. Les autres feront tout pour
me sauver ! J’ai l’image d’une personne faible qui exige beaucoup d’amour sans être prête au
don d’Amour, comme un enfant qui crie pour ses besoins sans avoir la maturité de partager
et de s’ouvrir suffisamment au don divin. La vie est un échange mutuel, équilibré et
constant entre donner et recevoir. Tout cela est évidemment relié à une peur du
passé, à une sorte d’amour étouffant que j’ai interprété comme tel (généralement
maternel), à une tristesse de la prime enfance refoulée. C’est aussi une peur remontant à ma
première respiration, lors de ma naissance, où je me suis senti étouffé ou apeuré par ma
mère (inconsciemment) ou par une situation semblable. Ainsi, la respiration symbolise
l’indépendance de vie, l’individualité, la capacité de respirer soi-même. Je n’arrive pas à
manifester un sentiment d’indépendance, à vivre ma propre vie, je me sens rejeté par
l’arrivée de quelqu’un d’autre, j’éprouve des difficultés à me prendre en main et à décrocher
de mes attaches parentales (une dépendance répressive, surtout par rapport à la mère ou à la
conjointe). Je ne conçois pas de me séparer de cette merveilleuse image (ma
mère) douce et rassurante, de me marier ou de voir mes parents divorcer sans
que je sois en réaction. Lorsque je manifeste une crise d’asthme, je veux crier mon
désespoir, ma peine, mon incompréhension. Si je suis en contact avec une personne, une
situation ou une pensée que je ne peux absolument pas tolérer (« j’en suis totalement
allergique ! », et par rapport à laquelle je me sens incapable de m’affirmer, la crise
d’asthme apparaît. Je suis dans une colère « bleue », je suis fou de rage et la crise d’asthme
s’ensuit.
62
J’accepte ↓♥ d’exprimer ce qui m’étouffe et à occuper mon espace. Je vérifie si le malaise
revient périodiquement et je change ma programmation mentale. Je prends maintenant ma
vie en main, je donne généreusement et tranquillement sans forcer. Je reconnais
humblement ce que je suis capable de réaliser même si cela semble peu et, surtout, j’accepte
↓♥ de m’ouvrir au niveau du coeur♥ et de travailler avec le processus d’intégration qui
correspond à ce dont j’ai vraiment besoin. Tout s’arrangera pour le mieux, je serai satisfait,
comblé d’amour, de tendresse et doté d’une respiration normale et équilibrée. J’apprends à
m’aimer et à aimer la vie. J’apprends aussi à me faire confiance totalement. À chaque
inspiration, je me sens davantage soutenu et sécurisé par la vie et à chaque expiration,
j’apprends à laisser aller le contrôle, à lâcher prise et laisser couler dans le courant de la vie.
Je prends ainsi de plus en plus d’expansion et je reprends toute la place qui m’appartient.
J’apprends à m’aimer dans mon unité.
ASTHME DU BÉBÉ
L’asthme du bébé est encore plus prononcé que l’asthme commun. Le nourrisson a
tellement peur de la vie et de vivre qu’il manifeste déjà à ce stade le refus d’être ici. Il est bon
que je lui parle en pensée ou en parole avec un coeur♥ ouvert pour lui dire combien il est
aimé, apprécié, et que je veille à lui procurer ce dont il a besoin.
ASTIGMATISME
VOIR : YEUX — ASTIGMATISME
ATAXIE36 DE FRIEDREICH
L’ataxie de Friedreich37 est une maladie du système nerveux caractérisée par des
dégénérescences touchant la moelle épinière et le cervelet38
Elle a généralement pour origine un schème de pensée chez moi, en tant que mère. Ce
schème est si puissant que le foetus que j’ai engendré (l’enfant en gestation) le capte et
répond à celui-ci sans condition (comme l’amour d’une mère pour son enfant). Je m’attends
tellement à avoir un enfant qui répondra à mon ou à mes rêves qu’il finira par sentir une
totale impuissance à me combler. Étant cet enfant, j’ai peur de ne pas pouvoir accomplir
toutes les tâches que ma mère me demande et de ne pas être à la hauteur de ce pour quoi je
me suis programmé. J’ai peur de ne pas avoir le véhicule physique (A- « taxi » -e)
approprié au bon moment. Je sens que ma liberté est déjà atteinte, restreinte. Il se manifeste
alors un blocage en ce qui a trait à mon développement. Je veux m’isoler du reste du monde.
En tant que mère, je vis dans un royaume imaginaire où il faut garder un certain statut social
et je n’aime pas qu’on vienne déranger l’apparent calme qui y règne. Cependant, quel que soit
l’âge de l’enfant, je me dois de lui expliquer que j’ai peut-être des idéaux pour lui, mais que
c’est parce que je l’aime et que je veux ce qu’il y a de mieux pour lui.
Quelles que soient les forces ou les difficultés de mon enfant, je l’aime tel qu’il est et il n’a
pas à devenir un « superman ». J’accepte ↓♥ de revoir mes priorités dans la vie, ce qui compte
vraiment pour moi. Si l’enfant est au stade de gestation, je peux lui parler intérieurement
parce que, même à cet âge, il comprend tout ce que je lui dis. S’il est un peu plus âgé, je
prends le temps de lui parler il sentira alors tout l’amour que j’ai pour lui et le processus de
guérison pourra alors s’enclencher. Rien ne vaut l’amour et le pardon pour rétablir
l’harmonie entre deux êtres.
36 taxie : incoordination des mouvements.
37 Friedreich (Nikolaus) (1838-1927) : neurologue allemand qui a décrit pour la première fois cette maladie en 1881. Il s’intéressa
principalement aux ataxies de forme héréditaire.
38 Cervelet : est situé à la base du crâne#; il est responsable de la coordination des muscles nécessaires à l’équilibre et au
mouvement.
ATHÉROSCLÉROSE
VOIR : ARTÉRIOSCLÉROSE
ATROPHIE
VOIR AUSSI : MUSCLES — MYOPATHIE
L’atrophie est la diminution de volume et de poids d’un organe, d’un membre ou d’un
63
tissu.
Elle me montre qu’il y a nombre de choses que je me retiens de faire, d’exprimer et de
manifester et que je n’ose accomplir. II y a une sensation de perte ou de diminution quelque
part dans une des sphères de ma vie qui me rend vulnérable. Je perds ainsi ma raison de
vivre et je me laisse dépérir. Puisqu’il en est ainsi au niveau émotif, mon corps en fait autant.
Pourquoi garder quelque chose dont je n’ai plus besoin ou que je n’utilise plus ? Je sacrifie
mes rêves au détriment des autres. Je peux me culpabiliser de ne pas avoir bien accompli
certaines tâches, et les membres avec lesquels je les ai accomplis pourront être atteints. Il
m’arrive aussi de me punir moi-même parce que je n’ai pas atteint mes buts qui sont souvent
hors de portée ou irréalistes. Il est important d’aller voir quelle partie du corps est atteinte ;
ce qui va me donner davantage d’informations. Prenons par exemple, l’atrophie
musculaire (amyotrophie) je deviens passif, n’osant plus bouger car les gestes que je fais
sont « toujours » jugés mauvais ou passent inaperçus.
J’accepte ↓♥ de m’être caché derrière cette attitude défaitiste mais maintenant, il n’en
tient qu’à moi de me relever et d’aller de l’avant. Je cesse de me diminuer, je reconnais mes
forces et je les mets à profit. Je repousse toute critique et je me concentre sur mes qualités et
sur ce que j’ai à faire, sachant que je suis constamment guidé. À partir d’aujourd’hui, je relève
mes manches, je sais que je peux m’en sortir, quelle que soit la situation. J’ai la capacité et le
courage d’y faire face en toute confiance et avec détermination. Je m’engage à respecter l’âme
que je suis et j’accepte ↓♥ de devenir créateur de ma vie.
ATTAQUE CARDIAQUE
VOIR : COEUR♥ — INFARCTUS [… DU MYOCARDE]
AUDITION (MAUX D’…)
VOIR : OREILLES — SURDITÉ
AURICULAIRE
VOIR : DOIGTS — AURICULAIRE
AUTISME
L’autisme est le refus ultime de faire face à la réalité physique du monde extérieur, ce
qui amène une forme de repli sur mon monde intérieur où règnent l’imaginaire et les
fantasmes.
Je fuis une situation ou mon entourage parce que j’ai trop mal, ou parce que je vois ma
sensibilité bafouée. Ma peine, ma tristesse, ma rancoeur♥, mes peurs ou mon désespoir sont
tellement grands que je me « coupe » du physique tout en continuant à avoir ce même corps
physique. Je me réfugie dans un mutisme qui représente pour moi ma seule façon de m’en
sortir car le monde extérieur m’apparaît comme hostile et menaçant. Je peux vouloir éliminer
une ou des personnes de ma vie et dans ce dessein, je les ignore, je fais comme s’ils
n’existaient pas. Le fait que moi, en tant que personne autistique, je me sois « renfermé »
volontairement dans ma « bulle » hermétique implique que je reçoive des milliers
d’informations par jour qui sont « emmagasinées » et « stockées » dans mon monde intérieur
au lieu d’échanger celles-ci avec d’autres personnes. Je me retrouve dans un trou noir, une
route qui me paraît sans issue. J’ai l’impression que les standards que je dois atteindre sont
tellement élevés qu’il est plus facile de me retrancher dans un mutisme plutôt que d’avoir à
me dépasser constamment et d’avoir à « rendre des comptes » aux autres (parents,
professeurs, autorité, patron, etc.). Je me dois d’être « hyper » performant quand je parle.
Cela m’amène à aller vérifier des dizaines de fois avant de prononcer une parole car si je me
trompe, cela serait catastrophique… Je m’oblige donc à me taire et garder les informations à
l’intérieur de moi si ce que je dis n’est pas parfait. C’est comme si ma parole est piégée en moi
car je voudrais dire les choses mais la pression que j’ai est tellement grande que je préfère
garder le silence. Dès ma venue en ce monde, je me sentais exclu, différent, marginal. Ma
peur qu’on me blesse ou que je ne sois pas à la hauteur des attentes des autres m’amène à me
replier sur moi-même. Mon impuissance à accomplir mes rêves et mes ambitions me pousse
à vivre dans un monde où personne n’a accès. Je me bâtis une forteresse autour de moi. Je
64
suis en quelque sorte en exil. Cet isolement que je vis met en évidence ce besoin de perfection
envers moi-même et me rappelle d’autant plus que je suis qu’un « moins que rien » je suis un
échec total car je n’ose même pas essayer. Il arrive très souvent que je sois un enfant
hypersensible et que même dans le ventre de ma mère, je pouvais déjà sentir toutes les
angoisses et incertitudes de mes parents. Ils pouvaient voir le monde dans lequel j’allais vivre
comme hostile. J’ai décidé de vivre dans ma tête parce que les autres sont dangereux pour
moi. Mes états intérieurs présents étaient sûrement semblables à ceux de mes parents
(comme c’est toujours le cas puisque nous sommes en résonance). Il est important que les
parents conscientisent leur état intérieur qui ressemble au mien (leur impossibilité de
communiquer dans certains domaines de leurs vies) afin que tout un chacun sorte de sa
prison psychologique. Mon entourage doit être capable de communiquer à partir de
l’intérieur (ou du monde intérieur) avec moi pour m’amener à me connecter de nouveau ou
davantage au monde physique. Ainsi, en me projetant dans mon monde intérieur, on est plus
à même de prendre contact avec moi et de mieux reconnaître mes besoins et mes peurs pour
que je puisse ensuite manifester la confiance et l’ouverture nécessaires pour reprendre
contact avec le monde physique.
J’accepte ↓♥ de me bâtir une sécurité intérieure, une confiance en moi, afin de pouvoir
reprendre contact avec le monde qui m’entoure. Même s’il peut y avoir un certain risque, je
décide de faire le pas, d’aller vers les autres. La vie est faite de défis. Je regarde tous les rêves,
tous les projets qu’il m’est possible de réaliser en acceptant ↓♥ de renaître à moi-même et à la
vie. Je sais que j’aurai toujours le support nécessaire et l’aide dont j’ai besoin. J’arrête de me
critiquer. Je sais que je suis différent, unique, que j’ai des talents précieux et que j’ai toute la
liberté nécessaire pour les cultiver, à mon rythme, en toute sécurité.
AUTOLYSE
VOIR : SUICIDE
AUTOMUTILATION
VOIR AUSSI : AMPUTATION
L’automutilation est un comportement qui m’amène à m’infliger des blessures ou des
lésions. Il se peut que cette attitude puisse provenir d’un état mental déjà perturbé comme
chez les psychotiques, les schizophrènes, les enfants déficients.
Cependant, cela peut provenir du fait que je vive une grande culpabilité dans ma vie qui
peut être associée à une grande irritabilité retournée contre moi, puisque je ne me sens pas
digne d’être ce que je suis. La haine et la colère que j’ai envers moi-même, le fait de vouloir
me punir et de devoir souffrir sont mis en évidence dans mes actes d’automutilation. Au
lieu de m’exprimer avec des mots, l’automutilation devient un outil d’expression de mes
frustrations. Je peux aussi me servir de ces blessures que je m’inflige pour m’attirer de
l’attention, que j’identifie à de l’amour. C’est comme si je voulais manifester physiquement
ma souffrance intérieure pour pouvoir m’en libérer et mettre à jour mon besoin d’être aimé.
Il se peut que même très jeune, j’ai pris le rôle de victime qui mérite de souffrir. Donc, la vie
m’amènera des personnes et des situations qui me feront sentir de cette façon. Il est certain
que, dans de telles situations, j’ai besoin d’aide extérieure.
J’accepte ↓♥ de demander de l’aide intérieure et je regarde dans mon entourage qui
pourrait m’aider directement ou indirectement à retrouver l’estime de moi, la joie de vivre
que j’ai le droit, moi aussi, de goûter. J’accepte ↓♥ de sortir de mon mutisme et d’exprimer
ma douleur et mes souffrances afin de m’en libérer.
AUTORITARISME
La personne qui manifeste de l’autoritarisme est fortement en réaction, consciemment
ou non, par rapport à l’autorité, quelle qu’en soit la forme.
Je crois fermement que c’est là le seul moyen de me faire comprendre et de faire saisir
aux autres le « comment ça marche » : « C’est comme cela que ça fonctionne dans cet
univers ! » Malheureusement (surtout pour les gens utilisant ce pouvoir sur une masse
d’individus), je manifeste un caractère égocentrique à outrance. La colère se retrouve en toile
65
de fond, surtout quand je sens une résistance par rapport à ce que je demande. Je fais aussi la
« sourde oreille » à ce que l’on peut me dire. Comme personne autoritaire, je pourrai aussi
grincer des dents ou avoir des problèmes de genoux. « II n’est pas question que je plie
devant qui que ce soit ! » Rien ne m’arrête, ni situation ni circonstance sauf peut-être celles
qui atteignent directement et profondément mon coeur♥ blessé. Le besoin d’amour
est grand chez moi comme individu et il n’y a que l’ouverture du coeur♥ pour permettre à la
lumière d’éclairer ma triste vie. Le pire supplice que je peux subir comme personne
autoritaire est de me mettre à genoux devant plus grand que moi ; c’est habituellement à ce
niveau que se manifestent les malaises d’ordre physique. Si le coeur♥ ne s’ouvre pas, la vie
s’en chargera.
J’accepte ↓♥ que mon besoin d’amour soit grand. Plus j’en serai conscient, plus je serai à
même de rechercher les moyens de combler cet amour et de guérir mon coeur♥ blessé.
AVALER DE TRAVERS
VOIR : OESOPHAGE
AVANT-BRAS
VOIR : BRAS [MALAISES AUX …]
A.V.C.
VOIR : CERVEAU-ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL [A.V.C.]
AVEUGLE
VOIR : YEUX — AVEUGLE
AVOIR DES VERS
VOIR : INTESTINS — CÔLON/TAENIA
AVORTEMENT
VOIR : ACCOUCHEMENT — AVORTEMENT
66
B
BACTÉRIE MANGEUSE DE CHAIR (INFECTION À…)
La fasciite nécrosante est communément appelée l’infection à bactérie mangeuse
de chair. Cette infection s’infiltre dans les différentes couches de tissus qui recouvrent les
muscles (le fascia). Elle détruit les tissus et peut causer la mort entre 12 et 24 heures. Elle se
reconnaît entre autres par une forte fièvre et une enflure rouge et douloureuse qui peut
commencer à l’emplacement d’une lésion mineure (comme une coupure).
Je souhaite changer quelque chose d’important dans ma vie mais je sens que ma
forteresse est attaquée de toute part. Je me retrouve dans une situation de conflit intérieur,
de dualité, où je ne peux plus reculer ou changer de direction comme je le veux. Aurai-je
toute la protection et le soutien nécessaires à la réalisation de mon désir ? Ce sont mes
convictions profondes qui sont bafouées. De l’extérieur, on dit que j’ai « une main de fer ».
Est-ce que je suis fidèle à mes idées, ou suis-je entêté, même si j’en viens à m’autodétruire ?
Je tolère difficilement les contradictions. Mes attitudes négatives sont en train de me « brûler
en dedans ». Je sens tellement de limitations, de barrières qu’on érige pour m’arrêter dans
une de mes démarches que cela me met hors de moi, j’en suis horripilé, exaspéré, j’en ai la
« chair de poule ». Je peux avoir peur d’une séparation, soit dans ma vie personnelle soit à
mon travail. De mon point de vue, cela aurait des conséquences dramatiques sur mon futur
ou sur ma réputation.
J’accepte ↓♥ d’être plus flexible dans ma façon d’aborder les événements et la vie en
général. Je cesse de vouloir tout contrôler, développe la tempérance et je me détache de
l’opinion des autres à mon sujet. En voyant toujours le beau côté des choses, je garde mon
coeur♥ ouvert et l’amour peut circuler librement en moi et autour de moi. J’apprends à
remercier la Source pour tout ce que je reçois, je clarifie mes objectifs et je regarde la
situation avec courage en acceptant ↓♥ de lâcher-prise. J’accepte ↓♥ de recevoir de l’aide des
autres et je comprends que lorsque je laisse circuler l’énergie, je retrouve la force d’atteindre
mes objectifs avec paix et sérénité.
BÂILLEMENT
Le bâillement est un « réflexe d’imitation naturelle » plus ou moins accepté ↓♥ en
société et en raison de ses conventions (je dis naturelle, car à ce jour, il n’y a pas de
traitement médical pour soigner celle-ci). Je dis d’imitation parce qu’elle se manifeste
impulsivement et inconsciemment chez une personne qui en voit une autre faire cette action.
C’est le signe d’aller au lit ou de me reposer quand je suis fatigué, épuisé et que j’ai besoin
de refaire mes forces. C’est aussi un signe d’insatisfaction alimentaire car il m’arrive de
bâiller si je n’ai pas suffisamment mangé ou encore si ma digestion est trop lente. Qu’est-ce
qui m’ennuie et que je ne digère pas dans ma vie ? Je m’ennuie au point où je l’exprime d’une
manière inconsciente, que je sois seul à regarder la télévision ou en compagnie d’une
personne qui ne me convient pas ! « Je veux qu’on me laisse tranquille ! » Tout comme le lion
qui rugit, je montre mon insatisfaction. Je veux repousser l’ennemi, je veux me défendre.
Qu’on ne s’approche pas trop de moi !
Bâiller fait partie de la vie et je l’accepte ↓♥ avec amour et ouverture. Il est important de
laisser aller cette expression corporelle contestée par les principes d’éducation d’autrefois ! Je
laisse aller mes résistances et je laisse les autres s’approcher de moi et s’occuper de moi aussi.
BALLONNEMENTS
VOIR AUSSI : ESTOMAC / [EN GÉNÉRAL] / [MAUX D’…], GAZ
Les ballonnements sont dus à un gonflement d’air ou d’eau au niveau de l’estomac et
du ventre.
Ils sont reliés à une frustration affective, au sentiment d’être insatisfait sur le plan
67
affectif. Je dis sentiment car c’est une création de mon mental, l’impression cérébrale que
mon estomac en veut toujours plus, que je veux encore plus d’attention et d’affection. Je me
sens obligé de faire énormément de choses très vite. Je n’arrive pas à voir vraiment ce que la
vie me donne de si bien. Je vérifie sincèrement à quel point je suis vraiment comblé
affectivement. C’est toujours une question de perception intérieure. Cette sensation d’être
gonflé donne l’impression que je suis enceinte. Ai-je un désir conscient ou non d’avoir un
enfant ?
J’accepte ↓♥ d’être conscient que la vie me donne exactement ce dont j’ai besoin dans le
moment présent. Au lieu d’être muet comme une tombe et de craindre le futur, j’ose
exprimer mes besoins. J’accepte ↓♥ d’« être » une personne souriante, de vivre et de voir les
beaux côtés de la vie, et de rester ouvert.
BAS DU DOS
VOIR : DOS — BAS DU DOS
BASEDOW (MALADIE DE …)
VOIR : GLANDE THYROÏDE — MALADIE DE BASEDOW
BASSE PRESSION
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPOTENSION [TROP BASSE]
BASSIN
VOIR AUSSI : HANCHES [MAUX DE …], PELVIS
Le bassin est la partie osseuse qui réunit et qui sépare en même temps la partie
inférieure de la partie supérieure du squelette humain. C’est l’origine de tous les
mouvements de déplacement, de locomotion et d’action du corps.
Il correspond au fait de me sentir en sécurité dans le fait de m’élancer dans la vie. Le
bassin représente le pouvoir sous toutes ses formes. C’est le récipient qui accueille les
énergies du pouvoir qui entretiennent l’ego. Une difficulté à ce niveau me montre que je peux
avoir peur d’avancer dans la vie. Je peux trop m’accrocher au passé. Puisque c’est à ce niveau
qu’un enfant est porté pendant la grossesse, il est possible que mon malaise au bassin soit
relié à un aspect de ma propre gestation où j’ai vécu des frustrations par rapport à mes
parents, plus particulièrement ma mère. Je peux avoir pris sur moi beaucoup de
responsabilités et je recrée cet état dans ma vie présente en voulant être la « mère de tout le
monde ». Un malaise au bassin peut être relié aussi au fait que quelles qu’en soient les
raisons, je ne peux pas accueillir une personne. Ce peut être un nouveau-né mais ce peut être
aussi quelqu’un que je voudrais héberger chez moi mais cela est impossible. Il y a donc un
danger qui guette ma sécurité familiale et mon sentiment d’indépendance. Le bassin est
associé au centre d’énergie sexuelle et au plaisir sous toutes les formes. Je me coupe des
sensations agréables de la vie lorsque j’ai l’impression de ne pas les mériter. Je peux aussi
m’être senti trahi ou penser qu’on m’a fait un coup bas je serai alors sur la défensive. Si j’ai un
bassin large ou très large (avec de grosses fesses), je crois inconsciemment que la vie ou les
situations de ma vie limitent mon pouvoir. Je cherche donc à le reprendre. Je cherche à
compenser physiquement en bloquant d’une manière involontaire toutes les énergies à cet
endroit (peur, insécurité, colère, impuissance). Il pourra s’ensuivre un malaise ou un conflit
en ce qui a trait à ma sexualité. Il est important que les énergies circulent plus
harmonieusement dans mon corps et que je croie sincèrement avoir fait ce qu’il fallait.
Même si je veux prendre du pouvoir, je peux prendre conscience et accepter ↓♥ avec le
coeur♥ qu’il n’y a pas de pouvoir à prendre sauf celui du plan mental. Si je veux libérer
toutes ces énergies et retrouver un meilleur équilibre énergétique, je commence à m’aimer tel
que je suis, à manifester de la joie, de la confiance et de la foi dans tout ce que je fais. Je vide
ce récipient de pouvoir et je laisse circuler la vie. D’autre part, si j’éprouve quelques
difficultés au niveau de mon bassin, il est possible que je déprécie l’importance de mes
besoins fondamentaux comme le logement, la nourriture, la sexualité. J’ai à reconsidérer
l’importance que je dois attribuer aux différents aspects de ma vie pour qu’elle repose sur des
bases solides et saines.
68
BÉBÉ BLEU
VOIR : ENFANT BLEU
BEC DE LIÈVRE
VOIR : FENTE PALATINE
BÉGAIEMENT
VOIR AUSSI : BOUCHE, GORGE [EN GÉNÉRAL]
Le bégaiement est la manifestation d’un trouble d’élocution, une difficulté partielle ou
grave à parler, à dire et à m’exprimer clairement (cela va de quelques mots par accident à un
trouble régulier). Il est relié à la gorge, au centre de la communication et de l’expression de
soi.
Il se peut que mon bégaiement provienne d’un blocage affectif ou sexuel découlant de
mon enfance. Cela ne veut pas nécessairement dire que j’ai vécu des attouchements, mais j’ai
pu enregistrer une peur, consciemment ou non, par rapport à ma sexualité en relation avec
une personne ou un événement. C’est une forme d’insécurité profonde venant de
l’enfance qui est reliée à la peur d’un parent (la mère ou le père), habituellement la personne
qui représente l’autorité et qui se manifeste en la présence d’autrui. C’est une sorte de
refoulement, une incapacité à maîtriser adéquatement mes pensées et mes émotions
intenses et la tentative échouée de contrôler l’expression de mon langage qui n’est plus
spontané (ce type de désordre peut arriver tôt dans l’enfance lorsque l’enfant a été ridiculisé
dans son droit de pleurer : « Ne pleure pas ! ». Ce peut être aussi un traumatisme vécu quand
on m’a inhibé ou empêché de faire certaines actions. Je transforme alors cette émotion en
bégaiement. J’hésite, je n’arrive pas à dire clairement ce que je ressens, je refoule et
déforme mes paroles par peur du rejet ou par anxiété. Si je dis clairement ce que je vis, mes
parents vont-ils l’accepter ↓♥ ? Suis-je assez correct pour eux ? Est-ce que je réponds à leurs
attentes ? Me permettent-ils d’être ce que je suis ? Mes paroles dépassent-elles mes pensées ?
Il y a de fortes chances qu’un ou que mes deux parents soient très autoritaires et dominateurs
et qu’on ne me permette pas de « mener le bal ». Je me sens jugé, contrôlé, critiqué et même
ridiculisé suffisamment pour que je finisse par croire que mes paroles ne valent rien. Comme
enfant, on peut aussi m’avoir soit empêché de m’exprimer soit forcé à parler quand je n’en
avais pas le goût. Ai-je peur de trahir quelqu’un en révélant un secret ? Qu’elle est la chose à
ne pas dire ? Et si j’ose dire, comment cela va-t-il m’être préjudiciable ? Si je me suis retrouvé
dans une situation où j’avais très peur et que je n’ai pas pu crier, le stress vécu s’est cristallisé
dans ma bouche et mes mots sont « gelés » et ne peuvent plus s’extérioriser normalement. Si
j’ai grandi dans un environnement où la loi du silence est d’or (non-dits et secrets), cela pèse
lourd et je dois toujours prendre un certain temps avant de parler afin de m’assurer que je
« n’enfreins pas la loi ». Je manifeste alors toutes sortes de désordres de comportement,
allant de la timidité au repli sur moi. J’ai l’impression de vivre dans une prison où il est
difficile de respirer. Je cherche mon pouvoir que je ne vois en ce moment que chez les autres.
Le monde extérieur est hostile donc comment puis-je y prendre ma place en m’exprimant
librement ? Je peux avoir vécu beaucoup de confusion par rapport à la langue ou au langage à
utiliser lorsque j’étais tout jeune. Par exemple, s’il y avait plus d’une langue parlée à la
maison et qu’il y avait une certaine compétition pour savoir laquelle devrait prédominer,
j’aurais développé une insécurité par rapport aux mots à utiliser et cette hésitation se
manifestera par le plus grand laps de temps que je laisse entre chaque mot. Je peux trouver
très difficile d’exprimer mes sentiments ou mes besoins. J’ai l’impression de « mendier »
l’attention ou l’approbation des autres.
Le premier pas est d’accepter ↓♥ de m’ouvrir au niveau du coeur♥ à mes pensées, à mes
paroles, à mes actions et surtout à mes émotions et mes désirs. Il est important que je
prenne le temps et que je respecte la « vitesse d’être » qui est la mienne. Je me respecte tel
que je suis, sans jugement ni critique. J’accepte ↓♥ d’exprimer mes idées, mes joies, mes
peines et mes peurs. Je suis de plus en plus dans l’action et l’affirmation de moi et de mes
désirs. Je peux alors commencer à me faire confiance, à ressentir mes émotions, mes
sentiments et à m’ouvrir aux gens que j’aime. Ainsi, je retrouve un calme intérieur qui me
69
permet de m’exprimer avec beaucoup plus d’assurance. J’éviterai ainsi les bafouillages, la
bousculade des mots à cause d’un esprit trop actif, ou la retenue de certains mots dont je
crains la répercussion. Je reprends contact avec ma vraie nature et je laisse circuler l’amour
en moi. La paix intérieure s’installe et mon acceptation ↓♥ de tout mon être amène
conséquemment les autres à aussi m’accepter ↓♥ tel que je suis.
BESOINS (EN GÉNÉRAL)
VOIR : DÉPENDANCE
BILIAIRES (CALCULS…)
VOIR : CALCULS BILIAIRES
BLESSURE
VOIR : ACCIDENT, COUPURE
BLEUS
VOIR : PEAU — BLEUS
BOITER
VOIR : CLAUDICATION
BOSSE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : KYSTE
Une bosse, aussi appelée grosseur, est une altération tissulaire qui est palpable sur une
partie du corps ou dans un organe.
Elle est comme une explosion du corps qui crie en moi, qui a besoin de s’extérioriser. Tel
un oeuf prêt à éclore, je ne peux plus repousser ce qui a besoin de s’exprimer, de se clarifier,
de se dire. Ai-je l’impression que je me « laisse rentrer dedans » ? Que j’en fais beaucoup trop
(dans le sens de « bosser ») pour peu de résultats ? Est-ce que je vis une situation
conflictuelle avec mon patron (boss) ? Je vis une dualité entre ce qui existe et ce que
j’exprime : tout ce que je retiens peut exploser sous forme de bosse. Cela peut donner lieu à
des confrontations avec mon entourage. Je m’interroge sur une situation où je n’ai pu
exprimer mes besoins et que j’ai peut-être amplifiée à force de vouloir tout garder
profondément.
J’accepte ↓♥ d’exprimer librement mes idées, mes émotions. Je peux aussi écrire ce que
j’ai besoin de clarifier dans mon for intérieur ce qui se passe en moi, avant de le partager avec
les autres. Cet exercice permet de laisser aller le trop-plein, de revenir au niveau du coeur♥ et
de retrouver la paix. Je retrouve ainsi le calme intérieur et l’harmonie avec ce que je suis,
comme avec mon entourage. Je peux maintenant exprimer clairement ma pensée en toute
confiance et dans l’amour inconditionnel.
BOSSE DE BISON
VOIR : CUSHING [SYNDROME DE…]
BOSSU
VOIR : ÉPAULES VOÛTÉES
BOUCHE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : GENCIVES
La bouche représente l’ouverture à la vie et permet de prendre contact avec la mère en
tétant le sein. C’est un organe sensoriel sensible et sélectif. C’est la porte d’entrée de la
nourriture, de l’air et de l’eau. C’est grâce à elle si je peux parler (lèvres, langue, cordes
vocales), communiquer et faire sortir mes émotions et mes pensées. C’est une sorte de pont
entre mon être intérieur et l’univers autour de moi (la réalité). Elle symbolise mon intimité,
mon espace vital. La bouche est la manifestation de ma personnalité, de mes appétits, de
mes désirs, de mes attentes, de mes traits de caractère, du plaisir de la vie. Elle permet de
m’ouvrir à tout ce qui est nouveau : sensations, idées et impressions. Ainsi, elle est une voie
(« voix ») à double sens et les difficultés que je vis ont fondamentalement un double aspect,
70
intérieur et extérieur. Il est intéressant de noter que ma façon de mastiquer les aliments
reflétera ma façon d’être et de me comporter. Si je « gobe » les aliments sans les mâcher, je
suis plutôt impulsif et les détails sont peu importants pour moi. Au contraire, si je mastique
sans fin, je suis perfectionniste, en m’attardant trop aux petits détails. Je pourrai ainsi avoir
l’impression d’avoir le contrôle sur les situations de ma vie. Je ne goûte ainsi plus la vie : je la
décortique en mille morceaux, ressassant le passé constamment. Si je prends de très grosses
bouchées, je prends les « bouchées doubles » et je me mets beaucoup de responsabilités sur
les épaules. J’aurai souvent plusieurs projets de l’avant en même temps. L’absorption de très
petites bouchées indique une retenue de peur de foncer ou d’accomplir de nouvelles tâches
que je juge très difficiles pour moi.
J’accepte ↓♥ de manger lentement en goûtant les aliments afin que je puisse davantage
goûter la vie et ses bonheurs.
BOUCHE (MALAISE DE …)
VOIR AUSSI : CANCER DE LA BOUCHE, CHANCRE [EN GÉNÉRAL], HERPÈS […BUCCAL],
MUGUET
La bouche est la porte de l’appareil digestif et des voies respiratoires où j’accepte ↓♥ de
prendre tout ce qui est nécessaire à mon existence physique (eau, nourriture, air),
émotionnelle et sensorielle (excitations, désirs, goûts, appétits, besoins, etc.). Ainsi, les
malaises à la bouche sont l’indication que je fais preuve d’une certaine étroitesse d’esprit,
que j’ai des idées et des opinions rigides et que j’éprouve de la difficulté à prendre et à avaler
ce qui est nouveau (pensées, idées, sentiments, émotions). Il y a une situation que je ne
peux pas « gober » : ce sont souvent des paroles entendues qui m’ont dérangé ou blessé, ou
des paroles que j’aurais aimé entendre et qui n’ont pas été dites.
L’inégalité et la dysharmonie qui existent dans la relation de mes parents me troublent.
Je veux donc répliquer ou répondre et je ne le fais pas parce que je me sens inconfortable
dans la situation, ou que l’occasion ne se présente tout simplement pas. Je reste donc « pris »
avec ce que j’ai à dire. Les gestes ou paroles des autres qui me blessent et par rapport
auxquels j’aurais voulu avoir des explications qui ne sont jamais venues peuvent provoquer
des malaises à ma bouche. Il y a confrontation entre moi (ce que je dis) et mon entourage
(comment les autres le reçoivent). Est-ce que j’ose dire les choses telles que je les vis au
risque de perdre l’amour des autres, ou suis-je capable de me respecter dans ce que je suis et
oser le montrer au reste du monde ? Je peux me sentir incompris car je ne sais pas comment
communiquer. Mon corps m’envoie le message que je manifeste peut-être des idées
malsaines par l’intermédiaire de ma bouche, que j’ai à changer d’attitude par rapport à moimême
et aux autres. L’exemple type est le chancre ou ulcère buccal (herpès) qui se
manifeste habituellement à la suite d’un stress ou d’un traumatisme pendant ou après une
période nerveuse intense ou une maladie. Il me montre de quelle manière triste et irritable je
prends la réalité quotidienne. Je vis une irritation, soit par rapport à ce que l’on m’a fait ou
dit, soit par rapport à ce que j’ai moi-même dû dire. Quelqu’un ou quelque chose m’a laissé
un arrière-goût dans la bouche qui m’affecte encore. Je suis ébahi et je ne sais trop
comment réagir. Il est possible que je me sente coincé : que je me sente pris dans la
situation (bouché), que je rumine une situation désagréable depuis longtemps ou que j’aie
vraiment besoin de recouvrer ma complète liberté en disant ce que j’ai à dire, même si cela
risque de me déplaire. Car pour le moment, je me sens envahi de toute part. Je peux aussi
« avoir faim » d’amour, d’affection, de connaissance, de spiritualité, de liberté, etc.
Si j’ai l’impression que ce dont j’ai besoin n’est pas accessible ou irréaliste, ma bouche
affamée réagira à la sensation de manque que je ressens. S’il y a gerçure aux coins de ma
bouche, je vis un combat intérieur : être protégé et sécurisé par les autres ou prendre ma
place et à avoir à écouter ma propre autorité, ma voix intérieure ? Je peux me sentir frustré,
tendu, agressif car je n’ose pas affirmer mes désaccords. Si j’ai la bouche sèche, j’ai
tendance à être angoissé et je préfère fuir la réalité. Je peux vivre séparé de mon corps et de
mes émotions. En ayant la bouche sèche, j’évite ainsi d’avaler des choses qui me déplaisent.
Beaucoup de choses dans ma vie me dégoûtent et je suis coupé du plaisir. La bouche
pâteuse est un signe que le quotidien étouffe ma joie de vivre et mon goût de réaliser de
71
nouveaux projets. Une affection à l’articulation temporo-mandibulaire (qui craque
par exemple) met en lumière ma peur de contredire les autres, particulièrement les
personnes en autorité. J’évite toute confrontation et je préfère refouler mes pleurs. Si je me
ronge l’intérieur de la joue, je cherche à me débarrasser de quelque chose dont j’ai honte.
J’accepte ↓♥ qu’au lieu de vivre dans la stupeur ou la peur qu’on me fasse du mal, je fais
confiance dans n’importe quelle situation à ma force intérieure et à ma capacité de trouver
des solutions dans n’importe quelle situation. À partir de maintenant, je prends ma place en
restant ouvert et flexible à ce qui débute pour moi, à ce qui est nouveau, pourvu que ce soit
en harmonie. Je croque goulûment dans la vie. J’accepte ↓♥ ma tendresse, ma douceur et je
m’exprime en toute confiance.
BOUCHE — APHTE
L’aphte est une lésion superficielle sur la muqueuse buccale caractérisée par une petite
protubérance blanche, souvent entourée d’une lisière rouge qui peut aussi siéger sur les
muqueuses génitales. Elle est associée à une fièvre qui ne sort pas.
Elle apparaît parce que je réagis facilement (sensibilité) à mon entourage, aux
« vibrations », à l’ambiance d’une situation. Je souffre silencieusement la bouche
fermée. Elle est aussi le signe que j’ai des difficultés à prendre racine et que je n’arrive
pas à m’exprimer, à dire ce que je pense ou même à réagir, car je ne crois pas avoir le pouvoir
de le faire. Je ne me sens pas apte à accomplir de grandes choses. Mon insécurité m’amène à
être « muette » par rapport à ce que je vis, sachant que de dire les choses peut amener des
changements majeurs dans ma vie ou peut se retourner contre moi. J’ai quelque chose dans
la bouche qui me brûle mais je dois le garder, sans possibilité de pouvoir le rejeter. Je peux
avoir senti une vilenie et je n’ai pas pu répondre. C’est comme si je n’avais pas le choix de le
digérer ! Ce peut avoir été vécu à travers ma sexualité. Je peux, étant jeune, m’être retrouvé
dans une situation où je me suis senti mal à l’aise par rapport à une situation dont j’ai eu
connaissance et où j’ai été incapable de réagir ou de m’affirmer. Si je revis une situation
semblable aujourd’hui me rappelant, même inconsciemment, cette expérience, des aphtes
apparaîtront. Mes paroles sont vaines et incomplètes parce que je suis trop nerveux. Je reste
muet, sans même penser à me révolter ! Et pourtant, « je n’en peux plus », je suis « à bout ».
Ma sensibilité est très grande et je porte des masques, je joue la comédie de peur de rentrer
en contact avec mes émotions profondes. Je suis anxieux et tout m’irrite. Je peux me
culpabiliser, ce qui m’amène une basse estime de moi. Je voudrais tellement accomplir des
choses mais je résiste tellement ! Je prends conscience que je refuse habituellement toute
idée nouvelle, même si elles pouvaient amener des changements positifs dans ma vie. Si je vis
une injustice, du dégoût ou une insatisfaction cachée (dans la bouche), si j’ai envie de me
« vider le coeur♥ », je peux le faire en restant ouvert et en harmonie avec moi-même. Je dois
cependant choisir mes mots : je risque de dire des paroles méchantes, fausses et qui visent à
détruire. J’ai la responsabilité de m’exprimer sans violence, autrement cela peut se retourner
contre moi. Cependant, comme ces protubérances blanches sont très douloureuses, dès que
j’ouvre la bouche pour m’exprimer, je les sens et ça me fait mal.
Si je veux éviter de les voir revenir d’une façon plus grave, j’accepte ↓♥ de m’exprimer
ouvertement et calmement dès maintenant. Je remplace la culpabilité par la confiance en
mes capacités d’adaptation, en ma compréhension, en mon intuition que j’écoute de plus en
plus. J’apprivoise ainsi mes émotions et la façon de les exprimer qui me convient.
BOUCHE — HALEINE (MAUVAISE…) OU HALITOSE
VOIR AUSSI : GENCIVE — GINGIVITE, GORGE [MAUX DE …], NEZ [MAUX AU…]
La mauvaise haleine, aussi appelée halitose, est la conséquence directe de ma
difficulté à traiter intérieurement et extérieurement les situations que je vis. Cette difficulté
peut provenir du fait que je reste sur mes positions par rapport à certaines idées que je
n’exprime pas et qui pourrissent sur place. La difficulté peut provenir aussi du fait que je
n’arrive pas à prendre le dessus en période de grand changement dans ma vie et que les idées
anciennes stagnent trop longtemps par rapport à la rapidité du changement que je vis. Je
vérifie jusqu’à quel point je peux « prendre » les situations de ma vie. Est-ce que j’ai
72
l’impression d’avoir à agir contre mes convictions ? Il est important que je communique avec
les personnes concernées afin de leur faire part de mes émotions et de mes pensées afin de
me « débarrasser » de ma mauvaise haleine. Cette dernière est souvent reliée à des
pensées de médisance, de dégoût, de haine, de vengeance que j’ai contre moi-même, une
autre personne ou la vie elle-même et dont j’ai honte. Je résiste très fortement et le poison
que je produis s’extériorise par une senteur nauséabonde qui persiste jusqu’à ce que je laisse
aller mes émotions négatives et mon goût de vengeance. L’air que j’inspire et qui nourrit mes
cellules est chargé de toutes mes pensées, tant positives que négatives. Par quelles pensées
qui grugent mon intérieur mon haleine est-elle infectée ? Souvent, ces pensées peuvent être
inconscientes. Quelque chose est en train de pourrir, soit à l’intérieur de moi soit par rapport
à une situation qui implique une autre personne. Lorsqu’une personne vit cette situation
constamment, il serait bon de le lui dire afin qu’elle en prenne conscience, et qu’elle
remédie à ce problème qui peut persister déjà depuis un bon moment. Le sachant, elle aura
l’occasion d’expérimenter le pardon. Soit le pardon envers elle-même pour avoir entretenu
des pensées malsaines, soit celui envers une autre personne pour lui en avoir tant voulu.
Il est bon de me souvenir que lorsque l’amour et l’honnêteté seront des ingrédients de
base de mes pensées, mon haleine redeviendra fraîche. J’accepte ↓♥ de me libérer des
pensées malsaines du passé. Maintenant, je respire la fraîcheur de mes nouvelles pensées
positives d’amour, envers moi-même et envers les autres.
BOUCHE — MUGUET
VOIR : MUGUET
BOUCHE — PALAIS
Le palais est le plafond osseux de la cavité buccale. Il participe à la phonation et à la
déglutition.
Celui-ci sera affecté si je croyais avoir reçu ou acquis quelque chose (par exemple un
nouvel emploi) de façon certaine mais qu’on me le soutire par la suite et que j’ai de la
difficulté à avaler cette situation. Je vivrai donc une grande frustration et déception car je
pensais que cette chose m’appartenait déjà mais on me l’a soutirée. Je pouvais avoir
l’impression d’avoir ma place au sein d’une famille ou organisation mais quelqu’un d’autre
me l’a prise et je ne l’ai plus. C’est comme si mon palais n’était pas assez grand pour que je
puisse garder ce que j’avais attrapé, conquis. Je n’ai pas accès à ce qui me plaît (chose ou
personne…). J’ai l’impression qu’on me punit suite à une mauvaise action de ma part. Je vis
une grande injustice. Une situation m’affecte car je suis en conflit avec les lois, l’autorité.
Je dois accepter ↓♥ de me demander pourquoi cette situation s’est produite. Est-ce que
j’avais trop d’attentes ? Est-ce que je dois faire des efforts pour regagner ce que je croyais
avoir perdu ou peut-être en est-il mieux ainsi ? Voilà les questions que je peux me poser afin
que l’harmonie revienne et que mon palais guérisse.
BOUCHE SÈCHE
VOIR : BOUCHE [MALAISE DE …]
BOUFFÉES DE CHALEUR
VOIR : MÉNOPAUSE
BOUILLAUD (MALADIE DE …)
VOIR : RHUMATISME
BOULIMIE
VOIR AUSSI : ANOREXIE, APPÉTIT [EXCÈS D’…], POIDS [EXCÈS DE …]
La boulimie est une maladie compulsive, un besoin incontrôlable d’absorber de la
nourriture en grande quantité, un déséquilibre nerveux car je suis en réaction totale par
rapport à la vie.
La boulimie présente les mêmes causes intérieures que l’obésité et l’anorexie. Je mange
avec excès pour me satisfaire complètement ou pour retrouver une forme d’amour et
73
d’affection (la nourriture symbolise la vie, l’amour et les émotions). J’essaie de combler
émotionnellement un profond vide intérieur en moi, une haine de moi si grande (dégoût,
mépris) que je veux remplir ce vide à tout prix, préférant me laisser dominer par la
nourriture (la vie) plutôt que de m’ouvrir à la vie. Je renie une partie de moi-même, une
situation, et je vis du chagrin ou de la colère car je me sens isolé, séparé ou rejeté. Je rejette
mon corps totalement ; je refuse de vivre sur cette terre. Je ne veux plus vivre toutes ces
frustrations et ces angoisses. J’ai peur de perdre ce que j’ai et je ressens de l’insécurité parce
que je suis peut-être différent des autres. Je ne me sens plus capable de « mordre dans la
vie ». Je n’ai pas tout ce que je veux ou je ne maîtrise pas suffisamment mes désirs et
mes émotions. Je recherche constamment le besoin criant de me sentir plus fort que la
nourriture, que mes sentiments et mes émotions. Je préfère donc me faire vomir plutôt
qu’être en santé, car je me méprise profondément. Je vis un tiraillement intérieur
insoutenable. Je voudrais que les gens s’approchent de moi et me laissent m’imprégner de
leurs émotions et des miennes, mais en même temps j’en suis tellement dérangé que je veux
les rejeter tout de suite pour ne pas être touché dans mon intimité et garder le contrôle sur
mes émotions. Le regard que l’on a sur moi, qui vient soit de moi-même soit des autres,
occasionne un conflit par rapport à ma propre identité et l’image que je projette et qui
souvent me dégoûte. Je me dis que je ne suis rien et que je me confonds dans la masse, je suis
submergé ce qui m’arrange parfois. Cependant, je voudrais aussi avoir ma place, « faire le
poids », être différent ! Je vis généralement une profonde dépression, un désespoir, une
angoisse que je cherche à apaiser, une frustration pour laquelle je cherche à compenser, j’ai
une image de moi que je veux revaloriser : je voudrais tellement que celle-ci soit parfaite ! La
boulimie est très reliée à la mère (source de vie), au côté maternel et à la création. Suis-je en
réaction par rapport à ma mère ? Est-ce que j’ai le sentiment d’avoir été contrôlé et brimé
étant jeune, si bien qu’en mangeant ainsi, je veux fuir ma mère, la neutraliser (au sens
métaphysique) ou quitter cette planète ? Ai-je de la joie à me comporter de cette façon ? Se
peut-il que j’aie vécu l’étape de sevrage quand j’étais bébé comme un abandon ? Comme si
on « m’arrachait » à ma mère ? Si c’est le cas, j’ai l’impression que je vais « mourir de faim »,
d’où le besoin de manger de grandes quantités de nourriture pour combler le vide et pour
faire diminuer mon stress. Je me sens perdu, à la merci des prédateurs.
Comme personne boulimique, je dois rester ouvert à l’amour. La nécessité d’accepter
↓♥ que j’ai quelque chose à comprendre de cet état dépressif me conduit à l’amour et
j’apprends à m’aimer et à m’accepter ↓♥ davantage en tant que canal pour l’énergie divine. Je
suis sur terre pour accomplir une mission pour moi, avec ma mère et avec les gens que j’aime.
Pourquoi ne pas apprécier la beauté de l’univers ? J’accepte ↓♥ mon corps tel qu’il est, l’ego et
ses limites, la nourriture comme don de vie. J’accepte ↓♥ l’amour pour moi-même et pour
les autres et je découvre les joies d’être en ce monde. C’est tout.
BOURDONNEMENT D’OREILLES
VOIR : OREILLES — BOURDONNEMENT D’OREILLES
BOURSES
VOIR : TESTICULES
BOURSOUFLURE
VOIR : OEDÈME
BOUTONS (SUR TOUT LE CORPS)
VOIR : PEAU — BOUTONS
BOUTONS DE FIÈVRE
VOIR : FIÈVRE [BOUTONS DE …], HERPÈS [EN GÉNÉRAL]…
BRADYCARDIE
VOIR : COEUR♥ — ARYTHMIE CARDIAQUE
BRAS (EN GÉNÉRAL)
Le bras est la partie du membre supérieur comprise entre l’épaule et le coude et est
74
constitué par l’humérus.
Les bras représentent ma facilité à embrasser la vie, à donner et recevoir, ma capacité à
accueillir les nouvelles expériences de vie et à agir. Je les utilise pour toucher et pour
serrer, pour exprimer ma créativité, mon potentiel d’action et mon amour. Je peux entrer en
contact avec les gens, m’approcher d’eux et les accueillir dans mon univers. Je leur montre
aussi que je les aime avec joie et harmonie. À cause d’eux, je passe à l’action, je fais mon
travail ou je m’acquitte de mes obligations. Mes bras communiquent et expriment donc mes
attitudes et mes sentiments intérieurs. Les bras sont très proches du coeur♥ et ils sont reliés
à celui-ci. Ainsi, les gens sentent que l’amour et l’énergie émanent de mon coeur♥ lorsque je
suis ouvert. Chaque main renferme un centre d’énergie, situé dans la paume, qui représente
un des 21 centres d’énergie mineurs (ou chakras). Les deux centres d’énergie des mains sont
reliés directement au coeur♥. Ainsi, mes bras permettent une extension de mon coeur♥ et
d’aller porter de l’amour physiquement et énergétiquement. Les bras me permettent de me
défendre et de me protéger contre les attaques extérieures. C’est pourquoi, si je croise les
bras instinctivement, je me protège, je me ferme à certaines émotions qui ne me
conviennent pas.
En ouvrant mon coeur♥ et mes bras, j’accepte ↓♥ une ouverture à la vie et je suis en
mesure de donner et de recevoir positivement.
BRAS (MALAISES AUX …)
Les malaises aux bras sont reliés à la difficulté à agir et à manifester l’amour dans ce
que je fais, dans mon travail ou dans mes actions de tous les jours. C’est un blocage d’énergie,
une retenue m’empêchant de faire quelque chose pour moi-même ou pour autrui. Un
malaise peut provenir d’une situation que je vis et qui réveille une souffrance reliée aux
interdits ou au fait d’avoir été jugé dans le passé, principalement par mes parents. Je peux
vouloir emprisonner quelqu’un ou quelque chose avec mes bras, ou le « serrer de toutes mes
forces » afin d’avoir un certain contrôle. Au contraire, j’ai peut-être dû laisser aller des
personnes que j’aime et je ne peux plus les rassembler ou les protéger maintenant (tout
comme l’oiseau qui protège ses petits sous ses ailes). Je peux vivre un conflit par rapport à
une personne que je considère comme « mon bras droit ». Je vis une situation où j’ai reçu
une « gifle en pleine figure ». Je peux alors sentir de la rigidité musculaire, de la douleur
ou de la chaleur (inflammation). Mes bras deviennent moins mobiles et plus tendus, mes
articulations (épaules, coudes), plus douloureuses. Je sais que le rôle de mes bras est leur
capacité à prendre les nouvelles situations et les nouvelles expériences de ma vie. Je suis
peut-être en réaction vis-à-vis d’une nouvelle situation ; je ne trouve plus mon travail
motivant ; je suis découragé, frustré ou irrité parce que je ne parviens pas à m’exprimer
convenablement, ou parce que j’ai de la difficulté à réaliser un projet. Une situation que je
qualifie « d’échec » pourra s’extérioriser par une douleur ou une fracture aux bras. J’ai le
goût de « baisser les bras » vu mon impuissance. Ce sont généralement les os de mes bras
qui seront affectés lorsque je ne suis plus capable de faire aussi bien qu’auparavant une
activité professionnelle ou sportive dans laquelle j’excellais. Je n’arrive pas à prendre les gens
que j’aime dans mes bras ; je refuse de reconnaître que j’en ai plus qu’assez d’une situation
qui est néfaste pour moi (en avoir plein les bras). « Ça brasse dans ma vie39 ! » J’ai à
« casser la routine » et si je refuse de voir ce que j’ai à changer dans ma vie, je pourrai
devoir aller jusqu’à me fracturer ou me casser le bras pour comprendre. En général, avoir
mal aux bras signifie que j’en prends trop. C’est peut-être aussi quelque chose que je ne
prends pas ou que je refuse de prendre. Je peux même aller jusqu’à repousser une personne
ou une situation dérangeante, soit physiquement soit émotionnellement. Je crée ainsi un
espace qui m’aidera à me sentir plus en sécurité et sous contrôle. Je n’ai peut-être plus envie
de communiquer avec les autres au niveau du coeur♥, je doute de toutes mes capacités à
réaliser quelque chose. Aller de l’avant dans la vie me semble difficile. Donc, au lieu de tendre
les bras comme le fait un bébé pour montrer son besoin d’être caressé, touché, en relation
avec les gens qu’il aime, notamment sa mère et son père, je rejette l’univers qui m’entoure. Je
me ferme en croisant les bras pour mieux me protéger. Je vis une dualité entre accepter ↓♥
qu’on vienne vers moi ou refuser qu’on m’approche : je veux donc ainsi repousser. Il peut
75
s’agir de quelqu’un que je peux percevoir comme négatif ne correspondant pas à moi, à mes
valeurs ; il peut aussi s’agir de quelque chose de positif (comme l’abondance) que je refuse
car j’ai l’impression de ne pas le mériter. Les douleurs sont donc une manière inconsciente
de montrer que je souffre. J’ai peut-être à « lâcher prise » à « laisser aller », une situation ou
une personne que je veux « retenir » à tout prix. Une difficulté avec l’autorité peut se
manifester dans le bras droit, tandis que ce sera mon bras gauche qui sera affecté si je vis
un conflit à exprimer mon amour et ma gentillesse. Les hommes ont une tendance naturelle à
vouloir surdévelopper les muscles de leurs bras qui sont un symbole de force et de puissance,
ce qui dénote leur difficulté et leur résistance à exprimer l’énergie du coeur♥ et le côté
douceur. Au contraire, des bras plus minces et faibles m’indiquent une timidité dans
l’expression de mes émotions et une résistance à laisser couler l’énergie. Je me retiens de
plonger dans la vie et d’en profiter au maximum. Mes bras correspondent plus à mon
expression intérieure. Mes avant-bras, eux, sont reliés à l’expression extérieure, le « faire ».
C’est le début de la réalisation d’un désir. « Je retrousse mes manches » et je passe à l’action !
La douceur présente sur le côté interne de mes avant-bras, manifeste ma sensibilité et je
peux avoir des hésitations avant d’exprimer physiquement des choses dans l’Univers ou de
choisir la façon dont je vais réaliser mes projets. J’ai peut-être à changer mes habitudes ou
ma façon de faire et cela m’est tellement difficile, en raison de ma rigidité, que mes avantbras
vont aussi se raidir. Est-ce que je m’implique, est-ce que je mets en avant des choses
dans ma vie ? Dans quelle mesure est-ce que je m’ouvre à moi-même et aux autres ? Ai-je
l’impression que j’ai de la difficulté parfois à « enlacer » ou « embrasser » certaines situations
ou personnes qui m’entourent ? Jusqu’à quel point ai-je peur de me rapprocher des gens ?
Une situation me dérange tellement que je suis sur le poing d’exploser ! Si je me retiens de
m’affirmer de peur de conséquences, je risque de me fracturer l’avant-bras. Le gras du
bras est situé en vis-à-vis de la région du coeur♥. Lorsqu’il est en excès, il y a un
débordement du coeur♥ qui est gardé secret en soi, une peur à exprimer son amour.
Lorsqu’il est décharné et maigre, suis-je capable d’accepter ↓♥ l’amour venant des autres ou
ai-je tendance à m’isoler ? Dans les deux cas, il y a quelque chose à réviser dans ma façon de
donner ou de recevoir de l’amour. Est-ce que je retiens trop pour que rien ni personne ne
m’échappe ? J’en fais plus qu’il est nécessaire pour me faire aimer. Est-ce que je veux trop
protéger les autres ou est-ce que je me sens moi-même en danger ? Une irritation cutanée
au niveau du bras est reliée à une frustration ou à une irritation dans ce que je fais ou ne fais
pas, dans la manière de m’exprimer et dans ce qui peut m’arriver à la suite de l’intervention
des autres. Quant au bras contusionné, il m’indique combien je me traite durement ou que
j’ai l’impression que les gens me traitent durement et sont sans pitié.
J’accepte ↓♥ de manifester plus d’amour dans ce que je fais, m’investir, m’ouvrir avec
confiance aux autres, serrer dans mes bras avec amour et affection les gens que j’aime
(l’image du père qui serre son fils en témoignage d’amour). Je me rappelle que l’action de
serrer quelqu’un est souvent thérapeutique. J’estime mes belles qualités de communication,
de tendresse et d’ouverture. Je place mon attention sur les activités intéressantes. Je
m’habitue à voir les bons côtés de toute situation. Je le fais en réalisant que c’est merveilleux,
que je suis mieux que je ne le pensais. Je me change les idées car j’en ai besoin. Je « retrousse
les manches » et je vais de l’avant, laissant aller ce qui n’est plus bénéfique pour moi et
laissant venir à moi tout ce qu’il y a de plus beau. J’accepte ↓♥ la vie « à bras ouverts » !
39 Je me sens bousculé par certains événements de ma vie.
Bright40 (MAL DE …)
VOIR AUSSI : REINS [PROBLÈMES RÉNAUX]
Le mal de Bright est appelé aussi néphrite chronique. C’est une inflammation grave
des reins, accompagnée d’oedème41 (gonflement) et d’une insuffisance à éliminer les urines.
Habituellement, les reins dégénèrent ou meurent assez rapidement. C’est plus profond que
les maladies de rein en général (sclérose).
Je souffre, et je vis une frustration ou une déception si intense par rapport à une
situation où j’ai un sentiment de perte, que j’en arrive à considérer ma vie ou ma propre
personne comme un échec total (les reins sont le siège de la peur). J’ai peur de ne pas être
76
assez correct, assez bien, assez bright (intelligent).
J’accepte ↓♥ d’être unique et d’avoir toujours fait de mon mieux. Je prends davantage
conscience qu’une ouverture du coeur♥ est nécessaire si je veux manifester un changement
d’attitude pour guérir cet état.
40. Bright (Richard) (1789-1858) : médecin anglais qui fut le premier à étudier la néphrite chronique ou insuffisance rénale.
41. OEdème : rétention anormalement élevée dans les tissus de l’organisme. C’est aussi appelé communément « faire de la
rétention d’eau »
BRONCHES (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : POUMONS
Les bronches sont les conduits par lesquels l’air entre dans mes poumons.
Ils représentent la vie. Un malaise ou une douleur au niveau de mes bronches signifie
habituellement que j’ai le mal de vivre, que j’ai moins d’intérêt et de joie dans ma vie. Les
bronches représentent mon espace vital, mes délimitations, le territoire plus
particulièrement lié à mon couple, ma famille et mon milieu de travail. Si j’ai l’impression
que je vais perdre mon territoire ou quelqu’un qui s’y rattache, mon insécurité va déclencher
un malaise aux bronches. La peur peut se manifester quand il y a des altercations ou des
disputes qui sont annonciatrices de conflits. Il y a un danger imminent. Voulant me montrer
fort, je subis certains événements sans broncher. Je peux avoir l’impression que je manque
d’air, que je vais m’asphyxier, me perdre moi-même. J’ai l’impression que les autres
m’étouffent. J’ai tendance à les jalouser. Je me soucie de ce que les autres pensent de moi ;
je ne supporte pas les « qu’en-dira-t-on » car j’ai peur qu’on rie de moi et qu’on me
calomnie. Je ne suis plus enjoué. Tout comme le gorille, je voudrais pouvoir gonfler ma
poitrine et taper sur mon thorax pour impressionner les autres et faire fuir la menace.
Souvent, c’est mon couple qui est en danger. Chez l’homme, l’aspect du travail est souvent en
cause par exemple la peur d’être licencié ; pour la femme, c’est plutôt la famille qui est
impliquée, comme un enfant qui est malade.
J’accepte ↓♥ de faire confiance ; je sais que, si j’ai bien délimité mon territoire et que je le
fais respecter autant que je fais respecter mes droits, personne ne pourra m’« envahir » car
l’espace de chacun sera bien délimité et chacun pourra vivre dans le respect et l’harmonie. Je
vérifie quelle personne ou quelle situation est associée à cette douleur et ce que je dois faire
pour changer cela. J’ai avantage à créer des situations qui sont propices au rire et à la
détente.
BRONCHE — BRONCHITE
VOIR AUSSI : POUMONS [MAUX AUX …]
La bronchite (ite = colère) se caractérise par l’inflammation de la muqueuse des
bronches, conduits menant l’air de la trachée jusqu’aux poumons.
C’est une maladie essentiellement reliée à la respiration et à l’action de prendre la vie et
l’air avec désir et goût (inspiration) pour ensuite les rejeter temporairement avec
détachement (expiration). L’inflammation signifie que je vis de la colère, une frustration
ou de la rage par rapport à des émotions refoulées, des paroles que j’ai besoin d’exprimer et
de laisser sortir, une situation étouffante où je me sens brimé, un conflit empreint
d’agressivité et de critique (bouleversements dans le milieu familial, disputes, etc.). Il s’agit
souvent de l’ambiance familiale qui est chargée de tension, de silences, de mensonges. Ma
liberté est brimée. Je manque de temps pour moi. Je ne peux plus « souffler », respirer. Je ne
fais plus confiance aux autres. Je veux être près des gens que j’aime mais en même temps
j’étouffe, ce qui m’amène à vivre un grand déchirement intérieur. Si cette situation
conflictuelle implique des disputes et des affrontements très intenses, je pourrai même
développer un cancer des bronches qui est la forme habituelle du « cancer des
poumons ». Il existe un trouble intérieur, une perturbation qui m’empêchent de manifester
mon être véritable, de faire respecter convenablement mes droits. Je tente de communiquer
avec mes proches mais je n’arrive pas à une certaine paix intérieure. C’est comme si la vie
m’amenait à vivre exclusivement coupé d’une personne, et il s’agit souvent de ma mère. La
situation familiale est trop difficile. Je ressens alors un certain découragement par rapport à
77
la vie et je cesse de lutter pour continuer mon chemin. J’ai peu de joie de vivre et j’ai une
profonde lassitude et insatisfaction intérieure. Je veux être indépendant mais je vis une
grande insécurité. Quelles sont mes propres limites ? Ma situation est insoutenable : mon
sentiment d’impuissance, ma douleur intérieure m’amènent à résister à mes pulsions du
coeur♥. La toux indique que je veux me libérer en rejetant quelque chose ou quelqu’un qui
me dérange et me met en colère. Si je suis un enfant, je peux vivre de l’insécurité ou de
l’angoisse par rapport à ce qui se passe dans la famille. Je peux ressentir vivement le chagrin
de mes parents, la colère réprimée et j’ai l’impression que je dois subir tout cela, étant trop
jeune pour me différencier, me détacher de ce qui se passe. Je me sens sous l’emprise de mes
parents, vivant dans une prison émotionnelle.
Si je ne désire pas une bronchite chronique, je dois changer ma façon de voir la vie,
mon attitude. Je suis né dans une famille où chacun des membres vit des expériences
semblables aux miennes. Mes parents, mes frères et mes soeurs apprennent comme ils le
peuvent eux aussi. J’accepte ↓♥ donc de commencer à voir la joie et l’amour en moi et en
chaque expérience de ma vie. J’accepte ↓♥ que mon bonheur personnel soit ma responsabilité
et je cesse de croire que les autres me rendront heureux. Prendre mes décisions et respirer
par mes propres moyens, c’est le premier pas vers mon indépendance !
BRONCHE — BRONCHITE AIGUË
VOIR : RESPIRATION — TRACHÉITE
BRONCHOPNEUMONIE
VOIR AUSSI : POUMONS [MAUX AUX …]
La bronchopneumonie est une inflammation respiratoire atteignant les bronchioles et
les alvéoles pulmonaires.
C’est directement relié à la vie, au fait que je me sens diminué et limité par la vie ellemême.
Je la sens injuste envers moi et cela m’irrite. J’ai l’impression de ne pas respirer
pleinement, et j’ai sans doute accumulé de la tristesse, ce qui m’a amené à être en colère
contre la vie. Je suis irrité par une situation que je vis et où je refuse d’assumer mes
responsabilités. C’est une infection plus grave que la simple bronchite ou la pneumonie
parce que la douleur intérieure est plus profonde.
J’accepte ↓♥ de respirer la vie d’une nouvelle manière et avec une approche différente,
pleine d’amour et de joie.
BRÛLEMENTS D’ESTOMAC
VOIR : ESTOMAC — BRÛLURES D’ESTOMAC
BRÛLURES
VOIR AUSSI : ACCIDENT, PEAU [EN GÉNÉRAL]
La brûlure, par différentes sources physiques (chaleur, froid, etc.), provoque une lésion
de la peau.
La peau est la limite entre l’intérieur et l’extérieur, la frontière entre mon univers
intérieur et le monde autour de moi. Il y a quelque chose qui me brûle à l’intérieur : une
profonde douleur, des émotions profondes, lugubres et violentes, refoulées (colère, chagrin,
désespoir) si bien que je retourne tout ceci contre moi sous forme de culpabilité et
d’autopunition (brûlure). Une brûlure peut impliquer plusieurs niveaux du corps (la
chair, le tissu mou, les liquides du corps, parfois les os). Une brûlure « émotive » ou
« mentale » se manifeste physiquement d’une manière très forte et agressive. Je vérifie la
partie du corps brûlée. Pour les mains, c’est probablement parce que je me sens très
coupable d’accomplir quelque chose relié à une situation dans le présent et que je
persiste à m’entêter par rapport à quelqu’un ou une situation. Pour les pieds, ils concernent
l’avenir et la direction prochaine de mes actions. Il se peut que je vive une peur de connaître
une nouvelle personne ou une nouvelle situation parce que je brûle de la connaître. Je crains
peut-être que mes projets s’envolent en fumée. Je peux aVoir un désir brûlant de me
retrouver avec une personne que j’aime. Je peux « jouer avec le feu » dans une situation
78
précise de ma vie et j’ai besoin d’être plus vigilant dans les choses à dire et à faire. Je peux
aussi vérifier le type de brûlure : les liquides (eau bouillante, gaz) peuvent être reliés à une
réaction émotionnelle violente alors qu’une brûlure avec une substance plus solide
(braise, métaux, etc.) implique davantage une brûlure (combustion) sur les plans mental
ou spirituel. Des brûlures légères me rappellent d’aller plus lentement et de mettre mon
attention sur le moment présent, au lieu d’éparpiller mes énergies et de mettre mon attention
sur plusieurs choses à la fois. Une brûlure plus importante manifeste des émotions plus
violentes et destructrices. Je me sens « brûlé » par quelqu’un ou une situation, soit présente
soit passée qui est cristallisée à l’intérieur de moi. Je regarde quelles sont les émotions que je
vis qui me « brûlent » de l’intérieur. Je me sens pris, comme si ma liberté était brimée.
J’accuse les autres mais c’est moi qui ai besoin de me responsabiliser et de me respecter afin
d’amener les autres à me respecter aussi. Il existe différents types de brûlures que l’on
classe en fonction de leur profondeur. Ainsi, tout ce qui a été dit plus haut est valable pour ce
qui suit avec plus ou moins d’intensité, selon la « profondeur » de la brûlure. Ainsi, les
brûlures au premier degré qui touchent la partie superficielle de la peau, comme un coup
de soleil, peuvent impliquer de la contrariété dans des situations de ma vie. Celles au
deuxième degré ont trait davantage à de la peine par rapport à un ou des aspects de ma vie
que je juge importants. Les brûlures au troisième degré, qui affectent la peau dans toute
sa profondeur, peuvent attaquer un muscle, un tendon ou un organe. Ces brûlures
correspondent à une colère et une agressivité intenses qui percent mes protections naturelles
tant physiques que psychiques. On ne peut revenir physiquement en arrière sur les cas de
brûlures graves. Cependant, toutes les qualités divines (amour, tendresse, respect, etc.)
peuvent se manifester pour me permettre d’intégrer l’expérience d’une brûlure importante.
Au lieu de voir seulement les difficultés et les problèmes de ma vie, j’accepte ↓♥ de voir
maintenant l’amour dans chaque situation de ma vie. L’amour est partout et je reste ouvert
pour tirer les leçons des expériences que je vis. C’est le processus normal d’intégration au
niveau du coeur♥. Je peux donc guérir autant mes blessures intérieures qu’extérieures.
BRÛLURES D’ESTOMAC
VOIR : ESTOMAC — BRÛLURES D’ESTOMAC
BRUXISME
VOIR : DENTS [GRINCEMENT DE …]
BUCCAL (HERPÈS…)
VOIR : HERPÈS […BUCCAL]
BUERGER (MALADIE DE42 …)
VOIR AUSSI : BRAS, CIGARETTE, ENGOURDISSEMENT, INFLAMMATION, JAMBES, SANG —
CIRCULATION SANGUINE
La maladie de Buerger ou thromboangéite oblitérante est une maladie qui
implique une obstruction plus ou moins marquée de la circulation dans les bras et les jambes,
causée par une inflammation des parois des vaisseaux sanguins. Elle intéresse surtout les
artères mais aussi les veines. Elle évolue vers des lésions cutanées et des amputations par
thrombose. Elle est très rare, grave et peut être mortelle, et ce, en quelques mois. Cette
maladie concerne principalement les sujets originaires d’Europe centrale (dite génétique) et
les fumeurs. Ce sont souvent les agents irritants dans le sang provenant de la cigarette qui
sont la cause de cette inflammation.
Mon corps m’indique, par mes engourdissements aux bras et aux jambes, que je cherche
à me rendre insensible aux situations de la vie, ce qui est relié aux bras, et à ce qui s’en vient
pour moi dans l’avenir, ce qui est relié aux jambes. Je veux protéger l’un de mes parents,
souvent ma mère, de souffrir suite à certains comportements ou paroles de son conjoint.
J’accepte ↓♥ de prendre en considération le message que mon corps me donne et
d’accepter ↓♥ « de voir plus clair » dans ma vie. En cessant de fumer, je ne m’en porterai que
mieux.
42. Maladie de Buerger : aussi appelée maladie de Léo Buerger.
79
BURNETT (SYNDROME DE …)
VOIR : BUVEURS DE LAIT [SYNDROME DE…]
BURNOUT OU ÉPUISEMENT
VOIR AUSSI : ASTHÉNIE NERVEUSE, DÉPRESSION
Le burnout se manifeste généralement après l’abandon d’une lutte où j’aurais voulu
exprimer un certain idéal mais sans succès. Le temps et les énergies consacrés à vouloir
réaliser cet idéal sont tellement importants que je « brûle la chandelle par les deux bouts ».
Je m’épuise et me rends malade. C’est un vide intérieur profond parce que je refuse une
situation dans laquelle je veux voir un changement vrai, concret et durable, que ce soit au
travail, dans ma famille soit dans mon couple. Je suis très perfectionniste et dévoué, je veux
atteindre mon idéal. C’est peut-être aussi une partie de moi que je n’accepte ↓♥ pas. J’ai le
sentiment de me battre contre l’humanité entière car il me semble qu’elle fonctionne en
désaccord avec mes attentes et mes convictions profondes. C’est comme si je voyais un
mensonge, une insouciance ou un laisser-aller collectif qui est en désaccord et affecte ma
vérité profonde. « Pourquoi continuer ? J’abandonne, c’en est trop pour moi ! » Les
burnouts sont très fréquents chez les enseignants et les infirmiers, en réaction respective
par rapport à leur système de travail. Un sentiment d’impuissance par rapport à un idéal
irréalisable est très présent. C’est une forme de compulsion car je veux à tout prix changer
le système avec des approches plus adaptées aux temps modernes. En même temps, je peux
avoir de la difficulté à m’adapter aux nouvelles technologies que je perçois comme agressives.
Si j’ai l’impression de vouloir sauver le monde, je dois vérifier mon attitude dès maintenant.
Le burnout est aussi une maladie de fuite. Je peux me demander : « Qu’est-ce que je
cherche à fuir en travaillant avec excès ? Est-ce que j’ai peur de me retrouver par rapport à
moi-même ? Est-ce que j’ai besoin d’une raison pour ne plus être avec un conjoint qui m’est
insupportable ? Qu’est-ce que j’essaie de prouver en même temps que je fuis la peur de
l’échec » ? Mon grand besoin d’être reconnu et ma peur de la critique me poussent à travailler
de plus en plus jusqu’au jour où je n’en peux plus. Les symptômes du burnout sont assez
clairs : fatigue mentale et physique, énergie vitale à la baisse, pensées incohérentes !
L’épuisement survient, et après, le calme et le repos se manifestent pour que je puisse
recharger énergétiquement.
J’accepte ↓♥ de ne pas avoir à plaire à tout le monde ! C’est un rêve et la vraie réalité,
c’est de savoir que j’accomplis de mon mieux ce que j’ai à faire en donnant 100 % de moimême,
et je retrouve la sérénité, la paix intérieure et le vrai amour dans l’action.
BURSITE OU ÉPANCHEMENT DE SYNOVIE
VOIR AUSSI : ARTHRITE, BRAS [MALAISES AUX …], COUDES, ÉPAULES, INFLAMMATION,
GENOUX MAUX DE …, TENDON D’ACHILLE
La bursite (aussi appelée hygroma) est l’inflammation ou le gonflement de la bourse au
niveau de l’articulation de l’épaule, du coude, de la rotule ou des tendons d’Achille (près du
pied). Cette bourse qui ressemble à un petit sac contient un liquide réduisant la friction au
niveau des articulations. La bourse procure donc un mouvement fluide, aisé et gracieux.
La bursite est souvent reliée à ce que je vis par rapport à mon travail. Elle indique une
frustration ou une irritation intense, de la colère retenue par rapport à une situation
ou à quelqu’un que j’ai vraiment envie de « frapper » dans le cas où les bras sont concernés
(épaule ou coude), ou de donner « un coup de pied » dans le cas où les jambes sont
concernées (rotule ou tendon d’Achille), tellement je suis enragé ! Mes pensées sont rigides
et quelque chose ne me convient absolument pas ! J’en ai assez et, au lieu d’exprimer ce que
je vis, je retiens mes émotions. Il est possible de trouver la cause du désir de frapper en
regardant ce que je peux faire et ne pas faire avec ce bras douloureux. Si j’ai mal au côté
gauche, c’est relié au plan affectif. Au côté droit, ce sont les responsabilités et le « rationnel »
(par exemple : le travail). J’ai de la douleur même si je me retiens de frapper quelqu’un. Je
dois trouver une façon plus adéquate d’exprimer ce que je ressens. Je peux regarder aussi ma
vie et me demander si celle-ci a encore un sens ; est-ce qu’il y a encore des choses à faire qui
m’excitent ou est-ce que plutôt je m’ennuie profondément ? Je vis de l’irritation. Je peux
80
même avoir l’impression qu’on profite de moi. Ai-je le droit d’être heureux ? J’attends
beaucoup des autres mais je dois mettre moi-même des choses en avant afin de m’attirer ce
que je veux dans ma vie.
Au lieu de m’appuyer sur les autres, j’accepte ↓♥ de me prendre en main sinon, je vais
rester dans cet état d’inertie. Je trouve la cause de ma douleur, je reste ouvert et je change
d’attitude en acceptant ↓♥ davantage mes sentiments et mes émotions. Je pourrai les
transformer en amour et en harmonie à mon avantage et pour le bien-être d’autrui. Mon
corps ne fait que me dire d’adopter une attitude plus positive afin de m’adapter aux nouvelles
situations qui se présentent à moi.
BUVEURS DE LAIT (SYNDROME DES …)
VOIR AUSSI : ACIDOSE, APATHIE
Le syndrome des buveurs de lait ou de Burnett43 provoque une insuffisance rénale
par apport excessif de lait, de calcium ou d’alcalins. Il est longtemps réversible si j’arrête cette
consommation démesurée.
Je cherche à combler un vide intérieur provenant de l’amour maternel dont je ne me
suis pas senti comblé. L’état de fatigue et d’apathie me rappelle jusqu’à quel point ce besoin
était important pour moi. Cela ne veut pas dire que j’ai eu une mère qui ne m’aimait pas,
mais que moi, j’avais peut-être un plus grand besoin. Réagissant à ce manque, je peux avoir
une attitude de domination par rapport à ma mère ou aux femmes en général. Il se peut aussi
que ce que je trouve amer dans ma vie, je cherche à le combler par ce qui me rappelle le plus
la douceur dans ma vie comme dans mon enfance, et qui me rappelle l’amour de ma mère.
J’accepte ↓♥ dès maintenant de prendre soin de moi-même, comme une mère le ferait.
J’accepte ↓♥ les douceurs de la vie en sachant que je suis une personne exceptionnelle qui
mérite ce qu’il y a de mieux.
43 Burnett (Sir Frank MacFarlane) (1899—1985) : professeur émérite australien, immunologue et virologiste, il a reçu le Prix
Nobel en 1960 (physiologie ou médecine) pour « la découverte de la tolérance immunologique acquise ».
81
C
CÆCUM
VOIR : APPENDICITE
CAILLOT
VOIR : SANG/COAGULÉ/THROMBOSE
CALCANÉUM
VOIR : TALON
CALCULS (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : CALCULS/BILIAIRES/RÉNAUX
Le calcul est une concrétion pierreuse qui se forme par précipitation de certains
composants (calcium, cholestérol) de la bile ou de l’urine.
Le calcul est l’accumulation (ou si on veut « l’addition ») d’idées fausses, de
durcissement dans sa position, de repli ou de frustration, de conceptions erronées de la
réalité, ce qui peut être illustré par l’expression « Faire une erreur de calcul ». Ce peuvent
être aussi des émotions et des sentiments refoulés ; une concentration de pensées telle une
masse d’énergie qui se solidifie et se cristallise au point de former des pierres très dures dans
l’organe où la cause de la maladie se manifeste. Me sentant inférieur aux autres, je cultive des
chagrins et je me sens amer par rapport à la vie. Mon entêtement me fait m’éloigner de mes
vrais besoins. J’ai l’impression qu’on empiète sur moi, sur mon « territoire ».
J’accepte ↓♥ de faire confiance à la vie et savoir que je peux « compter » sur mon pouvoir
divin qui me permettra de voir les événements avec une plus grande ouverture d’esprit et en
toute sécurité.
CALCULS BILIAIRES OU LITHIASE BILIAIRE
VOIR AUSSI : FOIE [MAUX DE …], RATE
Le calcul biliaire est généralement un ou des dépôts de cholestérol ou de calcaire. Dans
le langage populaire, on dit parfois « avoir des pierres au foie ». Il vient de la bile. Ce
liquide sécrété par le foie sert à la digestion des aliments. La bile est stockée dans la vésicule
biliaire et le calcul formé se retrouve dans cette même vésicule (un seul gros ou plusieurs
petits).
La bile est amère, visqueuse et manifeste l’amertume intérieure, la peine, l’agressivité,
l’insensibilité, le ressentiment, la frustration ou le mécontentement que j’ai et que je sens
envers moi-même ou envers une ou plusieurs personnes. Les calculs représentent une
douleur plus profonde que les simples symptômes au niveau de la rate, du foie ou de la
vésicule biliaire. C’est de l’énergie cristallisée, des sentiments et des pensées très durs et
remplis de colère, d’amertume, d’envie et même de jalousie solidifiées sous forme de
cailloux, et qui ont été entretenus et accumulés au fil des années. Ce peuvent être aussi un
talent, une force que je n’ai jamais voulu utiliser parce que je ne me sentais pas assez bon,
vulnérable ou inférieur. J’accumule mes forces intérieures au lieu de les utiliser. J’ai de la
rage, mais elle est tournée contre moi car je sais tout au fond de moi mes capacités. J’ai
décidé un jour de me cacher pour me protéger du monde extérieur. Je fuis leur jugement. Les
calculs peuvent être « cachés » depuis longtemps, mais une émotion soudaine et violente
peut les faire surgir « consciemment » avec des douleurs intenses. Souvent, je suis décidé à
aller de l’avant, à foncer, à ouvrir des portes mais quelque chose m’arrête, me limite ou
m’étouffe, et mes actions sont souvent exécutées par peur. Je deviens alors frustré de la vie, je
manifeste des attitudes « amères » et irritantes vis-à-vis des gens, je n’arrive pas à me décider
car je manque de courage et mes forces intérieures sont mal canalisées. Je n’ai pas la maîtrise
de moi-même. C’est la raison pour laquelle j’ai des calculs biliaires. Qu’est-ce qui influence
ma vie ? Suis-je trop orgueilleux ? Quelles sont les dettes du passé (autant pécuniaires
82
qu’émotionnelles ou spirituelles) qui me restent à payer mais que j’ai oublié ou que je voulais
volontairement omettre de rembourser ?
Même si les calculs sont l’expression d’une vie endurcie, je dois accepter ↓♥ de me
libérer du passé et avoir une attitude et des pensées plus douces, une ouverture différente
à la vie en laissant aller le passé, les sentiments lointains et les vieilles émotions amères, me
permettant ainsi de manifester l’amour véritable. Je me donne le droit de combler mes
propres besoins, même si cela implique d’avoir à dire non aux autres. Le processus
d’acceptation ↓♥ au niveau du coeur♥ m’aidera à voir plus clair dans ma vie et à mieux
découvrir le chemin qui améliorera ma situation. Je laisse s’exprimer tous mes talents dans la
douceur et ainsi je peux m’épanouir pleinement.
CALCULS RÉNAUX OU LITHIASE URINAIRE
VOIR AUSSI : REINS
Les calculs rénaux, aussi appelés pierres au rein, sont reliés au rein, siège de la peur.
C’est la formation de pierres ou cristaux venant de quantités abondantes de sel, de calcium,
d’oxalates et d’acide urique.
L’acide urique représente de vieilles émotions à évacuer. Le calcul peut se former dans
les différentes parties du système urinaire. C’est une masse d’énergie solidifiée créée à partir
des pensées, des peurs, des émotions et des sentiments agressifs éprouvés envers quelqu’un
ou une situation. Le rein étant un filtre d’émotions des déchets du corps, l’abondance des sels
d’acide urique indique la grande quantité de sentiments agressifs solidifiés car ils ont été
longtemps retenus. « Je vis des frustrations et des sentiments agressifs dans mes relations
depuis si longtemps que mon attention est uniquement fixée là-dessus ». Ma vie affective est
un échec et je me dis que le bonheur n’est que pour les autres. Une personne équilibrée a les
« les reins solides », mais différents traits de caractère peuvent causer les calculs : je suis
très autoritaire, souvent à l’extrême, dur envers moi-même et les autres, je décide et je
fais mes choix en « réaction », je reste sérieusement accroché au passé, je manque de volonté
et de confiance. Je suis drastique dans mes opinions et mes choix. Les calculs rénaux
impliquent souvent un tiraillement intérieur entre ma volonté et mes décisions qui amènent
un excès d’autoritarisme : me sachant faible et ayant peur, je « mobilise » toutes les forces
disponibles en un même endroit pour accomplir certaines tâches, et lorsque la période de
stress est passée, cette concentration durcit pour former les calculs. J’ai réprimé toute ma
spontanéité qui s’est durcie pour vivre en fonction des autres. Tout est calculé, planifié
d’avance pour éviter les surprises et me donner un sentiment de contrôle sur ma vie. Il y a
donc un « moi » qui a une de mes personnalités qui vit en société et il y a l’autre « moi » qui
vit caché dans une garde-robe et qui est constitué de toutes ces émotions que je réprime. Mes
énergies créatives s’accumulent et mon agressivité aussi. Tous les non-dits qui demandent à
sortir, s’exprimer et qui sont retenus se transforment en calculs rénaux. J’ai l’impression
qu’on me surveille et que je dois être sur mes gardes à tout moment. J’ai tendance à vivre
dans l’isolement, me sentant incapable de communiquer ou coupable. Je m’interdis de faire
beaucoup de choses. Je laisse les autres m’envahir ou envahir ma vie et je ne peux pas
délimiter ce qui m’appartient.
J’accepte ↓♥ de retrouver une certaine paix intérieure si je veux arrêter d’avoir des
calculs. Je devrais moins m’attarder à certaines situations conflictuelles et à certains
problèmes car, en continuant ainsi, je m’empêche d’aller de l’avant. Je dois les régler
définitivement et voir le futur avec calme et souplesse. C’est une question de conscience et
d’attitude. Je vis de façon spontanée, comme un enfant, et ma vie est remplie de bonheur et
de surprises.
CALLOSITÉS
VOIR : PEAU — CALLOSITÉS, PIEDS — DURILLONS ET CORS
CALVITIE
VOIR : CHEVEUX — CALVITIE
83
CANAL CARPIEN (SYNDROME DU …)
VOIR : CRAMPE DE L’ÉCRIVAIN
CANCER (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : TUMEUR [S]
Le cancer (aussi appelé tumeur maligne) est l’une des principales maladies du 20e
siècle. Des cellules anormales cancéreuses se développent et le système immunitaire qui ne
reconnaît plus les cellules saines de celles qui sont malsaines, ne réagit pas à la présence des
cellules malsaines et elles prolifèrent donc rapidement dans le corps.
Les êtres humains ont souvent des cellules précancéreuses dans l’organisme, mais le
système immunitaire, c’est-à-dire le système de défense naturelle de notre corps, les prend en
charge avant qu’elles ne deviennent cancéreuses. C’est parce que ces cellules anormales se
développent de façon incontrôlée44 et incessante qu’elles peuvent nuire au fonctionnement
d’un organe ou d’un tissu, pouvant ainsi affecter des parties vitales de l’organisme. Lorsque
ces cellules envahissent diverses parties du corps, on parle de cancer généralisé45. Le
cancer est lié principalement à des émotions refoulées, du ressentiment profond et
parfois de longue date, par rapport à quelque chose ou une situation qui me perturbe encore
aujourd’hui et par rapport à laquelle je n’ai jamais osé exprimer mes sentiments
profonds. Ils sont souvent en relation avec un ou des aspects : ma vie de couple. Même si le
cancer peut se déclarer rapidement à la suite d’un divorce difficile, d’une perte d’emploi, de
la perte d’un être cher, etc., il est habituellement le résultat de plusieurs années de conflit
intérieur, de culpabilité, de blessures, de chagrin inconsolable, de rancunes, de
haine, de confusion et de tension qui me rongent. Je vis du désespoir, du rejet de
moi ; je me sens un peu cancre46. Je rumine sans cesse le même sentiment d’échec. Ce qui se
passe à l’extérieur de moi est que le reflet de ce qui se passe à l’intérieur, l’être humain étant
présenté par la cellule, et le milieu de vie ou la société par les tissus. Dans la plupart des cas,
si je suis atteint de cancer, je suis une personne aimante, dévouée, pleine d’attention et de
bonté pour mon entourage, extrêmement sensible, semant amour et bonheur autour de moi.
Pendant tout ce temps, mes émotions personnelles sont refoulées au plus profond de moi. Je
me conforte et me leurre en trouvant satisfaction à l’extérieur plutôt qu’à intérieur de moimême
puisque j’ai une très faible estime de moi. Alors que je m’occupe de tout le monde,
je mets de côté mes besoins personnels. Je me sens impuissant à changer ma vie. Cette
impuissance tient du fait que j’ai l’impression que je n’ai pas de pouvoir sur ma vie. Je remets
ce dernier à une autorité plus grande que moi et qui m’est extérieure. Je ne suis pas en
contact avec mon corps et mes émotions. Je suis perdu car je ne me définis qu’à travers les
autres. Je n’ai aucune identité. Je suis étranger à moi-même. Je laisse ma place aux autres ; je
laisse donc aller mes cellules saines qui représentent mon identité et elles sont remplacées
par des cellules étrangères qui n’ont pas leur place à l’intérieur de mon corps. Mais comme le
bien-être de tous ceux qui m’entourent prime sur le mien, je décide que je ne vaux rien et que
je peux laisser les autres m’envahir. J’hésite à prendre ma vie en mains, m’y pensant
incapable. Puisque la vie ne semble plus rien m’apporter, je capitule et manque d’envie de
vivre. À quoi bon lutter ? Si je vis beaucoup d’émotions fortes, de haine, de culpabilité,
de rejet, je vais être en très forte réaction, tout comme la cellule : mes cellules saines se
retournent contre moi et mes cellules malsaines prennent le dessus ; je vais même me sentir
responsable des problèmes et des souffrances des autres et je voudrai m’autodétruire. Les
cellules cancéreuses vivent dans l’isolement, tout comme moi qui, par rapport à une
situation que j’ai de la difficulté à accepter ↓♥, vais me replier sur moi-même : j’en parlerai
peu, je refoule mes émotions qui m’empoisonnent. « J’en veux à la vie », « elle est trop
injuste ». Je joue à la « Victime » de la Vie et je deviens bientôt « Victime » du cancer. C’est
habituellement la « haine » envers quelqu’un ou une situation qui va me « gruger
l’intérieur » et qui va amener les cellules à s’autodétruire. Cette haine est profondément
enfouie à l’intérieur de mon être et je n’ai pas souvent conscience qu’elle existe. Elle est
enfouie derrière mon masque de « bonne personne ». Mon corps se désagrège lentement car
mon âme se désagrège aussi : j’ai besoin de combler mes désirs non satisfaits au lieu de ne
faire plaisir qu’aux autres. Je dois m’offrir des joies, des « petites douceurs ». J’ai accumulé
84
ressentiment, conflits intérieurs, culpabilité, l’autorejet par rapport à moi-même parce que
j’ai toujours agi en fonction des autres et non pas en fonction de ce que je veux. La patience
exemplaire et présente chez moi s’accompagne très souvent d’une faible estime de soi. J’évite
de me donner de l’amour et de l’appréciation car je crois que je ne le mérite pas. Ma volonté
de vivre devient presque nulle. Je me sens inutile. « À quoi bon vivre ? » C’est ma façon d’en
finir avec la vie. Je m’autodétruis et c’est là un suicide déguisé. J’ai l’impression d’avoir
« raté » ma vie et je vois cette dernière comme un échec. La mort peut me sembler, même
inconsciemment, plus belle que la vie que je mène. J’ai besoin de redéfinir qui je suis
réellement au lieu de vouloir m’identifier à l’image qu’on veut que je projette. J’ai besoin de
faire tomber mes masques. Cela peut être angoissant pour un moment mais cela est essentiel
afin de reprendre la maîtrise de ma vie. Je vais découvrir que j’ai tout le courage et toute la
force nécessaires pour accomplir tous mes rêves. La partie du corps atteinte m’éclaire quant à
la nature de mon (mes) problème(s) : cela m’indique quels schèmes mentaux ou quelles
attitudes je dois adopter afin d’amener la maladie à disparaître. Je dois reprendre contact
avec mon « moi » intérieur et m’accepter ↓♥ tel que je suis avec mes qualités, mes
défauts, mes forces et mes faiblesses. J’accepte ↓♥ de laisser tomber de vieilles attitudes et
habitudes morales. L’acceptation ↓♥ de la maladie est essentielle pour que je puisse ensuite
« lutter ». Si je refuse d’accepter ↓♥ la maladie, comment puis-je la guérir ?
J’accepte ↓♥ de reprendre contact avec cette partie de moi dont je m’étais coupé afin de
reprendre contact aussi avec la vie. J’ouvre mon coeur♥ et je prends conscience de tout
ce que la vie peut m’apporter et à quel point j’en fais partie. Même si le cancer semble a
priori avoir le rôle du méchant, de l’adversaire, je me rends compte qu’il est un catalyseur
afin que j’apporte des changements importants dans ma vie. Le fait de recevoir un traitement
en guérison naturelle, en massage ou tout autre technique avec laquelle je me sens à l’aise,
aura pour effet une harmonisation qui me permettra d’ouvrir ma conscience à toutes les
merveilles de la vie et à la beauté qui m’entourent et qui renforcera ainsi mon système
immunitaire. J’accepte ↓♥ d’apprivoiser les différentes émotions qui m’habitent. Je reprends
la maîtrise de ma vie. Il n’y a que moi qui sais ce qui est bon pour moi ! Il n’y a que moi qui
peux décider de guérir… J’accepte ↓♥ de pouvoir guérir car j’ai beaucoup de choses à
accomplir, beaucoup de rêves à réaliser. J’accepte ↓♥ de vivre dans le moment présent, en
acceptant ↓♥ tout mon passé comme une période d’apprentissage afin de me découvrir, de
savoir qui je suis vraiment. En laissant couler la vie en moi, mes cellules seront bien nourries
et remplaceront celles dont je n’ai plus besoin.
44 Selon les travaux du docteur Ryke Geerd Hamer, le cancer est le développement de cellules spécialisées et organisées
provenant d’un programme spécial émis par le cerveau en réponse à un surstress psychologique.
45 Cancer généralisé : Dans le cas de cancer généralisé, il est souvent question de métastases, c’est-à-dire de cellules cancéreuses
qui proviendraient d’autres cellules cancéreuses ailleurs dans le corps et qui auraient été transportées par le sang ou la lymphe. Il
semblerait qu’il existe peu ou pas d’évidence sur cette hypothèse des cellules cancéreuses se transportant d’un endroit à l’autre. II
pourrait s’agir plutôt du fait que le premier cancer qui provenait d’un conflit ait amené à se manifester et à mettre en évidence un
autre conflit qui lui provoque un autre cancer et ainsi de suite.
46 Cancre : miséreux, avec une faible estime de moi.
CANCER DE LA BOUCHE
Le cancer de la bouche peut se situer au niveau du plancher de la bouche, des lèvres,
de la langue, des gencives ou du palais.
Comme la peau est la ligne de démarcation entre l’extérieur et mon intérieur, la bouche,
elle, est la porte d’entrée, le vestibule entre ce qui entre (air, nourriture, liquide) et ce qui en
sort (air, paroles véhiculant les émotions). Il se peut que je sois une personne de qui on dit
« qu’il mange son prochain ». Je peux entretenir des sentiments de destruction envers moimême
ou une ou plusieurs personnes, ce qui me fait dire « lui, je le mangerais ! » voulant
signifier que je lui veux du tort ou sa mort dans un certain sens. Mon immense vide intérieur
augmente ma difficulté à être moi, un être autonome qui savoure la vie. Je me sens loin des
gens, d’une façon physique ou émotive. Je ne supporte plus la froideur de mon existence.
J’accepte ↓♥ d’avoir un grand besoin de laisser entrer en moi des sentiments d’amour, et
85
d’en exprimer envers les gens qui m’entourent et moi-même, en me disant des mots
d’amour. J’accepte ↓♥ les plaisirs de la vie.
CANCER DES BRONCHES
VOIR : BRONCHES — BRONCHITE
CANCER DU CÔLON
VOIR AUSSI : INTESTIN [MAUX AUX …]/CONSTIPATION
Le côlon est une partie du gros intestin où je digère les aliments. Il élimine ce qui a été
jugé inutile ou sale par mon corps.
Il me permet de laisser derrière moi ce qui n’est plus bénéfique, de tourner la page. Mes
peurs, notamment par rapport au matériel ou à l’argent, vont l’affecter. C’est l’un des types de
cancer les plus fréquents en Amérique du Nord à cause de la consommation excessive de
viande, de grains raffinés, de sucre dit-on. Ces aliments sont difficiles à digérer et à assimiler.
Cependant, il existe aussi d’autres raisons : la recherche continuelle de satisfactions, de
plaisirs et de désirs matériels, additionnée aux différents états physiques, émotionnels et
mentaux que je peux vivre chaque jour (atteinte de l’excellence, anxiété, angoisse, etc.) est les
principales causes d’un désordre alimentaire ou digestif. J’ai peu de joie intérieure, je suis
plus ou moins satisfait de ma vie telle qu’elle est. Je me sens souillé sur un aspect de moimême.
Je mange et je refoule mes émotions : c’est plus facile et mes besoins sont comblés
beaucoup plus rapidement. Une séparation ou un divorce peuvent favoriser le développement
de ce cancer puisqu’ils peuvent engendrer un grand choc émotif où je ne digère pas la
situation. Je choisis une forme de récompense qui m’est accessible très aisément. Je
recherche une certaine satisfaction que je me plais à retrouver dans la nourriture grasse et
lourde. Le cancer du côlon peut découler de causes semblables à celles de la constipation
mais avec un facteur émotionnel plus important et profond : il s’agit probablement d’un
besoin de « lâcher-prise ». Je dois me demander quelle est la situation que je n’ai pas encore
digérée ou que je ne veux pas admettre et qui m’amène à vivre du ressentiment. De ce fait,
c’est comme si je ne voulais pas l’assimiler à ma réalité. J’en suis extrêmement contrarié. Je
perçois cette situation comme une vacherie, une action dégoûtante, abominable. Je ne
peux tourner la page. C’est comme si j’y étais « collé. » D’une façon générale, lorsque le
côlon ascendant est affecté, la situation implique mes parents ou supérieurs. Le côlon
transverse implique mes collatéraux : soeurs, frères ou cousins. Au travail, il s’agit de mes
collègues qui ont le même niveau de responsabilités. Le côlon descendant se rapporte à
mes enfants ou au travail, mes subalternes. Dans le cas de la constipation, ce sont les
énergies ou émotions plus en surface qui sont en cause alors que dans le cas du cancer du
côlon, ce sont les énergies et les émotions situées plus en profondeur qui sont en cause. C’est
pourquoi mes intestins peuvent fonctionner normalement ou régulièrement et je peux quand
même développer un cancer du côlon. Mes intestins font donc ce qu’ils peuvent pour me
garder en bonne santé et je me dois de les respecter en préservant leur bon état le plus
longtemps possible.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir davantage aux joies de la vie et j’exprime les émotions qui
font partie de ma vie ! Je commence à pratiquer différentes formes de relaxation
physique et intérieure qui m’aideront à prendre le temps de vivre une existence plus
équilibrée.
CANCER DE 􀀯􀂶ESTOMAC
VOIR AUSSI : ESTOMAC [MAUX D’…]
Si j’ai le cancer de l’estomac, je dois prendre conscience du « morceau » ou de la
situation que je ne suis pas capable de digérer. Cette situation « qui ne passe pas », je la vis
d’une façon très intense et très forte. « C’est abominable ce que l’on m’a fait, ce que j’ai dû
subir. En plus, je n’ai rien vu venir ! « Je suis tout à fait estomaqué ! » Cela peut exprimer ce
que je vis. J’en suis venu à vouloir abandonner, le fardeau étant devenu trop lourd. J’ai
tendance à blâmer les autres, les culpabilisant de leur ingérence dans ma vie. Puisque je
donne tout ce pouvoir aux autres, je me sens impuissant à créer ma propre vie. J’ai
abandonné mes rêves et mes ambitions même si au fond de moi, je voudrais montrer aux
86
autres de quoi je suis capable. La frustration m’envahit, l’angoisse me gruge mais par-dessus
tout, c’est la peine et la tristesse qui sont si intenses que je ne trouve plus de raison d’être…
J’accepte ↓♥ de prendre conscience du pourquoi de cette situation et quelle leçon j’ai à
en tirer afin « de faire passer la tempête » et que le cancer se résorbe. Je ne peux qu’être
gagnant si je laisse aller ma colère et ma rancune et que je les remplace par l’acceptation ↓♥ et
le pardon.
CANCER DU FOIE
VOIR : FOIE [MAUX DE …]
CANCER DES GANGLIONS (DU SYSTÈME LYMPHATIQUE)
VOIR AUSSI : ADÉNITE, ADÉNOPATHIE, GANGLION [… LYMPHATIQUE]
Le système lymphatique se retrouve dans mon corps en parallèle à mon système sanguin.
Il transporte un liquide blanchâtre et opaque comme le lait dilué appelé la lymphe. Parce que
la lymphe contient des protéines et des lymphocytes (globules blancs), elle joue un rôle
important dans le processus d’immunité et de défense de l’organisme.
Le système lymphatique est relié plus directement à mes émotions, à mon côté affectif.
Les ganglions servent à filtrer la lymphe de ses impuretés, un peu comme les reins, le foie,
la rate pour le système sanguin. Alors, un cancer des ganglions m’indique de grandes
peurs, de la culpabilité et du désespoir par rapport à mes émotions sur les plans amoureux et
sexuel. Même si je vis présentement une vie amoureuse harmonieuse, il se peut que de
profondes déceptions refassent surface sous cette forme de cancer. Je me cherche un
endroit où je peux m’abriter en toute sécurité. Je crois que la seule façon d’y arriver est de
me retrouver dans un groupe, même au détriment de mon couple.
Je dois accepter ↓♥ que tout puisse prendre sa place à l’intérieur de moi en laissant
circuler la vie, comme l’eau de la rivière, dans l’harmonie et dans l’amour, en travaillant sur
mon enfant intérieur blessé. Je retrouve ce sentiment de sécurité à l’intérieur de moi. Je sais
que je suis protégé en tout temps et que je n’ai qu’à me laisser guider par le courant de la vie.
CANCER DE LA GORGE
VOIR : GORGE — PHARYNX
CANCER DU GRAIN DE BEAUTÉ
VOIR : PEAU — MÉLANOME MALIN
CANCER DE L’INTESTIN (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : CANCER DU CÔLON, INTESTINS [MAUX AUX …] / COLON/GRÊLE
Ce cancer se retrouve habituellement au niveau de la partie de l’intestin appelée colon.
Lorsque je développe cette maladie, je dois me poser la question : qu’est-ce que je ne suis pas
capable de digérer et qui passe « de travers » ? Cela peut être une parole qui m’a été dite et
que je trouve méchante ou peut être aussi une action que je trouve injuste et non acceptable.
Le morceau est tellement gros à avaler que je ne sais pas si je vais réussir à le digérer. Je peux
aussi vivre une très grande peur en me demandant si je vais toujours avoir assez de
« nourriture dans le frigo ». J’ai peur de mourir de faim par manque de vivres. Je vis de
profondes angoisses car je me sens impuissant dans certaines situations. Je me cramponne à
certaines personnes, idées, émotions par peur de l’inconnu mais je voudrais tellement m’en
débarrasser !
Quelle que soit la situation, j’accepte ↓♥ de développer une attitude plus positive, en
sachant que la vie veut ce qu’il y a de mieux pour moi et que j’accepte ↓♥ de vivre dans
l’abondance. J’apprends aussi à pardonner aux personnes qui peuvent m’avoir dit ou fait
quelque chose que j’ai de la difficulté à digérer. Je prends le temps d’exprimer à cette
personne comment je me sens pour ramener l’harmonie dans cette situation. J’élimine la
rancune de ma vie et la remplace par la compréhension et l’ouverture d’esprit.
CANCER DE L’INTESTIN GRÊLE
VOIR : INTESTIN GRÊLE [MAUX A L’…]
87
CANCER DE LA LANGUE
VOIR AUSSI : ALCOOLISME, CIGARETTE
Même s’il est admis que le cancer de la langue peut être favorisé par le tabagisme ou
l’alcoolisme, il provient d’un profond sentiment de désespoir signifiant que je n’ai
plus le goût de vivre. De plus, ce mal de vivre, il se peut que je ne l’exprime pas et que je
refoule ainsi ces émotions à l’intérieur de moi. L’alcoolisme et le tabagisme ne sont que les
amplificateurs des sentiments que je vis ; par l’alcoolisme, je fuis mes émotions, par le
tabagisme, je fais un écran à ces émotions que je ne veux pas voir. Puisque c’est avec la
langue que je vais chercher la nourriture afin de pouvoir la mâcher avec mes dents, si j’ai un
cancer de la langue, je dois me demander si, au sens figuré, j’ai l’impression de ne pas être
capable d’attraper le « morceau de nourriture ». Je vois ce que je veux attraper comme
vital pour moi. Cela peut être un travail, de la nourriture, une nouvelle relation, etc. La
situation que je vis me rend fou ! J’ai l’impression que je vais exploser ! J’ai tellement
d’émotions emprisonnées à l’intérieur de moi… J’ai besoin d’aller chercher à l’extérieur de
moi un semblant de force quand celle-ci se trouve tout simplement à l’intérieur de moi. Je me
contrôle parfaitement car je vis une grande insécurité. J’ai tellement de rancoeur♥, souvent
envers moi-même parce que je me suis « fermé la trappe47» trop souvent. Si le cancer se
situe sur le bord de la langue, là où elle vient en contact avec les dents, il se peut que je
veuille « réduire en morceaux » quelque chose ou quelqu’un que je ne peux pas « avaler ».
J’accepte ↓♥ de reprendre le goût de vivre, d’augmenter mon estime de soi et j’apprends à
exprimer mes émotions. Je découvrirai ainsi tout ce que la vie a de beau à m’offrir. Je passe à
l’action et je vais chercher ce dont j’ai besoin car je le mérite ! J’accepte ↓♥ que je puisse vivre
de l’impuissance car je n’ai pas le contrôle sur les autres mais seulement sur moi-même.
Lorsque j’accepte ↓♥ cela, il est facile de reprendre contact avec ma force intérieure et c’est à
ce moment que je peux créer ma vie comme je l’entends !
47 Se fermer la trappe : expression québécoise qui veut dire garder le silence.
CANCER DU LARYNX
VOIR AUSSI : CIGARETTE, GORGE [MAUX DE …]
Le cancer du larynx est aussi appelé le cancer des fumeurs.
Lorsqu’une tumeur maligne s’installe sur les parois du larynx, cela signifie que j’éprouve
un grand besoin d’exprimer ma peine intérieure. J’aurais besoin de hurler au monde entier le
drame intérieur que je vis mais j’ai peur d’exprimer mon désarroi. Y a-t-il une personne ou
une situation qui m’empêche de m’exprimer, qui me met les freins? Peut-être que je me dis :
Je fais aussi bien de me la fermer, car cela ne donnerait rien que je parle ! Cela m’amène à
me fermer au niveau émotif ; je n’en peux plus ! J’ai l’impression qu’on me tombe dessus et je
voudrais me mettre en colère mais je n’ose pas. Je ne me sens pas respecté pour ce que je
suis. J’ai peur de mes émotions les plus profondes. J’évite donc de me regarder en pleine
face. Je joue à la victime, laissant les autres contrôler mon monde, mon espace vital. Je veux
tellement que ma vie soit une chasse gardée ! J’ai de la facilité à laisser mon autorité
personnelle aux mains d’une autre personne ou d’un organisme extérieur à moi. La révolte et
la fureur font partie de mon pain quotidien.
J’accepte ↓♥ de prendre ma place et exprimer ce qui est pour moi la vérité. Cela m’aidera
à comprendre davantage la place que j’occupe dans mon environnement et dans l’Univers.
CANCER DE LA MÂCHOIRE
VOIR : MÂCHOIRE [MAUX DE …]
CANCER DE L’OESOPHAGE
VOIR : OESOPHAGE [L’…]
CANCER DES OS
VOIR : OS [CANCER DES …]
88
CANCER DES OVAIRES
VOIR : OVAIRES [MAUX AUX …]
CANCER DU PANCRÉAS
VOIR : PANCRÉAS [MAUX DE …]
CANCER DE LA PEAU
VOIR : PEAU — MÉLANOME MALIN
CANCER DU PHARYNX
VOIR : GORGE — PHARYNX
CANCER DE LA POITRINE
VOIR : CANCER DU SEIN
CANCER DES POUMONS
VOIR AUSSI : BRONCHE — BRONCHITE, CIGARETTE, POUMONS [MAUX AUX …]
Comme les poumons sont reliés directement à ma capacité de vivre (inspirationexpiration),
le cancer des poumons m’indique ma peur de mourir. En effet, il y a une
situation dans ma vie qui me ronge par en dedans et me donne l’impression que j’étouffe et
que je meurs. Le poumon est l’organe qui est relié à la tristesse et lorsque la peine n’est pas
extériorisée, c’est le poumon qui absorbe celle-ci. C’est peut-être à la suite d’une séparation
ou d’un divorce, de la mort d’un être cher, de la perte d’un emploi qui est très important pour
moi. Il y a une notion d’échec très marquée. En fait, toute situation qui pour moi représente,
consciemment ou inconsciemment, ma raison de vivre. Lorsque ma raison de vivre disparaît
ou que j’ai peur qu’elle disparaisse, cela met en évidence que l’autre possibilité qui se
présente à moi est d’une certaine façon, la mort. Je me sens condamné à vivre une situation
pour le reste de ma vie. Je suis souvent drastique dans mes jugements. Tout est noir ou blanc,
rien entre les deux. J’ai cependant peur d’extérioriser mes pensées, mes opinions. Je crois à
la notion de mal, autant dans ma sexualité que dans les autres aspects de ma vie. Je vis une
grande impuissance. Les autres jugent ma façon de vivre et je leur en veux. Ma vie n’a plus de
sens et je suis déçu par les autres qui ne comblent pas mes attentes. Je me soucie
constamment d’un proche : j’ai tellement investi dans cette relation, autant
émotionnellement que matériellement, et voilà que je risque de tout perdre. À quoi bon vivre
si tous ces efforts ont été vains et que j’en suis rendu là ? Alors, qu’en est-il de la relation que
l’on fait entre les fumeurs et le cancer des poumons ? Je peux me demander si c’est la
fumée de cigarette qui m’amène le cancer des poumons ou si c’est la peur de mourir qui
m’amène à fumer des cigarettes et, conséquemment, me fait développer le cancer des
poumons. Lorsque je fume, je mets un voile sur des émotions qui me dérangent et qui
m’empêchent de vivre. Ne résolvant pas le conflit, celui-ci peut grandir en moi au point de me
faire développer un cancer des poumons.
Alors, j’ai à accepter ↓♥ la vie et à penser qu’à chaque inspiration et expiration, c’est la vie
qui circule en moi par l’air que je respire. Je décide de prendre ma place, de me donner de
l’espace et je choisis ce que je veux vivre par delà mes peurs et que la vie mérite d’être vécue,
que je mérite de vivre. J’accepte ↓♥ qu’il n’y pas de mal sur la terre, que des expériences. Je
vis et je laisse vivre avec le regard d’un enfant. Je mords dans la vie à pleines dents !
CANCER DE LA PROSTATE
VOIR : PROSTATE [MAUX DE …]
CANCER DU RECTUM
VOIR : INTESTINS — RECTUM
CANCER DU SANG
VOIR : SANG — LEUCÉMIE
89
CANCER DU SEIN
VOIR AUSSI : SEINS [MAUX AUX …]
Les seins représentent la féminité et la maternité. Cette sorte de cancer indique
généralement certaines attitudes et pensées profondément enracinées depuis la tendre
enfance. Depuis les années 60, à certains endroits dans le monde, la femme s’affirme
davantage, prend sa place dans la société et veut aller de l’avant. Je peux donc avoir de la
difficulté à exprimer mes vrais sentiments, à trouver un équilibre entre mon rôle de mère et
de femme accomplie. Ces conflits intérieurs profonds me tourmentent en tant que femme qui
cherche le juste équilibre. On a découvert que ce type de cancer vient généralement d’un
fort sentiment de culpabilité intérieure envers soi ou envers un ou plusieurs de ses
enfants : « Pourquoi est-il au monde ? Qu’ai-je fait pour l’avoir ? Suis-je une assez bonne
mère ou femme pour m’en occuper ? » Toutes ces questions augmentent mon niveau de
culpabilité, m’amenant à me rejeter moi-même et augmentant ma peur que les autres me
rejettent. Je dois me rappeler que « l’amour pour mon enfant est toujours présent mais que
mes pensées sont très puissantes et que je dois être vigilante ». Si je me juge trop sévèrement,
toute ma colère et mon rejet seront amplifiés et mes émotions seront « évacuées » au niveau
de mes seins, qui deviennent le symbole de mon « échec ». Un cancer du sein veut donc
m’aider à prendre conscience que je vis une situation conflictuelle, celle-ci pouvant être
autant par rapport à moi-même que par rapport à quelqu’un d’autre et étant reliée à un
élément faisant partie de mon espace vital, de mon « petit nid ». Il s’agira bien souvent de
mes enfants, mes « oisillons », ou de quelqu’un que je considère comme tel (par exemple ma
mère malade que je sens démunie, comme « un petit enfant »). Je veux à tout prix tout
donner à mon enfant et je veux aussi qu’il prenne tout ce que je lui donne. Sinon, c’est le
doute et la culpabilité qui prennent le contrôle… Je peux avoir peur que mon « nid » (foyer)
se désagrège. Je peux aussi avoir une grande peur ou un grand stress par rapport à la survie
d’un ou de mes enfants. J’ai peur que s’il m’arrivait quelque chose, leur père ne soit pas
capable d’en prendre soin, de les nourrir affectivement. Dans un sens plus large, le « nid »
peut englober mon conjoint, mon foyer, mes frères et soeurs, particulièrement s’ils vivent
sous le même toit. C’est donc par rapport à la famille, ce qui historiquement pourrait être
appelé le clan, que j’ai l’impression ou que j’ai peur qu’il y ait démantèlement, éclatement. Il
y a une peur, une pensée qui me revient constamment en tête et qui est inconcevable, celle
de voir arriver par exemple une trahison de mon conjoint. Je voudrais pouvoir m’occuper,
« nourrir » tout le monde mais cela est impossible et me déchire. Les hommes autant que les
femmes peuvent développer cette sorte de cancer, qui est souvent le conflit intérieur
masculin à accepter ↓♥ sa propre nature féminine divine. Il arrive que certains hommes
manifestent leur côté féminin et maternel presque autant que les femmes. En tant
qu’homme, je ne serai jamais une femme mais, énergétiquement, je peux être autant et même
plus féminin que celle-ci. C’est pourquoi le cancer du sein, chez moi qui suis un homme,
est associé à l’estime de moi et à ma capacité d’exprimer naturellement mon côté féminin
inné. Il peut être relié au fait même d’être un homme et au désir inconscient d’être une
femme. C’est un aspect que je devrai équilibrer dans ma vie. Le côté gauche est du domaine
affectif et le droit, du rationnel. Le cancer au sein gauche désigne donc toutes les
difficultés affectives et les émotions refoulées chez moi en tant que femme (se rapporte plus à
ma famille immédiate) et j’ai avantage à accepter ↓♥ la femme et la mère en moi, et les
sentiments intérieurs que je vis par rapport à chacun de ces deux rôles. Au sein droit, le
cancer indique la femme responsable et ce que l’on attend de moi (ce que je m’attends à
faire avec cette femme « extérieure »). La notion de famille ici peut inclure tout groupement,
association que je considère comme ma famille. À noter que cela aussi s’applique aux
hommes, bien que le cancer du sein chez les hommes soit plus rare. Pour moi, en tant que
femme dans l’univers physique, le volume et la forme de mes seins peuvent avoir une
certaine importance selon les circonstances. On remarque que si mon côté masculin est
dominant (Yang)48, je peux avoir des seins plus petits ou je peux les considérer souvent
comme inutiles ou sans valeur. Le corps parle et mes seins aussi ; c’est à moi de décider de
90
l’importance accordée à ce symbole féminin et sexuel.
48 Yang : c’est le nom que l’on donne en médecine chinoise à l’énergie rationnelle ou masculine. L’énergie affective ou féminine
est appelée Yin.
La recherche d’un équilibre est importante et le corps s’ajustera énergétiquement en
fonction des décisions prises par la femme (ou l’homme) dans l’avenir. Tout est dans
l’attitude, l’amour et l’acceptation ↓♥ de soi. Je prends conscience que je m’oublie et que je
ne vis que pour les autres. Je suis né biologiquement mais pas encore émotionnellement. Mes
émotions sont refoulées et je peux éviter d’être en contact avec celles-ci en m’occupant
exagérément des autres. Je me donne bonne conscience. Au fond, je sais que je suis
impuissante à vivre pour et par moi-même. Je m’accroche, je me cramponne à quelqu’un. Je
remplis mon vide avec les émotions des autres au lieu des miennes. J’accepte ↓♥ que la
guérison se trouve dans ce changement de mon attitude par rapport à moi-même et à
l’avenir. Au lieu de me détruire avec mes pensées négatives, je me reconnecte avec mon
univers intérieur. J’accueille mes émotions, même celles qui sont reliées à des événements
difficiles de mon passé. Je prends du recul et je me demande comment j’aurais pu, dans
toutes ces situations, me respecter plus et me donner davantage d’amour. Le chagrin
s’envole car j’accepte ↓♥ de voir les leçons que la vie veut m’enseigner. J’exprime tout ce que
j’ai toujours voulu cacher. C’est en me respectant et en ayant foi en mon potentiel que je peux
créer la vie que je veux et recouvrer une santé parfaite.
CANCER DES TESTICULES
VOIR AUSSI : OVAIRES (MAUX AUX …]
C’est dans les testicules que se fait la production des spermatozoïdes essentiels à la
reproduction.
Si je développe un cancer des testicules, je dois vérifier si je vis un sentiment intense
dû à la perte d’un enfant, ou quelque chose dans ma vie qui m’était aussi important ou
précieux qu’un enfant. Je peux avoir vécu le décès d’un de mes enfants, que ce soit par
maladie, dans un accident ou à la suite d’un avortement. Ce peut être aussi, par exemple, un
de mes enfants qui est parti « en claquant la porte » et que je n’ai jamais revu. Puisqu’il est
sorti de ma vie brusquement, je peux vivre cette situation comme la perte d’un être cher,
comme s’il était décédé. Un autre exemple peut être aussi vécu par moi, homme d’affaires
qui, à cause de mauvais placements financiers, a perdu l’entreprise « que j’avais mise au
monde » et que je considérais comme « mon bébé ».
Quelle que soit la situation concernée, je me suis sûrement senti coupable de certaines
actions que j’ai posées ou que « j’aurais dû poser », « de paroles que je n’aurais pas dû dire »,
etc. J’ai l’impression que j’ai échoué à un test, ou mal réalisé un projet. Je regarde comment
cela peut affecter ma perception de ma sexualité et de ma virilité de façon négative. Quelle
que soit la situation vécue, j’accepte ↓♥ de prendre conscience des sentiments qui
m’habitent ; je les accepte ↓♥ pour m’aider à guérir mes blessures, réapprendre à rire et
regarder maintenant vers l’avant au lieu de ressasser le passé.
CANCER DE 􀀯􀂶UTÉRUS (COL ET CORPS)
VOIR AUSSI : UTÉRUS
L’utérus représente la féminité, la matrice originelle et le foyer maternel,
particulièrement le corps de l’utérus. Moi comme femme, je refoule probablement
certaines émotions concernant mon foyer, ma famille. Je peux me sentir coupable,
rancunière ou haineuse mais je n’en parle pas. Le foyer représente souvent un idéal à
atteindre, que ce soit en rapport avec mon couple ou ma famille. Je me questionne, pas
autant par rapport à ma relation de couple, mais par rapport à mon foyer et à ma noncapacité
d’avoir un enfant. Je vis un grand chagrin et ma joie de vivre est atteinte. Ce type de
cancer est profondément lié aux principes du foyer nourricier, à mes attitudes et mes
comportements par rapport à celui-ci. Je peux vivre de grandes peurs, de l’insécurité, de
colère ou de la culpabilité à l’idée que ce foyer ne se formera pas comme je le voudrais, ou
bien qu’il risque de se dissoudre, ce qui représenterait pour moi un échec. S’ensuivra une
dévalorisation par rapport à qui je suis et ce que je suis capable de réaliser : je pense que je ne
91
suis rien ! Ai-je peur de revivre dans mon foyer le jugement d’un échec que j’ai pu avoir dans
le foyer où j’ai grandi ? Le cancer du corps de l’utérus atteint souvent les femmes plus
âgées, en période de ménopause. Le cancer du col de l’utérus, lui, atteint habituellement
les jeunes femmes. C’est le col de l’utérus qui se trouve en contact avec le sexe de l’homme
lors des relations sexuelles. Est-ce que je vis une dépendance, par rapport à mon conjoint, qui
est malsaine ? Ai-je l’impression qu’il me détruit ou me tue par certains de ses
comportements ou attitudes ? J’ai tendance à subir les événements, ayant l’impression que
je n’ai aucun pouvoir ou contrôle. Il est possible aussi que je vive une situation par rapport à
ma sexualité où je vois cette dernière comme répugnante et que je me sente obligée
d’accomplir mon devoir conjugal. J’ai l’impression d’avoir à m’exhiber. Mes frustrations
sexuelles sont grandes, me sentant abandonnée ou séparée de mon conjoint, même si de
l’extérieur, rien ne paraît. Je trouve difficile et même parfois douloureux de m’ouvrir à mon
partenaire car il y a quelque chose « qui accroche » dans ma vision d’avoir un enfant avec lui.
Je peux me sentir dépourvue devant la vie. Ce sentiment se retrouve souvent si j’ai vécu
une situation d’abus sexuel. La peur et le rejet de mes vrais besoins, envies et fantasmes
peuvent m’amener aussi à me couper d’une partie de moi-même dont j’ai honte. Je dois
refouler mes émotions. Je vis une dualité par rapport à la notion d’abstinence ; la
pratiquer ou non et pour quelles raisons : voilà la question ! Je voudrais être désirable mais
en même temps, je crains les conséquences. Je voudrais me mettre un foulard sur le visage
pour me cacher à moi-même et aux autres.
J’accepte ↓♥ de regarder d’un nouvel oeil ce foyer qui est le mien ainsi que ma relation
de couple. J’ai à harmoniser la façon dont je me perçois par rapport à mon rôle en tant que
mère et femme, et ce, à tous les niveaux.
CANDIDA
VOIR AUSSI : INFECTIONS, MUGUET
Il y a plusieurs sortes de candida. La forme la plus fréquente chez l’être humain est le
candida albicans. Même s’il peut se retrouver chez l’homme ou la femme, c’est souvent
chez la femme que l’on en entend le plus parler. Candida est un mot latin qui signifie
blanche. C’est une infection vaginale provenant de la prolifération de champignons sous
forme de levure. Elle ressemble à de la levure blanche et croûteuse qui se manifeste à la suite
d’un désordre de la flore vaginale. Les bactéries du vagin contrôlent normalement le
candida mais cette fois-ci, la situation change.
Cette infection est naturellement reliée à mon engagement par rapport à moi-même ou
à mon partenaire par rapport à ma sexualité, à des situations, expressions et émotions non
exprimées à la suite de certains conflits personnels antérieurs. Je remets en cause mon
activité sexuelle et ma sexualité, mon ouverture à partager avec mon partenaire des aspects
plus intimes de moi-même. L’infection risque de se produire dans la mesure où, par exemple,
j’ai un nouveau partenaire et ma relation est très intime avec lui. Il y a des chances que je
m’ouvre davantage à l’amour, au partage et au don. C’est nouveau pour moi et j’ai besoin
d’un peu de temps pour traiter cette récente situation, même si le candida se manifeste. Le
candida peut également découler du sentiment d’avoir été abaissé ou d’être ou de se
sentir sexuellement abusé par quelqu’un. C’est une forme de protection physique et
sexuelle car l’irritation m’empêche de faire l’amour. Qu’est-ce qui m’irrite tant ? Je
vérifie quel est l’aspect intérieur de ma sexualité qui est dérangé et je trouve la véritable cause
de l’irritation physique et intérieure. D’où vient ma frustration ? Est-ce que j’ai l’impression
que je laisse les autres décider de ma vie ? Est-ce que je prends le risque de m’ouvrir aux
autres, spécialement au sexe opposé, ou je reste enfermé dans ma coquille ? Pourquoi est-ce
que je me sens mis de côté, que je me sacrifie et que je ne prends pas ma place ? Je crains de
perdre ma naïveté, mon innocence, mon côté pur.
J’accepte ↓♥ de prendre ma place dans la vie en me respectant. Je dois devenir le
candidat qui remportera la victoire et qui prendra la première place. Je prends le temps de
voir et d’évaluer ce qui se passe et j’accepte ↓♥ l’amour, l’ouverture et la patience intérieurs
autant que ceux de mon partenaire.
92
CANDIDOSE
VOIR : CANDIDA, MUGUET, VAGINITE
CARDIAQUE (CRISE …)
VOIR : COEUR♥ — INFARCTUS […DU MYOCARDE]
CARIE DENTAIRE
VOIR : DENTS — CARIE DENTAIRE
CAROTIDE
VOIR : SANG — ARTÈRES
CATARACTE
VOIR : YEUX — CATARACTE
CÉCITÉ
VOIR : YEUX [MAUX D’…]
CELLULITE
La cellulite est caractérisée parfois par l’inflammation du tissu cellulaire sous-cutané. La
cellulite est habituellement de nature féminine (quoique possible chez les hommes) et se
manifeste par la rétention d’eau et une augmentation de la distribution irrégulière des
toxines et des graisses aux fesses, aux jambes, à l’abdomen, à la nuque, au dos, etc.
La cellulite est reliée à des anxiétés, à des aspects de moi-même que je retiens, des
émotions refoulées, des regrets et des ressentiments que je garde. C’est relié à
l’engagement par rapport à moi-même ou à quelqu’un d’autre. Je crains de m’engager
pleinement avec la personne que j’aime et je refuse d’aller de l’avant. Cette peur peut avoir
sa source dans un événement où j’ai vécu de l’abandon. Je refuse de voir une partie de ma
jeunesse, car souvent, j’ai été blessé et marqué par certaines expériences traumatisantes
qui m’agressent encore aujourd’hui et qui freinent ma créativité et mon coeur♥ d’enfant. La
cellulite se retrouve beaucoup plus chez les femmes que chez les hommes car moi, en tant
que femme, je commence très jeune à m’en faire avec mon apparence, avec ma silhouette
que je veux parfaite selon les normes de la société. Je me sens comme une « orange pressée ».
Je me trouve laide, inférieure et j’ai tendance à développer des relations de dépendances avec
les autres. L’aspect esthétique est excessivement important. Je retiens mon côté créatif donc
je m’intoxique moi-même en emprisonnant toute cette énergie qui veut s’exprimer, que ce
soit par l’art, la communication ou la sexualité. La culotte de cheval me montre comment
je me sens obligé de veiller constamment sur mes enfants pour qu’ils aient ce qu’il y a de
mieux (ou ce qui représente mes enfants). Elle indique combien je veux protéger mon
pouvoir en tant que femme (féminité) et combien j’ai peur d’être abandonnée. La cellulite
me montre comment je vis ma vie de façon passive. Je me laisse faire par les autres au lieu
d’être proactive et affirmative dans mes choix et mes actions. Mon insécurité est grande,
ayant peur de perdre mon « havre de paix ».
J’accepte ↓♥ d’identifier les sentiments qui m’empêchent d’aller de l’avant et de les
intégrer doucement au quotidien. Je reconnais ma vraie valeur, je laisse se manifester ma
créativité. Ce faisant, je permets à l’énergie de circuler dans mon corps.
CÉPHALÉE
VOIR : TÊTE [MAUX DE …]
CERNÉS (YEUX…)
VOIR : YEUX — CERNÉS
CERVEAU (EN GÉNÉRAL)
C’est la centrale énergétique, l’unité centrale du traitement de toutes les informations de
la merveilleuse machine humaine : il compte à lui seul 30 milliards de neurones ayant chacun
un pouvoir particulier.
93
C’est le centre de commandes, faisant référence à mon autonomie et mon contrôle sur ma
vie. Le cerveau est relié au septième chakra (chakra de la couronne) ou centre d’énergie et à
la glande pinéale aussi appelée épiphyse du cerveau. Il possède deux hémisphères distincts.
L’hémisphère droit, le Yin49 des Chinois, représente le côté féminin (introverti), la
créativité, la globalité des situations (vue d’ensemble des choses), l’intuition, les perceptions
et l’art ; c’est l’hémisphère récepteur. Il gère les expériences, le « pourquoi » des choses, les
sensations et le ressenti, mes perceptions du monde intérieur. Il est alimenté de faits vécus. Il
est orienté vers le savoir-être. L’hémisphère gauche, le Yang, est celui qui donne, qui
« domine », qui est extraverti, agressif, rationnel, logique et qui analyse tout. Il est relié à la
perception du monde extérieur, les concepts, les mots et nombres, le raisonnement. Il gère le
« comment », élabore des plans détaillés. Il est alimenté par les connaissances acquises. Il est
orienté par le temps, les faits et le savoir-faire. Chaque hémisphère contrôle la moitié
opposée du corps (l’hémisphère droit contrôle le côté gauche, et vice versa). Le croisement
des fibres nerveuses vers le côté opposé se fait au niveau du bulbe rachidien (en haut du cou)
et descend le long de la moelle épinière. C’est pourquoi les gens qui font un accident cérébrovasculaire
du côté gauche du cerveau auront souvent une paralysie du côté droit (voir A.V.C.).
Un point de croisement se fait également au niveau des nerfs optiques des yeux, siège du
chakra ou centre d’énergie du troisième oeil situé à la racine du nez entre les sourcils. Un
cheminement équilibré doit respecter le fonctionnement global des deux hémisphères.
49 YIN : c’est le nom que l’on donne en médecine chinoise à l’énergie affective ou féminine. L’énergie rationnelle ou masculine est
appelée YANG.
Le cerveau est l’organe représentant le siège des pensées, la connaissance, mon MOI
SUPÉRIEUR, le centre de l’univers, l’identification à toute forme de divinité. Socrate ne
disait-il pas : « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux ».
CERVEAU (MAUX AU…)
Les problèmes de mon cerveau m’indiquent que j’ai tendance à vouloir comprendre
avec ma tête et mon côté rationnel (hémisphère gauche) toutes les situations que je vis. Je
mets de côté mes émotions (hémisphère droit) avec lesquelles j’ai peur d’entrer en contact,
essayant de me convaincre qu’elles ne servent à rien ou qu’elles peuvent être plus nuisibles
qu’utiles. J’ai acquis une grande rigidité quant à ma façon de penser et je veux absolument
avoir raison ! Il y a des informations ou des éléments nouveaux qui se présentent à moi mais
que je ne veux pas prendre en considération. Je me sens maladroit et je peux vivre
beaucoup de confusion. Il est donc difficile pour moi de changer d’opinion et d’admettre
que je peux m’être trompé. Une embolie cérébrale me montre que je me sens pris dans
une situation que je rumine et que je veux fuir à tout prix, même si cela implique de quitter ce
monde.
J’accepte ↓♥ de mettre de côté mon côté trop « adulte », sérieux et rationnel et de
retrouver mon côté « enfant » qui aime rire, avoir du plaisir et qui rayonne par sa naïveté et
son désir d’apprendre.
CERVEAU (ABCÈS DU …)
Lorsque l’abcès atteint mon cerveau, c’est parce qu’il provient d’une infection de mes
sinus ou de mon oreille moyenne ou de toute autre partie du corps.
Cela indique ma colère par rapport à la prise en charge de ma vie et la peur que j’ai de
perdre le contrôle de mon autonomie. J’ai de la difficulté à bien analyser tous les éléments de
ma vie car tout change très vite et je m’enflamme très rapidement.
J’accepte ↓♥ de faire confiance dans le pouvoir divin qui m’habite et qui me guide vers des
solutions qui m’aident à découvrir mon plein potentiel.
CERVEAU (TUMEUR AU…)
La tumeur est une prolifération excessive de cellules anormales au cerveau.
La tumeur est reliée à des émotions refoulées, des remords profonds, des
souffrances du passé que je retourne contre moi. La tumeur primitive50 qui se
développe à partir des cellules du cerveau signifie que ma centrale du traitement des
94
informations enregistre encore certaines idées, croyances ou schèmes mentaux qui n’ont
plus leur raison d’être ! La tumeur résulte d’un choc émotionnel et violent relié à une
situation ou une personne que j’ai beaucoup aimée ou à quelque chose qui m’a fait
beaucoup souffrir ou par rapport auxquelles j’entretiens encore aujourd’hui de la haine, de la
rancune, des peurs, de la colère et des frustrations. Ce peut être par rapport à mon père qui
me dévalorisait. Je devais sans cesse me surpasser, trouver des solutions et ma tête
« surchauffait ». Si ma tumeur se situe sur la partie supérieure du cerveau, au milieu ou à
l’hypophyse, c’est souvent que j’ai vécu un choc émotionnel ou que j’ai une grande peur par
rapport à ma spiritualité, mon intuition, etc. Je suis très entêté et je refuse de changer ma
façon de voir la vie et de traiter la réalité présente. C’est un conflit mental profond d’être ici
en ce moment, d’accepter ↓♥ ma vie et tout ce qui l’accompagne. Je suis rigide et figé dans
mes pensées, je suis confus intérieurement et j’ai de la difficulté à faire le point. Je plane, je
suis absent et je vis souvent dans la négation. Je pense que mes capacités intellectuelles sont
insuffisantes pour trouver une solution à une situation précise : je dois me dépasser à tout
prix ! Je véhicule une énergie mentale qui ne correspond plus à mes besoins les plus profonds
et qui est l’opposé de mes désirs divins. Mon corps réagit fortement, et surgit alors une
production hors contrôle de certaines cellules du cerveau. C’est un état critique et
dangereux, et je dois changer mon attitude fermée en une ouverture du coeur♥ si je veux
arrêter cette tumeur.
50 Voir la note de bas de page au sujet du cancer généralisé dans la section CANCER (en général).
Je dois prendre conscience que j’ai un changement radical à faire dans ma vie et que
c’est le moment idéal pour le faire. Je dois me détacher du passé et de tout le négatif qui y est
rattaché, et ne mettre mon attention que sur le positif et ce que je veux vraiment faire de ma
vie. À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ de voir la vie d’une manière plus ouverte et flexible.
Elle est en constante transformation et évolue toujours vers le mieux. C’est ma confiance
personnelle qui me permettra d’atteindre ce but. J’accepte ↓♥ d’écouter davantage ma voix
intérieure, d’être plus spontané et je laisse aller le contrôle de mon mental.
CERVEAU — ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL (A.V.C.)
VOIR AUSSI : INFARCTUS [EN GÉNÉRAL], SANG [EN GÉNÉRAL] /ARTÈRES/CIRCULATION
SANGUINE, TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION
Ce type d’accident est relié à la circulation sanguine et aux vaisseaux sanguins. Il est le
fait d’une hémorragie ou d’une occlusion par un caillot, que celui-ci soit d’origine artérielle ou
vienne du coeur♥.
Il peut se manifester dans plusieurs situations qui sont toutes reliées à l’amour. Ce
genre d’accident est une réaction très forte, un non catégorique à un équilibre, etc.
m’indiquant sous quel aspect cette peur se manifeste dans ma vie. Je peux avoir l’impression
de perdre les moyens de diriger ma vie. Dans le cas des accidents cérébro-vasculaires
hémorragiques, c’est une artère qui éclate, ce qui produit un épanchement de sang sur une
partie du cerveau. Il se peut que je vive une tension tellement grande dans mon milieu
familial ou de travail que la tension accumulée se libère par cet éclatement de ma joie de vivre
(le sang) qui symbolise toute la peine que je vis dans cette situation.
Selon que l’accident se produit dans la partie du cerveau droit (côté intuitif) ou du
côté gauche (côté rationnel), j’accepte ↓♥ d’identifier davantage le message que mon corps me
donne, de refaire la paix avec moi-même et de me rétablir plus rapidement. Je visualise mon
cerveau baignant dans un liquide fait de lumière blanche et dorée pour permettre à toutes
mes cellules nerveuses de se régénérer ou de répartir le travail d’une nouvelle façon, afin que
je puisse retrouver la santé plus rapidement.
CERVEAU — APOPLEXIE
VOIR AUSSI : CERVEAU — ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL A.V.C. / SYNCOPE, SANG —
HÉMORRAGIE
L’apoplexie (ou attaque cérébrale) est un terme populaire et fait référence à
l’hémorragie parenchymateuse. L’apoplexie est la suspension brusque et plus ou
moins complète de toutes les fonctions du cerveau, caractérisée par la perte subite de
95
connaissance et de la mobilité volontaire, avec persistance de la circulation et de la
respiration. Elle résulte très souvent d’une hémorragie cérébrale.
La crise d’apoplexie est la manifestation du besoin extrême de résister à la vie et aux
changements, du rejet et de la négation de plusieurs aspects de ma vie et de mon être. Je
vis une grande indécision, j’hésite à apporter des changements dans ma vie. Le véhicule de
ma joie de vivre, le sang, n’arrive plus à irriguer convenablement une partie du cerveau.
Cette partie arrête de fonctionner et la paralysie s’ensuit. Lors d’une crise d’apoplexie, je
suis incapable d’exprimer par la parole ou un geste ce qui me rend furieux. Je suis inquiet et
confus. Je prends conscience que j’ai tendance à vouloir tout régler et contrôler pour les
autres. Je fais de l’ingérence dans la vie des autres. Je dépasse mes limites en voulant trop en
faire. En étant ainsi, je mets toute mon attention sur les autres mais je m’oublie moi-même.
Je me fuis moi-même. C’est pourquoi je refuse que les autres s’ingèrent dans ma vie
personnelle (comme je le fais avec les autres…). Une crise d’apoplexie survient souvent
lorsque je suis plus âgé ; elle manifeste ma peur de vieillir, mon insécurité par rapport au
support que j’obtiendrai de ma famille, autant au niveau émotif que financier. Si je résiste à la
vie, je suis d’accord pour abandonner et rester fermé. Je préfère mourir : c’est plus facile et la
destruction est mon seul salut. C’est la défaite ! Cette paralysie m’empêche d’exprimer
pleinement mon énergie vitale et mon potentiel créatif. Mes activités sont maintenant
limitées.
Si je veux retrouver la joie qui alimente ma vie, j’accepte ↓♥ de m’ouvrir à l’intuition et à
l’amour et exprimer davantage ce que je ressens. Je commence surtout à faire de plus en
plus confiance à la vie. Je mets mon attention sur mes propres valeurs et mes propres
qualités. Je laisse grandir cette Vie en moi. En propageant la paix, l’amour et le bien-être,
j’aide les autres à se sentir mieux dans la liberté et le respect de chacun.
CERVEAU (COMMOTION) OU COMMOTION CÉRÉBRALE
La commotion cérébrale est l’ébranlement de l’ensemble du cerveau lors d’un
traumatisme du crâne, aboutissant à un coma provisoire.
La commotion est une forme de fuite, un moyen brusque et direct de m’arrêter et
d’observer franchement ce qui se passe dans ma vie. La commotion cérébrale vient me
faire réaliser qu’inconsciemment, je m’accroche tellement à mes vieilles idées ou attitudes
qu’elles se heurtent aux nouvelles qui veulent prendre place. Je peux m’accrocher aussi à
quelqu’un ou quelque chose : je remets aux autres la responsabilité de ma vie. Je me définis
par rapport aux autres au lieu d’être moi-même. Je me sens en sécurité si je me sens près de
quelqu’un mais cet attachement vient à m’étouffer car au fond de moi, je veux vivre ma vie et
non celle que les autres veulent que je vive. Je peux fuir mes émotions dans l’alcool, la
drogue, le jeu, mais, tôt ou tard, je devrai faire face à la réalité. Il y a un cahot dans ma vie, je
me sens ébranlé par une personne ou ses propos. Il y a une lutte « à n’en plus finir » qui
m’affecte au plus haut point. Je suis amené indirectement à m’arrêter, à faire un examen de
ma vie et voir dans quelles directions je veux maintenant me diriger. Je reviens à mes
priorités. Aussi, j’ai peut-être la tête « trop pleine d’idées », je m’éparpille trop, j’ai besoin de
revenir sur terre. Il y a bousculade et le choc s’ensuit. La commotion survient à la suite
d’une blessure à la tête ou d’un accident qui « choque » la tête, le cerveau et le mental. Mon
corps est temporairement « parti » et inconscient. Où suis-je rendu dans ma vie ? Quelle
direction vais-je prendre ? Est-ce que mon mental va dans toutes les directions en même
temps, sans orientation réelle ?
J’accepte ↓♥ de revenir sur la terre, dans la réalité, pour régler « dans le réel » et d’une
façon plus adéquate les situations que je vis actuellement. Il est possible d’éviter la
commotion en acceptant ↓♥ de rester très ouvert à ce qui se passe dans ma vie.
CERVEAU — (CONGESTION AU…)
VOIR : CONGESTION
96
CERVEAU — CREUTZFELD-JAKOB51 (MALADIE DE …) OU VACHE FOLLE
(MALADIE DE LA …)
La maladie de Creutzfeld-Jakob est une affection cérébrale très sévère, mortelle en
quelques mois, touchant des personnes de la cinquantaine et plus, et responsable d’un
tableau de démence avec atteinte neurologique majeure. C’est une maladie rare de l’humain,
transmissible : on parle d’encéphalopathie spongiforme humaine. Il s’agit d’une démence ou
atteinte des fonctions « intellectuelles » ou fonctions cognitives (de connaissance) de la
personne. Elle est très semblable à l’infection par prions (particules infectieuses) transmise
par l’ingestion de viande de vaches malades appelée communément la maladie de la vache
folle.
Cette maladie se manifeste quand je m’interroge sur ma vie : je ne sais plus où « donner
de la tête ». Je vis ma vie à la surface, comme un automate ou un animal. J’aime quand tout
est réglé, qu’il n’y a pas de surprise. J’évite la souffrance et la douleur sous toutes ses formes.
Je préfère garder une distance par rapport aux gens et par rapport à mes propres émotions.
Ainsi, je mets de côté mes capacités et tout mon potentiel créatif. Je fuis une réalité
dérangeante pour moi. Une indifférence par rapport à la vie en général s’est installée au cours
des années. Suis-je encore bien avec ce mode de fonctionnement ? Est-ce que la vie cherche à
me donner plus mais j’ai fermé les portes ne pensant ne pas mériter plus ? L’absence et la
superficialité dans lesquelles je vis rendent ma vie inconfortable. Je me cache derrière un
titre, un bureau, un livre, un sport que je pratique de façon démesurée, etc. Je n’hésite pas à
utiliser une certaine cruauté pour aller chercher ce que je veux. Je suis un peu
« cannibale » et je suis indifférent au mal que je peux faire face à certaines personnes. Je
refuse de m’engager totalement dans la vie. Ayant peur d’être blessé, j’évite les contacts
humains. Il y a absence de communication avec mes propres émotions et les personnes qui
m’entourent. Je préfère « sommeiller » dans ma vie, et mon cerveau en fait de même.
Au lieu de me rejeter moi-même et du reste du monde, j’accepte ↓♥ d’entrer en contact,
en communication avec l’univers qui m’entoure. J’accepte ↓♥ de laisser s’épanouir tous mes
sens afin de vivre le plus d’expériences possible. Quelles que soient les émotions qui vont
surgir, je suis constamment protégé. Je laisse la joie de vivre s’installer dans toutes les
cellules de mon corps et spécialement celles de mon cerveau. Je mets mes mécanismes de
fuite de côté et j’embrasse la vie et toutes les expériences qu’elle veut m’offrir. En accueillant
tout mon potentiel, je découvre ma vraie valeur et je peux ainsi accomplir des choses avec joie
et motivation et aller vers la réalisation de soi.
51 Creutzfeld-Jakob : il s’agit du nom des médecins allemands, Creutzfeld et Jakob, qui ont décrit pour la première fois la maladie
en 1920.
CERVEAU — ENCÉPHALITE
L’encéphale comprend le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. L’encéphale est la
partie supérieure de mon système nerveux qui contrôle tout mon organisme.
L’encéphale représente donc mon individualité à son plus haut niveau. Même si en
général la tête représente aussi mon individualité, l’encéphale représente mon individualité
intérieure. Lorsqu’il y a affection inflammatoire au niveau de l’encéphale, celle-ci est
appelée encéphalite (l’épidémie de grippe espagnole dans les années 1916-1920 est
légendaire). Cela correspond à de la colère par rapport à qui je suis. Je dis non à la vie pour
les changements qu’elle me présente. Je crains de perdre mon individualité, mes acquis dans
ce que je suis. J’ai peur de perdre le contrôle de moi-même et de ce qui m’arrive ou de ce qui
peut m’arriver. Je me sens limité dans l’expression de moi-même. Je me sens incapable
quand je ne peux pas analyser ma vie et que tout est flou.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à de nouvelles facettes de moi-même, à faire confiance à la
vie. Je remplace la rigidité par la flexibilité, l’encadrement strict de certaines parties de moimême
par de l’ouverture afin de découvrir de nouvelles facettes de moi-même. Je me donne
l’amour et la compréhension dont j’ai besoin, et je laisse la paix intérieure s’installer en moi.
97
CERVEAU — ÉPILEPSIE
L’épilepsie est causée par une mauvaise communication et en tout cas par une
hyperexcitabilité entre les cellules du cerveau. L’influx nerveux accumulé qui en résulte crée
une surcharge et la formation d’ondes de choc qui attaquent les autres parties de mon
cerveau. Les crises d’épilepsie peuvent être de différentes intensités.
Ainsi, je peux faire partie des personnes qui sont simplement » dans la lune » pendant
quelques instants, avec une perte de conscience de quelques secondes : cela est appelé le
« petit mal ». Cela indique que je veux fuir une situation, trouvant mes responsabilités trop
grandes. Cela me faire vivre beaucoup d’anxiété et d’impatience. Mon cerveau surchauffe
car je mets trop mon attention sur mon côté rationnel au lieu de vivre d’une façon plus
spontanée. Je suis coupé de mes émotions et je ne sais qu’en faire. Une crise d’épilepsie
met en lumière une grande violence retournée par rapport à soi-même et me montre
comment j’ai tendance à me punir puisque je me juge sévèrement. Je peux faire partie de
ceux qui perdent conscience complètement et subissent des convulsions assez fortes
pendant cinq à dix minutes, ce qui est communément appelé le « grand mal ». Pour vivre
une telle situation, c’est sûrement parce que je crois que la vie ne m’apporte que rejet,
violence, colère et désespoir. J’ai l’impression de toujours avoir à combattre. Je me sens
persécuté. Je me sens coupable de l’agressivité qui monte en moi et je la refoule. Je réprime
d’ailleurs tous les sentiments qui veulent s’exprimer. Mon incertitude m’amène à avoir des
idées plein la tête mais elles sont toutes un peu embrouillées. Cela amène une grande
instabilité dans ma vie. J’ai l’impression de vivre dans une prison, ayant l’impression d’avoir
eu à me soumettre à mon entourage, ma liberté étant ainsi brimée. Je me sens sous
l’emprise de quelqu’un ou de quelque chose de plus grand que moi. Je dois me battre contre
un ennemi que je ne connais parfois même pas ! Je résiste tellement que mon corps doit, à un
certain moment, libérer cette surcharge d’émotions et de frustration. Je vis une intense
angoisse qui m’amène à perdre le contrôle de mes commandes. Je crains de perdre quelqu’un
ou quelque chose qui « m’appartient » et d’en être séparé. Un vent de panique souffle dans
ma vie car j’ai l’impression de ne plus avoir le contrôle de ma vie. Je me protège en perdant
conscience. Puisque mes relations avec les autres et la société sont très difficiles, je veux
m’en couper complètement de façon temporaire pour me permettre « de reprendre mon
souffle ». Cela met en évidence la profonde dualité que je vis et l’impression d’être pris au
piège. J’aime me punir et me traiter durement. Au lieu d’écouter mon intuition et de vivre le
moment présent, je vis dans ma tête et je donne priorité à mes pensées et les choses que je
m’oblige à faire. Mes « circuits nerveux » surchauffent. Je veux tellement contrôler mon
entourage que mon corps devient « hors de contrôle » pour justement me faire prendre
conscience que la seule maîtrise que je peux avoir est sur moi-même. J’en ai assez, cela me
demande beaucoup trop d’effort. Je rejette cette vie qui s’acharne à me faire souffrir. Je veux
devenir insensible en me repliant sur moi-même. C’est souvent le désespoir ou la colère qui
m’y incitent. En même temps, je vais me sentir persécuté par la vie, laissant celle-ci véhiculer
une certaine violence envers moi. Le rejet de soi est extrême et il en résulte un conflit
d’individualité. Lors de la crise d’épilepsie, mon corps se raidit pour protester contre ces
blessures et les convulsions déferlent, telles de très fortes vagues qui me permettent de laisser
sortir ma colère, mon amertume et mon agressivité longtemps réprimées. Je n’ai d’autre
choix que de me laisser aller aux sentiments intenses qui m’habitent. Je fuis dans
l’inconscient ces situations qui me font tant souffrir, parce que j’ai peur, que je suis dérangé
ou que je souffre. Le mental n’a à ce moment, aucun contrôle. J’ai l’impression de me battre
contre un fantôme. Pendant une crise, j’observe les mouvements effectués et ils expriment ce
que je n’ai pas pu ou voulu manifester auparavant, avec des mots ou des gestes. C’est comme
une libération. L’épilepsie avertit ainsi mon entourage de mon grand besoin d’amour et
d’attention. La cause profonde de l’épilepsie remonte souvent au début de l’enfance et peut
même remonter au temps de la grossesse : comme enfant, je me suis hautement culpabilisé ;
cela me suit tout au long de ma vie et je vois celle-ci comme un combat de tous les jours. Il
peut aussi s’agir d’un abus, sexuel ou autre, ou perçu comme tel, ou d’un rejet antérieur ou
vécu dans la tendre enfance comme une séparation. Le fait de se sentir séparé de quelqu’un
implique une perte de contact sur le plan physique avec celui-ci. Il peut s’agir de ma relation
98
avec mon père avec qui j’aurais tant voulu être proche et faire des choses. Ou ce peuvent être
mes propres enfants dont je n’ai pas autant de nouvelles que je le voudrais ou avec qui j’ai
perdu contact. La crise d’épilepsie peut donc devenir une manière d’obtenir ou de gagner
davantage d’attention aussi bien que de renforcer mon sentiment de supériorité. Comme
l’épilepsie indique une surcharge du circuit nerveux, cela démontre que ce avec quoi je
dois traiter dans ma vie de tous les jours prend trop de place ; il se produit une situation où je
dois choisir. Ce sentiment d’être surchargé peut être le résultat d’événements que j’amplifie
(j’exagère) dans mon esprit (mental). Cette exagération peut conduire à l’arrogance en
m’amenant à penser que j’en sais plus que quiconque. Il peut aussi exister une tendance à
une trop grande abstraction ou encore, une trop grande adhésion aux royaumes psychiques.
J’évite ainsi de traiter avec la réalité objective. L’épilepsie peut aussi être la conséquence
d’une peur bleue que j’ai (par rapport à la mort, la maladie, peur de perdre quelqu’un, etc.).
Une coloration de motricité, comme pour m’empêcher d’avancer, s’ajoute à ma peur (par
exemple : si je dois me rendre à des funérailles (mort) et que je ne veux pas y aller). Je suis
dans l’impossibilité de faire quelque chose tout de suite !
Je prends conscience de ce qui se passe en moi et j’accepte ↓♥ de ne plus concentrer
mes efforts sur le négatif seulement et de voir à quel point l’univers m’apporte aussi amour et
beauté. Mon corps me dit par ces crises d’épilepsie de me réveiller, de cesser de vivre dans
ma prison de pensées. J’accepte ↓♥ de lâcher prise et de vivre ma vie pleinement et d’une
façon plus spontanée. Je laisse le contrôle aux autres. Je me libère de toutes ces émotions que
je désire partager avec les autres, sachant que c’est la seule façon de sortir de cette prison que
j’avais érigée. Je trouverai ainsi ma vérité et la place qui me revient.
CERVEAU — ÉQUILIBRE (PERTE D’ …) OU ÉTOURDISSEMENTS
Sur le plan physique, l’équilibre est maintenu par la répartition de mon poids sur mon
corps, ce qui me permet de me mouvoir sans pencher d’un côté ou de l’autre. Le contrôle de
l’équilibre se fait au niveau de l’oreille interne, dans le labyrinthe. Les commandes du
mouvement, quant à elles, viennent de mon cerveau : soit de mon système visuel, de mon
système proprioceptif52 soit de mon système vestibulaire dans mon oreille interne et surtout
du cervelet qui en fait l’intégration.
Lorsque mon cerveau se sent bousculé et dépassé par les situations ou les
événements, il est tiraillé dans toutes les directions en même temps et perd son équilibre.
Mes idées sont éparpillées et je ne peux pas réfléchir clairement. La perte d’équilibre ou
l’étourdissement sont associés parfois à l’hypoglycémie53 : je manque de douceur dans
ma vie. Cette fuite peut être reliée à une situation ou à un individu dont j’ai l’impression que
l’évolution est trop rapide pour moi. Ces vertiges se produisent quand ma réalité devient
accablante, car j’ai entretenu de fausses idées qui ont fait surface en conséquence de mes
attentes qui n’ont pas été nécessairement satisfaites. Je perds alors mon sentiment
d’équilibre et d’harmonie. Mon discernement est affecté et j’ai l’impression que ma vie est
« sens dessus dessous. » Bien que l’étourdissement puisse provenir de différentes causes
d’ordre physique comme l’hypoglycémie (manque de sucre dans le sang), l’hypotension
(basse pression sanguine), un ralentissement cardiaque, un problème au niveau de
l’oreille ou d’un déficit au niveau de l’énergie du rein, ce malaise est relié à la fuite. En effet,
lorsque je me sens tiraillé, consciemment ou non, je cherche à « m’étourdir » pour oublier ce
que je vis. Mes énergies sont disséminées, éparpillées et cela me donne l’impression de ne
plus avoir de pouvoir sur ma vie. Je veux faire un grand détour mais je sais qu’au bout du
chemin, j’aurai à faire face à ce qui me fait peur. Une labyrinthite m’indique que je me
perds dans des détails, des tâches ou activités qui sont secondaires pour le moment. Je ne
vois plus clair dans ma vie, je me sens dans un labyrinthe. Une partie de moi résiste aux
changements qui s’en viennent. Je me suis engagé dans une entreprise et je ne peux plus
arrêter ou tout au moins, ralentir. Je n’ai plus la maîtrise de la situation et cela crée de
l’angoisse. L’incertitude me paralyse. Le doute m’amène à m’accrocher à des personnes ou
des choses. Je refoule mes émotions et cela m’amène à vivre de façon superficielle.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que je vais dans trop de directions à la fois et je
m’accorde le temps nécessaire pour reprendre mon équilibre. J’écoute également les
99
messages que mon corps m’envoie et j’accepte ↓♥ de me donner du temps et des douceurs. Je
prends le temps de savourer tout ce qui est beau et bon dans ma vie. J’identifie clairement
mes priorités et j’affirme mes choix avec conviction. Je continue à avancer, sachant que je
suis Maître de ma vie. Je n’ai plus à attendre l’approbation des autres, spécialement celle de
mes parents. J’accepte ↓♥ d’être différent et que de mériter d’être heureux. J’ouvre mon
coeur♥ pour accueillir l’amour et la joie dans ma vie.
52 Système proprioceptif : fait de récepteurs microscopiques sensitifs me renseignant sur mes articulations, du tonus musculaire
et de la position de mes articulations.
53 Hypoglycémie : manque de sucre (glucose) dans le sang.
(Voir : SANG — HYPOGLYCÉMIE)
CERVEAU — ÉTAT VÉGÉTATIF CHRONIQUE
VOIR AUSSI : CHRONIQUE [MALADIE…]
Lorsque je suis dans cet état, je n’ai pas d’activité consciente décelable. Je vis dans un état
communément appelé « végétatif ». Mon cerveau est affecté à la suite d’un arrêt
circulatoire prolongé ou à cause d’un traumatisme crânien.
Comme mon cerveau correspond à mon individualisme, je vis de grandes peurs ou de la
culpabilité, jusqu’à vouloir inconsciemment fuir la vie. Je me sens incapable de mettre des
projets à terme, d’accomplir de grandes réalisations. Voyant mon pouvoir limité, j’en viens à
vouloir « me déconnecter » de ce monde que je trouve injuste.
J’accepte ↓♥ qu’en étant dans cet état, le fait que je sois encore en vie permette à mes
proches d’apprivoiser graduellement mon départ de ce monde et de m’exprimer leur amour
tandis que moi, je peux commencer à me préparer dans le calme à quitter ce monde pour des
réalités et des plans de conscience supérieurs.
CERVEAU — HÉMIPLÉGIE
VOIR AUSSI : CERVEAU [ABCÈS DU …] ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL [A.V.C.]
L’hémiplégie est une paralysie d’une moitié du corps (gauche ou droite) causée par une
lésion du cerveau. Elle peut survenir après un grand choc, tant physique qu’émotionnel, par
exemple le décès d’un être cher (« ma douce moitié »), ce qui amènera souvent un état très
profond de désespoir et une sensibilité grandement affectée.
J’ai l’impression qu’on m’a fusillé. Une explosion de rage peut aussi en être la cause. Par
exemple, je peux avoir été élevé par deux mères et cela ne me convenait pas du tout. Mon
corps me dit qu’une partie de moi ne peut plus agir, qu’il n’a plus la force. Est-ce un
sentiment d’impuissance par rapport à une situation contrariante ? Je me sens déchiré en
deux, on veut m’arracher quelque chose ou quelqu’un qui m’est cher. J’ai constamment
besoin d’aide car je ne peux pas assumer les obligations de la vie au quotidien. Je fais les
choses à moitié, et cela me dérange. Je peux aussi vivre ma vie à moitié. Le côté qui est affecté
m’indique si c’est davantage mon côté affectif (côté gauche) ou mon côté rationnel (côté
droit) qui est en cause.
J’accepte ↓♥ de me donner du temps pour guérir mes blessures, sachant que toute
expérience, aussi difficile soit-elle, m’amène à devenir une personne plus consciente et plus
forte.
CERVEAU — HUNTINGTON (MALADIE DE …) OU (CHORÉE DE …)
VOIR AUSSI : CERVEAU — TICS
La maladie de Huntington54 ou chorée de Huntington ou héréditaire est une
maladie rare et dite héréditaire, touchant le système nerveux et la contraction des muscles.
Elle se manifeste habituellement entre 35 et 50 ans, amenant des mouvements saccadés et
une détérioration intellectuelle évolutive. Cette maladie provoque certains troubles mentaux,
impulsivité, agressivité ou dépression.
Je vis dans un désert émotionnel, me sentant complètement coupé des autres,
spécialement de mon/ma partenaire. Je vis un immense vide. Je suis hanté par mes désirs
que je pense irréalisables. Je suis à la recherche de mon identité. Je vais « à la chasse » aux
100
relations, surtout si je vis seul. Mais ces dernières sont superficielles, à la surface. Les autres
me semblent inaccessibles. Puisqu’ils ne comblent pas mes désirs, je deviens frustré,
rancunier. Je vais à gauche et à droite, me jetant sur tout ce qui passe, pensant avoir chaque
fois trouvé ce qui va me rendre heureux. Mais je ne vais que d’une déception à une autre.
54 Huntington (George) (1851-1916) : médecin américain établi à New York. Il pratique à Long Island et décrit en 1872 les
formes chroniques familiales de la chorée. La chorée hérédofamiliale porte son nom.
J’accepte ↓♥ ici et maintenant de me prendre en main. J’apprends à me connaître, à
reconnaître les émotions qui m’habitent et le pouvoir que j’ai à changer ma vie. Au lieu
d’attendre après les autres, je mets des choses en avant afin de réaliser mes objectifs. Au lieu
de vouloir m’appuyer sur les autres, je me connecte à mon pouvoir intérieur. Je vais à mon
propre rythme. Je suis à l’écoute de mes sens et je prends le temps de savourer chaque
instant de ma vie, même dans les plus petites choses. Cela me permettra de me reconnecter
davantage à la vie terrestre et me procurera un plus grand équilibre.
CERVEAU — HYDROCÉPHALIE
L’hydrocéphalie est un excès de liquide céphalorachidien dans les cavités du cerveau.
Je m’interroge constamment sur la place que j’occupe ici sur terre. Je me sens abandonné
et il m’arrive même de ne pas me sentir sur la bonne planète. Je porte en moi une tristesse
profonde puisque j’ai l’impression que je n’aurais pas dû venir au monde. Il m’est difficile de
faire face à la réalité. Il m’arrive parfois de penser que je voudrais retourner là-haut car je ne
me sens pas en harmonie avec mon milieu. Mes émotions non canalisées continuent à se
congestionner et sont « à la veille de déborder ».
J’accepte ↓♥ de laisser circuler mes pensées et mes émotions, me permettant ainsi de
prendre contact davantage avec mon corps et l’univers qui m’entoure. Je suis sûr d’avoir un
rôle à jouer ici et j’accepte ↓♥ de le découvrir et de l’assumer. Je vis ainsi dans la joie du
moment présent !
CERVEAU — MÉNINGITE
VOIR AUSSI : INFLAMMATION, SYSTÈME IMMUNITAIRE, TÊTE
La méningite est une infection du liquide céphalorachidien résultant de l’inflammation
de la membrane recouvrant le cerveau et la moelle épinière. Elle indique une faiblesse du
système immunitaire et une incapacité à s’autoprotéger.
La méningite me signale une faiblesse et une incapacité à lutter contre des pressions
extérieures très fortes, surtout sur le plan intellectuel. C’est souvent parce que j’ai de la
difficulté à me protéger. Étant hypersensible, je vis tout plus intensément et je suis affecté
plus profondément, même par des choses qui semblent banales pour d’autres. J’ai tellement
de pensées qui se bousculent qu’elles « compressent » mon cerveau. Je me « creuse
constamment les méninges ». Cela s’ajoute à tous mes sentiments d’agressivité, de
frustration que je suis incapable de verbaliser. On m’agace mais je ne sais pas comment me
défendre. Une partie de moi est inexistante, presque morte car je la renie ou je me la cache à
moi-même et aux autres : c’est tout mon côté créatif, extravagant, sensible. Je préfère me
fondre dans la masse, passer inaperçu. Je me sens en prison mais, en même temps, je préfère
cela plutôt que regarder mon visage dans le miroir et y découvrir qui je suis vraiment. Au lieu
d’aller voir dans mon coeur♥ ce qui se passe, je préfère rester dans ma tête. C’est une façon
de me protéger. Je suis hypersensible et j’ai tendance à tout prendre sur mes épaules et à
vouloir régler les problèmes de la planète entière ! J’ai peur de « perdre la tête », de me
« faire couper la tête », que ma « tête va sauter », par exemple quand je pense que je vais
perdre mon emploi. Étant enfant, je peux avoir été très enveloppé, couvé par ma mère et
maintenant, je dois me défendre moi-même. Je peux aussi ressentir que l’amour est nié
dans la maison où je vis, ou que quelque chose ou quelqu’un dans celle-ci « me tombe
royalement sur les nerfs ». Cette maladie me donne comme message de me préserver des
coups venant de l’extérieur et de ne pas me sentir coupable des agissements des autres, tout
en me responsabilisant moi-même. Autrement, c’est la révolte qui gronde, je suis contrarié
et la frayeur s’empare de moi. Comme le cerveau régit le corps entier, la méningite
implique une profonde faiblesse intérieure qui m’attaque au plus profond de mon être.
101
Comme la méningite met en péril la centrale de commande de mon corps, le cerveau,
je dois impérativement accepter ↓♥ de prendre la décision de vivre et de me prendre en
mains, de garder la « tête haute » et de faire jaillir en moi cette force intérieure qui me
permettra de continuer une vie enrichissante et remplie d’expériences merveilleuses.
J’apprends à faire confiance et j’accepte ↓♥ d’aller voir dans mon coeur♥ les trésors qui s’y
trouvent. Je regarde aussi toutes les émotions que j’ai si longtemps retenues et j’accepte ↓♥ de
les laisser aller. Je découvre les talents qui m’habitent. En me reconnectant avec mon côté
créatif et artistique, je permets à mon cerveau de « souffler un peu ». Il a ainsi l’occasion de
se reposer et mon niveau de stress et ma pression intérieure vont par conséquent diminuer.
J’apprends à « être », en toute simplicité. Je redeviens ainsi maître de ma vie.
CERVEAU — PARALYSIE CÉRÉBRALE
La paralysie cérébrale survient souvent dès la naissance et se manifeste par une
anomalie au niveau du cerveau. Le tissu cérébral est paralysé partiellement ou en entier,
selon la nature du traumatisme.
Je me demande souvent pourquoi, comme enfant, dès la naissance, je souffre déjà de
cette paralysie. Je peux supposer une trame karmique antérieure55, un pattern ou une
expérience « avant la naissance » si violente, un traumatisme mental si intense qu’il entraîne
une fermeture complète, un arrêt de tout mouvement vers l’avant, empêchant la progression.
Je suis en quelque sorte prisonnier de mon passé, d’une structure qui me limite au lieu de me
faire grandir et évoluer. Je peux me sentir paralysé, forcé de suivre un chemin qui ne me plaît
pas. Ce peuvent être les attentes de mes parents par rapport à moi, celles de la société ou
même celles de ma généalogie, ma famille qui espèrent en quelque sorte réparer les erreurs
du passé. Comme si je pouvais « sauver la face », « redorer le blason » de la famille. Puis-je
vraiment accomplir ce mandat ?… La paralysie cérébrale est un état encore dit irréversible
(je dis « encore » car on ne peut prédire la médecine du futur) et je ne peux être libéré de ceci
malgré l’amour inconditionnel et l’attention des gens autour de moi. Quand la guérison se
manifeste, elle est davantage sur le plan spirituel.
55 « Une trame karmique antérieure » : pour ceux qui croient à la réincarnation, cela veut dire que cela peut provenir d’une
cause reliée à une vie antérieure.
CERVEAU — PARKINSON56 (MALADIE DE …)
VOIR AUSSI : NERFS, TREMBLEMENTS
La maladie de Parkinson est la détérioration des centres nerveux du cerveau,
particulièrement dans les régions contrôlant les mouvements. Des tremblements
apparaissent et affectent habituellement les mains et la tête.
Lorsque je tremble et que je trépide, c’est parce que je ressens ou vois un danger qui me
guette ou guette quelqu’un que j’aime ; que ce soit la crainte de perdre le contrôle (que je
perds de plus en plus !), l’insécurité ou l’impuissance d’aller de l’avant dans la vie. Je me sens
aussi impuissant ou incapable d’être le meilleur. Je trouve que ma vie est très chaotique et
j’ai besoin de plus de stabilité mais je semble avoir de la difficulté à atteindre cet état. Je
hoche la tête en signe de désespoir. J’ai peur du futur, de ne plus vivre donc à quoi bon
terminer les choses ? Je peux aussi avoir vécu un traumatisme, un abus ou des difficultés qui
ont laissé des traces, et par rapport auxquels je vis les sentiments suivants : peine,
frustration, culpabilité, rage, dépression qui m’amènent à l’épuisement, au découragement, et
que je veux fuir au lieu d’y faire face et de les régler. Je peux m’être senti limité par mon
milieu éducatif trop sévère et où la performance était de première importance. J’étais
probablement un enfant très agité. Lorsque je suis en parfaite santé et que je tremble, il
arrive souvent que ce soit parce que je suis nerveux et que j’ai peur d’accomplir une tâche à
cause de mon manque de confiance en moi. Je crains toujours le pire. Ces mêmes
tremblements peuvent venir à se manifester d’une façon plus fréquente et automatique, et ils
seront diagnostiqués plus tard comme étant la maladie de Parkinson. Donc, si j’en suis
atteint, il est fort probable que j’ai vécu beaucoup de situations où on m’imposait une certaine
façon de faire les choses qui m’amenait à vivre de la nervosité intérieure. On m’empêchait
d’être moi-même. Ce pouvait être aussi une situation ou je devais retenir mon geste. Lorsque
102
« j’en ai plein les nerfs », que je veux que la douleur cesse, mon corps survolté n’en peut plus
et la surcharge entraîne des réactions permanentes de celui-ci57. C’est comme si la haine que
j’ai accumulée faisait bouger tout mon corps. Le geste qu’on m’a interdit veut se manifester,
comme pour montrer que je suis en vie. J’ai l’impression d’être dans une voiture qui est
stationnée et qui ne peut avancer. Je dois faire du « sur-place » et cela m’irrite au plus haut
point. Je m’autodétruis lentement, produisant la détérioration de la fonction nerveuse
actuelle. Une impuissance au niveau de la motricité de mes membres supérieurs
(particulièrement mes bras et mes mains) a sa source très souvent dans une situation que je
vis où je voulais repousser une personne, une chose ou un événement ou, au contraire, que je
voulais saisir et retenir et je me suis senti incapable (soit physiquement soit moralement) de
le faire. Cela peut avoir entraîné des conséquences graves, pouvant aller jusqu’à la mort. Cela
arrive quand mon/ma conjointe est sur le point de quitter son corps physique et que je veux
le/la retenir de toutes mes forces. Ayant eu l’impression que j’avais failli à la tâche, c’est
comme si mon corps avait enregistré un stress et qu’ayant besoin de se libérer, il commençait
à bouger, sans « ma permission ». Si ce sont les membres inférieurs qui sont touchés
(mes jambes et mes pieds), c’est avec ceux-ci que j’aurais voulu soit repousser soit ramener à
moi la personne, chose ou événement concernés. J’ai le goût de fuir cette situation dans
laquelle je me sens dépassé et que je perçois comme étant sans issue. J’ai tendance à vouloir
tout contrôler et la maladie me rappelle que je ne peux pas avoir le contrôle sur les autres. Je
n’ai même plus le contrôle sur mes propres membres ! Je veux désespérément contrôler les
autres mais je prends conscience que je ne peux avoir la maîtrise que sur moi-même.
J’accepte ↓♥ de me reprendre en main et d’apprendre à contrôler MA vie et non pas celle
des autres, en faisant confiance en la Vie, et de me dire que je mérite de vivre. Je me laisse
guider par l’amour. Il est beaucoup plus facile de laisser les autres libres. Au lieu de vouloir
prouver quoi que ce soit aux autres, j’accepte ↓♥ de montrer à tout le reste du monde mon
univers intérieur avec toutes les émotions qui y ont été accumulées pendant ces nombreuses
années. Je suis moi-même, avec mon coeur♥ d’enfant et je vis maintenant ma vie d’une façon
spontanée.
56 PARKINSON (James) : ce médecin anglais (1755-1824) décrivit la maladie de la paralysie tremblante qui porte aujourd’hui son
nom.
57 II est intéressant de noter que cette maladie atteint en majorité les hommes qui sont, par nature plus YANG, donc dans l’action,
ce qui implique forcément le mouvement.
CERVEAU — SYNCOPE
Une syncope se diagnostique par la perte de conscience complète, réversible, mais
brève. La perte de conscience provient d’un manque d’oxygénation du cerveau. Elle peut
être la conséquence d’un arrêt cardiaque mais pas nécessairement. Cela peut provenir d’une
forme d’asphyxie, ou être lié à des vaisseaux sanguins qui se dilatent brutalement à la suite
d’un choc émotionnel, laissant peu de sang au cerveau, donc peu d’oxygène.
C’est l’esprit qui quitte mon corps pour un court instant. C’est comme si je choisissais de
me replier sur moi-même et de me couper du monde physique ; je suis en révolte, ne sachant
plus comment faire face à une certaine situation. J’ai perdu espoir d’être libéré de celle-ci. Je
veux me retirer de la vie car c’est trop pour moi ce qui se passe. Au lieu de suivre ce que me
dicte ma voix intérieure, je préfère suivre ce que les autres attendent de moi. La syncope est
un signe que je dois me « réveiller » et faire vraiment ce qui m’apporte du plaisir. Cet état ne
peut être comparé à celui d’un yogi58 puisque ce dernier est en pleine maîtrise d’une
discipline visant à libérer son esprit de toutes contraintes du corps dans l’harmonisation du
mouvement, du rythme et du souffle.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de ce qui m’a amené à fuir ainsi mon corps
physique, quelle est l’angoisse, le sentiment de panique intérieure qui ont produit une telle
situation. Je sais qu’en toutes circonstances, je suis guidé et protégé et j’accepte ↓♥ de rester
pleinement conscient de la vie qui est en moi. Je reprends ainsi ma place dans cet univers et
je peux ainsi respirer à pleins poumons !
58 Yogi : Se dit d’une personne qui a atteint un certain stade dans son évolution spirituelle. Par la pratique de la méditation, elle
peut quitter son corps consciemment pour une durée variable. Certaines personnes peuvent même ralentir ou pratiquement
arrêter les battements de leur coeur pour le faire repartir ensuite.
103
CERVEAU — SYNDROME D’ADAMS-STOKES
VOIR AUSSI : CERVEAU — ÉPILEPSIE, SYNCOPE, VERTIGE
Le syndrome d’Adams-Stokes est un accident neurologique qui est dû à une brusque
diminution de l’irrigation cérébrale.
Puisque les battements du coeur♥ diminuent, je dois me demander de quelle situation je
veux me soustraire car je ne sais comment la gérer. Mes peines sont grandes, profondes et je
m’accroche à certains souvenirs douloureux. Il m’est difficile de vivre des moments de joie
car il y a un deuil non terminé (d’ordre affectif ou professionnel). J’emmagasine facilement
l’amertume, je suis entêté, je ne veux pas lâcher prise. Je repousse le délai qui me permettrait
de passer à autre chose mais j’ai peur de l’inconnu.
Je cesse de rationaliser cette peine et j’accepte ↓♥ de faire mon deuil de la situation.
J’accepte ↓♥ de laisser aller tout ce sur quoi je n’ai aucun contrôle et qui est néfaste pour moi.
Je mets mon attention sur les bonnes choses de la vie. J’ouvre mon esprit à accepter ↓♥ que le
passé est derrière moi, et je choisis d’aller de l’avant, sachant voir les leçons à tirer de mes
expériences passées. Je fais ainsi la paix avec l’histoire de ma vie. Je laisse circuler la vie en
moi et en chacun de mes neurones. Je consens à rester réceptif à vivre de nouvelles
expériences qui me permettront d’expérimenter dans le partage, la joie, le bonheur ainsi que
de donner et de recevoir l’amour.
CERVEAU — TICS
Les tics, définis comme étant l’exécution soudaine de mouvements répétitifs et
involontaires, démontrent un dérèglement de la tension nerveuse et un déséquilibre au
niveau du cerveau.
Si j’ai un ou des tics, il y a de fortes chances que je sois un être très émotif, que je refoule
beaucoup d’agressivité et qu’étant jeune, j’aie perçu l’éducation reçue comme rigide et
perfectionniste. De cette façon, j’extériorise mon inquiétude et l’amertume que je ressens au
fond de moi. Je peux vivre une situation où je me sens dans une impasse, acculé au pied
du mur. Je manque de temps, un danger me guette. Quelque chose est sur le point d’exploser
(peut-être mes propres émotions !), un secret de famille veut se faire jour. Si je suis un
garçon, il se peut que j’aie été affecté par des actions que quelqu’un qui représentait l’autorité
pour moi a pu me demander de faire. Cela expliquerait pourquoi il y a près de 4 fois plus de
garçons que de filles qui ont des tics. C’est que les filles, en général, sont plus réceptrices par
rapport à l’autorité et donc, moins affectées, toujours en général, par cet aspect. Je peux
m’être senti contrarié par rapport à certains mouvements qu’on m’a empêché de faire étant
plus jeune (par exemple si on m’interdisait de bouger à l’église) et que maintenant mon corps
bouge, bien malgré moi, comme par réaction et rébellion par rapport à ce qu’on m’a déjà
interdit de faire. Je peux même avoir eu l’impression de « perdre la face » devant quelqu’un,
ce qui entraîne des tics particulièrement au niveau de la figure. Ma face veut repousser le
danger, l’agresseur. J’ai été irrité, énervé ou même agacé et maintenant, ce sont mes propres
tics qui m’agacent. J’ai des tics de la mâchoire lorsque dans mon enfance, on m’a souvent
dit de « me la fermer ». La rage accumulée et non exprimée ressort : par le tic, c’est comme si
je parlais dans le silence. Des clignements des yeux inhabituels peuvent me rappeler une
expérience où on me « faisait de l’oeil » ou dire que je recherche sans succès l’attention et le
regard de l’autre.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de cet état, de nettoyer les blocages du passé et
d’exprimer clairement mes besoins.
CHAGRIN
VOIR AUSSI : MÉLANCOLIE
Le chagrin est relié à une forme d’anxiété, une inquiétude ou une tristesse qui se
manifestent par des pleurs, des sons de douleurs, de la solitude, des grincements de dents.
Mon coeur♥ est blessé et malade à la suite d’une expérience passée regrettable et
douloureuse. Mon chagrin peut être long ou ne durer qu’un instant. Je cherche la cause
véritable souvent profonde ou inconsciente. Après des années, plusieurs blessures d’enfance
104
peuvent ressurgir ainsi que certaines prises de conscience.
J’accepte ↓♥ de rester ouvert à ce que je vis et d’identifier rapidement la véritable source
de mon chagrin pour pouvoir le changer. J’accepte ↓♥ ma prise de conscience et je
l’intègre. De cette façon, je retrouve ma joie de vivre et j’en ressors « grandi ».
CHALAZION
VOIR AUSSI : PAUPIÈRES
C’est une petite tumeur inflammatoire (nodule rouge, souple) située habituellement sur le
bord intérieur de la paupière.
Comme la tumeur est généralement reliée au choc émotionnel, elle se produit lorsque je
vis une émotion intense par rapport à ce que je vois, à ce que j’ai vu ou ce que je ne peux plus
voir et que je trouve cela moche. Beaucoup de choses me sont imposées, je dois évoluer, à
l’intérieur de règles et de contraintes rigides et je n’en peux plus. Je suis frustré et je vis
beaucoup de colère. Je peux vérifier quelle paupière ou quel oeil est affecté : l’oeil gauche est
du domaine affectif alors que l’oeil droit représente le rationnel et les responsabilités.
J’accepte ↓♥ de rester ouvert à ce que je vois et je suis davantage centré sur moi-même.
CHALEURS (AVOIR DES …)
VOIR : MÉNOPAUSE
CHALEUR (COUP DE …)
VOIR AUSSI : FIÈVRE
Les coups de chaleur peuvent survenir à la suite d’une exposition prolongée au soleil,
que ce soit à la plage ou lors d’autres sports extérieurs, à la suite d’un chauffage intensif
l’hiver ou lorsque je me trouve dans une pièce très petite et mal aérée. Je peux ainsi me
retrouver avec une faiblesse musculaire générale, la peau brûlante et sèche, le visage grisâtre
et les yeux cernés.
Sur le plan métaphysique, la chaleur peut être associée soit à l’amour lorsqu’il s’agit de
guérison parce qu’il y a plus d’énergie en circulation, soit à de la colère lorsqu’il s’agit de
fièvre ou de brûlure. Ici, le coup de chaleur représente de la culpabilité par rapport à
l’amour reliée à un sentiment de manque d’estime de soi. J’ai besoin d’aimer et d’être aimé
et je n’arrive pas à trouver la façon de le faire, à combler ce vide intérieur qui est en moi et à
neutraliser cette insatisfaction. Je me sens coupé de l’affection qui est disponible mais qui ne
se rend pas jusqu’à moi. Ce peuvent être mes parents qui vivent près de moi mais qui ne me
donnent pas de marque d’affection. Je peux compenser par exemple par une exposition
prolongée au soleil qui m’apporte un certain réconfort temporaire. Mon corps tout entier
m’indique le besoin urgent de combler cet amour.
J’accepte ↓♥ de voir comment je peux augmenter cette estime de soi ou comment intégrer
une situation qui m’a affecté dans l’enfance et qui remonte maintenant à la surface. J’aime la
vie et la vie me le rend bien.
CHAMPIGNONS
VOIR : PIEDS — MYCOSE
CHAMPIGNONS MAGIQUES (CONSOMMATION DE …)
VOIR : DROGUE
CHANCRE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : ULCÈRE [EN GÉNÉRAL]
Le chancre se retrouve à un endroit isolé de la peau ou des muqueuses sous forme
d’ulcère. C’est le signe d’une maladie contagieuse à ses débuts, et qui est souvent d’origine
vénérienne.
Je vis de la colère qui a trait à mes rapports sexuels. L’endroit où le chancre apparaît
m’indique plus précisément ce que je vis dans cette situation. Ainsi, le chancre peut se
retrouver sur les parties génitales, sur l’anus, sur le visage, sur les muqueuses de la bouche.
105
Lorsqu’un chancre sous forme d’ulcère contenant du pus se retrouve dans la bouche, c’est
que je m’empêche de dire certaines choses. Je suis mécontent, je désapprouve certaines
situations dans ma vie et je n’ose pas en parler. Je retiens certaines paroles, et donc elles
fermentent et produisent du pus. Je rejette et condamne une situation ou un individu. Je
rends les autres responsables de mon malheur. J’ai le goût de leur cracher au visage.
J’accepte ↓♥ de parler et de m’exprimer même si je suis en désaccord avec la vie et les
autres. Je dois le faire si je veux rester ouvert à l’énergie active de la parole et de l’expression
de soi. Je m’accepte ↓♥ dans ma sexualité et je me donne le droit de découvrir l’amour qui
m’aidera à m’épanouir.
CHANCRE — ULCÈRE BUCCAL (HERPÈS)
VOIR : BOUCHE [MALAISE DE …]
CHARCOT (MALADIE DE …) OU SCLÉROSE LATÉRALE
AMYOTROPHIQUE
La maladie de Charcot, ou sclérose latérale amyotrophique, est une maladie
dégénérative du système nerveux qui affecte en majorité les hommes.
Je me diminue constamment et j’en viens à croire que je ne peux rien accomplir dans la
vie, que je ne pourrai jamais avoir d’avancement dans mon travail. Je stagne dans de vieilles
douleurs que je conserve précieusement, que j’alimente et que j’entretiens au fil des ans. Je
me fais violence intérieurement, tout m’inquiète, m’insécurise, me rends hypertendu et
nerveux. Je n’ai confiance en personne et surtout pas en moi. Je pense que je suis surveillé,
poursuivi même et qu’on veut me prendre en filature. Je m’emprisonne avec mes
attitudes négatives à mon égard, je suis inflexible.
J’accepte ↓♥ de demander de l’aide, de faire confiance à un thérapeute qui pourra m’aider
à alléger ce chariot de souffrances que je porte. J’accepte ↓♥ de pouvoir créer ma vie de
façon positive. Je reconnais que je suis un être unique et que j’ai tout le potentiel nécessaire
pour atteindre les buts que je me fixe. En reconstruisant une image positive de moi-même,
mon corps va faire de même.
CHAT DANS LA GORGE
VOIR : GORGE — CHAT DANS LA GORGE
CHEVEUX (EN GÉNÉRAL)
Protégeant la partie cutanée de la tête, les cheveux symbolisent la force, la vitalité, la
liberté, la beauté et la puissance (pensons à Samson dans la Bible). Chez la femme, ils
représentent le pouvoir d’attraction, la séduction et chez l’homme, la virilité. Ils sont reliés
directement à la dignité de l’être, à l’essence du pouvoir, à mon image de moi. Ils me mettent
en contact avec l’énergie spirituelle, cosmique et supra cosmique. Ils représentent aussi ma
relation au père ou son équivalent. Mes cheveux poussent près du septième chakra ou
centre d’énergie, le chakra couronne. On les appelle « antennes » parce qu’ils relient le
physique au spirituel. L’enracinement des cheveux (et des poils en général) symbolise dans
le physique l’enracinement du monde spirituel dans le monde physique. En décrivant l’état
de mes cheveux, je décris la relation que mon côté spirituel entretient avec mon côté
rationnel, physique. Dans une certaine mesure, mes cheveux symbolisent la force féminine,
ma créativité, mon intuition. Ceux-ci étant en constante croissance, ils me rappellent
comment moi aussi, en tant qu’être humain, j’ai à me responsabiliser par rapport à ma
croissance personnelle ou au fait que j’ai le pouvoir de changer de vieilles façons de penser,
mes vieux schémas qui me freinent dans mon évolution. Puisque les cheveux font référence
à l’intuition et sont le symbole de la féminité, il est intéressant de noter que les hommes qui
se font pousser les cheveux sont souvent des artistes dans l’âme, ou ce peuvent être aussi le
plus souvent des jeunes hommes qui sont en réaction avec l’autorité qui existe dans la société
et qui veulent reprendre leur propre pouvoir qui se trouve à l’intérieur d’eux, celui-ci ayant
son siège dans leur coeur♥ et sa voix intérieure. L’état des cheveux est aussi la
représentation de la puissance sexuelle, génitale et reproductive. Les cheveux sont associés
aux glandes surrénales (énergie de peur ou de confiance) qui sont reliées au bagage ancestral
106
(2e chakra). Plusieurs mythes existent au sujet des cheveux (les blondes, les brunes, les
chauves…). Il est important de savoir que mes cheveux sont l’image du pouvoir que j’ai pour
diriger ma propre vie. Qu’est-ce que je veux vraiment dans la vie ? Est-ce que j’ai l’impression
que les autres dirigent ma vie ? La force et le courage de prendre les rênes de ma vie
augmenteront mon sentiment de liberté et la vigueur de mes cheveux. Les cheveux
reflètent la joie de vivre d’une personne et leur propreté indique l’intérêt qu’ils ont à prendre
soin d’eux, à être ici.
J’observe les différents états de mes cheveux qui correspondent à certains états
intérieurs (cheveux fendillés, ternes, minces ou cassants, épais, etc.). J’accepte ↓♥ de rester
ouvert à ce merveilleux pouvoir du ciel que sont mes cheveux !
CHEVEUX (MALADIE DES …)
Plusieurs causes peuvent amener l’apparition de maladies des cheveux : un grand
choc émotionnel (comme une frayeur), une réaction excessive d’impuissance par rapport à
une situation, un conflit latent ou plusieurs sentiments refoulés tels que le désespoir, les
inquiétudes, l’ennui. La nervosité s’installe, l’instabilité émotionnelle grandit, les forces et les
ressources intérieures s’épuisent. Je vis un désordre intérieur. Cette insécurité peut provenir
de ma peur de la mort ou du fait que rien n’est permanent, que tout peut changer
soudainement et sans avertissement. Le doute s’est installé par rapport à la spiritualité et je
me pose beaucoup de questions. Je recherche Dieu ou sa manifestation dans ma vie et j’ai
besoin que « Cela » me touche au plus profond de mon être mais en même temps, j’en suis
effrayé car je me sens vulnérable. Je me ferme aux énergies vitales et mes cheveux changent
d’apparence. Ils tombent, deviennent gras ou secs, blanchissent (cheveux blancs), ils
perdent leur éclat. Les pellicules apparaissent, résultat d’un conflit intérieur par rapport à
moi et à mon rôle social. J’ai l’impression que je n’arrive pas à rayonner, à faire ma marque
dans le monde (sentiment présent dans la plupart des maladies qui touchent à mes
cheveux). Je voudrais aller plus haut, être le « chef » mais je ne réussis pas. Je me sens
séparé du monde et je ne comprends pas pourquoi je suis dans l’ignorance, les autres n’étant
pas capables de me donner des raisons ou des arguments suite à leurs actions ou paroles.
Mon niveau de stress est élevé en permanence et je m’épuise facilement. J’aspire à
l’autonomie, à la reconnaissance des autres, à une communication vraie et claire. La
folliculite (inflammation des follicules) m’indique que je ne me sens pas protégé. Je suis
comme un porc-épic, me sentant « piqué à vif » 59. Des cheveux cassants indiquent que je
me sens divisé entre reprendre « les rênes » de ma vie ou laisser ce pouvoir à quelqu’un
d’autre car cela m’arrange d’une certaine façon. Est-ce que j’écoute mon intuition ou mon
rationnel ? Je me sens impuissant et je résiste au changement. Je peux vivre une situation où
j’ai le coeur♥ fendu, divisé et je dois faire la paix avec cette situation. J’ai besoin d’oxygène !
C’est la première chose à faire pour ramener force et vitalité aux cheveux.
J’accepte ↓♥ d’avoir besoin de changer mes pensées et mon attitude par rapport aux
situations de la vie. J’accepte ↓♥ de rester ouvert et j’observe ce qui se passe en ce moment,
surtout la façon dont je m’y prends pour affronter les différentes situations de ma vie et je
cesse de m’arracher les cheveux ! J’accepte ↓♥ de jouir de la vie et je suis plus tolérant
envers moi-même.
59 Piqué à vif : être atteint ou touché au point le plus sensible.
CHEVEUX — CALVITIE
La calvitie est la perte partielle ou totale de cheveux. Bien qu’elle soit plus associée aux
hommes, de plus en plus de femmes sont atteintes de calvitie.
Les cheveux sont le miroir d’une certaine force intérieure et de mes racines. Je pense à
Samson (dans les écritures de l’Ancien Testament) qui perdait sa force les cheveux coupés…
Les cheveux représentent le lien entre le physique et le spirituel, ce qui me relie au cosmos
et à l’énergie spirituelle. On les compare souvent à une forme d’antenne avec l’au-delà. Il est
dit que l’hérédité est le facteur principal de la calvitie, plus fréquente chez le sexe masculin.
Cependant, parmi les différents types de calvitie, on retrouve le type chauve barbu, lequel
est associé à l’individu qui utilise plus ses facultés intellectuelles que ses facultés
107
émotionnelles. La perte de cheveux (aussi appelée alopécie) signifie que je me suis
éloigné du divin en moi. Je suis une personne axée sur le plan matériel plutôt que spirituel. Il
se peut que j’aie beaucoup d’intuition mais je préfère m’en tenir davantage à des aspects plus
matériels, plus rationnels. Souvent, si je perds mes cheveux, je vis une ou plusieurs
situations où la tension est si grande que je m’en « arrache les cheveux ». Plusieurs
expériences stressantes ou même traumatisantes peuvent accélérer le processus de la
calvitie. Un accouchement qui est source de peur ou d’inquiétude, un choc émotionnel
grave, une séparation, beaucoup de tension au travail ou au foyer, le goût de se surpasser sur
le plan matériel ou une dévalorisation au plan intellectuel. Lorsque je vis une foule
d’inquiétudes et de grandes peurs, je perds le contact avec mon pouvoir intérieur divin.
Puisque je perds mes cheveux, qu’est-ce que j’ai eu l’impression de perdre dans ma vie ou
qu’est-ce que j’ai peur de perdre dans le futur (ce peut être quelque chose ou quelqu’un) ?
Je peux me révolter : je veux me libérer de cette pression qui m’étouffe. Je veux être moi et
cesser de vivre en fonction des obligations extérieures. En perdant mes cheveux, je me
délivre de ce qui m’emprisonne. J’ai probablement reçu peu de douceur, notamment de mon
père et j’ai tendance à me révolter par rapport à l’autorité. Je suis plutôt matérialiste et la
spiritualité fait très peu partie de ma vie. J’essaie le plus possible de tout contrôler car j’ai
peur de m’ouvrir et de perdre le contrôle. Je m’emprisonne dans des structures rigides, des
obligations qui n’ont pas leur raison d’être. Je suis éparpillé, mes pensées sont enchevêtrées,
embrouillées. Je suis tellement exaspéré par rapport à une situation de ma vie que je « m’en
arrache les cheveux de sur la tête ». Je vis un déchirement intérieur comme un calvaire. Je
ne veux pas manquer à mes enfants et par le fait même, perdre leur amour. J’ai tendance à
me dévaloriser au niveau intellectuel et je vis de l’injustice. Si j’avais de la facilité ou un
certain don pour une activité dans laquelle j’excellais et que ma « performance » se mette à
changer et à décliner, mes cheveux vont tomber aussi. Je refuse le fonctionnement de base
de la vie, prétextant que je peux faire mieux qu’elle. Toute crainte intérieure entraîne
l’incapacité d’agir, le désespoir et des tensions qui me prennent au dépourvu. C’est une
illusion de croire faire mieux que la vie elle-même. Je n’ai pas à me battre contre la vie car
elle est toujours avec moi pour m’appuyer et elle m’aidera si je l’écoute et si je reste ouvert.
Pour arrêter le processus de perte de cheveux et leur permettre de repousser, j’accepte
↓♥ de faire les changements appropriés dans ma vie qui vont me libérer de cette charge
additionnelle que j’ai accepté ↓♥ de prendre et dont je n’ai plus besoin. J’accepte ↓♥ de faire
confiance à la vie avec l’attitude que tout sera pour le mieux. Au lieu d’aller chercher mon
pouvoir à l’extérieur de moi (symbolisé par mes cheveux), j’accepte ↓♥ d’aller au fond de
moi-même et d’aller y puiser toute la force et le courage qui s’y trouvent afin d’aller de l’avant
et de passer à une nouvelle étape dans ma vie. J’apprends à intégrer les lois dans ma vie
d’une façon harmonieuse sachant qu’elles existent pour mon bien, autant personnel que
collectif. J’accepte ↓♥ de demander en toute quiétude et la vie me donnera ce que je mérite.
C’est le début ; je dois faire confiance à la vie et à mon être intérieur et voir les solutions
partout car elles existent ! Le monde est là pour m’aider. Qu’ai-je besoin d’autre ?
CHEVEUX GRIS
Les cheveux gris symbolisent la sagesse. Cependant, l’apparition soudaine de cheveux
gris est reliée au stress, à une situation où j’ai vécu un choc émotionnel intense. Lorsque cela
arrive dans la vingtaine, cela représente de grandes inquiétudes (tension ou stress),
conscientes ou inconscientes par rapport au fait de se laisser guider spirituellement. Est-ce
que je crois avoir besoin de vivre sous pression et que les pressions dans ma vie sont
nécessaires pour mon « bien » ? Il est possible que ce soit un pattern relié à la performance
dans cette vie-ci. Habituellement, les cheveux gris apparaissent avec l’âge et cela signifie
une baisse de vigueur et de force vitale. Ils apparaissent au moment où il est important pour
moi de prendre conscience comment je peux vivre pour les autres et non pas pour moimême.
Je suis pressé par la société, la famille, les amis, les obligations reliées à mon travail.
Je vis au rythme des autres au lieu de vivre au rythme de mes besoins personnels. À quand
remonte la dernière fois où j’ai ri aux éclats ? Puisque les cheveux représentent mon pouvoir,
je dois me demander à qui je suis en train de le laisser aller car sinon, mes cheveux
108
garderaient leur couleur naturelle.
Je révise mes attitudes générales et j’accepte ↓♥ que la vie continue telle qu’elle est, ni
plus ni moins et je me libère du fardeau d’être compétitif. Je découvre les trésors enfouis à
l’intérieur de moi. J’accepte ↓♥ que ces cheveux gris soient le signe annonciateur d’une
renaissance à mon vrai moi, à une nouvelle vie remplie de joie. Je prends une nouvelle
direction. Je prends soin de moi. J’accepte ↓♥ toutes les émotions qui m’habitent et qui font
de moi un être exceptionnel. Je cesse d’être esclave du temps et des obligations. Je peux être
dérangé par la nouvelle image que je projette mais il est temps pour moi de vivre au niveau
du « être » au lieu du « paraître ».
CHEVEUX — PELADE
La pelade est une maladie de la peau caractérisée par la perte de cheveux en plaques
arrondies.
Cela peut provenir d’un choc émotionnel, de la colère, d’une perte d’estime de soi qui
entraîne de la honte et d’une renonciation à ma partie spirituelle ou à ce qui me connecte à
mes valeurs les plus élevées. J’ai l’impression parfois d’être une ordure, que mon degré
d’intelligence est bas à comparer aux autres et que cela me cause des difficultés dans mes
relations. J’ai été horripilé par quelque chose ou quelqu’un. C’est comme si mon intégrité
avait été atteinte, si j’avais perdu ma protection. Je peux avoir vécu une séparation, souvent
avec ma mère et je me fais maintenant beaucoup de soucis. J’ai tendance à être « fin comme
un renard »60 pour me sortir de situations embarrassantes mais j’évite ainsi de prendre
certaines de mes responsabilités. J’ai souvent l’impression d’avoir à « plaider ma cause »61
pour que les autres m’écoutent et me croient. Mon insécurité m’amène à vivre une peur
profonde qui se manifeste à répétition. Le fait de perdre mes cheveux peut me renvoyer
l’image de mon père qui lui a perdu les siens. Si celui-ci est décédé ou très âgé, c’est un rappel
constant que je devrai m’en séparer, si ce n’est déjà fait. Quand je regarde dans le miroir, c’est
comme si je voyais mon père et cela me dérange. Peut-être voudrais-je même nier le lien qui
nous unit.
J’accepte ↓♥ de faire la paix avec moi-même et d’envisager les solutions qui me
permettront de mieux vivre en harmonie avec mes buts les plus élevés.
60 Fin comme un renard : personne fine et rusée, subtile.
61 Plaider ma cause : avoir à me défendre, à donner des arguments.
CHEVEUX (PERTE DE …)
VOIR : CHEVEUX — CALVITIE
CHEVEUX — TEIGNE
VOIR AUSSI : CHEVEUX [PERTE DE …] /CALVITIE/PELADE
Les teignes sont des champignons parasites et contagieux qui affectent la surface de ma
peau, mes poils, mon cuir chevelu et mes ongles.
Je me laisse atteindre, « attaquer », « détruire », déranger par les autres, parce que j’ai
peu confiance en moi et je suis vulnérable. Je me sens laid, sale, éteint. Je peux avoir
l’impression que je perds le contrôle de certaines situations. Ainsi, mon chapeau de chef (mes
cheveux) en sera affecté. Je peux me sentir très dérangé par les propos des autres et être
affecté par l’idée qu’ils ont que « si le chapeau te fait, mets-le donc » ! Je laisse les autres
décider pour moi. On m’a séparé de ma famille ou de quelqu’un que j’affectionnais
particulièrement et je trouve cette situation moche.
J’accepte ↓♥ de prendre ma place, de me faire confiance. Moi seul ai du pouvoir sur ma
vie.
CHEVILLES
VOIR AUSSI : ARTICULATIONS
La cheville est une partie du corps très flexible et mobile. Elle sert à soutenir le corps et,
par sa position physique, elle subit de grandes pressions.
C’est une sorte de pont, de lien entre moi et la terre. C’est grâce à elle que je suis
109
« groundé »62 au sol, que l’énergie spirituelle voyage du haut vers le bas et vice versa, si je
suis en contact avec la terre mère. C’est également l’endroit où j’exprime ma capacité
d’avancer, de me lever et de rester debout, stable et ancré. La cheville exécute les
changements de direction et par conséquent, elle représente mes décisions et mes
engagements qui se prennent en tenant compte de mes croyances et de mes valeurs. Mes
chevilles me montrent comment je suis capable de m’appuyer sur moi-même, mes
ressources intérieures ou au contraire, si j’ai tendance à m’appuyer ou même m’accrocher aux
autres. Toute blessure ou douleur aux chevilles est reliée à ma capacité de demeurer
flexible, tout en changeant de direction. Je ne sais pas « sur quel pied danser63 » ! Dois-je
rester ou partir ? Je suis déstabilisé, ayant l’impression que « je n’arrive pas à la cheville64 »
de certaines personnes que j’admire, par exemple mes parents. J’ai de la difficulté à me
détacher d’eux, particulièrement ma mère. Si j’ai peur de ce qui s’en vient, si je suis inflexible
par rapport à une décision à prendre, si je vais trop vite sans réfléchir, si j’ai peur de mes
responsabilités présentes ou futures, si j’ai l’impression d’être instable, je risque de freiner
l’énergie dans mes chevilles. Je peux me sentir coupable de prendre une certaine direction
ou me sentir obligé. Comme la chenille, j’ai peur de sortir de mon cocon. Selon l’intensité du
blocage d’énergie et de ma fermeture au courant de vie, il peut en résulter une foulure, une
entorse ou une fracture. Je ne peux pas me tenir debout sans mes chevilles. J’ai peut-être
à « m’appuyer » sur de nouvelles façons de voir les choses, de nouveaux « critères » qui sont
plus ouverts et flexibles. Elles prennent soin de moi et de mon être intérieur, elles me
supportent dans la vie. Si une cheville cède ou se brise, je n’ai plus de base solide, j’ai besoin
de changer de direction, je vis un conflit mental. Ma cheville ne peut plus me supporter et
c’est le corps entier qui cède physiquement. Dans un certain sens, ma vie s’effondre aussi,
mais c’est plus l’image qu’il y a quelque chose qui ne va pas qu’un effondrement réel de la
personne. Au sujet de l’entorse, la cheville tordue, c’est l’énergie qui se « tord » dans la
cheville et ma structure de support est déformée. Il n’y a plus rien de clair et défini. La
pression est trop forte et je ne sais plus « à quel saint me vouer65». Je suis restreint dans mes
déplacements soit que quelqu’un m’en empêche, ne me donne pas la permission, soit toute
autre impossibilité. J’ai tendance à me fier au jugement des autres plutôt que le mien. Je
manque de fermeté. J’ai besoin de me solidifier, de vraiment m’impliquer physiquement et
émotionnellement dans mes relations avec les autres. Quand je suis confronté à quelque
chose de très profond, un changement obligatoire pour mon mieux-être, c’est la cassure
ou la fracture qui se manifeste. Je pense que les autres m’empêchent d’avancer mais c’est
moi qui ai vraiment à changer de direction. C’est mon honneur, ma sécurité, mon but et ma
direction dans la vie qui sont concernés. Toute affection à la cheville sera habituellement
accompagnée d’enflure qui manifeste le trop-plein d’émotions qui me fait stagner au lieu
d’avancer avec confiance et détermination. L’oedème m’indique que le fait de me faire du
souci et de toujours ressasser les mêmes idées négatives m’amène à rester sur place. Si j’ai les
chevilles faibles et qui se blessent facilement, je dois me demander : « ai-je une faible
capacité à me supporter moi-même et ai-je toujours besoin que quelqu’un ou une institution
me prenne en charge ? » Je « refoule » tellement mes émotions que je risque de me
« fouler » une cheville. Peu importe le malaise, la période d’immobilité qui suit permet à
mon corps et à mon être intérieur d’intégrer adéquatement l’aspect de ma vie à changer et
permet aussi à la merveilleuse transformation qui s’en vient pour moi de prendre place !
Je prends conscience de la situation ou la relation dans laquelle je me sens enchaîné.
Je dois aussi m’interroger à saVoir : puisque ce malaise à la cheville m’empêche d’accomplir
certaines tâches ou un travail, quel avantage puis-je donc retirer de cette immobilité ?
J’accepte ↓♥ la vie et tout ce qu’elle dispose sur ma route. Cela m’aidera à embrasser la vie du
bon côté ! Je suis la route qui me convient le mieux.
62 Groundé : anglicisme signifiant se sentir connecté à la terre ou au monde matériel.
63 Je ne sais pas sur quel pied danser : je ne sais pas à quoi m’en tenir en rapport à une personne ou situation.
64 Je n’arrive pas à la cheville : je ne me sens pas à la hauteur de la personne ou de la situation, je ne me sens pas assez bien pour
celle-ci.
65 Je ne sais pas à quel saint me vouer : je ne sais plus en qui mettre ma confiance ou dans quelle direction aller.
110
CHLAMYDIA (INFECTION À …)
VOIR : VÉNÉRIENNES [MALADIES…]
CHOLÉRA
VOIR : INTESTINS — DIARRHÉE
CHOLESTÉROL
VOIR : SANG — CHOLESTÉROL
CHRONIQUE (MALADIE…)
Le mot chronique vient de « chronos » qui veut dire « temps ». La maladie
chronique peut prendre des mois ou des années à s’installer. Pour une maladie, le terme
chronique suggère quelque chose de permanent, d’irréversible et qu’on ne peut à la limite
que corriger.
Je développe une maladie chronique lorsque je refuse d’évoluer par crainte de ce que
l’avenir me réserve. Quelle que soit la maladie chronique que je me suis attirée, je peux me
demander ce que j’avais l’impression de ne pouvoir changer. Sur quel aspect de ma vie ai-je
l’impression de me dire : « De toute façon, on ne peut rien y faire, ou on ne peut rien y
changer » ? Je suis comme un bâton de dynamite qui est sur le point d’exploser ; je me
retiens tellement j’ai besoin de trouver une solution de rechange. Quels « cadeaux » cette
maladie m’apporte-t-elle sous forme d’attention de la part de mon entourage, de la
confirmation de ma résignation à changer mon point de vue sur la vie, etc. ? La solution facile
pour moi est sans doute de ne rien faire parce qu’il semble qu’il n’y ait rien d’autre à faire que
de baisser les bras.
Le défi que j’ai à relever est d’accepter ↓♥ de me prendre en main, d’ouvrir ma
conscience à l’idée que tout est possible. Je peux me documenter sur des résultats obtenus
par des personnes qui avaient des maladies chroniques et se sont guéries. Quelles
approches ont-elles utilisées ? Parfois, lorsque les moyens conventionnels n’ont pas donné de
résultats, je peux examiner des thérapies alternatives, énergétiques ou autres, avec
discernement, pour savoir laquelle pourrait m’aider. En partant avec l’idée que tout est
possible, je serai plus à même de trouver des solutions qui, si elles ne me guérissent pas
complètement de ma maladie, m’aideront à améliorer ma santé physique, mentale et
émotionnelle.
CHUTE DE PRESSION
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPOTENSION [TROP BASSE]
CICATRICE
VOIR PEAU — CICATRICE
CIGARETTE
VOIR AUSSI : BUERGER [MALADIE DE …], CANCER DE LA LANGUE, DÉPENDANCE,
POUMONS
La cigarette est reliée aux poumons, symbole de vie, de liberté et d’autonomie, de
communication entre moi et l’univers. Elle est considérée comme une forme de protection,
un « voile » qui me permet de cacher certaines angoisses profondes. Je crois me protéger par
cet écran de fumée qui m’enveloppe et qui m’empêche de voir la vérité. Inconsciemment, la
cigarette comble aussi des besoins inassouvis de l’enfance : premières tétées, chaleur,
amour, affection de la mère. J’allume une cigarette sans y penser, c’est une habitude, un
geste machinal, une manie devenue tellement importante pour moi. J’ai besoin d’équilibrer
en plus ou en moins ma nervosité, mon excitabilité nerveuse. Je vis trop dans ma tête et la
cigarette devient une échappatoire, une façon superficielle de relâcher mon stress. J’ai de la
difficulté à prendre du temps pour moi et souvent le seul moment où je m’arrête est lorsque
je fume une « ci-g-arette » (cigarette= si j’arrête)… Je veux retrouver « l’apaisement de
ma mère », la sécurité de celle-ci. Il arrive souvent que j’ai très peu connu ce sentiment de
sécurité étant enfant. Je me suis senti seul, loin de tous, angoissé. Ma mère peut ne pas s’être
111
occupée de moi, je peux avoir l’impression qu’elle m’a éloigné de mon père. Ayant grandi trop
vite, je ne sais trop que faire de toutes mes émotions et je n’ose expérimenter la jouissance
corporelle. La cigarette devient alors « une vraie jouissance » en elle-même. Elle devient ma
joie de vivre puisque cette dernière est inexistante dans ma vie. Il arrive que cette joie ait été
présente seulement quand ma mère était près de moi étant très jeune et que, maintenant
qu’elle n’est plus aussi présente, j’ai l’impression de n’avoir plus rien et je suis en état de
manque. Les relations avec les autres me font peur. Si je fume, c’est parce que je fuis une
situation trop désagréable, ma famille, ma vie. Cette fumée rend encore plus nébuleuses mes
décisions. Elle manifeste un refus de l’autre et me permet de garder mes distances, surtout
avec les gens qui ne fument pas et qui sont donc plus près de leur sensibilité. La fumée de
cigarette devient mon compagnon qui me fait me sentir moins seul. La cigarette augmente
le rythme cardiaque et agit à titre de stimulant. Quelles sont les décisions que je n’arrive pas à
prendre et qui me rendent la vie fade ? J’accepte ↓♥ d’identifier mes vrais besoins.
Je prends conscience que je peux vivre dans l’illusion que la cigarette me protège du
monde extérieur : parfois, elle devient une « opportunité » d’ouvrir une conversation avec un
étranger (« tu as une cigarette, tu as du feu ? ») ou elle me donne quelque chose à faire
quand je suis dérangé par une conversation (« je vais aller fumer dehors »). Elle comble le
vide ou les pauses pendant une conversation. La cigarette devient partie intégrante de mes
relations avec les gens. Elle me sert dans les moments inconfortables. Quand vient le temps
d’arrêter de fumer, je dois repenser toute ma façon d’interagir avec les gens.
J’accepte ↓♥ de communiquer davantage et d’une manière plus aisée. Si je veux arrêter de
fumer, il serait bon que je trouve la cause émotionnelle à laquelle cette habitude est reliée, ce
qui facilitera grandement l’arrêt. Je verrai alors plus clairement ce que je veux vraiment dans
la vie et mes besoins seront comblés en harmonie avec mon être véritable. Les limitations
disparaissent et je me sens libre d’évoluer à mon propre rythme. Je savoure chaque moment
et je me sens en sécurité car je sais que je mérite d’être aimé.
CINÉPATHIE
VOIR : MAL DES TRANSPORTS
CINÉTOSE
VOIR : MAL DES TRANSPORTS
CIRCULATION SANGUINE
VOIR : SANG — CIRCULATION SANGUINE
CIRRHOSE (…DU FOIE)
VOIR : FOIE — CIRRHOSE […DU FOIE]
CLAUDICATION (MARCHE IRRÉGULIÈRE)
VOIR AUSSI : SYSTÈME LOCOMOTEUR
La claudication est caractérisée par une irrégularité de la marche. La cause peut être
musculaire, neurologique, liée à la paralysie ou à la raideur d’un pied, d’un genou ou d’une
hanche.
Il est certain que dans ma vie, tout ne « marche » pas comme je le voudrais, notamment
ma sexualité. Quelque chose « cloche ». Je suis « dans l’eau chaude66» par rapport à une
certaine situation où je me dois de poser un geste ou prendre une décision. Je veux aller de
l’avant mais des peurs m’empêchent d’avancer de façon harmonieuse. Si je marche les
pieds en dedans, je m’en vais vers une direction mais je n’en ai pas envie.
J’accepte ↓♥ d’identifier mes peurs et je peux ainsi remettre plus d’harmonie dans ma vie,
ce qui m’aidera à retrouver plus de régularité dans ma marche.
66 Je suis dans l’eau chaude : je suis dans le pétrin, dans une situation difficile.
CLAUSTROPHOBIE
VOIR AUSSI : ANGOISSE
Claustrophobie vient du mot latin CLAUSTRA qui veut dire fermeture et verrou. En
112
découle claustralis-claustrale qui signifie « qui ferme ». C’est donc la peur irrationnelle d’être
étouffé ou pris dans une situation ou un endroit clos (ascenseur, avion, grotte et tunnel) où je
n’ai « aucun contrôle » sur ce qui se passe. Pour cette raison, je souffre de claustrophobie,
l’angoisse de vivre dans des endroits « fermés », seul ou avec d’autres personnes.
Cela peut provenir du moment de ma naissance, lorsque je devais passer par le « tunnel »
du col utérin. J’ai pu capter la peur de ma mère à ce moment-là. La peur peut également
provenir du moment où je me trouvais dans cet endroit clos et sécuritaire qu’était l’utérus de
ma mère et que les contractions m’ont forcé à quitter, ce qui a fait naître en moi une grande
peur de l’inconnu, de ce qui peut se passer. Ainsi, de me retrouver dans un endroit clos peut
me rappeler cette grande peur que j’ai enregistrée en moi. J’ai l’impression d’être
prisonnier et enfermé dans une situation où je suis entièrement impuissant. Que dois-je
faire ? Je vérifie d’abord si cette peur ne viendrait pas d’une pensée quelconque, d’une
fixation mentale dont l’origine remonte aux premières périodes de ma vie. La plupart du
temps, cette phobie provient d’une « crainte sexuelle » qui se serait produite durant
l’enfance. Cela ne veut pas nécessairement dire que des attouchements ou des abus sexuels
ont eu lieu dans l’enfance mais plutôt que la crainte a été enregistrée dans la mémoire
émotionnelle et que je me suis senti pris ou que j’ai eu peur de me sentir pris dans cette
situation à caractère sexuel. Aujourd’hui, je retiens constamment mes pulsions sexuelles, ce
qui nourrit ma culpabilité.
J’accepte ↓♥ de passer à l’action et de me libérer de celle-ci par le moyen qui me
conviendra le mieux. Souvent, une psychothérapie pourra être adéquate pour nettoyer afin de
changer la mémoire émotionnelle et m’amener à vivre avec plus de liberté intérieure. Je peux
aussi me demander : lorsque je me sens pris, que j’étouffe, ce peut-il que je réprime mes
émotions et que je me sente prisonnier de celles-ci ? Ai-je besoin d’exprimer ma créativité
mais je m’en empêche ? J’ai besoin de respirer, d’espace mais est-ce que je me permets
d’exister, de m’affirmer, de prendre la place qui me revient ? Si je réussis à respecter mes
besoins, si je prends la place qui me revient dans les respects de soi et des autres, je n’aurai
plus besoin de fuir et je vais me sentir bien où que je sois. J’accepte ↓♥ de reprendre la place
que j’ai laissée aller. J’affirme qui je suis. Je reprends mon espace vital. Je m’accueille dans
toutes les émotions que je vis, sans jugement. J’exprime mon côté créatif : cela me permet de
vivre au niveau de mon coeur♥ et d’être vraiment en contact avec mon essence divine.
CLAVICULE (DOULEUR À LA…, FRACTURE DE LA …)
VOIR AUSSI : ÉPAULES, OS — FRACTURE
La clavicule est un os long en forme de « S » allongé que je retrouve entre l’épaule et le
sternum, en haut de la cage thoracique.
Comme la clavicule est reliée directement à l’épaule, une douleur à la clavicule signifie
ma colère en regard des responsabilités que l’on me donne et par rapport auxquelles je peux
vivre un sentiment de soumission et d’obligation. Je peux essayer parfois d’exprimer de
bonnes idées mais je ne peux les matérialiser. Le plus souvent, une fracture à la clavicule
arrive à la suite d’une chute sur l’épaule et indique que je vis une forte pression par rapport à
mes responsabilités. L’émotion engendrée peut m’amener à penser que je vais « casser » sous
le poids de mes responsabilités et cela me révolte. J’ai le goût de prendre la clé des champs67.
Je ne peux ni parler ni agir. Je me sens soumis par rapport à des décisions qui m’ont été
imposées. Je remets en question la figure d’autorité. Je suis dans une impasse, acculé au pied
du mur. La vie ne coule pas en moi : j’y résiste ou la rejette !
J’accepte ↓♥ de regarder les situations avec objectivité et je commence à comprendre
que la vie ne peut me donner plus de responsabilités que je ne peux en prendre. Je fais
confiance et je m’efforce de trouver des solutions ou un autre point de vue qui m’aidera à
mieux prendre la vie.
67 Prendre la clé des champs : m’enfuir.
CLOQUE
VOIR : PEAU — AMPOULES
113
CLOUS
VOIR : PEAU — FURONCLES
COAGULATION DÉFICIENTE
VOIR : SANG COAGULÉ
COCAÏNE (CONSOMMATION DE …)
VOIR : DROGUE
COCCYX
VOIR : DOS [MAUX DE …] — BAS DU DOS
COEUR♥ (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : SANG
Le coeur♥ est relié au quatrième chakra ou centre d’énergie : ce chakra est Y1N-YANG,
autant masculin que féminin, autant mental qu’émotionnel. Il symbolise la maison et
représente l’amour (mes émotions, ma capacité d’aimer), la joie, la vitalité et la sécurité.
D’une façon symbolique, le côté droit du coeur♥ représente le père et le côté gauche, la
mère. L’énergie du coeur♥ irradie dans tout le corps, surtout entre le cou et le plexus solaire.
Le coeur♥ est une sorte de pompe énergétique qui fait circuler la vie (le sang) à travers le
corps tout entier. Cette circulation sanguine distribue l’énergie vitale nécessaire au bonheur,
à l’équilibre, à la joie de vivre et à la paix intérieure. Il est donc essentiel que je manifeste
l’amour en dirigeant l’énergie du coeur♥ vers les plus belles énergies spirituelles
disponibles. Si je vis une situation où j’ai l’impression qu’on m’a « arraché le coeur♥ », que
mon être tout entier est impliqué, que je ne suis pas assez nourri par l’amour des autres, que
je prends la vie trop au sérieux, mon coeur♥ va réagir. Une affection au coeur♥ me ramène à
un aspect de l’amour fondamental qui vient du fait que soit je ne m’aime pas assez, soit je ne
reçois pas cet amour des autres, de la vie ou de Dieu. Cela m’amène à me demander si je vis
de la culpabilité qui me fait ne pas me sentir à la hauteur et digne d’être aimé… Plus je mets
l’attention sur l’amour, la compassion et le pardon, plus mon coeur♥ travaillera dans la joie,
la paix et l’allégresse. Mon coeur♥ sera affectivement stable et à l’abri de toutes les
déceptions. Un coeur♥ au rythme doux et harmonieux indique une personne calme
intérieurement. Mon rythme cardiaque varie lorsque je suis déséquilibré, perturbé en amour
ou sensible à mes émotions.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à l’amour, je remets tout blâme au soin de l’univers, je cesse de
me critiquer au point de me rendre malade et surtout J’accepte ↓♥ de me pardonner. C’est en
me pardonnant que je peux accepter ↓♥ davantage l’amour des autres.
COEUR♥ (MAL AU…)
VOIR : NAUSÉES
COEUR♥ — ANGINE DE POITRINE OU ANGOR
VOIR : ANGINE DE POITRINE
COEUR♥ — ARYTHMIE CARDIAQUE
L’arythmie cardiaque est un trouble du rythme cardiaque.
Le coeur♥ représente l’amour et des problèmes de palpitations sont pour moi
comme un signal d’alarme, un appel au secours en ce qui a trait à l amour. Une peur
profonde de perdre ou de ne pas avoir l’amour dont j’ai tant besoin fait en sorte que mes
problèmes de palpitations sont comme un cri au secours par rapport à l’amour. Mon
coeur♥ bat aussi vite que je vis ma vie. J’ai l’impression de ne pas avoir le contrôle, je ne me
sens pas en sécurité. J’ai besoin de retrouver plus de calme dans ma vie. Je cherche dans
toutes les directions mais je ne trouve pas de réponses à mes questions. Mon coeur♥ bat pour
plusieurs choses différentes à la fois : ce peuvent être des personnes (en amour) mais aussi
des choses que j’aime faire avec passion (travail, hobbys) et j’ai l’impression d’avoir à faire
des choix. Je sais que je dois laisser aller quelqu’un ou quelque chose mais c’est très difficile.
Je m’en sens incapable, ma dépendance étant très grande. Je vis la dualité : moi ou les
114
autres : qui mets-je en priorité ? De qui dois-je m’occuper en premier ? Les choix sont
difficiles à faire. Je me sens divisé et ce, peut-être par rapport au sens de la vie elle-même. Je
peux m’amouracher des gens car j’ai tant besoin d’être aimé ! Comme mon coeur♥, je suis
instable dans ma vie par rapport à mes réactions émotives. Il y a des choses qu’on me
demande de faire et que je fais à contrecoeur♥. Au lieu de vivre à mon propre rythme, je
suis celui effréné de la société. Une anomalie de mon pouls68 me montre comment « entre
les deux, mon coeur♥ balance », combien il m’est difficile de prendre une décision avec
toutes ses implications. Dans le cas où les ventricules du coeur♥ se contractent de façon
anarchique et inefficace, il s’agit alors de fibrillation ventriculaire. Cet état peut provenir
d’une atteinte du muscle cardiaque, d’une électrocution, d’un moment de panique dans le cas
du foetus (à la naissance). Si cet état n’est pas réglé dans les minutes qui suivent, c’est la mort
subite. Cela dénote une décision importante que j’ai à prendre dans ma vie par rapport à
l’amour, et qui est vitale. Je me sens impuissant. Je commence par me donner tout l’amour
dont j’ai besoin afin de remplacer mes inquiétudes par plus de sécurité intérieure et je fais
confiance à la vie. La fibrillation auriculaire me montre qu’il n’est pas légitime pour moi
d’aimer qui je veux, de la façon que je veux. Je sens des contraintes reliées au fait de
démontrer mon amour pour les gens. La tachycardie se caractérise par la contraction
rythmique rapide du coeur♥. Ses battements s’accélèrent à plus de 90 pulsations par minute
et cet état est souvent dû à des efforts ou à des émotions fortes. Une situation angoissante, un
effort physique ou mental et la peur provoquent un déséquilibre affectant momentanément
mon coeur♥ qui me lance un S.O.S. Les tachycardies sont perçues de façon pénible en cas
d’angoisse, l’adrénaline induisant alors des battements très forts ou lorsqu’un rythme
anormal apparaît. J’ai cru toujours devoir faire plus et plus vite pour être aimé ou même pour
avoir le droit de vivre. Je peux aussi avoir l’impression d’avoir à reprendre le temps perdu
dans une certaine situation. La bradycardie quant à elle est un ralentissement des
battements cardiaques. Elle est d’abord favorisée par la pratique de sports d’endurance ; de
façon anormale, le coeur♥ peut se ralentir brusquement et provoquer un malaise, ce qui
justifiera parfois l’implantation d’un pacemaker. L’accumulation de peines profondes,
particulièrement par rapport à mon père, pourra m’amener ce malaise, comme si mon
coeur♥ n’en pouvait plus de souffrir et décidait d’arrêter de battre. Je me mets en retrait pour
me protéger car je n’ai plus le goût de me battre. Je préfère savourer chaque instant de
bonheur et d’amour car il me semble qu’ils sont rares. L’extrasystole (contraction
prématurée) me montre combien je suis en manque d’amour de mes parents,
particulièrement de mon père. L’amour se présente à moi de façon interrompue, souvent à
la suite de séparations et de retrouvailles fréquentes qui me déchirent le coeur♥. Dans l’une
ou l’autre de ces situations, je prends conscience que l’amour est en jeu. Je respire
calmement et profondément, je suis à l’écoute de mon coeur♥.
Je laisse aller tout ce qui n’est plus bon pour moi. Je choisis le chemin que je veux suivre
avec détermination. J’accepte ↓♥ que l’harmonie revienne dans ma vie, autant au niveau
affectif que social.
68 Le pouls moyen normal varie de 50 à 80 pulsations à la minute.
COEUR♥ — INFARCTUS (… DU MYOCARDE)
VOIR AUSSI : INFARCTUS [EN GÉNÉRAL]
Lorsque j’entends parler de quelqu’un qui a eu un infarctus, dans le langage populaire,
cela signifie habituellement que la personne a eu un infarctus du myocarde. C’est aussi
appelé « crise cardiaque » ou « attaque cardiaque ». L’organe le plus fréquemment
touché par un infarctus est le coeur♥, le centre de l’amour à l’intérieur de moi, le noyau de
mes émotions.
L’attaque cardiaque est pour le corps une façon désespérée de me montrer que je vais
trop loin, que je mets beaucoup trop d’attention sur des détails qui ne sont pas importants. Je
« chéris » et protège mon statut social, au lieu de revenir à l’essentiel de ma vie qui est la joie
de vivre du coeur♥ en famille, d’exprimer l’amour, de s’aimer soi-même, de savourer
chaque moment avec intensité. C’est comme si je commettais une infraction au code du
« bien-être et de l’amour de soi ». J’ai très peur de ne pas réussir. Je tiens tellement à tout
115
ce qui fait partie de mon « territoire » (ma femme, mon travail, mes amis, ma maison mon
fief, etc.), que si j’ai l’impression d’avoir perdu ou que je suis sur le point de perdre quelque
chose ou quelqu’un à l’intérieur de mon territoire, je peux résister à ce qui arrive et je ferai
une crise cardiaque. Je sens que je suis sur le point de devoir abdiquer, démissionner.
Je risque de voir tout basculer dans ma vie. Je voudrais « de tout mon coeur♥ » rester le
chef, le maître à bord. Je ne veux pas démissionner, renoncer aussi facilement. Je regarde
tout ce que j’ai pu acquérir au fil des années et je regarde si maintenant j’ai l’impression
qu’on m’a dépossédé ou qu’on va le faire. Ce peuvent être des objets, des personnes, ma
fierté, mes capacités physiques, intellectuelles ou affectives. Mon niveau de convoitise,
d’envie est démesuré. Je peux même avoir l’impression qu’on veut m’exproprier car je ne
suis plus le bienvenu. Est-ce qu’on m’empêche de diriger à ma façon ? Les attaques
cardiaques sont aussi reliées à mes propres sentiments et à ce que je vis par rapport à ceuxci.
Jusqu’où suis-je capable de sentir l’amour et de l’exprimer aux autres ? Jusqu’à quel
point suis-je capable de m’aimer et de m’accepter ↓♥, tel que je suis ? Est-ce que je m’oblige à
être « quelqu’un d’autre » et à en faire trop pour prouver aux autres ce que je suis et ce que je
vaux ? Le fait que je me mésestime au plus haut point m’empêche de laisser qui que ce soit
entrer dans mon univers et dans mon coeur♥. Parce que j’ai l’impression d’être faible, je
donne une image dure aux autres. J’ai un océan d’émotions pris en dedans et si j’accepte ↓♥
d’y plonger, j’ai l’impression que je vais me noyer tant j’ai accumulé depuis si longtemps !
C’est pourquoi l’engagement devient pour moi quelque chose de difficile à vivre. C’est ma
colère, ma frustration, mon agressivité, ma haine qui, trop longtemps refoulées, n’en
peuvent plus et qui explosent. La découverte des aspects les plus importants et significatifs de
la vie ne se réduit pas à la quantité d’argent gagné ou au succès que j’ai. Autant le coeur♥
peut être associé à la compassion et à l’amour, autant il peut être associé à son opposé qui
est l’hostilité, la haine et le rejet. L’attaque cardiaque survient souvent dans une période
de ma vie où, soit que la compétition est trop forte, soit que je vis une pression financière,
combinée à la désaffection grandissante de la famille et des proches aimés. La vie devient un
combat. Je vis des affrontements qui m’amènent un niveau de stress élevé. C’est tout ou
rien et ma vie perd son sens si j’ai un échec. Je m’étourdis dans mille et un projets afin de ne
pas être en contact avec mon intérieur et les personnes qui m’entourent. Je me sens bafoué.
C’est la séparation entre mes sentiments, mon implication, mes relations et l’Univers ainsi
que ses rythmes naturels qui atrophient mon coeur♥. Je n’ai plus de plaisir ou le « coeur♥ à
l’ouvrage ». Au lieu d’écouter mon corps et mon coeur♥, je me restreins au maximum. Tout
est programmé, tout est compartimenté. Je pense rejeter les autres mais dans le fonds, je me
rejette moi-même. Je me retrouve seul, sans amour. Je ne crois pas avoir le droit de
m’arrêter : je ne peux vivre que dans le travail… Je pense qu’on me méprise mais c’est plutôt
moi qui me méprise. Je veux « m’arranger tout seul » ! J’ai parfois le goût de déguerpir,
tout laisser derrière moi car cela en fait trop. Je n’ai plus la fibre du combattant. Plus je me
distance des autres, plus je me rapproche d’une certaine façon vers ma mort affective. J’ai
l’impression de tomber en ruines. Je crois devoir me battre. J’ai à repousser les limites que
je me suis imposées et qui m’empêchent maintenant d’accéder à un nouveau niveau
d’amour et d’acceptation ↓♥. Si je me réfugie dans mon côté rationnel et que j’emprisonne
mon corps pour l’empêcher de ressentir les différentes émotions de mon quotidien, il se
durcit et j’anéantis les chances de pouvoir comprendre et de pardonner, autant à moi qu’aux
autres, afin de pouvoir guérir mes blessures intérieures.
J’accepte ↓♥ d’aller avec le courant et de prendre le temps d’accepter ↓♥ tout ce que la vie
a à me donner et à m’apprendre, afin de retrouver la paix intérieure et de ressentir dans tout
mon corps la tendresse, la douceur et l’amour qui m’habitent et qui ne demandent qu’à
nourrir mon coeur♥ et à le garder en santé. II s’agit d’une occasion rêvée pour refaire mes
priorités, de voir ce qui est réellement important. J’accepte ↓♥ qu’il y ait des facettes de ma
personnalité que je refusais de voir et je sais que j’ai toute la force nécessaire pour me
regarder dans le miroir et m’accepter ↓♥ tel que je suis. J’accueille mes émotions pour enfin
reprendre contact avec mon côté affectif qui me permet d’expérimenter la vie au maximum.
J’accepte ↓♥ de mériter d’être aimé et qu’on me donne de l’aide.
116
COEUR♥ — MYOCARDITE
La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque (myocarde). Elle est une des
causes de mort subite chez les jeunes personnes lors d’un effort violent. Chez l’adulte, elle se
traduit par une défaillance cardiaque aiguë (et souvent mortelle).
Je ne me sens pas « en plein pouvoir de mes moyens ». J’ai peur que « mon coeur♥
flanche » ou que je « n’aie pas le coeur♥ assez solide » : ceci au sens propre mais aussi figuré.
J’ai un mental très fort et je ne sais pas comment gérer mes émotions. Je me sens en dualité,
entre deux situations, entre le coeur♥ et la tête. Ma faiblesse émotive se transpose dans mon
travail, je n’ai plus le « coeur♥ à l’ouvrage » et il m’est de plus en plus difficile d’accomplir les
tâches demandées. Mon estime de moi est affectée et je me demande comment je peux me
sortir de ce pétrin… Je me sens dans une prison et si je ne vois aucune solution, je peux,
inconsciemment m’attirer une myocardite qui va mettre ma vie en danger.
J’accepte ↓♥ de m’arrêter et de contacter les émotions qui ne demandent qu’à être
exprimées. Je fais la paix avec les situations non réglées du passé et je vis le moment présent.
Je suis au sommet de ma forme lorsque mon côté rationnel et émotif sont en équilibre et que
chacun a la place qui lui revient. Je retrouve l’amour en moi et par le fait même, ma
stabilité : c’est ce qu’on appelle l’intelligence du coeur♥.
COEUR♥ — PÉRICARDITE
La péricardite est une inflammation souvent infectieuse (virale) du péricarde,
membrane enveloppant le coeur♥.
Puisqu’elle sert à protéger le coeur♥, il y aura péricardite si je sens que mon coeur♥ va
être attaqué, autant au sens propre que figuré. J’ai peur pour mon coeur♥ et celui de
quelqu’un d’autre. La mauvaise nouvelle d’un problème au coeur♥ d’une personne que j’aime
me renvoie automatiquement à ma propre peur que moi aussi il m’arrive quelque chose. Estce
que j’ai l’impression que l’intégrité de ce qui constitue mon territoire est en danger ? Ai-je
l’impression d’être « brûlé à vif » ? Est-ce que je me sens constamment insatisfait par
rapport à moi-même et par rapport à la vie ? Est-ce que je vis une situation où je me sens
déchiré ? Est-ce que je vis de la colère par rapport à mon père qui reste loin, à l’écart de moi,
de ma vie ?
Au lieu de manifester de la colère, j’accepte ↓♥ de rester calme, j’apprends à apaiser mes
angoisses et je demande à être protégé en tout temps, sachant que tout ce qui arrive est pour
le mieux.
COEUR♥ — PROBLÈMES CARDIAQUES
Parce que le coeur♥ symbolise l’amour, la paix et la joie de vivre, les problèmes
cardiaques proviennent souvent d’un manque d’amour, de tristesse, d’émotions enfouies
qui refont surface même après plusieurs années. Tous les amours secrets, impossibles,
l’amour familial bafoué par des conflits vont « attaquer » mon coeur♥. Mon coeur♥ est
endurci par mes blessures antérieures. Je crois sincèrement que la vie est difficile, stressante
et qu’elle est un combat de tous les instants. Je me sens souvent en position de survie, dans
un état où je pense que seul mon effort rapportera quelques dividendes. Je dois m’ajuster au
rythme des autres et cela crée un stress immense. Je suis inquiet, surexcité, angoissé, j’ai de
la difficulté à mettre mes limites ou je suis trop fragile pour garder mon équilibre émotionnel.
J’étouffe inconsciemment mon enfant intérieur et l’empêche d’exprimer toute cette
merveilleuse joie de vivre. Une douleur cardiaque me montre que je m’accroche et dépend
de quelqu’un ou quelque chose ; mon insécurité m’amène à vivre une grande tension
intérieure. Le coeur♥ est associé à la glande du thymus ; cette dernière qui est responsable de
la production des cellules T du système immunitaire s’affaiblit et résiste de moins en moins
aux invasions si je vis beaucoup de colère, de haine, de frustration ou de rejet de moi-même.
Une insuffisance cardiaque me montre combien je peux me juger incompétent et je vois
certaines situations de ma vie comme un échec. Au lieu de suivre les élans de mon coeur♥, je
préfère écouter les autres, ce qui me freine dans mon évolution. Le coeur♥ a besoin d’amour
et de paix. La vie est faite pour être prise avec l’attitude d’un enfant : ouverture, joie, curiosité
117
et enthousiasme. Même si j’ai des besoins affectifs à combler, j’essaie de rester dans un
équilibre harmonieux, avec une ouverture du coeur♥ suffisante pour apprécier chaque geste
de mon existence. Si je dois être « opéré à coeur♥ ouvert », est-ce que j’ai toujours parlé
« à coeur♥ ouvert » de mes difficultés et de mes peines aux gens concernés ?
J’accepte ↓♥ de m’aimer davantage, de rester ouvert à l’amour pour moi et les autres. Je
m’amuse, je me détends, je prends le temps d’être. J’arrête de me « prendre au sérieux ». Je
me sens libre d’aimer sans obligation, sachant que je suis heureux quand même. Il existe
plusieurs expressions pour décrire le coeur♥ et ses différents états : être « sans coeur♥ »,
« avoir du coeur♥ », « écouter son coeur♥ ». Si quelqu’un me fait une remarque comme « tu
n’as pas de coeur♥ », je vérifie ce message que la vie m’envoie. C’est peut-être le signe que
j’aurais avantage à changer quelque chose. Est-ce que je vis un déséquilibre ? Ai-je des
palpitations ? Suis-je perturbé sur le plan émotionnel ? Qu’importe la réponse, je n’attends
pas d’être malade pour comprendre et accepter ↓♥ les changements dans ma vie. Je reste
éveillé, j’ouvre mon coeur♥ à tout ce qui est bénéfique pour moi. Je suis à l’écoute de mon
coeur♥…
COEUR♥ — TACHYCARDIE
VOIR : COEUR♥ — ARYTHMIE CARDIAQUE
COEUR♥ — THROMBOSE CORONARIENNE
Une thrombose coronarienne est la formation d’un caillot dans une artère coronaire
(au niveau du coeur♥). Ce blocage de la circulation du sang provoque la constitution d’un
infarctus du myocarde dès la 15e minute d’obstruction dans la quasi-totalité des cas.
Ce caillot affecte l’organe principal qui représente l’amour, soit le coeur♥. Je me dois de
vérifier ce qui dans ma vie m’empêche d’aimer librement. Cela peut être une colère, un
ressentiment violent que j’ai pu avoir par rapport à quelqu’un que j’aime. En quoi est-ce que
je me sens attaqué dans mon amour-propre ? Ai-je eu une nouvelle qui semblait me
déposséder de ma raison de vivre, de ce qui me permettait de manifester mon amour ? J’ai
tendance à m’isoler. Je ne me sens pas à la hauteur dans ce qui se présente à moi. Je n’ose
pas mettre des choses en avant de peur de « tomber de haut ».
J’accepte ↓♥ de faire la paix avec moi-même et avec les autres. Pour régler cette situation,
je prends conscience des forces d’amour qui m’habitent, je m’abandonne et je découvre
que l’Univers m’apporte le soutien dont j’ai besoin.
COLÈRE
VOIR AUSSI : ANNEXE III, DOULEUR, FOIE, INFECTIONS
La colère est l’exaltation de l’état affectif et un mode d’extériorisation brutale de celui-ci,
se traduisant par une excitation tant physique que verbale, progressivement croissante, allant
jusqu’aux cris, bris d’objets, agressivité, tremblements, etc.
La colère est un cri d’alarme spontané, la manifestation d’une révolte intérieure, un
violent mécontentement accompagné d’agressivité. Avant deux ans, c’est un simple moyen de
réagir ou d’extérioriser un malaise intérieur (froid, faim, etc.), mais par la suite, c’est plus un
moyen d’opposition et de réaction aux interdictions, pouvant devenir un moyen de chantage
affectif et de domination. Ces émotions qui m’envahissent se manifestent généralement au
niveau de mon foie, par l’apparition de toxines qui peuvent engendrer une crise de foie.
Mes pensées s’affolent, se bousculent, s’amplifient jusqu’à ce que je ne voie plus clair. Ma
pression monte et je deviens rouge de colère. Qu’est-ce qui me dérange à ce point et qui me
fait exploser ? Je vis de grandes frustrations et je ne suis pas capable d’affirmer qui je suis. Je
me sens envahi par quelqu’un ou quelque chose et je veux les chasser, les expulser et j’utilise
la colère comme moyen d’expression. J’ai de la difficulté à faire de l’introspection et à
admettre que j’ai des choses à changer. Je veux rester sur mes positions. Si je suis en colère,
c’est important de chercher la raison qui provoque cet état. Je peux vivre un sentiment de
faiblesse, d’injustice, de frustration, d’incompréhension, d’impuissance, etc., qui peut être
exagéré ou grossi par ma grande émotivité et mon impulsivité. Lorsque je l’identifie, je réalise
que le conflit se répète inconsciemment et qu’il peut même provenir de situations que je n’ai
118
pas réglées depuis l’enfance, et alors, l’intégration sera plus rapide.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à l’amour que je peux manifester ici et maintenant. Je reste
attentif et vigilant à tous les signaux indiquant une colère éventuelle et je ne m’emporte pas
inutilement.
COLIQUE
VOIR : INTESTINS — COLIQUES
COLIQUE NÉPHRÉTIQUE
La colique néphrétique est une douleur violente de la région lombaire irradiant vers la
vessie et la cuisse due à une obstruction de l’uretère. Généralement, elle est due à la
migration d’un calcul ou d’un corps étranger du rein vers la vessie, à travers les uretères.
Elle se manifeste souvent lorsque je vis une situation où j’ai été terrassé par ce que j’ai vu,
ce que j’ai appris, ce que j’ai entendu, etc. Cette situation m’ébranle tellement qu’elle
entraîne toutes mes valeurs à s’écrouler subitement. Il y a quelque chose qui coince et qui
me fait mal. Je remets tout en question, et il arrive très souvent que mon conjoint soit en
cause. Est-ce que je suis satisfait de ma vie de couple ? Je sens que je perds mon espace vital
ou encore, je me sens trompé, trahi. On empiète sur moi et ma bonté et cela m’irrite au plus
haut point. Je suis déconcerté et troublé. Je prends le temps d’observer ce qui coince dans ma
relation de couple ou dans mes relations affectives. Quelle est la principale irritation que je
vis et que je ne peux plus tolérer ? Sur quoi me suis-je illusionné ?
J’accepte ↓♥ d’avoir un regard objectif sur ma vie. Je redéfinis mes valeurs et priorités et
j’ose les affirmer. Je prends ainsi la place qui me revient afin que je me permette d’occuper la
place qui me revient, la première !
COLITE (MUCOSITÉ DU CÔLON)
VOIR : INTESTINS — COÛTE
COLITE HÉMORRAGIQUE
VOIR : INTESTINS — COÛTE
CÔLON (CANCER DU…)
VOIR : CANCER DU CÔLON
COLONNE VERTÉBRALE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : DOS
Selon le classement que l’on fait en Occident, on compte 33 vertèbres en commençant
par le haut, soit :
7 cervicales69, plutôt minces,
12 dorsales70, plutôt épaisses,
5 lombaires71,
5 sacrées72, soudées et formant un triangle vers le bas,
4 coccygiennes, soudées et atrophiées.
La colonne vertébrale, tel le pilier d’une construction, représente l’appui, la protection et
la résistance. Donc, la colonne vertébrale me soutient et me protège dans toutes les situations
de ma vie. Elle est mon pilier physique et intérieur. Sans elle, je m’effondre. La colonne
vertébrale symbolise aussi mon énergie la plus fondamentale et la plus spirituelle. Elle
représente ma flexibilité et ma résistance par rapport aux différents événements de ma vie.
Elle me donne la liberté de pouvoir bouger, me tourner d’une façon souple dans les directions
désirées. Les déviations de la colonne vertébrale (scoliose, lordose, etc.) sont reliées à la
partie profonde de tout mon système énergétique. Lors d’un blocage, des douleurs physiques
apparaissent. Des sentiments d’impuissance, un fardeau trop lourd à porter, un besoin
affectif ou émotionnel insatisfait, etc., font que je me sens attaqué dans ma solidité et dans
ma résistance. Je prends des coups par-derrière. J’ai l’impression que c’est moi le pilier au
sein de ma famille, de mon travail et par rapport à toute situation ou organisation dans
119
laquelle je suis impliqué. Qu’adviendrait-il aux autres si je n’étais pas là ? Est-ce que tout
s’effondrerait ? La colonne vertébrale est reliée à tous les différents aspects de mon être par le
squelette, à travers le système nerveux central et par la distribution sanguine centrale.
Chaque pensée, sentiment, situation, réponse et impression sont imprimés dans la colonne
vertébrale aussi bien que dans les parties pertinentes impliquées du corps concernées. Je
regarde la région affectée et j’identifie la cause du blocage.
Peu importe la raison, j’accepte ↓♥ de rester ouvert à la cause et l’intégration est plus
harmonieuse. Je rebâtis la nouvelle personne que je veux être.
69 Cervlcale : vient du latin cervis, icis qui veut dire « nuque ».
70 Dorsale : vient du latin dorsum qui veut dire « dos ».
71 Lombaire : vient du latin lumbus qui veut dire « rein ».
72 Sacré : ce mot fait référence à ce qui est inviolable ou à ce qui nous impose un grand respect. Dans ce cas-ci, il s’agirait de
l’endroit d’où partirait l’énergie de la Kundalini, cette énergie spirituelle qui part du bas de la colonne vertébrale et monte
jusqu’au sommet de la tête, pour mener à l’illumination.
COLONNE VERTÉBRALE (DÉVIATION DE LA …) (EN GÉNÉRAL)
Une déviation de la colonne vertébrale symbolise principalement une résistance à
vivre pleinement ma vie. J’ai l’impression que, étant enfant, j’ai manqué de support parental,
de structure fondamentale. J’ai été ébranlé dans mes convictions profondes. Une fois adulte,
la façon dont je me tiens dans la vie, ma difficulté à laisser la vie me soutenir et à laisser aller
les vieilles idées se manifestent par une déviation de la colonne vertébrale qui se courbe
vers le côté, vers l’avant ou vers l’arrière…
J’accepte ↓♥ de me prendre en main et de me « tenir droit » par rapport à la vie, avec
confiance et détermination.
COLONNE VERTÉBRALE (DÉVIATION DE LA …) : BOSSU
VOIR : ÉPAULES VOÛTÉES
COLONNE VERTÉBRALE (DÉVIATION DE LA …) — CYPHOSE
La cyphose est une déviation de la colonne vertébrale anormalement convexe en
arrière, habituellement au niveau des omoplates. Outre une mauvaise posture, la cyphose
des enfants et des adolescents est souvent due à une maladie de croissance appelée
maladie de Scheuermann.
Si j’en suis atteint, je remarque que mon corps se replie comme si je revenais à la position
du foetus. De qui ou de quoi est-ce que je veux me protéger ? Est-ce que je veux me
rapprocher de ma mère parce qu’elle ne me comprend pas ou parce qu’elle me renie comme
enfant ? Je me sens tout petit, pas à la hauteur de la famille ou de la tâche que je voudrais
accomplir. Je veux tout garder pour moi par peur du manque. Je courbe l’échine car je suis
timide et par non-reconnaissance de ce que je suis ou encore, je suis constamment sur mes
gardes, me sentant inférieur, incapable de prendre ma place et de vivre dans la joie.
J’accepte ↓♥ de me sentir en sécurité même en présence d’autres personnes : je suis
capable de prendre ma place, définir mes limites, de relever les défis que la vie me propose.
Je « garde le dos droit » et je me reconnais comme être unique et divin. J’apprends ainsi à
m’aimer davantage et je sais être fier de mes réalisations. J’apprends à remercier cette partie
divine présente au plus profond de mon coeur♥ pour ce courage qui est en moi puisque je
sais que je possède toutes les réponses lorsque je reste branché à l’âme que je suis.
COLONNE VERTÉBRALE (DÉVIATION DE LA …) : LORDOSE
La lordose est une courbure physiologique de la colonne vertébrale se creusant vers
l’avant.
J’ai de la difficulté à me tenir debout parce que j’ai honte de ce que je suis, je ne
m’aime pas. Je vis souvent de la soumission par rapport à mon père ou à ce qui représente
l’autorité pour moi, car je me sous-estime par rapport à lui, je me sens inférieur à lui, je ne
« suis pas digne d’être son enfant ». Je me sens écrasé par les autres, j’ai très peu confiance
en moi et je suis incapable d’exprimer mes idées et mes opinions. Je veux être libre. Je
courbe le dos bien malgré moi, ayant l’impression d’être mou et incapable de mettre des
120
choses en avant. Les choses ne vont pas assez vite et les résultats tardent à venir. J’ai donc
tendance à me dévaloriser. Je me sens divisé entre être proactif en me faisant confiance ou
n’écouter que ce que les autres ont à dire. Je me sécurise en m’accrochant à mes vieilles idées.
Je n’ose ainsi pas changer l’ordre des choses établi pour ne pas déranger. Je bouillonne
intérieurement et cette colère me ronge. Je refuse l’aide des autres ; j’ai ainsi plus de
difficulté à atteindre mes objectifs et j’ai tendance à vivre plus d’échecs.
Je dois apprendre à m’aimer. J’accepte ↓♥ de prendre ma place car chacun a un
rôle à jouer dans l’univers. J’apprends à exprimer mes idées et mes opinions
librement et je me sens mieux avec moi-même. Chaque chose arrive au bon moment. J’ose
me tenir debout, je me fais confiance. Je me sens en sécurité car ma voix intérieure me dit
quoi faire pour mon plus grand bien.
COLONNE VERTÉBRALE (DÉVIATION DE LA …) : SCOLIOSE
La scoliose est une déviation latérale de la colonne vertébrale.
Lorsque j’en suis atteint, j’ai l’impression de porter sur mes épaules un très lourd fardeau.
Comme cela dépasse tout espoir d’accomplissement, je vis de l’impuissance et du désespoir.
Mes responsabilités me font peur, je suis indécis dans mon orientation. L’énergie se bloque et
la scoliose en est la manifestation physique. Cela se présente souvent à l’adolescence :
comme je suis à la recherche d’une identité, trop vieux pour être un enfant et trop jeune pour
être un adulte, la vie et les responsabilités semblent énormes. Je refuse ce corps, cette vie, je
refuse de grandir… J’aurai tendance à me comparer à mes frères et soeurs (surtout si c’est un
jumeau/jumelle), mes cousins et cousines. Puisque j’ai souvent l’impression qu’ils sont
meilleurs que moi, je me dévaloriserai et cela s’exprimera par une scoliose. Je me compare
négativement par rapport aux autres et cette attitude me hante constamment. J’ai peur d’être
jugé. Je me sens constamment poussé. J’ai l’impression que je dois être le pilier de la famille,
lui faire honneur, être sa fierté. Cependant, c’est beaucoup demander à ma colonne qui
représente symboliquement le mât d’un navire. Je me penche vers la gauche ou la droite afin
de me comparer à tout ce qui est à côté de moi. Je peux m’éloigner des autres pour me
protéger, pour éviter les coups. Au fond de moi cependant, j’ai besoin de me rapprocher des
autres mais je n’ose pas faire les premiers pas. Je peux me sentir perdu car j’ai besoin de
points de référence, de repères afin de me définir comme individu. Ceux-ci sont
habituellement personnifiés par mon père et ma mère ou par les gens les plus influents que je
côtoie (par exemple un professeur ou une gardienne). Si ces références ne me conviennent
pas ou si je suis déçu par celles-ci, ma colonne vertébrale (qui ne se sent pas soutenue)
va s’arquer. Je ne peux pas m’appuyer sur moi-même, me sentant trop fragile. Ma colonne
s’effondre comme mon monde intérieur. Je vis en fonction des autres. Je préfère m’effacer,
faire de l’évitement au lieu de prendre le risque de m’affirmer. La scoliose est reliée à un
désir de fuir une situation ou quelqu’un. Je vérifie ce qui se passe dans ma vie et qui
m’empêche de me sentir bien.
J’accepte ↓♥ de vivre au présent, c’est-à-dire un jour à la fois. Je prends conscience
d’être à l’école de la vie et de vivre en harmonie avec ce qui m’entoure. Je retrouve la joie et,
chaque jour, je réalise que j’ai la force et la capacité de relever le défi ! Je deviens partie
intégrante de ma propre vie. Je vis pour moi. Je cesse de me comparer aux autres car nous
sommes tous différents et uniques.
COLONNE VERTÉBRALE — DISQUE DÉPLACÉ
VOIR : HERNIE DISCALE
COL UTÉRIN (CANCER DU …)
VOIR : CANCER DE L’UTÉRUS [COL ET CORPS]
COMA
VOIR AUSSI : ACCIDENT, CERVEAU — SYNCOPE, ÉVANOUISSEMENT
Le coma peut survenir à la suite d’un accident et consiste en une altération partielle ou
totale de l’état de conscience.
Il arrive très souvent que, juste avant de me retrouver dans le coma, j’aie vu la mort
121
arriver sur moi, comme si « ma dernière heure était venue ». Au lieu d’être conscient à 100 %
de ce moment, le coma survient juste avant. La « conscience » se débranche. Souvent,
lorsque je me réveille à la suite d’un coma, ma mémoire a effacé les moments de
traumatismes intenses qui ont été vécus. C’est comme si l’on m’a mis en sécurité car j’étais en
danger. Ce qui produit un accident est une culpabilité reliée à la fuite par rapport à une
personne ou une situation. Si j’ai de la difficulté à relever le défi avec cette culpabilité, je me
réfugie dans un coma. Je peux me sentir tout à fait impuissant à résoudre une situation car
je suis trop éparpillé, ce qui me rend furieux. J’ai de grands changements à apporter dans
ma vie mais je m’en sens incapable. Maintenant, je peux me reposer dans ma caverne où
personne ne peut venir me déranger et me dire quoi faire. J’ai retrouvé un certain sentiment
de liberté où je n’ai pas de compte à rendre, pour l’instant… Le coma vient du grec
« kôma » qui signifie « sommeil profond ». Cet état est relié au désir intense de fuir une
personne ou une situation. J’ai tellement mal intérieurement que je me replie sur moi car je
vis beaucoup de désespoir, de solitude ou de frustration. Je veux me rendre insensible aux
difficultés de la vie. Je me protège par ce sommeil profond. Il me rend insensible à ce qui se
passe autour de moi. Je préfère vivre cet état d’inconscience totale, jusqu’à ce que ma vie
puisse être plus agréable. J’ai une décision à prendre : vivre ou partir. C’est la même décision
à prendre dans le cas d’un coma diabétique qui est causé par un excès de glucose (sucre
sanguin) dans le sang et plus particulièrement au cerveau. Ma tristesse est tellement grande
que j’ai envie de fuir ce monde dans lequel je vis. Ma fureur est tout aussi grande. Même si
le coma peut durer de longues périodes (semaines et années), il est très important pour mes
proches de me témoigner de l’amour, de l’affection et de me dire que la décision de partir ou
de rester m’appartient. Les proches doivent vivre le détachement nécessaire pour éviter de
« retenir » contre son gré la personne dans le coma. Lorsque je suis dans le coma, mon
cerveau peut être actif au point que je peux entendre les gens qui parlent ou ressentir leur
présence et les impressions qu’ils dégagent même si moi, présentement, je ne peux pas
bouger ou m’exprimer. Il arrive que la peur de la mort me retienne ici dans l’inconscience.
Il faut donc me rassurer et me dire que je peux partir en toute sécurité si je le désire. Si je
peux voir les énergies d’une personne dans le coma, je peux remarquer qu’il y a une coupure
importante des liens énergétiques, selon la profondeur du coma. Il serait donc approprié de
faire des traitements énergétiques pour régulariser la situation afin de revenir ICI ET
MAINTENANT.
Il est important de me rassurer et de me dire que j’aurai toute l’aide dont j’ai besoin et
j’accepte ↓♥ d’avoir toutes les capacités et les qualités nécessaires pour mener à bien tous mes
projets. Je sais que les changements nécessaires dans ma vie se passeront en douceur et pour
le bien de toutes les personnes qui m’entourent, moi inclus !
COMÉDONS
VOIR : PEAU — POINTS NOIRS
COMMOTION (… DE LA RÉTINE)
VOIR : YEUX — COMMOTION DE LA RÉTINE
COMMOTION CÉRÉBRALE
VOIR : CERVEAU [COMMOTION]
COMPULSION NERVEUSE
La compulsion est un trouble du comportement caractérisé par une envie irrésistible
d’accomplir certains actes auxquels le sujet ne peut résister sans angoisse. Cette compulsion
peut se retrouver dans la sexualité, la nourriture, la boisson, les achats, l’excès de propreté,
etc.
La compulsion nerveuse se rapporte à un aspect de ma personnalité que je juge
négatif, qui me déplaît au point que je refuse de le voir. Je refoule au plus profond de moi.
Tant et aussi longtemps que je refuse de le voir et de l’accepter ↓♥, la vie m’amène à vivre de
plus en plus de situations où j’ai à faire face à cet aspect de ma personnalité.
Lorsque je vis de la compulsion nerveuse, je regarde ce qui m’a dérangé, j’accepte ↓♥
122
de lui faire face au lieu de fuir. J’accepte ↓♥ d’être un humain avec des forces, des
faiblesses, des qualités et des défauts. Je prends conscience que je suis mon plus sévère
juge, je me pardonne, j’apprends à m’aimer. Le fait de m’accepter ↓♥ tel que je suis me
permettra de m’épanouir harmonieusement et je n’aurai plus à me défouler par la
compulsion.
CONDUITS LACRYMAUX
VOIR : PLEURER
CONGÉNITAL
VOIR : INFIRMITÉS CONGÉNITALES, MALADIES HÉRÉDITAIRES
CONGESTION (… AU CERVEAU / … AU FOIE/… AU NEZ / … AUX POUMONS)
VOIR AUSSI : CERVEAU — ACCIDENT VASCUIAIRE CÉRÉBRAL A.V.C.
La congestion est le système de défense du corps mis en place pour répondre à des
attaques répétées contre une certaine partie de mon corps. Différentes parties peuvent être
congestionnées.
Au foie : elle représente la critique refoulée, l’irritation intérieure que j’accumule car je
n’arrive pas à l’exprimer verbalement. Je peux vivre du mécontentement, de l’amertume ou
de la déception. Au nez (sinus) : quelle est la situation ou la personne que je ne peux pas
sentir et qui me mettent en colère ? Aux poumons (pneumopathie) : je me sens étouffé
par mes relations familiales, que ce soient mes parents, ma conjointe ou mon conjoint, mes
enfants, etc. Mes échanges familiaux sont-ils aussi harmonieux que je le souhaite ? Est-ce que
je me fais trop de soucis ? Au cerveau (A.V.C.)73 : je me sens dépassé, je ne sais plus
comment réagir par rapport à certaines personnes ou situations. Mon cerveau ne fonctionne
plus avec autant de clarté et de rapidité qu’avant. Il est conseillé de se tenir loin de la boisson
ou des drogues. Peu importe l’endroit du corps atteint, il en résulte de la frustration, de
l’irritation et de la rage par rapport aux autres et à moi-même. Je suis dans une situation de
perpétuelle tension. Mes émotions sont congestionnées. J’ai peur de moi-même car j’ai
l’impression qu’il y a quelque chose de mauvais à l’intérieur de moi. J’évite donc d’être
impulsif et de vivre ma vie spontanément. Pourtant, j’ai avantage à laisser aller ma créativité
car ce sont mes pulsions naturelles qui cherchent à se libérer. J’ai tendance à mettre
beaucoup d’attention sur ma vie spirituelle et peu sur mes besoins physiques. J’ai besoin de
repos, de vacances mais je ne me le permets pas. Je prends le temps de vérifier ce qui me
dérange actuellement dans ma vie et j’en assume la responsabilité.
J’accepte ↓♥ de prendre la place qui me revient, ma place. Je réalise l’importance
d’exprimer ce que je ressens et je le fais sans attaquer les autres. Puisque j’exprime mes
sentiments, je n’accumule ni frustration, ni haine. Lorsque je suis ouvert et réceptif, les
autres le sont. Je me sens à nouveau en harmonie avec moi-même et avec ceux qui
m’entourent. J’acquiers ainsi un nouvel équilibre, autant dans ma vie spirituelle que
physique.
73 A.V.C. : accident vasculaire cérébral
CONJONCTIVITE
VOIR : YEUX — CONJONCTIVITE
CONSTIPATION
VOIR : INTESTINS — CONSTIPATION
CONTUSIONS
VOIR : PEAU — BLEUS
COQUELUCHE
VOIR : MALADIES DE L’ENFANCE
CORDES 􀀹􀀲􀀦􀀤􀀯􀀨􀀶
VOIR : GORGE — LARYNGITE, CANCER DU LARYNX, VOIX — ENROUEMENT
123
CORONAIRE
VOIR : COEUR♥ — THROMBOSE CORONARIENNE
CORPS (EN GÉNÉRAL)
VOIR : ANNEXE I
CORS AUX PIEDS
VOIR : PIEDS — DURILLONS ET CORS
CORYZA
VOIR : RHUME [DE CERVEAU…]
CÔTÉ DROIT
VOIR : MASCULIN [PRINCIPE…]
CÔTÉ GAUCHE
VOIR : FÉMININ [PRINCIPE…]
CÔTES
Les côtes font partie de la cage thoracique. Elles protègent le coeur♥ et les poumons
(organes vitaux) contre les dommages, les blessures extérieures et les agressions.
Une côte brisée ou fêlée indique donc que ma protection est diminuée et que je suis
vulnérable aux pressions extérieures par rapport à l’amour, à mon autonomie et à mon
besoin d’espace. J’ai dépassé mes limites ou je me suis laissé « engloutir » par les autres. Je
me sens coincé entre moi-même (mes côtés spirituel et émotionnel) et le monde physique
dans lequel je vis. Je me sens fragile et ouvert à toutes formes d’attaques. Je peux avoir
l’impression que je n’ai pas le contrôle sur ma vie, que je suis sans ressources et exposé au
danger. Les contusions se font dans les moments de grande fatigue et de faiblesse, surtout
lorsque l’on se sent blessé par la vie : c’est une trace physique d’une meurtrissure intérieure.
Je veux crier ma douleur et mon chagrin… Souvent, si je me casse ou fêle une côte, je vis
une situation particulière par rapport à un membre de ma famille. Il s’agit souvent d’une
situation où je me compare à quelqu’un d’autre : je ne me sens pas à la hauteur, « côte à
côte ». Je me sous-estime moi-même ou j’ai l’impression que ce sont les autres qui me
diminuent. « Est-ce que l’on m’aime et m’estime vraiment ? » J’aurai une indication de la
personne concernée selon l’emplacement de la côte touchée. Si ce sont les côtes basses
(inférieures), il y a probablement un conflit avec un enfant ou un petit enfant (les
descendants). Une côte moyenne (latérale) représente plutôt une situation conflictuelle par
rapport à un frère ou une soeur ou un(e) cousin(e) (collatéraux) et les côtes hautes
(supérieures) représentent un parent ou un grand parent (les ascendants). Si la côte touchée
se retrouve devant le corps (partie antérieure) ou le sternum est atteint, il y a quelque
chose de mon futur qui me crée une grande tension ou une inquiétude par exemple les
actions à poser ou les embûches que l’autorité pourrait mettre par rapport à la réalisation de
certains de mes projets. Si elle se situe sur les flancs ou la partie centrale, la situation se vit
dans le moment, dans le présent. Si c’est la partie arrière ou postérieure, il y a des
sentiments de mon passé qui m’affectent encore grandement. J’identifie la ou les situations
qui me créent tant de pression. Je me demande quelle est la personne ou situation qui a
exercé une pression telle sur ma ou mes côtes qu’elles se sont cassées ou fêlées car cela en
était trop. Je devais prendre une distance, me détacher de cette source de pression car je n’en
pouvais plus. Je dois me demander si ce sont les autres ou moi-même qui m’imposent celleci…
Je cherche ma place dans la société et je vis une dualité entre l’image que je dois donner
et ce que je suis vraiment. Est-ce que je reste dans le superficiel ou je décide de vivre selon
mes valeurs profondes ? Est-ce que je cherche à toujours avoir « une bonne cote » auprès
des autres ? Je doute de moi et j’ai tendance à me révolter. Je suis plutôt rigide au lieu
d’écouter ma voix intérieure et de vivre d’une façon spontanée.
J’accepte ↓♥ de regarder l’événement avec simplicité, d’exprimer franchement ce que
je ressens tout en étant à l’écoute des autres. Je sais maintenant que la communication est un
outil me permettant de me respecter tout en respectant les autres. Je cesse de me comparer
124
aux autres et j’accepte ↓♥ d’être moi-même. Je suis la seule personne qui peut avoir du
pouvoir sur moi !
COU (EN GÉNÉRAL)
Le cou est la partie du corps qui supporte la tête. Ce lien entre le corps et l’esprit est aussi
le pont qui permet à la vie de se manifester, il est l’expression vivante, celui qui autorise le
mouvement le plus fondamental. Il représente la flexibilité, la souplesse et la direction
anticipée. Il est multidirectionnel et il élargit ma vision extérieure de l’univers. Je peux tout
voir autour de moi et, grâce à la flexibilité de mon cou, je peux regarder une situation sous
tous les angles (devant, derrière…). Mon point de vue devient plus objectif. Un cou en bonne
santé me permet de prendre de meilleures décisions. Tout ce qui donne la vie traverse le
cou : l’air, l’eau, les aliments, les circulations sanguine et nerveuse. Il unit la tête et le corps
et permet la libre expression de soi, la parole vivante (voix) et l’amour. Le cou sépare donc
l’abstrait du concret, le matériel du spirituel. Il est important de garder mon cou en santé car
il me permet de voir ce qui m’entoure avec un esprit ouvert, en laissant de côté toute forme
d’entêtement et d’étroitesse d’esprit (cou raide). Autrement, si je m’oblige à ne regarder que
dans une direction, que je veux « tenir le cou », que je m’obstine et que je veux garder à
tout prix ma vision des choses, mon cou va réagir et je ne me rendrai peut-être pas à bon
port. Le fait de tenir tête à quelqu’un, de braver mon entourage met une pression inutile sur
mon cou. Je n’ai pas à « parer aux coups » dans des situations où je ne suis pas impliqué. Je
prends conscience que j’ai tendance à tenir tête aux autres. Puisque la gorge se situe au
niveau du cou, si j’ai de la difficulté à avaler mes émotions, si je les « ravale », ceci peut créer
une tension au niveau de mon cou où se trouve le centre d’énergie de la communication. Le
cou correspondant à la conception, il représente aussi mon sentiment d’appartenance, mon
droit d’être sur cette terre, me donnant ainsi un sentiment de sécurité et de plénitude.
COU — TORTICOLIS
VOIR AUSSI : COLONNE VERTÉBRALE — HAUT DU DOS, NUQUE [… RAIDE]
Quand j’ai un torticolis, il y a contraction des muscles du cou qui cause une douleur
plus ou moins prononcée et qui limite les mouvements de rotation de mon cou.
Le torticolis démontre, entre autres, que je vis de l’insécurité. J’ai des résistances à
voir tous les côtés des situations que je vis. Mes muscles du cou se contractent, mon
cou se raidit et je n’arrive plus à tourner la tête. Mon inflexibilité m’empêche d’apprécier
l’aide que l’on souhaite m’apporter et qui aiderait à faire évoluer les choses qui me semblent
difficiles. Je préfère garder la tête droite et associer mon mal à un « coup de froid ». J’ai
intérêt à prendre conscience que cette froideur a plutôt touché mon coeur♥, provoquant
ainsi un blocage d’énergie. Je peux aussi chercher à fuir une situation inconfortable qui me
demande de m’affirmer et de prendre position. Je peux aussi me sentir impuissant à m’en
accommoder ou vivre avec. Je veux aller de l’avant mais je veux aussi reculer car je vois un
obstacle en avant de moi qui me fait peur. Je vis ainsi une grande contrariété intérieure. Je
m’appuie plus sur les autres que sur moi-même, ce qui m’amène à avoir une attitude rigide et
entêtée. Il est aussi important que je m’arrête pour constater dans quelle direction je refuse
de regarder ou quelle est la chose que je m’entête ou m’obstine à voir, dire ou faire, et qui fait
« bien mon affaire ». Est-ce que je me détourne de mes buts et de mes valeurs personnelles ?
J’ai peur de voir la vérité en face, de prendre mes responsabilités. Je me retrouve dans une
situation où j’ai un choix à faire mais il me semble impossible. La torture morale qui y est
rattachée est indéfinissable. Est-ce qu’il se pourrait qu’il y ait une personne, une chose ou une
situation que je voudrais et que je ne voudrais pas regarder en même temps à cause de ma
timidité, de ma honte ou de mon sens moral qui est très fort ? Si la raideur empêche ma tête
de tourner de gauche à droite, je peux me questionner pour savoir à qui ou à quoi je refuse
de dire non. Si au contraire j’ai de la difficulté à dire oui avec ma tête, c’est peut-être que
je rejette d’emblée de nouvelles idées.
Mon corps me dit d’accepter ↓♥ de voir et d’apprécier l’instant présent et de reconnaître
toutes les nouvelles choses qui font partie de ma vie. J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à une nouvelle
façon de voir les choses ou à de nouvelles idées ; ma vie s’améliore et mon torticolis
disparaît.
125
COUDES (EN GÉNÉRAL)
VOIR : ARTICULATIONS
Les coudes représentent la liberté de mouvement, la flexibilité, la facilité à changer de
direction dans les nouvelles situations ou les expériences de vie. Ils réfèrent à l’ambition, la
possession, le travail et à la paresse. C’est l’articulation souple et flexible du bras qui permet
la créativité et l’expression gracieuse de mes gestes quotidiens, qui permet le transfert d’un
désir à la réalisation de celui-ci. Les coudes permettent d’accueillir les nouvelles idées, d’aller
puiser à l’intérieur de moi afin de prendre les directions qui sont le plus appropriées pour
moi. Si mes coudes sont forts et flexibles, je pourrai accomplir de grandes tâches. Une
douleur ou de la rigidité au coude signifie un manque de flexibilité, la peur de me sentir
« pris » ou coincé dans une situation déplaisante. Les coudes étant reliés à l’action, je peux
être rigide et juger les gens qui ont une façon de faire différente de la mienne et qui peuvent
remettre en question mes propres habitudes. J’ai besoin d’être ordonné et lorsque ma routine
est affectée, « décousue »74, mes coudes vont réagir. Je peux avoir peur d’être incompétent
dans un domaine qui me tient à coeur♥ et par conséquent, de ne pas pouvoir supporter ma
famille. Je résiste à une nouvelle direction à prendre en bloquant inconsciemment l’énergie
du coeur♥ qui se rend jusqu’à cette articulation. Je me sens obligé de faire des choses contre
mon gré, de « jouer des coudes ». Je me replie sur moi-même car je me méfie du monde qui
m’entoure. Je reste sur mes positions au lieu de m’ouvrir à de nouvelles idées. Je m’accroche
à ce que j’ai parce que j’ai peur de la nouveauté et de l’inconnu. Même si j’ai parfois peur de
me laisser aller, je me sens « poussé du coude » par une autre personne, je dois « serrer les
coudes » pour me protéger. Deux coudes en santé permettent de bien serrer quelqu’un
dans ses bras.
J’accepte ↓♥ de mettre plus d’énergie à faire tout ce que je veux et j’ose exprimer
davantage mes émotions. Je trouve alors facile d’accepter ↓♥ la vie et ses nombreux
changements. Je m’abandonne plus facilement et elle prend soin de moi comme je le mérite.
Je reste ouvert à l’amour, ce qui m’aide à vivre plus facilement les expériences quotidiennes
sans agressivité, avec souplesse et ouverture d’esprit. J’accepte ↓♥ d’aller puiser à l’intérieur
de moi afin d’y trouver toutes les réponses à mes questions et j’accepte ↓♥ les nouvelles
directions de ma vie comme des défis à relever, sachant que les cadeaux sont aussi grands
que les efforts fournis.
74 Décousu : ce dit de ce qui est incohérent, sans suite.
COUDES — ÉPICONDYLITE
Plus connue sous le nom de tennis-elbow en médecine sportive, l’épicondylite est une
inflammation au niveau de l’articulation du coude.
Mes coudes me donnent la flexibilité nécessaire dans les changements de direction.
Dans le cas d’une inflammation, je dois prendre conscience du pourquoi ou de ce à quoi
j’oppose tant de résistance. Il se peut que je développe de la frustration à la suite
d’événements répétitifs qui se présentent dans ma vie et j’ai l’impression que je dois
constamment amortir les coups. Je peux avoir l’impression que je mets plus d’efforts que
les autres pour accomplir certaines tâches ou atteindre certains résultats et que je ne reçois
pas le crédit qui m’est dû. Je suis très impulsif dans mes actions. J’ai tendance à oublier les
leçons apprises dans le passé donc je tends à refaire les mêmes erreurs. L’épicondylite peut
être une indication qu’il y a quelque chose que je n’arrive pas à réaliser ou qu’on m’oblige à
faire et je n’en ai pas le goût. Je vis beaucoup de colère par rapport à une situation et j’aurais
le goût de donner un coup de poing à quelqu’un mais je me retiens.
J’accepte ↓♥ de laisser aller mes vieilles idées et mes vieux patterns pour prendre la
meilleure direction pour mon évolution. J’accepte ↓♥ aussi de laisser circuler l’amour dans
les événements qui se présentent à moi.
COUP DE CHALEUR
VOIR : CHALEUR [COUP DE …], INSOLATION
126
COUP DE FROID
VOIR : FROID [COUP DE…]
COUP DE SOLEIL
VOIR : INSOLATION
COUPEROSE
VOIR : PEAU — ACNÉ ROSACÉE
COUPURE
VOIR AUSSI : ACCIDENT
La coupure indique un désordre émotionnel, une profonde douleur mentale qui se
manifeste dans le physique et qui peut cacher une grande culpabilité. Elle me fait prendre
conscience d’une plaie intérieure et de ce que je peux vouloir inconsciemment
m’autodétruire. C’est un avertissement, un signe que je dois réévaluer la direction dans
laquelle je vais. Je veux aller trop vite et faire trop rapidement. C’est le signe d’un conflit
intérieur profond. Je pousse mes limites un peu trop loin ! Je regarde l’endroit où je me
coupe et l’activité que je faisais à ce moment, ça me permet d’identifier l’aspect à intégrer. Par
exemple, une coupure aux mains indique peut-être que je me sens coupable d’exprimer ma
créativité dans les situations quotidiennes, ou que je suis irrité parce que je fais une chose
que je n’aime pas ; je me dépêche et je deviens coupable. Au moment de la coupure, il y a
souvent une émotion que je n’arrive pas à maîtriser. Est-ce que j’ai l’impression que je suis
sans défense et que quelqu’un veut profiter de moi ou me blesser ? La profondeur et la gravité
de la coupure m’indiquent le pourquoi de cette affliction : de petites coupures
manifestent une culpabilité légère qui a souvent trait aux détails du quotidien par rapport
auxquels je mets trop d’attention, ou au contraire je me laisse un peu aller et mon
insouciance me fait omettre des détails qui sont importants. Une coupure plus profonde
et large me montre que cette culpabilité est beaucoup plus importante : je me sens « coupé »
de mon essence profonde ou du reste du monde, divisé par rapport à une décision à prendre,
déchiré par rapport à une personne ou une situation. Je me sens alors vulnérable, incapable
d’agir. Mon niveau de stress et d’anxiété est élevé car j’ai l’impression que je dois
constamment être sur mes gardes. Je peux avoir l’impression d’être emprisonné dans l’image
que je veux donner, dans les idéaux qui m’ont été imposés, soit par moi soit la société. Je sens
ma liberté brimée et j’ai le goût de me révolter. Je me sens « coupé » de mon vrai moi, de
mon potentiel illimité.
J’accepte ↓♥ ce que j’ai à comprendre, j’assume mes choix et je fais les changements qui
s’imposent. Je prends le temps de m’arrêter et d’évaluer ma vie, mes objectifs. J’ai le pouvoir
de réaliser tous mes rêves : je n’ai qu’à accepter ↓♥, ma vraie nature, mes forces intérieures et
tout devient possible. Je reprends contact avec moi-même et avec les gens qui m’aident dans
mon cheminement.
COURBATURE
La courbature est une sensation d’endolorissement, de fatigue des muscles après un
effort inhabituel ou à la phase initiale de certaines infections virales (grippe, hépatite, etc.).
La courbature se manifeste par un blocage d’énergie au niveau des muscles.
Elle est reliée à la douleur ressentie lorsqu’un besoin (affectif ou émotionnel) n’a pas été
satisfait. Alors que l’énergie emmagasinée dans mes muscles s’exprime généralement par un
mouvement ou un geste, je bloque inconsciemment cette énergie au niveau du muscle. Je suis
donc en réaction intérieure (douleur mentale) et je l’exprime physiquement par ces
courbatures. Je me sens abattu, opprimé par rapport à une personne ou une situation. La
courbature se situe à différents niveaux et les douleurs osseuses indiquent une douleur
intérieure très profonde. J’en suis affecté jusqu’au fond de mon être, de mon espace.
J’accepte ↓♥ de changer mon comportement, de bouger dans la bonne direction sans être
en réaction. J’accepte ↓♥ d’être ce que je suis, de vivre l’instant présent, sachant que la vie
comble intérieurement mes besoins les plus fondamentaux.
127
CRACHER DU SANG
VOIR : SANG [MAUX DE …]
CRAMPES
Une crampe est la contraction involontaire, douloureuse et passagère d’un muscle ou
d’un groupe musculaire.
Les crampes indiquent une grande tension, une crispation intérieure parfois excessive.
Je retiens l’énergie divine et l’empêche de circuler en moi car je suis coincé, limité. Je
m’obstine à m’accrocher à une peur, une blessure intérieure ou à un stress qui ne sont plus
bénéfiques pour moi. Certains de mes patterns mentaux ont besoin d’être intégrés davantage.
Actuellement, je vis beaucoup de pression et de tension qui peuvent être accompagnées
d’un sentiment d’impuissance par rapport à quelque chose ou à une situation. Je me
demande bien quoi faire et quelle est la meilleure solution pour moi. Puisque j’ai peur, je me
cramponne, je m’accroche à des idées fixes. Je vis une certaine soumission, devant
« ramper » devant certaines personnes pour éviter leur foudre. J’appréhende la vie au point
où je bloque radicalement (« verrouille ») l’énergie à un endroit précis. Je voudrais me
réfugier chez moi. Mon anxiété m’amène à vouloir éviter ou fuir une situation. Si cette
anxiété est vécue pendant le jour à la maison, je pourrai me retrouver avec des crampes la
nuit qui me réveillent et qui me rappellent que je devrais fuir. Selon l’endroit de la crampe,
j’ai un indice de ce que je dois changer : une crampe au pied, la direction que je prends ;
une crampe à la jambe, ma façon d’avancer dans la vie ; une crampe à la main, mes
actions et mes entreprises.
Je suis conscient des douleurs intérieures qui m’accablent et je réalise que je peux
changer ceci. J’accepte ↓♥ de lâcher prise et de rester ouvert à l’énergie divine. Je prends le
temps de m’arrêter et de réfléchir. Cet instant d’arrêt me permet de repartir plus lentement et
d’une manière différente, d’être mieux dans ma peau.
CRAMPES ABDOMINALES
VOIR AUSSI : VENTRE
L’abdomen est relié au chakra de l’intuition et de la créativité. Ainsi, la crampe
abdominale indique la peur de suivre mon intuition, mon refus de me laisser aller
pleinement à ma créativité, en bloquant l’énergie divine à cet endroit, c’est-à-dire près ou
plus bas que le nombril. Ainsi, j’arrête tout processus me permettant de voir ce qui peut
m’aider à avancer normalement. J’ai peur de découvrir l’avenir sans cesse profitable pour
moi. Je veux tout contrôler car j’ai peur d’expérimenter de nouvelles choses. Je m’attends au
pire, à ce qu’il m’arrive des choses abominables.
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir et de faire confiance à la vie. De cette façon, je peux me laisser
guider davantage par mon intuition et je peux utiliser ma créativité pour aller dans la
direction qui me convient, en harmonie avec ce que je suis.
CRAMPE DE L’ÉCRIVAIN
VOIR AUSSI : DOIGTS [EN GÉNÉRAL], MAINS [EN GÉNÉRAL], POIGNET
C’est la sensation d’avoir des engourdissements ou des fourmillements dans les doigts,
causés par la compression du nerf médian dans le canal carpien, situé dans la zone antérieure
du poignet.
Je suis habité par une grande tension intérieure et lorsque j’écris, j’y mets
énormément d’effort. Qui est-ce que je veux impressionner ? Qui est-ce que je veux
convaincre ? Moi ou les autres ? Je suis prétentieux et mes idées de grandeur font de moi
une personne trop ambitieuse. Il est possible que je porte un masque, cachant ainsi ma
personnalité réelle, ce qui me protège contre le jugement des gens. Cela résulte du fait que j’ai
peu confiance en moi et que je me crois incapable d’accomplir de grandes choses. Je
m’interroge par rapport au mariage et comment je me positionne par rapport à celui-ci. Le
doute que j’entretiens par rapport à ma capacité d’exprimer ma créativité m’amène à
abdiquer, abandonner mes objectifs. Je ne ferai « qu’essayer » mais une partie de moi a déjà
« jeté la serviette 75». Comme la douleur peut se manifester davantage la nuit ou le matin au
128
réveil, alors que je suis encore connecté aux mondes intérieurs, cette douleur me rappelle les
ajustements que je dois faire à l’intérieur de moi pour être plus flexible.
À partir de maintenant, je fais les choses naturellement, en prenant le temps d’être
vraiment moi-même. Je n’ai rien à prouver à personne. J’accepte ↓♥ de m’aimer tel que je
suis, sans artifices et en demeurant totalement libre dans mes attitudes. C’est le premier pas
vers une grande réalisation, la Réalisation de soi.
75 Jeter la serviette : abandonner, abdiquer.
CRAMPES MUSCULAIRES (EN GÉNÉRAL)
La crampe d’origine musculaire indique que je retiens quelque chose que je ne veux
pas laisser aller. C’est une grande tension intérieure qui s’exprime par un blocage
d’énergie au niveau musculaire. Le muscle, lui, représente l’énergie, la vie et la force. Ainsi,
je « bloque » la vie en ne laissant pas aller ces vieilles pensées qui changent et qui se
transforment dans le corps en évolution. J’ai encore de vieux principes préconçus et je les
véhicule dans mes actions de tous les jours. Je suis « sous tension », me posant mille et une
questions. Mon attention se retrouve sur certains soucis qui prennent tellement de mon
énergie que j’en viens à être déconnecté de mon corps physique. Il est important de vérifier
quelle partie du corps est affectée par les crampes.
J’accepte ↓♥ dès maintenant de me laisser aller au niveau du coeur♥, de m’ouvrir
davantage aux nouvelles possibilités susceptibles de me faire avancer. Je ne peux changer le
passé mais je peux changer mon interprétation des événements. Je suis de plus en plus
conscient des beautés présentes. La méditation et une technique de rééquilibre énergétique
aident à laisser aller ces tensions superflues et à harmoniser davantage mes corps
énergétiques.
CRÂNE
VOIR : CERVEAU — COMMOTION CÉRÉBRALE, OS — FRACTURE /OSSEUSE…]
CREVASSE
VOIR : PEAU — GERÇURES
CRISE CARDIAQUE
VOIR : COEUR♥ — INFARCTUS [… DU MYOCARDE]
CRISE DE FOIE
VOIR : INDIGESTION
CROHN (MALADIE DE …)
VOIR : INTESTINS — CROHN [MALADIE DE …]
CROUP
VOIR : GORGE — LARYNGITE
CROÛTE DE LAIT
VOIR : PEAU — ECZÉMA
CUIR CHEVELU
VOIR : CHEVEUX — TEIGNE, PEAU — DÉMANGEAISONS, PELLICULES
CUISSES (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : JAMBES / [EN GÉNÉRAL] [MAUX AUX …]
La cuisse contient le groupement de muscles qui représente le mouvement et la force
d’aller de l’avant. Des cuisses fortes et puissantes indiquent une personne bien enracinée au
sol, ayant de grandes réserves énergétiques utilisables pour son autorité et son évolution
spirituelle. Ces « réservoirs » naturels indiquent aussi l’état d’esprit. Ainsi, en restant
inactif trop longtemps, je risque d’accumuler des réserves inutiles. Soit je peux vouloir faire
quelque chose mais je ne le peux pas, soit on veut me forcer à faire des choses qui ne me
conviennent pas. J’ai peur de prendre ma place, je trouve injustes plusieurs situations de
129
jeunesse vécues principalement par rapport à mes parents, que je n’ai pas acceptées ↓♥ et
par rapport auxquelles je vis beaucoup de ressentiment. Je peux avoir été obligé de me
séparer d’une personne qui m’était chère. Manquer de quelque chose peut être effrayant
pour moi ! Donc, je fais des « réserves ». Je continue à véhiculer dans mes cuisses ces
pensées inconscientes et à transporter tout ce matériel excédentaire. J’ai souvent
l’impression « qu’il est trop tard » pour dire ou faire des choses. « Je suis cuit ! » : on a
découvert un secret ou une information que je voulais garder pour moi. Je vis de la colère, du
ressentiment et de la frustration parce que j’ai l’impression de travailler sans grand succès.
En ayant de grosses cuisses bien « dodues » (et très serrées entre les jambes), je bloque
inconsciemment l’énergie à cet endroit et ma sexualité risque de changer car l’énergie reste
« stagnante » au niveau du bassin. Je peux avoir l’impression qu’on peut moins m’atteindre
ainsi et que je peux cacher mes émotions les plus profondes en dessous de cette graisse ou de
ces muscles. Il peut y avoir un barrage de résistances mentales qui m’empêche de m’exprimer
pleinement ou de trouver ma direction. Il est temps de me libérer et de laisser passer cette
énergie d’amour qui ne demande qu’à s’exprimer.
J’accepte ↓♥ de laisser couler cette énergie vers le bas, vers mes cuisses et mes jambes
qui en ont besoin davantage, ce qui m’aide à m’enraciner à la terre, à être plus « groundé » et
ainsi, m’amène un plus grand équilibre entre mes côtés spirituel et physique. Ceci m’aide à
faire partir la déprime que je vis. Mon corps s’équilibre et je me débarrasse de la rancune
accumulée dans ma jeunesse. Même si, parfois, j’ai l’impression d’être fermé, je regarde mes
biens matériels et je les accepte ↓♥ pour ce qu’ils sont dans ce monde, c’est-à-dire des
serviteurs de l’univers.
CUISSES (MAUX DE …)
VOIR : JAMBES — PARTIE SUPÉRIEURE
CULOTTE DE CHEVAL
VOIR : CELLULITE
CULPABILITÉ
VOIR : ACCIDENT
CUSHING76 (SYNDROME DE …)
VOIR AUSSI : GLANDES SURRÉNALES
Conséquence d’une surproduction d’une hormone (corticoïde) des glandes surrénales, les
principaux symptômes du syndrome de Cushing sont l’obésité localisée à la face, au cou et
au tronc (bosse de bison), de l’hypertension artérielle, des vergetures, une pilosité excessive,
de l’atrophie musculaire avec asthénie (faiblesse), etc.
Il existe alors un désordre mental et physique, un déséquilibre qui amène le sentiment
d’être envahi par les autres, du fait que j’ai perdu graduellement tout contact avec mon
propre pouvoir. Un sentiment d’impuissance est vécu, me « noyant » dans un surplus d’idées
qui m’envahit. Je suis perdu, ne sachant quelle direction prendre. Ainsi, par réaction, je tends
à vouloir écraser consciemment ou non les gens autour de moi. Lorsque ces glandes
fonctionnent de façon anormale, je vois apparaître une série de symptômes connus sous
l’appellation de syndrome de Cushing. Je me rends compte que certaines parties du corps
se transforment : le visage, le cou, le tronc et je constate aussi que les membres inférieurs
maigrissent. Je vis un déséquilibre physique et mental. Mon impuissance m’amène à ne plus
avoir conscience du pouvoir qui m’habite. C’est comme si on pouvait « me rentrer dedans à
n’importe quel moment ». Je suis en état de survie et je porte un passé qui est très lourd.
Il est important pour moi que je reprenne davantage contact avec la réalité en posant des
gestes qui m’aideront. J’utilise ce pouvoir pour améliorer ma qualité de vie. J’apprends à me
faire confiance, j’accepte ↓♥ de prendre ma place et de vivre en fonction de ce que je ressens
et de ce que je suis.
76 Cushing (Harvey William) : neurochirurgien américain qui, en 1832, a décrit certains troubles liés aux glandes surrénales.
130
CUTICULES
VOIR : DOIGTS — CUTICULES
CYPHOSE
VOIR : COLONNE VERTÉBRALE [DÉVIATION DE LA …], DOS [MAUX DE …]
CYSTITE
VOIR : VESSIE — CYSTITE
CYSTOCÈLE
VOIR : PROLAPSUS
131
D
DALTONIEN
VOIR : YEUX — DALTONISME [NON-PERCEPTION DES COULEURS]
DÉCALCIFICATION
VOIR AUSSI : OS — OSTÉOPOROSE
La décalcification est une diminution importante de la teneur en calcium d’un tissu,
d’un organe ou d’un organisme, le plus souvent, déminéralisation du squelette.
Je me sens fragile, j’ai l’impression qu’un mauvais sort s’acharne sur moi. Je me sens
tabassé, grugé dans mon intimité, brisé intérieurement par certaines situations ou personnes.
J’en viens à me déprécier, à me diminuer, ayant l’impression de perdre mon pouvoir petit à
petit. Je deviens dépendant des autres, ne sachant quelle direction prendre. J’ai l’impression
de manquer quelque chose, de manquer « le bateau », de perdre quelque part. L’os étant la
structure du corps, je dois réviser la composition de ma vie dans son ensemble, mon mode de
fonctionnement, mes réactions par rapport aux diverses situations que je vis présentement.
J’accepte ↓♥ de me faire confiance, de reconnaître mes qualités et ma force intérieure. Je
choisis de vivre selon mes valeurs profondes. J’apprends à prendre ma place et je reprends la
maîtrise de ma vie, sachant que personne ne peut m’atteindre. Je suis constamment protégé
et guidé.
DÉCHAUSSEMENT DES DENTS
VOIR : DENTS [MAUX DE …]
DÉMANGEAISONS
VOIR : PEAU — DÉMANGEAISONS
DÉMANGEAISONS À L’ANUS
VOIR : ANUS — DÉMANGEAISON ANALE
DÉMANGEAISONS VAGINALES
VOIR AUSSI : VAGIN [EN GÉNÉRAL]
Les démangeaisons vaginales sont reliées à la sexualité et au principe féminin. Si cela
me démange, c’est qu’en ce qui a trait à mes relations sexuelles, quelque chose me contrarie,
mon partenaire m’impatiente. Comme je le ferais dans le cas de démangeaisons ordinaires,
je me demande ce qui m’irrite, me dérange et m’agace.
Lorsque les démangeaisons apparaissent, j’accepte ↓♥ de trouver la cause et j’apprends
à communiquer, à dialoguer à coeur♥ ouvert afin d’exprimer ce que je ressens.
DÉMENCE
VOIR : ALZEIMER MALADIE D’…, SÉNILITÉ
DÉMINÉRALISATION GÉNÉRALE
VOIR AUSSI : OS — DÉCALCIFICATION
On utilise ce terme pour désigner la perte, par le squelette, des éléments minéraux dont le
corps a besoin, comme le phosphore, le calcium, le sodium, le fer, la silice, le magnésium, etc.
Une déminéralisation peut amener de l’anémie. Elle se manifeste par de la fatigue, une
carence au niveau des os, manque de sommeil. Des taches blanches sur les ongles sont un
signe de déminéralisation.
Mon corps manque de vitalité et d’entrain. Je « perds » des minéraux et je manque de
tonus. Ai-je tendance à penser que la vie m’échappe ou que je rate quelque chose ? Suis-je en
train de m’ancrer dans de vieux schèmes jusqu’au point de m’y enliser ? Mon négativisme et
mon esprit défaitiste et de victime créent une « fuite de mes énergies ».
J’accepte ↓♥ de faire confiance à mon guide intérieur et j’apprends à me restructurer. Je
prends les décisions nécessaires pour faire les changements qui s’imposent afin de
132
réorganiser certains aspects devenus nocifs pour moi et de goûter le « sel de la vie ».
J’accepte ↓♥ de ne mettre mon attention que sur les aspects positifs de ma vie.
DENTS (EN GÉNÉRAL)
Les dents symbolisent les décisions, la solide porte d’entrée qui me permettent de
mordre à « pleines dents » dans la vie ! Réalités intérieure et extérieure passent par mes
dents qui sont l’un des moyens pour m’exprimer entièrement dans cet univers. La dent est
un des organes annexes très durs qui représente l’énergie fondamentale de mon être, mon
intégrité. La capacité intérieure d’accueillir les nouvelles idées, l’amour et la nourriture
intérieures, ainsi que mon équilibre et ma stabilité se manifestent par des dents saines et
dures.
Les dents sont, en partie, le miroir de l’être. Lorsque la nourriture passe à travers ma
bouche, cette dernière transmet aussi des sentiments qui peuvent affecter mes dents à plus
ou moins long terme. La dent est toujours atteinte en premier (même si c’est par exemple
une carie non apparente) et l’organe mou du corps qui y est relié par la suite. Ainsi, des
dents altérées (par exemple : cariées) indiquent une faible affirmation de soi, une réalité
inacceptable pour moi et la peur de prendre ma place dans l’univers avec les
responsabilités que cela implique. Ma difficulté à acquérir mon autonomie et mon
indépendance, à accéder à ce que je désire se traduira par des malaises avec mes dents.
Même si j’ai de la difficulté à prendre certaines décisions bénéfiques pour moi, je dois rester
ouvert aux moyens disponibles me permettant de dépasser les situations les plus délicates.
Pour bien des animaux, les dents représentent le moyen le plus efficace de se protéger et de
se défendre en cas d’attaque extérieure. Si je me sens en danger et que je ne sais trop
comment réagir, mes dents, elles, réagiront.
Les dents représentent aussi ma volonté à aller de l’avant, à bien faire les choses, ma
capacité à donner vie à mes pensées et à mes émotions. Un conflit profond, de la culpabilité
reliée à une situation émotionnelle véhiculée en paroles, ou tout autre dérangement intérieur
peuvent se manifester par une réaction aux dents et même aux gencives. Le malaise au
niveau de la dent ou des gencives apparaît lorsque je décide que le conflit ne sera pas résolu
et que consciemment ou non, je décide que « le temps va arranger les choses ». Je veux
« limiter les dégâts » et ce seront mes dents qui vont se gâter. Les situations non résolues,
les émotions non gérées « pourrissent » mes dents. Je peux donc « serrer les dents » pour
me défendre d’une agression extérieure dans une situation qui me fait fortement réagir. Je
ferme la porte, en résistant à ce qui veut entrer en moi ou, au contraire, à ce qui a besoin de
sortir de moi. Les incisives (les dents d’en avant) se rapportent au fait d’avoir à
« trancher » par rapport à un choix, c’est-à-dire oui ou non, faire ou ne pas faire telle action,
etc.
Les canines sont davantage liées au fait de pouvoir exercer une certaine autorité sur les
décisions que j’ai à prendre. Un peu comme des crocs, elles symbolisent ma capacité ou mon
obligation à me protéger moi-même. Elles peuvent être affectées lorsque je me sens
« déchiré » par rapport à une décision à prendre. Je travaille avec acharnement et j’ai
l’impression de ne pas pouvoir atteindre mes buts. Les prémolaires m’indiquent mon degré
d’accord par rapport à mes décisions. Quant aux molaires, elles représentent mon degré de
contentement par rapport aux décisions qui ont été prises ou qu’il me reste à prendre. Ce sera
l’émail de la dent qui sera atteint lorsque j’ai l’impression que je n’ai pas le droit de
« mordre » dans une situation à cause de la morale ou de l’éducation reçue (je suis trop bien
élevé pour faire une chose pareille…). Je peux aussi avoir l’impression de me faire « user »
par mes proches car je n’ai aucune barrière pour me défendre. La dentine sera affectée
lorsque je pense ne pas pouvoir être capable de « mordre » dans une situation, doutant de
moi-même, de mes capacités. Ma réalité, mon quotidien me pèsent lourd et je veux les fuir.
J’accepte ↓♥ de rester ouvert à l’amour, sans avoir peur de perdre la gratitude des autres.
Lorsque j’ai les dents saines, je me permets davantage de sourire et j’ouvre ainsi une
communication non verbale aux autres. Je m’aime tel que je suis, avec toutes mes qualités. Je
dois prendre soin de mes dents, elles « habillent » ma personnalité. Elles me permettent une
communication claire et précise, étant capable d’exprimer avec les mots justes ma pensée et
133
mes émotions. Les dents n’ont pas de masque ! Je reste moi-même, sans me juger et en
demeurant ouvert aux critiques extérieures. Je transforme mes pensées en amour véritable et
mes dents restent en santé
DENTS (MAUX DE …)
Les problèmes dentaires sont reliés aux décisions, particulièrement lorsque j’ai mal
aux dents. Je reporte la prise de décisions parce que les conséquences de ces choix
m’effraient, m’insécurisent. C’est associé à la responsabilité personnelle, à ma capacité de
prendre des décisions, sans avoir peur de ce qui va arriver plus tard77. Cette indécision peut
venir du fait que je n’ai pas une vue d’ensemble d’une situation et qu’ainsi, je ne peux pas
tirer des conclusions appropriées. Mes dents avancent d’une façon excessive vers l’avant
quand je suis trop pressé dans mes décisions, quand je voudrais que tout aille plus vite. Je
fais constamment des compromis pour que les autres m’aiment. Si mes dents sont orientées
vers l’arrière, j’ai plutôt tendance à mettre les freins, à me replier sur moi-même. Si j’ai une
rage de dents, il se peut fort bien que la rage se soit emparée de moi parce que je m’en
veux de ne pas pouvoir communiquer ce que je veux. J’ai le goût de « montrer les dents », de
maugréer pour prendre ma place et montrer que j’existe, montrer ma puissance. Je veux
qu’on m’écoute, qu’on me respecte. Au contraire, je me « ferme la gueule ». Dans la racine,
elle me montre la rage que j’ai par rapport à une situation où il y a un membre de la famille
que j’ai peur de perdre.
77 C’est pourquoi tant de personnes ont peur d’aller chez le dentiste. Souvent, je blâme ma peur des seringues et des piqûres pour
justifier de ne pas aller chez le dentiste. Mais, inconsciemment, je sais que le fait de travailler sur mes dents m’amène à toucher à
des émotions désagréables ou que je veux fuir. Il est fréquent de se sentir plus émotif et fébrile chez le dentiste.
La douleur réapparaît habituellement dans des situations « douloureuses » où je dois
me détacher par rapport à une situation ou une personne. Si je n’ai pas réglé complètement
une situation, la douleur peut rester même après l’extraction d’une dent. La douleur me
montre que la colère que j’ai est inutile et que je dois cesser de me mettre de la pression par
rapport à l’aspect que représente la dent douloureuse. Je prends conscience qu’en
communiquant mes besoins et mes désirs, les rages de dents n’auront plus raison d’être.
Lorsque je suis un enfant et que mes dents percent avec difficulté, je me sens perdu, ne
sachant sur qui ou quoi m’appuyer. Je vis de l’angoisse et de l’incertitude. Si au contraire je
n’ai aucune sensibilité, c’est ma façon de fuir des situations désagréables, de faire la
sourde oreille aux messages que mon corps m’envoie.
Lorsqu’il s’agit de tartre sur les dents, c’est une forme d’agression intérieure, une
réaction qui n’a pas été réglée et qui refait surface. Cela peut m’amener à durcir mes positions
par rapport aux décisions que j’ai à prendre ou que j’ai prises. Je vis pour les autres au lieu de
vivre selon mes propres aspirations et ma volonté personnelle. Le tartre devient une armure
pour mes dents pour me protéger des attaques extérieures. Lorsque je me casse une dent,
je vis une confrontation par rapport à quelqu’un ou quelque chose de plus grand et plus
puissant que moi et je peux m’entêter à continuer de me battre pour mes idées ou ce en quoi
je crois. Je suis rigide, allant toujours au-delà de mes capacités.
Si les dents de lait persistent, je m’accroche à certains comportements enfantins car
j’ai peur de grandir. Si je perds mes dents d’une façon prématurée, j’ai l’impression que ce
sont les autres qui prennent les décisions à ma place. Je ne peux pas « mordre dans la vie ».
Si j’en suis rendu à perdre mes dents, par exemple lorsque j’avance en âge, c’est comme si
ma vie ne m’appartenait plus puisque ce sont les autres qui prennent les décisions à ma place.
Je ne peux plus « montrer les dents », je renonce bien malgré moi à ma créativité, ma
jeunesse. Si certaines de mes dents ne se sont pas développées, il m’est difficile d’être en
vie : je ne vois pas comment je peux devenir indépendant, surtout de ma mère et pouvoir
m’exprimer librement sans avoir peur des conséquences. Le déchaussement des dents,
lui, est relié à la peur d’être découvert dans un secret qui n’a pas été dit. Cela me ronge au fil
des ans. Aussi, je me perds et je n’ai aucune limite parce que je veux, comme un caméléon,
trop m’ajuster aux autres pour qu’ils m’aiment et m’acceptent ↓♥. Il serait temps que je
délimite mon espace vital et que je me libère de ce secret qui me ronge pour faire circuler
l’énergie et mordre dans la vie.
134
J’accepte ↓♥ de trouver un moyen de structurer davantage ma pensée et mes idées ; ainsi,
il me sera plus facile de prendre de judicieuses initiatives liées à ce que je vis actuellement et
de changer mes comportements. J’accepte ↓♥ d’être conscient de ce qui se passe dans ma vie,
de comprendre l’essence de la détermination qui gère mon univers. Je vérifie le côté affecté
par les problèmes dentaires et j’apporte la solution qui convient. S’il est en haut, je pense
à l’intuition et à l’instinct tandis qu’en bas, c’est davantage une décision du domaine rationnel
et logique, quelque chose de voulu physiquement.
DENT (ABCÈS DE LA RACINE DE LA …)
Puisque cet abcès se retrouve dans les tissus qui enveloppent la racine dentaire, cela
démontre ma colère par rapport à une décision à prendre. Comme l’infection est située dans
la cavité centrale de la dent, cela indique la contrariété que je vis par rapport à une décision
qui me ronge par en dedans (de-dent). C’est comme un petit volcan qui fait éruption et qui
laisse jaillir des émotions négatives longtemps réprimées. Je peux vivre une douleur
intérieure intense par rapport à la nourriture affective dont j’ai besoin et que j’ai l’impression
de manquer. S’il y a une coupure affective, notamment avec ma mère ou avec mes enfants,
et que j’emmagasine peine, désappointement, tout en me sentant coupable de ce qui se passe,
l’abcès va apparaître. Mes racines profondes sont remises en question.
J’accepte ↓♥ de prendre cette décision avec le plus d’amour et d’harmonie possibles en
tenant compte des valeurs les plus élevées qui gouvernent ma vie, dans le respect de moimême
et des autres.
DENTS (CARIE DENTAIRE)
La carie dentaire est la manifestation d’une douleur intérieure extrême.
Elle manifeste à l’extérieur ce qui se passe dans les profondeurs de ma personne.
Quelque chose me ronge jusqu’au plus profond de mon être. Je n’arrive pas à exprimer ce
mal qui me ronge et l’inflammation fait son apparition. La dent commence à ramollir et c’est
souvent douloureux, en raison de la sensibilité nerveuse présente au niveau de la dent.
Lorsque la tension émotionnelle est devenue trop intense, elle se transforme au niveau
physique par une carie sur la dent qui correspond exactement à ce que je vis78. Puisque
chaque dent représente un aspect particulier de ma personnalité et de ma vie, la carie me
montre que je refuse ou rejette cet aspect particulier, que je m’autodétruis. Si je plombe
cette dent, les 1 émotions qui y sont rattachées seront emprisonnées, jusqu’à ce que j’en
devienne conscient. La structure de la dent est la plus rigide du corps humain. La carie
dentaire concerne l’aspect « mental ». Est-ce de la haine, des remords ou de la rancune
vis-à-vis de quelqu’un, particulièrement par rapport à l’autorité ? Il se peut que « je montre
les dents » quand je me sens attaqué. Quelle est la véritable cause de ma douleur ? La raison
première augmentera mes chances de renverser ce processus de destruction. Je peux m’en
vouloir de me taire et ainsi de me faire du mal à moi-même. Je peux aussi avoir vécu une
situation où j’avais le goût de « mordre » quelqu’un en situation d’autodéfense et que je ne
l’ai pas fait car « un enfant bien éduqué ne fait pas ce genre de choses ». J’avais souvent des
caries étant enfant, car j’ai une « dent » contre une personne79. J’ai reçu peu de nourriture
affective (marques d’affection, tendresse, douceurs, etc.). On a ri de moi et j’ai été
profondément blessé, jusqu’au fond de mes dents ! Il se peut aussi que je vive un conflit
familial où j’assume difficilement ce que je reçois de mon entourage, et que je doive filtrer ce
conflit avec mes dents par le processus de mastication. Car mes dents me permettent de
filtrer et de discriminer ce qui entre à l’intérieur de mon corps et, par le fait même, dans mon
Univers en général. Plus nombreuses sont mes caries, plus je me coupe de moi-même et me
rapproche inconsciemment de la mort. Car chaque carie manifeste une partie vitale de moi
qui est morte ou est en train de mourir car un conflit que je vis reste sans solution. La douleur
s’exprimera entre autres par une carie et peut engendrer aussi d’autres maux physiques qui
sont en relation.
J’accepte ↓♥ de cesser de chercher la cause physique (alimentation, sucre, etc.). Je laisse
135
plutôt évoluer mes pensées et je change ma manière de voir les situations de ma vie. Je peux
me demander : quelle est la « nourriture » émotive et rationnelle (mes pensées) qui n’est plus
bénéfique pour moi et que j’aurais avantage à remplacer par une « nourriture » plus saine et
équilibrée ? Je prends la vie avec « un grain de sel » et je permettrai ainsi à mes « dents de
sagesse » de se développer et de se fortifier. Ce sera beaucoup plus profitable pour moi !
78 Voir l’explication pour chaque dent sous : DENT (symbolisme de la …).
79 J’ai une dent contre une personne : j’en veux ou j’ai de la haine envers une personne pour quelque chose.
DENTS — DENTIERS OU FAUSSES DENTS
Le dentier me donne l’illusion d’une forte vitalité. En effet, semblable aux vraies dents,
il donne l’impression d’être vrai, d’être sincère comme de vraies dents ! Rien n’est plus faux !
Puisque je veux une réponse claire, je vais au fond des choses. Suis-je capable de vivre mes
expériences avec courage et sincérité, comme avec mes vraies dents ? Suis-je déterminé à
être ce que je suis vraiment, à m’affirmer, à être entier, à « croquer » dans la vie ? Si le
dentier me blesse (par exemple suite à un soi-disant mauvais ajustement), je suis encore
blessé, même inconsciemment, par un parent accaparent, exigeant ou qui « empoisonne »
ma vie (en haut, le père, mon côté rationnel, Yang et en bas, la mère, mon côté affectif,
intuitif, Yin). Cela m’empêche de devenir plus autonome.
Je cesse de vivre en fonction des autres. J’accepte ↓♥ d’être moi-même et, en m’affirmant,
je trouve la satisfaction et le bonheur.
DENTS (GRINCEMENT DE …) — BRUXISME
VOIR AUSSI : AUTORITARISME, MÂCHOIRES [MAUX DE …]
Les dents représentent les décisions et une certaine forme d’agressivité. Le grincement
de dents, aussi appelé bruxisme, est donc une colère inconsciente qui remonte à la
surface, une rage refoulée qui s’exprime souvent la nuit.
Je suis très nerveux intérieurement, je me retiens de dire ou de faire certaines choses.
Comme je n’arrive pas à prendre des décisions claires et précises, le grincement de dents
est l’expression physique de ma tristesse et de mon agressivité réprimée par
rapport à une situation qui m’est insupportable. Comme une porte mal graissée, le
grincement de dents met en lumière ma peur à m’ouvrir pour prendre des décisions et le
bruit exprime une forme de gémissement intérieur, me sentant sous l’emprise d’un
maléfice, envoûté.
Je parle dans le silence afin de libérer ce que je n’ai pu exprimer par mes paroles pendant
le jour, tous les non-dits, tout ce que j’ai enfoui en dedans. Les enfants sont très souvent
affectés de bruxisme : c’est en bas âge que j’apprends les jeux de pouvoir et les différentes
relations d’autorité qui existent. Si j’ai peur de dire mes opinions, me sentant « trop petit »
par rapport à mes parents, ma gardienne ou mes instituteurs, je grincerai des dents.
Quel que soit mon âge, le bruxisme manifeste ma très grande tension intérieure. Je vis
une très grande dualité entre ma tête et mon coeur♥, ma raison et ma passion, le résultat
étant de la passivité.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de cet état sans le refouler et de l’exprimer comme
je le vis présentement. J’accepte ↓♥ ma sensibilité et les émotions qui font surface et je réalise
que mes incertitudes m’amènent à vivre beaucoup plus de tension intérieure que le fait de
prendre les initiatives qui s’imposent. Lorsque je prends une décision, je me libère et je me
sens plus épanoui.
DENT DE SAGESSE INCLUSE
VOIR AUSSI : DENTS — SYMBOLISME DES …
La sagesse est une grande qualité. J’ai le bonheur de la manifester dans cette vie-ci. Elle
me permet de m’ouvrir à l’univers et me procure des bases solides dans tout ce que
j’entreprends.
Les dents de sagesse symbolisent cette autonomie que j’acquiers avec les années. Ainsi,
une dent de sagesse qui refuse de sortir, de « prendre sa place », signifie que sur le plan
mental, je refuse encore de prendre tout l’espace qui me revient et de me faire confiance. Je
136
garde en dedans ce qui me déplaît chez moi pour ainsi plaire aux autres.
J’accepte ↓♥ de consciemment prendre la place qui me revient pour développer toutes les
qualités divines essentielles à mon évolution. Je peux créer ainsi des bases plus solides à ma
vie. J’accepte ↓♥ de laisser la nature suivre son cours et d’ouvrir ma conscience pour
grandir et voir les changements en moi ! Ils me rapporteront !
DENT (SYMBOLISME DES …)
N.B. Je fais toujours par rapport à la personne. Donc :
Je vois à ma gauche les maxillaires supérieur (dents 11 à 18) et inférieur (dents
41 à 48) droits de la personne qui correspondent au cerveau gauche (côté rationnel,
concret, matériel, analyse).
Je vois à ma droite les maxillaires supérieur (dents 21 à 28) et inférieur (dents 31
à 38) gauches de la personne qui correspondent au cerveau droit (affection, intuition, désir,
sensibilité).
Puisque les dents sont vivantes et qu’elles ont un processus d’évolution qui s’échelonne
sur plusieurs années, il est intéressant de noter que chacune d’entre elles est reliée à un
sentiment ou émotion qui, mal géré, entraîne une faiblesse à cette dent en particulier.
S’il y a perte de dents du côté supérieur droit (dents 11 à 18), j’ai de la difficulté à
trouver ma place. Le côté supérieur gauche (dents 21 à 28) m’indique que j’ai de la
difficulté à réaliser mon désir d’être. Le côté inférieur droit (dents 41 à 48) fait référence
à ma difficulté à construire ma vie concrètement. Le côté inférieur gauche (dents 31 à
38) m’indique que je ne reçois pas la reconnaissance affective dont j’ai besoin de ma famille.
L’incisive centrale supérieure droite (#11) correspond au père, à la partie
masculine chez l’humain, l’autorité, Dieu. L’incisive centrale supérieure gauche (#21)
correspond à la mère, à la partie féminine chez l’humain. Si un espace se retrouve entre ces 2
dents, mes polarités féminine et masculine sont dissociées. Si je suis une femme, je remets
137
constamment en question ma relation avec mon conjoint. Si je suis un homme, je vis une
dualité par rapport à la femme : je suis attiré mais en même temps écoeuré♥ par elle. Un
espace entre ces deux dents dénote ma difficulté à former un couple, autant à l’extérieur
qu’à l’intérieur de moi. Si une de ces dents chevauche l’autre, la dent qui est par dessus
représente le parent que je perçois comme étant le dominant et celle qui est plus à l’intérieur
comme étant le parent que je perçois comme dominé ou effacé.
Les incisives centrales inférieures (# 31 et #41) font référence à la place
qu’occupent concrètement, c’est-à-dire dans la vie quotidienne, la mère ou celle qui la
représente (#31) et le père (#41) ou celui qui le représente.
Juste à côté se trouvent les incisives latérales (# 12, 22, 32, 42). Elles sont en relation
directe avec les incisives centrales. Si j’ai de la difficulté avec un de mes 2 parents ou ce qu’ils
représentent, les incisives latérales changeront de position, ma dynamique ou mes réactions
par rapport au principe masculin et féminin étant remises en cause. Ces dents seront devant
ou chevaucheront les incisives centrales si je veux être plus fort que mes parents, devant eux,
indépendants, non soumis à l’autorité. Je veux dominer mes parents ou ceux-ci s’éclipsent
d’eux-mêmes. Plus elles sont vers l’avant, plus j’ai voulu me distancer de mes parents tôt.
Cette situation existe par rapport à ma mère si l’incisive latérale gauche (#22) chevauche la
#21 et ce sera par rapport au père si c’est l’incisive latérale droite (#12) qui chevauche la #
11. Si les incisives latérales se retrouvent en arrière des incisives centrales, j’adopte
alors une attitude de soumission par rapport à un ou aux deux parents ou je me sens
surprotégé
Les canines (# 13, 23, 33, 43) apparaissent au moment de la puberté (vers 13-14 ans),
quand l’énergie sexuelle se développe. Elles correspondent aux grandes transformations que
je vis intérieurement. Des difficultés par rapport à mon corps, ma sexualité naissante, à ma
capacité à faire des choix affecteront mes canines. La canine supérieure droite (#13) est
reliée à un changement qui se voit ou se manifeste à l’extérieur, aux projets et à la vision du
futur, aux devoirs et obligations qui peuvent m’amener à ne pas m’exprimer. La canine
supérieure gauche (#23) elle est reliée aux changements intérieurs et à la soumission. Si
par exemple, j’ai de la difficulté avec l’apparition de mes menstruations, il a y des chances
que la #23 sera affectée. La canine inférieure gauche (#33) étant en face de la #23, elle
correspond aux changements intérieurs qui se concrétisent à l’extérieur, dans ma famille. Si
je dois tout vivre en silence, la #23 sera affectée. J’ai tendance à vivre en esclave et me sentir
obligé de servir les autres. La canine inférieure droite (#43) représente ma
détermination et la croissance de mon corps. Si par exemple j’ai arrêté de grandir trop tôt,
cela se voit dans la #43.
Les premières prémolaires (#14, 24, 34, 44) représentent qui je suis, ce que je veux.
Si ces dents sont extraites, moi comme enfant, je me sentirai obligé de faire partie de la masse
au lieu d’être un individu distinct. C’est comme si la collectivité est plus importante que
l’individu. Je me soumets à une autorité autre que la mienne. La prémolaire supérieure
droite (#14) montre de quelle façon je m’exprime dans la société, avec mes qualités et ma
richesse intérieures. Si j’ai du mal à exprimer mes désirs et à prendre ma place, cette dent est
déplacée. La première prémolaire supérieure gauche (#24) est reliée à toute ma
sensibilité, mon côté affectif intérieur. Mes désirs mal vécus et mes rêves d’enfant non
réalisés par rapport à ces éléments amèneront des difficultés avec la #24. La première
prémolaire inférieure gauche (#34) m’indique de quelle façon j’exprime ma volonté
concrètement dans ma vie de tous les jours, particulièrement au niveau affectif (et surtout
par rapport à l’amour maternel) tandis que celle de droite (#44) est reliée à l’amitié et la
façon dont je mets à terme mes projets. Si je suis contrarié d’une façon marquée face un
projet qui me tient à coeur♥ la #44 sera atteinte.
Les deuxièmes prémolaires (#15, 25, 35, 45) sont reliées aux désirs que je veux
réaliser et aux trahisons (père, mère, dans le couple, en amitié). C’est toute ma créativité qui
est en cause. Si je ne peux pas l’exprimer, ces dernières seront affectées. La deuxième
prémolaire droite (#15) fait référence à ce que je veux développer à l’extérieur. Le fait de
ne pas pouvoir avoir d’enfants, quelle qu’en soit la raison, est un exemple de quelque chose
138
que je voudrais créer mais qui ne s’est pas réalisé. La deuxième prémolaire gauche
(#25) renferme mes habiletés particulières que je manifeste ou non, qui je suis vraiment. Elle
renferme toutes mes possibilités passées et présentes. La deuxième prémolaire
inférieure gauche (#35) est reliée à ma relation avec ma mère dans le concret et comment
je suis affecté par ses énergies, comment je me sens libre ou étouffé par celle-ci. Plus je me
sens pris, étouffé par ma mère, plus cette dent penche vers l’intérieur. La deuxième
prémolaire inférieure droite (#45) fait référence au travail et à la trahison impliquant
un(e) ami. Une difficulté à organiser des projets concrètement pourra affecter cette dent
aussi.
Les premières molaires (#16, 26, 36, 46) apparaissent à l’âge de 6 ou 7 ans et elles
montrent de quelle façon je prends ma place ou non et mon besoin d’être reconnu par les
autres. La première molaire supérieure droite (#16) se rapporte spécifiquement à la
place que je désire prendre dans la société, extérieurement tandis que la première molaire
gauche (#26) est reliée à la place que je désire prendre et qui me permet d’extérioriser mon
côté sensible et émotif. La première molaire inférieure gauche (#36) exprime si je suis
bien reconnu au niveau affectif ou non, spécialement de mes parents. Je peux avoir
l’impression de ne pas exister ou de ne pas être aimé comme je le voudrais et la #36 réagit.
La première molaire inférieure droite (#46) se rapporte au travail d’une façon très
concrète. La difficulté à concrétiser un projet ou mettre sur pied une entreprise agira sur la
#46. Elle est reliée à la notion de désir, de mort et de renaissance. Si j’ai failli mourir étant
très jeune ou si la mort a été présente d’une façon intense, que la personne soit décédée ou
non, la #46 sera affectée.
Les deuxièmes molaires (#17, 27, 37, 47) apparaissent vers l’âge de 12 ans. Elles font
référence à mes interactions avec les autres et comment je suis perçu. La deuxième
molaire supérieure droite (#17) se rapporte à la vie de tous les jours et au travail. Si mes
rapports avec les autres sont disharmonieux, la #17 réagira. La deuxième molaire
supérieure gauche (#27) montre mes rapports intérieurs avec les autres mais au niveau
de mes émotions. Des attentes qui ne seront pas rencontrées par rapport aux attitudes des
autres envers moi vont affecter la # 27. La deuxième molaire inférieure gauche (#37)
réagira à son tour si, en plus d’une déception par rapport à une attitude précise, la personne
fait un acte dans le physique qui va amplifier cette déception. La deuxième molaire
inférieure droite (#47) se rapporte à mes rapports en eux-mêmes. Les situations de
conflits intenses où des paroles ou des gestes ont été posés rendront la # 47 plus vulnérable.
Les dents de sagesse (#18, 28, 38, 48) apparaissent vers l’âge de 21 ans, âge où
j’intègre mon côté spirituel. Elles représentent le monde dans lequel j’évolue mais aussi le
monde spirituel, ma mission, ma valeur personnelle et la relation d’aide. Ce dernier est
accessible par la voie mystique, c’est-à-dire plus orientée vers la religion et ses mystères ou
par la connaissance ésotérique. Je choisis la voie de la connaissance plus que le mystique si
mes dents de sagesse sont absentes. Si j’ai des dents de sagesse que sur le maxillaire
supérieur, j’ai de la difficulté à intégrer dans mon quotidien ma connaissance des plans
supérieurs, invisibles. Quand elles ne sont que sur le maxillaire inférieur, je mets
beaucoup d’énergie dans mes actions au quotidien pour réintégrer le monde physique. La
dent de sagesse supérieure droite (#18) fait référence à la force que j’ai à développer
pour m’incarner, m’intégrer dans le monde à tous les niveaux. La dent de sagesse
supérieure gauche (#28) correspond à ma peur de ne pas m’intégrer dans le monde. Ma
faible estime de moi est porteuse d’une peur d’être rejeté. La dent de sagesse inférieure
gauche (#38) fait référence à ma capacité à extérioriser mes points de vue et mes émotions
au monde qui m’entoure et la dent de sagesse inférieure droite (#48) est influencée par
ma capacité à m’intégrer dans le monde physique, à être bien ancré.
DÉPENDANCE
VOIR AUSSI : ALCOOLISME, CIGARETTE, DROGUE
Une dépendance est reliée à un profond vide intérieur, à une tentative extérieure de
vouloir combler principalement un manque d’amour de soi ou un manque affectif rattaché à
l’un de mes parents. Par la dépendance (alcool, drogue, nourriture, cigarette, sport, sexe,
139
travail), je veux combler ce vide, ce désespoir et cette tristesse. Ma vie est dénuée de sens, elle
ne satisfait pas mes désirs les plus profonds. Je vis de la révolte par rapport au monde
extérieur et j’ai de la difficulté à préserver mon ego. Je n’arrive pas à m’aimer tel que je suis et
cette incapacité temporaire se manifeste par de la colère et de la rancoeur♥ par rapport à
l’univers. Je vis dans une prison psychologique où je me sens esclave d’une substance ou d’un
comportement. La dépendance est donc une sorte de substitut qui m’aide à vivre
temporairement dans un monde sans problème. Alors que l’alcool m’amène une certaine
extase et de l’engourdissement par rapport à ce que je vis, les drogues « non prescrites »
(cocaïne, haschich, héroïne, L.S.D., PCP, marijuana, etc.) me dirigent vers de nouvelles
sensations avec le désir d’atteindre des sommets inconnus de conscience. J’ai l’impression
de me sentir en sécurité et dans un monde plaisant mais je me retrouve tôt ou tard confronté
à mes insécurités et mes peurs. La cigarette permet « d’embrumer » mes émotions qui
deviennent enrobées dans toute cette fumée. La nourriture, elle, sert à combler un manque
de tendresse et d’amour. La dépendance au sucre notamment est un signe que je vis un
vide au niveau de la chaleur humaine, de la douceur et que je rejette mes désirs. Toute
dépendance entraîne donc des réactions du corps humain plus ou moins connues. Ces
formes d’abus sont fondamentalement négatives et divers types de peurs incontrôlées
(névroses) peuvent surgir si la dépendance est forte (par exemple : drogues). Enfin, une
dépendance peut se manifester à travers une certaine tendance (par exemple : sexuelle) qui
est difficilement maîtrisable. Le premier pas important à faire est de prendre conscience de
ma situation. Cela demande beaucoup d’amour et de courage pour affronter et pour briser
cet esclavage qui dérange ma vie. J’identifie le manque que je vis dans ma vie. C’est celui-ci
que je cherche à fuir en me « perdant » dans quelque chose d’autre (drogue par exemple) ou
quelqu’un. Mon désir de vivre est grand mais j’ai l’impression de ne pas y réussir. Je me sens
comme un « perdant ». Je n’ai pas la place qui me revient dans ma propre vie et dans la
société. Je base mon niveau de bonheur selon la réussite des autres. Cette dépendance
m’amène à vivre d’échec en échec et cela me confirme dans mon sentiment d’incapacité. Je
dois mettre de côté la partie de moi qui se sent coupable et honteuse de cette dépendance.
Me juger, me flageller en sachant que je devrais changer de comportement ne va que faire
grandir la colère qui m’habite et la difficulté de m’en libérer. J’ai peur d’échouer, j’ai peur de
mon passé.
J’accepte ↓♥ d’être ouvert à l’inconnu, à la voie qui me mènera vers mes objectifs de
Réalisation de soi. L’amour inconditionnel est le début de ma guérison. Je demande aux
autres, je cherche, je vérifie, je fais les premiers pas. J’apprivoise les émotions qui m’habitent
car elles font partie de ma vraie personnalité. Je recherche quelle méthode de guérison
naturelle peut m’aider à me centrer, à m’harmoniser et à augmenter mes forces intérieures
afin de me permettre d’intégrer avec amour les différents manques vécus durant ma jeunesse.
J’apprivoise mes responsabilités graduellement et je reprends contact avec l’être divin que je
suis. Je peux ainsi sortir de ma dépendance et devenir indépendant et autonome parce que
je mérite d’être aimé et que j’accepte ↓♥ pleinement ma valeur et mes qualités qui font de moi
un être exceptionnel.
DÉPIGMENTATION
VOIR : PEAU — LEUCODERMIE
DÉPÔTS DE CALCIUM
Le calcium est un minéral correspondant à l’énergie la plus « rigide » du corps humain,
c’est-à-dire l’os.
Le calcium est donc relié à mon énergie mentale, à la structure mentale de mon être. Le
dépôt se forme lorsque l’énergie se fixe et se « cristallise » (semblable aux pierres du foie) à
un endroit donné apportant douleur et inflammation. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que les
dépôts de calcium proviennent généralement des pensées immuables, du manque de
souplesse par rapport à l’autorité que je refuse d’accepter ↓♥. Je considère que de me
plier à cette exigence supplémentaire dans ma vie m’empêche d’être totalement libre. Une
façon de changer ces dépôts de calcium en amour est de pratiquer l’ouverture d’esprit et
de mettre l’accent sur la communication, de bouger, de faire du sport.
140
J’accepte ↓♥ qu’en étant ouvert aux autres, je subisse moins l’autorité et que je vive
beaucoup plus un partage. Ainsi, je demeure autonome, libre et j’acquiers la sagesse !
DÉPRESSION
VOIR AUSSI : NEURASTHÉNIE
La dépression nerveuse, couramment appelée dépression, est un état pathologique
marqué par une profonde tristesse, avec douleur morale, une perte de l’estime de soi, un
ralentissement psychomoteur.
La dépression se traduit par de la dévalorisation et de la culpabilité qui me rongent
de l’intérieur. Il faut que ces deux éléments soient présents pour qu’il y ait dépression.
Aussitôt que j’en règle une, que ce soit la dévalorisation ou la culpabilité, je sors de la
dépression. Si je suis dépressif, je me sens misérable, moins que rien. Je peux même me
sentir coupable de ce que je suis. Je vis dans le passé constamment et j’ai de la difficulté à en
sortir. Le présent n’existe pas et le futur me fait peur. Il m’est impossible de vivre le « ici et
maintenant ». Je préfère vivre constamment dans le passé, toujours regarder en arrière.
L’actualité me laisse indifférent. J’ai envie de ne rien faire. Pour éviter d’être frustré,
surtout au niveau sexuel, je me coupe de tous mes désirs. Je n’ai pas le goût de me prendre en
main. Il est important d’effectuer un changement maintenant dans ma façon de voir les
choses parce que ce n’est plus comme avant. La dépression est souvent une étape décisive
dans ma vie (par exemple : l’adolescence) parce qu’elle m’oblige à me remettre en question80.
Je veux avoir une vie différente à tout prix. Je suis bouleversé entre mes idéaux (mes rêves) et
le réel (ce qui se passe), entre ce que je suis et ce que je veux être. C’est un déséquilibre
intérieur (peut-être chimique ou hormonal) et mon individualité est méconnaissable. Je me
sens limité dans mon espace et je perds doucement le goût de vivre, l’essence de mon
existence. Je me sens inutile, misérable, fainéant, un fardeau pour les autres. J’ai tendance
à me résigner facilement et j’ai le goût d’abdiquer, de démissionner, d’abandonner. Je me
mets beaucoup de pression afin de contenir mes émotions et les enfouir tout au fond de moi.
Quand cette pression devient trop grande, la dépression s’installe : on est ainsi obligé de
m’enlever certaines responsabilités. Cette pression peut aussi venir soit de mes parents,
mon(a) conjoint(e), mon patron, soit tout simplement de la société. L’obligation de réussir,
d’avoir une bonne réputation, de donner l’image d’avoir réussi son mariage et sa vie familiale,
tout cela contribue à augmenter mon stress, à m’en demander de plus en plus, à me mettre la
barre beaucoup trop haute et dès qu’un événement survient qui fait « sauter le bouchon81»,
c’est la dépression. Je me sens coincé, impuissant et inférieur. En d’autres termes, la
dépression a sa source dans une situation que je vis par rapport à mon territoire, c’est-àdire
ce qui appartient à mon espace vital, que ce soient des personnes (mes parents, mes
enfants, mes amis, etc.), des animaux (mon chien, mes poissons, etc.), ou des choses (mon
travail, ma maison, mes meubles, etc.). Le conflit que je vis peut être lié à un élément de mon
territoire que j’ai peur de perdre, à une dispute qui a lieu sur mon territoire et qui me
dérange (par exemple : les disputes classiques entre frères et soeurs) ou quelque chose que
j’ai déjà perdu et par rapport auquel je me reproche certaines paroles ou actes. Voici des
expressions qui montrent comment je peux me sentir : « Tu m’étouffes ! » « Tu me pompes
l’air !! » « Fais de l’air ! » Parfois aussi, j’éprouve de la difficulté à délimiter ou à marquer
mon espace, mon territoire. Qu’est-ce qui m’appartient en exclusivité et qu’est-ce qui
appartient aux autres ? Je suis en permanence insatisfait d’une situation qui implique
souvent un membre de ma famille. Les personnes dépressives sont souvent très
perméables à leur entourage. Je ressens tout ce qui se passe autour de moi et cela décuple ma
sensibilité, d’où un sentiment de limitation et l’impression d’être envahi par mon entourage.
Au lieu d’avoir un certain détachement, je vis tout « de très près », ce qui prend beaucoup de
mon énergie inutilement. Même si je me battais, je sais que je perdrais. J’ai donc tendance à
ne pas terminer ce que j’ai commencé. Je trouve cela très accablant de voir que je présume
que tout ce que je fais n’est pas assez bien. Je peux même avoir tendance à l’autodestruction.
Je suis nostalgique, je deviens recroquevillé sur moi-même, docile comme un chien pour
ne pas déranger. J’ai l’impression de subir et de mourir. Le rire ne fait plus partie de ma vie.
J’ai laissé les autres m’envahir. Je peux aussi avoir « besoin d’attention » pour m’aider à me
valoriser, la dépression devient à ce moment un moyen inconscient pour « manipuler »
141
mon entourage. Je peux dépenser beaucoup d’énergie sur un projet ou quelque chose qui me
tient à coeur♥ mais ce n’est peut-être pas la meilleure chose pour moi. La vie va donc
s’occuper de faire arriver autre chose, qui est même peut-être mieux pour moi mais je suis
tellement focalisé sur « la » chose que je désire que je ne verrai pas tout le bien qui m’arrive.
Je dois m’habituer à avoir une vue d’ensemble des événements et voir comment cela peut être
mieux que ce que je désirais. La dépression postnatale, elle, survient quelques semaines
après l’accouchement, voire même quelques mois. Je me sens découragé, j’ai peur de ne pas y
arriver et je ne sais comment m’en sortir. Le bébé a peut-être comblé un vide
temporairement. Je suis maintenant par rapport à moi-même, à cette solitude et ce vide qui
m’habitent. Ne croyant pas en mes possibilités et mes forces, je ne vois pas « comment je vais
y arriver ». Tout cela peut être amplifié par mes propres souvenirs de mon enfance ou de ma
naissance qui ont été douloureux. Peu importe la raison de la dépression, je vérifie dès
maintenant la ou les causes sous-jacentes à mon état dépressif. Ai-je vécu de la pression
étant jeune ? Quels sont les événements marquants vécus dans mon enfance qui font paraître
ma vie si insignifiante ? Quel est ce drame de ma vie qui me ronge encore de l’intérieur ? Estce
la perte d’un être aimé, ma raison de vivre ou la direction de ma vie que je n’arrive plus à
voir ? Fuir la réalité et mes responsabilités ne sert à rien (par exemple : suicide) même si cela
semble être le chemin le plus facile. II est important de constater les responsabilités de ma
vie car il me faudra plus que des antidépresseurs pour faire disparaître la dépression : je
dois aller à la source, guérir le mal de l’âme.
Quant à la déprime, elle est un trouble dépressif, un état passager : période
d’abattement, de dégoût, de lassitude, d’accablement, de découragement. Cette déprime est
habituellement de courte durée (une journée à quelques jours). La déprime est aussi
appelée dépression saisonnière ou déprime hivernale. Elle désigne un état dépressif
survenant en automne et en hiver. À ce moment, la luminosité diminue due à des journées
plus courtes. J’ai un besoin démesuré de manger et de dormir, en plus d’avoir les symptômes
d’une dépression. L’obscurité qui se fait plus présente me rappelle les côtés sombres de ma
personnalité ainsi que les situations conflictuelles par rapport auxquelles « je ne vois pas la
lumière au bout du tunnel », où les solutions me semblent inexistantes. Je regarde tout ce
qui m’arrive de façon négative. Je me sens victime et impuissant. Je me replie sur moi-même
et je cesse toute communication, même avec moi-même, afin d’éviter toute remise en
question et responsabilisation.
J’accepte ↓♥ de prendre du recul par rapport à ma vie. Je regarde de façon détachée ce qui
m’arrive et j’accepte ↓♥ de voir quelles sont les leçons que j’ai à apprendre. Je mets mon
attention sur mes priorités et je me rends compte que la vie me donne beaucoup de cadeaux.
Je prends le temps de me donner du bon temps, de me reposer, de me ressaisir, afin de
retrouver mes énergies et mes idées. Je reprends ainsi la maîtrise de ma vie et j’ai l’énergie
nécessaire pour mettre à terme tous mes projets. J’accepte ↓♥ d’être unique. J’ai tout ce qu’il
faut pour changer ma destinée et je peux choisir consciemment de laisser se transformer la
chenille en papillon. J’ai le choix de « lâcher » ou de « lutter ». Je cesse de résister et de
vouloir que les choses se passent à ma façon. Je me discipline, commençant une chose à la
fois, et en prenant soin de la terminer. En me responsabilisant, j’acquiers plus de liberté et
mes efforts sont récompensés. Je recommence à faire des projets, à rêver, à créer ma vie
comme je le veux, dans le respect de qui je suis ! Je n’ai plus besoin de l’approbation des
autres. Je les laisse vivre et je me donne le droit et l’espace nécessaire pour m’épanouir. Je
laisse aller les fardeaux que je traîne que pour me donner bonne conscience. Je suis moi,
tout simplement : en cessant de me mettre de la pression inutilement, la dépression
disparaîtra.
80 II est à noter que les enfants peuvent aussi souffrir de dépression. Elle est plus difficile à identifier ou les parents n’y portent pas
attention mais c’est commun Si je suis un enfant qui me culpabilise facilement, qui pense que je suis la cause des problèmes de ma
famille ou de la relation de couple de mes parents, la dépression me guette…
81 Faire sauter le bouchon : expression québécoise qui signifie que c’en est trop, « c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le
vase »
DÉPRIME
VOIR : DÉPRESSION
142
DERMATITE
VOIR : PEAU — DERMATITE
DERMITE SÉBORRHÉIQUE
VOIR : PEAU — ECZÉMA
DÉSHYDRATATION DU CORPS
La déshydratation cellulaire est un déficit d’eau et de sodium. Elle est souvent associée
à une déminéralisation.
Il y a une perte quelque part, une sécheresse. Comment en suis-je arrivé à manquer d’eau
et de sel dans mon corps ? L’eau nettoie, purifie, fait circuler : sans eau, je meurs. Quelle
partie de moi a envie de mourir, quelles sont les émotions dont je veux me débarrasser ?
Quelle est l’obsession qui me prend toutes mes énergies ? Je prends mes distances par
rapport à ma créativité et mon potentiel intérieur. Je ne vois plus d’issue et c’est comme si je
me retirais de la vie car la douleur est trop intense. Je me laisse vider de mes énergies,
« m’assécher » par les autres car je mets trop mon attention sur eux.
J’accepte ↓♥ de m’aimer davantage, de nourrir mes cellules par une nourriture saine et de
l’eau. Je laisse vivre et s’exprimer toutes mes émotions par le biais de ma créativité. Je prends
soin de moi car personne ne peut le faire à ma place.
DÉSIR (ABSENCE DE …)
VOIR : SEXUELLES [FRUSTRATIONS …]
DIABÈTE
VOIR : SANG — DIABÈTE
DIAPHRAGME
Le diaphragme est la grande paroi musculaire qui sépare la partie supérieure (poumons
et coeur♥) de la partie inférieure (foie, estomac, intestins, etc.) de mon être. Elle représente
la respiration, la capacité de m’abandonner complètement en respirant profondément.
Lorsque le diaphragme est comprimé, j’ai la sensation de me refermer sur moi-même.
J’ai besoin d’être « relax » pour pouvoir bien respirer la vie. Le diaphragme est efficace
lorsque je m’abandonne à la vie et non pas si je veux tout diriger, contrôler. Si certaines
tensions apparaissent, c’est parce que je retiens, je refoule ou je bloque des énergies
libératrices qui sont bénéfiques pour moi. Je peux vivre certaines situations qui m’empêchent
d’exprimer librement mes sentiments et mes pensées les plus profonds. Peut-être que mon
mode de vie m’empêche d’être réellement ce que je suis, ce qui m’amène à respirer d’une
manière superficielle et limitée. Je me sens coincé, enfermé. Une partie, un fragment de ma
personnalité est gardé « sous verrou ». Le diaphragme est relié à la période des premiers
mouvements du foetus, où je découvre que quelque chose d’autre existe à part moi. Donc,
devenu adulte, cette région se bloque quand les échanges entre mon monde intérieur et mon
monde extérieur sont conflictuels, par exemple si je fais beaucoup de choses qui sont vides et
superficielles, sans profondeur.
J’accepte ↓♥ que la vie m’apporte beaucoup de bien. À partir de maintenant, je n’ai pas à
me retenir inutilement, je fais confiance, je me donne l’espace dont j’ai besoin et je peux me
laisser aller davantage à la vie. Le diaphragme est un muscle d’une grande importance qui,
lorsque je respire pleinement, me permet d’entrer en contact avec mon moi intérieur et de
rejoindre l’énergie de l’univers. Dès à présent, je vois ma vie d’une manière toute différente.
J’exprime librement, ici et maintenant, mes pensées, mes sentiments, mes émotions
profondes. Ma vie est pleine de frénésie et d’excitation !
DIARRHÉE
VOIR : INTESTINS — DIARRHÉE]
DIGESTION (MAUX DE …)
VOIR : INDIGESTION
143
DIPHTÉRIE
VOIR AUSSI : GORGE, LARYNX
La diphtérie est une maladie infectieuse donnant d’abord une angine à fausses
membranes, puis éventuellement des lésions dues à sa toxine au niveau de l’appareil nerveux
(paralysies), des reins ou du coeur♥. La diphtérie se caractérise par la formation de
membranes au larynx et au pharynx (gorge), provoquant de l’enflure. J’ai de la difficulté à
avaler.
Puisque la gorge me permet de parler, de communiquer et d’échanger, cela m’indique que
je me retiens lors d’échanges avec les autres. Je n’arrive pas à exprimer ce que je ressens, je
ravale mes émotions et mes besoins. Je crains de me noyer dans ces émotions retenues. Je
m’étouffe avec tout ce que je n’exprime pas. Je me sens ridicule de vivre autant d’angoisse.
J’ai ou j’ai eu peur de n’être point capable de crier « à l’aide » si je suis en danger et je peux
voir cette peur dans mes rêves. J’ai peur du rejet et je présume de la réaction des autres.
Je suis dur avec moi-même car je m’attends à recevoir la même chose des autres. Je laisse les
autres contrôler ma vie dans le silence et l’impuissance. J’ai de la difficulté à accepter ↓♥ mon
corps. Je fuis qui je suis et j’ai peur de mourir. Cependant, je dois prendre conscience que je
suis déjà mort dans plusieurs facettes de ma vie car je ne laisse pas le flot naturel de la vie
couler en moi et s’exprimer à travers moi.
J’accepte ↓♥ qu’il soit essentiel que je fasse connaître mes besoins et mes sentiments
plutôt que de les étouffer. Je dois changer. J’ai à m’accepter ↓♥ tel que je suis et apprendre à
m’aimer. Chanter est un excellent moyen de faire travailler ma gorge et de célébrer la vie. Si
je m’aime et si je me respecte, les autres m’aimeront et me respecteront en retour.
DISCARTHROSE
VOIR : DISQUE INTERVERTÉBRAL
DISLOCATION
VOIR : OS — DISLOCATION
DISQUE DÉPLACÉ
VOIR : HERNIE DISCALE
DISQUE INTERVERTÉBRAL
VOIR AUSSI : DOS /MAUX DE…]/ BAS DU DOS LOMBAGO, HERNIE DISCALE
Un disque intervertébral est du cartilage élastique qui réunit les vertèbres et qui joue
un rôle d’amortisseur. À la suite d’un traumatisme, le déplacement de la saillie du disque
intervertébral provoque une vive douleur à l’endroit de l’expulsion. Généralement, elle
provoque la compression des racines de la sciatique et une névralgie tenace de ce nerf.
Je vis une situation qui me déstabilise, qui me « jette à terre ». Je me sens pris entredeux,
ayant à jouer le rôle de médiateur, de « tampon ». Je dois amortir les coups et cela
m’en fait beaucoup à supporter. Surtout qu’au travail, il se peut que je ne me sente pas
compétent pour accomplir les tâches qu’on me demande. Le fait de me critiquer et d’être
aussi sévère envers moi-même peut entraîner une dégénérescence des disques
(discarthrose). Je suis coincé comme mes disques mais je ne fais rien pour changer la
situation. S’il y a inflammation (discite), je réagis en excès par rapport à une situation,
comme un feu qui explose, telle une bombe qui détone, lorsque je suis contrarié. Je suis
direct, parfois cinglant dans mes remarques ou critiques, ce qui fait transparaître la colère
que je vis.
J’accepte ↓♥ d’être responsable de moi-même et de mes réactions. Je me remets en
question, j’apprends à amortir mes réactions par rapport à la vie, aux autres, aux situations,
en admettant mes torts. Je règle mes différends avec moi-même et je prends la place qui me
revient, tout en respectant l’opinion des autres. Je reconnais ainsi ma valeur et je suis plus
objectif quant à l’aide que j’ai à apporter aux autres.
DIVERTICULITE
VOIR : INTESTINS — DIVERTICULITE
144
DOIGTS (EN GÉNÉRAL)
Les doigts sont le prolongement de mes mains et l’outil servant à la manifestation de
mes actions dans ma vie de tous les jours. Ils représentent l’action dans le moment présent,
les détails du quotidien, la dextérité et la connaissance. Par le toucher, je peux aimer,
caresser, gronder, construire et créer. Mes doigts sont la manifestation concrète de mes
pensées, de mes sentiments. Une blessure au doigt m’indique que j’essaie peut-être d’en
faire trop, que je m’accroche à des détails, que je vais trop loin ou trop vite. Je porte mon
attention sur trop de choses en même temps et mes énergies sont dispersées. Je suis
impatient ou dérangé par rapport à certains gestes ou mouvements que je dois (doigt)
exécuter. Mon sens du devoir est mis à rude épreuve. Je me préoccupe trop des choses à faire.
J’oublie comment chaque petit détail de ma vie, chaque moment est précieux. Ma culpabilité
m’amène à avoir peur de me faire « taper sur les doigts » ou à me « mordre les doigts82»
d’avoir dit quelque chose. Je suis impatient par rapport à certains petits détails ce qui met en
lumière mon côté perfectionniste. Peu importe la nature de la blessure (coupure,
écorchure, verrue, etc.), je m’en fais avec mes actions présentes. Habituellement, le niveau de
la blessure et le genre de tissu impliqué (la peau ou les os) sont importants. Par exemple, une
coupure jusqu’à l’os indique une blessure plus profonde qu’une simple éraflure. Je vérifie
le(s) doigt(s) impliqué(s) et la réponse à mes questions sera plus claire. Si je m’écrase un
doigt, je dois me demander dans quel aspect de ma vie ou par qui est-ce que je me sens
écrasé ? Je vis de l’insécurité car j’ai peur de perdre ce que j’ai. Si j’ai un ou des doigts
crochus, il est très important de porter attention sur la façon dont les doigts s’arquent et
les directions que ceux-ci veulent nous dire de prendre. Si les doigts s’entremêlent, est-ce
que je me sens mêlé dans toutes les activités que j’ai à faire ou dans tous ces petits détails de
tous les jours ? S’ils sont très espacés les uns des autres, y a-t-il une dysharmonie ou un
conflit qui fait que j’ai de la difficulté à bien marier ma vie affective, mon travail, ma vie
familiale et sexuelle (selon les doigts affectés, aller voir la définition qui s’applique) ? Des
doigts qui se recroquevillent peuvent indiquer que je me replie sur moi-même ou que mes
mains se referment pour former un poing en signe de colère et de désir de vouloir frapper
quelqu’un ou quelque chose. Une raideur aux doigts m’indique mon inflexibilité par
rapport aux détails du quotidien. S’il est bloqué, je me sens paralysé dans ce que j’ai à dire
ou faire. Je me mords les doigts pour me punir de ne pas être capable d’accomplir un
travail, ce qui vient à l’encontre de mon éthique.
À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ de prendre le temps de faire une chose à la fois car
j ’accepte ↓♥ ma dimension humaine et je coupe mon impatience qui me pousse à avancer
trop rapidement.
82 Se mordre les doigts : regretter
DOIGTS — POUCE
Le pouce est relié à la pression, celle que je me place sur les épaules autant que celle
que j’exige des autres ! C’est un doigt puissant qui symbolise la force, ma capacité de
prendre, mon besoin de pouvoir et qui sert à pousser, à juger, à presser ainsi qu’à apprécier
les actions des autres (pouce en haut ou en bas) autant que mes propres interventions. Il est
lié à la bouche et au goût. Lorsque je montre le pouce vers le haut en tenant la main fermée,
je donne mon approbation ; le pouce vers le bas, mon désaccord ou mon rejet. Le pouce est
relié à mon intellect, à mes échanges interpersonnels et à ma sensibilité. Un pouce « en
santé » manifeste un équilibre entre mes pensées et mes sentiments. Si je suis angoissé,
toujours soucieux, mon pouce en sera affecté. Si je me sens « poussé » par les autres ou la
vie, j’aurai tendance à me blesser facilement aux pouces. Je peux me sentir poussé dans les
choses à faire, mais aussi obligé d’adhérer à certaines façons de faire, à certaines doctrines ou
religions, sans opposition possible, ce qui peut affecter ma façon d’interagir avec les autres,
devenant parfois agressif et en réaction par rapport aux autres car je n’agis pas selon mes
valeurs profondes. Ce que je veux vraiment faire reste au niveau de mes pensées au lieu de les
réaliser dans le physique. Le pouce détermine donc le genre de contacts que j’ai avec les
autres et moi-même. Des difficultés à ce niveau peuvent être en relation avec ma difficulté à
laisser aller les soucis du passé, mes vieilles pensées. Puisqu’un enfant suce son pouce dans
145
les situations où il se sent vulnérable, le pouce représente donc la sécurité et la protection.
Toutes les blessures au pouce sont reliées à un trop-plein d’effort mental, une accumulation
excessive d’idées et de soucis souvent par rapport à un enfant, et une tendance à être
défaitiste. Est-ce que mes échanges avec les autres sont sains ? Est-ce que je pousse trop les
autres ou est-ce que je me sens poussé par une vie trépidante ? Est-ce que j’ai peur de
perdre le contrôle ? Est-ce que je me pousse toujours à fond ? Quand j’en ai « soupé » ou
marre d’une situation, mon pouce va me faire mal. Si je me fracture le pouce, ma vie doit
changer de façon radicale. Je peux me sentir acculé au pied du mur. Cela m’amène une très
grande angoisse intérieure car je dois changer des habitudes qui datent de loin et qui ont des
conséquences négatives sur moi. Le pouce symbolise aussi la vie et la survivance, l’envie de
vivre sa vie et non de mourir (si je garde mon pouce à l’intérieur d’une main fermée, je suis
une personne introvertie qui a peut-être envie de mourir ou qui sent le besoin de se replier
sur soi pour se protéger du monde extérieur). Je regarde si j’ai peur de mourir, de ne plus
avoir la maîtrise sur moi-même. Le pouce me rappelle ma force intérieure, ma valeur, mes
forces originelles qui m’habitent. Il manifeste ma facilité à transformer ces richesses
intérieures, tous mes désirs et besoins en action dans le physique.
À partir de maintenant, je fais tout pour être en paix avec moi-même. J’observe les signes
reliés à mon pouce et je reste vigilant lorsque quelque chose m’arrive. Je laisse monter la
tristesse qui m’habite. J’accepte ↓♥ la vie et les situations sans faire trop de drame car je sais
que l’univers prend soin de moi ! Je cesse d’être négatif et j’accepte ↓♥ de m’appuyer sur mes
propres bases et valeurs : cela m’amène à me détacher de mes emprises familiales auxquelles
je restais accroché. Je me libère du trop-plein de pensées qui m’habitent et j’accepte ↓♥ d’être
maître de ma vie.
DOIGTS — INDEX
L’index est le doigt du jugement et de la connaissance et correspond à l’odorat. Il
représente l’ego sous tous ces aspects : autorité, orgueil, suffisance… Dans mes
comportements non verbaux, lorsque j’active mon index en le pointant souvent, lorsque je
montre « le doigt » ou « du doigt », cela indique un rejet d’autorité, qu’elle soit
parentale ou autre. J’essaie d’exprimer l’autorité de façon « réactive », c’est-à-dire en
réaction avec les différentes formes d’autorité présentes. Ma peur de l’autorité peut même me
causer des troubles de digestion. J’ai peur d’être pris au piège, de ne pas être reconnu à ma
juste valeur. J’ai peur de l’autorité et je n’accepte ↓♥ pas qu’elle soit présente dans ma vie. Je
veux faire valoir mon point de vue à tout prix ! Lorsque j’utilise mon index pour imposer
mes idées d’une manière assez autoritaire, c’est ma façon d’affirmer mon « pouvoir
personnel » et cacher mon sentiment d’impuissance. Je prends conscience que souvent, ce
sont mes peurs qui me font agir de la sorte. J’ai une grande sensibilité émotionnelle et j’ai
besoin de me sentir en sécurité dans la vie. J’ai peur du jugement des autres, qu’ils
reconsidèrent leur relation avec moi, soit d’amitié, d’affaire soit amoureuse. Je réalise que
d’accuser l’autre ou vouloir avoir raison pour un tout ou un rien ne mène nulle part. Je
conserve mes énergies pour les choses importantes. Est-ce l’autorité qui me dérange
vraiment ? Il s’agit peut-être d’un sentiment d’impuissance ou d’insécurité remontant à mon
enfance par rapport à l’autorité parentale. Si je me dévalorise, je peux avoir l’impression que
les autres m’ignorent ou qu’ils veulent me dominer. J’aimerais donc occuper la première
place mais ce n’est pas le cas. Je suis désappointé par moi mais par les autres aussi. Une
fracture à l’index m’indique que je me cramponne trop à certaines personnes ou
situations : si je ne suis plus capable de me contrôler, que risque-t-il d’arriver ? Je suis
anxieux, paniqué même car au lieu d’utiliser mon vrai pouvoir intérieur, je préfère utiliser
d’autres astuces pour m’amener à avoir ce que je veux.
À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ les formes d’autorité qui me dérangent en sachant
qu’elles sont là pour me faire évoluer positivement. Au lieu de vivre de la frustration par
rapport à cette autorité, je cherche mon vrai pouvoir intérieur. Au lieu de vivre dans ma tête,
J’accepte ↓♥ de vivre dans mon coeur♥, acceptant ↓♥ les différentes émotions qui
m’habitent. J’ouvre mon esprit et, au lieu de pointer du doigt les autres, j’ose me regarder
dans le miroir et me prendre en mains.
146
DOIGTS — MAJEUR
Le majeur, le doigt le plus long de la main, représente la créativité, la sexualité, la
force et la colère. Il symbolise le toucher, le travail, la productivité et la fertilité. Une
blessure ou une douleur à ce doigt signifie que ma vie sexuelle ne va pas comme je le
souhaite ou que je m’incline trop facilement devant le destin. Je vis du chagrin ou une
tension liée à de l’insatisfaction, et la colère s’installe doucement. Cette réaction m’empêche
de réaliser mes désirs secrets. Mon côté créatif est restreint par un manque de confiance. Je
me tracasse trop et je rêve beaucoup au lieu de construire ma vie d’une façon réelle et
permanente. Mes frustrations m’empêchent d’avancer. Mon sentiment d’infériorité m’amène
des difficultés au niveau de ma sexualité, celle-ci étant une façon d’exprimer ma créativité.
Mes pulsions profondes ne sont pas exprimées. J’ai tendance à vivre dans une attitude
extrême : soit de fuir mes responsabilités et de rester sur place soit devenir très orienté vers
l’application stricte des lois, l’obtention à n’importe quel prix de ce que je veux. J’ai encore
une attitude infantile, c’est comme si je ne suis pas encore devenu adulte, mature,
« majeur » ! Dès à présent, j’identifie quel est l’aspect de ma sexualité ou de ma créativité
qui est en cause. Quelle partie de moi demande à grandir, évoluer tout en acceptant ↓♥ les
responsabilités qui y sont rattachées ? Une fracture du majeur indique une résistance et
une rigidité notamment par rapport au toucher, qui fait naître une grande agressivité à
l’intérieur de moi. Ce peut être par rapport à ma carrière, par rapport à mes performances
(autant sexuelles que personnelles ou intellectuelles).
J’accepte ↓♥ d’exprimer mes besoins plutôt que de laisser la colère monter. Je réalise que
seules mes peurs (l’orgueil) m’empêchent de m’exprimer. Mes expériences sexuelles
deviennent enrichissantes au lieu de n’être qu’une façon de combler un vide. J’apprends à
créer ma vie chaque jour. Au lieu de m’attarder à l’image et au superficiel, je base ma vie sur
mes valeurs et priorités intérieures.
DOIGTS — ANNULAIRE
Annulaire, du mot « anneau », est le symbole de l’alliance ou de l’union et
représente mes liens affectifs. Il représente la vision (vue) et aussi la façon dont je suis en
relation avec moi-même. Mon annulaire est atteint si je me cache derrière les autres au lieu
de prendre ma place, si ma vie est remplie de désordre ou de contradictions. Il représente
donc ma liberté que je m’accorde et de quelle façon je m’allie aux autres. Toute blessure à
ce doigt provient d’un chagrin ou d’une difficulté dans mes relations affectives : cela peut
être par rapport à mon mari, ma femme, mes enfants et, dans certains cas, même par rapport
à mes parents. Ce peut même être un associé ou quelqu’un avec qui j’ai signé un contrat et
avec qui j’entretiens une relation privilégiée. Cette blessure est la manifestation extérieure
d’une blessure intérieure dont je n’ai probablement parlé à personne. Il m’est difficile de faire
l’union avec moi-même, de vivre avec ce chagrin intérieur qui m’accable. J’ai peut-être
tendance à exagérer la situation. Qu’est-ce qui me dérange ? Est-ce que je vis une certaine
forme d’injustice par rapport à une personne ou une situation ? N’ayant pas la maîtrise de
moi-même, je cherche à avoir du pouvoir sur les autres quand je devrais plutôt accepter ↓♥ de
laisser-aller et ainsi me libérer. Je vis encore en fonction de ce que les autres vont dire et
penser à mon sujet et cela m’affecte. Je peux me sentir en danger et je peux avoir tendance à
m’accrocher aux autres. Je vis de la froideur au niveau de mes relations avec mon entourage
et je me traite moi-même d’une façon très froide et inhumaine. Une fracture à l’annulaire
signifie que je m’oublie trop aux dépens des besoins des autres. Une situation est devenue
intolérable parce que je ne me donne pas l’espace nécessaire afin de m’épanouir et d’être
moi-même.
J’accepte ↓♥ de me détacher pour mieux voir la situation. Qu’est-ce qui m’empêche de
m’exprimer ? Est-ce que je présume de la réaction de l’autre ? J’apprends à vérifier et je
réalise qu’entre présumer et savoir, il y a une très grande différence. Vérifier me permet
d’avoir des relations beaucoup plus harmonieuses et m’apprend aussi à dialoguer. J’accepte
↓♥ de me mettre à nu, de m’épanouir d’être heureux tout en étant en harmonie avec mon
entourage.
147
DOIGTS — AURICULAIRE (PETIT DOIGT)
L’auriculaire est directement relié au coeur♥. Il représente la famille ainsi que tous les
aspects familiaux de ma vie, particulièrement l’amour, l’harmonie familiale mais aussi les
secrets et les mensonges. Il est relié à l’audition (oreilles) et à l’intuition et ce n’est pas sans
raison que l’on dit : « Mon petit doigt m’a dit… ». Il symbolise la sagesse, l’intégrité, la
vérité, l’ouverture vers soi-même et les autres, la communication. Il peut aussi représenter
mon côté rusé et prétentieux, utilisé pour satisfaire mes besoins personnels. Lorsque je
m’inflige une blessure à ce doigt, cela indique que je vis par rapport à ma famille des
émotions que j’aurais avantage à extérioriser, un manque d’harmonie à l’intérieur de mon
couple ou un simple manque d’amour de soi. Je fais « la sourde oreille » et n’écoute pas
toujours les messages que me transmettent mon intuition, mon « petit doigt ». J’ai besoin
d’un changement au niveau de mes relations avec les autres afin que celles-ci soient en
harmonie avec mes nouvelles idéologies, croyances et aspirations. Un dommage quelconque
au petit doigt (écorchure, brûlure, etc.) dénote assurément une trop grande émotivité. J’ai
sûrement la fâcheuse habitude de m’en faire avec des riens et mon émotivité prend le dessus.
Je deviens prétentieux et cela me déséquilibre et m’empêche de comprendre les gens et les
événements de ma vie. Au lieu d’agir avec ma sagesse intérieure, j’ai tendance à vivre en
fonction des autres. Cela amène indécision et insécurité. Je mets de côté mon intuition et
donne plein pouvoir à mes pensées et ruminations interminables. Si je fracture mon petit
doigt, j’ai un besoin pressant de me libérer dans un aspect de ma vie qui peut avoir un lien
avec l’autorité. Ce peut être aussi un secret que je porte depuis très longtemps qui me ronge
par dedans.
J’accepte ↓♥ de regarder les événements et les situations avec la simplicité d’un enfant.
En les dédramatisant et en faisant montre d’ouverture d’esprit, j’apprends à m’affirmer et à
communiquer. Je vais de l’avant beaucoup plus allègrement. J’ai besoin de beaucoup plus de
calme intérieur. Au lieu de jouer un rôle et de vivre dans un monde où les apparences
priment « l’être », j’ai avantage à revenir aux choses simples et à être moi-même.
DOIGTS ARTHRITIQUES
VOIR AUSSI : ARTHRITE [EN GÉNÉRAL]
L’arthrite est une inflammation des articulations qui fait souffrir et qui symbolise la
critique, l’autopunition, la réprobation, un manque profond d’amour et même un
sentiment d’impuissance. Ainsi, les doigts (c’est-à-dire les détails du quotidien)
arthritiques indiquent donc le sentiment d’être mal aimé et d’être victime des événements
dans ma vie de tous les jours. Je remets le pouvoir aux autres.
J’accepte ↓♥ de m’aimer et de me pardonner car, si je ne m’aime pas, comment les autres
peuvent-ils m’aimer ?
DOIGTS — CUTICULES
La cuticule est une couche très mince de peau, une sorte de pellicule qui se forme à la
base de l’ongle.
Plus la cuticule est épaisse et pousse rapidement, plus j’ai tendance à être dur envers
moi. Je me critique constamment pour des futilités parce que je suis perfectionniste.
J’accepte ↓♥ de voir que je suis un être humain en évolution et que je fais toujours mon
possible. Je cesse de me juger aussi sévèrement et je m’accepte ↓♥ tel que je suis afin de
pouvoir continuer à avancer harmonieusement.
DOIGTS DE PIED
VOIR : ORTEILS
DOS (EN GÉNÉRAL)
Le dos représente le soutien et le support de la vie. C’est l’endroit qui me protège si
je me sens impuissant par rapport à une personne ou une situation (« je tourne le dos »),
en cas de besoin. Si mon fardeau est trop lourd, si je manque de support ou si je ne me sens
pas assez supporté (affectif, monétaire, etc.), mon dos réagira en conséquence et certaines
douleurs (courbatures) peuvent faire leur apparition. Si j’en ai « plein le dos », mon dos n’en
148
peut plus et les malaises surgissent. J’ai l’impression que ma survie est en danger et j’ai
l’impression qu’on va me « laisser tomber » que ce soient les gens qui m’entourent ou tout
simplement la vie qui veut me fausser compagnie. Je ne supporte plus ce qui m’arrive. Je
peux même avoir l’impression d’être « acculé au pied du mur83 » dans une certaine situation
donnée ou d’avoir toujours « quelqu’un sur mon dos ». Je prends conscience que je
m’appuie sur quelque chose ou quelqu’un qui est extérieur à moi. Puisque je ne leur fais pas
entièrement confiance, j’ai de la difficulté à aller de l’avant. Je vis de la frustration, me
sentant pris et me sentant limité dans les choses que je peux mettre de l’avant. Je ne suis plus
capable de bien doser les choses pour prendre des décisions averties. Je peux avoir le dos
large et être capable d’en prendre ou bien m’incliner humblement, me courber par respect
ou acceptation ↓♥. Peu importe la raison, un mal de dos indique donc que je veux peut-être
me sauver de quelque chose en le plaçant derrière moi, car c’est avec mon dos que j’enfouis
les expériences qui m’ont causé confusion ou peine. J’y mets tout ce que je ne désire pas voir
ou laisser voir aux autres, jouant ainsi à l’autruche. Il cache donc aussi mon passé, tout ce qui
est inconscient ou inconnu. Je peux même y enfouir mes rêves et mes désirs que je ne crois
plus pouvoir réaliser. Je suis profondément blessé, incapable présentement d’exprimer
ces émotions bloquées. Je refuse de voir ce qui ne fait pas mon affaire ! Je peux avoir reçu
« un coup de poignard dans le dos » et je vis cette situation comme une trahison. Si la
douleur est causée par une vertèbre déplacée84 par rapport à quelle situation suis-je
révolté, à quel idéal est-ce que j’aspire mais de façon agressive ? Je résiste de toutes mes
forces car j’ai peur des responsabilités. Un dos souple mais fort indique une certaine
souplesse mentale et une grande ouverture d’esprit contrairement aux raideurs dorsales
qui signifient orgueil, pouvoir et refus de céder. Assis bien confortablement, je peux avoir
l’impression d’être protégé, en toute sécurité. Cependant, même si mon dos sert à y mettre
ces choses indésirables et que je voudrais « jouer à l’autruche », j’accepte ↓♥ de voir ce qui me
dérange, et de l’exprimer. En agissant de la sorte, je me libère du fardeau que je portais. Si les
douleurs au dos sont plutôt musculaires, elles indiquent une attitude rigide par rapport
aux situations que je rencontre dans ma vie. J’ai besoin d’être supporté car sinon, je pense
devoir tout laisser tomber. La posture adoptée donne des indications sur ce que je vis et sur
ma façon de transiger avec les situations de ma vie : si je suis en réaction par rapport à
l’autorité, que je veux tenir mon bout par rapport à quelqu’un ou devant quelque chose, je
vais « raidir le dos » par orgueil. Si, au contraire, je vis de la soumission, que j’ai peur, que
je me sens faible, je vais « courber le dos » et autant mes préoccupations sont grandes,
autant « mon dos va me faire souffrir ».
J’accepte ↓♥ de libérer maintenant les énergies retenues aux endroits qui font mal ! Je
peux intégrer davantage les difficultés de la vie dans l’écriture, le dialogue ou l’échange. Je
choisis le moyen qui me convient le mieux et je laisse la vie couler en moi, afin d’apprendre à
m’exprimer davantage et à m’affirmer quand j’en ai besoin. J’accepte ↓♥ que la vie me
soutienne à chaque instant et je « relève les épaules », sachant que j’ai la force nécessaire
pour réaliser tous mes projets. J’accepte ↓♥ de m’appuyer sur mes ressources intérieures.
Mon intuition me guide dans les actions à faire pour atteindre mes objectifs.
83 Acculé au pied du mur : ne plus avoir d’échappatoire, ne pas pouvoir fuir.
84 S’en référer à chaque vertèbre spécifique sous : DOS (maux de…)
DOS (MAUX DE …) — HAUT DU DOS (7 VERTÈBRES CERVICALES)
Le haut du dos correspond à la région du coeur♥ et au centre énergétique cardiaque.
C’est à ce niveau que j’ai la force ou non de porter mes émotions85. Les maux de dos ont
trait aux premiers stades de la conception, aux besoins de base et à la structure la plus
fondamentale de l’être. Les 7 vertèbres cervicales sont principalement concernées dans
cette région. Les vertèbres cervicales se rapportent à la communication (surtout par la
parole) et à mon degré d’ouverture par rapport à la vie. Ma naïveté peut me rendre vulnérable
à ce niveau. Si j’ai l’impression qu’on veut me juger, me critiquer ou me blesser, je pourrai
être affecté sur ce plan et j’aurai tendance à me refermer comme une huître. Les cervicales
sont en relation avec ma capacité de communication, d’affirmation et d’opinion ou de
soumission, à la justice. Les cervicales C1, C2 et C3 seront plus particulièrement atteintes
si je me dévalorise au niveau de mes capacités intellectuelles tandis que les cervicales
149
basses réagiront à de l’injustice que je peux avoir l’impression de vivre dans ma vie ou à celle
que je vois autour de moi et qui me répugne. De plus, chaque vertèbre me donne des
informations additionnelles sur la source de mon malaise :
C1 à C7 : Vertèbres cervicales
D1 à D12 : Vertèbres dorsales
L1 à L5 : Vertèbres lombaires
Coccyx
Sacrum
85 « Je porte le monde sur mes épaules », le mien et celui des autres…
C1 = La première vertèbre cervicale, qu’on nomme ATLAS et qui porte le numéro
C1, sert de support à la tête. Elle est un pilier qui garde la tête en équilibre.
Si je m’en fais trop (« me casse la tête ») par rapport à une situation ou une personne, si
je me tracasse constamment et que je doute, ma tête va s’alourdir jusqu’à me donner des
maux de tête et C1 pourra avoir de la difficulté à supporter la charge. Si je manifeste de
l’étroitesse d’esprit, si je refuse de regarder toutes les facettes d’une situation, si je suis rigide
dans ma façon de penser, C1 réagira en cessant ses activités, n’étant plus capable de pivoter.
Elle sera paralysée par ma peur, mon désespoir par rapport à la vie, mon négativisme, ma
difficulté à exprimer mes émotions. Un mauvais état de C1 s’accompagne généralement de
maux qui touchent la tête, le cerveau et le système nerveux, par exemple migraine, amnésie,
vertiges, dépression nerveuse, etc. Puisque c’est la tête qui est affectée par différents maux,
c’est mon individualité qui est remise en question. « Qu’est-ce que les autres pensent de
150
moi ? », « Est-ce que je suis à la hauteur ? », « Où en suis-je rendu dans ma vie ? » Je cherche
à m’éloigner de mes émotions. Je me joue un jeu afin de ne pas avoir à me regarder en face.
Je préfère adopter un comportement rigide pour rester dans ma zone de confort mais, tôt ou
tard, je vais devoir tourner la tête pour voir ce qui se passe autour et à l’intérieur de moi. J’ai
un grand besoin de communiquer mais j’ai souvent l’impression que l’on ne m’écoute pas.
J’ai tendance à avoir des comportements et pensées obsessionnels.
J’accepte ↓♥ d’écouter mon intérieur, de garder mon esprit ouvert, d’amener plus de
calme dans ma vie afin de diminuer mon activité cérébrale, me permettant ainsi de voir la
réalité sous un nouveau jour, avec plus de confiance. Je prends ma vie en mains et j’accepte
↓♥ de me voir dans chacune des facettes de ma personnalité. Je reprends mon pouvoir et je
réalise de grandes choses… pour moi !
C2 = La deuxième vertèbre cervicale travaille en étroite collaboration avec C1. On la
nomme AXIS. C’est le pivot qui permet à C1 de se mouvoir. C2 est reliée aux principaux
organes des sens, c’est-à-dire les yeux, le nez, les oreilles, la bouche (langue). C’est pourquoi
ceux-ci seront touchés quand C2 éprouve un malaise.
Cela se produit habituellement lorsque je vis une étape dans ma vie où je me questionne
par rapport à mon cheminement personnel et au rôle que joue la spiritualité dans ma vie. Des
opportunités se présentent à moi pour m’aider à avoir une nouvelle vision et compréhension
de la vie et de certains événements que je vis. Suis-je vraiment prêt(e) à avoir les réponses à
mes questions ? Si je suis rigide dans ma façon de percevoir la vie, si je refuse de laisser aller
mes vieilles idées afin de faire place à du nouveau, si je m’inquiète toujours pour le
lendemain, C2 risque fort de devenir aussi rigide. Je dois être prêt à aller plonger au fond de
moi-même et de contacter l’essence de mon être. Il me reste des boucles à boucler, j’ai à
compléter un ou des deuils. Souvent, mes larmes seront sèches puisque je refoule mes
émotions et que mes chagrins, mes déceptions, mes regrets restent enfouis à l’intérieur de
moi. Le « lubrifiant » (mes larmes de peine ou de joie) n’étant plus présent, C1 ne pourra pas
s’articuler sur C2 aussi facilement. Il y aura irritation, échauffement, tout comme dans ma
vie quotidienne. Ceci survient particulièrement dans les cas de dépression, d’émotivité
excessive (si par exemple, il y a un conflit familial), de colère, d’amertume, de ressentiment,
de révolte et tout ceci étant souvent causé par la peur d’aller de l’avant, de changer, de
prendre ses responsabilités ; la peur du jugement des autres et de soi-même, par de la nonestime
de soi qui peut même mener à un désir de s’autodétruire (suicide). Qu’arriverait-il si
je laissais sortir mes sentiments profonds ? Je préfère faire la sourde oreille au lieu de
vraiment connaître la cause de mes différents malaises.
J’accepte ↓♥ de prendre contact avec mes émotions et de les assumer, de prendre ma
place en exprimant ce que je vis afin que le flot d’énergie recommence à circuler dans mon
corps et que C2 puisse recommencer à fonctionner en harmonie avec C1 et que « tout baigne
dans l’huile » ! J’accepte ↓♥ de me reconnecter à ma force créatrice et à me laisser guider par
ma voix intérieure.
C3 = La troisième vertèbre cervicale C3 est une éternelle solitaire. À cause de sa
position, elle ne peut compter sur personne ou travailler en coopération avec d’autres
vertèbres.
Si ma C3 ne se porte pas bien, je peux moi aussi avoir l’impression que je dois me
débrouiller tout seul. Je peux aussi me replier sur moi-même, vivre « dans ma bulle » et
éviter toute forme de contact ou de communication (autant orale que sexuelle) avec mon
entourage. « À quoi bon perdre mon temps ? De toute façon, on ne m’écoute jamais et on ne
comprend jamais mes idées et mes états d’âme ! » Je suis séparé de ce que j’aime.
Surviennent alors la révolte, le découragement, la détresse car ma sensibilité est touchée au
plus profond de moi. Même l’angoisse peut s’emparer de moi. L’usure du temps fait son
travail et mes rêves et mes désirs les plus chers s’évanouissent peu à peu. Je deviens irritable,
amer devant une personne ou une situation que je n’arrive pas à digérer. Je suis fatigué
d’avoir à prouver ma valeur, de me sacrifier pour les autres. Si j’échoue, ils ne feront que
confirmer ce que je pensais de moi-même : que je suis bon à rien. Ma vie est en quelque sorte
une grande mascarade. J’ai tendance à chercher appui sur quelqu’un d’autre. Je deviens
151
angoissé si j’ai peur de ne pas réussir un projet et donc de ne pas être reconnu. Je prends note
qu’un malaise à C3 peut entraîner des maux à mon visage (autant la peau, les os que les
nerfs) ainsi qu’aux oreilles et ce qui est relié à ma bouche (dents, gencives, amygdales).
J’accepte ↓♥ que la solitude puisse tout autant être bénéfique pour me ressourcer, faire le
point, voir clair dans ma vie, que devenir un moyen de fuir mes émotions, la réalité envers
laquelle je vis beaucoup d’incompréhension. Le choix me revient !
C4, C5, C6 = Les quatrième, cinquième et sixième vertèbres cervicales C4, C5,
C6 pour leur part sont localisées au niveau de la thyroïde et vont être en relation étroite
avec celle-ci. Cette dernière joue un rôle majeur dans le langage, la voix (cordes vocales) et
toute disharmonie en ce qui a trait à la communication — autant quand c’est moi qui
m’exprime que par rapport à ce que d’autres personnes me communiquent — va entraîner
C4, C5 et C6 à réagir. Cela peut être que je me suis offusqué par rapport à ce que j’ai
entendu, entraînant indignation et colère. C4, C5 et C6 vont réagir encore plus fortement si
en plus je n’exprime pas mes opinions, mes frustrations, mes peines. Mon taux d’agressivité
risque de monter de plus en plus, ce qui fermera les canaux de communication au niveau de
ces trois vertèbres cervicales. J’avale de travers ce qui se présente à moi. J’ai tendance
à ruminer certains événements pour une longue période de temps. Souvent aussi des
malaises et des douleurs peuvent apparaître qui touchent tout mon système de
communication verbale : bouche, langue, cordes vocales, pharynx, amygdales, etc., et
toutes les parties de mon corps se situant entre le niveau de ma bouche et mes épaules
peuvent être affectées. Si C4 est particulièrement atteinte, je regarde quels sont les
sentiments que je rumine continuellement, particulièrement la colère et la culpabilité. Je
recherche l’équilibre, la justice. J’ai de la difficulté à trouver des solutions, souvent parce que
j’hésite à exprimer mes divergences d’opinions. Je m’accroche à mes souvenirs, à mon passé.
Je fuis mes émotions profondes au lieu de les extérioriser. J’évite de voir ce qui se passe à
l’intérieur de moi, évitant de me découvrir et de m’épanouir. Je me détruis et me punis ; je
sabote mon bonheur que je pense ne pas mériter. C’est C5 qui réagit si je résiste à mon
entourage, je refuse leurs conseils. J’ai peur qu’on me blesse avec des mots ou des actions. Je
me sens inférieur aux autres et je vais donc ériger un mur autour de moi. Puisque j’ai
l’impression que personne ne m’écoute ou ne me comprend, je me recroqueville sur moi. Les
compromis ne sont pas possibles car j’évite de me positionner. Je vis de la honte et dans bien
des situations, je préfère me taire au lieu de prendre la responsabilité de ce que je veux
exprimer. C’est au tour de C6 d’éprouver des difficultés lorsque je voudrais façonner les
autres selon mes besoins et désirs. J’attends trop des autres au lieu de me prendre en mains.
Je suis désespéré car j’ai l’impression qu’il n’y a que les autres qui peuvent me « sauver »
quand pourtant, je suis le seul à avoir un pouvoir sur ma vie. Mes vieux rêves sont
inaccessibles et je trouve cela injuste. Cela me rappelle toutes les fois où étant jeune, j’ai vécu
cette injustice. J’ai le goût de baisser les bras, je suis déprimé car j’ai peur que le ciel me
« tombe sur la tête86». Je porte tellement le fardeau des autres que le fait de me sacrifier de
cette façon me tue à petit feu.
J’accepte ↓♥ que chaque expérience soit une opportunité de grandir et qu’il y ait une leçon
à tirer de toute chose. Je dois laisser couler au lieu de m’entêter et d’en vouloir à la vie. Sinon,
ma tête en vient à « bouillonner » et je me sens surchargé par toutes les tâches à accomplir et
dont j’ai l’impression que je ne pourrai venir à bout. J’ai besoin de m’exprimer, soit par la
parole, l’écriture, la musique, la peinture, soit toute autre forme d’expression qui va me
permettre de me « reconnecter » à ma créativité, ma beauté intérieure. Tous mes sens seront
alors stimulés, activés, ce qui activera ma thyroïde et permettra à C4, C5 et C6 de
fonctionner normalement. Les maux éprouvés dans cette région pourront ainsi se résorber.
86 Que le ciel me tombe sur la tête : qu’une catastrophe m’arrive.
C7 = La dernière vertèbre cervicale C7 est influencée grandement par tout mon côté
moral, mes croyances, mon côté spirituel, la justice. Si je vis en harmonie avec les lois de la
nature, si j’écoute les messages que mon corps m’envoie et la vie en général, C7 va
fonctionner à son meilleur. Au contraire, si je vis de la colère, si je suis fermé aux opinions et
aux façons de voir des personnes que je côtoie, si je m’élève et m’oppose par rapport à
152
d’autres idéologies que la mienne sans garder un esprit ouvert, C7 réagira fortement et
pourra affecter mes mains, mes coudes et mes bras qui pourront s’enflammer ou avoir de la
difficulté à bouger. Le fonctionnement de ma glande thyroïde sera affecté. De même, des
remords de conscience par rapport à une parole dite, un acte posé ou une pensée envoyée
vers une personne vont aussi affecter C7. Si je vis des émotions intenses dans ma vie, que je
suis déçu, que j’ai peur d’être rejeté, que je trouve certaines situations injustes, que je me
cache sous ma carapace pour éviter d’être « encore » blessé, C7 pourra être affectée. Il est
alors facile pour moi d’accuser les autres de mes malheurs. Comment vais-je me sortir de
cette situation ? Ma vie manque de jeu, de spontanéité. Ma confiance en moi est très faible et
je joue à « l’élève parfait et sage » afin d’éviter la foudre des gens qui m’entourent. Je laisse
les autres décider pour moi. Je me sens trop vulnérable et honteux pour communiquer mes
besoins. Je préfère m’isoler pour me cacher du regard des autres. J’ai un lourd bagage
d’émotions non extériorisées. Je me coupe de mon moi intérieur. Mes côtés intuitif et émotif
sont dissociés de ma raison et sont contrôlés par le doute. Puisque je ne peux pas faire
confiance à mon propre pouvoir, ma capacité à décider, je dois m’appuyer sur des personnes
extérieures. La dépression peut apparaître et je me sens toujours coincé par le temps.
J’accepte ↓♥ d’apprendre à discerner ce qui est bon pour moi et ce qui ne l’est pas. J’ai à
respecter les points de vue de chaque personne, même s’ils sont différents des miens. C’est en
ouvrant mes bras aux autres que je vais apprendre le plus et que je serai plus à même de faire
des choix qui m’amèneront à me sentir plus libre.
Aussi, les douleurs dans cette région du dos viennent d’émotions négatives refoulées
que je traîne comme un boulet indésirable, que je refuse de voir en moi. J’ai de grandes
attentes par rapport aux autres mais j’ai de la difficulté à exprimer mes véritables émotions,
si bien que la colère, la peur de ne pas être aimé ou le manque de support affectif
apparaissent et j’ai l’impression d’avoir à penser à tout et d’avoir à tout faire. Mon niveau de
frustration est grand et j’ai parfois plus envie de tourner le dos au monde que de lui faire
face. Je résiste beaucoup en croyant être incapable de me soutenir affectivement et j’ai la
conviction que si mon entourage me témoignait plus d’amour et de soutien, tout irait
beaucoup mieux. On peut retrouver ce genre d’attentes très élevées chez moi qui suis une
mère ou un père de famille dévoué mais frustré par la lourde charge qui repose sur mes
épaules. Je me sens alors responsable du bonheur des autres et cela devient lourd à
porter. Je peux même avoir peur que ma survie ou celle d’un de mes proches soit en danger.
Le corps envoie donc des messages importants que je dois à présent écouter pour garder un
bon équilibre émotionnel.
À partir de maintenant, j’accepte ↓♥ de m’aimer davantage, je cesse de me juger et de me
critiquer constamment ! Je redécouvre tout ce que j’avais caché et refoulé : mes ambitions,
mes désirs, mes buts dans la vie et j’ai à accepter ↓♥ ma capacité à les accomplir. Ma
confusion se dissipera et je n’aurai plus à « tourner le dos » ou « faire dos » à une situation
ou une personne car j’aurai acquis la certitude que je peux réaliser tout ce que je désire.
J’accepte ↓♥ de libérer toutes ces énergies qui m’empêchent de m’épanouir pleinement. Il
n’est pas surprenant que j’aie eu de la difficulté à m’aimer puisque je n’étais plus moi-même.
Devenir moi-même m’ouvre toutes grandes les portes de la vie et celles de mon coeur♥. Je
cesse de critiquer et j’apprends à m’exprimer librement au lieu de refouler. J’accepte ↓♥
d’avoir besoin de l’aide des autres et j’apprends de plus en plus à demander. Je respecte ainsi
davantage la personne que je suis.
DOS (MAUX DE …) — MILIEU DU DOS (12 VERTÈBRES DORSALES)
Le milieu du dos représente la grande région thoracique du corps comprise entre le
coeur♥ et les vertèbres lombaires.
C’est une région de culpabilité émotionnelle et affective. Les 12 vertèbres
dorsales87 se rapportent principalement à cette région :
87 Vertèbres dorsales : la façon d’identifier chacune d’elles est par la lettre D qui désigne dorsale, suivie du numéro séquentiel de la
vertèbre. Une autre façon aussi est d’utiliser la lettre T pour désigner les vertèbres thoraciques, ce qui revient au même.
153
D1 = La première vertèbre dorsale D1 peut réagir fortement lorsque je me pousse à
bout soit dans mon travail, soit dans le sport, bref dans toutes les situations où je vais au bout
de mes forces mentales, physiques ou émotionnelles. Elle n’apprécie pas non plus un
« boost », que ce soit sous forme d’alcool ou de drogue, quelle qu’elle soit. Sa sensibilité sera
à ce moment à fleur de peau. Je suis angoissé et je me construis alors des moyens
d’autoprotection afin de me protéger de mon entourage et d’éviter d’être blessé. Cela peut se
manifester notamment dans mes gestes ou dans mes paroles : par exemple, je tends à
éloigner les autres par ma froideur ou par des paroles blessantes. En me retirant, j’évite qu’on
« pénètre chez moi », qu’on utilise trop de pouvoir ou d’autorité sur moi. Cela peut même se
manifester par une prise de poids importante, celui-ci étant ma protection naturelle et
physique, car je veux inconsciemment « prendre plus de place » et en laisser moins aux
autres. Cela peut aussi camoufler une timidité présente et avec laquelle j’ai de la difficulté à
transiger. Elle sera encore plus mise en évidence si je crains de perdre l’amour des gens. J’ai
tendance à être intransigeant et le désordre m’horripile. Ma fermeture et mes peurs par
rapport à la vie affectent l’état de D1. Je me coupe de mes émotions. Ma peur de perdre
l’amour de quelqu’un, le décès d’un être cher me paralyse. Je n’ose pas accomplir des
choses, prendre ma place. Je dois être vigilant et éviter de me recroqueviller sur moi-même et
de ressasser du noir constamment, étant toujours figé sur les mêmes idées et frustrations.
J’ai tendance à me condamner par rapport à mes expériences passées. Un mauvais état de D1
peut amener des malaises à n’importe quelle partie de mon corps située entre mes coudes et
le bout de mes doigts, ainsi que des difficultés respiratoires (toux, asthme, etc.).
J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à l’amour, dans l’accueil et le respect de qui je suis.
D2 = La deuxième vertèbre dorsale D2 va réagir facilement et rapidement comme
une sonnette d’alarme lorsque mon émotivité est touchée. Si j’accumule et j’étouffe mes
émotions, D2 va alors me donner un message et le « mal de dos » va apparaître. Si j’ai
l’impression que je n’ai pas ma place dans la vie et dans la société, que la vie est « injuste » et
que je me sens victime des événements, D2 sera touchée. Je peux être particulièrement
concerné par tout ce qui touche ma famille et je vis toute situation de conflit, de disharmonie
d’une façon intense. Je me sens oppressé, étouffé autant au niveau psychologique (émotif)
que physique. Quelle est ma place au sein de mon clan, spécialement par rapport à mon
père ? Est-ce que j’ai vécu de grands manques par rapport à ce dernier ? Ai-je trop de
responsabilités par rapport à la sécurité et au bon fonctionnement de la famille ? Je peux
avoir accumulé de vieilles rancunes. Je peux aussi remuer constamment des expériences
passées, des souvenirs, en voulant figer ma réalité dans des événements passés au lieu de
regarder vers l’avenir avec confiance et en vivant intensément le moment présent. Je peux
appréhender une nouvelle situation qui m’amène une peur de l’inconnu. Est-ce que je vais
avoir trop de responsabilités ? Est-ce que je vais être soutenu ou vais-je devoir me débrouiller
tout seul ? Comment vont réagir les gens autour de moi ? Si je doute de moi, de mes
capacités, je pourrai réagir en jouant les « durs à cuire », en devenant très autoritaire ; j’aurai
ainsi l’impression de contrôler la situation, tout en sachant fort bien que je tremble de peur,
allant même jusqu’à faire de l’angoisse. Je peux aussi devenir irritable par rapport à une
personne ou un événement et je réagis par des sautes d’humeur. Je doute des autres et je
préfère qu’ils restent loin de moi. Ainsi, ils ne me blesseront pas ! Une D2 en mauvaise
condition va souvent être accompagnée de malaises et de douleurs au coeur♥ et aux organes
qui s’y rattachent, ainsi qu’aux poumons. Cela dénote une fermeture du coeur♥ par rapport à
une personne ou une situation, car je n’ai plus le goût de souffrir.
J’accepte ↓♥ d’apprendre à demander et à faire confiance en ma capacité de relever de
nouveaux défis. Je laisse aller mon passé et je me tourne vers l’avenir en sachant que je suis
maintenant capable de prendre ma place en harmonie avec mon entourage. Je peux aussi lire
la section concernant le coeur♥ afin d’avoir d’autres pistes.
D3 = La troisième vertèbre dorsale D3 est principalement en relation avec les
poumons et la poitrine. Je peux aller voir sous ces deux thèmes quelles sont les causes qui
peuvent les affecter et j’aurai une piste afin de savoir pourquoi D3 m’envoie aussi des
messages. De plus, tout ce que je peux percevoir par mes sens et qui ne me convient pas tout
154
à fait va faire réagir D3. Puisque je suis très sensible à mon entourage, je me suis bâti un
système où je sais ce qui est bien, ce qui est mal, ce qui est acceptable ↓♥ ou non. Je peux être
figé et rigide dans ma façon de penser et de voir les choses. J’ai tendance à juger toute
personne, spécialement ma mère qui m’a manqué, ou une situation qui n’entre pas dans ma
définition de « convenable ». Je peux réagir fortement devant ce que je considère être une
« injustice ». Je peux même devenir colérique, voire même violent tant je ne suis pas d’accord
avec ce que je vois, je perçois ou j’entends. Je peux aussi me construire un « scénario » dans
ma tête, ce qui amène une distorsion de la réalité, souvent à cause de ma peur de voir la
réalité en face et aussi parce que ma réalité environnante me déprime. Je peux développer
des craintes excessives et irraisonnées. J’ai alors moins le goût de vivre, je n’ai plus le
sentiment d’être en sécurité. La tristesse peut m’envahir, je n’ai plus le goût de lutter. La
déprime prendra graduellement place en moi et je voudrai me couper de ce monde qui ne
m’apporte que peine, frustration, anxiété. Le chagrin m’étouffe et je me replie sur moi-même.
Je réprime mes émotions et je refuse d’y faire face.
Je dois apprendre à voir la vie sous un nouveau jour. Accepter ↓♥ que je puisse ne pas
vivre dans un monde parfait mais que toute situation est parfaite parce que chacune d’elle me
permet d’en tirer une leçon.
D4 = La quatrième vertèbre dorsale D4 se rapporte aux plaisirs, aux désirs, aux
tentations souvent inassouvis. Parfois, mes attentes sont démesurées, voire même presque
irréalistes et je deviens irritable, colérique parce que « mes voeux » ne sont pas exaucés, que
la vie est injuste. J’en veux à la vie, à mon entourage. Au fond de moi, je sens un si grand
vide, souvent affectif, que j’ai des tendances dépressives et la seule façon que je connais de
contrecarrer cet état d’être et d’amener un peu de « piquant » dans ma vie sera d’y créer un
état d’excitation, soit naturellement soit artificiellement. Je peux pratiquer des sports à
émotions fortes (parachutisme, alpinisme, etc.), ou je peux prendre des drogues pour
m’amener dans un état d’extase et de bien-être temporaire. Je me réfugie ainsi dans un
monde imaginaire, à l’abri de tous. Cependant, je ne suis pas à l’abri des émotions que j’ai
refoulées et que j’ai tenté de fuir. Je peux en apparence être très libre mais en réalité, je suis
emprisonné dans ma colère, mes peines, mes frustrations, ma rancoeur♥ excessive et par ma
peur d’être asphyxié par l’amour des autres, car je n’ai jamais su le reconnaître et l’accepter
↓♥. Je m’oppose, je reste distant et je nourris ce fossé par ma mauvaise humeur, mon attitude
dépressive. J’ai tellement besoin d’être aimé mais pourtant, j’ai tendance à rejeter les autres
et à les condamner, voire même les trahir. Cependant, la vraie trahison, je la dirige vers moimême,
ce qui m’éloigne de ma mission en ce monde.
Il est important que je reconnaisse et que j’accepte ↓♥ mes émotions pour pouvoir les
intégrer et me permettre de vivre pleinement ma vie. Quand D4 est affectée, il peut aussi
s’ensuivre une difficulté à la vésicule biliaire et au foie.
D5 = La cinquième vertèbre dorsale D5 est touchée lorsque je me retrouve dans une
situation où j’ai l’impression de perdre le contrôle, que mon pouvoir est à l’extérieur de moi.
Je me sens alors déstabilisé et la rage gronde en moi. Je peux même me retrouver en état de
panique. Cela se produit notamment sur le plan affectif par rapport à mon conjoint, un
membre de la famille, un ami proche, etc. Ce contrôle se cache parfois sous une apparence de
« vouloir aider quelqu’un », « le guider », « l’aider dans ses difficultés », mais au fond de moi,
j’exerce un contrôle par rapport à cette personne en étant en position de « force », même
inconsciemment. Si les choses ne se passent pas comme je le désire, je peux devenir frustré,
critique, impatient et même colérique et D5 réagira violemment. Je veux me donner une
image de « dur à cuire » qui a le « dos large » et « qui est capable d’en prendre ». Mais, au
fond de moi, je sais que j’en prends trop sur mes épaules, ce qui m’amène à vivre de
l’insécurité, à être angoissé, révolté contre mon entourage que je rends responsable de mon
mal-être. Je ne me sens pas faire partie de ma famille et je vis de la culpabilité parce que je
pourrais les aider plus mais que j’en suis incapable. J’ai de grandes ambitions, ce qui me fait
parfois m’éloigner de mes valeurs profondes et agir en contradiction avec celles-ci. Je me
jette alors dans des relations artificielles avec les gens, vivant déception après déception, car
l’amour vrai, simple n’est pas suffisamment présent. J’accumule des émotions négatives et
155
j’ai de la difficulté à voir le côté positif d’une situation, « ruminant » le négatif. Je vis plus
dans mon rationnel, mes pensées, mes structures. Je m’engouffre dans mon travail, je
deviens insatisfait de ma vie. Il est à noter que le mauvais état de D5 est souvent accompagné
de divers malaises affectant mon foie et ma circulation sanguine.
J’accepte ↓♥ d’être à l’écoute de mon intérieur, de reprendre contact avec mon essence,
avec mes vraies valeurs afin que le calme revienne dans ma vie et que je voie clair dans les
événements, m’épanouissant et étant capable de vivre l’amour vrai.
D6 = La sixième vertèbre dorsale D6 va réagir lorsque je me critique et que je me
juge sévèrement. Je peux avoir été élevé dans un environnement très strict où les valeurs et
les lignes de conduite devaient être suivies à la lettre. Ayant grandi dans ce climat autoritaire
et non permissif, je peux maintenant avoir des « cas de conscience » où je voudrais me faire
plaisir, prendre du temps pour moi mais je juge cela « pas correct » et « je ne mérite pas ça ».
Je me crée des soucis inutilement car je ne cesse d’analyser chacun de mes gestes, chacune de
mes paroles, chacune de mes pensées, pour être certain que je « suis correct ». Je suis
déconnecté de mon corps et je vis dans ma tête. La culpabilité me ronge par-dedans.
L’angoisse est très présente et je m’autopunis en me coupant du monde. J’ai de la difficulté à
m’accepter ↓♥ tel que je suis. Je me sens victime de la vie, impuissant devant les événements.
Je juge sévèrement ceux-ci, ne voulant pas accepter ↓♥ qu’ils sont là pour me faire grandir,
mais les voyant plutôt comme des punitions, des injustices. Je refuse la vie et de nouvelles
expériences. Je vis alors dans la frustration et l’incompréhension, le ressentiment, envieux et
jaloux des autres. C’est pourquoi une D6 en mauvais état s’accompagne souvent de malaises
au niveau de l’estomac et de la vésicule biliaire car les contrariétés sont nombreuses et je fuis
les responsabilités.
J’accepte ↓♥ d’être plus souple et permissif envers moi-même et j’apprends à voir du
positif dans chaque événement, sachant que chaque expérience m’amène à me connaître
davantage et à devenir meilleur.
D7 = La septième vertèbre dorsale D7 est une travailleuse forcenée. Si dans ma vie,
je me pousse à l’extrême dans les choses à faire, en n’écoutant pas mon corps lorsqu’il a
besoin de se reposer et de relaxer, D7 va lancer un cri d’alarme. Je peux vouloir ainsi oublier
ou fuir quelqu’un ou une situation quelconque. Je peux vouloir oublier mes soucis
financiers, affectifs, etc. En m’arrêtant, le découragement et l’insatisfaction par rapport à ma
vie risquent de refaire surface, chose que je ne veux pas. J’accumule beaucoup de colère et
d’agressivité ; tout gronde à l’intérieur de moi parce que « la vie n’a rien de bon à m’offrir ».
Je résiste, m’entête et m’obstine et je suis même « boqué88 » sur certaines idées qui
m’obsèdent. Je refuse de laisser voir le jour à mes aspirations, ma spontanéité, ma créativité
ne sachant comment y faire face. Puisque je laisse les autres me dire comment vivre ma vie, je
suis angoissé, vulnérable, non maître de ma vie. Les discordes qui affectent ma famille et
dont je me sens responsable me grugent.
Je dois apprendre à apprécier ce que j’ai et ce que je suis et voir toute l’abondance qui est
présente dans ma vie. J’ai le droit de prendre du temps pour moi, j’ai le droit de vivre des
émotions au lieu de les laisser bouillir à l’intérieur de moi. Je me donne le droit de vivre ma
peine, ma déception, mes peurs, car c’est ainsi que je pourrai les accepter ↓♥ et les changer en
positif. Je peux faire mon ménage intérieur au fur et à mesure et permettre à D7 de
fonctionner normalement. Je reprends contact avec mon corps, avec la vie terrestre. C’est
ainsi que les maux qui accompagnent souvent une D7 en mauvais état et qui touchent
souvent le pancréas et le duodénum pourront aussi s’en aller.
88 Boqué : expression québécoise voulant dire : entêté à l’extrême.
D8 et D9 = Les huitième et neuvième vertèbres dorsales D8 etD9 que je retrouve
à la hauteur du diaphragme et qui sont étroitement liées se ressemblent en tout point. C’est
pourquoi elles sont traitées ensemble. Elles sont affectées principalement lorsque je vis de
l’insécurité en raison d’une peur que j’ai de perdre le contrôle sur une situation ou une
personne. Je suis dominateur : je me sens plus sûr de moi lorsque je dirige parfaitement tous
les aspects de ma vie, que j’orchestre parfaitement toute situation afin de savoir exactement à
quoi m’attendre. L’incertitude m’amène à tout garder pour moi. Je me cache dans ma bulle
156
de verre, n’ayant pas à me poser de questions ni à faire d’efforts pour changer quoi que ce soit
dans ma vie. Je vis toutes mes émotions « par-dedans ». Mais si ce « présumé équilibre » est
troublé, D8 et D9 effrayées vont réagir fortement, se recroquevillant de peur. En étant en
retrait, je me sens plus en sécurité. Je repousse mes émotions et réprime mes forces
intérieures. D8 m’indique plus particulièrement que je suis hanté par la peur de l’échec et
qu’il y a une situation à régler par rapport à ma famille. D9 elle, est reliée au rôle de victime
que je m’attribue. Le désespoir peut prendre place et j’ai le mal de vivre car je ne sais quelle
direction prendre dans ma vie et j’ai peur de me tromper. J’hésite à avancer en partie parce
que je retiens le passé, parce que j’ai peur de l’abandon et du rejet. J’ai de la difficulté à voir la
lumière au bout du tunnel et je préfère rester « sur place ». Je peux avoir dédain de la vie et
je me dirige vers un gouffre que je ne peux vaincre qu’en faisant confiance en la vie et en
laissant aller le contrôle que j’exerce. Car c’est en laissant aller que je gagne la maîtrise de ma
vie. Je prends note qu’une D8 endommagée peut s’accompagner de maux au diaphragme et à
la rate (incluant les troubles du sang) tandis que D9 en mauvais état sera accompagnée
d’allergie ou d’un mauvais fonctionnement des glandes surrénales ou de l’urticaire.
J’accepte ↓♥ de laisser ma nature douce et profonde émerger. Je permets à mon côté
enfant de cohabiter avec mon côté adulte qui en prend désormais soin.
D10 = Lorsque la dixième vertèbre dorsale D10 est atteinte, cela reflète souvent une
insécurité profonde vis-à-vis de laquelle je me sens désarmé, sans ressource. Ma confiance
est à son plus bas et j’ai besoin « d’un petit remontant » afin de m’aider à me donner du
courage et à oublier mes soucis. Souvent, cela peut être une plus grande consommation
d’alcool ou de drogue que d’habitude qui me donnera ce « p’tit coup de pouce ». Cependant,
quand je reviens dans mon état normal, les « bibittes89 » sont encore là et ma vie s’assombrit
car je ne vois que le côté négatif des choses. Je fais face au néant. Je vois tout en noir,
refusant la vie, m’apitoyant sur mon sort. Je m’en fais pour des riens et je me mets en colère
sans toutefois être capable de la manifester, ce qui affecte ma sensibilité qui devient à fleur de
peau et qui fait que je m’emporte pour des bagatelles, souvent avec beaucoup d’agressivité. Je
suis devant rien et je ne sais pas dans quelle direction m’en aller ou quels sont les bons choix
à faire. Je me sens victime des circonstances et cela m’empêche de prendre ma vie en mains.
Je suis embourbé dans mes émotions ce qui rend mes communications avec les autres
difficiles. Je cherche ma place dans la vie, je ne peux me positionner. Une D10 en mauvais
état s’accompagne souvent de malaises aux reins, reconnus comme le siège de la peur.
J’accepte ↓♥ de me faire confiance et j’apprends à voir la beauté autour de moi et celle qui
se trouve en moi. J’ai le courage de demander de l’aide. J’assume pleinement mes
responsabilités et je reprends la maîtrise de ma vie.
89 Bibittes : mes soucis, mes préoccupations, mes « problèmes » de tous les jours.
D11 = Les anomalies à la onzième vertèbre dorsale D11 se retrouvent généralement
quand mon système nerveux a de la difficulté à fonctionner. Ma très grande sensibilité à tous
les niveaux amène D11 à se déformer car je déforme aussi la réalité afin de moins souffrir. Je
la change à mon gré pour qu’elle soit comme je le veux. Je me perçois comme une personne
laide, pas attrayante, pleine de défauts. Cette image de moi-même qui est très négative fait en
sorte que j’aurai de la difficulté à établir des relations durables avec mon entourage car la
peur du rejet est très grande. Je me « coupe » volontairement de mon entourage car j’ai
l’impression qu’on m’envahit et je ne sais plus ce qui m’appartient ou non. Mais ceci ne peut
durer qu’un certain temps et je dois tôt ou tard faire face à la réalité. À ce moment-là, une
tension intérieure aura pris place, et j’aurai de la difficulté à transiger avec elle. Cela peut
devenir tellement insupportable que je peux même avoir des idées suicidaires puisque je vis
dans l’incompréhension et que j’ai peur de l’avenir, car je me sens impuissant à changer des
choses dans ma vie. Je me considère « victime », blessé dans mes sentiments. Je ne suis pas à
la hauteur de l’image parfaite et idéale que je veux donner. Je rumine le négatif et je fais peu
d’efforts pour me tirer de cette situation. Je dois apprendre à bouger et à aller de l’avant au
lieu de stagner dans un état d’être comateux et me morfondre dans la passivité. Des maux à
D11 s’accompagnent souvent de malaises aux reins ainsi que de maladies de peau (eczéma,
acné, etc.).
157
J’accepte ↓♥ de changer des choses dans ma vie mais que je dois être prêt à y mettre des
efforts et à demander de l’aide. Je reprends contact avec ma force intérieure et je laisse
circuler mes énergies créatrices.
D12 = La douzième vertèbre dorsale D12 est affectée notamment lorsque je vis dans
un vase clos, replié sur moi-même. J’ai tendance à critiquer, juger, sauter facilement aux
conclusions, non pas parce que j’ai vérifié mais seulement parce que mes observations
peuvent me donner de fausses impressions et que je les interprète à ma façon. Cela m’amène
à vivre beaucoup de colère qui me « gruge par-dedans ». Mon mental est très actif. Ma
sensibilité est « à fleur de peau ». Je me construis des châteaux en Espagne. Je m’invente
toutes sortes de scénarios évitant ainsi mes responsabilités. Puisque j’ai de la difficulté à
transiger avec mon entourage, je vis beaucoup d’insécurité et je suis perfectionniste. Je peux
entretenir dies idées morbides, n’étant plus capable d’absorber quoi que ce soit dans ce que je
vois, dans ce que je sens ou dans ce que je perçois et enviant ce que les autres ont. Je suffoque
à cause de toute cette agressivité, ce chagrin, ce sentiment d’abandon qui m’habitent. Je porte
un masque pour me protéger contre d’autres déceptions ou désillusions, notamment dans
mes relations affectives. Une affection au niveau de D12 s’accompagne souvent de malaises
intestinaux, de douleurs aux articulations, d’une circulation lymphatique déficiente et aussi
parfois d’affections aux trompes de Fallope90. J’apprends à communiquer, à aller vérifier avec
les personnes concernées afin d’enlever le doute et l’insécurité qui m’habitent. Je vois ainsi
plus clair dans ma vie et le calme s’installe en moi.
90 Fallope, Gabriel : anatomiste et chirurgien italien (Modène 1523 – Padoue 1562). Gabriel Fallope professa à Padoue et fit de
nombreuses découvertes anatomiques, dont celle des trompes de l’utérus, auxquelles on a donné son nom.
Aussi, les malaises au milieu du dos sont le signe clair d’une relation difficile avec la vie
et les situations de mon existence. J’ai souvent des décisions à prendre mais je suis en
constant doute par rapport à celles-ci et par rapport au fait de les assumer. Cette région du
dos correspond également au mouvement d’extériorisation de l’énergie de vivre qui passe à
travers moi. Cela signifie qu’en période de maturité intérieure (lorsque je prends de
l’expérience), plusieurs qualités divines telles la confiance, l’amour, le détachement (c’est-àdire
le libre arbitre, surtout sur le plan affectif) sont mises à l’épreuve. Mes maux de dos, y
inclus le dos courbé, peuvent signifier plusieurs choses : de la culpabilité dans des
situations où je n’ai pas à me sentir coupable, de l’amertume ou une faible confiance
en moi reliées à une vie que je sens très lourde à porter. Je crois devoir être le pilier et bien
gérer la structure qui est déjà en place. Je peux avoir l’impression « qu’on est toujours sur
mon dos », que je suis seul à tout faire. Si j’ai un mal de dos, cela dénote un grand
sentiment d’impuissance par rapport à une situation présente difficile à traiter et où
j’aurais besoin d’aide. Ne sachant pas toujours comment me positionner dans certaines
situations où j’ai à faire des choix, je vais souvent vivre de l’amertume car je vais très souvent
faire passer les besoins des autres avant les miens. Je suis susceptible et cela m’amène à me
refermer. Le désespoir peut apparaître car je ne me sens pas assez soutenu sur le plan
affectif et je souffre aussi d’insécurité. J’ai tendance à retenir mes émotions et je vis
beaucoup dans le passé. J’y reste attaché, je tourne en rond. Je me sens instable et anxieux.
J’ai des remords de conscience. Le but à atteindre réside dans une expression plus active de
l’énergie divine.
J’accepte ↓♥ d’avoir besoin d’être clair en tout, avec moi-même et les autres, sans
véhiculer les sentiments d’un passé boiteux pour faire place à un ici et maintenant calme et
serein. J’ai besoin d’aide et d’encouragement, de me brancher avec mon être intérieur qui
veille sur moi sans cesse. Mon corps me donne des signaux importants. Demander de l’aide
n’est pas honteux. Au contraire, c’est un signe d’intelligence puisque cette aide me permet
d’aller de l’avant. Je vois l’importance de mon identité propre et je suis prudent avec mon ego
et mes peurs. J’apprends à communiquer avec mon être intérieur par la méditation ou la
contemplation ; j’y trouverai maintes solutions et réponses. Être en contact avec mon être
intérieur, c’est choisir de mieux vivre les situations de la vie.
158
DOS (MAUX DE …) — BAS DU DOS
Souvent confondue avec les reins et communément associée au mal de reins, cette
région est située de la ceinture au coccyx. C’est une partie du système de soutien. Il
symbolise ma sécurité, mon assurance et ma confiance en la vie. Des douleurs à cette région
dénotent la présence d’insécurités matérielles (travail, argent, biens) et affectives.
« J’ai peur de manquer de … ! », « Je n’y arriverai jamais ! », « Je ne pourrai jamais réaliser
cela ! » expriment bien les sentiments intérieurs vécus. Je suis tellement préoccupé par tout
ce qui est matériel que je ressens de la tristesse car il y a un vide et ce vide me fait mal. Il y a
une non-cohérence entre mes désirs et mes actions. Je peux même baser ma valeur
personnelle sur le nombre de biens matériels que je possède. Les douleurs à ce niveau
apparaissent souvent à la suite d’une perte d’emploi, une retraite, le départ d’un enfant, une
séparation, etc. Je vis une très grande dualité, car je désire avoir autant la « qualité » que la
« quantité », autant par rapport à mes relations interpersonnelles que par rapport à ce que je
possède. J’ai tendance à en prendre trop sur mes épaules et à éparpiller mes énergies. Je
tente de tout faire pour être aimé et je m’attarde à ce que les autres pensent de moi. Je me
sens le pilier, ne pouvant compter que sur moi-même. Je peux vouloir aussi m’approprier ce
rôle pour me donner de l’importance. Il peut s’agir aussi d’inquiétude par rapport à une ou
d’autres personnes. Je m’en fais pour elles et j’ai peut-être tendance à « prendre les
problèmes des autres sur mon dos » et vouloir les sauver. La lombalgie risque à ce moment
d’apparaître. Mon impuissance par rapport à certaines situations de ma vie me rend amer
et je refuse de me soumettre, mais j’ai peur. Ce sentiment d’impuissance (vécu parfois dans
ma sexualité), qui peut me mener jusqu’à la révolte pourra me mener à un « lombago » ou
« tour de reins ». Je ne me sens pas soutenu dans mes besoins de base et mes besoins
affectifs et je me sens incapable d’assumer la dimension matérielle de ma vie. Les rapports
entre les choses et les personnes sont conflictuels. J’ai de la difficulté à faire face aux
changements et à la nouveauté qui se présentent à moi car j’aime me sentir en sécurité dans
ma routine et mes vieilles habitudes. Cela dénote souvent que je suis inflexible et rigide et
que je voudrais être soutenu à ma façon. Je ne peux pas être pleinement heureux : il y a
toujours une « ombre au tableau », il y a quelque chose de caché.
Si j’accepte ↓♥ que les autres puissent m’aider à leur manière, je vais découvrir et
prendre conscience que j’ai tout le soutien dont j’ai besoin. Je deviens ainsi plus autonome
et responsable. Je laisse aller les fardeaux qui appartiennent aux autres. Je dois reconnaître
ma valeur afin de m’épanouir au lieu d’attendre la reconnaissance extérieure. J’ai à arrêter de
me forcer à faire des choses pour donner une belle image de moi car ainsi, je veux manipuler
les autres et je n’agis pas avec mon coeur♥. S’il s’agit de pincement des disques
lombaires, je mets probablement trop de pression sur moi-même à faire des choses pour
me faire aimer. Puisqu’une période de repos est nécessaire, j’en profite pour regarder ce qui
se passe dans ma vie et redéfinir mes priorités. Comme je ne me sens pas soutenu, je
deviens rigide (raide) envers les autres. Ai-je tendance à blâmer les autres pour mes
difficultés ? Ai-je pris le temps d’exprimer mes besoins ?
J’accepte ↓♥ que mon seul soutien vienne de moi-même. En reprenant contact avec mon
être intérieur, j’établis un équilibre dans mes besoins et je rejoins toutes les forces de
l’univers qui sont en moi. Ces forces me donnent confiance en moi et en la vie car je sais
qu’elles m’apportent tout ce dont j’ai besoin : physique, émotif ou spirituel. Je suis soutenu
en tout temps ! Les 5 vertèbres lombaires sont concernées dans cette région :
L1 = La première vertèbre lombaire L1 est atteinte lorsque je vis un sentiment
d’impuissance par rapport à quelqu’un ou quelque chose qui ne me convient pas et que
j’ai l’impression que je ne peux changer, que je dois subir. Je deviens alors inerte, sans
vie. Je dépense beaucoup d’énergie sur des choses souvent mineures mais que j’amplifie
tellement qu’elles prennent alors des proportions catastrophiques, ce qui peut même
faire apparaître un sentiment de désespoir. Je peux vivre de l’insécurité par rapport à des
aspects de ma vie mais qui n’a pas vraiment de raison d’être. Je m’attends à ce que l’on
me fasse des vacheries. Je veux tout contrôler mais cela n’est pas humainement possible.
Je tiens tellement compte des autres que je mets complètement de côté mes besoins et
159
ma liberté. Je peux aussi vivre des conflits intérieurs concernant ce que je veux faire mais
que je ne me permets pas. J’ai besoin d’être proche des gens mais en même temps, j’ai
aussi besoin de moments de solitude. Cela fait monter en moi frustration, agressivité et
colère. Ces sentiments durcissent mon coeur♥ si je ne m’en libère pas et me rendent
amer de la vie. Une vertèbre L1 en mauvais état peut amener des malaises en ce qui a
trait aux fonctions de digestion (intestin et côlon) ou d’élimination (constipation,
dysenterie, etc.).
J’accepte ↓♥ le pouvoir que j’ai de changer le cours de ma vie, et la mienne
seulement ! Je refais mes priorités afin de bien canaliser mes énergies.
L2 = L’état de la deuxième vertèbre lombaire L2 dépend beaucoup de ma
flexibilité par rapport à moi-même et aux autres. La solitude et l’amertume souvent
causées par une timidité prononcée sont aussi des facteurs importants qui peuvent
affecter L2. Je suis prisonnier de mes émotions : ne sachant pas comment les vivre et les
exprimer, celles-ci étant parfois vives et explosives, je mets des masques pour me
protéger et éviter qu’on puisse voir ce qui se passe à l’intérieur de moi. Mon malaise peut
devenir tellement grand que je veux « engourdir » mon mal avec de la boisson, des
drogues, le travail, etc., et L2 criera alors au secours. Je ne veux plus qu’on m’abaisse et
qu’on m’humilie. J’ai tendance à broyer du noir et à vivre dans un état dépressif que
j’apprécie un tout petit peu car je suis dans un rôle de victime qui ne m’oblige pas à
passer à l’action et à changer des choses dans ma vie. Je peux blâmer mes parents ou
certains événements de mon enfance pour mes malheurs actuels. Je crois que ma survie
dépend de l’amour des autres. Tout comme L1, un sentiment d’impuissance et aussi
beaucoup de tristesse vont affecter L2. Je suis amer par rapport à la vie parce que je
serais supposé profiter des plaisirs de la vie mais que souvent, je ne me le permets pas, à
cause de mes « obligations » ou par devoir, afin de montrer le bon exemple. Je dois
subvenir à mes besoins mais aussi souvent à ceux d’autres personnes. Je dois apprendre
que je n’ai pas à être parfait. Je peux parfois me sentir incapable ou impuissant par
rapport à une situation, ayant de la difficulté à lâcher prise. Il est à noter qu’une vertèbre
L2 en mauvaise condition peut m’amener des malaises à l’abdomen, l’appendice ou aux
jambes, où je pourrais voir apparaître des varices.
J’accepte ↓♥ de laisser aller la colère ou la rancoeur♥ que j’ai par rapport à moimême
: je ne dois qu’être vrai avec moi-même et les autres et exprimer simplement mes
peines, mes joies, mes doutes, mes incompréhensions, mes frustrations afin d’être plus
ouvert par rapport aux autres et que L2 reprenne vie aussi.
L3 = La troisième vertèbre lombaire L3 est principalement affectée quand je
vis des situations familiales tendues ou orageuses. Il y a souvent conflit au niveau sexuel :
soit qu’il existait ou existe une rivalité, soit qu’il y avait ou qu’il y a des relations hors
mariage qui engendreront des enfants, soit qu’il y a des traumatismes qui son reliés à un
inceste présent ou passé. Je me retiens de dire ou de faire des choses pour ne pas blesser
et ne pas déranger les autres. Mais en faisant cela, c’est à moi-même que je fais du mal.
Je joue les rôles de « bon garçon » ou de « bonne fille » en manifestant une très grande
flexibilité. Mais je deviens « bonasse », ce qui m’amène de la frustration, surtout si j’ai à
mettre mes désirs de côté. Et peut-être, aussi, que je me mets de côté, notamment à
cause de ma culpabilité et de ma timidité qui m’amèneront à me rejeter moi-même. Je
me juge sévèrement, j’ai des « cas de conscience » fondés ou non et qui peuvent se
rapporter à de la trahison. L3 réagit aussi si j’évite de communiquer mes émotions, en
raison de ma grande sensibilité, ne sachant trop comment ces émotions vont être reçues.
Je deviens « paralysé », impuissant même, dans mes émotions, dans mon corps, dans
mes pensées, ce qui empêche ma créativité de se manifester et tout ce qui y est rattaché,
notamment la communication et la sexualité qui restent « rigides » et « frigides ». La
mauvaise condition de L3 peut amener des malaises aux organes génitaux (ovaires et
testicules), à l’utérus (chez la femme), à la vessie ou aux genoux, tels que l’arthrite,
l’inflammation ou des douleurs.
Pour surmonter le découragement, j’accepte ↓♥ de tendre les bras vers les autres et
160
d’oser exprimer mes émotions afin que mon plein potentiel créatif se réveille et se
manifeste.
L4 = Quand la quatrième vertèbre lombaire L4 se rebelle, c’est souvent parce
que j’ai de la difficulté à transiger avec la réalité de tous les jours. Je peux me complaire
dans un monde imaginaire et cela peut m’amener à vivre dans la passivité, étant un peu
las de voir ce qui se passe autour de moi et très attaché au passé. Un certain laisser-aller
s’installe. « Pourquoi s’en faire de toute façon ? » Je subis les événements plus que je ne
les crée, ce qui peut me laisser un goût amer. Cela est particulièrement présent dans le
domaine de mon travail : j’ai d’énormes aspirations mais mes peurs m’empêchent
d’avancer et me freinent dans les promotions que je pourrais avoir. Il s’ensuit une
insécurité par rapport à l’argent. Je me sens hors-norme, différent des autres. Ce peut
être par exemple au niveau de mon travail ou de mon couple qui me paraît mal assorti.
J’essaie de rester dans une structure définie. C’est la seule façon d’obtenir l’approbation
des autres, leur attention et de conserver une image positive. Tout comme L4, j’ai parfois
besoin de me protéger en me fermant car je peux facilement me laisser distraire ou
influencer par ce qui m’entoure, notamment par ce que les gens peuvent dire de moi, et
ma sensibilité peut être grandement touchée. Cela touchera aussi ma sexualité que
j’aurais tendance à nier. Je me casse aussi la tête exagérément et mon discernement est
parfois biaisé ou défaillant car mon mental est très rigide ; cela m’empêche d’avoir une
vue d’ensemble d’une situation et, par le fait même, des solutions ou des avenues
possibles par rapport à elle. Je veux alors contrôler au lieu d’écouter ma voix intérieure.
Il est à noter qu’une vertèbre L4 en mauvais état peut entraîner des douleurs dans la
région de mon nerf sciatique, du corps utérin chez la femme et de la prostate chez
l’homme.
J’accepte ↓♥ d’écouter ma voix intérieure ce qui me redonne la maîtrise de ma vie. Je
reprends mon pouvoir de créer ma vie comme je le veux et je retrouve le goût
d’accomplir de grandes choses !
L5 = Je peux me demander ce qui se passe dans ma vie lorsque la cinquième
vertèbre lombaire L5 est atteinte. Aurais-je une attitude de mépris ou de nonchalance
envers une personne ou une situation ? Je peux vivre un peu de jalousie, de
mécontentement, de frustration, mais j’ai déjà beaucoup, la vie m’a choyé et j’ai de la
difficulté à le reconnaître. Je me dévalorise par rapport aux membres de ma famille, mes
amis, mes collègues de travail, etc. Je me sens différent notamment dans mes fantasmes
sexuels et en conséquence, je vis dans le silence. Je suis coupé de ma beauté intérieure.
Ma vie est teintée de luxure (à tous les niveaux) et j’ai à apprendre à apprécier ce que j’ai
et à cultiver mes relations interpersonnelles : j’ai de la difficulté surtout sur le plan
affectif, à être vrai et à me sentir bien, car au fond de moi, je vis une grande insécurité et
j’ai de la difficulté à exprimer ce que je vis. Donc, j’aurai tendance à être un peu
dépressif, puisque je passerai souvent d’un conjoint à un autre sans trop savoir pourquoi
cela m’arrive, me sentant « correct » dans ce que je vis. J’inventerai toutes sortes de
scénarios et mon attention sera toujours centrée sur les petits détails anodins, ce qui
m’empêchera d’avancer et de passer à autre chose. Une certaine amertume peut
assombrir ma vie et m’empêcher de jouir de celle-ci. Mon incertitude, ma méfiance et le
poids que je porte sur mon dos m’empêchent d’avancer.
J’apprends à savourer chaque instant qui passe et à apprécier toute l’abondance qui
fait partie de ma vie. Je vis dans la gratitude et la joie. Une mauvaise condition de L5
peut m’occasionner des maux de jambes, des genoux aux orteils.
Le bas du dos fait aussi partie du système du centre du mouvement. Si j’ai de la
difficulté à transiger avec la société, tant du point de vue des directions à prendre que du
soutien que j’attends d’elle, je peux vivre de la frustration ou du ressentiment. Je ne veux
pas relever le défi avec certaines personnes ou certaines situations. Mes rapports
personnels avec mon entourage en souffrent. Je peux aussi avoir de la difficulté à
accepter ↓♥ que j’avance en âge. « Je deviens vieux » et j’ai à apprivoiser lentement la notion
de mortalité. Finalement, le bas du dos est relié très étroitement aux deux centres
161
d’énergie inférieurs, le coccyx et le deuxième centre d’énergie qui est relié plus
spécifiquement à la sexualité. Si je vis des conflits intérieurs ou extérieurs par rapport à celleci,
si j’ai refoulé mon énergie sexuelle, si je me sens trahi, une douleur au bas du dos
pourra apparaître. Les 4 vertèbres sacrées et les 5 vertèbres coccygiennes sont en
rapport avec cette région. Lorsque les vertèbres sacrées sont affectées, je peux avoir
l’impression que je n’ai pas de « colonne » et que j’ai besoin de quelqu’un d’autre pour me
soutenir. Je suis constamment « testé » par la vie afin de voir quel est mon niveau d’intégrité
et d’honnêteté. J’ai un potentiel énorme mais est-ce que je suis prêt à faire les efforts
nécessaires pour accomplir mes buts ? Les vertèbres du bas sont les suivantes :
SI, S2, S3 = Puisque les 3 premières vertèbres sacrées sont soudées ensemble,
elles seront traitées ensemble. Elles forment un tout. Elles réagissent à la rigidité que je
manifeste, à mon étroitesse d’esprit par rapport à certaines situations ou à certaines
personnes, à mon esprit fermé qui refuse d’entendre ce que les autres ont à dire. Je veux
avoir le contrôle pour me sentir fort et en sécurité et, si je le perds, je vais rager,
tempêter, et je peux avoir le goût de « botter le derrière » de quelqu’un tant je suis
frustré et plein d’amertume. Tous ces sentiments ont bien souvent leur source dans mes
relations affectives qui ne vont pas toujours comme je le désire et un conflit avec
l’autorité. La communication, tant verbale que sexuelle, est déficiente, pour ne pas dire
inexistante, et je suis constamment en remise en question. J’ai l’impression d’avoir à
nager contre le courant et je me sens dans un « cul-de-sac ».
J’ai avantage à prendre un moment d’arrêt et à voir clair dans ma vie, à réfléchir à ce
que je veux et à édifier une base solide.
S4, S5 = Tous les désirs ont leur source dans les quatrième et cinquième
vertèbres sacrées. Si je suis capable de bien les gérer, si je prends le temps de me
reposer et de faire des choses que j’aime, S4 et S5 vont bien fonctionner. Cependant, si
je vis de la culpabilité, me traitant de paresseux et me confrontant à mes devoirs et à ma
moralité, jugeant ma conduite « pas correcte », S4 et S5 risquent de réagir fortement.
J’ai le droit de faire des choses pour moi et m’évader parfois, mais je dois éviter que cela
devienne un moyen de fuite m’évitant de faire face à mes responsabilités. C’est à ce
moment que la paresse peut devenir non bénéfique : elle me garde dans un état passif de
lassitude qui m’empêche d’aller de l’avant. C’est pourquoi, dans des cas extrêmes, mes
pieds seront aussi atteints. La seule façon de guérir le sacrum fêlé ou cassé, c’est
l’immobilité physique et le temps. Le sacrum est relié au deuxième centre d’énergie qui
se situe au niveau de la première vertèbre lombaire. Un déséquilibre de ce centre
énergétique peut transparaître dans les malaises physiques suivants : du côté des
organes génitaux, il peut y avoir infertilité, frigidité ou herpès ; du côté des reins : cystite,
calculs ; en ce qui a trait à la digestion et à l’élimination : incontinence, diarrhée,
constipation, colite, etc. Les déviations de la colonne vertébrale (scoliose) naissent
habituellement à ce niveau et entraînent avec elles des maux de dos. Le deuxième
chakra, ou centre d’énergie influence mes rapports avec mon entourage et un
dysfonctionnement de celui-ci, qui affecte mon sacrum, sera le signe de mon stress, de
mes angoisses, de mes peurs et de ma tendance dépressive que je dois apprendre à gérer.
Une difficulté au niveau de mon sacrum peut manifester un conflit intérieur par
rapport à ce qui est saint, sacré, mes valeurs religieuses. Suis-je en contradiction avec
celles-ci ou est-ce que je me culpabilise d’avoir mis la spiritualité de côté ? Ai-je
l’impression de devoir faire beaucoup de sacrifices ? J’ai une décision cruciale à
prendre et je me sens perdu par rapport à ce que j’ai à faire. Qui me supporte dans mes
décisions ? Le sacrum se rapporte à ma relation enfant-parent et peut être atteint à
cause d’un sentiment de haine. Je veux avancer dans la vie mais je m’accroche à mon
passé ou aux choses ou personnes qui me sont familières et qui me procurent un
sentiment fictif de stabilité, de contrôle et de protection. Ma dualité intérieure ne peut se
dissiper que si j’identifie honnêtement mes émotions, les accueille ; alors elles
deviennent un outil de transformation.
162
Quant au coccyx, il est relié au premier chakra, ou centre d’énergie, siège de la
survie. Il représente le fondement de ma sexualité, l’accomplissement adéquat de mes
besoins de base (sexualité, nourriture, protection, abri, amour91, etc.) ce qui me
permet d’être stable. Le coccyx est formé de cinq vertèbres coccygiennes qui sont
soudées ensemble. Il représente ma dépendance par rapport à la vie ou à quelqu’un
d’autre. Il y a de fortes chances pour que mon corps me dise que j’ai à m’arrêter lorsque
j’ai mal au coccyx. C’est mon insécurité qui se manifeste par rapport à mes besoins de
base, de survie, notamment le fait d’avoir un toit, de la nourriture, des vêtements, etc. La
nourriture ici englobe les besoins physiques mais aussi émotionnels et sexuels. J’ai
besoin de me sentir en sécurité, tout comme l’oisillon dans son nid. Une affection à mon
coccyx peut provenir de mon sentiment d’être dominé, de me sentir comme un « moins
de rien ». J’ai tendance à m’accroupir dans un coin comme si j’étais en punition : je
sens qu’une partie de moi est morte et je regarde la vie passée sans vraiment en faire
partie. Je demeure dans des situations qui auraient dû cesser il y a bien longtemps mais
mon incertitude et le doute prennent le dessus. Toute personne a besoin d’amour dans
sa vie. Elle a aussi besoin de communication par relations sexuelles avec un ou son
partenaire. Ces besoins sont souvent niés et réprimés, notamment à cause de mes
principes moraux et religieux, ce qui m’amène à être insatisfait. Je peux me sentir alors
impuissant dans tous les sens du terme et la colère mijote à l’intérieur de moi. Je veux
fuir toute situation qui fait mal à ma sensibilité et par rapport à laquelle je peux vivre de
la culpabilité. Par exemple, si je dois faire élever mon enfant par quelqu’un d’autre, mon
coccyx réagit très fortement. Je peux me sentir comme un coucou qui sort de sa
cachette pour quelques secondes et qui doit retourner dans sa petite maison pendant de
longues heures. Je dois mettre mon orgueil de côté, c’est-à-dire mes peurs. Je dois faire
confiance à la vie et surtout me faire confiance dans ma capacité à m’exprimer et à me
prendre en mains. Lorsque j’éprouve des difficultés reliées à cet aspect de moi-même, je
vérifie intérieurement jusqu’à quel point je suis (je veux être) dépendant d’une personne
qui, consciemment ou non, satisfait certains besoins dans ma vie. Je suis capable
d’accomplir mes propres actions, d’être autonome. Il est possible que les personnes
auxquelles je m’attache soient beaucoup plus dépendantes affectivement que moi et
qu’elles aient besoin de ce genre de relation. Puisque le coccyx est relié au premier
chakra, un déséquilibre au niveau de ce centre d’énergie peut amener des troubles
physiques, les plus courants touchant le rectum ou l’anus (hémorroïdes,
démangeaisons), la vessie (troubles urinaires, incontinence), la prostate. On peut
retrouver également des douleurs à la base de la colonne vertébrale, une prise ou une
perte de poids considérable (obésité, anorexie) et une mauvaise circulation sanguine au
niveau des jambes (phlébite), des mains et des pieds. Ces malaises m’indiquent que j’ai
besoin de rééquilibrer ce centre d’énergie. Si je fais une chute sur mon coccyx qui
occasionne de la douleur, je me demande dans quelle situation j’ai l’impression de
tourner en rond. Je suis dans « un cul-de-sac ». Je nie mes pulsions. Puisque j’ai peur de
mes propres émotions, je me raidis le dos pour projeter une bonne image mais la vie me
ramène à l’ordre et me fait « revenir les deux pieds sur terre ».
J’accepte ↓♥ de voir jusqu’à quel point je fais preuve d’indépendance et de vigueur
dans ma vie. Je dois laisser aller tout sentiment d’inquiétude par rapport à mes
besoins de base et prendre conscience maintenant des forces qui m’habitent et
affirmer que je suis la personne la mieux placée pour assurer ma propre survie.
91 Amour : l’amour dont il est question ici est comme l’amour d’une mère pour son enfant. Lorsque mon coccyx est
affecté, il se peut que je vive la peur de perdre ou de ne pas avoir au moins un amour semblable à celui qu’un enfant est en
droit d’attendre de sa mère. C’est de ce genre d’amour dont il est question ici et non pas d’une relation amoureuse entre
adultes.
DOS — FRACTURE DES VERTÈBRES
VOIR AUSSI : OS — FRACTURE
La fracture d’une vertèbre est généralement le résultat d’une révolte intérieure, une
réaction d’inflexibilité mentale reliée à l’autorité. Je vois la vie avec une étroitesse d’esprit
telle que je m’attire cette fracture. Mes pensées sont trop rigides, je refuse de me plier à
163
certaines idées nouvelles qui m’éloignent de l’amour et qui m’apportent de la douleur. Je
suis intransigeant et souvent très orgueilleux et j’aurais avantage à développer plus
d’humilité. Le dos est mon soutien et mon support ; le voir blessé est inconfortable. J’en ai
assez de porter tout ce poids sur mes épaules. JE VEUX QU’ON ME RECONNAISSE ET ME
RESPECTE. Il y a une dualité à l’intérieur de moi qui me détruit. J’aspire à être centré, en
contact avec mon essence afin de savoir parfaitement ce qui est bon pour moi. Je veux être
créateur de ma vie. Je me sens pris dans une situation et je dois aller de l’avant pour m’en
libérer.
J’accepte ↓♥ mes attitudes présentes en sachant que je peux les modifier dès maintenant.
La vie est belle à vivre avec son flot de changements et il est important de respecter cela. Je
reste ouvert à la vie, car je sais qu’elle est bonne pour moi. Je me laisse porter par le courant
de la vie.
DOULEUR
La douleur est un des moyens que le corps utilise pour attirer mon attention et me dire
que j’ai à m’arrêter et à prendre conscience que j’ai des changements à apporter dans ma
vie et dans ma façon de me percevoir et de me juger. Quelle que soit la douleur, elle est
reliée à un déséquilibre d’ordre émotionnel ou mental, à un sentiment profond de
culpabilité ou de peine. C’est une forme d’angoisse intérieure et, parce que je me sens
coupable d’avoir fait quelque chose, d’avoir parlé ou même d’avoir eu des pensées
« malsaines » ou « négatives », je me punis en manifestant inconsciemment une douleur
d’intensité variable. La question à me poser : « Suis-je vraiment coupable ? Et de quoi ? » La
douleur vécue présentement ne fait que masquer la véritable cause : la culpabilité. Mes
pensées sont très puissantes et je dois rester ouvert pour bien identifier ces culpabilités. Je
n’ai pas à éviter celles-ci, mais à les affronter, car ce sont des peurs que j’aurai besoin
d’intégrer tôt ou tard. La douleur m’indique aussi que quelque chose est inaccompli, faux.
C’est un « doux leurre » : je crois avoir compris mais il me reste une autre étape à franchir
pour être vraiment dans la Vérité et par conséquent dans le bien-être, la non-douleur. Je
peux me complaire dans cet inconfort au lieu de faire face à mes émotions. Au lieu de vouloir
engourdir la douleur avec des médicaments de toutes sortes, je peux plonger dans ma
douleur et découvrir ce qu’elle veut m’apprendre. Je fais ainsi par rapport à la peur qui est
emprisonnée dans cette douleur. Si j’en prends conscience, je peux par la suite m’en
libérer. J’ai besoin de faire confiance et lâcher prise par rapport à une personne ou une
situation pour laisser aller la tension intérieure. La douleur physique fait souvent suite à
une séparation vécue qui augmente ma sensibilité. Je la vis d’une façon brutale. Si je donne
un coup à quelqu’un, ce contact douloureux, même s’il est plus émotif que physique, laisse
une empreinte et la douleur peut apparaître autant sur la personne qui a donné le coup que
sur celle qui l’a reçu. La douleur aux os indique que la situation m’affecte au plus profond
de mon être, tandis qu’aux muscles, c’est davantage une douleur d’ordre mental. La
douleur me « branche » instantanément à ma souffrance morale et m’oblige à m’arrêter et
à sentir ce qui se passe dans mon corps. Dans un sens, elle est positive car elle me permet de
me « connecter » à moi-même en tant qu’âme et de devenir conscient. Lorsque la douleur
est « chronique », cela signifie simplement que, depuis l’apparition de la douleur, je n’ai
pas affronté la cause réelle de cette douleur. Plus je tarde à en prendre conscience, plus la
douleur revient régulièrement jusqu’à devenir « chronique ».
Il est important que j’accepte ↓♥ de vérifier l’origine de ma douleur et que je demeure
ouvert afin de régler la « vraie » cause de ma douleur. L’endroit où est localisée la douleur
me donne des indications sur la cause réelle de celle-ci.
DOULEUR CARDIAQUE
VOIR : COEUR♥ — PROBLÈMES CARDIAQUES
DOUTE
Le doute est directement relié au mental. C’est un état obsessionnel qui m’empêche de me
« brancher » clairement dans le physique. Le doute peut résulter de questionnements tels
que : l’ai-je fait ou pas ? Je me pose des questions très terre-à-terre ou au contraire sous
164
forme métaphysique, portant sur la valeur de la vie, de la religion, du devoir, de la vérité, etc.
Je remets constamment mes décisions en question, je me demande si j’ai fait le bon choix par
rapport aux situations de ma vie. Le doute peut troubler et empoisonner mon existence.
J’accepte ↓♥ d’écouter ma voix intérieure et de faire davantage confiance à la vie. En
rassurant mon moi intérieur, j’accepte ↓♥ de rester libre des attaches mentales qui freinent
mon évolution spirituelle. Lorsqu’il s’agit de mes relations avec les personnes de mon
entourage, plutôt que de m’empoisonner l’existence avec le doute, j’apprends à vérifier
mes besoins, mes impressions, mes intuitions auprès de ces personnes.
DROGUE
VOIR AUSSI : DÉPENDANCE
Véritable fléau de l’humanité, les drogues constituent l’une des pires fuites de l’être
humain pour sa survie. Extraites de plantes ou de substances fabriquées synthétiquement, les
drogues dites « douces » (marijuana, haschich, etc.) ou « dures » (PCP, cocaïne, héroïne,
etc.) sont souvent utilisées pour un ou plusieurs des motifs suivants : désespoir, honte, fuite
extrême, peur de l’inconnu et des responsabilités. La drogue est mon refuge, je me protège
contre moi-même. Puisque je refuse de vivre et d’être responsable, mes faiblesses
intérieures risquent de m’amener vers les drogues. J’ai peur de faire face à la réalité et
d’avoir à faire des efforts. Ma volonté s’endort et j’ai de moins en moins tendance à prendre
des décisions. Je me « laisse vivre »… Plusieurs drogues entraînent souvent de grandes
dépendances qui ne font que refléter mes « propres dépendances » intérieures : délinquance,
parent(s) absent(s), introversion, névrose, compulsion émotionnelle ou sexuelle que je tente
de refouler en dopant mon mental. L’impression d’être séparé, voire même « arraché » soit
d’un être cher (parent, frère, soeur, animal, etc.) soit d’un endroit ou d’une situation qui
m’apportait beaucoup de bonheur, peut m’amener à vivre un vide intérieur que je veux fuir
par la drogue. Je peux souffrir d’une relation avec un de mes parents, souvent ma mère, qui
était sans émotion, sèche. Ces drogues qui sont des stimulants me permettent de « planer »,
d’atteindre certains sommets et de vivre une expérience qui me donne l’illusion d’être enfin
« heureux » en m’évadant. Je ne peux plus m’en passer et ma dépendance s’accentue et
s’aggrave avec le temps. Le premier pas est la prise de conscience, franche et sans masque :
pourquoi ai-je recours à ces substances ? Je deviens conscient qu’il y a toujours une raison.
Peu importe la nature de celle-ci, j’accepte ↓♥ de découvrir la vraie raison.
Je m’accepte ↓♥ tel que je suis et j’apprends à exprimer mes besoins. Cesser de
consommer me demande beaucoup de courage, mais la recherche de la paix intérieure est ma
motivation. Parvenir à être moi-même en toute circonstance me permet d’atteindre et de
vivre la vraie paix intérieure et de me sentir à ma place dans ce grand univers.
Quelques-unes de ces drogues sont :
Haschich – Marijuana : je suis à la recherche d’un monde sans problème, je fuis.
Amphétamine – Cocaïne : elle stimule la productivité donc je recherche le succès,
l’amour, la reconnaissance.
LSD – Mescaline, Champignons magiques, Héroïne : je recherche des sensations
et l’expansion de la conscience. Dans le cas de l’héroïne ; je me demande jusqu’à quel
point j’ai idéalisé ma mère ou une femme influente dans ma vie et que je considérais
comme une héroïne ; ai-je toujours cette opinion ou m’a-t-elle déçu, trahi ?
Opium : il amène jouissance, paresse et donne une fausse apparence de paix intérieure.
DUODÉNUM
VOIR AUSSI : INTESTINS [MAUX D’…]
Le duodénum est la partie initiale et la partie la plus courte de l’intestin grêle, succédant
au pylore et se poursuivant par le jéjunum jusqu’à l’iléon. La majeure partie de la digestion et
de l’absorption s’effectue par l’intestin grêle. Le duodénum représente donc la synthèse de
la réception et de l’intégration. Il y a un lien d’équilibre entre donner et prendre. Lorsqu’il y a
un dysfonctionnement au duodénum, je me sens confronté à de nouvelles idées.
Inconsciemment, je doute de moi. Je manque de confiance en ma capacité à bien gérer une
165
adaptation quelconque. Il peut s’agir de relations affectives, ou ce peut être au niveau de ma
famille où je me sens contrarié, ou je vis une injustice. Il y a quelque chose ou quelqu’un qui
me contrarie et que je ne supporte pas. Il y a une dispute qui a besoin d’être réglée et j’ai
besoin que l’on m’aide. Je me sens tiraillé : j’ai l’impression d’avoir à me sacrifier pour le peu
d’amis que j’ai et qui sont souvent peu gentils. Un ulcère duodénal est causé par une
grande insécurité et une méfiance par rapport aux autres. Je prends conscience que ce mot
est formé du mot « duo ». Il y a donc un lien avec les échanges interpersonnels. Je me sens
rongé de l’intérieur, cela me brûle en dedans. Je ne digère pas cette situation, cela m’irrite et
je m’entête à vouloir tout contrôler dans mes relations. Est-ce que je me sens dominé par
quelqu’un ou quelque chose ? Est-ce que j’ai peur de ne pas posséder tout ce qu’il faut pour
être aimé tel que je suis ? Je prends conscience de ces peurs et je laisse aller ces vieilles
idées.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de ma capacité à laisser circuler les énergies sans
résister à la vie et que parmi mes forces, se trouvent celles de faire confiance et de capacité
d’adaptation. En retrouvant ma paix intérieure, ce feu qui me rongeait de l’intérieur
s’estompe et mon duodénum s’en porte bien mieux.
DUODÉNUM (ULCÈRE AU…)
VOIR : ESTOMAC [MAUX D ’…]
DUPUYTREN
VOIR : MAINS — MALADIE DE DUPUYTREN
DURILLONS
VOIR : PIEDS — DURILLONS
DYSENTERIE
VOIR : INTESTINS/DIARRHÉE/DYSENTERIE
DYSLEXIE
La dyslexie est une difficulté d’apprentissage de la lecture et de l’orthographe, en dehors
de toute déficience intellectuelle et sensorielle et de trouble psychiatrique. Après avoir lu
facilement quelques mots, je suis incapable de comprendre ce qui suit, je m’arrête et je ne
peux reprendre qu’après quelques secondes de repos.
Je veux aller trop vite dans ma vie. Ma pensée va plus vite que mes paroles, tout se
bouscule à la sortie. Que je vive dans un milieu familial perturbé ou que j’aie été trop couvé,
dans les deux cas, je veux satisfaire un de mes parents (ou un de mes proches) et j’ai peur de
ne pas être à la hauteur, de ne pas répondre à leurs exigences. Je me sens vulnérable car je
manque d’estime de moi et je trébuche devant les difficultés. Elle est le résultat d’une
situation bouleversante que je vis, spécialement si je suis un enfant. Les difficultés par
rapport à l’écrit me rappellent « les cris » que j’entends, soit à la maison ou à l’école et que
je ne peux plus tolérer. Je ne sais pas comment me sortir de cette situation, je voudrais
qu’elle s’arrête à n’importe quel prix ! S’il s’agit plutôt de la difficulté à lire, je regarde dans
quelle situation on m’a obligé à lire, par exemple devant une salle où il y avait beaucoup de
monde, ou encore, j’ai été ridiculisé, et chaque fois que je lis, cela réactive ce stress que j’ai
vécu dans cette situation précise. J’ai aussi l’impression que les structures dans lesquelles je
vis (règles à la maison ou à l’école) sont trop strictes. Je me sens comme un petit soldat qui
doit écouter les ordres, autrement, je serai puni. Mes parents me protègent tellement que je
le vois comme une punition. Si je suis le parent de cet enfant, je regarde comment je peux
communiquer plus dans le calme et la compréhension mes besoins, au lieu de crier, si c’est le
cas, mon désarroi, et utiliser une certaine forme de violence non bénéfique.
J’accepte ↓♥ de me donner le temps de faire les choses, une étape à la fois, sans trembler,
sans tout bousculer. Je prends le temps de respirer, de me calmer. Je sais que je suis un être
intelligent et je développe ma volonté en faisant une étape à la fois. J’accepte ↓♥ de
reconnaître l’amour qui est en moi. Je me donne la possibilité de m’aimer et d’accepter ↓♥
que cet état est passager, je sais que j’arriverai à mes fins. J’accepte ↓♥ aussi, comme enfant,
d’avoir le pouvoir de décider ce qui est bon pour moi. J’apprends à me faire confiance et à me
166
réapproprier ma capacité d’apprentissage car je sais que tout au fond de moi, je peux y
arriver à force de courage, de volonté et de ténacité. J’utilise dorénavant la lecture comme un
outil qui m’ouvre les portes sur le monde. Je risque de dire aux personnes concernées ce qui
ne me convient plus car je veux vivre dans la paix et l’harmonie. Je sens ainsi plus de liberté
et je prends conscience que les règles existent pour m’encadrer, me supporter et me guider.
DYSMÉNORRHÉE
VOIR : MENSTRUATIONS [MAUX DE …]
DYSTROPHIE MUSCULAIRE
VOIR : MUSCLES — DYSTROPHIE MUSCULAIRE
167
E
ECCHYMOSE
VOIR : PEAU — BLEUS
ÉCLAMPSIE
VOIR : GROSSESSE — ÉCLAMPSIE
ECTROPION
VOIR : PAUPIÈRES [EN GÉNÉRAL…]
ECZÉMA
VOIR : PEAU — ECZÉMA
ÉGOCENTRISME
Lorsque je suis égocentrique, j’ai tendance à rapporter tout ce qui m’entoure à moi. Je
me considère alors comme le centre du monde. À la différence de la personne égoïste, je
pourrai penser aux autres et les aider tout autant que cela est conforme à mon propre intérêt.
Si je vis de cette façon, c’est que j’ai besoin d’équilibrer mon insécurité intérieure pour
m’empêcher de vivre de la soumission.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience qu’au-delà de moi, il y a les autres. Tout en gardant
la place qui me revient dans la vie, je peux considérer le point de vue des autres. Je m’ouvre à
ma sensibilité. Je cesse de me regarder le nombril et je m’ouvre au partage, à l’amitié et à
l’amour. Donc, je donne et je reçois.
ÉJACULATION PRÉCOCE
L’éjaculation précoce ou éjaculation prématurée peut être reliée à mes premières
expériences sexuelles.
Lorsque je me masturbe, je me sens coupable parce que je le ressens comme étant
« mal » ou « défendu ». Je me dépêche donc d’atteindre l’éjaculation. Le fait de vivre une
sexualité et de penser que je n’y ai pas droit m’oblige à « aller vite » : ce que je fais est mal et
je désobéis à certaines règles. Le plaisir dans le défendu a toujours eu un attrait très fort et,
même de façon inconsciente, je tente de le revivre. Je peux aussi m’imposer des pressions et
de la nervosité dans mon désir de performance. Je veux me prouver à moi et à ma/mon
partenaire « ce dont je suis capable », avec des résultats contrariants et souvent inattendus.
Je peux avoir un sentiment de désir et de possession, par rapport à mon/ma partenaire,
tellement grand que je n’arrive pas à le maîtriser. Le contact avec mon/ma partenaire peut
raviver ma peur de perdre son amour et d’être abandonné ou rejeté, donc cela me fait
« perdre mes moyens ». À moins que je ne veuille inconsciemment lui faire un règlement de
compte ?
J’accepte ↓♥ de me détendre et de réapprendre le plaisir sexuel relié à la masturbation
dans un climat libre de contraintes et de culpabilité. Seul ou avec ma/mon partenaire, je
redécouvre le plaisir de la masturbation en retardant de plus en plus le moment de
l’éjaculation. Cela devient un jeu dans lequel je trouve beaucoup de plaisir. Je peux aussi
entreprendre une psychothérapie qui m’aidera à atténuer cette culpabilité que j’ai pu vivre
dans mon enfance ou qui fera diminuer mon anxiété à vouloir m’améliorer en développant
davantage de confiance en moi.
EMBOLIE
VOIR : SANG — CIRCULATION SANGUINE/COAGULÉ
EMBOLIE ARTÉRIELLE
VOIR : SANG — ARTÈRES
168
EMBOLIE CÉRÉBRALE
VOIR : CERVEAU [MAUX AU …]
EMBOLIE PULMONAIRE
VOIR : POUMONS [MAUX AUX …]
EMBONPOINT
VOIR : POIDS [EXCÈS DE …]
ÉMOTIVITÉ
L’émotivité, ou plutôt l’hyperémotivité font que toutes mes émotions sont à fleur de
peau. Un rien me bouleverse. Lorsque je suis dans cet état, je me sens paralysé, ma vue se
brouille et je peux même en perdre l’équilibre. Je vis insécurité, peur et anxiété, je suis en
hyperactivité mentale et j’ai tendance à tout dramatiser. J’ai aussi tendance à moins être dans
l’action, à moins accomplir des tâches, à réaliser très peu de projets car la peur me paralyse.
Je deviens émotionnellement et physiquement fragile. J’ai alors le réflexe de m’isoler du
monde pour me protéger. Les symptômes physiques reliés à l’hyperémotivité sont :
accélération du rythme cardiaque, serrement de gorge, digestion difficile (allant même
jusqu’à des ulcères d’estomac), constipation, diarrhée et raideurs musculaires. Ayant peur de
l’inconnu, je vais donc prendre des habitudes afin de diminuer l’angoisse liée à cet inconnu.
D’où vient cette agitation ? Elle peut être le résultat d’un traumatisme affectif, de conflits
répétés, d’un climat habituel de vie à base d’insécurité (affective ou matérielle), etc.
J’accepte ↓♥ de reprendre contact avec mon essence propre, de considérer mon
émotivité comme un mode de communication avec les autres. La méditation, la relaxation
ou toute technique qui m’amène à me calmer, à me ramener ici et maintenant, peut m’aider à
reprendre contact avec mon être intérieur et à rééquilibrer mes émotions. De cette façon, je
redécouvre mes vrais besoins et j’apprends à me faire confiance, car je sais que tout me vient
de façon parfaite pour mon évolution.
EMPHYSÈME PULMONAIRE
VOIR : POUMONS — EMPHYSÈME PULMONAIRE
EMPOISONNEMENT PAR LA NOURRITURE)
L’empoisonnement ou l’intoxication survient quand une substance toxique
s’introduit dans mon corps : un ensemble de troubles physiques s’ensuit.
Lorsqu’il y a empoisonnement, j’ai à regarder qui ou quoi empoisonne mon
existence. Ce n’est pas tant la nourriture qui est en cause que le reflet de mes propres
pensées. D’ailleurs, toutes les personnes qui ont pris la même nourriture ne vont pas toutes
souffrir d’empoisonnement. Je prends conscience de la situation ou de la personne qui
me dérange à ce point. Je cherche vers qui ou vers quoi je suis entraîné et quelles sont les
pensées empoisonnées que j’entretiens par rapport à cette personne ou à cette situation.
Qu’est-ce qui empoisonne mon existence ? Qu’ai-je à comprendre de cette situation ?
Pourquoi est-ce que je suis aussi fataliste ? L’empoisonnement met en lumière mon côté
faux, artificiel très développé : je ne fais que jouer un rôle. Mes valeurs sont celles des autres :
cela évite de créer des raz de marée. Ce peuvent être l’autorité ou les règles sociales qui
empoisonnent mon existence. Je me sens en prison dans un aspect de ma vie. Je me
demande jusqu’où je peux aller dans ce que j’exprime car j’ai conscience du poids des mots
et de ce que cela implique.
J’accepte ↓♥ de ramener la « situation empoisonnante » à sa plus simple expression et
je la résume en un mot : peine, frustration, jalousie, etc. Puisque tout ce que je n’accepte ↓♥
pas revient dans ma vie, et ce, de plus en plus fort, jusqu’à ce que je l’accepte ↓♥, j’ai intérêt à
m’ouvrir ici et maintenant et à accepter ↓♥ avec mon coeur♥ cette situation. Dès lors, je
réalise que cette personne ou cette situation est là pour m’aider à me dépasser et à avancer.
Je laisse sortir de moi tous les poisons : toutes mes attitudes, mes actions, mes émotions qui
ne conviennent plus. Je reprends la maîtrise de ma vie dans la simplicité et la vérité.
169
EMPYÈME
VOIR : ABCÈS
ENCÉPHALITE
VOIR : CERVEAU — ENCÉPHALITE
ENCÉPHALOMYÉLITE FIBROMYALGIQUE
VOIR : FATIGUE CHRONIQUE [SYNDROME DE …]
ENDOMÉTRIOSE
L’endométriose est la formation de fragments de muqueuses à l’extérieur de la paroi
utérine.
Elle est reliée au refus inconscient de la maternité. Il arrive souvent que la relation que
j’ai ou j’ai eue avec ma mère ou l’héritage qu’elle m’a laissé (autant au niveau physique
qu’émotif) soit en conflit avec ce que je suis et la place que je veux occuper dans ce monde. Je
ne sais pas comment me positionner par rapport à cette dame qui a été si influente dans ma
vie. En m’exprimant, j’ai peur de me la mettre à dos. Se peut-il que mes parents s’aimaient
mais que je nie ce fait ? Si je viens d’une famille dite « éclatée », je peux avoir peur que la
famille que je vais offrir à mon enfant ne soit pas parfaite, qu’elle ne soit pas assez bien. C’est
comme si le nid de cet enfant était ailleurs, que je ne peux pas l’accueillir convenablement
chez moi. Ai-je un doute par rapport à mon couple ? Ai-je peur que moi ou mon conjoint
« aille voir ailleurs » ? Mes aspirations et ma vie de couple me font-elles craindre qu’un
enfant change tout dans ma vie ? Je doute de mes capacités d’être une bonne mère. Peut-être
ai-je peur ou l’impression que la demeure, le foyer de cet enfant à venir sera à l’extérieur de
ma maison. Par exemple, si je sais que mon enfant devra aller se faire garder la majorité du
temps dans une garderie, je peux avoir peur que mon enfant associe son « vrai foyer » à cet
endroit et/ou à cette personne avec qui il passe la plus grande partie de ses journées. Il peut
aussi arriver que je n’accepte ↓♥ pas le monde dans lequel je vis ou que je n’ose pas en faire
partie. Si je n’accepte ↓♥ pas ce monde, comment puis-je y amener un autre être ? Pourtant,
avant même de naître, j’ai choisi de venir en ce monde. Je me demande qu’est-ce qui fait que
j’ai de la difficulté à m’accepter ↓♥ telle que je suis et à canaliser ma créativité. Je me laisse
marcher dessus, j’avale tout sans rien dire. J’ai l’impression que je n’ai pas de force pour me
tenir debout et m’affirmer et de constamment vivre des échecs. Je deviens agressive car je
sais que je m’empêche de réaliser des choses, ayant de la difficulté à me focaliser sur mes
objectifs.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience de la relation entre mes craintes, mes doutes, mon
incertitude et la situation que je vis, et j’accepte ↓♥ d’exprimer ouvertement ce que je ressens.
Je m’affirme en tant qu’individu. Je reconnais ce que je suis et je ne laisse plus personne
abuser de moi. Tous vont me respecter et ainsi, je peux m’épanouir et laisser s’exprimer toute
ma créativité.
ENFANT BLEU
La venue de l’enfant bleu est liée à une malformation de son coeur♥ au stade
embryonnaire, qui a comme conséquence de remettre en circulation le sang pauvre en
oxygène (sang bleu) dans la grande circulation artérielle, sans passer par les poumons pour y
recevoir plus d’oxygène (sang rouge).
Si je suis un enfant bleu, aussi appelé bébé bleu, j’ai pu capter, dans le sein de ma
mère, une grande peur qu’elle avait en elle de s’ouvrir à l’amour du monde extérieur. Cela
pouvait provenir d’une grande blessure et d’un « repli sur soi par rapport à l’amour » causés
par un événement qui lui aurait brisé le coeur♥ ». Je ne dois pas tenir ma mère responsable
de mon état. Par la loi des affinités, je suis arrivé dans cette famille parce que j’avais des défis
semblables à relever par rapport à l’amour. Je ne fais que manifester plus concrètement
dans le physique la prise de conscience que j’ai à faire et, ma mère et moi, nous pourrons
nous aider mutuellement en cela.
J’accepte ↓♥ dès à présent que l’amour est la vie elle-même et que mon pouvoir
grandissant d’amour formera un bouclier d’amour qui me protégera lors de mes échanges
170
avec le monde extérieur.
ENFANT HYPERACTIF
VOIR : HYPERACTIVITÉ
ENFANT MORT-NÉ
VOIR : ACCOUCHEMENT — AVORTEMENT
ENFLURE
VOIR : OEDÈME
ENGELURES
VOIR : PEAU — ENGELURES
ENGOURDISSEMENT — TORPEUR
L’engourdissement se caractérise par un membre qui est insensible, lourd, qui
fourmille et qui souvent ne peut pas bouger.
L’engourdissement physique est le reflet de mon engourdissement mental. Je
souffre, je suis blessé. J’ai tellement mal que j’ai décidé de ne plus ressentir, de ne plus laisser
circuler l’énergie. J’engourdis mes sentiments. Je me « retire » parce qu’une partie de
moi a été blessée et que je ne veux plus la sentir. Donc, je me rends moins sensible. Je
deviens inactif par rapport à ce qui se passe autour et en dedans de moi. J’ai peur qu’on me
fasse du tort. Il s’agit d’une « mort » partielle afin de m’éviter de souffrir. Ces blessures sont
souvent présentes depuis l’enfance, elles se sont aggravées au fil des ans et je les porte comme
un fardeau. Je n’ai pas appris à m’aimer et je me suis fermé à l’amour au lieu de partager cet
amour et ma compassion. C’est une forme de fuite. Cela peut représenter pour moi une
froideur intérieure, un désir de retenir l’amour, un manque de dynamisme. Puisque j’ai
l’impression de ne pas avoir de pouvoir sur moi-même, j’ai tendance à vouloir contrôler les
autres, les retenir. Il arrive souvent qu’au fil des ans, les rêves et les ambitions que j’avais
étant plus jeunes disparaissent, ou plutôt que je choisisse de les « engourdir », ayant perdu
espoir de les réaliser. Je me mets en situation de léthargie. Pourtant, ils sont encore présents
et si je suis dans une période de remise en question, ces rêves peuvent revenir me hanter car
non réalisés et je veux, même inconsciemment, ne pas entrer en contact avec ceux-ci pour
éviter de revivre la douleur reliée au fait d’avoir dû y renoncer. L’engourdissement ne veut
que me rappeler que ces rêves sont toujours vivants et qu’il est encore temps de les réaliser
afin de donner un nouveau sens à ma vie. La partie de mon corps affectée ainsi que le côté
(gauche ou droit) me permet d’identifier à quel niveau se situe ma blessure.
J’accepte ↓♥ de retrouver maintenant ma spontanéité par rapport à la vie, que je dois
réveiller en moi plus d’amour, de dynamisme et d’enthousiasme sur l’aspect de ma vie qui
est concernée. J’augmenterai ainsi ma qualité de vie en ce monde, ce à quoi j’ai droit.
J’accepte ↓♥ ici et maintenant, d’apprendre à m’aimer davantage et de m’ouvrir réellement à
l’amour, au lieu de retenir cet amour et ma compassion. Je lève la barrière que j’avais
installée depuis si longtemps. Plus j’apprends à m’aimer, plus je réalise qu’il y a un retour : je
reçois amour et amitié. Cette sérénité que je cherchais depuis toujours à l’extérieur jaillit
maintenant de moi et je la communique aux autres.
ENNUI
VOIR AUSSI : DÉPRESSION, MÉLANCOLIE
L’ennui manifeste une tristesse profonde, un grand chagrin. Dès que je dis je m’ennuie
(je me nuis), c’est que je n’utilise pas ma force et mon potentiel. Pourquoi ai-je toujours
besoin de la compagnie des autres comme stimulant ? Quel est ce chagrin qui me poursuit et
que je veux fuir ? L’ennui est de la mélancolie qui, à long terme, peut me mener à la
dépression nerveuse si je ne réagis pas. C’est comme si je vivais dans une nuit sans fin,
sans espoir de voir un jour le soleil. La mélancolie est reliée à un manque, à un vide que je
ressens dans ma vie. Je prends conscience de cet état.
J’accepte ↓♥ de me laisser guider par mon moi supérieur puisque toutes les ressources
sont en moi. J’accepte ↓♥ d’être à l’écoute de ma voix intérieure. La méditation et des
traitements énergétiques peuvent m’aider. Il m’appartient de diriger ma vie car je suis entier
171
et autonome dans mon univers.
ENROUEMENT
VOIR AUSSI : APHONIE
Lorsque mon timbre de voix devient sourd, rauque ou éraillé, c’est alors que j’ai la voix
enrouée.
L’enrouement signifie que je souffre d’épuisement mental et physique. Quelque chose
empêche mes « roues » de tourner sans anicroche92. Je vis un blocage émotionnel, une
émotion vive, et je retiens mon agressivité. Comme la gorge se rapporte au centre d’énergie
de la vérité, de la communication et de l’expression de soi (chakra de la gorge), je peux me
sentir pris par la vérité que j’ai de la difficulté à assimiler et par mes convictions personnelles.
J’ai recours à certains palliatifs ou certains stimulants tels café, alcool, cigarettes, etc. Et,
quand l’effet disparaît, l’enrouement réapparaît. La fatigue que je ressens amplifie les
inquiétudes et les soucis auxquels je ne voulais pas faire face. Il y a une très forte dualité à
l’intérieur de moi : « dire ou ne pas dire ? Est-ce que je dis la vérité ou non ? » Si je suis
inquiet par rapport à la façon dont les autres vont recevoir ce que je dis ou si je ne suis pas
sûr de ce que j’avance, ma peur ou mon incertitude transparaissent dans ma voix qui devient
enrouée. Au lieu de communiquer vraiment ce que je pense et ce que je vis, j’exprime plutôt
ce que je crois que les autres attendent de moi, ce qui en un sens s’apparente à un mensonge.
Donc, au lieu de m’en remettre à ma force intérieure, je m’appuie sur les autres, ce qui est
très fragile (comme ma voix) et insécurisant.
Je prends conscience que j’ai besoin d’un temps d’arrêt et j’accepte ↓♥ de me donner le
repos et le temps nécessaires pour me régénérer. En étant reposé, les situations et les
événements reprennent leur proportion réelle, je suis beaucoup plus objectif et plus lucide
pour prendre les décisions qui s’imposent. Je me permets d’exprimer mes émotions. Je
prends conscience que si je parle avec mon coeur♥, je suis en plein contrôle de mes moyens
et je me sentirai à l’aise pour m’exprimer librement. Ma voix pourra elle aussi s’exprimer
pleinement car j’ai maintenant confiance en ce que je dis et je sais que les autres écoutent
avec leur coeur♥ ce que j’ai à dire.
92 Sans anicroche : sans obstacle ou difficulté.
ENTÉRITE
VOIR : INTESTINS — GASTRO-ENTÉRITE
ENTORSE
VOIR : ARTICULATIONS — ENTORSE
ÉNURÉSIE
VOIR : INCONTINENCE, « PIPI AU LIT »
ENVIE
VOIR : PEAU — TACHES DE VIN
ÉPANCHEMENT DE SYNOVIE
VOIR : BURSITE
ÉPAULE(S) (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : ARTICULATIONS
Les épaules représentent ma capacité de porter une charge. Mes épaules portent mes
joies, mes peines, mes responsabilités et mes insécurités. Elles font référence au
fardeau de mes actions ou celles que je voudrais faire. Comme toute autre personne, je ne
suis pas exempt de porter un fardeau. Si je me rends responsable du bonheur et du bien-être
des autres, j’augmente alors le poids que je porte et j’ai mal aux épaules. J’ai l’impression
d’avoir « trop à faire » et de ne jamais être capable de tout accomplir. Je peux aussi avoir
l’impression qu’on m’impose des choses ou qu’on m’empêche d’agir, soit à cause d’opinions
différentes soit qu’on ne veut tout simplement pas m’assister et m’appuyer dans mes projets.
Je me sens bloqué. J’ai souvent l’impression qu’on me donne des « claques » dans la figure
et je n’en peux plus. Je me sens impuissant et j’ai l’impression que je dois « baisser les
172
armes ». C’est comme si on voulait me fusiller. Je vois ma vie d’une façon embrouillée et je
ne peux plus voir toutes mes belles qualités. J’ai aussi mal aux épaules lorsque je vis de
grandes insécurités affectives (épaule gauche) ou matérielles (épaule droite) ou que je me
sens écrasé par le poids de mes responsabilités, tant affectives que matérielles. Je ne me sens
pas épaulé. Je suis enfermé dans une structure et je n’arrive pas à « défoncer la porte » pour
m’en sortir. J’ai tellement peur de demain que j’en oublie de vivre aujourd’hui. Les difficultés
auxquelles je me heurte, la responsabilité d’avoir à créer, à faire et à réussir, tout cela peut
« m’écraser ». Je peux vouloir me prouver que je peux quand même faire front aux situations
en ayant les épaules projetées vers l’arrière, ma poitrine étant plus mise en évidence, mais la
réalité est que mon dos est faible et tordu par la peur. Je m’impose constamment la
perfection, je peux même aller jusqu’à me « flageller » émotionnellement si j’ai l’impression
d’avoir été lâche. Je peux m’en vouloir de ne pas avoir pu retenir sous mes ailes une personne
qui m’est chère. Je vis beaucoup de remords et de « j’aurais dû… ». Je suis angoissé et je m’en
fais trop pour l’avenir. Si la partie affectée de mon épaule concerne les os (fracture,
cassure), cela aura davantage rapport avec mes responsabilités fondamentales. Si la partie
affectée de mon épaule concerne les muscles, cela aura davantage rapport avec mes
pensées et à mes émotions. J’apprends aussi à laisser circuler l’énergie de mon coeur♥
jusqu’aux épaules et ensuite dans mes bras, ce qui évitera la rigidité et la douleur, car mes
épaules représentent l’action et aussi le mouvement, de la conception jusqu’à la matière.
C’est à travers elles que mes désirs intérieurs de m’exprimer, de créer et d’exécuter passent,
car ils ont pris naissance au niveau de mon coeur♥. L’énergie émotionnelle doit se diriger
jusque dans mes bras et mes mains pour réaliser les dits désirs. Si je me retiens de dire ou de
faire des choses, si je « m’encabane93» au lieu de plonger dans la vie, si je porte des masques
afin de camoufler mes peurs et mes appréhensions, mes épaules seront tendues et plus
rigides. Si j’ai mal particulièrement lorsque je lève les bras, j’ai de la difficulté à être
autonome, à « voler de mes propres ailes ». Mon identité personnelle est remise en question
par rapport à moi-même mais aussi par rapport aux autres, surtout ma famille, qui parfois va
m’attaquer et me laisser en déséquilibre. Si l’os de mon épaule va jusqu’à se fêler, se
fracturer ou casser, il existe dans ma vie un conflit qui est très profond et qui touche
l’essence de ce que je suis. Je m’en demande trop. Je veux trop avoir le contrôle, et les
fardeaux sont trop lourds à porter. La tension ou tout autre malaise que j’éprouve dans la
région des épaules me donne une indication selon qu’il s’agit de l’épaule droite ou gauche.
Si mon épaule droite est affectée, il s’agit de mon côté masculin actif : je peux vivre un
conflit ou une tension par rapport à mon travail, à ma façon de réagir par rapport à l’autorité.
Je me dévalorise par rapport à mon rôle ou à mon statut, que ce soit en rapport avec ma
famille, mon couple ou la société. C’est le côté « raide et contrôleur » qui prend le dessus
tandis que si mon épaule gauche est affectée, la tension que je peux vivre a trait à l’aspect
féminin de ma vie, c’est-à-dire créatif et réceptif, à mon habileté à exprimer mes sentiments.
Je me diminue par rapport à mon image ou à ma capacité d’être moi-même un bon parent ou
un bon enfant pour mes parents. Une épaule gelée signifie qu’elle devient froide et
douloureuse et qu’elle est gênée dans sa complète utilisation. Est-ce que je deviens froid et
indifférent par rapport à ce que je fais (juste pour le faire ?) ou est-ce que je veux vraiment le
faire ? Il existe une profonde tension qui indique que je veux vraiment faire quelque chose de
différent de ce que je fais présentement.
Je prends conscience de ce qui m’écrase, j’accepte ↓♥ que je suis responsable de MOI et
je laisse aux autres le soin de s’occuper de leur bonheur. Je cesse dès maintenant de « porter
le monde sur mes épaules » et j’apprends à déléguer. J’accepte ↓♥ aussi d’apprendre à vivre
l’instant présent, ce qui me permet d’alléger le poids que je porte sur mes épaules. Je fais
confiance à l’univers qui pourvoit à mes besoins quotidiens.
93 Je « m’encabane » : vient du mot « cabane » et qui veut dire s’enfermer dans un endroit. Au sens figuré, cela signifie se replier sur
soi.
ÉPAULES VOÛTÉES
Les épaules voûtées donnent communément lieu à des expressions comme le
« Bossu ». En plus de ce qui s’applique au mal d’épaule, les épaules voûtées symbolisent
que je baisse pavillon devant la vie et son fardeau. Je n’en peux plus de porter seul tout ce
173
poids et je crois que c’est sans espoir. En plus de porter tous mes nombreux problèmes, j’ai
l’impression aussi d’avoir à porter injustement le fardeau des gens qui m’entourent. « Leur
sort est entre mes mains ! » Je traîne beaucoup de culpabilité par rapport à mon passé. Si
mes épaules sont en plus crispées, il y a un état constant de tension à l’intérieur de moi. Je
suis ainsi constamment aux aguets, prêt à parer à toute situation imprévue, prenant ainsi la
responsabilité du bonheur des autres. Je m’attends à ce que quelque chose me tombe sur la
tête. J’accepte ↓♥ qu’il est grand temps que je prenne soin de moi et que je laisse les autres
s’occuper de leur bonheur. Cette forme de déviation prononcée de ma colonne vertébrale
peut aussi me signaler une obligation à l’humilité. Peu importe la raison antérieure de
mon état, je dois apprendre à développer l’humilité car ce blocage énergétique provient de
grandes colères passées qui m’affectent encore aujourd’hui et qui sont accompagnées de
beaucoup d’irritation par rapport à certaines personnes ou à certaines situations.
Comme je suis responsable à 100 % de ce qui m’arrive, j’accepte ↓♥ mon choix,
consciemment ou non. C’est sans doute le plus grand défi de ma vie. Je suis à l’écoute de ma
voix intérieure, elle me guide dans ce que je dois faire pour être plus heureux. Un massage ou
un traitement énergétique peuvent m’aider à me centrer dans le temps présent et à prendre
contact avec mon moi supérieur pour reconnaître mes propres besoins.
ÉPICONDYLITE
VOIR : COUDES — ÉPICONDYLITE
ÉPIDÉMIE
Une épidémie est la propagation d’une maladie contagieuse. Le plus souvent, elle a trait
à une maladie d’origine infectieuse.
Il peut être facile pour moi de penser que si je contracte la maladie en même temps que
plusieurs autres personnes, ce n’est pas à cause des émotions que je vis mais plutôt parce que
« l’épidémie n’épargne personne ». En fait, la différence entre le fait que je contracte la
maladie seul ou avec d’autres, c’est tout simplement que nous sommes plusieurs à vivre des
situations semblables94. De la même façon, je peux vivre de l’insécurité personnelle et
collective concernant la politique, l’économie, l’environnement, comme je peux vivre de la
colère personnelle en même temps que d’autres personnes. La nature de la maladie
m’indiquera ce dont je dois prendre conscience dans ma vie.
J’accepte ↓♥ de redonner l’amour à la partie de moi-même qui le réclame pour retrouver
plus de paix et d’harmonie dans ma vie.
94 II s’agit d’une forme-pensée de groupe appelée ÉGREGORE ; elle peut être négative ou positive.
ÉPIGLOTTE
VOIR AUSSI : GORGE — LARYNX/AVALER DE TRAVERS
L’épiglotte est une grosse pièce de cartilage aplati en forme de « feuille » surplombant la
glotte, situé derrière la racine de la langue. Elle protège le larynx et elle est libre de se
balancer vers le haut et vers le bas ; elle agit comme une trappe qui se ferme lors de la
déglutition, ce qui permet à la nourriture de passer dans l’oesophage.
Lorsque la membrane s’enflamme (inflammation-épiglottite) et gonfle
(gonflement,) elle sécrète une grande quantité de mucus et il peut y avoir étouffement. Il
est important de dégager les voies respiratoires rapidement. J’aurai de la difficulté à avaler, il
y a quelque chose que je retiens, une situation que j’ai de la difficulté à avaler. Lorsqu’il y a
épiglottite, le feu de la colère monte en moi, voire même de la rage accumulée. Je ravale et
j’encaisse sans me défendre. Il y a un rapport de force entre deux personnes, souvent mes
parents et cela m’affecte. Je cache mes émotions, traînant avec moi des expériences du passé.
J’accepte ↓♥ de m’étudier et de comprendre ce que j’ai envie d’exprimer et pourquoi je
« ferme volontairement ma trappe » ? Je dois reconsidérer mon mode de fonctionnement,
apprendre à clarifier ma pensée, à changer ma façon de communiquer. En choisissant de
nouvelles directions dans ma vie, je laisse aller le chagrin, les pensées négatives et je peux
enfin mettre mon attention sur des choses plus positives.
174
ÉPILEPSIE
VOIR : CERVEAU — ÉPILEPSIE
ÉPIPHYSE
VOIR : GLANDE PINÉALE
ÉPISTAXIS
VOIR : NEZ [SAIGNEMENTS DE…]
ÉPUISEMENT
VOIR : BURNOUT
ÉQUILIBRE (PERTE D…) OU ÉTOURDISSEMENTS
VOIR : CERVEAU — ÉQUILIBRE [PERTE D’…]
ÉRECTION — DYSFONCTIONNEMENT ÉRECTILE
VOIR IMPUISSANCE
ÉRUCTATION OU ROTER
VOIR AUSSI : ESTOMAC [EN GÉNÉRAL…]
L’éructation est l’émission bruyante par la bouche de gaz provenant de l’estomac.
Bien que, dans nos coutumes, ce soit considéré comme très impoli, les Orientaux y voient
un signe d’appréciation et de remerciement pour un bon repas. L’éructation est reliée à ma
volonté d’aller trop vite. Je ne prends pas le temps d’intérioriser et d’assimiler chaque étape
d’un processus, que ce soit au niveau personnel ou professionnel. De cette façon, j’évite aussi
d’affronter mes peurs. La tension monte dans le fait d’avoir à digérer de nouvelles idées et je
sens le besoin de me libérer de cette tension. Je suis envahi par quelque chose ou quelqu’un
et le morceau est trop gros pour l’avaler d’un seul coup. Une relation me pèse lourd et j’ai le
sentiment de manquer d’air, de liberté. Je repousse ou rejette inconsciemment quelqu’un,
surtout si en plus une mauvaise odeur est présente. Je me sens instable et j’ai peur de perdre
le contrôle. Le rot peut me rappeler toutes ces impressions, autant positives que négatives
qui me dépassent. Je ne sais pas comment les intégrer à ma vie. Si je vais trop vite, que je suis
angoissé, les rots sont plus fréquents et puissants.
J’accepte ↓♥ de ralentir et de prendre le temps nécessaire pour mes repas. Je prends
conscience qu’en allant trop vite, je passe à côté de tant de belles choses qui rendent la vie
agréable. J’accepte ↓♥ de prendre le temps de vivre, je me sens moins essoufflé par le rythme
trépidant de la vie et je ne m’en porte que mieux.
ÉRUPTION (… DE BOUTONS)
VOIR : PEAU — ÉRUPTION […DE BOUTONS]
ÉRYTHÈME SOLAIRE
VOIR : INSOLATION
ESTOMAC (EN GÉNÉRAL)
L’estomac reçoit la nourriture et la digère pour combler les différents besoins de mon
corps en vitamines, en protéines, etc.
Je nourris mon cerveau de la même manière par les situations et les événements de ma
vie. Chaque estomac a son fonctionnement propre. Même si la forme générale est la même,
la digestion peut être différente d’une personne à l’autre. Mon estomac reflète la façon dont
j’absorbe et j’intègre ma réalité et ma capacité à digérer les nouvelles idées ou les
nouvelles situations. Il peut être comparé à un baromètre indiquant mon degré
d’ouverture et ma façon de réagir dans la vie.
J’accepte ↓♥ d’accueillir les nouvelles idées dans l’ouverture et le non-jugement.
ESTOMAC (MAUX D’…)
VOIR AUSSI : ESTOMAC — BRÛLURES D’ESTOMAC
Les malaises affectant mon estomac se rapportent au « pain quotidien », au côté
matériel et maternel de mon existence. Je connais le travail effectué par mon estomac et je
175
sais qu’il représente ma façon de digérer, d’absorber et d’intégrer les événements
et les situations de ma vie. Les problèmes d’estomac surviennent lorsque ma réalité
quotidienne est en conflit avec mes désirs et mes besoins. Ces conflits se retrouvent
habituellement au niveau de mes relations familiales, amicales ou au niveau de mes relations
de travail. Je vis des angoisses importantes. Certaines choses me « restent sur l’estomac » et
j’en suis estomaqué ! Ma digestion, autant au niveau de mes pensées que de mes émotions,
se fait difficilement car j’ai tendance à rester accroché au passé et j’ai de la difficulté à me
pardonner à moi-même et aux autres. Si je ne communique pas, si je cache des choses,
mon estomac réagit. Si j’ai des choses à me reprocher ou si je n’ai pas bonne conscience,
des troubles à l’estomac apparaissent. Si j’ai des crampes à l’estomac, je me demande par
rapport à quelle situation de ma vie je vis une immense insécurité. Je me sens perdu et je me
résigne, pensant que cette situation est sans issue. Les tiraillements dans l’estomac sont
souvent reliés à un besoin d’amour, de « nourriture émotionnelle » et d’aliments. La
nourriture représente l’affection, la sécurité, la récompense et la survie. Si je vis un vide
quelconque dans ma vie, je voudrais le combler avec de la nourriture, particulièrement dans
les moments de séparation, de mort, de perte ou de pénurie d’argent. La nourriture peut
aussi m’aider artificiellement à me « libérer » des tensions matérielles ou financières.
J’éprouve comme un manque indispensable à ma survie. La fermentation, pour sa part,
provient du fait que je ne veux pas faire face à certaines émotions que je vis par rapport à des
personnes ou des situations. Je mets ces émotions de côté, mais celles-ci sont toujours
présentes, s’accumulent, « fermentent », sous l’effet de mon attitude « acide ». Je ressasse
sans cesse certaines situations que j’ai vécues et que « je ne digère pas ». J’ai donc tendance à
« ruminer » des situations passées et à vivre les mêmes attitudes et les mêmes émotions
négatives, j’évite ainsi des conflits. Celles-ci me restent donc sur l’estomac. Il est très
difficile pour mon estomac de digérer des émotions non vécues. Comme ma réalité est en
conflit avec mes rêves et mes besoins, cela m’amène à vivre diverses émotions. Je n’exprime
pas mes contrariétés, je suis irrité. La colère et l’agressivité grondent en moi, mais je les
refoule. Et vlan ! Voilà l’ulcère et les brûlures d’estomac. J’ai de grandes peurs, ma
digestion devient laborieuse parce que mon estomac est nerveux et fragile. Quelle est la
situation de ma vie « que je ne digère pas » ? Il s’agit habituellement de quelque chose qui
s’est passé récemment. Il peut s’agir d’une contrariété dans ma famille, mon milieu de travail,
mon cercle social, le voisinage et dans lequel j’ai joué un rôle actif. Je vis beaucoup
d’inquiétude, due notamment à ma faible confiance en moi, qui rend difficile l’acceptation ↓♥
de mes émotions. Les maux d’estomac vont survenir lorsque je vis une contrariété dans le
domaine de mes finances personnelles ou de ma vie professionnelle. Certaines situations sont
tellement répugnantes et dégoûtantes que mon estomac refuse de les digérer. Quelle est la
situation ou la personne que je côtoie et que je voudrais voir disparaître de ma vie ? Ou est-ce
une partie de moi ou de ma façon de vivre que je désire changer car je prends conscience
que je suis trop artificiel, rigide ? Je me sens incompris par rapport à quelle personne ou
situation ? Pourquoi me traite-t-on de façon ingrate ? Je réagis à ma réalité d’une façon
négative et « acide » et je souffre d’indigestions et de nausées. La digestion est très lente
si mon estomac est tendu et rigide, évitant que des changements prennent place dans ma
vie. Je me demande si dans ma vie je suis moi aussi lent et passif, évitant de mettre des
choses en avant à cause de mon insécurité. Cet inconfort digestif apparaissant après les
repas (dyspepsie) dénote une inactivité et de l’indécision.
Je prends conscience que je dois montrer plus d’ouverture dans la vie et j’accepte ↓♥
que les situations et les événements sont là pour me faire grandir. L’acceptation ↓♥ fait en
sorte de les transformer en expériences et la pression ou la tension disparaît. J’accepte ↓♥ de
vivre dans la vérité et la transparence afin d’apprivoiser mes émotions profondes et d’être en
harmonie avec mon entourage. Le pardon et la réconciliation sont la clé pour ma guérison. Je
trouve ainsi à l’intérieur de moi un vrai sentiment de sécurité et de plénitude.
ESTOMAC — AÉROPHAGIE
L’aérophagie est le fait d’avaler de façon involontaire une certaine quantité d’air qui
pénètre dans l’oesophage et l’estomac. Elle est physiologique à tout âge mais lorsque ce
phénomène est trop fréquent, il peut provoquer la dilatation de l’oesophage ou de l’estomac
176
(aérogastrie).
Je vis une grande nervosité, une tension intérieure. J’ai de la difficulté à gérer, « digérer »
ma vie, surtout l’aspect matériel et financier. Je deviens préoccupé en permanence. Mes
angoisses dirigent ma vie. Je me sens menacé, saturé et je ne peux plus rien ingérer, intégrer
de nouveau. Est-ce que j’ai besoin de prendre de l’air dans ma vie ? Qu’est-ce que je veux
gober tout d’un coup ? Je veux aller trop vite et je ne prends pas de temps pour moi, ce qui
augmente mes chances d’expérimenter des échecs. Qu’est-ce qui me bouscule dans mon
travail, dans mes relations, dans ma vie ?
J’accepte ↓♥ de prendre du recul afin de reprendre mon espace vital. J’apprends à
respirer, à mastiquer, à prendre le temps de vivre et je cesse de laisser les autres contrôler
mon existence. J’apprends à me choisir lorsque c’est nécessaire. En acceptant ↓♥ mes forces
intérieures et en acceptant ↓♥ de les laisser s’exprimer, je retrouve mon sentiment de sécurité
et mon équilibre.
ESTOMAC (CANCER DE L’…)
VOIR : CANCER DE L’ESTOMAC
ESTOMAC — BRÛLURES D’ESTOMAC
Comme son nom l’indique, une brûlure d’estomac (communément appelée
« brûlement d’estomac au Québec) est le signe que quelque chose, une situation, un
événement, une personne me brûle, m’acidifie, me met en colère. Je trouve la situation
irritante, injuste, sinistre et je vis de l’impuissance intérieurement. J’ai le sentiment que ce
sont des éléments extérieurs à moi qui me contrôlent. On me domine et je ne peux pas me
libérer de cette emprise, ce qui fait naître de la colère et même de la rage à l’intérieur de moi.
Lorsqu’une telle situation m’arrive, je peux me demander : « Qu’est-ce qui me brûle ou me
met en colère ? Qu’est-ce que je n’aime pas et que « je n’arrive pas à digérer95 ? » J’ai une
attitude « acide » et amère par rapport à la vie. Il est fort possible également que je
m’accroche à cette colère d’une manière inconsciente car j’ai peur de m’affirmer, de me
laisser aller et d’exprimer mes besoins, mes désirs et mes intentions au niveau du coeur♥. Je
suis unique en tout et les autres sont différents de moi en tout. Je dois donc rester ouvert et
attentif à mes propres besoins et accepter ↓♥ la responsabilité entière de mes actes, même
si les gens sont différents de moi. Le fait de ravaler, de refouler une émotion (de la colère, du
chagrin, de la rage) augmente l’acidité des gaz gastriques et, du même coup, m’empêche
d’avaler n’importe quoi d’autre (car les brûlures manifestent une forme de pression
intérieure dans la région de l’estomac).
J’accepte ↓♥ de voir les liens entre mes vrais sentiments et les brûlures d’estomac. Je
reste calme et j’observe ma façon d’être, mes réactions par rapport aux situations que je vis
ainsi que mon attitude par rapport aux événements quotidiens. En centrant mon attention
sur ma conviction que la vie est bonne et que mes besoins sont tous comblés au moment
opportun, mon estime personnelle augmente et mes prochaines colères seront moins
intenses. Je prends le temps d’apprécier chaque moment de ma vie et mon estomac s’en
porte mieux !
95 « Je n’arrive pas à digérer » : ici, l’expression doit être prise au sens figuré. Il pourrait s’agir d’une personne de qui je dis :
« Elle, je n’arrive pas à la digérer ». Cela veut dire que je n’estime pas cette personne, je lui en veux pour quelque chose, etc.
ESTOMAC — GASTRITE
VOIR AUSSI INFLAMMATION
La gastrite est une inflammation aiguë ou chronique de la muqueuse de l’estomac, ce
lieu où commence le processus de digestion.
S’il y a inflammation, il y a irritation et colère par rapport à quelque chose ou à quelqu’un
que je ne digère pas. Je ne comprends pas que certaines choses ne se passent pas comme je le
voudrais, ou que certaines personnes n’agissent pas comme je le désire. Je peux avoir le
sentiment d’avoir été trompé et d’être pris dans une situation ou trahi par le silence d’une
personne. Je suis irrité par quelque chose absorbé par mon système de digestion et la réalité
« digérée » me dérange au plus haut point. Je vis de l’insécurité et je me demande ce qui
m’attend. J’ai l’impression que mon monde peut s’écrouler à tout moment. Je suis comme un
177
chien de garde qui est à l’affût constamment du danger.
J’apprends à accepter ↓♥ les situations et les autres tels qu’ils sont, sachant que le seul
pouvoir que j’ai est le pouvoir sur moi-même. Je change mes attentes en positif : j’attends
que ce qu’il y a de mieux de la vie. Je cesse de me tracasser et j’apprends à jouir de chaque
moment de ma vie.
ÉTAT VÉGÉTATIF CHRONIQUE
VOIR : CERVEAU — ÉTAT VÉGÉTATIF CHRONIQUE
ÉTERNUEMENTS
L’éternuement est causé par l’excitation ou le chatouillement des parois intérieures des
narines qui provoquent une expulsion d’air brusque et simultanée par le nez et par la bouche.
Éternuer signifie que quelque chose ou quelqu’un me dérange ou m’irrite. Je
regarde ce que je suis en train de faire et qui est avec moi. Qu’est-ce qui m’indispose, la
situation ou la personne ? Suis-je en train de critiquer quelqu’un ou de me critiquer moimême
? Inconsciemment, je sens le besoin de m’extirper d’une certaine situation, de me
libérer ou de m’éloigner d’une personne car je vis une insatisfaction. Qu’est-ce que je veux
rejeter dans ma vie ? De qui ou de quoi est-ce que je veux me débarrasser ? Qu’est-ce que j’ai
besoin d’exprimer ou d’extérioriser ? Quelle est la partie de moi-même à laquelle je résiste ?
J’identifie la cause et j’accepte ↓♥ de prendre la place qui me revient et d’agir de façon à
rétablir l’harmonie, soit en m’expliquant avec la personne concernée soit en rectifiant la
situation.
ÉTOUFFEMENTS
VOIR : RESPIRATION — ÉTOUFFEMENTS
ÉTOURDISSEMENTS
VOIR : CERVEAU — ÉQUILIBRE [PERTE D’…]
EUTHANASIE
VOIR AUSSI : MORT [LA…]
L’euthanasie n’est pas une maladie mais un acte par lequel nous voulons épargner des
souffrances jugées intolérables à une personne incurable.
Ainsi, cet acte permet un départ, une mort sans souffrance. Je peux vivre un malaise
moral si je suis dans la position d’avoir à décider pour l’autre personne si l’on doit abréger ses
jours. Il est important que je reste branché sur ma conviction que la vie existe même après ce
qui est appelé la mort, si cela fait partie de mes croyances. Si tel n’est pas le cas, je peux me
demander si la personne qui est devant moi manifeste vraiment la vie. Je prends
conscience que cela fait partie d’un choix individuel. Je peux informer mes proches
verbalement ou par écrit de la décision qu’ils pourraient avoir à prendre pour moi au cas où
je ne serais pas conscient.
J’accepte ↓♥ d’exprimer mes volontés ou ce que je souhaite et cela facilitera la prise de
décision pour les autres le cas échéant et ils seront davantage en harmonie avec les choix à
faire.
ÉVANOUISSEMENT OU PERTE DE CONNAISSANCE
VOIR AUSSI : CERVEAU — SYNCOPE, COMA
L’évanouissement est une perte de conscience temporaire de durée variable, allant
d’un court instant à une demi-heure. Si j’ai une perte de connaissance complète, brutale
et de courte durée, on parle de syncope. Si la perte de connaissance dure une plus
grande période de temps, il s’agit d’un coma.
Quoi qu’il en soit, une perte de connaissance me permet de fuir la réalité. Je me
désiste momentanément parce que je suis si fatigué que ma résistance est à plat. Je suis
incapable de faire face aux situations de ma vie ou de les prendre en mains. J’alterne entre
des états de peur, d’angoisse, de découragement et d’impuissance. J’ai souvent peur
de perdre le pouvoir et de ne pas « être à la hauteur » de certaines personnes ou de certaines
situations. Je suis ici mais ailleurs en même temps. J’ai tendance à faire les choses
178
machinalement. Je me sens vaincu d’avance. Je ne me sens plus nourri et supporté par la
vie. Lorsque je m’accroche, je bloque toutes les énergies et les forces qui sont en moi. J’ai
besoin que ma vie change.
J’accepte ↓♥ de cesser de m’accrocher au passé et à mes vieilles idées. Je laisse la vie
suivre son cours. J’accepte ↓♥ de faire confiance à l’univers puisque tout est ici pour mon
évolution.
EWING (SARCOME D’…)
VOIR : OS [CANCER DES …] — SARCOME D’EWING
EXCÈS D’APPÉTIT
VOIR : APPÉTIT [EXCÈS D’…]
EXCÈS DE POIDS
VOIR : POIDS [EXCÈS DE …]
EXCROISSANCES
VOIR : POLYPES
EXHIBITIONNISME
L’exhibitionnisme a trait à l’exhibition des organes génitaux.
L’exhibitionnisme est relié directement à l’éducation que j’ai reçue et à la manière dont
je vis ma sexualité. En effet, si on m’a appris que la sexualité était bestiale, sale et
avilissante, j’ai sûrement tenté de la réprimer et, si je ne l’ai pas fait, j’agis en fonction de ce
que j’ai appris. Ainsi, je sens le besoin de me libérer de cette contrainte que je vis par rapport
à ma sexualité. Le fait de m’adonner à l’exhibitionnisme est pour moi une façon de
repousser mes propres limites pour me faire accepter ↓♥, une façon de provoquer. Puisque je
ne suis pas en contact avec mon intérieur, l’amour me semble quelque chose qui n’est pas
pour moi. Je ne peux pas entrer en relation intime avec quelqu’un car j’ai peur d’être blessé.
Je préfère vivre des expériences avec certaines personnes mais avec une distance qui nous
sépare. Ainsi, je peux fuir quand je le veux. Je vais chercher l’excitation à l’extérieur car je me
sens vide en dedans. Le fait de m’exhiber me donne un certain pouvoir. Mes pulsions et
désirs inconscients me contrôlent. Je peux vouloir me venger inconsciemment de quelqu’un
qui m’a fait du mal étant plus jeune. Je me sens impuissant, non reconnu par rapport à mon
sexe. Je prends conscience que l’être humain a été créé avec des besoins sexuels mais que
ceux-ci doivent être expérimentés dans l’amour.
J’accepte ↓♥ que la sexualité soit une chose belle et saine dans laquelle je peux
m’épanouir. La sexualité fait aussi partie de mon évolution sur le plan physique. J’accepte ↓♥
de m’ouvrir à l’amour avec un grand « A ». En me respectant, j’acquiers la force nécessaire
qui me permet de laisser s’exprimer ma vulnérabilité. En osant être vrai, l’autre en fera
autant et une belle relation de complicité et de partage peut s’installer.
EXOPHTALMIE
VOIR : YEUX [MAUX AUX …]
EXTINCTION DE VOIX
VOIR : APHONIE
179
F
FACE
VOIR : VISAGE
FAIBLESSE (ÉTAT DE …)
VOIR AUSSI : ASTHÉNIE NERVEUSE
Je vis un état de faiblesse lorsque je sens un manque de force en général. Je peux aussi
avoir la sensation que je vais perdre conscience.
Je suis hypersensible et je vis une contrariété ou une émotion intense. J’ai conscience
de ce qui se passe, mais je n’ai pas envie d’être là et d’entendre ce qui se passe. Je sens le
besoin de m’allonger pour m’aider à « reprendre mes sens ». Cette faiblesse peut provenir
d’une situation par rapport à laquelle je vis un grand inconfort car je ne sais trop comment
me situer. Un membre de ma famille est souvent impliqué. C’est comme si quelqu’un d’autre
avait le contrôle sur cette situation et je ne peux rien y faire, ce qui m’amène un grand
sentiment d’impuissance. Seulement le fait d’y penser peut déclencher une lassitude,
amenant un état de faiblesse, qui est une façon de fuir. Cela met en lumière mon
indifférence par rapport à la vie, car j’y ai perdu intérêt. Je vis la routine, que ce soit au travail
ou dans ma vie personnelle et je suis las de tout ce qui m’entoure.
J’accepte ↓♥ de faire face à la réalité avec force et courage. Je suis conscient que j’ai le
choix de prendre « ma » place ou de laisser aux autres prendre « la » place : il ne tient qu’à
moi de faire le nécessaire. J’ose exprimer ce que je ressens afin de reprendre la place qui me
revient. Je fais les choix appropriés pour mon bien-être et celui de ceux qui m’entourent. Je
m’entoure de lumière, je la laisse m’englober d’amour
FALLOPE (TROMPE DE …)
VOIR : SALPINGITE
FASCIITE NÉCROSANTE
VOIR : BACTÉRIE MANGEUSE DE CHAIR
FATIGUE (EN GÉNÉRAL)
La fatigue me donne l’impression d’être à plat.
Intérieurement, je suis vidé. La source de la fatigue se retrouve dans le manque
d’amour par rapport à la vie que je mène. Où est passée ma motivation ? Mes inquiétudes,
mes peurs, mes peines et mes blessures intérieures m’amènent à lutter, à résister, à refuser
certaines situations. Plutôt que de centrer mon énergie pour trouver le point commun à mes
difficultés, je l’éparpille dans trop de directions à la fois. Je désespère même de trouver une
solution. Je vis une certaine lassitude par rapport à la vie, une fatigue intérieure parce que
j’ai à me débattre pour continuer à avancer. La dépression est même possible. Je me sens
abattu. J’éprouve un sentiment d’incompétence, de manque, d’absence d’intérêt et même
d’impotence. Je ne sais plus comment m’orienter dans la vie, ayant perdu ma joie de vivre.
Si je m’ennuie, je vis dans la nuit. Je peux me poser des questions par rapport à des
aberrations de la vie. J’ai plein de points d’interrogation et personne pour m’aider à répondre
à mes interrogations. Je peux avoir eu des difficultés avec les modèles que mes parents m’ont
donnés. Si j’avais une mère très masculine ou un père très féminin, je peux, comme enfant,
avoir dépensé beaucoup d’énergie à comprendre à qui je devais ressembler. Quelle que soit la
cause de cette fatigue, j’expérimente un affaiblissement autant moral que physique.
J’accepte ↓♥ d’avoir besoin d’un temps d’arrêt, de repos pour faire le point et le plein
d’énergie. Je cesse de m’accrocher au passé et j’accepte ↓♥ de vivre l’instant présent car
chaque instant m’apporte l’énergie dont j’ai besoin. En faisant des choses que j’aime et que
j’affectionne particulièrement, l’énergie revient naturellement !
180
FATIGUE CHRONIQUE (SYNDROME DE …) OU ENCÉPHALOMYÉLITE
MYALGIQUE
VOIR AUSSI : CHRONIQUE [MALADIE…], FIBROMYALGIE
Le syndrome de la fatigue chronique ou ENCÉPHALOMYÉLITE myalgique
peut survenir à la suite d’une attaque virale et peut durer plusieurs années. Il se peut aussi
que cela survienne parce que mon système de défense naturelle du corps, mon système
immunologique, est affaibli. Il se peut aussi que mon psychisme soit atteint, en raison d’une
dépression, du stress, de la démotivation, du surmenage, etc. Mentalement, je suis épuisé et
cela se reflète par mon instabilité émotive. Je dépense toute mon énergie à m’apitoyer sur
mon sort. Je voudrais tellement être reconnu et admiré des autres. Cependant, cela est
difficile car je me crée une autre personnalité pour répondre aux désirs des autres et mon vrai
moi est complètement mis de côté. Je ne vois pas mon avenir d’un bon oeil. Physiquement, je
souffre de maux de tête et ma force musculaire s’amenuise petit à petit. Le moindre effort
m’amène une fatigue intense. J’ai perdu le goût de vivre. Où sont passés mes rêves et mes
ambitions ? J’ai dû les sacrifier au prix de la réussite et de la performance que la société exige
de moi ou que je m’impose moi-même. Je suis intransigeant, je veux me débrouiller seul et
j’hésite à demander de l’aide. Pourtant, je veux tellement réussir tout ce que j’entreprends !
J’ai aussi très peur de l’échec, de la vie et des responsabilités. Je me sens incapable de
répondre à ce qu’on attend de moi. J’ai l’impression que je suis descendu tellement bas que je
ne peux plus remonter la pente. Cette maladie peut apparaître suite à un événement tel un
accident, où j’ai survécu quand d’autres sont décédés. La culpabilité rattachée à ma survie
(pourquoi moi et pas l’autre ? ? ?) peut être si grande qu’elle gruge toute mon énergie. En fait,
la maladie me permet de me retirer, elle est mon excuse pour ne pas agir et, peut-être, un
moyen de recevoir plus d’attention. Je me sens ainsi plus en sécurité dans ma maladie que
dans ma « confrontation » avec la vie. Qu’est-ce que je vivais au moment de l’attaque virale ?
Avais-je décidé de quitter mon foyer ? Est-ce que je venais de vivre un décès, une rupture, un
rejet ? Je prends conscience que tout cela est relié à l’amour, ou l’amour que j’ai pour
moi. Je me détruis en voulant constamment vivre ma vie « avec ma tête » quand je devrais
plutôt la vivre avec mon coeur♥ et mes « tripes ». Je m’entête trop et je dépense une énergie
folle à m’obstiner quand il serait beaucoup plus facile d’aller avec le courant. Je prends
conscience combien il est facile pour moi de me dénigrer, m’abaisser, de me comparer
négativement aux autres. Plus je me vois d’une façon négative, plus je diminue mon énergie
vitale et je m’autodétruis.
J’accepte ↓♥ d’apprendre à m’aimer davantage. Je suis la personne la plus
importante dans ma vie. En apprenant à m’aimer, je fais les choses pour moi et je profite
de chaque instant. Je fais partie de l’univers où la réciprocité est loi. Je m’aime donc j’attire
l’amour des autres en retour et je les aime aussi. Je fais confiance à l’univers qui m’aide à
avancer chaque jour. En écoutant ma voix intérieure, j’évite les détours inutiles qui
demandent beaucoup d’énergie. Je pourrais ainsi utiliser cette énergie économisée à faire des
choses que j’aime et qui m’aident à reprendre contact avec mes qualités profondes et me
redonnent goût à la vie. J’accepte ↓♥ que toute situation est parfaite. Je remplace toutes mes
obligations par des choix de vie. Je crée ainsi librement mon futur.
FAUSSE-COUCHE
VOIR : ACCOUCHEMENT — AVORTEMENT
FAUX-CROUP
VOIR : GORGE — LARYNGITE
FÉMININ (PRINCIPE…)
VOIR AUSSI : MASCULIN [PRINCIPE…]
Que je sois homme ou femme, le cerveau droit et le côté gauche du corps représentent le
principe féminin (le yin), siège de la créativité, des dons artistiques, de la
compassion, de la réceptivité, des émotions et de l’intuition, il a trait à ma nature
intérieure. Il se manifeste aussi par la tendresse, la sensibilité, la douceur, l’harmonie, la
beauté, la pureté. Il me relie à ma nature féminine et à celle des autres. C’est mon côté
181
maternel. Il est représenté par la lune. Les principales difficultés éprouvées sont reliées à
l’expression des sentiments. Est-ce que je me sens bien lorsque je réconforte quelqu’un ?
Suis-je capable de dire « je t’aime », « j’ai de la peine » ? Je ne me sens pas à l’aise quand je
suis celle ou celui qui reçoit, en particulier lorsqu’il s’agit d’amour. Que je le veuille ou non,
le principe féminin fait partie de moi. L’attitude que j’ai développée par rapport à ma
nature féminine a un lien direct avec les relations que j’ai entretenues avec les femmes de
ma vie : mère, fille, amie, épouse, etc. La façon dont je vais exprimer ma féminité (soit la
facilité soit la difficulté) dépendra en grande partie du modèle parental et de mon
identification à l’un ou l’autre des parents. Si je suis un homme, j’ai de la difficulté avec mes
émotions, soit de les exprimer, de m’en libérer soit de les accueillir d’autres personnes. Si je
suis une femme, il y a un aspect de ma féminité que je nie ou refoule. C’est en suivant mon
intuition que mon côté gauche dans le physique et ma polarité féminine sera en santé. Si mon
côté féminin est exagérément développé, je me questionne pour savoir quel est mon niveau
de confiance et d’assurance en moi et si je laisse mes émotions prendre trop le dessus sur
mon côté logique et rationnel.
J’accepte ↓♥ que ce principe féminin fasse partie de moi et je m’ouvre davantage à
celui-ci, sachant que ce processus est essentiel à l’équilibre de mes deux principes (féminin et
masculin). L’un complète l’autre afin d’amener l’équilibre spirituel, émotif et physique de
tout mon être.
FÉMININS (MAUX …)
Les maux féminins m’indiquent que j’éprouve des difficultés à accepter ↓♥ d’être
femme. Je ne sais même pas comment exprimer ma féminité. Agir pour répondre aux
attentes de ce qu’une femme doit être me fait peur. J’ai peur de me soumettre. Pourtant, j’ai
grandi dans l’entourage de femmes qui devaient être « fortes », prenaient des décisions, etc. ;
en fait, elles portaient la culotte96. Ou ai-je vécu dans un milieu où les femmes étaient
soumises et avaient abdiqué leur propre personnalité ?
J’accepte ↓♥ de prendre conscience qu’en raison de l’éducation que j’ai reçue, j’ai
développé beaucoup plus mon côté masculin, ou je me suis promis d’être le contraire de la
soumission et d’être moi-même, d’assumer mon côté masculin, au détriment de ma féminité.
J’accepte ↓♥ d’être femme parce qu’en tant que femme, je suis entière et j’exprime mes
sentiments. Je peux être forte et savoir donner douceur, amour, compréhension, etc.
Chaque femme a sa façon bien à elle d’exprimer sa féminité, à moi de choisir la mienne. Je
réaliserai à quel point je suis heureuse d’être femme.
96 Porter la culotte : se dit de la personne qui dirige ou détient l’autorité, par exemple au foyer. Ainsi, lorsque c’est la femme qui
porte la culotte au foyer, cela signifie que c’est elle qui dirige et prend les principales décisions dans le foyer.
FÉMUR
VOIR : JAMBE — PARTIE SUPÉRIEURE
FENTE PALATINE – BEC DE LIÈVRE CONGÉNITAL
Une fente palatine, aussi appelée bec de lièvre congénital, est une malformation
caractérisée par une fente de la lèvre supérieure (plus fréquente chez les garçons) et/ou du
palais (plus fréquente chez les filles). Elle est due à un arrêt des soudures des bourgeons de la
face de l’embryon entre le 35 et le 40e jour de la vie intra-utérine. La fente palatine
n’entraîne aucun handicap si ce n’est un préjudice esthétique, et gène l’alimentation et
l’apprentissage de la parole.
Déjà à un très jeune âge, je savais qu’il serait difficile pour moi de communiquer et de
m’affirmer, de « m’ouvrir la bouche ». Je me sens inférieur et je cherche à me cacher, me
retirer car les autres « gèrent ma vie ». Des choses m’échappent, les « morceaux semblent
trop gros à avaler » ! J’ai besoin de développer mon estime de moi, de me faire passer en
premier.
Je dois d’abord faire face à cette réalité de ma naissance et digérer cette situation tout en
acceptant ↓♥ de faire place à un dépassement de soi, à une acceptation ↓♥ de mon intégration
à la vie terrestre. Je choisis consciemment de me connaître, de me re-connaître en tant
qu’âme en évolution. En acceptant ↓♥ mes qualités et mes forces intérieures, je construis une
182
nouvelle image de moi beaucoup plus positive. Je choisis de prendre la place qui me revient
de droit divin et de mordre dans la vie. En étant moi-même, je peux prendre contact avec
mon essence divine et je sais exactement quel chemin prendre. Je peux exprimer librement
mes besoins et passer à l’action !
FENTE VULVAIRE
VOIR : VULVE
FERMENTATION
VOIR : ESTOMAC [MAUX D’…]
FESSES
Les fesses sont la partie charnue du corps sur laquelle je m’assois, prends place, MA
PLACE. Elles symbolisent mon pouvoir, mes fondements. Elles font référence à mon
sentiment de confiance par rapport au fait de me sentir en sécurité. C’est mon autorité
intérieure, mon sentiment de fierté. Lorsque je serre les fesses ou que je marche les fesses
serrées, je me sens menacé, j’ai peur de perdre le contrôle, je retiens. II arrive souvent que
mes fesses soient tendues quand je me sens épié par une personne en positon d’autorité par
rapport à moi ou que j’ai peur de « ne pas être correct ou à la hauteur, par exemple mes
parents ». Je voudrais « fesser97 » cette personne mais j’en suis incapable. Je ne désire pas
être remarqué car cela pourrait m’amener à changer, à accepter ↓♥ des choses, des
événements ou des situations passées, « postérieures » que je ne suis pas prêt à assumer.
Suis-je capable d’« asseoir mon autorité » ? Ou suis-je en réaction par rapport à celle-ci parce
que, étant plus jeune, on m’a donné la fessée ou qu’on a osé mettre les mains sur mes
fesses ? Par contre, si je marche les fesses très relâchées avec un balancement de hanches
très prononcé, je prends la place, la mienne et celle des autres. J’aime le pouvoir parce qu’en
dirigeant, je m’assure le contrôle. Je n’ai pas à changer : je tente de forcer les autres à
changer ! Je prends conscience que je suis accroché à mon passé, à mes idées, à mes vieilles
blessures, et que je peux même vivre de la rancune ou de la colère. Jusqu’à quel point je veux
me dérober de mes responsabilités ? Pourquoi douterais-je de ma force intérieure ? Je me
sens instable et le regard des autres me dérange énormément. Je suis dispersé et « mou » par
rapport aux décisions à prendre. J’ai souvent l’impression « d’être assis entre deux chaises »
ou que « j’ai constamment quelqu’un collé aux fesses98 ».
J’accepte ↓♥ de lâcher prise et d’aller de l’avant et de m’ouvrir aux nouvelles expériences
de la vie. J’accepte ↓♥ de développer mon pouvoir social en harmonie avec les gens qui
m’entourent.
97 Fesser : frapper, punir.
98 Avoir quelqu’un collé aux fesses : avoir quelqu’un derrière soi qui m’épie, me poursuit ou de qui je veux m’éloigner, fuir.
FEU SAUVAGE
VOIR : HERPÈS [EN GÉNÉRAL…]
FIBRILLATION VENTRICULAIRE
VOIR : COEUR♥ — ARYTHMIE CARDIAQUE
FIBROMATOSE
VOIR : MUSCLES — FRIBROMATOSE
FIBROMES UTÉRINS ET KYSTES FÉMININS
VOIR AUSSI : KYSTE
Le fibrome est une tumeur bénigne formée de tissus fibreux.
Le plus souvent, les fibromes apparaissent à l’utérus99, siège de la maternité, de ma
féminité et de ma sexualité, donc de tout ce qui concerne mon foyer, ma famille et par
rapport auxquels je peux avoir vécu un choc émotionnel (blessure ou abus passé). Peut-être
me suis-je sentie blessée par mon partenaire, que j’ai reçu un coup dur ou une offense que je
n’ai pas su gérer et exprimer pour rétablir l’harmonie ? Est-ce que des sentiments de
culpabilité, de honte ou de confusion intérieure refoulés depuis très longtemps
m’habitent et ont formé cette masse de tissus mous ? Ces sentiments peuvent provenir d’un
183
choc émotionnel lié à mes premières expériences sexuelles ou à un arrêt de grossesse qui
m’aurait perturbé. Je vis un vide intérieur que je veux combler à tout prix : je vis de façon
superficielle, dans la fuite de mes besoins et mes désirs. Je préfère faire comme les autres. Je
peux entretenir de la rancoeur♥ par rapport à une personne qui m’a blessée. Je peux avoir
des remises en question concernant le fait d’avoir un enfant. Ai-je l’impression de supporter
les autres, de les nourrir parce que je me sens indispensable ? Je peux avoir le goût d’un
renouveau, de changement dans ma vie et je me refuse à laisser se manifester mon côté
créatif et mon goût de l’aventure. Il est intéressant de noter qu’historiquement, la femme
mariée devenait une « épouse » au moment d’avoir un enfant de son mari. Elle portait alors
la « fibre de l’homme ». Les fibromes utérins apparaissent souvent vers la quarantaine, au
moment où moi, comme femme, je prends conscience que je ne pourrai plus bientôt
physiologiquement avoir d’enfants. Je pouvais déjà avoir pris la décision de ne pas ou ne plus
en avoir mais mon corps sait que c’est ma « dernière chance », la survie de l’espèce humaine
en dépend ! Alors, si je vis ou ai vécu de la culpabilité par rapport au nombre d’enfants que
j’ai ou n’ai pas, cela pourra se manifester sous forme de fibrome. Il peut aussi s’agir de ce
bébé que j’ai créé dans mon imagination, que je désirais tant avoir avec un certain conjoint
mais cela ne s’est pas réalisé. Ce peut-être symboliquement cette compagnie – mon bébé – que
j’ai mis tant de temps à créer (féconder) et qui, à la dernière minute, n’a pas pris forme,
quelle qu’en soit la cause. Ce « bébé » se transpose dans le physique par un fibrome, un
« bébé » qui n’a jamais vu le jour. Des sentiments d’impuissance et de « il est trop tard » me
hantent et peuvent se transformer en ressentiment. Je suis consciente que les tissus mous
représentent les schémas mentaux inconscients. Il y a donc accumulation de ces « patterns »
mentaux et d’attitudes négatives qui ont maintenant pris une forme solide. Il est temps pour
moi de communiquer avec mon conjoint ou avec tout autre membre de ma famille et
d’exprimer ce que je ressens. Je dois cesser de taire ce qui est su par moi et que je n’ai jamais
voulu dévoiler.
99 Ce sont des fibromyomes utérins (aux dépens des tissus fibreux et musculaires de l’utérus).
Pour ce qui est de la honte, de la culpabilité et de la confusion, j’accepte ↓♥ d’avoir agi au
meilleur de ma connaissance et de mon évolution à ce moment-là. Je me pardonne et je me
libère de ce fardeau. Je me sens beaucoup plus légère et chaque jour qui passe me fait
comprendre que je m’accepte ↓♥ et que je suis de plus en plus heureuse en tant que femme.
Je prends ma vie en mains et je me dirige où cela est bon pour moi. Je cesse de ressasser le
passé. Je me tourne vers l’avenir, sachant que je suis guidée. J’utilise ma créativité afin de
faire vivre mes passions et mes rêves.
FIBROMYALGIE
VOIR AUSSI : FATIGUE CHRONIQUE [SYNDROME DE …]
La fibromyalgie est un désordre musculo-squelettique qui se caractérise par des
douleurs constantes, de la sensibilité, des brûlures musculaires, un sommeil perturbé, de la
fatigue extrême (perte d’énergie) et des raideurs matinales aiguës. Il y a 18 points
particulièrement douloureux répartis sur l’ensemble du corps : muscles et tendons situés aux
épaules, au cou, entre les omoplates, dans le bas du dos, au nerf sciatique, aux genoux, aux
coudes, aux poignets et au thorax. La persistance d’au moins 11 de ces points suffit au
diagnostic. Sept femmes pour un homme en sont touchées. Certaines causes sont un
déséquilibre chronique du système nerveux suite à un choc émotif ou à un accident, à un
excès de zèle du système immunitaire (il continue d’agir contre un virus inexistant ou qui
n’est plus là, suite à une grippe par exemple) ou une perturbation du sommeil profond. Cela
m’amène à penser que je « ne vaux rien » et me sentant impuissant à faire des changements
dans ma vie.
Ce syndrome (ensemble de symptômes qui se manifestent en même temps) est lié au
perfectionnisme, à l’anxiété, à la haute exigence de soi poussée au-delà de mes limites. Je vis
une grande douleur morale intérieure qui me suit constamment. Elle peut avoir sa source
dans un événement vécu plus jeune mais qui a été source d’une grande culpabilité. Je me
sens de trop et j’ai beaucoup de difficulté à m’affirmer. Je ne me sens pas à la hauteur, j’ai
l’impression d’être tombé de haut. Je sens beaucoup de pression de la part de mon entourage
184
mais au fond, c’est moi-même qui me pousse trop. Je vis de la colère, ayant l’impression de
ne pas recevoir d’amour de mon entourage. Je ne veux plus avancer. Je préfère me couper
de mes émotions, ne sentant pas de douceur dans ma vie. D’où provient cette constante
douleur ? Elle survient souvent lorsque je fais des gestes répétitifs et monotones. Cela me
rappelle ma souffrance morale de me forcer indéfiniment à assumer des responsabilités que
je n’ai pas vraiment choisies. J’ai voulu être fidèle à certains principes qui étaient en
opposition avec mes besoins profonds. Je vis une vie dont je n’ai pas le goût…
J’accepte ↓♥ d’apprendre à prendre soin de moi, à me donner la douceur dont j’ai tant
besoin. Je laisse vivre l’enfant qui m’habite et qui a grandi trop vite. Je n’ai plus à être une
super femme (ou super homme) : je n’ai qu’à être moi. J’ai le droit d’être heureux, de vivre
dans la joie. Je laisse s’exprimer ma créativité à travers le jeu, les arts, les sports ou toute
autre activité qui m’apporte un plus grand bien-être. C’est ainsi que je m’épanouis et qu’une
grande paix intérieure s’installe.
FIBROSE
VOIR : SCLÉROSE
FIBROSE KYSTIQUE
VOIR : MUCOVISCIDOSE
FIÈVRE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : CHALEUR [COUP DE …]
Lorsque la température de mon corps s’élève à 38 °C100 et plus, j’ai de la fièvre.
La fièvre est symptomatique d’émotions qui me brûlent. Ces émotions se
transforment en colère contre moi et les autres, ou contre un événement. Elle envahit mon
corps tout entier. Pourquoi ai-je besoin d’aller à cet extrême ? Est-ce ma façon de compenser
pour prendre du repos et recevoir plus d’amour et d’attention ? Ai-je besoin de ce temps
d’arrêt pour m’ajuster à une réalité qui change très rapidement ? Qu’est-ce qui m’irrite dans
ma vie ? Il s’agit généralement d’une émotion « brûlante » qui surgit ou de la vie qui devient
« trop chaude » à traiter ou d’un défi à relever et qui prend la forme d’une colère intense,
d’une indignation, d’un désappointement, d’inquiétudes. Je me soucie de tout ce qui
m’entoure, sauf du plus important : mon bien-être intérieur. Je veux qu’on soit fier de moi
mais comment est-ce que moi je me perçois ? Si je suis un enfant, la fièvre soudaine peut se
rattacher à des conflits intérieurs, à de la rage, ou à une blessure refoulée. Moi, comme
enfant, j’exprime mes émotions par mon corps puisque je ne peux pas encore le faire
verbalement.
Quoi qu’il en soit, j’accepte ↓♥ d’identifier la cause de cette fièvre et j’y trouve une
accumulation d’irritation et de colère, qui surgit souvent quand je « rumine » les malheurs
passés. Au lieu de me faire violence, je prends conscience de mes besoins et j’accepte ↓♥
d’apprendre à communiquer pour exprimer ce que je ressens. Désormais, je n’accumule
plus : je sais que le dialogue est la solution.
100 38° Celsius équivaut à 100.4° Fahrenheit.
FIÈVRE (BOUTONS DE …)
VOIR AUSSI : HERPÈS/ [… EN GÉNÉRAL] /[… BUCCAL] / [… LABIAL]
La poussée de boutons de fièvre est en relation directe avec mes prises de
conscience. Je me pose beaucoup de questions par rapport à moi-même et à ma vie en
général. Je suis en conflit entre mon identité propre et mes relations avec les autres. La seule
façon que mon corps a trouvée pour extérioriser mon conflit émotionnel et m’en libérer, ce
sont ces boutons accompagnés de fièvre. Qu’est-ce qui m’empêche d’être moi ? Ma crainte
du rejet !
Lorsque cela arrive, j’accepte ↓♥ de trouver la raison pour laquelle je ne suis pas en
harmonie avec moi-même. Je prends conscience de mon besoin d’être moi-même en toutes
circonstances. J’accepte ↓♥ aussi de m’exprimer, car mon entourage ne peut deviner ce qui
me préoccupe. Puisque j’accepte ↓♥ les autres tels qu’ils sont, je m’attire donc la
compréhension. En redevenant moi-même, l’harmonie reprend sa place dans ma vie.
185
FIÈVRE DES FOINS
VOIR : ALLERGIE — FIÈVRE DES FOINS
FIÈVRE DES MARAIS
VOIR : MALARIA
FISSURES ANALES
VOIR : ANUS — FISSURES ANALES
FISTULE
La fistule est la formation d’un canal reliant directement et anormalement deux viscères
(fistule interne) ou un viscère avec la peau (fistule externe).
Pour qu’un tel canal se forme, il faut qu’il y ait un blocage important à ce niveau, et qui
perdure depuis un certain temps. Inconsciemment, j’étais tellement anxieux, je me suis
retenu et j’ai bloqué la voie d’évacuation normale. Qu’est-ce qui se cache derrière mon
anxiété ? J’ai peur d’être rejeté ou abandonné, d’être ridiculisé ou de me tromper. J’ai des
réticences à me laisser aller. Je me replie sur moi-même afin de me protéger. Parce que j’ai
peur de souffrir, je retiens tout, en commençant par mes émotions. Je peux même avoir
enfoui un goût de vengeance ou de tuer quelqu’un, souvent un homme, même si dans les
faits, je n’ai pas ce type de personnalité.
J’accepte ↓♥ que derrière toute émotion, il y ait l’orgueil et plus il y a d’orgueil, plus ma
peur est grande. J’ai besoin de me recentrer dans le temps présent et d’être à l’écoute de mon
intuition. La vie est une école où j’apprends. Si je bloque mon apprentissage, je bloque aussi
mon évolution.
FISTULES ANALES
VOIR : ANUS — FISTULES ANALES
FLATULENCE
VOIR : GAZ
FOIE (MAUX DE …)
VOIR AUSSI : CALCULS BILIAIRES, JAUNISSE
Le foie est la glande la plus volumineuse de l’organisme, annexée au tube digestif et qui
joue un rôle dans plusieurs fonctions biologiques importantes dont entre autres : la sécrétion
de la bile et l’épuration et la détoxication du sang. Le foie représente ma foi et ma
confiance en mes possibilités. Glande la plus volumineuse de l’organisme, annexée au tube
digestif et située dans la partie supérieure droite de l’abdomen, elle joue un rôle dans
plusieurs fonctions biologiques importantes.
Les maux de foie proviennent de ma propre attitude. Mes frustrations accumulées, mes
haines, ma jalousie, mon agressivité contenue sont autant de facteurs déclencheurs de
problèmes du foie. Ces sentiments camouflent une ou des peurs qui ne peuvent pas être
exprimées autrement. J’ai tendance à critiquer et à juger, soit moi-même soit les autres
très facilement. Je me plains constamment. Je résiste à quelqu’un ou à quelque chose. Je vis
beaucoup de mécontentement. J’accepte ↓♥ difficilement les autres tels qu’ils sont. La joie de
vivre est souvent inexistante car j’envie les autres, ce qui me perturbe et me rend triste. J’ai
tendance à être dépressif. Jusqu’à quel point cependant suis-je prêt à faire des efforts, tant
sur le plan matériel que dans mon cheminement spirituel ? Est-ce que je me sens apte à faire
les changements qui s’imposent ou ai-je l’impression de manquer de courage ? Je n’ai pas
encore compris que ce que je reproche à l’autre n’est que le reflet de moi-même. Il
n’est que mon miroir. Je me plains tout le temps et je demande aux autres de changer. Où est
ma bonne volonté ? Quel est l’effort de ma part ? Je manque aussi de joie de vivre, de
simplicité. Je pourrai développer un cancer du foie si toutes les émotions qui me sont
néfastes me « grugent » depuis un bon moment. Il arrive souvent que ce cancer résulte d’un
conflit par rapport à la famille ou à l’argent, spécialement quand j’ai peur de manquer de
quelque chose. Il arrive souvent que l’émotion qui s’accumule à l’intérieur du foie soit la
colère. Je ne me sens pas respecté et reconnu ce qui génère une grande frustration. Je me
186
questionne par rapport au sens que je veux donner à ma vie. Ai-je encore « la foi » de me
réaliser et d’être heureux ? Ma vie est-elle dépourvue de sens ? Qu’est-ce qui est bon pour
moi et qu’est-ce que je devrais éliminer de ma vie ? Quelles sont mes limites et mes
possibilités ? Est-ce que je me détruis ou je nourris la joie et la vie qui m’habitent ? D’où vient
mon sentiment d’impuissance ? Pourquoi est-ce que je m’accroche aux autres ou aux
situations au lieu de faire confiance et de croire en moi ? Je ne veux pas abandonner les
miens… Toute cette retenue d’émotions génère en moi de l’angoisse et me pollue. Dans le cas
du cancer du foie, il y a un fort sentiment de découragement, d’abattement et même de
désespoir. J’ai tellement peur de perdre quelque chose ou quelqu’un que je m’y accroche
autant que je le peux. Je n’ai pas foi en moi. J’ai peur du manque, et l’absence des gens
que j’aime me pèse lourd, me paraît comme une éternité. Cette peur m’amène à vouloir
amasser, accumuler à l’excès pour éviter toute carence. Je fais des réserves, je veux
tout dévorer par peur du manque. J’ai un désir omniprésent et presque obsessionnel que je
ne peux pas assouvir ce qui m’amène à me nourrir de façon excessive, ce qui perturbe mon
foie. Je me soucie de tout, je me « fais de la bile101 », je trouve la vie injuste. Le cancer
m’indique que j’ai besoin d’accomplir de grands changements dans ma vie. J’ai tellement une
image négative de moi-même que les autres me le rappellent en me traitant comme je me
traite moi-même. Cela peut se traduire par des personnes qui me manquent constamment de
respect.
Il est maintenant temps que je prenne conscience que je dois m’accepter ↓♥ tel que je
suis et apprendre à m’aimer davantage. Être capable d’amour et de compréhension envers
moi ouvre la voie à ma compréhension et à l’amour des autres. Je retrouve la joie de vivre.
Je cesse de critiquer les autres et j’accepte ↓♥ de prendre une nouvelle direction dans ma vie
où la joie et le positivisme sont ma raison d’être. Je reconnais mes désirs, j’apprends à me
respecter et ce sont ces nouvelles énergies positives qui vont faire partir le malaise que je vis.
101 Je me fais de la bile : je suis préoccupé par quelqu’un ou quelque chose.
FOIE (ABCÈS DU …)
L’abcès dans le foie est une accumulation de pus dans ce dernier.
Comme le foie est relié à la critique, un abcès du foie m’indique une grande
insatisfaction dans ma vie, qui peut provenir du fait que les événements ne se déroulent pas
comme je veux, que je m’en fais trop pour certaines situations, ou que la joie et l’amour qui
alimentent ma vie sont insuffisants. J’ai un trop-plein d’émotions. Je vois la vie en noir et je
me complais dans mon inactivité. Je m’acharne à garder quelque chose ou quelqu’un, quand
ce ne sont pas mes vieilles pensées. Je donne trop de place à mes pensées négatives et je ne
vis pas dans le présent et dans mon corps physique.
Cela est un message que la vie me donne pour accepter ↓♥ de développer ma flexibilité et
mon ouverture et m’amener à aller chercher l’amour et la compréhension dont j’ai besoin
pour découvrir davantage cet amour qui est en moi. J’accepte ↓♥ d’être dans l’action, de vivre
mes passions et réaliser mes rêves. Je fais ainsi vivre davantage la vie en moi. J’ai foi en moi
et en mon plein potentiel créateur.
FOIE (CRISE DE …)
VOIR AUSSI : INDIGESTION
Le foie métabolise les aliments, élimine les excès de protéines, de gras et de sucre et
purifie le sang de ses impuretés. Il est essentiel à la vie. Il est connu comme le « siège de la
colère et de la critique ». Le foie est aussi relié à mon comportement et représente ma
facilité d’adaptation aux événements et aux circonstances de la vie. Les émotions négatives
que je ressens (peine, haine, jalousie, envie, agressivité) entravent le bon fonctionnement du
foie. Mon foie a la capacité d’accumuler du stress et de la tension intérieure. C’est aussi dans
mon foie que se déposent mes pensées et mes sentiments amers et irritants qui n’ont pas été
exprimés ou résolus. C’est pourquoi, lorsque je nettoie mon foie par des moyens
physiologiques (par la phytothérapie ou autrement) ou énergétiques, je me sens alors plus
calme et plus en contact avec moi-même. Les désordres du foie peuvent même m’amener à
vivre la dépression, celle-ci étant perçue comme de la déception par rapport à moi-même. Je
187
peux vivre à ce moment de la tristesse, de la lassitude, un laisser-aller général. Je veux me
justifier pour mon sentiment de culpabilité et mon mal-être. Lorsque mon foie est engorgé, il
affecte les niveaux spirituels et intérieurs de ma conscience. Je peux y perdre ma voie et la
direction que je dois prendre. Le foie donne la vie autant qu’il peut entretenir ma peur de
cette même vie.
J’accepte ↓♥ d’agir pour qu’il me donne la vie. Je prends la responsabilité de mes pensées,
de mes gestes et je choisis consciemment de me mettre mon attention que sur le positif. Ceci
m’amène à avoir un regard neuf sur la vie. Je manifeste ainsi une plus grande ouverture et
l’amour va circuler plus facilement à l’intérieur et autour de moi.
FOIE — CIRRHOSE (… DU FOIE)
La cirrhose est une maladie inflammatoire du foie causée, entre autres, par la
consommation abusive d’alcool. Elle se caractérise par des lésions disséminées dans le foie.
Les cellules sont détruites et remplacées par du tissu fibreux. Lors d’une cirrhose, le foie
peut soit augmenter (hypertrophie) soit diminuer (atrophie) de volume.
La cirrhose se retrouve chez celui qui se sent poussé par la vie, par des événements ou
par certaines situations qui le contraignent à avancer. Comme je me sens poussé contre mon
gré, je résiste et je m’accroche à mes opinions. Je vis de la rancoeur♥ et de l’agressivité. Cette
maladie est le reflet de ma colère, de mon ressentiment par rapport à la vie et à ce qui
m’arrive. Je suis plein d’une agressivité intérieure latente et je me culpabilise constamment
parce que j’ai la conviction d’avoir « raté » ma vie. Je passe mon temps à me blâmer et à
critiquer les autres. Je m’endurcis tellement que je n’arrive plus à voir la lumière au bout du
tunnel. J’ai perdu ma spontanéité et je m’interdis, je n’ose faire des choses que j’aime au nom
de la morale, des règles à suivre ou tout simplement de la routine que j’ai développée au fil
des ans et qui m’emprisonne dans ma zone de confort. Mon insécurité est grande et je suis
angoissé. À quoi sert de vivre ? Pourquoi se battre pour sa place ? Je ne suis qu’un numéro
parmi tant d’autres… Certains événements de mon passé ont laissé une trace profonde et ma
blessure est tellement grande que je n’ai pas le goût de m’ouvrir à l’amour de peur de
souffrir encore. Je me réprime tellement que j’ai tendance à fuir dans l’alcool. La vie pourrait
être « si rose » et je la vois si noire… Ma foi en moi s’est volatilisée et je me laisse aller dans
la passivité. Je cherche à m’autodétruire, rejetant ma vie ou ce que je suis devenu.
Afin de m’aider à renouer avec la vie, j’accepte ↓♥ de vivre l’instant présent et de voir ce
qui m’arrive de bien « maintenant ». J’ouvre mon coeur♥ et je porte mon attention sur
chaque geste, sur chaque action ici et maintenant et j’apprends à ne pas être mon plus sévère
juge. En étant plus tolérant envers moi-même, je le serai aussi envers les autres, ce qui
amènera beaucoup plus d’harmonie et de bonheur dans ma vie. Je vérifie mes intentions
véritables, je reste ouvert à l’amour et je me pardonne dans ce que je suis. J’affirme qui je
suis et je reprends ma liberté d’être qui je veux être. Je suis dans l’action. Je laisse aller ce
passé trop lourd et néfaste pour moi. J’ai foi en moi et j’accepte ↓♥ de recommencer une
nouvelle vie pleine de liberté, de spontanéité et d’amour.
FOIE — (CONGESTION AU …)
VOIR : CONGESTION
FOIE — HÉPATITE
VOIR AUSSI : ALCOOLISME, INFECTION, INFLAMMATION, JAUNISSE
L’hépatite est une inflammation du foie causée par un virus, par des bactéries, par
l’alcool, par des médicaments, par transfusion de sang infecté, soit, chez les toxicomanes, par
des seringues non salubres, et elle affecte entièrement le corps. Les symptômes sont la
faiblesse, la jaunisse, la perte d’appétit, les nausées, la fièvre et le malaise abdominal.
Le foie est le « donneur de vie », nettoyant le sang de ses poisons et excès, et gardant
notre état émotionnel (le sang) dans un juste équilibre. Le foie est l’endroit où je peux
accumuler des émotions empoisonnantes et de la haine excessive. Il est le siège de la
colère. Les mots ou les maladies finissant par « ite », comme hépatite, indiquent de
l’irritation, de la colère. L’hépatite peut être reliée à mes relations personnelles ou à une
situation difficile. Je suis désespéré et je remets en question l’image que je projette. Lorsque
188
je me fais du « mauvais sang » pour un rien, cela m’amène à vivre beaucoup de colère, de
rancune, de rage et même de la haine qui peuvent conduire à la violence contre moi-même ou
contre les autres. Toutes ces émotions ont souvent leur source dans mon sentiment d’échec
par rapport à un aspect de ma vie, ou ma révolte par rapport à l’injustice vécue dans le
monde. Je résiste à m’ouvrir l’esprit et à voir les choses ou les événements différemment. J’ai
de la difficulté à distinguer ce qui est bien ou mal. Est-ce que je me respecte vraiment dans ce
que je suis et ce que je vis ? Ai-je l’impression de me perdre tant je suis submergé par tout ce
qui m’entoure, et j’en viens à ne plus être en contact avec mon moi divin et ne plus savoir
dans quelle direction me diriger ? Je peux avoir l’impression que je suis entre deux mondes.
Je me sens coupé de l’unité, du père qui est en haut et de la mère qui est en bas. Je peux vivre
de la rancoeur♥ par rapport à certains membres de ma famille qui interfèrent dans ma vie.
L’hépatite virale A trouve sa source dans une rancoeur♥ que je peux avoir par rapport à la
nourriture elle-même ou par rapport à un problème à connotation alimentaire et que je
considère comme vital pour moi. Nous pouvons prendre l’exemple d’un mari refusant de
payer la pension alimentaire. La notion de fuite est très présente dans ma vie et elle
m’empêche de vivre dans la vérité et le respect. L’hépatite virale B met en évidence une
rancoeur♥ vécue par rapport à quelque chose ou à quelqu’un qui m’a été imposée. Je peux
avoir ajourné, remis à plus tard un événement qui me tenait à coeur♥ et j’ai vécu un grand
désappointement et peut-être aussi un sentiment de rejet. C’est comme si j’avais été
« injecté » dans une situation que je refusais. Par exemple, on peut m’avoir obligé à participer
à un concours de danse. J’ai été éjecté d’une situation confortable et je me suis retrouvé
dans une autre situation qui ne me convenait pas du tout. Je me suis senti pris, impuissant à
réagir. Je suis angoissé et certains événements de mon passé m’ont tellement marqué que j’ai
tendance à définir ma vie actuelle en fonction de ces expériences que je juge négatives, au lieu
de faire confiance et d’accepter ↓♥ que les choses peuvent bien se passer pour moi. Je suis
« empoisonné » par ma propre difficulté à laisser-aller le passé, par mon attachement au
matériel et à l’image sociale. Cela peut se traduire par mon besoin d’avoir plusieurs
partenaires sexuels. Ainsi, j’évite de m’investir complètement, ayant peur de m’engager et
évitant ainsi d’être blessé, d’être « piqué ». L’hépatite virale C survient à la suite d’une
grande rancoeur♥ par rapport à quelque chose d’inconnu ou secret. Par exemple : « Qui sont
mes parents ? Où suis-je né ? » Je peux éprouver beaucoup de résistance par rapport à de
nouvelles situations dans ma vie qui m’amènent à apporter des changements. Je peux vouloir
m’accrocher à mes préjugés et à mes idées préconçues.
Je profite du temps de repos que je dois prendre pour faire le point sur ma vie. Je me
libère des préjugés, des colères que j’entretenais en moi. J’accepte ↓♥ d’adopter de nouvelles
attitudes qui vont me permettre de réaliser mon plein potentiel. J’élimine tout ce qui est
néfaste pour moi et j’accepte ↓♥ que la joie fasse partie de ma vie car je le mérite !
FOIE (PIERRES AU…)
VOIR : CALCULS BILIAIRES
FOLIE
VOIR AUSSI : PSYCHOSE
La folie, aussi appelée aliénation mentale ou psychose, survient lorsque je n’en peux
plus et que je rejette le monde dans lequel je vis. Je me sens agressé et persécuté de
toute part, surtout par ma propre famille. Pour moi, la vie n’est que souffrance. Je m’enferme
dans mon propre univers où je me sens très bien. Rien ne peut m’atteindre. C’est ma façon de
me couper définitivement de ma famille et du monde extérieur. C’est la fuite et l’évasion. Cela
se retrouve particulièrement dans la folie des grandeurs qui est associée à un sentiment
exagéré de sa propre valeur, ou de la cause à laquelle je m’associe. Il y a un manque de
réalisme qui a pour cause un manque d’estime de soi. Je me sens petit et je projette mes
idéaux dans l’illusion.
J’accepte ↓♥ de me libérer de cette folie en recevant de l’amour et de la compréhension.
Si je crois que la « folie me gagne », je dois me prendre en mains, accepter ↓♥ que tout ce qui
m’arrive a une raison d’être et que cela me permet de devenir plus responsable, plus libre,
plus maître de ma vie. Je peux ainsi transiger plus facilement avec les nouvelles situations qui
189
s’offrent à moi.
FOLLICULITE
VOIR : CHEVEUX [MALADIE DES …]
FOULURE
VOIR : ARTICULATIONS — ENTORSE
FOURMILLEMENT
Le fourmillement est une sensation de picotement à la surface du corps qui survient
habituellement de façon spontanée après une compression mécanique d’un nerf ou d’un
vaisseau sanguin.
L’endroit où le fourmillement se produit sur mon corps m’indique la contrariété ou
l’irritation temporaire que je peux vivre par rapport à un aspect de ma vie.
J’accepte ↓♥ d’en prendre conscience et je laisse circuler l’énergie librement.
FRACTURE
VOIR : OS — FRACTURE [… OSSEUSE]
FRIGIDITÉ
VOIR AUSSI : FÉMININ S [MAUX …]
La frigidité consiste en une insatisfaction sexuelle chez la femme pendant les rapports
sexuels.
Il y a généralement un traumatisme profond ou un conflit intérieur. La peur est au centre
de cet état : peur de mes pulsions sexuelles et du plaisir qui pourrait me faire paraître
« indécente », peur de m’abandonner et de perdre le contrôle. J’ai peur de « perdre quelque
chose » en me « soumettant » à la sexualité. Je me sens envahie et j’ai l’impression d’être
sans défense. J’ai besoin d’avoir le contrôle et puisque celui-ci est inexistant au moment de
l’orgasme, je peux éviter de le vivre pour fuir cet état où je me sentirais à la merci de l’autre.
Je préfère donc contrôler mes émotions et les événements pour éviter de me mettre dans une
situation précaire. Je sens à ce moment que j’ai le pouvoir sur moi mais aussi sur l’autre. Ce
comportement est renforcé si mon éducation sexuelle a été cachée ou mes parents voyaient la
sexualité comme mauvaise, répugnante ou la pratiquaient d’une façon qui sortait des normes
permises par la société. En réalité, il s’agit de la peur d’affronter ce que je cache à l’intérieur
de moi. Lorsque cette peur est présente, je crois souvent que je suis laide et sans valeur. J’ai
honte et je me culpabilise profondément. L’éducation que j’ai reçue a un très grand impact
sur ma frigidité. La sexualité était-elle considérée avilissante et représentative des plus bas
instincts de l’être humain ? Ai-je entendu parler de résignation et de soumission par rapport
aux relations sexuelles, avec comme sous-entendu qu’il n’y avait là aucun plaisir ? Ai-je été
abusée sexuellement dans mon enfance ? Si oui, je rejette inconsciemment ma sexualité et
j’éprouve de la difficulté à me laisser toucher sans ressentir de la peur et du dégoût. Je prends
conscience qu’il n’y a rien d’indécent dans la sexualité. Au contraire, lorsqu’elle est
exprimée entre partenaires consentants qui vivent une relation d’acceptation ↓♥ et d’amour
profond, elle est belle et saine. J’accepte ↓♥ de m’ouvrir à mon partenaire, de lui exprimer
mes peurs, mes craintes. J’accepte ↓♥ aussi de lui faire connaître mes besoins. Je réalise que
la sexualité fait partie de ma dimension physique et qu’elle est une source d’épanouissement
pour mon évolution. Il est important de souligner que pour certaines personnes (autant
femmes que hommes), qui sont dans un processus de croissance, il arrive qu’à un certain
moment, les besoins sexuels soient peu ou pas présents. À ce moment, j’ai appris à utiliser
pleinement toutes mes énergies de créativité et l’énergie sexuelle n’occupe plus une place
prépondérante dans ma vie. Le plaisir est expérimenté à travers la plénitude que je vis à
chaque instant en moi-même et en une joie et un bonheur auxquels je peux me connecter,
même à l’extérieur du cadre de relations sexuelles.
Quelle que soit l’étape où je suis rendu, j’accepte ↓♥ que l’important est de me respecter
dans mes besoins, de m’ouvrir au fait que la sexualité peut être source de plaisir et une façon
saine de communiquer avec mon (ma) partenaire. Si je sens qu’on abuse de moi ou que le
sexe devient pour moi ou l’autre une façon de compenser un vide intérieur, c’est ma
190
responsabilité de le lui partager. De cette façon, il n’y a alors aucun jeu de pouvoir,
uniquement un échange au niveau de l’amour.
FRILOSITÉ
Je suis une personne frileuse si je crains le froid ou si j’ai une grande sensibilité au
froid.
Cette frilosité apparaît souvent à la suite d’un événement où j’ai vécu une séparation
avec une personne, un animal ou même un objet (un toutou102 par exemple) à qui je tenais et
que je sais que je ne reverrai jamais. Je vis un grand vide, un grand froid, car j’ai perdu
l’amour, l’attention, le contact physique avec l’objet de la séparation. Je ne suis plus en
contact avec la chaleur humaine, je me sens seul. Il arrive souvent que ce soit ma relation
avec mon père que je sens vide, distante, absente. Ma timidité accentue ce sentiment de
froideur. Surtout lorsque je suis enfant, je crois ou on m’a enseigné que quand quelqu’un
part (meurt), il s’en va au ciel. Mais il fait froid au ciel ! Et je me mets à être frileux car, si je
suis en contact avec le froid, je le suis aussi avec la personne décédée ! Ainsi, je prends
conscience que j’ai besoin de plus de « chaleur » dans ma vie, ou si l’on veut, de plus
d’amour, ou de me réconcilier avec ce qui m’a séparé de ce qui représentait pour moi
l’amour. Il est important de prendre conscience de l’événement qui a « déclenché » la
frilosité et de vraiment accepter ↓♥ (reconnaître) le départ de la personne (objet, animal) de
laquelle j’ai été séparé pour faire la paix avec moi-même et avec la situation. J’accepte ↓♥
combien j’ai de la difficulté à me donner à moi-même cette chaleur dont j’ai tant besoin. J’ai
tendance à me dénigrer, empêchant ainsi l’amour de circuler à l’intérieur de moi. L’angoisse
que je vis me fait me replier sur moi-même. Je me réfugie dans mes pensées. J’ai avantage à
sortir de ma coquille et à exprimer qui je suis.
En acceptant ↓♥ l’amour, je prends davantage contact avec moi-même et les gens qui
m’entourent.
102 Toutou : terme québécois qui désigne un animal en peluche.
FROID (COUP DE …)
Le coup de froid survient lorsque mon mental se raidit. Je me sens mis en cause et
menacé. Le coup de froid me fournit l’excuse pour être seul. Je prends conscience que
je me raidis par rapport aux événements de ma vie. Quelle est la raison pour laquelle je me
sens menacé ? Je vérifie ce qui a causé cette tension (personne ou événement) et je réalise
que ce sont mes peurs, mes craintes et mon besoin de plaire aux autres. J’ai besoin d’être
aimé et apprécié. C’est le manque d’amour qui me donne froid. Le froid représente la
solitude, la souffrance, la terreur, le côté sombre des choses. Quelque chose m’a refroidi,
m’a glacé le coeur♥. Je me « suis refroidi » à la vue de quelque chose et cela m’a « donné
froid dans le dos ».
J’accepte ↓♥ de lâcher prise et de ne pas me juger. J’agis avec plus de souplesse par
rapport à moi ; les autres ne sont que le reflet de moi-même. Dans la vie, tout ce qui m’arrive
est là pour m’apprendre à me dépasser et me faire grandir.
FRONT
Le front est situé au niveau du cerveau et, puisqu’il fait partie de ma tête, il représente
mon individualité et la façon dont je fais face à ma vie et aux événements, rationnellement
plutôt qu’émotionnellement. Il fit référence aussi à ma volonté et à ma vision. Je peux dire
que la forme de mon front et ses caractéristiques particulières m’indiquent la façon dont
j’affronte mes responsabilités. Mon ouverture d’esprit est révélée par la largeur de mon
front : plus celui-ci est étroit, plus je suis rigide et plus j’ai besoin de m’ouvrir à de nouvelles
idées. Toute blessure ou affection à mon front révèle une peur ou une culpabilité par
rapport à mes propres idées et mes propres opinions qui sont différentes de celles des autres
et que j’ai de la difficulté à assumer pleinement, sachant que je risque de déranger mon
entourage103. Je vis souvent du mépris ou des affronts de la part des autres. Je suis sans cesse
en train de penser et je tends à me dévaloriser au niveau de ma capacité intellectuelle. J’aime
m’opposer aux autres afin de résoudre des problèmes majeurs : je remonte ainsi, même d’une
façon superficielle, mon estime de moi. Je veux donner l’image d’une « tête forte ».
191
J’accepte ↓♥que mon intégrité personnelle est très importante et il est primordial que je
me respecte dans ce que je suis, en restant ouvert aux opinions des autres, et en sachant que
j’ai le droit d’avoir une opinion différente. J’affirme mes frontières afin de garder l’espace
qui m’appartient.
103 Il arrive souvent pendant la puberté que l’acné se manifeste surtout au niveau du front. C’est l’enfant qui se rebelle et veut
contredire ou affronter ses parents.
FURONCLES
VOIR : PEAU — FURONCLES
FURONCLES VAGINAUX
VOIR : PEAU — FURONCLES VAGINAUX
192
G
GAI104
VOIR : HOMOSEXUALITÉ
104 GAI : de l’anglais GAY.
GALE OU GRATTELLE
VOIR : PEAU — CALE OU GRATTELLE
GANGLION (… LYMPHATIQUE)
VOIR AUSSI : ADÉNITE, ADÉNOPATHIE, CANCER DES GANGLIONS [… DU SYSTÈME
LYMPHATIQUE], LYMPHE
Un ganglion est un amas cellulaire arrondi situé sur le trajet d’un vaisseau lymphatique.
Si j’ai de la difficulté à faire face à une situation et qu’au lieu d’en parler et de demander
de l’aide, je garde tout pour moi, je garde secret mon découragement et mon désespoir, j’ai
envie de tout laisser aller, la nostalgie par rapport à ma vie va se manifester au bout d’un
certain temps par un ou des ganglions. Mon estime de moi a diminué et ma peur de l’avenir
me fera vivre de l’angoisse. Je vis sur la défensive et dans l’inaction. Je vis une situation où
j’ai l’impression qu’on veut m’attaquer. J’ai le dos au mur et je ne peux plus bouger. Il se peut
que j’aie aussi des difficultés de communication avec les autres et que cela m’affecte
émotionnellement ou me cause des peurs dans mes relations avec les autres. Je voudrais
pouvoir faire partie d’un groupe, me sentir appartenir à une organisation, être plus près de
mes amis au lieu de vivre en solitaire. Il est important d’aller voir sur quelle partie du corps
les ganglions apparaissent car cela me donne une piste sur la raison de cette manifestation.
Par exemple, si je me fais du souci par rapport à quelque chose que je veux exprimer mais
que je garde à l’intérieur, il y a des chances qu’un ou des ganglions apparaissent dans la
région de la gorge. Je suis submergé d’émotions que je fuis. S’il y a des choses que je ne veux
pas entendre, alors les ganglions près de mes oreilles peuvent gêner mon audition. Les
ganglions en général me montrent que je suis ambivalent par rapport à une situation. Je me
tracasse beaucoup. Je me sens pris, coincé. Je me sens attaqué et je dois me défendre
constamment, me protéger mais je ne vois aucun lieu ou recoin où m’abriter. J’aimerais
inconsciemment que mon père me défende. Je me sens obligé de garder la famille liée et en
bons termes. Je me demande aussi si je suis prêt à prendre l’entière responsabilité de ma vie
ou si je préfère « être dans les nuages ». J’ai peur de mon monde émotionnel ; tout l’aspect
sexuel est perçu comme une menace pour moi. En me coupant de mes propres émotions et en
me couvrant d’une carapace, comment puis-je être en contact avec mon entourage ?
Lorsqu’il y a un gonflement des ganglions, il y a une surcharge dans l’organisme, des
toxines qui doivent s’éliminer. Elle peut être généralisée ou localisée (comme dans l’aine par
exemple) et elle est en relation avec le système nerveux central. La charge des responsabilités
que je m’impose est probablement en excès. Je n’en parle pas et je garde cette frustration en
moi. J’observe mes attitudes par rapport à une personne dans mon intimité et je constate que
j’aurais avantage à me dégager d’un rôle que j’ai pris et dont la charge est trop lourde pour
moi.
J’accepte ↓♥ de communiquer mes besoins à tous les niveaux afin que mon désespoir s’en
aille et qu’il fasse place à l’espoir et à la joie de vivre. Je dois laisser aller mes problèmes et
faire confiance : une force supérieure m’aide dans mon cheminement. J’accepte ↓♥ de
ressentir tout ce qui m’habite. Plus j’intègre mon corps physique et tous mes sentiments
intérieurs, plus je rétablis un équilibre corps-esprit pour mon plus grand bien-être.
J’apprends à m’aimer et à me respecter en mettant certaines limites, à exprimer lorsque j’ai
« un trop-plein » et ainsi, mes relations deviennent plus authentiques.
GANGRÈNE
VOIR : SANG — GANGRÈNE
193
GASTRITE
VOIR : ESTOMAC — GASTRITE
GASTRO-ENTÉRITE
VOIR : INTESTINS — GASTRO-ENTÉRITE
GAUCHER
Un gaucher, de façon générale, est nommé ainsi parce qu’il utilise plus sa main et son
bras gauches que sa main et son bras droits, dans des activités telles qu’écrire, jouer de la
musique, faire du sport, etc.
Autrefois, dans notre éducation, on accordait une grande importance au fait d’être
droitier, ce qui se traduisait par le fait qu’être droitier c’était « être correct » et être gaucher
voulait dire « ne pas être correct ». Au point que l’expression « Hé que tu peux être
gauche ! » voulait dire être maladroit. Nous passons présentement de l’ère du Poisson à
celle du Verseau, i.e.105 nous passons de notre côté rationnel à notre côté plus intuitif et
créatif. Il est reconnu qu’empêcher un enfant d’être gaucher, si cela est une tendance
naturelle, peut l’amener à développer des tics, des maladresses, des troubles affectifs, de la
difficulté à parler ou à lire, lui faire développer un sentiment de culpabilité ou d’infériorité. Si
j’ai vécu des sentiments semblables parce qu’on m’obligeait à être droitier, il serait
souhaitable que je rétablisse la paix envers moi-même en me donnant de la compréhension et
de l’acceptation ↓♥ dans ce que j’ai vécu. Puisque le côté gauche représente le côté affectif,
intuitif, la sensibilité, bref le côté « féminin » de mon être, si je suis gaucher, que je sois un
homme ou une femme, mon côté créatif est très développé, j’ai une facilité particulière à
apprendre la musique, le chant, bref toute forme d’art. C’est inné en moi. Le gaucher peut
aussi avoir une personnalité plus introvertie, réservée, tandis que le droitier a tendance à être
plus extraverti et à aller vers les autres.
Il ne me reste qu’à accepter ↓♥ mon potentiel créatif et à mettre à profit ma grande
sensibilité pour que le tout se manifeste pleinement. Quel que soit le cas, je m’accepte ↓♥ tel
que je suis, en sachant que j’ai des forces particulières qui font de moi une personne unique.
105 i.e. : c’est-à-dire.
GAZ (DOULEURS CAUSÉES PAR DES …) OU FLATULENCE OU
MÉTÉORISME
VOIR AUSSI : BALLONNEMENT, GONFLEMENT/ [EN GÉNÉRAL]/[… DE L’ABDOMEN)
La flatulence (aussi appelée météorisme) est une production de gaz intestinaux avec
ballonnement. L’émission de gaz peut se faire soit par la bouche soit par l’anus. Les gaz sont
accumulés dans le tube digestif.
Quand je m’accroche ou que je veux retenir une personne ou une situation, c’est comme si
je gardais des choses indésirables et non bénéfiques pour moi et qui se manifestent sous
forme de gaz. J’ai peur et je m’agrippe car je suis anxieux et j’ai l’impression que je vais
perdre quelque chose ou quelqu’un d’important, tant sur les plans affectif, intellectuel,
matériel que spirituel. Il se peut aussi que je rumine les mêmes sentiments, les mêmes
insécurités, cela fermente à l’intérieur de moi pour sortir au moment où je m’y attends le
moins et cela se fait « sentir »… Je peux aussi m’efforcer à « avaler » (au sens figuré) une
situation, une personne ou une émotion qui va à l’encontre de mes principes et de ma
conscience. Conséquence de cela : je gonfle. Je veux régler les problèmes du monde entier
et cela devient lourd à porter. Peut-être y a-t-il aussi des « parasites » dans ma vie qui
nuisent à mon évolution ? Il y a une guerre qui vient briser ma paix intérieure. Si les gaz sont
nauséabonds, il y a des choses dans ma vie « qui ne sentent pas bon » et que je veux éliminer
pour retrouver ma liberté, mon espace.
J’accepte ↓♥ de me donner la permission de ressentir ce qui se passe en moi et de lâcher
prise. J’apprends à faire confiance et à me laisser aller, tout en sachant que j’ai toujours ce
dont j’ai besoin.
GÉLINEAU (SYNDROME DE …)
VOIR : NARCOLEPSIE
194
GENCIVES (MAUX DE …)
VOIR AUSSI : ABCÈS, BOUCHE [EN GÉNÉRAL…], DENTS [EN GÉNÉRAL…]
Les gencives servent de supports aux dents, à la solidité de ces dernières et leur état
dépend grandement de l’état des gencives. La gencive supérieure se rapporte à l’énergie
masculine, au père, tandis que la gencive inférieure se rapporte à l’énergie féminine, la
mère.
Les maux de gencives m’indiquent que je me sens pris par rapport à une personne ou
situation car je m’entête à rester dans le passé. Au lieu de monter la prochaine marche, j’ai
plutôt envie de reculer. L’indécision est très présente dans ma vie. Je doute car je me
demande si je pourrai supporter mes décisions et leurs conséquences dans ma vie. Une
douleur aux gencives peut être reliée soit à une décision que j’aurais dû prendre il y a déjà
très longtemps et que je remets à plus tard, ayant peur des conséquences que cette décision
pourrait avoir sur ma vie ; soit à une décision que j’ai déjà prise mais que je n’exécute pas. Je
suis dans un état passif de peur, d’insécurité, d’incertitude par rapport à mon avenir. Les
mots que je dis n’ont pas de poids. Je suis souvent en colère contre moi-même. Je me sens
livré à moi-même, ayant de la difficulté à définir mes zones de tolérance, mes limites. C’est
comme un petit volcan qui fait éruption et qui laisse jaillir des émotions négatives longtemps
réprimées. Je peux vivre une douleur intérieure intense par rapport à la nourriture affective
dont j’ai besoin et dont j’ai l’impression de manquer. S’il y a une coupure affective,
notamment avec ma mère ou avec mes enfants, et que j’emmagasine peine, déception, tout en
me sentant coupable de ce qui se passe, l’abcès va apparaître. Je veux à tout prix me
débarrasser, expulser ma souffrance intérieure pour m’en débarrasser à tout jamais. Si, de
plus, mes gencives saignent, j’ai une perte de joie par rapport aux décisions par rapport
auxquelles je me sens déchiré, tourmenté. Des gencives sensibles qui vont parfois aller
jusqu’à enfler, manifestent ma grande sensibilité émotionnelle et ma vulnérabilité, car j’ai
besoin de beaucoup d’amour, et j’ai l’impression de ne pas en recevoir, ou j’ai peur de le
perdre. Je me sens vulnérable par rapport aux limites que je me suis imposées et par rapport
à ma capacité de discerner ce qui est bon pour moi et ce qui ne l’est pas. Je me sens sans
ressource et livré à moi-même. Si je m’en veux pour certaines de mes paroles ou gestes, mes
gencives seront atteintes.
J’accepte ↓♥ de m’affirmer et d’avoir davantage confiance en moi puisque les gencives
supportent les dents et que ces dernières ont rapport aux décisions. J’apprends à me faire
confiance dans les décisions que je prends, et je fais aussi confiance à la vie qui m’apporte
tout ce dont j’ai besoin. Je deviens ainsi davantage moi-même et j’apprends à m’affirmer
librement. Je suis conséquent dans mes actes. Je regarde la réalité bien en face, laissant aller
mon passé et étant confiant en ce qui s’en vient pour moi.
GENCIVES — GINGIVITE AIGUË
Une infection aux gencives indique que je vis de la peur ; cela peut être envers moimême
par rapport à une décision que j’ai prise et que je regrette ou une décision prise que je
remets en question ; ou cela peut être par rapport à mon indécision à prendre une décision.
Cette peur peut aussi viser une autre personne (par exemple, mon patron, mon conjoint, ma
religion, etc.) dont les décisions peuvent me concerner directement et par rapport auxquelles
je n’ai aucun contrôle. Quelqu’un a agi trop vite et cela m’irrite. Je vis frustration et
mécontentement, cela pouvant mener à des confrontations qui ne sont peut-être pas
nécessaires. La gencive du haut fait référence à mon travail ou mon rôle dans la société. La
gencive de bas réfère à tout mon côté émotif. Lorsque les gencives s’enflamment, elles
expriment une détresse et une mauvaise autodéfense qui s’accompagne de lassitude, de
mélancolie et de peur. J’apprends à canaliser cette peur, à l’exprimer afin d’éviter que mes
gencives s’enflamment. La gingivite implique habituellement un saignement à la
gencive qui m’indique une tristesse ou une perte de joie par rapport au fait de ne pas être
capable de m’exprimer, soit qu’on ne me le permet pas, soit que moi-même je m’empêche de
dire certaines choses : je peux avoir l’impression que ce que je dis n’a pas d’importance et
qu’on ne m’écoutera pas. Comme les gencives sont les fondations sur lesquelles mes dents
reposent, je peux vivre aussi de la colère, de la tristesse, ayant l’impression que mes
195
fondations s’effondrent et me laissent un sentiment d’impuissance par rapport aux
événements de la vie ou par rapport à autrui. Je piétine et je critique au lieu de voir comment
je pourrais avancer dans ma vie, en laissant le passé en arrière. Le sentiment intérieur
d’impuissance se retrouve principalement chez la personne atteinte de gingivite expulsive,
qui se caractérise par un déchaussement des dents. La réalité ne tient plus et ma force
intérieure en est affectée. Mes gencives baignent dans les larmes de mes dents — mes
émotions. Je me demande sans cesse si j’ai pris les bonnes décisions et j’ai de la difficulté à
maintenir mes choix. Je vis une dualité extrême car je doute de moi-même. Je veux tellement
que les autres m’acceptent que je vais être flexible et compréhensif à l’extrême mais pendant
ce temps, je mets de côté mes besoins personnels.
Je peux prendre un moment de silence avec moi-même pour refaire mes forces. Je prends
conscience que chaque événement de ma vie est là pour me faire grandir et que tout
changement important est nécessaire pour que je puisse atteindre les buts que je me suis
fixés. J’accepte ↓♥ ma vraie valeur et j’avance dans la vie avec détermination.
GENCIVES (SAIGNEMENTS DES …)
VOIR AUSSI : SANG — SAIGNEMENTS
Les gencives qui saignent démontrent une insécurité, un doute par rapport à une
décision à prendre dans ma vie et une perte de joie au niveau de l’expression de soi. Ai-je
raison de douter, de regretter ? J’ai de la difficulté à garder mes positions, à être ferme dans
mes décisions. J’ai l’impression que ma liberté est brimée, je me sens impuissant et je rends
les autres responsables de mon malaise.
Je prends mes responsabilités et j’accepte ↓♥ les changements qui surviennent dans ma
vie en toute sérénité. Je me fais confiance car je sais que les choix que je fais sont là pour me
faire grandir davantage, pour me permettre de poursuivre mon évolution.
GÉNITAUX (ORGANES …) (EN GÉNÉRAL)
Les organes génitaux différencient les hommes et les femmes. Ils sont reliés au
principe masculin106 et au principe féminin107 en chacun de nous. Ils sont aussi reliés
au siège de l’énergie sexuelle, des gonades et du chakra de base108. Ce centre est relié aux
plaisirs de la vie et à la créativité. Si je vis des difficultés en ce qui a trait à ma sexualité, c’est
habituellement mes organes génitaux qui seront touchés.
106 Principe masculin :
(Voir : MASCULIN (principe…])
107 Principe féminin :
(Voir : FÉMININ [principe…])
108 Chakra de base : relié au centre d’énergie au niveau du coccyx.
GÉNITAUX (MAUX DES ORGANES …)
VOIR AUSSI : FRIGIDITÉ, IMPUISSANCE, VÉNÉRIENNES [MALADIES …]
Les difficultés que j’éprouve avec mes organes génitaux m’indiquent une peur, une
culpabilité, de la honte, de la méfiance, des regrets, de la colère par rapport à ma sexualité,
ce qui risque de se traduire par des maladies vénériennes, de la frigidité, de
l’impuissance, etc. Cette région est reliée à mes gonades (les testicules chez l’homme, les
ovaires chez la femme) et l’énergie sexuelle reliée à la sexualité est très puissante puisqu’elle a
pour but premier de perpétuer l’espèce. Cependant, il se peut que j’utilise cette énergie à
mauvais escient. La notion de plaisir reliée à la sexualité me met en contact avec un de mes
besoins fondamentaux, le plaisir, et me connecte à mon enfant intérieur blessé. Ainsi,
ma sexualité peut m’amener à mettre en évidence ces peurs, ces blessures, ces rejets qui font
partie de moi. Je peux ne pas m’accepter ↓♥ dans le corps (sexe) que je suis, je peux vivre un
conflit intérieur entre mes désirs physiques et ceux d’ordre religieux ou spirituel ; si j’ai peur
de dire non et que j’ai des relations sexuelles pour éviter d’être rejeté, de peur de perdre
l’amour d’une personne, juste dans un but égoïste, etc., toutes ces situations peuvent
m’amener à avoir des difficultés à ce niveau. Il existe une confusion ou un conflit intérieur,
une difficulté dans la communication et le partage. Je ne me sens pas toujours respecté,
considéré et j’ai de la difficulté à faire confiance aux gens. De plus, si mes parents désiraient
une fille et que je suis un garçon ou vice versa, ou que moi-même, j’aurais voulu être de
196
l’autre sexe, ceci peut m’amener à vivre des problèmes génitaux parce que je rejette une
partie de ma sexualité et il se peut que je me sente coupable d’être qui je suis. Toute la notion
de mal relié à la sexualité, au plaisir et véhiculé par la société, l’enseignement moral et
religieux peut m’amener à vivre une grande culpabilité. J’ai l’impression que je ne suis pas
correct ou assez bien. J’intègre mal soit ma féminité soit ma masculinité dans chaque aspect
de ma vie.
J’accepte ↓♥ d’enlever toute cette culpabilité afin que ma sexualité devienne l’expression
de mes qualités aimantes et de l’attention que je porte aux autres. Il est important que
l’amour soit présent dans mes expériences sexuelles et aussi chaque fois que je me regarde
dans un miroir, afin de m’accepter ↓♥ de plus en plus tel que je suis.
GENOUX (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : JAMBES
Les genoux sont les articulations sur lesquelles je m’agenouille, je m’abandonne à la
hiérarchie normale ou à ce qui est au-dessus de moi et aussi au mouvement et à la direction
qui prennent place. Lorsque je marche, les genoux entraînent tout le corps dans le
mouvement. Les genoux manifestent donc mon degré de flexibilité et servent à amortir les
chocs quand la pression est trop forte. Ils représentent aussi mon degré de persévérance mais
aussi d’indécision. Ils seront affectés si je me dévalorise par rapport à mon physique ou mes
performances sportives. Si j’ai de la difficulté à plier les genoux, je démontre par là une
certaine rigidité. Cela peut venir de mon ego qui est très fort et qui est orgueilleux. J’ai peur
de perdre ma liberté. Un genou qui plie facilement est un signe d’humilité et de flexibilité.
Cela indique que j’ai de la facilité à écouter ma voix intérieure. Les genoux sont nécessaires
pour maintenir ma position sociale et mon statut. De bons genoux indiquent que je suis
ouvert à mon entourage et aux changements.
GENOUX (MAUX DE …)
Les dommages osseux ou des tissus mous sont reliés à un profond conflit intérieur
et impliquent l’abandon, à un niveau plus profond, l’abandon de mon ego et de mon orgueil.
Un malaise à mes genoux me parle de ma difficulté à faire un choix entre mon individualité
(JE) et celui d’un groupe (NOUS). Ce peut être moi par rapport à mon couple, ma famille,
mon cercle d’amis, une organisation religieuse, sociale ou politique, ou les deux parties de
moi-même (féminin et masculin). Lorsque les ménisques sont touchés, je vis une dualité
intérieure qui me rend nerveux et tendu. Je me retrouve souvent « pris entre deux feux ». Je
me cramponne tellement à quelque chose, quelqu’un ou à ce que les autres peuvent penser de
moi que cela m’empêche d’avancer. La dislocation d’un genou me montre comment je me
sens déséquilibré par rapport à une personne ou une situation et mon genou ne peut plus
soutenir le poids de mon corps. Les genoux « qui flanchent » me montrent combien je
suis influençable et que j’ai peu de confiance et de conviction. Quel que soit le malaise aux
genoux que j’expérimente, je me demande devant qui ou quoi j’ai l’impression de devoir
abdiquer ? Ce peut être par rapport à une autorité extérieure à moi. Ce peut être aussi tout
simplement par rapport à la vie car j’ai l’impression d’en porter trop lourd. Je croule sous le
poids des responsabilités et mes genoux veulent « fléchir » bien malgré moi. Je dois
assumer mes paroles et gestes mais cela demande parfois un effort. Je peux vivre un échec
par rapport à un de mes grands rêves ou de mes grandes ambitions et ce constat me fait
fléchir les genoux en guise d’abdication. Si mes genoux craquent, je peux avoir
l’impression de craquer109 ou d’avoir peur de craquer sous le poids des responsabilités, de la
pression, des efforts, etc. Puisque je suis très perfectionniste, je vois cela un peu comme un
échec, ou, à tout le moins, je suis déçu de moi-même, de ma performance… Dans le cas de
l’hygroma110 qui affecte plus particulièrement les religieuses ou les gens pour qui la religion
occupe une grande place, je dois me demander quel conflit je vis par rapport à ma spiritualité
et les implications qui en découlent dans ma vie. La douleur que je vis chaque fois que je me
mets à genoux (pour prier par exemple) me rappelle mon conflit intérieur et le besoin de
décider pour moi-même ce que je veux dans ma vie et de faire les changements appropriés.
Cela peut même aller jusqu’à un déchirement spirituel. Les émotions que je refoule ne
demandent qu’à être exprimées. J’ai à me positionner par rapport à une facette de mon
197
travail (que ce soit à la maison ou au bureau) que je n’aime pas et qui me dérange, et à voir
les côtés positifs de ce dernier. J’ai peur de trahir quelqu’un si je me choisis, que je
prends soin de moi. Si je veux éliminer les malaises qui affectent mes genoux, je dois
accepter ↓♥ de m’ouvrir au monde qui m’entoure et accepter ↓♥ d’avoir à changer ma manière
d’être sur certains aspects. Je prends conscience de la colère que je porte depuis des années
et que je réprime. J’ai à apprendre à aller avec le courant, à laisser aller mes vieilles façons de
penser.
J’accepte ↓♥ de m’agenouiller devant quelqu’un ou devant une situation, ou peut-être
tout simplement devant la vie en général, afin de pouvoir recevoir de l’aide et de m’ouvrir à
une nouvelle réalité que je ne pouvais voir avant puisque j’étais emprisonné dans mon propre
univers. Et j’ai tout le potentiel nécessaire pour accepter ↓♥ de nouvelles responsabilités. Si je
vis de la frustration et de la culpabilité parce que je me rends compte que je veux toujours
avoir raison et que mon désir d’une puissance sociale supérieure est insatiable, je m’arrête et
je me questionne sur mes vraies valeurs afin de revenir à l’essentiel et afin de me permettre
de revenir dans mon coeur♥ au lieu de laisser mon côté rationnel tout décider. Je me donne
ainsi la permission de faire vivre la créativité en moi et je redonne pouvoir à mon intuition
qui sait ce qui est bon pour moi. Je suis désormais protégé par mon autorité intérieure. J’ai
maintenant la capacité de rebondir dans n’importe quelle situation !
109 Avoir l’impression de craquer : avoir l’impression de faillir.
110 Hygroma : inflammation des bourses séreuses (aussi appelée BURSITE)
GENOU — MÉNISQUE
Les ménisques sont formés de fibres et de cartilage, un à l’intérieur et l’autre à
l’extérieur du genou. Ils assurent le bon ajustement des os dont les surfaces articulaires ne
s’adaptent pas : c’est donc une gaine, un soutien.
Lorsqu’il y a déchirure, c’est que je résiste dans ma façon de m’adapter, je suis rigide et
je ne veux pas me soumettre (aux situations, aux autres, etc.), à l’autorité. Une usure
prématurée peut aussi survenir. Le genou est lié aux mouvements de la vie. Lorsque mes
ménisques lâchent, c’est que je préfère rompre plutôt que de m’adapter. Un malaise à un
ménisque me montre que je dépends des autres dans certaines situations, ayant peu
confiance en moi. Je me plie aux exigences des autres. Je suis brusque et tendu, et la moindre
tension imprévue affecte mes ménisques. J’ai l’habitude d’être le conciliateur, d’arranger les
choses pour que l’harmonie règne ou que les disputes se règlent à l’amiable. Si je pense avoir
échoué dans ce rôle d’intermédiaire, mes ménisques vont réagir. Je laisse aller la rigidité et
j’essaie de comprendre pourquoi je m’entête autant.
J’accepte ↓♥ de m’adapter et de changer ma façon d’être sur certains aspects de ma vie. Je
suis de plus en plus souple au lieu de vouloir forcer les événements ou les personnes. En
prenant conscience de mon potentiel, je fais de plus en plus confiance à la vie qui me donne
tout ce dont j’ai besoin. Je peux réaliser toutes mes aspirations en écoutant la seule autorité
qui existe, ma voix intérieure.
GERÇURE
VOIR : PEAU – GERÇURE
GILLES DE LA TOURETTE (SYNDROME DE …)
VOIR AUSSI : CERVEAU-TICS, COMPULSION NERVEUSE, OBSESSION
Le syndrome de Gilles de la Tourette111 est aussi appelé la maladie des tics. C’est
une maladie plutôt rare, souvent familiale, débutant dans l’enfance (habituellement entre 2 et
10 ans) et de cause inconnue pour la science. Elle est caractérisée par des tics multiples (dont
un tic sonore), des symptômes obsessionnels compulsifs et des troubles de l’attention avec
hyperactivité. Il y a émission de mots orduriers et répétition de fragments de mots ou de
phrases.
L’histoire de mon bagage génétique me précède et me suit dans la vie. Lorsque je porte en
moi ce bagage de doutes, de perfectionnisme, et d’éducation rigide, mes mémoires cellulaires
sont codées ainsi. Je suis irrité, énervé, agacé et je ne sais pas d’où cela provient. Je cherche
ma place. Je sens le danger qui vient de tous côtés et je me sens sans issue et personne ne
198
peut venir à mon secours. C’est l’impasse. J’ai souvent perdu la face, on m’a dit « de la
fermer ». Mon corps réagit en exprimant de façon inconsciente mes frustrations intérieures.
Tout ce que j’aurais voulu exprimer par mes gestes ou mes paroles et que je n’ai pas fait veut
s’extérioriser. Mes désirs refoulés s’expriment. Je me perçois de façon négative, donc je
réprime mes forces, mes talents. J’ai peur d’être moi-même, d’exprimer mes émotions
profondes. Puisque je me sens impur, diabolique, c’est cette image que les autres vont me
renvoyer, principalement mes parents. Je suis un miroir pour eux et ils ont aussi à prendre
conscience que je suis différent, que j’ai ma propre personnalité. Ils ont leurs propres
frustrations et angoisses.
J’accepte ↓♥ de faire des liens avec le bagage de mon passé, à faire du ménage et à laisser
aller les « patterns » familiaux afin de trouver mon identité propre. Je laisse ma spontanéité
et mes émotions s’exprimer. Je reconnais mon pouvoir et mes forces intérieures. Cela
m’amène un plus grand sentiment de sécurité et de liberté.
111 De la Tourette (Gilles) : neurologue de l’hôpital de la Salpêtrière à Paris qui décrivit les symptômes de la maladie en 1885
chez la marquise de Dampierre ainsi que ceux des neuf autres cas présentant le même tableau clinique.
GINGIVITE
VOIR : GENCIVES — GINGIVITE AIGUË — GLANDE S EN GÉNÉRAL
Une glande est un organe dont le fonctionnement est caractérisé par la synthèse puis la
sécrétion d’une substance. Ces substances sont spécifiques et essentielles à l’harmonie du
corps. Il y a deux types principaux de glandes : les glandes endocrines et les glandes
exocrines. Les glandes endocrines (sans canaux) sécrètent leurs hormones (qui sont
des messagers) à l’intérieur du corps, dans le sang par exemple la thyroïde, le foie, les
surrénales, etc. ; elles ont une fonction intérieure et leur nom signifie « je sépare ». Ces
hormones sont nécessaires pour maintenir l’équilibre du corps (homéostasie). Les glandes
exocrines, quant à elles, sécrètent leurs produits à l’extérieur du corps par un canal qui
débouche à la surface de la peau, d’une muqueuse ou dans le tube digestif (par exemple :
glandes salivaires, sudoripares, lacrymales, le foie ou le pancréas).
Les glandes sont le miroir du MOI et chacune de celles-ci est reliée à un centre d’énergie
(chakra). Un mauvais fonctionnement de mes glandes endocrines manifeste un déséquilibre
ou une disharmonie de mes centres d’énergie. Les glandes, quelles qu’elles soient, injectent
dans mon corps des produits qui s’apparentent à des carburants dont celui-ci a besoin pour
fonctionner, pour mettre en action d’autres organes. C’est l’intercommunication entre les
glandes qui amène l’harmonie ou la dysharmonie et un juste équilibre ou un déséquilibre.
Le fait de devenir de plus en plus conscient et de créer moi-même ma vie au lieu de la vivre
d’une façon automate assure un bon fonctionnement de mes glandes.
GLANDES (MAUX DE …)
VOIR AUSSI : ADÉNOME
Un mauvais fonctionnement d’une ou des glandes m’indique que j’ai de la difficulté à
trouver une motivation, un « carburant » pour démarrer un nouveau projet, ou à passer à
l’action par rapport à une situation (j’ai tendance à remettre à plus tard). Cela peut se situer
aussi sur le plan rationnel, où je vis de la confusion et où j’ai de la difficulté à voir clair par
rapport aux choses à faire. Cela dénote une certaine insécurité intérieure. Je suis désorganisé,
désordonné autant dans ma vie que dans mes pensées. Un dysfonctionnement glandulaire
peut provenir également de désirs non réalisés ou d’émotions trop fortes. Étant le miroir du
MOI, les glandes reflètent l’expression de mon intérieur. Elles sont atteintes si je vis
passivement avec une attitude de victime ou si je choisis de vivre de façon inconsciente et
dans ma tête au lieu d’être dans mon coeur♥. S’il y a inflammation glandulaire, j’en veux
à ceux qui m’ont blessé, humilié. Je ne fais que me protéger…
J’accepte ↓♥ de me refaire confiance car je possède toutes les qualités nécessaires pour
aller de l’avant et passer à l’action.
GLANDES LACRIMALES
VOIR : PLEURER
199
GLANDE PANCRÉATIQUE
VOIR : PANCRÉAS
GLANDE PINÉALE OU CORPS PINÉAL OU ÉPIPHYSE
La glande pinéale112 est le principal miroir du MOI et elle englobe les énergies des 6
autres centres. Elle est reliée au JE SUIS et aux plus hauts plans de conscience. La glande
pinéale est en relation avec ma voix intérieure, ma recherche spirituelle. Elle gère tout ce qui
a trait à mon questionnement existentiel. Elle recueille tout ce qui a trait aux perceptions de
la terre et les met en contact avec mes expériences intérieures. Je peux avoir ainsi une vision
globale de mon existence. Lorsqu’elle est en dysharmonie, elle signifie une non-intégration
de moi, un apitoiement sur moi et m’empêche de me réaliser. Je me sens confronté et en
dualité avec moi-même. Je me fais violence. Je perds ainsi ma capacité de m’émerveiller et
j’ai de la difficulté à réaliser ma mission sur terre. Je ne sais sur quelles structures baser ma
vie donc je vais rejeter mon milieu de vie, quand ce n’est la vie elle-même ! J’ai peur de me
tromper et d’être jugé, surtout dans le choix d’une carrière. J’ai de la difficulté à intégrer dans
ma vie les informations subtiles que je reçois et ma relation avec le temps entraîne une lutte
intérieure. Je vis la spiritualité mais je suis coupé de mon corps physique et de la terre. Je
deviens angoissé et cela m’amène à voir du négatif partout. Je me mets des limites et vis de
façon artificielle et impersonnelle. Lorsqu’elle est en harmonie, cette glande amène le
calme, la sérénité, l’ouverture d’esprit. Je ressens alors la présence divine et mes énergies
sont en harmonie avec le TOUT. Je suis heureux d’être sur terre. L’Ego fait place à la
Conscience universelle et la dualité n’existe plus car je suis dans le moment présent (ni
dans le futur, ni dans le passé) et je sais m’adapter à toutes les situations. Puisqu’elle est le
pont entre les plans de conscience et le monde terrestre, c’est par ce centre d’énergie que je
m’intègre et que je suis conscient de ma compréhension de Dieu.
J’accepte ↓♥ de foncer dans la vie, de prendre les décisions appropriées afin de me
réaliser pleinement.
112 La glande pinéale est reliée à ce que l’on appelle le centre d’énergie coronal ou chakra couronne.
GLANDE PITUITAIRE OU HYPOPHYSE
La glande pituitaire113 est une glande endocrine logée entre les sourcils, derrière la
racine du nez, sous le cerveau dont elle dépend totalement, au-dessous de l’hypothalamus.
Elle est en relation avec le visage, les yeux, les oreilles, le nez, les sinus, le cervelet et le
système nerveux central. Elle sécrète aussi les stimulines qui agissent sur les autres glandes
endocrines et elle joue un rôle majeur dans la régulation des sécrétions hormonales. Elle
agit donc comme glande maîtresse par rapport aux autres glandes du corps. Elle joue le
rôle de chef d’orchestre. Elle reçoit les messages du cerveau et les redistribue aux autres
glandes. Elle a donc un rôle très important car elle capte l’oxygène et l’énergie vitale (prana)
et les redistribue dans toutes mes cellules. Cette glande contrôle les sécrétions endocrines,
de la thyroïde, des corticosurrénales et des gonades114. Elle régit aussi la périodicité du
sommeil.
113 Elle est aussi reliée à ce qu’on appelle le centre d’énergie ou chakra du 3e oeil.
114 Les gonades correspondent aux testicules chez l’homme et aux ovaires chez la femme.
L’hypophyse recherche constamment l’équilibre. Elle traite toutes les nouvelles
expériences et données en rapport avec toutes les données stockées tout au long de mon
existence. Elle permet de grandes transformations intérieures, aussi longtemps que je reste
ouvert au lieu de résister au changement par peur de l’inconnu. Son bon fonctionnement aide
à l’équilibre de mes côtés rationnel et intuitif (Yang et Yin). En dysharmonie, ce centre
d’énergie est relié à un désordre dans mes pensées. Je reste au niveau de l’intellect, de la
raison froide, de l’égocentrisme et je m’empêche ainsi d’avoir une vision globale du grand
TOUT. Je deviens arrogant et méprisant pour les autres, ce qui crée des problèmes de
confusion dans mes pensées et dans mes relations. Un ralentissement de l’hypophyse se
traduit généralement par de la paresse et un manque d’intérêt. Si un déséquilibre se
manifeste, soit que mon côté rationnel « surchauffe » et que je ne laisse pas de place à mes
côtés intuitif, créatif et émotionnel, soit que mon côté intuitif, mes dons psychiques
200
« surchauffent » à leur tour, car je veux aller trop vite : en prenant des cours, en lisant toutes
sortes de livres, en essayant toutes sortes de techniques, etc., je crée un déséquilibre car mon
corps physique ne peut supporter tous les changements intérieurs qui prennent place. Je
serai désorganisé et la panique s’emparera facilement de moi car je ne sais trop comment
réagir dans différentes situations. C’est comme si je n’avais plus le contrôle de ce qui se passe
dans ma vie ; j’écoute plus les autres que ma voix intérieure. J’ai perdu mon comportement
flegmatique115. Lorsqu’elle est en harmonie, elle amène des prises de conscience de mes
codages du mental et de la relation entre moi et mes pensées. C’est à travers ce centre
d’énergie que je peux déterminer ce que je souhaite pour moi-même et pour les autres au
niveau de l’abondance et que je peux réaliser mes désirs. La vision juste des choses est reliée
à ce centre et c’est à travers lui que je trouverai les solutions. Puisque la glande pituitaire
contrôle le bon fonctionnement de mon organisme, je m’assure que mon corps et mon esprit
sont en équilibre en évitant les excès et je m’assure la maîtrise de mes pensées et de mes
émotions. Si mon hypophyse est atteinte d’une tumeur, je peux vivre un sentiment
profond d’impuissance, ayant l’impression de ne pas être capable d’atteindre les objectifs
que je m’étais fixés. Au sens figuré, c’est comme si je m’allongeais le bras le plus possible
pour atteindre la pomme qui est dans l’arbre mais que je n’y arrive pas. L’obstacle peut être
physique ou émotionnel. J’ai l’impression d’être « trop petit » (au sens propre et figuré) pour
atteindre l’objectif et je peux avoir peur des moyens à utiliser pour parvenir à mes fins.
Comment puis-je me hisser au sommet ? Comment puis-je être plus grand ? Je veux croître
vite. Je peux aussi vouloir accroître mon pouvoir, mon estime de moi, ma valeur aux yeux
des autres mais cela me semble inaccessible. Je ne me sens pas à la hauteur, moi qui suis
souvent un perfectionniste. J’ai souvent l’impression d’être déphasé, perturbé dans mon
rythme naturel sans trop savoir pourquoi et j’ai tendance à me demander ce qui ne va pas
avec moi. Je reste dans ma prison, refoulant tout et refusant de demander de l’aide.
115 Flegmatique : calme, imperturbable.
J’accepte ↓♥ que les objectifs que je me suis fixés soient peut-être trop élevés. J’apprends
à être très compréhensif et patient envers moi-même, sachant que je fais toujours mon
possible et que je veux ce qu’il y a de mieux pour moi et pour les autres. En étant vrai, je serai
toujours fier de moi, quelles que soient mes réalisations. La vie s’occupe de moi et tous mes
voeux seront exaucés ! J’accepte ↓♥ de vivre intensément ma vie dans le moment présent.
GLANDES SALIVAIRES
VOIR AUSSI : OREILLONS, SALIVE
Les glandes salivaires, dont la plus volumineuse est la parotide, sont le symbole de
l’amour et de la douceur. Puisque ces glandes font partie de l’appareil digestif, un mauvais
fonctionnement de mes glandes salivaires, lesquelles produisent très peu ou trop de salive,
m’indique que je vis une insécurité par rapport au fait de trouver la nourriture nécessaire à
ma survie. C’est peut-être que je n’ai pas l’argent pour m’acheter des aliments, ou que j’en ai,
mais que je ne sais pas comment l’employer. Je peux aussi avoir peur de m’empoisonner.
Donc, de la nourriture est disponible, mais je ne peux pas l’acheter, je n’y ai pas accès ou je
n’y fais pas confiance. J’en aurai « l’eau à la bouche » et je vivrai un sentiment de manque. Je
veux stocker autant que je le peux, au cas où il y aurait disette, et que je sois dépourvu de
nourriture. D’une façon plus large, je peux être une personne qui aime collectionner des
choses : ici, j’ai inconsciemment besoin de stocker certains objets, de peur qu’un jour, je ne
sois plus capable de m’en procurer. Cependant, cela a pour effet d’intoxiquer, de salir mon
espace vital. Si j’en suis empêché, je peux me dévaloriser et en découlera une parotidite116.
Une inflammation des glandes salivaires indique une insatisfaction par rapport à un
des parents. Je peux me demander aussi si j’ai le goût de montrer les crocs. Est-ce que je suis
en rivalité avec quelqu’un ? Est-ce que j’ai l’impression que la vérité a été salie ? Ai-je été en
contact avec la salive d’une autre personne et que cela m’a dérangé ? Je me sens obligé de
dénaturer les choses. D’où vient mon impatience ?
J’accepte ↓♥ la colère qui m’habite et je lui permets de s’exprimer afin de retrouver la paix
et l’harmonie. J’accepte ↓♥ les situations que je vis en prenant conscience que moi aussi
j’ai le droit de bien me nourrir et que la vie me procure tout ce dont j’ai besoin.
201
116 Parotidite : inflammation de la glande parotide, principale glande salivaire.
GLANDES SUBLINGUALES
VOIR : GLANDES SALIVAIRES
GLANDES SURRÉNALES
VOIR AUSSI : ADDISON MALADIE D’…, CUSHING [SYNDROME DE …], PEUR, STRESS
La fonction première des glandes surrénales117 est de produire l’hormone du stress
que l’on appelle adrénaline ainsi que le cortisol et la cortisone. Ces glandes ont pour
fonction de régulariser le pouls et la pression sanguine et de permettre au corps de ressentir
les situations dangereuses (peur, affrontement, survie, etc.). Elles sont reliées aux parties
solides de mon corps et me maintiennent en contact avec la mère terre, donc au monde
matériel, aux besoins fondamentaux et à l’acceptation ↓♥ de la partie corporelle de ma
personnalité.
117 Elles sont reliées à ce qu’on appelle le centre d’énergie de la base ou chakra de la base que l’on appelle centre coccygien.
Lorsque ce centre est en dysharmonie, je me préoccupe sans cesse de mes biens
matériels, je me méfie des autres et je ne suis jamais satisfait. Lorsque je vis des peurs, du
stress ou de l’inquiétude (réelles ou imaginaires), mon comportement sera agressif, colérique,
impatient surtout lorsque mes surrénales travaillent en excès. Lorsqu’elles sont en
défaut, je deviens facilement découragé, je remets les choses à plus tard et je ne veux pas
faire face à mes problèmes, préférant la fuite. Je manque de courage et de volonté pour faire
face à la vie. Lorsque je me sens affolé, en danger ou si je suis réellement en danger, ma
perception peut être différente, mais mon corps répondra aussitôt à toute situation de stress
et de tension qu’il sent comme menaçantes, que cette situation se manifeste ou pas. Ainsi, on
peut constater que le corps répond sérieusement aux avertissements qu’un stress peut
provoquer. Il manquera de coordination. Je peux relier ce danger à une situation dans ma
vie où j’ai peur de perdre du temps, de l’argent, une récompense, un conjoint, etc. parce que
j’ai pris une « mauvaise décision » ou une « mauvaise direction » dans ma vie. « Suis-je sur la
bonne piste, dans la bonne voie ? » Je veux donc aller très vite et très loin dans un ou des
domaines de ma vie mais cela implique une grande détermination, des choix judicieux et je
ne me donne pas droit à l’erreur, qui n’est en fait qu’une expérience de vie. D’où un niveau de
stress intense. J’ai l’impression parfois d’en « perdre la boussole ». Je peux vivre dans la
peur de me paumer118 : ce peut être au sens propre du terme où je cherche ma direction,
mon chemin dans une situation donnée ou dans ma vie en général. Je peux avoir l’impression
aussi d’être égaré ou de me perdre en ne suivant pas mes valeurs profondes et en voulant
trop plaire aux autres. Je risque de me sentir abattu. Je me sens comme le mouton qui est
loin de son troupeau : je me sens isolé, un peu perdu, en marge de la société, déboussolé,
sans repères. J’erre ici et là, ne sachant trop où me diriger, comme un itinérant. Je me
sens en marge de la société. J’ai l’impression parfois d’halluciner. Il est possible que je
vive un amour impossible, me trompant dans mes sentiments, ou que la personne soit
inaccessible. Je ne peux prendre ma place, je me dois d’être ni vu et ni connu. Les
surrénales se retrouvent au-dessus des reins qui sont considérés comme le siège de la peur
et de la peine. L’adrénaline qui se libère lorsque je suis en état d’excitation aura pour effet de
me stimuler et me rendra créatif ou, à l’opposé, pourra me causer des dommages, voire me
détruire. Une trop grande accumulation de stress entraîne un épuisement total. Le syndrome
du « ça passe ou ça casse » peut alors se manifester de façon régulière. Il y a plusieurs
situations de ma vie ou de la société en général que je trouve aberrantes. Je cherche
toujours ailleurs ce qui peut se trouver juste sous mon nez. J’ai un besoin insatiable d’avoir ce
qu’il y a de mieux, quel que soit le domaine.
Quand les surrénales sont en harmonie, je me sens en symbiose avec toutes les
créatures de la terre. J’accepte ↓♥ de me défaire de mon attitude défaitiste et je décide de me
fixer un but dans la vie. J’adopte un style de vie simple et je m’ouvre davantage, je retrouve
mon équilibre. J’ai confiance dans ce que le monde matériel peut m’apporter (sécurité et
protection). Je me lève le matin, rempli d’énergie, j’ai le goût de vivre et je suis capable de
passer à l’action. Je prends conscience de ce que je désire vraiment. Je déambule dans la
vie tous azimuts, avec foi et confiance.
202
118 Me paumer : me perdre.
GLANDE — THYMUS
VOIR AUSSI : SIDA, SYSTÈME IMMUNITAIRE
Le thymus est une petite glande logée dans le thorax, au niveau du coeur♥119 et qui
produit un type de globules blancs (lymphocytes T) jouant un rôle essentiel dans la réponse
immunitaire de l’organisme. Elle est en relation avec le système immunitaire, le haut du dos,
le bas des poumons, le coeur♥, la peau, le sang, le nerf vague et le système circulatoire.
Elle symbolise l’altruisme, le pardon, l’empathie, ma perception de l’amour, la puissance
divine, la volonté de l’âme et l’unité de conscience universelle. Elle est le centre de l’amour
et a une action sur le système immunitaire qui fabrique les lymphocytes. Elle est influencée
par l’hypothalamus et l’intégrité. C’est un centre YIN-YANG, autant masculin que féminin. Il
est relié à la capacité à être touché, à ressentir les choses et est relié à l’amour
inconditionnel. Il est un relais, un lien entre l’amour de mes parents et comment je me
positionne par rapport à celui-ci. Elle est chargée de l’immunité du nouveau-né. Son activité
diminue avec l’âge. Lorsque ce centre est en dysharmonie, il signifie une nonacceptation
de soi. J’aurai de la difficulté à donner et à recevoir et je serai mal à l’aise par
rapport à l’amour. J’aurai peur du refus ou du ridicule et je m’enferme dans un mutisme
pour me protéger. Lorsqu’il y a rancoeur♥, mon énergie est centrée vers la haine et sert à la
vengeance plutôt qu’à pardonner, ce qui amène une baisse d’énergie car le manque d’amour
entraîne une baisse de l’immunité
Une difficulté au thymus m’indique aussi que j’ai l’impression qu’on est venu me
soutirer quelque chose qui m’appartenait, qu’on m’a dépossédé de quelque chose d’essentiel à
ma vie. Ce peut être un travail, un conjoint, un objet matériel, etc. On m’a « enlevé le pain de
la bouche » ! Je me suis donc senti l’espace d’un moment « sans défense », ne sachant pas
comment réagir : c’est l’aspect du combat entre moi et les autres. Mon réflexe est de
demander l’aide à ma maman pour m’en sortir. Je recherche l’autonomie mais je doute de
moi. Mon insécurité m’amène à vouloir m’accrocher aux autres. Je refuse de prendre soin de
moi-même avec amour et acceptation ↓♥ de qui je suis. Je vis dans le sacrifice. Le fait de
retenir mon passé m’empêche de vivre le moment présent. Une tumeur au niveau de mon
thymus (thymome) m’indique une remise en question de qui je suis par rapport à ma
famille, comment je me situe par rapport à mes racines.
Lorsque le thymus est en harmonie, il me permet d’être conscient de mon identité.
C’est un canal de l’amour divin. Je suis capable de guérison intérieure et d’amour
inconditionnel. Je fais les choses avec le coeur♥, je donne, je reçois avec amour et je trouve la
force de ne pas être manipulé. J’accepte ↓♥ que le pardon soit nécessaire à mon évolution et à
mon harmonie intérieure. La joie de vivre augmente l’immunité. Je réalise combien je suis
protégé dans ma vie de tous les jours. J’apprécie ce que j’ai dans le ici et maintenant car la vie
n’est que mouvement, et ce que j’aurai demain peut être différent d’aujourd’hui. Plus je me
détache du monde matériel, plus grand est mon sentiment de liberté ! Je laisse aller la haine
et la dualité en moi et je la remplace par la vérité.
119 Le thymus est la glande endocrine qui est reliée directement au centre d’énergie du coeur♥, aussi appelé chakra du coeur♥.
GLANDE THYROÏDE (EN GÉNÉRAL)
La glande thyroïde se retrouve à la base du cou, sous le larynx. Elle est reliée
directement à la gorge120. Elle est en relation avec le système respiratoire, la gorge, la nuque,
les mâchoires, les oreilles, la voix, la trachée, les bronches, le haut des poumons et les bras.
120 Elle est reliée aussi au centre d’énergie qu’on appelle le chakra de la gorge.
La thyroïde est le centre de la parole, de l’expression verbale et de la créativité. Elle a
également une action sur le système neuromusculaire. Cette glande est reliée à l’expression
de soi, à la communication. Par ce centre d’énergie, j’exprime mes larmes, mes joies, mes
angoisses et mes sentiments. Essentiellement productrice d’énergie, le rôle de cette glande
est de sécréter deux hormones très importantes, la thyroxine et la triothyronine qui ont
comme particularité de contenir de l’iode, reconnu pour être un antiseptique puissant et
nécessaire au bon fonctionnement du corps tout entier. Ces dernières activent le métabolisme
203
cellulaire, la croissance et les fonctions cellulaires. Sans elles, je ne pourrais vivre. Puisque la
thyroïde règle la température du corps, elle est aussi comme un thermostat qui fait en sorte
que ce qui se passe à l’intérieur s’adapte à l’extérieur. Mon corps peut ainsi exprimer
harmonieusement mes émotions et mes pensées.
La thyroïde symbolise aussi ma capacité à exprimer ma divinité, à extérioriser ma
créativité. Elle me montre comment je prends ma place au lieu de me laisser limiter par les
autres. Ma thyroïde réagit lorsque j’ai le « souffle coupé ». Je suis impuissant car je ne peux
que me taire dans une situation donnée. « Est-ce que je suis en accord avec les règles que je
m’impose ? » En dysharmonie, ce centre d’énergie indique une non-expression de soi. J’ai
souvent l’impression d’avoir une boule dans la gorge, je rationalise, je deviens rigide et je me
refuse le droit d’exister. Mes paroles seront brusques et ma communication deviendra
conflictuelle. Je ne prends pas ma place, j’étouffe et je me sens prisonnier. Je suis comme un
papillon dont on a coupé les ailes. Le taux d’hormones normal détermine le contrôle de soi :
l’hyperthyroïdie, la chaleur et l’épuisement, et l’hypothyroïdie, le froid et le
ralentissement.
Puisque ce centre d’énergie est relié aussi à l’expression de soi, un cas d’hyper ou
d’hypo fonctionnement thyroïdien pourra se présenter si j’ai le sentiment de toujours
ravaler des injures ou que la vie est injuste avec moi. Me complaisant dans ce rôle, j’en arrive
même à provoquer autour de moi des situations problématiques afin d’être de plus en plus
une pauvre victime. Je voudrais tout laisser tomber, déguerpir loin de mes problèmes, les
expédier à l’autre bout du monde. Je voudrais que ces derniers s’évanouissent. Aussi,
lorsque je vis un conflit avec le temps, et que je me sens obligé ou pressé d’aller plus vite ou
plus lentement, la thyroïde va réagir. Je peux avoir l’impression de ne pas pouvoir créer
faute de temps, d’avoir eu à grandir trop vite et à devenir un adulte trop tôt, de ne pas être
assez rapide pour attraper quelque chose, etc.
Le cou, reliant ma tête à mon corps me permet de faire les signes OUI ou NON et fait de
cette région le lien entre le corps et l’esprit. Si mon orgueil est très fort et qu’il ferme mon
coeur♥, je passe à côté de mes vrais besoins. Le centre d’énergie de la gorge représente ma
créativité. Je peux me sentir en position de soumission par rapport à une autorité extérieure.
Je peux idéaliser les autres mais cela m’amène à me sentir inférieur. Cette attitude peut
amener mon corps à réagir par un cancer de la thyroïde : les autres deviennent un outil
pour combler mon vide intérieur. J’ai peur du pouvoir car je renie le mien, ce qui m’amène à
vivre dans la passivité.
Lorsque la thyroïde est en harmonie, je me sens ouvert aux autres, à l’écoute, je suis
peu influençable. Je sais .dire non si nécessaire. Je reste ouvert d’esprit et je deviens créatif.
Je suis en mesure de dire la vérité, sans jugement de moi-même ni des autres. Ce centre de
créativité (la parole) me permet d’avoir un lien amoureux équilibré en exprimant mon
amour. Au lieu de vouloir avoir du pouvoir sur les autres, j’ai avantage à faire confiance à
ma voix intérieure.
Dans l’immédiat, j’accepte ↓♥ de m’exprimer librement et j’utilise tous mes moyens. Je
développe mon esprit créateur. J’accepte ↓♥ de vivre dans la Vérité.
GLANDE THYROÏDE — BASEDOW (MALADIE DE …) OU GOITRE
EXOLPHTALMIQUE
La maladie de Basedow est un état pathologique causé par l’hypersécrétion
d’hormones thyroïdiennes et caractérisé par une saillie anormale des globes oculaires et une
augmentation du volume de la thyroïde. Cette maladie touche plus souvent les femmes que
les hommes. La personne atteinte a une augmentation de tout le métabolisme, elle est pleine
d’énergie « nerveuse ». Le système nerveux devient irritable et elle est toujours « en hyper »
due à une incapacité à fixer l’iode. Elle présente des troubles du sommeil, des tremblements
de mains, amaigrissement et nervosité, sudation élevée.
Dans cette hyperactivité, qu’est ce que j’essaie de démontrer aux autres ? Qu’est-ce je ne
suis pas capable d’exprimer ? Je peux vouloir prouver qui JE SUIS sans être capable de
m’arrêter. J’en fais toujours plus que ce qui m’est demandé. Je suis constamment dans un
204
tourbillon et continuellement, je sollicite ma glande thyroïde…. Je refoule mes vrais
sentiments, je n’exprime pas, je ravale et je veux démontrer, voire même « me venger ». À qui
ai-je besoin de prouver quelque chose ? Je me punis parce que je n’ai pas pu sauver
quelqu’un ou une situation à temps. La culpabilité est grande. Je suis devenu méfiant et je me
sens obligé de tout faire moi-même, ce qui me donne « l’impression » d’avoir plus de contrôle
sur les événements.
J’apprends à exprimer les choses au fur et à mesure, je choisis de faire de mon mieux sans
être constamment dans la performance et ainsi je laisse aller l’autodestruction. Je constate
que j’ai besoin de donner (même quelque chose qui ne m’est pas demandé) pour me sentir
aimé et que j’ai de la difficulté à recevoir. Je choisis de prendre soin de moi, j’accepte ↓♥ de
reconnaître mes besoins et de faire le point avec ce que je suis réellement. Je cesse de tourner
en rond et je comprends que je n’ai pas besoin d’en faire autant pour être apprécié. Je prends
le temps d’exprimer, de me respecter, de me choisir. J’apprends à m’aimer et à m’accepter ↓♥
tel que je suis : je retrouve ainsi la stabilité de ma santé et l’équilibre dans ma vie
quotidienne.
GLANDE THYROÏDE — GOITRE
Le goitre est le gonflement de la partie antérieure du cou. Généralement, le goitre
indique que ma glande thyroïde est suractive.
Cela résulte d’une accélération de plusieurs processus corporels et mentaux. Cette glande
est responsable, entre autres, de la régulation du processus respiratoire. Elle est étroitement
reliée à mon désir de vivre, à mon engagement à entrer dans la vie. L’hyperthyroïdie est
une réponse stressante qui dénote mon angoisse, mon chagrin, bref des émotions intenses
non exprimées qui font gonfler ma glande thyroïde (gorge). J’ai l’impression que tout
va trop vite ! Faute d’organisation ou d’un taux d’énergie très bas, je me sens dans un
tourbillon sans fin d’événements qui me dépassent. Cela peut aussi résulter du sentiment
d’être étouffé par la vie et par les responsabilités. Ma glande thyroïde se questionne à saVoir
: « Est-ce que je dois continuer à maintenir la vie ou non ? » J’ai avantage à exprimer mes
besoins, mes désirs, mes émotions, au lieu de les refouler afin de permettre à ma glande
thyroïde de fonctionner normalement. Dans le cas où le goitre résulte de
l’hypothyroïdie, c’est-à-dire que la glande thyroïde travaille insuffisamment durant une
longue période de temps, comme si elle s’évanouissait, cette manifestation laisse voir ma
personnalité défaitiste et ma tendance au désespoir, car j’ai peu le goût d’accomplir des
choses et j’adopte une attitude de « victime » par rapport à ce qui m’arrive. Je vis ainsi
beaucoup de contrariété et d’amertume et j’ai l’impression que le monde entier m’en veut. Le
goitre me montre combien je peux me sentir abandonné par les autres. J’ai besoin d’amour
et d’attention mais je préfère vivre en retrait. Je fuis mes angoisses en me coupant de mes
émotions. Je veux garder tout pour moi.
J’accepte ↓♥ de développer une attitude plus positive et de me prendre en mains afin de
pouvoir atteindre mes objectifs.
GLANDE THYROÏDE — GOITRE EXOLPHTALMIQUE
VOIR : GLANDE THYROÏDE BASEDOW MALADIE DE…
GLANDE THYROÏDE — HYPERTHYROÏDIE
Elle indique une hyperactivité, une trop grande activité, de la glande thyroïde. Mon
métabolisme augmente, j’ai donc des chaleurs et je transpire.
Je vis une grande déception de ne pouvoir accomplir ce que je veux réellement ou
exprimer ce que j’ai à dire, parce que je réponds aux attentes des autres plutôt qu’aux
miennes. Je me sens dépassé par les événements. J’accumule les non-dits et j’écrase ma
propre personnalité. Je me sens obligé de répondre aux attentes des autres. Par conséquent,
je vis de la rancune, de la frustration et de la haine envers tout ce qui ne correspond pas
réellement à mes attentes. J’en viens à ne garder mon attention que sur des choses négatives.
Je peux aussi toujours écouter les conseils des autres sans m’écouter intérieurement. Je me
bâtis moi-même une prison dont j’ai de la difficulté à me départir car je repousse ceux qui
pourraient m’aider. Je me sens impuissant à changer des choses dans ma vie. De plus, je me
205
donne des échéances très courtes dans les choses à faire, ce qui me demande de toujours me
dépêcher afin de terminer à temps les projets en cours. Il faut toujours faire plus vite !
Je dois bâcler les choses au plus vite (surtout en affaires) et cela m’amène à vivre un grand
stress. J’ai l’impression que les choses sont très fugaces, qu’elles disparaissent très
rapidement et que je n’ai pas vraiment le temps d’en profiter. Comme quand les enfants
grandissent trop vite ou que je me fais trop de soucis pour eux. J’ai d’innombrables désirs
non assouvis. Quand ma thyroïde est hyperactive, j’ai souvent de la difficulté avec le
temps et avec le fait d’être en retard. Je regarde si le fait de mettre tant d’attention sur
certaines choses en particulier me permet de mettre de côté certaines responsabilités. Je
deviens un peu comme un enfant qui vit de naïveté et d’insouciance, espérant que les autres
vont s’occuper des choses dont moi je ne veux pas être responsable. Alors, mon corps me
donne un message. J’ai perdu contact avec mon moi profond. Je préfère rester à la surface
des choses, de mes émotions plutôt qu’aller en profondeur et risquer de faire des découvertes
inattendues.
J’accepte ↓♥ que la vie ne soit pas un « sprint121 » mais un marathon. Je réalise enfin
mon pouvoir. Ainsi, je prends mes décisions et je crée mes actions selon mon discernement
intérieur. Je suis cocréateur de ma vie.
121 Sprint : allure la plus rapide qu’un coureur peut prendre pendant une course.
GLANDE THYROÏDE — HYPOTHYROÏDIE
L’hypothyroïdie est un sous-fonctionnement de la glande thyroïde, une insuffisance
thyroïdienne. Les causes physiques sont : un dérèglement du système immunitaire, une
destruction de la thyroïde par une thyroïdite avec ou sans formation d’anticorps et une
carence en iode qui entraîne : une hausse du taux de cholestérol, de la fatigue, un
fourmillement et une froideur des extrémités, de la constipation et une baisse des réflexes,
l’augmentation du volume de la langue, etc.
Le découragement peut même apparaître, me rendant morose, défaitiste, et
suscitant le sentiment d’être incompris. Mon corps me transmet un S.O.S. Les causes
métaphysiques sont aussi importantes. Le chakra de la gorge est relié à ma communication et
à ma créativité. Comment est ma communication avec moi-même, mes proches et les autres ?
Comment est-ce que j’exerce ma créativité dans ce que je fais ? Quelle est la rancune que je
porte et qui me « mange par en dedans » ? D’où me vient cette absence de désirs par rapport
à ma vie ? L’hypothyroïdie peut aussi provenir de mon incapacité à affronter une situation
qui réapparaît à plusieurs reprises dans ma vie et par rapport à laquelle je ne sais pas
comment réagir. Je me dois d’aller doucement mais cela me demande beaucoup, soit dans
mon travail, soit dans mes relations interpersonnelles, par exemple : je suis « trop vite en
affaire » et je dois ralentir, me donner du temps et à l’autre personne aussi… Je veux fuir
mes responsabilités. Je préfère vivre dans un monde irréel. Je me crée une sécurité
artificielle. Je trouve dur le fait de devoir me résigner parce que je me sens dépassé par les
événements.
J’accepte ↓♥ de rester en contact avec mon corps émotif et physique. Je suis en sécurité et
j’ai tout ce qu’il faut pour faire face à mes responsabilités. Je suis créateur de ma vie. Je
communique l’harmonie partout autour de moi. Confiant, je vois la vie avec un nouveau
regard. Je me laisse soutenir par la vie tout comme le cerf-volant soutenu par le vent.
GLANDE THYROÏDE — THYROÏDITE
La thyroïdite est une inflammation de la glande thyroïde. La plus commune est la
thyroïdite de Hashimoto.
Je vis une situation qui implique souvent la famille et où je me sens coincé car je ne peux
pas exprimer mes frustrations et ma colère. J’en viens à vivre au ralenti car mes émotions
négatives me grugent en dedans. J’ai envie de cracher le feu mais je ne veux pas dévoiler
certains secrets qui risqueraient peut-être de faire éclater le noyau familial. Je préfère me
taire et me sentir coincé plutôt que d’ouvrir la porte de mon coeur♥ et oser m’exprimer.
J’accepte ↓♥ de reconnaître et accueillir les émotions qui m’habitent. Je choisis de les
verbaliser afin de m’en libérer. L’amour et la lumière que je véhicule forment un bouclier
206
qui me protège à chaque instant.
GLAUCOME
VOIR : YEUX — GLAUCOME
GLOBE OCULAIRE
VOIR : YEUX [EN GÉNÉRAL]
GLOBULES SANGUINS
VOIR : SANG
GOITRE
VOIR : GLANDE THYROÏDE — GOITRE
GONADES
VOIR AUSSI : OVAIRES, TESTICULES
Les gonades produisent des gamètes (spermatozoïdes chez l’homme et ovules chez la
femme) et des hormones sexuelles qui combattent l’anorexie mentale, l’asthénie et qui
favorisent l’énergie physique et affective. Ce centre est relié à la créativité et à la
reproduction.
Lorsque ce centre est en dysharmonie, ma sexualité est centrée sur le plaisir égoïste et
l’amour possessif. Je perds contact avec l’innocence de mon enfant intérieur. Je manque de
maturité et de spontanéité, je me méfie du sexe opposé et je refuse la tendresse qui m’est
offerte. Je manque de confiance en moi. Je sors très facilement « de mes gonds », je
m’emporte pour un rien. Je dois me demander ce que j’ai perdu et qui me cause une grande
peine : ce peuvent être un enfant qui est parti ou décédé (être cher), un bien matériel ou une
perte symbolique comme la perte de mon amour propre ou ma fierté, etc. Je ne me sens plus
le créateur de ma vie, j’adopte une attitude défaitiste par rapport à la vie.
En harmonie, je me sens spontané, ouvert aux relations avec les personnes du sexe
opposé. La vie coule de source en moi et ce centre est relié au plaisir sous toutes les formes.
Lorsque ce centre est en équilibre, je sais m’adapter aux situations, la vie me passionne et
m’enthousiasme. Je suis à l’aise dans le tourbillon de la vie, sans résistance. Je communique
en toute confiance et je n’ai pas de préjugés, je m’accepte ↓♥ dans ma totalité d’homme ou de
femme. J’accepte ↓♥ de laisser aller mes peurs et je construis ma confiance par rapport à moimême
et à la vie.
GONFLEMENT (EN GÉNÉRAL)
Le gonflement apparaît généralement quand je vis une résistance émotionnelle et que je
refoule mes émotions. J’accumule ces émotions parce que je vis de l’impuissance ou que je ne
sais pas comment les exprimer pour éviter de blesser quelqu’un ou tout simplement de me
blesser moi-même. Le gonflement peut être aussi un moyen de protection et je peux me
demander : pourquoi est-ce que je sens le besoin de me protéger ? Et « par rapport à qui ou à
quoi » ? Est-ce que je me crée des illusions à propos d’une situation ? Les illusions sont
reliées à l’eau et si je prends conscience que cette illusion est une mauvaise perception
d’une situation ou d’une personne, j’ai intérêt à remettre en question mes valeurs et ma
perception des choses de façon réaliste. Je peux aussi sentir que certaines personnes me
mentent ou me cachent la vérité.
J’accepte ↓♥ d’aller vérifier mes perceptions afin que les situations de ma vie soient plus
claires. J’apprends à exprimer ce que je vis afin de me libérer et ainsi de faire disparaître ces
gonflements.
GONFLEMENT (… DE L’ABDOMEN)
Le gonflement de l’abdomen m’amène à prendre conscience que je vis de la
frustration par rapport à mon conjoint, à mes enfants ou à ma famille. J’ai l’impression qu’on
me ment. Je me sens probablement limité sur le plan affectif ou dans l’expression de mes
sentiments envers des personnes de mon entourage.
J’accepte ↓♥ qu’en changeant ma façon de voir les choses et en ayant une attitude plus
positive, je prends conscience de toute l’abondance qui est dans ma vie, tant sur les plans
207
affectif, intellectuel, émotif, matériel, etc.
GORGE (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : GLANDE THYROÏDE [EN GÉNÉRAL]
La gorge contient les cordes vocales (le larynx) et le pharynx. Juste en dessous du larynx,
est située la glande thyroïde. Elle me permet d’exprimer qui je suis et me permet aussi
d’échanger avec les personnes qui m’entourent.
La gorge est reliée au centre d’énergie laryngé, aussi appelé chakra de la gorge
(cinquième chakra), centre de la créativité, de la vérité et de l’affirmation. Il travaille aussi en
étroite collaboration avec le centre d’énergie sacré ou deuxième chakra, le centre de l’énergie
sexuelle, la sexualité étant une façon de communiquer avec une autre personne. Ce centre
d’énergie est important pour l’affirmation de soi. Aussi, il est dit : « La pensée crée, le verbe
manifeste ». Ainsi, par la parole, j’amène mes pensées à se matérialiser dans le monde
physique. Alors, même si des pensées négatives peuvent avoir des répercussions sur ma
santé, des paroles négatives pourront en avoir davantage. Ceci est vrai pour le côté positif
aussi.
J’accepte ↓♥ d’avoir davantage à parler de façon positive, respectant ainsi mon temple de
chair qui abrite ma partie divine. Plus j’exprimerai la vérité par cette voie de communication,
plus je pourrai échanger harmonieusement avec mon environnement.
GORGE (MAUX DE …)
VOIR AUSSI : AMYGDALES, MUGUET
C’est avec ma gorge que j’avale mes expériences émotives, la réalité, c’est là où je prends
la vie par la respiration, l’eau et la nourriture. Elle représente mon pouvoir et ma force
intérieure car de ces deux éléments dépend ma capacité à m’exprimer. C’est aussi là que je
libère mes sentiments, du coeur♥ jusqu’à la voix. Elle est le pont à double sens entre la tête et
le corps, l’esprit et le physique. Si ma gorge me fait mal, je peux me culpabiliser soit d’avoir
dit certaines paroles, soit de penser que j’aurais dû exprimer quelque chose. C’est comme si je
m’autopunissais par la douleur. Ma rage et ma colère veulent tellement s’exprimer mais j’ai
peur de la réaction des autres ; je vais donc avaler mes émotions qui mettent ma gorge en
feu. Il est peut-être temps que je dise ce que je vis afin de m’en libérer. Ma gorge peut aussi
s’enflammer si je refoule de la rage et que cette émotion me monte à la gorge. Si je ne dis
pas vraiment ce que je veux dire ou qu’il existe un conflit dans mon expression de soi, alors
ma gorge sent ce refoulement. La gorge étant l’expression de l’affirmation de soi, si j’ai de la
difficulté à m’affirmer, à défendre mon point de vue, je peux vouloir compenser cela en
devenant autoritaire envers moi-même ou envers les autres, ce qui limite mon énergie sur ce
plan-là. Je préfère cacher des choses au lieu de prendre le risque d’être ridiculisé. Je suis très
attaché aux gens autour de moi et je me laisse atteindre facilement par leurs paroles ou leurs
gestes. L’infection à la gorge par la bactérie streptocoque est l’une des formes
d’infection les plus fréquentes. Cela implique irritation et retenue d’énergie. La gorge
représentant aussi la conception, l’acceptation ↓♥ de la vie, si j’ai des difficultés au niveau de
la gorge, je peux vivre un profond conflit dans l’acceptation ↓♥ de mon existence. Je
recherche mon pouvoir à l’intérieur de moi tout en le niant en même temps. Je recherche
aussi mon père intérieur. En ayant de la difficulté à avaler (dysphagie), je peux me
demander quelle personne ou quelle situation j’ai de la difficulté à avaler, ou quelle réalité je
me sens obligé d’avaler même si cela ne me convient pas (cela peut être par exemple quelque
chose qui vient à l’encontre de mes principes). Je veux défier quelqu’un ou quelque chose car
ça ne passe pas du tout ! Je peux alors tenter de me couper de ma réalité physique, voulant
peut-être fuir l’obligation d’affirmer qui je suis, mes besoins, et par le fait même, celle
d’apporter des changements dans ma vie. Dans le cas où la nourriture fait « fausse-route »
(« avaler de travers122 ») parce que l’épiglotte ne s’est pas fermée comme elle le devait, je
me demande dans quel domaine de ma vie j’ai l’impression de « faire fausse-route » et où je
devrais revoir mes directions compte tenu de mes priorités. Je veux brusquer les choses,
avoir le « contrôle de la situation » car je me sens en danger. Si j’avale tout rond, je gobe
tout des autres, j’ai de la difficulté à me faire ma propre opinion. J’ai tendance à être passif,
attendant que les autres fassent le travail pour moi. Si j’ai des mucosités dans la gorge,
208
j’ai trop accumulé de paroles et d’émotions négatives qui ne demandent qu’à être exprimées.
Le chakra de la gorge et le chakra sexuel sont reliés plus directement. Pour être plus précis,
l’hypophyse stimule la thyroïde et celle-ci transmet les messages à nos organes génitaux. Les
deux ont rapport à la créativité : le chakra de la gorge concerne la créativité de mes pensées
tandis que le chakra sexuel concerne la créativité dans la matière. Aussi, ces deux centres
d’énergie ont rapport à la communication : par ma voix, je communique mes pensées et par
ma sexualité, je communique physiquement mes sentiments. Ainsi, si j’ai des problèmes à la
gorge, il est bon que je me pose des questions sur ce que j’ai à exprimer sur moi-même, et je
dois aller vérifier si je vis de la frustration quant à ma sexualité.
J’accepte ↓♥ que le bonheur et la liberté viennent de ma capacité à m’exprimer dans
la Vérité, m’approchant ainsi de plus en plus de mon essence divine. Toutes les émotions
que je vis sont positives et sont ici pour m’apprendre quelque chose sur moi. Je dois les
libérer afin d’enlever les tensions qui pourraient s’accumuler.
122 Avaler de travers : expression québécoise qui symbolise la fausse-route que font les aliments et qui se retrouvent à passer dans
le larynx et la trachée au lieu de l’oesophage.
GORGE (CHAT DANS LA…)
Le chat dans la gorge manifeste bien malgré moi quelque chose que je désire exprimer
mais que je garde à l’intérieur de moi. Ai-je peur qu’on rie de moi, qu’on me critique, qu’on
me rejette, d’être incompris? Quelque chose m’encombre, me pique la gorge… Cette peur a
certainement rapport à « ma sensibilité » consciemment ou inconsciemment.
J’accepte ↓♥ de me faire confiance et de dire les choses telles qu’elles sont, en demeurant
vrai avec moi-même ; j’acquerrai ainsi le respect des autres et de moi-même.
GORGE — LARYNGITE
VOIR AUSSI : ANNEXE III, ENROUEMENT, INFLAMMATION
La laryngite est une inflammation du larynx, accompagnée de toux et d’enrouement.
Chez les enfants de moins de cinq ans, on parle plutôt de faux croup.
Cette infection est causée par la difficulté à m’exprimer par crainte du ridicule, très
souvent par rapport à l’autorité. Je ne peux pas exprimer mes propres opinions, affirmer ce
qui me tient à coeur♥. Je me soumets à l’autorité. Cela peut être lié au fait de vivre du rejet de
la part des autres, et si je m’affirme, d’être incompris d’eux. Perdre la voix peut aussi devenir
un moyen de fuir une situation où j’aurais eu à m’exprimer. Je refoule de la révolte, je
me sens étouffé, il y a un trop-plein d’émotions qui sont restées coincées. Ce peut être suite
à l’annonce d’une grande nouvelle qui m’a étonné et m’a laissé « bouche bée123 ». Lorsque je
me tais au lieu de m’exprimer, par honte, par crainte ou par culpabilité, ces sentiments que je
cache par le silence causent un blocage d’énergie qui se traduit par une laryngite. Une
grande résistance peut alors se manifester lorsque les émotions tentent plus tard de
s’exprimer. Le larynx est enflammé et il y existe un haut niveau d’énergie émotionnelle reliée
à la voix et à l’expression de soi. Ma créativité tente de trouver sa propre affirmation ; elle
veut être libre de parler et vocaliser habilement ses émotions. Mon impuissance à m’exprimer
se transforme très rapidement en colère par rapport à moi-même. Je crois que je ne suis plus
en sécurité si je m’abstiens de parler. Cependant, je me rends vite compte que la frustration
est grande car je ne peux pas faire entendre mon opinion, je ne peux pas m’affirmer et je ne
peux donc pas user d’autorité dans les situations où cela est nécessaire. Je pourrai donc
« piquer des colères » car cela en est trop mais je le regrette ensuite. La culpabilité étant
grande, je m’attire une laryngite, comme cela, j’ai maintenant une « bonne raison » pour ne
pas parler.
Je dois apprendre à dire les choses, à exprimer mes sentiments, ce qui permettra à cette
énergie de circuler librement. Si, dans ma personnalité présente, j’ai de la difficulté à
m’exprimer en disant les choses, je peux alors m’exprimer en les écrivant. Comme le larynx
est relié au centre d’énergie de la gorge qui est la communication, je peux communiquer mes
sentiments en les écrivant, même si je garde ces écrits pour moi. Cela permettra une
meilleure communication avec moi-même et me permettra de clarifier ce que j’ai à exprimer.
123 Bouche bée : avoir la bouche ouverte d’étonnement, de stupeur ou d’admiration.
209
GORGE — LARYNX
VOIR AUSSI : APHONIE, CANCER DU LARYNX, ENROUEMENT
Le larynx est la partie des voies aériennes supérieures située entre la trachée et le
pharynx.
Il symbolise mon affirmation par le verbe, les mots, ma volonté à exprimer avec autorité
ce que je vis, ce que je pense. Une affection au niveau du larynx survient généralement à la
suite d’un événement où j’ai eu « le souffle coupé » ou j’étais stupéfait, interloqué124. J’ai eu
tellement peur « qu’aucun son ne pouvait sortir de ma bouche. » J’ai été pris par surprise et
bien souvent, je me sens en danger, au point que j’ai l’impression que ma vie est en péril. Ce
peut être aussi quelque chose dans mon territoire qui est concerné. Il peut s’ensuivre que
j’aurais voulu hurler ou crier à l’aide mais je n’ai pas pu. Il est important que je retrace cet
événement qui s’est probablement passé juste avant que mon larynx ne soit touché par la
maladie. Je pourrai ainsi enlever le traumatisme qui est resté « accroché » à mon larynx, et
lui permettre de guérir. Puisque le larynx est l’organe essentiel de la phonation, c’est-à-dire
de la production des sons, je dois me demander quelles sont les émotions, les états d’âme que
je vis et que je veux exprimer par la voix, mais que je réprime et garde pour moi. J’en suis
peut-être rendu à changer mes priorités, mes structures de vie, et j’ai peur de la réaction des
autres. Puisque ma voix est unique, je regarde comment je m’accepte ↓♥ dans ce que je suis :
est-ce que je me sens à l’aise à donner ma propre opinion ou j’attends l’avis des autres avant
de me prononcer ? Est-ce que je ne parle que de moi et ai-je tendance à parler des autres et à
leur place ? Est-ce que je laisse parler ma voix intérieure ? Ai-je tendance à parler au
conditionnel ou suis-je affirmatif dans ma façon de communiquer ? Je veux faire passer mon
message mais je n’y arrive pas. Est-ce que je m’interdis ou qu’on m’interdit de dire les choses,
de crier même ? Est-ce qu’il y a des choses que j’ai de la difficulté à avaler ?
J’accepte ↓♥ dès maintenant de laisser parler mon coeur♥ et d’exprimer en toute
simplicité mes émotions, mes opinions. Ma voix devient de plus en plus forte, solide et reflète
parfaitement mon assurance et ma confiance en moi.
124 Interloqué : stupéfait, déconcerté.
GORGE NOUÉE
J’ai la gorge nouée quand je vis de l’anxiété. Je me sens alors « pris à la gorge ». Il se
peut aussi que j’aie un manque de confiance en moi et que je doute de mes capacités, surtout
devant quelqu’un qui m’intimide et qui représente une forme d’autorité. J’ai l’impression
d’avoir le souffle coupé. Je préfère subir au lieu d’assumer mes choix. Je suis paralysé par
l’angoisse et la vie sociale me fait peur. J’ai de la difficulté à prendre position, je remets en
question mes croyances. Je peux me sentir vulnérable mais je dois faire confiance à la vie.
J’accepte ↓♥ de m’exprimer librement et de dépasser mes peurs. Je retrouve la paix
intérieure car je suis pleinement guidé. Je suis Maître de ma vie !
GORGE — PHARYNGITE
VOIR AUSSI : ANGINE, ANNEXE III, RHUME
La pharyngite est beaucoup plus connue sous l’expression mal de gorge. Toutes les
émotions, les sentiments ou les énergies qui bloquent ma gorge se doivent d’entrer par le
nez ou par la bouche. Ou encore, elles viennent des profondeurs de mon être intérieur et elles
bloquent au niveau de la gorge. Ce sont souvent des émotions ou des situations que je
ravale et que j’ai de la difficulté à accepter ↓♥ et qui impliquent un membre de la famille. Il
arrive que ce soit une situation où j’ai envie de quelque chose ou de quelqu’un d’inaccessible,
d’impossible à atteindre, que je ne peux attraper et dont pourtant j’ai besoin pour vivre.
Donc, je sens (nez) que cela ne va pas, ou je n’absorbe pas (bouche) une ou des énergies qui
se présentent à moi. Parfois, ce sont les mêmes émotions qui se sont amplifiées après un
rhume. Ces émotions m’affectent plus profondément, plus près de mon intérieur qu’un
simple rhume. Je regarde aussi quelle est ma relation avec les autres et combien je peux être
dépendant d’eux. Je suis très influençable. J’ai le goût de crier qui je suis, mais mon anxiété
et mes incertitudes m’en empêchent. J’ai tellement l’impression de vivre en arrière-plan, de
ne pas avoir la première place. Je me dois donc d’analyser ces sentiments qui accrochent et
210
bloquent au niveau de la gorge, pour pouvoir les accepter ↓♥ et les laisser-aller.
J’accepte ↓♥ de m’exprimer et je reprends le pouvoir sur ma vie car j’affirme qui je suis et
quels sont mes besoins. Je retrouve ainsi mon autonomie. J’accepte ↓♥ de donner la même
liberté aux autres et la colère disparaît et fait place à plus de compréhension et de calme dans
ma vie.
GORGE — PHARYNX
VOIR AUSSI : POLYPES
Le pharynx, qui correspond à la gorge, est un conduit qui va du fond de la bouche à
l’entrée de l’oesophage.
Si mon pharynx est atteint, je regrette un choix que j’ai fait. Je me rends compte que j’ai
pris la mauvaise direction ou la mauvaise voie. Il y a un passage d’une situation à une autre
qui est en train de se faire (tels l’adolescence, un changement d’emploi, une séparation, etc.)
que je n’ai pas acceptée ↓♥ ou qui n’a pas été faite lorsque c’était le moment : je le regrette
mais je ne peux rebrousser chemin. Je m’en veux et je trouve cela difficile à avaler. Je suis
déçu, je m’empoisonne moi-même l’existence à ressasser le passé. Il peut aussi me manquer
quelque chose d’indispensable (une information par exemple) afin de réaliser un projet, et s’il
m’est impossible de le trouver pour mettre à terme celui-ci, je pourrai développer un cancer.
Cela m’amène à me déprécier et à me culpabiliser.
J’accepte ↓♥ de revoir mes priorités : qu’est-ce qui est vraiment nécessaire à mon bonheur
et qu’est-ce qui est secondaire ou superflu ? J’accepte ↓♥ que tous les choix que j’ai faits
jusqu’à ce jour soient les bons et qu’ils m’aient permis d’apprendre les leçons de vie dont
j’avais besoin. Je suis toujours guidé et j’écoute ma voix intérieure qui m’indique la bonne
voie.
GOÛT (TROUBLES DU …)
VOIR AUSSI : GORGE, LANGUE, NEZ
L’agueusie est la perte totale ou partielle (on parle alors d’hypogueusie) du goût. Elle
s’associe souvent à une perte de l’odorat.
Ai-je encore le goût de continuer ce que j’ai entrepris ? Qu’est-ce que j’ai besoin de
changer dans la situation que je vis ? Je n’en parle pas mais j’ai le sentiment que je perds
l’expression de ce que je suis. Je peux avoir l’impression d’avoir à avaler une situation que je
trouve dégoûtante : « puisque je n’ai pas le choix, mieux vaut ne rien goûter ! » C’est un
mécanisme de protection qui m’aide à fuir des situations désagréables et aussi ma nature
profonde, mes émotions. Je me protège des autres mais en même temps, je me déconnecte de
moi-même, de mon corps, de mon ressenti. Je ne suis plus en contact avec moi-même et le
monde qui m’entoure. Je diminue ou « neutralise » mon sens gustatif afin de me protéger.
J’accepte ↓♥ de goûter la vie, de me permettre de nouvelles expériences, enfin de sentir
que j’existe et laisser transparaître mon rayonnement. Je fais confiance à mon corps et à ma
nature profonde. J’ai le droit de m’affirmer et de dire NON si une situation ne me convient
pas. Je me respecte de plus en plus et les autres en feront tout autant envers moi !
GOUTTE
VOIR AUSSI : ACIDOSE, CALCULS RÉNAUX
La goutte est une maladie métabolique caractérisée par l’accumulation d’acide urique
dans l’organisme, et qui se traduit par des atteintes articulaires, particulièrement du gros
orteil et parfois par une lithiase rénale (calculs rénaux). Elle atteint aussi fréquemment les
mains, les poignets, les doigts, les genoux, les chevilles et parfois, les coudes.
L’accumulation d’acide urique signifie que je retiens des émotions négatives qui devraient
normalement être relâchées dans l’urine. J’ai besoin d’avoir mon espace vital, de la solitude,
mais je le laisse envahir par mon entourage. Je me sens poussé dans le dos. Pour certaines
espèces d’animaux, la façon qu’ils ont de marquer leur territoire se trouve dans le fait
d’uriner autour de celui-ci pour mettre des frontières, une barrière (par exemple chez les
chats). C’est leur façon de montrer au reste du monde quelle est la place qui leur revient. En
faisant l’analogie avec les humains, je sais que l’urine (liquide) représente mes émotions. Si je
211
ne peux les exprimer, il se produit un trop-plein d’émotions, c’est-à-dire un trop plein de
liquide à l’intérieur du corps. Les émotions qui sont ici en cause font référence à mes
frustrations, mes déceptions, mon impuissance à affirmer mes limites, ma zone d’intolérance
car je veux être le « bon garçon » ou la « bonne fille » aux yeux des autres. Je veux éviter
d’être réprimandé, jugé, critiqué ; alors je me tais, mais que cela me « dégoutte » ! La
goutte est un point de départ d’une hésitation entre le plaisir et le deVoir : en se clouant au
lit, il n’y a plus de choix à faire. Je me sens « pris dans le passé » et j’ai de la difficulté à
regarder vers l’avenir. Mon corps devient rigide comme mes pensées et mon attitude par
rapport à moi-même et les autres. Le fait de m’accrocher à mon passé m’empêche d’avancer,
me sentant alors pris car je ne sais plus quelle direction prendre. Je me « noie dans ma
peine ». Je peux manifester beaucoup d’impatience quand les choses ne se passent pas
comme je le veux. J’ai besoin de dominer, de contrôler entièrement ma vie, ce qui peut
être parfois très difficile. Je peux aller dans l’autre extrême et être impatient, colérique et
chercher à dominer les autres pensant que cela amène un équilibre dans ma vie. Donc, la
goutte se présente chez quelqu’un de très ambitieux et rigide ou, au contraire, chez une
personne qui n’a aucun but, aucun enthousiasme par rapport à l’avenir. J’ai des ambitions
très limitées et il ne faut pas m’en demander trop. Sinon, « c’est la goutte qui fait déborder
le vase » ! Alors, le désespoir me gagne. La goutte m’indique que je veux cacher mon
émotivité, ma sensibilité, en me montrant fort. Mon insécurité m’amène à être possessif, me
sentant mis de côté et non intégré, soit dans ma famille soit dans la communauté, etc. Je veux
tout retenir. J’ai tellement besoin de prouver ma valeur, ce dont je suis capable ! Je me sens
vulnérable par rapport à mes propres émotions et je suis intransigeant par rapport à ce que je
juge comme négatif, mauvais ou mal. Le gros orteil est atteint quand je m’écroule à la suite
d’une nouvelle qui affecte ma vie de façon existentielle. Comme la goutte se présente
souvent chez des hommes d’âge mûr, j’ai peut-être à apprendre à laisser les autres être, plutôt
que de dominer ; à faire confiance à la vie plutôt que de contrôler ; être plus flexible envers
moi-même ou les autres au lieu d’être rigide. Je n’ai plus à vivre de conflit intérieur entre les
plaisirs de la vie et les devoirs : je me vois « obligé » d’être inactif et d’apprécier « un repos
bien mérité » !
J’ai avantage à laisser davantage d’amour entrer en moi pour équilibrer et libérer les
émotions négatives, douloureuses, blessantes et coléreuses, afin de retrouver mouvement,
liberté, bien-être. J’accepte ↓♥ que toutes les émotions qui m’habitent font partie de qui je
suis et je me dois de les accepter ↓♥ pour m’aider à comprendre pourquoi ils vivent à
l’intérieur de moi. En les exprimant, je découvre vraiment qui je suis, je suis en contact avec
mon pouvoir intérieur et je peux me détacher des personnes à qui je m’accrochais
auparavant.
GRAIN DE BEAUTÉ
VOIR : PEAU — MÉLANOME
GRAISSE, EMBONPOINT, OBÉSITÉ
VOIR AUSSI : POIDS [EXCÈS DE …]
La graisse symbolise l’énergie, la puissance, les « petites douceurs » que l’on se donne.
Plus mon énergie est active et circule librement, moins elle aura tendance à se fixer dans la
graisse. Plus je suis lourd, plus j’ai de la difficulté à bouger, donc à utiliser mon énergie, qui
correspond à mes émotions, ma créativité. Alors, si je suis une personne ayant de
l’embonpoint, je suis quelqu’un d’hypersensible et qui éprouve le besoin de se protéger. Ce
besoin de me protéger se retrouve principalement au niveau du deuxième chakra125, celui de
la sexualité et du troisième chakra126, celui des émotions. Les émotions, les idées sont
accumulées et s’ajoutent les unes aux autres, comme les kilos s’accumulent dans mon corps.
Les hommes semblent avoir besoin de se protéger davantage sur ce plan-là. L’obésité est
souvent l’expression d’une insécurité ou d’un « manque » sur le plan affectif : on attend
« quelque chose » qui n’arrive pas et on cherche à la mauvaise place, ce qui amène une
insatisfaction ou une frustration qui me fait gonfler. J’ai besoin d’amour et en même temps,
je m’en méfie. Je peux avoir été agressé (a-graiss-é) (physiquement ou psychologiquement)
et cela m’amène à vivre de l’agressivité (a-graisse- ivité). Je préfère ne compter que sur moi-
212
même. Je me sens limité dans ma vie et le fait de sentir un vide autour de moi m’amène à me
sentir abandonné. Puisque je veux être perçu comme une personne forte, je peux
inconsciemment manifester cette force en étant « une personne forte de taille », corpulente.
Pour maigrir, j’accepte ↓♥ de changer mon attitude dans mes relations humaines. Je cesse
d’attendre et je ventile calmement tout ce qui est inutile ou nuisible. J’apprends à avoir
confiance en moi-même et en la vie, afin de permettre à cette graisse protectrice de s’en
aller. J’exprime mes émotions librement et j’apprends à m’aimer tel que je suis. J’accepte ↓♥
d’aller de l’avant dans ma vie, en cessant de m’en faire pour ce que les autres vont dire ou
penser de moi. En vivant à partir de moi, j’augmente ma confiance en moi, ma valeur, mon
amour-propre. Je retrouve davantage ma beauté intérieure et mon corps physique se
modèlera à ma nouvelle image de moi naturellement. Je manifeste davantage la joie et
l’allégresse.
125 Deuxième chakra : situé entre le nombril et le pubis.
126 Troisième chakra : situé au niveau du plexus solaire, à la base du sternum ou de la cage thoracique.
GRAND MAL
VOIR : CERVEAU — ÉPILEPSIE
GRATTELLE
VOIR : PEAU — GALE
GRINCEMENT DE DENTS
VOIR : DENTS [GRINCEMENT DE…], MÂCHOIRES [MAUX DE …)
GRIPPE
VOIR AUSSI : CERVEAU — ENCÉPHALITE, COURBATURE, ÉTERNUEMENTS, FIÈVRE, MUSCLE,
RESPIRATION [MAUX DE …], TÊTE [MAUX DE …]
Il s’agit d’un état lié à la présence d’un virus causant fièvre, frissons, maux de tête,
douleurs musculaires, éternuements, difficultés respiratoires, etc. La grippe qui atteint mon
corps plus violemment qu’un rhume peut me forcer à rester alité pour une certaine période
de temps.
Comme la grippe est une maladie infectieuse, elle est reliée à la colère, c’est un signe que
rien ne va plus ! Je peux me demander qui ou quoi « ai-je pris en grippe », expression
voulant dire contre qui ou contre quoi suis-je en colère ? Les symptômes qui se manifestent
plus particulièrement m’indiquent davantage ce que je vis présentement : la fièvre est reliée à
la colère, les éternuements sont reliés à la critique, au fait de vouloir se débarrasser de
quelqu’un ou d’une situation, etc. Il s’agit souvent d’une situation conflictuelle sur le plan
familial : il s’est dit quelque chose ou une situation a été vécue que « je ne peux pas avaler »
car des règles ou des limites ont été transgressées. Il y a donc eu une dispute où j’avais
l’impression que mon espace vital était violé, ou que je risquais de perdre quelque chose ou
quelqu’un qui m’appartenait, à qui je « m’agrippais ». L’influence de certaines personnes de
mon entourage peut me faire douter de mon jugement ou de mes capacités à accomplir
certaines tâches. S’il s’agit des membres de ma famille, cela est encore plus difficile pour moi,
car toute ma vie j’ai cherché à bâtir ma propre personnalité, en me détachant de ma famille.
Parce que je cherche toujours à avoir leur approbation (surtout celle de mes parents), je peux
devenir confus par rapport à qui je suis vraiment et les choix que je dois faire. J’ai
l’impression que mes défenses intérieures ont disparu. Je suis dérangé par une personne qui
incarne une certaine autorité par rapport à moi. Beaucoup de cas de grippe sont attribuables
aux croyances enracinées dans la société, la peur aussi, par exemple : « J’ai eu tellement froid
aujourd’hui, je suis certain que je vais attraper la grippe ! » Je dois me demander pourquoi
j’ai la grippe. Est-ce que j’ai besoin de repos ou d’un temps d’arrêt ? Est-ce que je m’oblige à
être alité afin de ne pas faire face à mes responsabilités au travail ou dans la famille, etc. ? J’ai
peu confiance en moi et je me laisse influencer par les autres et peut-être même aussi
envahir ; le virus de la grippe fait de même et s’infiltre dans mon corps car mon système
immunitaire s’est « affaibli » par ma « faible » estime de moi. Je suis dans une situation où je
résiste car j’ai de grands efforts à faire dans ma vie de tous les jours et j’ai le goût de baisser
les bras. La grippe peut aussi naître à la suite d’une situation où j’ai vécu un grand
213
désappointement, une grande déception ou une frustration qui m’amène à vouloir ne plus
sentir ce qui se passe autour de moi (nez congestionné) ou une personne (« je ne suis plus
capable de la sentir ») et qui amène aussi une respiration plus difficile. Cependant, la fièvre
libère mon corps de toxines qui n’ont pu sortir autrement.
J’accepte ↓♥ d’exprimer mes émotions et de laisser couler mes larmes afin de
décongestionner tout mon corps et que l’harmonie s’installe.
GRIPPE AVIAIRE
VOIR AUSSI : GRIPPE
La grippe aviaire, aussi appelée grippe du poulet, est une grippe extrêmement
contagieuse pour certains oiseaux et qui peut être transmissible aux humains (A (H5N1)).
Ses symptômes sont semblables à la grippe classique, mais en plus grave.
Si j’attrape cette grippe, je me retrouve dans une situation où je suis pris, confiné dans
un environnement qui « me pue au nez ». Je dois me « refroidir », me fermer pour ne pas
sentir toute la peine et la douleur que je vis. Je préfère faire l’autruche et me cacher « sous les
ailes de ma maman ». Je suis « fier comme un coq » et « les poules auront des dents » avant
que je m’excuse ou que je pardonne les dires ou les gestes d’une personne. Je vis dans une
société avec laquelle je ne suis pas en accord, qui m’étouffe, me rend agressif. Je suis devenu
antipathique, intransigeant et je « prends facilement en grippe » les personnes qui briment
ma liberté, qui transgressent mon espace vital. Je ne me sens pas suffisamment fort pour
combattre la situation dans laquelle je me trouve et je pleure en « dedans » ce que je refoule
depuis des mois, voire même des années.
J’accepte ↓♥ de laisser aller toutes mes idées préconçues. Je guéris mes vieilles blessures,
je cesse de pleurer sur mon sort et j’accepte ↓♥ de partager les belles choses de la vie. Je
m’ouvre sur le monde, avec discernement, sans jugement. Je mets mes limites, dans le
respect de moi-même et des autres. Je reprends ainsi la place qui me revient.
GRIPPE ESPAGNOLE
VOIR : CERVEAU — ENCÉPHALITE
GROSSESSE (MAUX DE …)
VOIR AUSSI : ACCOUCHEMENT, NAUSÉES, SANG — DIABÈTE
Même si la grossesse est d’ordinaire joyeuse et enrichissante, elle peut aussi être
effrayante par ses soucis cachés, ses doutes, ses peurs et ses inquiétudes, spécialement quand
c’est la première fois. Ces sentiments cachés trouveront une façon de sortir si, comme future
mère, je ne suis pas capable de les exprimer verbalement. Parfois, je peux avoir l’impression
que les défis à relever sont si grands par rapport à ce que je suis capable de prendre, que je
peux inconsciemment rejeter l’enfant. Je pense devoir laisser ma jeunesse derrière moi et,
par le fait même, ma liberté. Je vois toutes les responsabilités que je devrai assumer. Voici
quelques exemples de malaises que je peux vivre pendant la grossesse : des brûlures
d’estomac m’indiquent une difficulté à avaler la réalité de ce qui arrive ; la constipation
met à jour ma peur de laisser aller que j’essaie de retenir les choses comme elles sont
maintenant tout en sachant que la venue d’un enfant amène des changements majeurs dans
ma vie ; un nerf sciatique douloureux manifeste ma peur d’aller de l’avant, dans la
nouvelle direction que la vie m’apporte ; un diabète gestationnel est la conséquence de la
tristesse que je vis pendant cette période. Il se peut aussi que je vive du mécontentement, que
j’aie peur de vivre du rejet à voir ainsi mon corps changer et que je veuille que le fait d’être
« grosse cesse ». Des nausées m’indiquent comment les transformations de mon corps me
donnent des « hauts le coeur♥ ». Je rejette l’image de moi qui se transforme. Je suis anxieuse
par rapport à l’accouchement et à mon habileté à être mère.
J’apprends à faire confiance et j’accepte ↓♥ d’avoir tous les outils nécessaires afin de
m’amener à vivre cette expérience merveilleuse dans la joie et l’harmonie. J’accepte ↓♥ de
m’engager par rapport à cet enfant à naître. J’accepte ↓♥ aussi les changements qui auront
lieu en moi et qui feront de moi une nouvelle personne.
214
GROSSESSE127 (… PROLONGÉE)
Lorsqu’une grossesse se prolonge au-delà de la période habituelle, comme mère, je
peux désirer inconsciemment de continuer à porter cet enfant le plus longtemps possible,
appréciant cet état où je sens mon enfant en sécurité et où le lien entre la mère et l’enfant est
si fort. Je veux le garder à « l’abri des intempéries » de la vie de tous les jours. Je peux avoir
peur de ces nouvelles responsabilités qui m’attendent avec ce nouvel enfant qui va naître.
Vais-je être à la hauteur de la situation ? Cela va-t-il changer quelque chose dans mon
couple ? Vais-je être une bonne mère ? Mes inquiétudes par rapport à cette naissance
peuvent me faire retarder la venue de l’enfant. Il se peut aussi que mon enfant se sente
tellement bien dans cet environnement sécurisant qu’il veuille y rester le plus longtemps
possible. Je peux entrer alors en contact avec son aspect divin, le réconforter, lui assurer que
je ferai tout ce qu’il m’est possible de faire pour m’occuper de lui, que je continuerai de
l’aimer et que j’ai hâte de pouvoir le tenir dans mes bras. J’ai à me détacher de mon enfant et
à me convaincre qu’il a tous les outils nécessaires afin d’affronter les défis qu’il rencontrera.
Tout ce dont il a besoin, c’est mon amour et mon affection.
127 La grossesse dure environ 9 mois ou 273 jours à partir de la date de fécondation.
GROSSESSE — ÉCLAMPSIE
VOIR AUSSI : CERVEAU — ÉPILEPSIE, TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION [TROP
ÉLEVÉE]
Il peut survenir en fin de grossesse une éclampsie qui est une affection grave
caractérisée par des convulsions secondaires associées à une poussée sévère d’hypertension
artérielle avec oedème cérébral. Elle se produit généralement chez la femme dont c’est la
première grossesse. Elle est semblable à une crise d’épilepsie, se caractérisant par une perte
de conscience, une raideur des membres suivie de convulsions.
C’est un peu comme être atteint par la foudre. L’éclampsie m’atteint si je suis une
femme qui, par insécurité ou culpabilité, va rejeter la grossesse ou tout ce que peut
représenter la venue de l’enfant. Je peux aussi vivre de la rancune par rapport à mon
conjoint, car je le rends coupable et responsable de la grossesse. Dans d’autres cas, cela
peut être moi comme mère qui, ayant de la difficulté à accepter ↓♥ la venue au monde
imminente de mon enfant, vais me rejeter, me sentant incapable d’assumer mes nouvelles
responsabilités. Je me sens dans une prison et je veux m’en libérer. Je crains la mort : la
mienne et celle de mon bébé. Je me sens impuissante et je préfère me cacher derrière
quelqu’un d’autre au lieu d’être en avant et foncer. Le dilemme cependant ici est que je ne
peux me fier à personne d’autre pour mettre au monde cet enfant : c’est moi et seulement moi
qui peux le faire. Je dois faire face à toutes ces émotions qui se bousculent en dedans et je ne
sais trop comment réagir. Je suis sensible aux commérages et aux critiques. Si j’ai besoin de
beaucoup d’attention, est-ce que cet enfant va venir m’enlever ce que je reçois des autres ?
Va-t-il devenir le centre d’attraction, et moi devenir comme un fantôme ? Je me sens très
vulnérable et je veux cet enfant mais je veux aussi avoir mon espace à moi.
J’apprends à regarder la venue de mon enfant avec une attitude positive sachant que j’ai
tout le bagage nécessaire pour l’aider dans son cheminement. Je prends le temps de
visualiser la façon dont la grossesse et l’accouchement vont se passer et je suis persuadé que
c’est ainsi que cela va se passer. C’est ainsi que je peux créer ma vie et donner de bonnes
bases à mon enfant. Je suis assez forte et je reçois toute l’aide dont j’ai besoin.
GROSSESSE ECTOPIQUE OU EXTRA-UTÉRINE (G.E.U.)
Une grossesse ectopique se développe en dehors de la cavité utérine.
Dans ce cas, il se peut que, comme mère, je vive une angoisse par rapport à
l’accouchement et que je me retienne d’enfanter. Je désire cette grossesse, mais je la redoute
en même temps. Je peux avoir l’impression que le nid que j’offrirai à mon enfant est trop
petit ou que nous nous retrouverons dans une situation qui sort de l’ordinaire. Je peux avoir
peur que mon conjoint me trompe ou m’ait trompé dans le passé. Ou est-ce moi qui pense à
tromper quelqu’un ?
J’accepte ↓♥ de laisser aller le processus normal de la vie et de laisser l’énergie circuler
215
librement à l’intérieur de moi afin que les éléments de la vie prennent la place qui leur revient
selon le plan divin.
GROSSESSE GÉMELLAIRE
VOIR : ACCOUCHEMENT — AVORTEMENT
GROSSESSE NERVEUSE
Je peux vivre dans mon corps physique les mêmes états qu’une personne enceinte même
si je ne le suis pas, ceci étant appelé alors grossesse nerveuse.
Une grossesse nerveuse manifeste une incertitude, une insécurité par rapport à mes
responsabilités à l’encontre de mes désirs. Je peux désirer avoir un enfant mais est-ce que je
me sens à la hauteur, est-ce que j’ai l’impression d’être capable d’assumer et de remplir tous
les besoins et les désirs de l’enfant ? Peut-être pas… Si la grossesse nerveuse se manifeste
alors que je suis femme célibataire, je dois aller voir aussi si je vis des difficultés en ce qui
concerne ma sexualité. J’ai peut-être le goût d’avoir un enfant, mais je n’ai pas le goût d’avoir
une relation affective avec une autre personne. Je peux aussi avoir peur de toutes les
responsabilités que cela implique d’avoir un conjoint même si j’en désire un. J’ai tendance à
me raconter des histoires, me « monter des bateaux ». Mon corps réagit à mon imagination.
J’aime jouer un rôle, passer pour quelqu’un que je ne suis pas. Je me laisse envahir par les
autres. Même si la grossesse nerveuse se manifeste surtout chez la femme, il peut arriver
que ce phénomène se produise chez un homme. Je peux me demander comment cela peut se
produire. Il est important que je me souvienne, que je sois homme ou femme, que je possède
les deux côtés à l’intérieur de moi, le côté YIN (femme) et le côté YANG (homme). Même si je
suis un homme, je peux développer mon instinct maternel et certaines peurs qui y sont
associées et ainsi, développer les symptômes d’une grossesse nerveuse par empathie ou
symbiose énergétique. Je vérifie alors quelles sont les insécurités que mon enfant intérieur vit
présentement. Je pourrai ainsi le rassurer, lui prodiguer l’amour et l’attention dont il a
besoin afin que tout rentre dans l’ordre.
J’accepte ↓♥ de naître à moi-même. Je laisse naître mes désirs, mes profondeurs qui ne
demandent qu’à sortir de l’ombre. Je prends ainsi de plus en plus la place qui me revient
dans l’Univers.
GROSSEUR
VOIR : BOSSE
GUILLAIN-BARRÉ (SYNDROME DE …)
VOIR : SYNDROME GUILLAIN-BARRÉ
216
H
HABITUDES
VOIR : DÉPENDANCE
HAINE
Beaucoup de maladies ont pour cause la haine. Entretenir de la haine me fait détester
des personnes, me rend méchant, me pousse à lancer des paroles blessantes avec la rage au
coeur♥. Le sentiment de haine amène l’autodestruction : il détruit la personne qui
l’entretient encore plus que la personne ou la situation concernée. Quand je vis de la haine,
de la rage, j’ai l’impression que quelque chose brûle en moi, en divers systèmes : digestif,
pulmonaire et aussi en relation avec la vésicule biliaire et le foie.
Dans l’évolution de ces signes que le corps manifeste, s’annoncent des « mal aises » de
plus en plus graves. Je peux m’attirer jusqu’à un cancer. La haine survient quand j’ai
l’impression que les autres m’empêchent de vivre ma vie. Je veux en faire à ma tête, et quand
les choses ne se passent pas à ma façon, je réagis fortement. Au lieu de rester ouvert et de
vouloir comprendre le point de vue de l’autre, je m’entête à rester sur mes positions. Je refuse
ainsi toute responsabilité par rapport à ma vie.
J’accepte ↓♥ que l’amour soit la base de toute vie. J’apprends à me pardonner et à
pardonner aux autres. J’accepte ↓♥ de comprendre les personnes, les situations autrement,
avec amour. Ce n’est que dans l’ouverture aux autres que je peux changer ma vision des
choses et me libérer de ces jugements et de cette haine desquels j’étais prisonnier.
HALEINE (MAUVAISE…)
VOIR : BOUCHE — HALEINE [MAUVAISE…]
HALITOSE
VOIR : BOUCHE — HALEINE [MAUVAISE…]
HALLUCINATIONS
VOIR AUSSI : ALCOOLISME, DÉPENDANCE, DROGUE, TOXICOMANIE
Lorsque je suis épuisé physiquement ou moralement, je peux me faire une montagne
d’idées noires, souvent fausses. Ainsi, je peux perdre pied avec le réel sans en avoir
conscience, je peux décrocher du réel ; mon corps et l’âme que je suis se déconnectent l’un
de l’autre. Confronté à une réalité que je ne veux pas voir, je m’en invente une, même si elle
peut être fausse, et je m’isole ainsi du reste du monde. Alors, je peux me donner raison et
prouver ma propre interprétation de cette réalité que je ne peux accepter ↓♥. Ces
interprétations, ces mondes imaginaires, créés de toute part par moi-même, peuvent aussi
faire ressortir mes propres peurs. Je peux avoir peur de mon côté sombre et négatif, et j’ai
l’impression d’avoir à me défendre afin qu’il ne se montre pas au grand jour.
Les hallucinations que je vois et qui me font peur ne représentent que les parties de ma
personnalité que je nie, que je refuse de voir. Tôt ou tard, j’ai besoin d’en prendre
conscience pour pouvoir les changer. En niant qui je suis, je m’éloigne de mon essence et je
ne suis pas en contact avec ma réalité intérieure. J’ai l’impression que la vie doit me punir
parce que je ne suis pas parfait. J’ai l’impression d’avoir une double personnalité : la
personne que tout le monde aime, et la négative que je veux fuir. Je me sens impuissant par
rapport à cette dernière. Je peux avoir des hallucinations quand je vis un niveau de stress
très élevé, et j’ai tendance à m’en mettre lourd sur les épaules.
Si, par exemple, je suis en train de chercher un document dont j’ai absolument besoin et
dont la perte représenterait des millions de dollars, mon cerveau pourra créer une image de
ce document (hologramme) qui me semblera très réel et qui va, l’espace de quelques
217
moments, faire tomber mon niveau de stress. Par la suite, m’apercevant que c’est une
hallucination, je peux maintenant penser plus clairement et je pourrai soit demander qu’on
m’aide à le chercher, soit explorer d’autres endroits où le document va probablement se
trouver. Sans cette hallucination, j’aurais continué à être « prisonnier » de mon état de
stress. Pour ce qui a trait aux drogues, elles provoquent un état de conscience en
expansion. Ainsi, la personne peut expérimenter des dimensions auxquelles elle n’a pas
ordinairement accès. Pourquoi est-ce que je prends de la drogue ? Est-ce une fuite de mes
souffrances intérieures que je n’arrive pas, faute d’aide, à affronter ? Je peux devenir
dépendant des drogues, quelles qu’elles soient. Elles peuvent me procurer un état de bienêtre
temporaire. Mais une fois « straight », c’est-à-dire revenu à la normale, ce n’est plus la
même chanson. Alors, où chercher ? En soi. On n’y entre qu’avec l’amour et également par
son cheminement personnel et spirituel.
Une spiritualité qui me libère des chaînes du passé et qui me redonne ma liberté et mon
autonomie. Il se peut aussi qu’à la suite d’un accident, d’un stress intense ou simplement de
mon développement personnel et spirituel, mon troisième oeil s’ouvre de plus en plus, ce qui
m’amène à voir des couleurs autour des personnes, des courants d’énergie dans l’espace ou
des présences translucides (non matérielles) dans mon entourage. Je peux avoir ainsi
l’impression que j’ai des hallucinations surtout parce que ma sensibilité est habituellement
plus grande quand j’ai ce genre de perception.
J’accepte ↓♥ de me recentrer, de rééquilibrer mon corps et l’âme que je suis. Alors, je fais
confiance et je me sens entouré de lumière blanche et dorée, sachant que je suis
constamment guidé et protégé. J’aime de plus en plus découvrir et expérimenter ma vraie
réalité, le « Je Suis ». J’accepte ↓♥ toutes les émotions qui font partie de qui je suis, je les
regarde en face et je les apprivoise : elles peuvent ainsi m’aider à découvrir ce que je veux
changer dans ma vie et faire les actions appropriées afin de matérialiser mes désirs.
HANCHES
VOIR AUSSI : BASSIN
Elles portent mon corps en parfait équilibre et sont situées entre le bassin et le fémur128.
Je prends appui sur mes hanches. Mes hanches permettent à mes jambes de bouger afin
de faire avancer mon corps vers l’avant.
C’est elles qui déterminent si je vais de l’avant ou non. Elles représentent mes croyances
de base par rapport à ce que sont ou à ce que devraient être mes relations avec le monde. Les
hanches renferment le positionnement que j’ai par rapport au fait de vivre soit à partir de
moi-même soit en fonction des autres et de leur regard sur moi. Comme le bassin et les
hanches forment un ensemble, ils représentent le fait de m’élancer dans la vie. Donc,
les hanches représenteront aussi mon niveau de détermination à avancer dans la vie.
J’accepte ↓♥ d’avancer avec joie et confiance dans la vie, sachant que tout est expérience
pour m’aider à découvrir mes richesses intérieures.
128 Fémur : os long que l’on retrouve le long de la cuisse et qui forme son squelette.
HANCHES (MAUX DE …)
C’est à partir des hanches que s’amorce le mouvement des jambes, donc, la démarche.
Les jambes servent à avancer librement ; il y a donc un rapport avec l’autonomie. Je peux
me retenir d’aller de l’avant et de prendre des décisions importantes dans ma vie. Il arrive
souvent que lorsque j’amorce un certain cheminement personnel, que je commence à me
poser des questions sur le pourquoi et le comment des choses, des douleurs aux hanches
apparaissent. D’où l’indécision pour avancer dans la vie ou le virage à prendre. Je me
demande si j’ai le droit de vivre pour moi ou si je dois me sacrifier pour les autres, comme je
l’ai toujours fait. Il y a donc une dualité énorme qui m’empêche d’avancer, et si je continue à
vivre sous pression, à suivre un chemin qui me déplaît, je pourrais me fracturer la hanche.
Je peux avoir l’impression que je dois céder contre mon gré à quelque chose ou quelqu’un de
plus fort que moi. Par les problèmes de hanches, mon corps m’indique une certaine
raideur, une résistance, une rigidité ; donc, je vis de l’inflexibilité par rapport à une situation
ou à une personne. Cela peut provenir d’une situation où je me suis senti trahi par quelqu’un
218
ou abandonné, et cela m’a tellement affecté que je remets en cause mes relations avec les
autres. De plus, j’ai le goût d’établir de « nouvelles règles » pour me protéger et éviter d’être
encore blessé. Je peux avoir une inquiétude par rapport à l’avenir ; donc, je suis angoissé
lorsque j’ai à prendre une décision importante car je peux avoir l’impression que je ne m’en
vais nulle part, ou que je n’aboutirai jamais à rien ou que je me perçois tout simplement plus
« bon à rien ». Suis-je capable de réaliser mes rêves qui sont chers à mon coeur♥ ? Quand
mes hanches me font mal (par exemple avec l’arthrite), mon corps me donne un
message : il y a déséquilibre à l’intérieur de moi. Je ne peux pas imposer mes idées et ma
personnalité, donc je me tourne vers la soumission. Je suis en colère car les autres ne voient
pas mes besoins. Je voudrais qu’ils répondent à mes attentes sans avoir à demander. Quand il
y a une douleur, il y a une culpabilité quelconque. Une douleur aux hanches, ou des
hanches qui ne veulent plus bouger, peut m’indiquer que je bloque mon plaisir sexuel par
crainte ou culpabilité. Je me considère un mauvais partenaire sexuel, j’ai de la difficulté à
accueillir l’autre. Je peux avoir peur de l’intimité et il serait parfois plus facile de m’éloigner
de la personne aimée que de faire face à mes appréhensions. Je peux même utiliser un gain
de poids à ce niveau pour aider à créer un espace physique entre moi et l’autre. Je peux vivre
de l’impuissance tant au niveau sexuel que dans ma capacité à m’accepter ↓♥ tel que je suis,
avec mes goûts, mes désirs, mes plaisirs. Je serai troublé sexuellement et émotionnellement,
empêchant ainsi mes hanches de fonctionner normalement. Cette impuissance peut aussi se
vivre dans le fait que je ne me sens pas ou plus capable de prendre ma place et de
m’opposer à quelqu’un ou quelque chose. Je ne me donne pas le droit d’aller vers une
situation ou un endroit qui pourrait me procurer un certain plaisir d’ordre sexuel, dû aux
interdits que je me suis donnés ou à ceux que j’ai acceptés ↓♥ de la société. Cette situation
m’oblige à réfléchir sur les limites que je me donne. Je regarde jusqu’à quel point je
m’empêche d’avancer, car au lieu de vivre ma vie avec mes émotions, je la vis dans ma tête.
La dégénérescence ou décalcification de la hanche m’indiquent que ma sécurité est
ébranlée, je me sens impuissant et je n’ose plus bouger. Je me sens vidé car j’ai le sentiment
que j’ai beaucoup donné : je me sens usé.
J’accepte ↓♥ de ne plus « être la mère de tout le monde ». Je me permets de recevoir, de
me nourrir d’amour. Mon corps m’aide à développer ma conscience afin que j’avance dans
la vie avec confiance et sécurité et me montre qu’il faut être plus flexible dans ma manière de
prendre des décisions, m’assurant ainsi un meilleur avenir. Je suis en équilibre et j’avance
dans la vie avec confiance et sérénité. Je remercie la vie pour tout ce qu’elle me fait
expérimenter à chaque instant. J’apprends à vivre en équilibre avec ces expériences. Je laisse
aller le fardeau des responsabilités dont je n’ai plus besoin : cela me facilite mes prises de
décision.
HASCHISCH (CONSOMMATION DE …)
VOIR : DROGUE
HAUTE PRESSION
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION
HÉMATOME
VOIR : SANG — HÉMATOME
HÉMATURIE
VOIR : SANG — HÉMATURIE
HÉMIPLÉGIE
VOIR : CERVEAU — HÉMIPLÉGIE
HÉMISPHÈRE DROIT ET GAUCHE
VOIR : CERVEAU [EN GÉNÉRAL]
HÉMORRAGIE
VOIR : SANG — HÉMORRAGIE
219
HÉMORRAGIE CÉRÉBRALE
VOIR : CERVEAU — A.V.C.
HÉMORROÏDES
VOIR AUSSI : AMPOULES, ANUS, GROSSESSE, INFLAMMATION, INTESTINS — CONSTIPATION,
SANG/SAIGNEMENTS/VARICES, TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION
Les hémorroïdes sont des varices, des dilatations élargies des veines, une sorte
d’ampoule. Elles sont situées dans la région de l’anus et du rectum.
Étant donné que les hémorroïdes peuvent survenir dans les cas de constipation et de
grossesse, je vais vérifier dans ces textes si je vis une ou des situations qui s’y rattachent.
Lorsqu’il y a de la douleur, c’est relié à du stress, lorsqu’il y a des saignements, c’est relié à
une perte de joie. Souvent, les hémorroïdes apparaissent lorsque je vis une difficulté par
rapport à ma mère : ce peut être un deuil non fait ou le désir de ne pas la voir partir. Je peux
avoir un grand besoin d’elle, de son opinion, et de nouvelles conditions me font me sentir
abandonné par elle. Les hémorroïdes m’indiquent une tension et un désir intérieur de
forcer l’élimination, comme si j’essayais de faire sortir quelque chose très fortement ; en
même temps, l’action de retenir se manifeste. Le conflit entre pousser et retenir crée un
déséquilibre. Les veines laissent supposer une situation indiquant un conflit émotionnel
entre l’action de rejeter et de repousser et l’action de vouloir retenir et de bloquer l’émotion à
l’intérieur de soi. Par exemple, ce conflit peut surgir chez les enfants qui se sentent
émotionnellement abusés par leurs parents (qui veulent les rejeter) et qui malgré tout les
aiment et veulent qu’ils restent avec eux en les retenant. Il y a donc un certain conflit
intérieur entre le sentiment de perte et mes notions par rapport à l’amour. Je remets en
question mon identité et mes affiliations par rapport à ma famille, spécialement mon
père, mon travail, la société en général. J’ai l’impression de n’être qu’un « énième » (sans
rang déterminé) quand je sais tout au fond de moi que je suis un être merveilleux avec une
place unique dans l’univers. Est-ce que je veux vivre dans l’anonymat pour un certain
temps ? Est-ce que je me sens comme un imposteur ? Voudrais-je me substituer à
quelqu’un d’autre, prendre sa place ? Ou au contraire, je peux vouloir trop m’attacher à ma
famille de sang, particulièrement ma mère. Je ne sais pas comment transiger avec les
critiques qui sont dirigées vers moi, surtout celles qui viennent de mon conjoint. D’autres
causes sont reliées aux hémorroïdes : un sentiment intense de culpabilité ou une vieille
tension mal ou non exprimée, que je préfère souvent garder pour moi et que je vis par
rapport à une personne ou une situation qui « me fend le derrière129 ». Le corps me donne un
signal d’alarme. Quelque chose dans ma vie a besoin d’être « éclairé » car je suis très
dérangé. Quelque chose demande à faire éruption, comme un volcan. Je vis sûrement du
stress, une surcharge de pression par rapport à laquelle je me sens coupable. J’ai peut-être
des échéances à respecter et j’ai beaucoup de difficulté à laisser aller, à faire confiance et je
peux me sentir obligé de remplir mes obligations et mes responsabilités même si ce que je
veux, c’est parler et exprimer mes besoins afin de rectifier ou d’ajuster certaines situations.
Ai-je l’impression que je suis en contrôle ou dois-je me soumettre ? Je dois me forcer dans
une situation qui me déplaît et je ne peux pas m’en libérer. Il y a une contrainte et du
ressentiment que j’aurais avantage à me libérer. Je ne vis qu’à moitié et je voudrais m’enfuir
de la maison. La pression sociale est immense ! En plus, je porte ce fardeau seul car l’orgueil
que je vis m’incitera à ne pas demander d’aide de qui que ce soit. Il se peut aussi que je vive
un sentiment de soumission par rapport à une personne ou à une situation où je me sens
diminué, comme si j’étais un « trou d’cul ». Je n’arrive pas à prendre ma place en montrant
ma sensibilité et ma créativité et je la cède à quelqu’un d’autre. Je vis beaucoup dans la
complaisance130 car même si je cherche mon identité et à être différent, je veux aussi que
les autres m’aiment.
Quand je trouve la cause métaphysique de mon malaise, j’en prends conscience et
j’accepte ↓♥ cette situation temporaire qui m’aidera à trouver de l’aide pour m’en dégager.
Mes pensées et mes actions sont soutenues par l’amour. Tout s’harmonise en moi et les
hémorroïdes disparaissent. J’accepte ↓♥ de lâcher prise et je prends le risque d’exprimer ce
qui me dérange. Je reprends ma vie en mains et je laisse aller ces émotions négatives qui me
220
nourrissent. J’établis de nouvelles assises dans lesquelles je me sens bien et libre. Ce
sentiment d’impuissance disparaît et je reprends la pleine maîtrise de ma destinée.
129 Me fend le derrière : qui me dérange au plus haut point et face à laquelle je vis de la colère.
130 Complaisance : tendance à toujours acquiescer aux demandes des autres pour plaire.
HÉPATITE
VOIR : FOIE — HÉPATITE
HERNIE
La hernie est une tuméfaction (enflure) de tissus mous ou d’un organe saillant à travers
la paroi musculaire, là où existe un point faible permettant cette sortie. Il peut s’agir d’une
tumeur formée par un viscère qui est sorti, à travers un orifice naturel ou accidentel, hors de
la cavité qui le contient normalement. La hernie est provoquée par une pression du tissu
mou au-dessous du muscle au moment où il est faible et sous-utilisé. Les hernies peuvent
apparaître en divers endroits.
Le lieu indique sa nature et son message. Elles sont plus fréquentes le long de la paroi
abdominale (hernie de la paroi abdominale) par exemple la hernie inguinale qui
réfère à un secret que je porte en moi et que je ne révèle pas aux autres, et ma difficulté à
exprimer ma créativité. Je me questionne : « Est-ce que je suis satisfait sexuellement ? Est-ce
que j’essaie de répondre aux besoins de mon ou de ma partenaire en m’oubliant ? » Au
niveau du diaphragme, elle est appelée hernie diaphragmatique (telle la hernie
hiatale). Elle est liée à une colère voire même une rage où je me sens impuissant. « Je sors
de mes gonds ». La hernie ombilicale qui touche aussi les bébés est habituellement liée à
une mauvaise cicatrisation du cordon ombilical après sa coupure. Cette enflure peut exprimer
mon refus comme bébé de quitter le nid douillet de ma mère ou mon refus de naître. Et
comme adulte, j’ai peur d’être contrôlé, sous l’emprise ou influencé par mon nouveau milieu
de vie. La hernie peut représenter un grand désir non exprimé de rompre avec une situation
ou une personne qui m’est désagréable et avec laquelle je me sens engagé. Je veux me sortir,
m’extirper d’une situation qui est devenue intolérable pour moi. Cela peut concerner une
rupture de mon couple provoquée par moi ou mon conjoint et que j’ai de la difficulté à
accepter ↓♥. Est-ce que je trouve la vie lourde à porter ? Pourquoi travailler aussi dur ? Je me
sens si faible… J’ai besoin d’être appuyé mais je ne suis pas prêt à demander de l’aide. La
hernie peut aussi exprimer une autopunition parce que je m’en veux, me sentant impuissant
ou incapable de réaliser certaines choses. Je vis ainsi beaucoup de frustration par rapport à
moi-même, car je sais que je vis trop en fonction des autres et pas assez en fonction de mes
propres besoins. Je réponds aux attentes des autres : parents, amis, conjoint, patron. Et moi
là-dedans ? Par le contrôle de ma contrainte, j’atteins un niveau où tout explose ou plutôt
« implose » en moi. Étant donné que je n’ai pas libéré extérieurement ma détresse, elle doit
trouver une façon de sortir. La paroi abdominale protège mes organes internes et les garde en
place. Par conséquent, la hernie dans le muscle peut être liée au désir de garder mon
univers à sa place en ne permettant pas la libération de l’agressivité ou d’expressions plus
fortes. Est-ce que je me permets de la libérer ? Je peux me sentir coupable d’être dans cet état
et je me sens poussé et forcé à aller trop loin, ou j’essaie d’accomplir mon but d’une manière
excessive. Il y a une « poussée mentale » (stress) qui essaie de jaillir. Je veux sortir d’un état
ou d’une situation qui n’est pas agréable et dans lequel je me sens contraint de rester. Il s’agit
d’une certaine forme d’autopunition. C’est le moment d’un nouveau départ.
J’accepte ↓♥ d’exprimer ma créativité. Maintenant, je me permets d’être moi-même en
m’extériorisant plus librement. Je vis plus d’amour pour moi-même et les autres car je sais
qui « Je Suis ». Je prends le temps de m’intérioriser, d’être seul afin de voir clair dans ma vie
et de savoir où je m’en vais.
HERNIE DISCALE
VOIR AUSSI : DOS [MAUX DE …], LUXATION
Un disque intervertébral est une structure ronde et plate, située entre chaque paire de
vertèbres de la colonne vertébrale, dont le noyau est semblable à de la gelée (comme de la
gélatine) qui sert d’amortisseur, permettant d’absorber les chocs. Dans une hernie discale
221
(ou disque déplacé), la pression des vertèbres provoque l’issue de ce noyau en arrière dans
le canal rachidien, réduisant l’effet absorbant et comprimant de façon douloureuse les racines
des nerfs à ce niveau.
Dans une hernie discale, en plus de la signification générale des hernies, il y a un
relâchement anormal des liquides, impliquant, d’un point de vue métaphysique, les
émotions. Il y a aussi de la douleur aux nerfs, impliquant l’énergie mentale et la culpabilité.
Tout cela indique un profond conflit affectant tous les aspects de mon être. Dans la situation
de la hernie discale, il y a nécessairement un conflit avec la pression. Je peux la sentir au
niveau de mes responsabilités familiales, financières, à mon travail, etc. C’est comme si
j’exerçais une pression sur moi-même en dépassant mes limites, en me prenant pour
quelqu’un d’autre parce que je veux aller trop vite. Cette pression peut venir de moi, des
autres ou d’ailleurs. Je prends les fardeaux de tout un chacun sur mon dos. J’ai l’impression
d’être seul dans la vie, je manque d’affection, je ne suis pas appuyé et j’hésite à l’avouer aux
autres et, surtout, à moi-même. Ce qui me donne un sentiment d’être prisonnier et indécis. Je
ne me sens pas à la hauteur, je manque de confiance en moi. J’ai tendance à vivre pour les
autres. Je ne me permets aucune erreur. Je croule sous le poids des responsabilités. Au lieu
de me traiter avec douceur, je suis très rigide par rapport à moi-même. Je vis ma vie comme
un automate au lieu de laisser mon coeur♥ d’enfant s’amuser et être spontané. Puisque tout
est automatique, très rationnel, donc sans émotion, cela amène des difficultés dans mes
relations interpersonnelles. Mes émotions sont coincées dans mon corps et m’amènent à être
très rigide. Je me révolte par rapport à une situation que je considère comme sans issue. Il est
important que je me réfère à la partie affectée de l’épine dorsale pour comprendre davantage
ce qui se passe en moi. J’apprends à devenir plus « souple » envers moi-même et je me sens
maintenant soutenu par la vie. Je me libère de toutes culpabilités et de toutes pressions. Je
m’aime comme je suis. Je fais de mon mieux et je laisse le reste à Dieu.
J’apprends à me faire confiance et j’accepte ↓♥ de pouvoir me supporter moi-même. Je
remets à chacun leurs responsabilités ; je suis ainsi plus libre de vivre ma vie selon mes
propres valeurs existentielles. Je n’ai plus à être sur la « ligne de front ». Je peux être
spectateur. Je prends conscience que chaque fois que j’ai cherché une réponse ou un
soutien, j’y ai trouvé la confirmation de ce que je savais ou ressentais déjà. J’accepte ↓♥
d’écouter ma voix intérieure qui, elle, est toujours là pour m’appuyer et me guider.
J’apprends à me faire confiance, et je découvre toute la force qui est en moi et le
bonheur que cela m’apporte de me tenir debout, libre et dans la confiance.
HÉROÏNE (CONSOMMATION D’…)
VOIR : DROGUE
HERPÈS (… EN GÉNÉRAL, … BUCCAL, … LABIAL) — FEU SAUVAGE
VOIR AUSSI: BOUCHE
L’herpès, éruption cutanée groupée de vésicules inflammatoires, est communément
appelé feu sauvage ou bouton de fièvre. Ce virus très contagieux touche un pourcentage
élevé de notre population et en plus, persiste dans le corps pour le reste de la vie.
Il y a quelque chose qui « m’empoisonne » l’existence, un lien entre la peau et le système
nerveux qui se fait mal : « c’est pour cela que ça fait mal ». Même après plusieurs années de
« sommeil », il peut réapparaître. Les éruptions du virus herpès simplex (HSV) réalisent
des ulcères affectant surtout la bouche, les lèvres ou les parties génitales. Plusieurs causes
sont reliées à l’herpès. Cela peut être de la frustration parce que je n’ai pu réaliser certains
désirs et je me sens quelque peu « impuissant », « incapable ». Je peux vouloir éloigner
quelqu’un pour ne pas me laisser embrasser ; soit que je le juge soit que je veuille le punir.
J’ai besoin de me retirer (aux sens propre et figuré !) pour un certain temps, la pression étant
trop forte ; ce peut être par rapport à ma vie sexuelle ou par rapport au travail ou à la famille.
Je peux m’en vouloir d’avoir dit certaines paroles blessantes et j’ai maintenant tendance à
ramper. J’ai eu à me défendre et je peux regretter les paroles dites. Je peux porter un
jugement sévère sur une personne du sexe opposé et le généraliser à tout l’ensemble (Ex. :
« Les hommes sont tous… »). Autant de manières pour me garder à distance des autres, car
222
les régions où l’herpès se développe sont habituellement les lèvres et les parties génitales,
lieux de base pour la communication personnelle, verbale ou affective avec les autres
personnes. Les ulcères peuvent m’indiquer que je vis une peine émotionnelle et mentale (car
le tissu mou et les fluides sont impliqués), que je vis une grande douleur intérieure qui veut
se faire jour. Puisque c’est avec les lèvres que j’embrasse les personnes aimées (conjoints,
enfants, parents, etc.), l’herpès buccal m’indique que je peux vivre une situation dans
laquelle je vis une séparation par rapport à une personne que j’avais l’habitude d’embrasser.
Le contact au niveau de la peau des lèvres a été retiré pour quelque raison que ce soit et
l’herpès apparaît. J’avais des projets mais je ne peux plus les réaliser. C’est difficile pour moi
de partager mes convictions. J’ai donc l’impression que ce sont les autres qui dirigent ma vie
et cela ne me convient pas. Sur le nez (plus rare), l’herpès m’indique que je peux vivre de la
rage liée au fait qu’on pense, dans mon entourage, que j’ai « le nez fourré partout. » Les
éruptions semblent étroitement reliées au stress et aux situations conflictuelles, spécialement
lorsque je fais quelque chose à contrecoeur♥ ou lorsque je vais à l’inverse de mes sentiments
intérieurs (ex. : lorsque j’ai une expérience sexuelle avec une personne avec laquelle je ne
veux pas être). L’herpès peut aussi me donner le message que je vis un chagrin, une
lassitude par rapport à la vie, un manque d’amour-propre. Ce virus apporte sur la table toutes
les questions de honte, de culpabilité, de compromis et de reniement de soi qui sont reliées à
la sexualité (en observant la partie du corps affectée, je pourrai en trouver la cause). Je dois
m’interroger par rapport à l’intimité que je vis avec mon partenaire et voir quelles sont les
frustrations, les peurs ou les déceptions que je vis par rapport à celle-ci. Est-ce que je vis de la
honte par rapport à ma sexualité ? Est-ce qu’elle est satisfaisante ou n’est-elle devenue qu’un
plaisir charnel dénué du sens profond qu’elle devrait contenir ?
J’accepte ↓♥ de cesser de me juger et de juger sévèrement les autres. J’apprends à
m’ouvrir aux autres. Je me fais de plus en plus confiance dans mes relations intimes. Je
m’aime davantage et le soleil revient dans ma vie. Je suis fier d’être qui je suis.
HERPÈS GÉNITAL OU HERPÈS VAGINAL
VOIR AUSSI : PEAU — DÉMANGEAISONS, VAGIN — VAGINITE
L’herpès vaginal, selon la croyance populaire, provient de la culpabilité sexuelle et du
désir inconscient de s’autopunir. L’herpès génital peut apparaître s’il y a sentiment
d’absence de contact sexuel. Je pouvais avoir un conjoint et l’on s’est séparé : ce qui me fait
vivre des frustrations. Ou alors, nous pouvons être séparés physiquement, par exemple si l’un
des deux est parti en voyage d’affaires pour une certaine période de temps. Le contact
physique avec la peau de mes organes sexuels étant absent, et parce que je vis cette
« séparation » très difficilement, je manifesterai mon malaise avec un herpès vaginal. Il se
peut aussi que ma frustration soit vive en rapport avec mes relations sexuelles, soit qu’elles
ne soient pas satisfaisantes ou que mes désirs sont inassouvis, soit au contraire, qu’elles
soient pleinement satisfaisantes, et qu’elles fassent remonter des souvenirs malheureux.
Autrement dit, je peux me demander pourquoi j’ai été autant d’années à vivre de
l’insatisfaction alors qu’aujourd’hui, cela va si bien, pourquoi n’ai-je pas connu cela avant ?
Dans l’éducation religieuse populaire, on allait jusqu’à prétendre que c’était voulu par Dieu
pour nous punir. Le sentiment de honte m’amène même à vouloir nier, à ne pas accepter ↓♥
mes organes génitaux. Les parties génitales ont été des boucs émissaires de bien des
religions.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que je veux fuir ma nature profonde. Je suis
vulnérable ; suis-je prêt à m’investir totalement ? J’aime mon corps et je me réjouis de ma
sexualité. Dieu m’a créé à son image. Je m’émerveille de la beauté que je suis. Je dois
m’accepter ↓♥ totalement, me donner complètement à moi-même pour ensuite en faire de
même avec mon (ma) partenaire.
H.I.V.
VOIR : SIDA
223
HODGKIN (MALADIE DE …)
VOIR AUSSI : CANCER DES GANGLIONS [… DU SYSTÈME LYMPHATIQUE], SANG —
LEUCOPÉNIE
La maladie de Hodgkin131 est une affection cancéreuse touchant les ganglions
lymphatiques ainsi que la rate et le foie. Elle se manifeste par une perte des forces causée par
une diminution des globules blancs.
131 Hodgkin : la maladie de Hodgkin est un type de lymphome découvert par le médecin Thomas Hodgkin en 1832, et
caractérisé par la présence de grosses cellules atypiques, les cellules de Reed-Sternberg. La cellule de STERNBERG est
indispensable au diagnostic. Sa réelle nature est encore peu connue mais il semblerait qu’elle soit d’origine lymphoïde B clonale.
Elle est fortement reliée à une grande culpabilité que je vis. Je ne me trouve pas assez
bon, l’estime de moi est à son plus bas, allant même jusqu’à refuser qu’on me dise des
compliments. Je crains d’être attaqué, désapprouvé et je vis un grand découragement, une
perte du goût de vivre (le sang signifie la joie), une perte de mes défenses (globules blancs)
car c’est comme si je n’avais pas le droit ou ne méritais pas de vivre. Je ne peux pas combler
les attentes des autres, surtout celles de mes parents. Je me sens dans une course frénétique :
je sens le besoin de démontrer aux autres ou à moi-même que je suis quelqu’un et que je peux
accomplir de grandes choses. Je peux nourrir des sentiments de haine, de rancoeur♥ contre
quelqu’un ou contre une situation, ce qui mine ma santé mentale et physique. Ce peut être
par rapport à moi-même que j’en veux car je suis “tané”132 de vivre en fonction des autres. Je
cherche qui je suis et je porte des masques pour plaire aux autres. Je suis comme un
caméléon dans un recoin qui change de couleur afin de se protéger contre l’autorité
extérieure. Je me perçois comme un monstre, je suis prisonnier.
132 Tané : fatigué, j’en ai assez.
J’accepte ↓♥ que ma grande joie soit de m’aimer pour ce que je suis. Je me fais confiance
et je vais à mon rythme. Mon corps se régénère puisque je me branche à La Source qui est
en moi. Je reprends ma vie en mains. Je prends conscience que les autres ne peuvent
m’aimer vraiment que si je suis moi-même. Je retrouve les richesses en moi et je vis selon ma
propre vérité intérieure.
HOMICIDE
Je peux avoir le désir de tuer quelqu’un. Si je nourris ce désir avec du ressentiment et de
la haine, je m’expose à l’égrégore133 d’énergie négative concernant cette forme de pensée qui
me poussera peut-être à passer à l’action. Qu’est-ce que je veux tuer en moi ? Ma
souffrance, ma hargne, ma haine… ? J’en veux d’avoir perdu quelqu’un ou quelque
chose et je rends les autres responsables de ma peine et de mon désarroi. Ma blessure
intérieure me semble insupportable. La souffrance que je vis à l’intérieur me demande du
courage. Le courage de demander de l’aide. Le courage de faire confiance à une personne qui
pourra m’accueillir inconditionnellement. Une personne à qui je pourrai me confier.
J’accepte ↓♥ de me libérer du passé, de pardonner et je retrouve la force de me prendre en
mains.
133 Égrégore : il s’agit d’une énergie sous forme de conscience, formée par la pensée de plusieurs ou d’une multitude de
personnes.
HOMOSEXUALITÉ
Y a-t-il une exclusion à l’amour ? L’homosexualité est-elle une maladie ? Certains
essaient de prouver que l’homosexualité pourrait être inscrite dans notre bagage
génétique. L’homosexualité est un langage d’amour qui est de plus en plus accepté ↓♥ par
notre société contemporaine. Elle peut être une étape dans la recherche de mon identité ou
un choix de vie pour mon évolution ou pour faire évoluer la société. Combien de parents se
sont surpassés dans leur amour pour y inclure leur enfant gai (nom donné à
l’homosexualité masculine) ou lesbienne (nom donné à l’homosexualité féminine). Il y
a deux côtés en moi. Le côté féminin (YIN ou intuitif) et le côté masculin (YANG ou
rationnel). Il se peut que n’acceptant ↓♥ pas mon identité, je tente de retrouver chez une
personne du même sexe le côté que j’ai rejeté. Il se peut aussi que je recherche un père, une
224
mère. Quel que soit mon choix d’orientation sexuelle, il est important que je le
fasse en harmonie avec mon être. Si je choisis l’homosexualité parce que je rejette les
personnes de l’autre sexe pour une raison ou pour une autre, je me retrouverai à vivre des
situations semblables à celles que j’aurais eu à vivre avec des personnes de l’autre sexe, parce
que j’ai ces prises de conscience à faire. Lorsque mon choix d’orientation sexuelle est clair
pour moi, que je sois homosexuel ou hétérosexuel, je ne devrais pas me sentir menacé par
ceux qui ont une orientation différente de la mienne. Si je suis en réaction par rapport à ceux
qui ont une orientation différente de la mienne, alors je dois me poser sérieusement la
question à savoir de quoi j’ai peur par rapport à cette situation. De quoi ai-je besoin de me
protéger en prenant l’attitude contraire ? Aurais-je peur d’avoir un côté de moi qui est
homosexuel et de me l’avouer ? Si par exemple je suis un homme et que l’un de mes
parents voulait à tout prix avoir une fille, il se peut que, même inconsciemment, je veuille
développer au maximum les qualités d’une fille afin d’augmenter les chances de me
rapprocher et d’être acceptée ↓♥ par ce parent. Si je suis un homme, je peux me poser de
multiples questions par rapport à mon identité. Je peux rechercher ma virilité d’homme, mon
rôle en tant que père et aussi par rapport à mon père de qui je recherche l’amour. Je peux
avoir été élevé par une mère trop dominante ce qui m’a fait vouloir fuir les femmes. Toutes
ces possibilités peuvent se transposer aux femmes bien sûr.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que l’importance doit être mise sur l’amour que
deux personnes ont entre elles et que cet amour doit être vrai, peu importe leur orientation
sexuelle. Je peux demander à mon guide intérieur de m’aider à comprendre au niveau du
coeur♥, de m’accepter ↓♥ tel que je suis et d’accepter ↓♥ les autres, tels qu’ils sont.
HOQUET
Le hoquet est provoqué par des contractions spasmodiques subites et involontaires du
diaphragme.
Je peux vivre une révolte intérieure, une culpabilité, un auto jugement. Cela perturbe
mon organisme. Toujours le hoquet ? Il peut être fréquent et durable. C’est une expérience
très incommodante et désagréable pour la personne qui l’a. Est-ce qu’il y a quelque chose
d’incommodant et de désagréable dans ce que je vis ou dans ce que je voudrais vivre, mais
qui ne se manifeste pas et qui me cause de la frustration ? Est-ce qu’il y a des bruits, des
pensées que je ne peux arrêter ? Suis-je consistant entre ce que je pense, je dis et ce que je
fais ? Le hoquet est-il programmé « Ex. : chaque fois que je bois de la boisson gazeuse, j’ai le
hoquet» ? Y a-t-il une situation de ma vie que je ne peux admettre ? Sur laquelle je n’ai
aucun contrôle et que je voudrais changer, arrêter, tout comme mon hoquet ? Sur quel sujet
suis-je en désaccord et ai-je l’impression que je ne peux pas être entendu ? Est-ce que
j’écoute toujours ma voix intérieure et ses O.K. (hoquet) ? Je peux vivre une émotion par
rapport à une personne en autorité et j’ai le goût de lui dire : c’est assez ! J’ai peur de quelque
chose ou de quelqu’un et le hoquet me rappelle que je dois me libérer de cela. Mon
impatience et mon impulsivité par rapport à un événement peuvent aussi causer le hoquet.
J’accepte ↓♥ de prendre la vie plus calmement. J’apprends à goûter et à apprécier ma vie
pleinement. J’accepte ↓♥ que tout soit en place, dans le plan divin, que tout est « O.K. », et le
hoquet disparaîtra. J’accepte ↓♥ d’avoir te plein pouvoir sur moi-même et de me prendre en
charge.
H.T.A (HYPERTENSION ARTÉRIELLE)
VOIR : CERVEAU — HUNTINGTON [MALADIE DE …]
HUNTINGTON
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION
HYDROPHOBIE
VOIR : RAGE
HYGROMA
VOIR : BURSITE, GENOUX [MAUX DE …]
225
HYPERACTIVITÉ
VOIR AUSSI : AGITATION
L’hyperactivité intéresse principalement les enfants dont les activités sont intenses et
constantes. Il est bien de faire la distinction entre un comportement dynamique et
hyperactif.
Si je suis un enfant hyperactif, j’ai un comportement turbulent et dérangeant, voire
étrange. C’est la façon habituelle que j’ai d’ignorer les situations et les circonstances autour
de moi en devenant tellement impliqué dans ce que je fais que je n’ai pas à mettre l’attention
sur « ma » réalité immédiate, peut-être parce que cette réalité n’est pas valorisante et
réconfortante. Je suis révolté par certaines situations ou comportements de mon entourage.
La nervosité que j’exprime met en lumière ou à jour des états intérieurs, des non-dits, des
peurs que moi ou les autres vivons. Il peut s’agir aussi d’une certaine rébellion par rapport à
l’autorité, une façon d’éviter de faire face à une certaine réalité qui m’est intolérable. Nous
savons que l’hyperactivité est causée par les additifs artificiels : l’excès de sucre, les
colorants et le fast-food. La nourriture de ce type est souvent le symbole du parent essayant
de combler l’amour dont je peux manquer. Par exemple : il me donne du chocolat alors que
j’ai davantage besoin d’une « collade134 ». Lorsque je suis un enfant hyperactif, c’est
souvent que j’ai besoin d’être centré davantage sur mon moi intérieur et mon coeur♥.
Comme parent, avant de penser à mettre mon enfant sous médication, j’aurais grandement
avantage à essayer des traitements qui agissent sur le plan énergétique, par exemple la
détente, l’acupuncture, l’homéopathie, etc. Il serait important de vérifier le contexte de
naissance de l’enfant : les circonstances, s’il est prématuré, s’il y a eu traumatisme, etc. car la
naissance aura une influence sur les années à venir de l’enfant, puisque la mémoire
émotionnelle enregistre tout (consciemment ou non). Le MOI s’adapte aux contraintes en
mettant en place un filtre interne afin d’éviter ce qui le dérange dans la réalité. Dans ce
cas précis, les parents peuvent expliquer à l’enfant l’histoire de sa naissance et dédramatiser
la situation, ou parler à son âme pendant qu’il dort. Il existe également des cas où l’enfant se
sent coupable, par exemple, si la mère a eu un accouchement difficile : il s’agit d’expliquer à
l’enfant que ce n’est pas sa faute, et qu’il est aimé, quoi qu’il ait pu se passer. Il y a aussi des
situations où la mère, lorsque l’enfant était dans son ventre, a eu l’impression qu’il ne
bougeait plus. Le fait de ne pas bouger devenait donc un signe de danger et que peut-être
l’enfant était mort. Une fois que l’enfant grandit, il sent le besoin de bouger pour montrer,
même inconsciemment, qu’il est en vie. C’est comme s’il avait l’impression de vivre
seulement quand il bouge. Le fait de lui expliquer aura pour effet d’enlever un grand stress à
l’enfant. La même chose s’applique pour un enfant qui est devenu adulte et qui est encore
hyperactif. Il se peut que l’enfant soit hyperactif parce qu’il est en résonance ou si l’on
veut, en contact intérieur avec ce qu’on appelle notre enfant intérieur (l’enfant intérieur du
parent) qui, lui, vit une grande tension ou une grande insécurité. Dans certains cas, l’enfant
est surprotégé par les parents. Il peut avoir été de véhiculé à la maison le fait que le repos
n’est pas permis, sinon je passe pour lâche, fainéant. Mon corps va alors automatiquement
vouloir bouger. Si nous-mêmes comme parents ne sommes pas centrés énergétiquement,
comment demander à notre enfant de l’être ?
J’accepte ↓♥ de me prendre en mains pour moi-même, d’abord, ainsi que pour le bienêtre
de mon enfant.
134 Collade : expression québécoise pour accolade, embrassade.
HYPERÉMOTIVITÉ
VOIR : ÉMOTIVITÉ
HYPERCHOLESTÉROLÉMIE
VOIR : SANG — CHOLESTÉROL
HYPERGLYCÉMIE
VOIR : SANG — DIABÈTE
226
HYPERMÉTROPIE
VOIR : YEUX — HYPERMÉTROPIE
HYPEROREXIE
VOIR : BOULIMIE
HYPERSALIVATION
VOIR : SALIVE — HYPER ET HYPOSALIVATION
HYPERSOMNIE
VOIR : NARCOLEPSIE
HYPERTENSION
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPERTENSION
HYPERTHERMIE
VOIR : FIÈVRE
HYPERTHYROÏDIE
VOIR : GLANDE THYROÏDE — HYPERTHYROÏDIE
HYPERTROPHIE
L’hypertrophie est l’augmentation du volume d’un organe ou d’un tissu. Il faut se
référer à la partie du corps affectée pour aller chercher davantage d’informations.
L’hypertrophie m’indique un besoin particulier et plus grand par rapport à l’aspect
émotif concerné. Par exemple, s’il y a hypertrophie du coeur♥, je vis un manque important
par rapport à l’amour. Si je suis un bébé, c’est l’amour d’un ou de mes deux parents dont
j’ai tellement besoin mais qu’il semble que je ne puisse pas recevoir. Quel que soit mon âge, je
vis un vide et une solitude immenses ce qui m’amène à vivre de l’insécurité.
J’accepte ↓♥ de reconnaître mes besoins et je me donne les moyens de les combler. Au
lieu d’attendre qu’ils soient comblés de l’extérieur, j’en prends soin moi-même. Je me donne
tout l’amour, la douceur et la tendresse dont j’ai besoin. Je choisis de m’ouvrir pleinement à
la vie et d’accepter ↓♥ d’être quelqu’un d’épanoui et comblé.
HYPERVENTILATION (SUROXYGÉNATION)
VOIR AUSSI : ACIDOSE, ANXIÉTÉ, FIÈVRE
L’hyperventilation consiste en une inspiration rapide et une expiration courte,
amenant un excédent d’oxygène dans l’organisme.
Les causes peuvent être l’acidose, l’anxiété ou même la panique, la fièvre, un exercice
physique intense. Je souffre d’hyperventilation parce que je n’accepte^ pas le
changement. En conséquence, j’éprouve un sentiment d’inquiétude par rapport à la
nouveauté et j’hésite à faire confiance à la situation actuelle ; je refuse de m’abandonner. Je
peux même défier ce qui se passe dans ma vie. Puisque ma respiration est déséquilibrée, quel
est l’aspect de ma vie où ce même déséquilibre est présent, souvent en excès ? Est-ce que
j’accepte ↓♥ les cadeaux de la vie totalement (inspiration) ? Est-ce que je donne vite ce que
j’ai, notamment mon amour (expiration) afin d’éviter de m’impliquer totalement ? Je vis une
surexcitation émotive car je ne sais plus où me diriger dans la vie. Je fuis, je refuse d’écouter
ma voix intérieure quand je sais que j’ai toutes les réponses à mes questionnements quand
j’écoute cette dernière. Je préfère vivre dans l’impuissance et comme victime au lieu de me
responsabiliser. Je nie mon pouvoir et je rejette les occasions d’avancer par peur de
l’inconnu. Mon corps me donne un message et j’en prends conscience.
J’accepte ↓♥ de respirer normalement, je me laisse aller, je m’abandonne. Ma vie se
transforme, je me réjouis. Je me libère de toutes mes craintes. Je respire avec joie dans la vie.
Je me reconnecte avec un sentiment de sécurité intérieure. J’accepte ↓♥ d’avancer avec
détermination et je profite de la vie !
HYPOACOUSIE
VOIR : OREILLES — SURDITÉ
227
HYPOCONDRIE
VOIR AUSSI : AGORAPHOBIE, ANXIÉTÉ, DÉPRESSION, HALLUCINATIONS
Je suis hypocondriaque si je me préoccupe de façon excessive de ma santé. Cela peut
devenir pour moi une obsession de penser que je pourrais être malade.
Pendant que mon attention est dirigée vers cette possibilité, cela m’empêche d’écouter les
critiques et les commérages des autres à mon sujet. Je vis une insécurité ou une peur
profonde par rapport à cette perte de contrôle que pourrait représenter l’arrivée de la
maladie. Je n’accepte pas de souffrir par la maladie parce que je sais au fond de moi que je
souffre déjà dans mon être intérieur. Cette crainte peut devenir si grande que je peux
décrocher de la réalité et avoir des hallucinations.
J’accepte ↓♥ de reprendre contact avec moi-même. En utilisant une approche énergétique
ou de psychothérapie, cela m’aidera à reprendre davantage confiance en moi et en ma
capacité divine d’ouverture que je peux manifester par rapport à la vie.
HYPOGLYCÉMIE
VOIR : SANG — HYPOGLYCÉMIE
HYPOGUEUSIE
VOIR : LANGUE
HYPOPHYSE
VOIR : GLANDE PITUITAIRE
HYPOSALIVATION
VOIR : SALIVE — HYPER ET HYPOSALIVATION
HYPOTENSION
VOIR : TENSION ARTÉRIELLE — HYPOTENSION
HYPOTHYROÏDIE
VOIR : GLANDE THYROÏDE — HYPOTHYROÏDIE
HYSTÉRIE
VOIR AUSSI : ÉVANOUISSEMENT, NERFS [CRISE DE … ], NÉVROSE
Je suis hystérique lorsque je vis une névrose et que j’exprime mon conflit psychique de
façon corporelle, que ce soit sous la forme d’une crise de nerfs, de convulsions, de pertes de
connaissance, etc.
Lorsque je fais une crise d’hystérie, je ne sais plus quelle direction prendre, je décroche
de la réalité, je me réfugie dans l’imaginaire et je peux avoir tendance à exprimer mon conflit
intérieur en public. J’exprime de façon inconsciente mes tendances refoulées et je veux
attirer l’attention que je ne reçois pas dans mon quotidien. L’hystérie apparaît après une
longue période de non-affirmation et de non-expression de mes besoins. Je me suis tellement
dévalorisé que j’ai toujours pris du recul par rapport aux autres. Je me suis aussi déconnecté
de moi-même pour éviter de souffrir. Mais lorsque je n’en peux plus de me sentir rejeté,
différent, incompris, non aimé, j’explose. Je m’en veux à moi-même de me sentir aussi
impuissant et incapable mais ma colère et ma violence sont dirigées vers les autres. Je veux
que les autres m’écoutent et m’aiment. Cela est particulièrement vrai si je fais partie d’une
minorité, soit ethnique, religieuse ou tout autre. Lorsque je vis cet état, cela met en évidence
la douleur et la peine intérieure que je peux ressentir. J’ai besoin de guérir ma blessure
intérieure afin de pouvoir retrouver un plus grand équilibre, une plus grande harmonie et
une plus grande paix intérieure, afin de faire cesser ces tourments.
J’accepte ↓♥ de prendre conscience que l’amour, la joie, la spontanéité, l’expression de
moi prennent davantage place dans ma vie. Ce que je demande aux autres, je dois me le
donner moi-même. J’apprends à écouter mes besoins et à les combler moi-même. Si je me
respecte, les autres me respecteront aussi. Je demande à être guidé pour choisir l’approche
thérapeutique qui me permettra d’atteindre cet état de mieux-être.
228
HYSTÉROPTOSE
VOIR : PROLAPSUS
229
I
ICTÈRE
VOIR : JAUNISSE
ILÉITE OU MALADIE DE CROHN
VOIR : INTESTINS — CROHN [MALADIE DE …]
IMPATIENCE
VOIR AUSSI : FRIGIDITÉ, NERVOSITÉ, SANG — HYPOGLYCÉMIE
L’impatience dénote un stress intérieur, une insécurité ou une tension qui m’ébranle et
affecte mon système nerveux. Je deviens plus irritable, plus expéditif dans ce que j’ai à dire
ou à faire. « Suis-je impatient envers moi ou envers les autres ? » Pourquoi ai-je toujours
besoin d’aller plus vite ? C’est comme si je voulais rattraper le temps. Lorsque je sens une
limitation ou qu’on veut brimer ma liberté, cela m’irrite et cela se manifeste par mes actes
brusques et mon impatience.
J’accepte ↓♥ de prendre quelques moments pour me détendre et pour trouver la source de
mon irritation.
IMPUISSANCE
VOIR AUSSI : ANGOISSE, ANXIÉTÉ, PEUR
En tant qu’homme, si je suis incapable d’obtenir ou de maintenir une érection lors d’une
relation amoureuse, alors je souffre d’impuissance, aussi appelée dysfonctionnement
érectile.
Cela m’amène certainement à vivre de l’insatisfaction dans mes rapports sexuels. Sur le
plan médical, même si l’impuissance peut être organique, c’est-à-dire provenir d’une
cause physique ou provenir d’un aspect psychologique, je dois considérer que la cause
provient d’un facteur psychologique ou métaphysique (au-delà du physique), même
inconscient. L’impuissance est souvent reliée à la peur de me livrer en toute confiance, de
m’abandonner à une femme135, ou de perdre le contrôle par rapport à moi-même ou par
rapport à l’autre personne. J’ai peur d’être vulnérable, donc l’intimité « m’intimide ». Je peux
angoisser à l’idée de « mettre ma compagne enceinte ». Étant un homme, j’ai souvent
beaucoup de responsabilités et je peux vivre beaucoup de pression et de stress au travail, et la
société en général me demande d’être performant me surpasser. Transposant cette demande
dans ma sexualité, je peux sentir une pression sexuelle me poussant à me surpasser et qui
crée une grande tension intérieure me « faisant perdre mes moyens ». J’en viens à
appréhender des rapports intimes. Inversement, un homme qui approche de la retraite
pourra voir apparaître des signes d’impuissance : ne se sentant plus bon à rien, inutile. Je
me sens sur mon déclin. Je me dévalorise : n’ayant plus la possibilité de me surpasser au
travail, je ne serai plus performant dans le lit. La même chose peut arriver si je perds mon
travail d’une façon soudaine et inattendue. Dans un domaine particulier, ma vie a perdu tout
son sens. N’osant pas en parler à mon ou ma partenaire, j’en viens à vivre beaucoup de
culpabilité, de confusion jusqu’à avoir peur de perdre l’autre personne. Une grande angoisse
éprouvée lors de mes rapports amoureux peut provoquer ce blocage qui me fait vivre de
l’impuissance. Cette angoisse peut provenir du fait que, lors d’un rapport sexuel, je suis
davantage en contact avec mon côté affectif. Comme homme, je ne suis pas habitué à
manoeuvrer avec mes émotions. Je suis en contact plus conscient avec mon enfant intérieur
blessé qui peut vivre de l’insécurité, de la peur, du rejet, de l’incompréhension. Aussi, si dans
mes relations amoureuses précédentes, j’ai eu l’impression de vivre des échecs que j’ai
trouvés dévalorisants, alors je pourrai ne pas me sentir « à la hauteur » de la situation lors
d’un prochain rapport sexuel. Mon insécurité, mon sentiment d’incapacité et d’échec, de
haine de moi, de culpabilité ou de négligence peuvent m’amener aussi à vivre de
230
l’impuissance. Je peux vivre le départ de ma femme comme une séparation tant sur le plan
émotionnel que physique. Comme le contact physique sexuel n’est plus possible, mes organes
sexuels perdent leur sensibilité. L’impuissance peut aussi avoir sa source dans un
événement passé qui m’a marqué : je peux avoir été abusé physiquement ou
psychologiquement dans la tendre enfance ; je peux garder de la rancune par rapport à une
relation affective antérieure, ayant l’impression que j’ai été victime d’une trahison.
L’impuissance est aussi une façon d’avoir du pouvoir sur l’autre en retenant sexuellement
un(e) partenaire qui abuse ou en demande trop. Je peux avoir l’impression que mon
territoire (mes possessions, mon environnement immédiat, ce à quoi je m’identifie) est en
danger. Je peux avoir une perte d’intérêt pour les femmes en général, ce qui se transposera
sur le plan physique si le désintéressement perdure. Finalement, si j’identifie ma partenaire à
ma mère, si cette dernière occupe une place trop importante dans ma vie, en me soumettant à
elle et en ayant peur de ne pas lui plaire, en me sentant impuissant à la rendre heureuse et à
lui faire plaisir, ceci pourra se transformer en impuissance sexuelle. Ma femme étant la
copie conforme de ma mère, je réalise sans m’en rendre compte un inceste au niveau
psychologique et qui va inéluctablement mener à l’impuissance, et ce, à différents niveaux.
Le complexe d’OEdipe136 n’a probablement pas bien été vécu. Je peux me sentir menacé par
ma conjointe, souvent au niveau émotif mais ce peut être aussi au niveau physique. Qu’est-ce
qui va arriver si je m’abandonne à elle ? Vais-je perdre mon sentiment de puissance ? Vais-je
être mangé tout rond137 ? (autant au sens propre que figuré : physiquement,
émotionnellement ou financièrement) La peur de l’échec me fige. Je suis plein d’émotions et
je ne sais trop quoi faire avec. Je vis dans l’obligation d’avoir des relations sexuelles
satisfaisantes et le fardeau est lourd à porter. J’ai l’impression que je dois procurer du plaisir
à l’autre à tout prix. Je peux porter en moi de la rancune qui a été vécue par rapport à un(e)
ou des partenaires passés. Mon corps m’amène à repenser mes valeurs par rapport à la
sexualité et l’amour en général. Le fait d’exister en tant qu’homme peut me renvoyer à
l’image de mon père, mais je prends conscience que je suis différent de lui et que je peux
vivre ma propre vie au lieu de la sienne par procuration.
136 Complexe d’OEdipe : il est caractérisé dans le développement de l’enfant, généralement entre 3 et 6 ans, par un fort
attachement affectif pour le parent du sexe opposé : le garçon vers sa mère, la fille vers son père.
137 Se faire manger tout rond : expression voulant dire qu’on abuse de moi.
J’accepte ↓♥ de définir ma place, de prendre contact avec mes émotions et de laisser aller
le contrôle afin que l’énergie circule librement dans tout mon corps, au lieu de rester dans ma
tête, afin d’amener une relaxation physique et mentale. L’impuissance que je vis peut
vouloir m’aider à prendre conscience de ma vraie valeur en tant que personne et non en
temps que « bête de sexe ». Elle me permet de voir que je peux être créatif dans d’autres
aspects de ma vie. Je suis amené à réévaluer mes valeurs et priorités profondes. Quand j’ai
pris conscience que je peux expérimenter le vrai amour de différentes façons et que je le
mérite, l’impuissance s’en ira et j’aurai pris contact avec ma puissance intérieure.
INCIDENT
VOIR : ACCIDENT
INCONTINENCE (… FÉCALE, … URINAIRE)
VOIR AUSSI : VESSIE [MAUX DE …]
Que l’incontinence soit fécale — incapacité à retenir les selles — ou urinaire — pertes
involontaires de l’urine —, les deux situations ont rapport au contrôle. Il se peut que la vie
veuille m’enseigner à être plus flexible et à laisser aller les gens et les situations. La perte de
contrôle, soit de mes selles soit de mon urine, m’oblige à faire une prise de conscience en ce
sens. Je dois laisser de côté mes pensées rigides qui ne sont qu’une protection que je
m’impose pour me protéger de ma sensibilité là où je ne peux contrôler la situation. Puisque
l’incontinence résulte d’un muscle qui ne peut plus agir efficacement, il y a donc un
manque ou faiblesse au niveau mental. Je peux vivre une déception immense qui conduit au
désespoir. Je renonce, je « baisse pavillon » et je n’ai plus la maîtrise de mes émotions. Au
lieu d’être responsable et dans l’action, je suis dans la culpabilisation, le « laisser-aller » et la
passivité. Je n’ai plus l’impression d’avoir de pouvoir sur moi ou sur les événements. Dans le
231
cas d’incontinence fécale, je peux me demander quelle est la personne ou la situation
« qui me fait chier ». Il se peut que je sois en très forte réaction par rapport à l’autorité et le
fait d’avoir à subir cette autorité m’amène à vivre cette situation d’incontinence. Pour moi,
l’autorité peut être la vie elle-même qui m’amène à faire des changements que je ne veux pas
faire. Je peux aller voir dans mon enfance qui représentait l’autorité pour moi et envers qui
j’ai pu être en réaction. Si je suis un adulte qui vit cette situation, je me demande si j’ai de la
difficulté à décider de ma vie et des directions que je veux prendre. Me sentant « mou » ou
ayant l’impression d’avoir trop de responsabilités, j’ai le désir inconscient de redevenir bébé
et de tout laisser aller, de ne plus rien prendre sur mes épaules car j’ai besoin qu’on s’occupe
de MOI ! Dans le cas d’incontinence urinaire, cette libération incontrôlable et
inconsciente d’émotions négatives que représente l’urine peut être un moyen d’avoir plus
d’attention. La cause sous-jacente à ceci peut être un sentiment de rejet, de n’avoir aucun
mérite, d’insécurité ou d’avoir peur de l’avenir. Je me sens en manque d’affection. Je peux
dans ce cas aussi avoir peur qu’on « m’écrase », ce qui augmente mon sentiment
d’impuissance. Une situation m’angoisse et je me sens sans défense. Le fait de me sentir
limité ou de recevoir des punitions va intensifier mon malaise. Je me bâtirai un monde
imaginaire où les méchants prédomineront. Je me sens vulnérable et je résiste à l’amour, à
la tendresse car cela n’existe pas dans mon univers. Ou je crois que je ne le mérite pas. Je
crains l’autorité sous toutes ses formes. J’ai peur de perdre ce qui m’appartient ou d’être
séparé de quelqu’un que j’aime. C’est donc comme si je marquais mon territoire. L’urine
représente des émotions négatives normalement relâchées lorsqu’elles ne sont plus
nécessaires ou voulues. Cette libération souvent nocturne indique un conflit à un niveau plus
profond et dont je n’ai même pas conscience. Étant incapable de « contrôler » la fuite
d’urine ou de selles, je suis incapable de contrôler ce qui arrive dans ma vie, notamment mes
émotions, et cela peut faire peur. Il est important que ces peurs et insécurités intérieures
s’expriment et que je les entende. Je peux aussi laisser aller trop facilement des choses ou
des personnes qui me sont chères, sans avoir le courage ou la force d’aller chercher ce que je
veux. Ayant beaucoup d’attentes par rapport à la vie, je suis déçu et je me « laisse aller » ; cela
peut être tant par rapport à mon corps qu’à mon esprit. Ai-je l’impression que le temps ou
que la chance me file entre les doigts ?
Une grande peur ou nervosité peuvent aussi causer l’incontinence, surtout chez les
enfants. Ils sont très sensibles à ce que vivent les parents et leur nervosité ou angoisse seront
ressenties par les enfants de tous âges. Comme enfant, je peux, suite à une incapacité à
exprimer par des maux ce que je vis, utiliser de « l’encre jaune » pour exprimer
indirectement qu’il se passe quelque chose à l’intérieur de moi, et cela me donne un certain
sentiment d’exister. Je reçois de l’attention, même si celle-ci s’accompagne de blâmes, de cris
ou d’incompréhension. Comme enfant, l’énurésie apparaît souvent lors de la naissance d’un
autre enfant. Cela est une indication que j’ai de la difficulté à me positionner dans la famille,
je ne sais plus quel est mon territoire, ou auquel j’appartiens. Si mon père ne m’a pas
encadré suffisamment ou trop, je me sens perdu, sans attache, et je perdrai l’urine pendant
mon sommeil, surtout la nuit. Je me sens alors coupable et je me retire dans mon coin quand
ce que je veux vraiment, c’est que ma maman s’occupe de moi.
J’accepte ↓♥ qu’il soit impossible de tout contrôler ce qui se passe dans ma vie.
J’apprends à faire confiance et j’apprends à aimer la nouveauté et l’inattendu. Si je suis un
parent qui a un enfant qui souffre d’énurésie, je dois le rassurer et lui enlever tout
sentiment de culpabilité. Je l’amène à trouver sa propre force et son autorité intérieures. Je
regarde ma propre vie et je vois quelle angoisse je vis personnellement et que mon enfant
peut ressentir. Je prends conscience que la peur ne résout rien et qu’il y a une solution à
cette situation qui m’angoisse. Je fais confiance au fait que je suis guidé à chaque instant.
L’énurésie peut disparaître de ma vie en reprenant la maîtrise de moi et de ma vie. C’est
moi seul qui peux avoir l’autorité sur mon monde intérieur. Je laisse aller mes sentiments
librement car ils sont à la source de mon pouvoir intérieur. Ce n’est qu’en les reconnaissant et
les acceptant ↓♥ comme faisant partie intégrante de qui je suis que je peux créer ma vie
comme je le veux.
232
INCONTINENCE POUR L’ENFANT
VOIR : « PIPI AU LIT »
INDEX
VOIR : DOIGTS — INDEX
INDIGESTION
VOIR AUSSI : EMPOISONNEMENT [… PAR LA NOURRITURE], MAL DE VENTRE, NAUSÉES,
SALMONELLOSE
L’estomac est l’endroit dans lequel mon corps physique assimile la nourriture. Si je fais
une indigestion, mon corps rejette cette nourriture et j’en suis affecté par des nausées qui
dévoilent mon malaise, des vomissements, des douleurs abdominales ou le ballonnement
relié à l’air ambiant négatif qui m’entoure. Il en est de même avec la réalité, les pensées, les
sentiments, les émotions que je vis et qui vont aussi causer une indigestion si j’ai de la
difficulté à transiger avec celles-ci. Il y a un « trop-plein » quelque part dans ma vie. Il y a un
désordre, une disharmonie à l’intérieur de moi. Quelle est la situation ou la personne que j’ai
de la difficulté à digérer, à attraper ou à assimiler dans ma vie ? Qu’est-ce qui se passe dans
ma vie que je ne peux plus endurer, car cela en fait trop en même temps et c’est devenu
insupportable ? Quelle est la nouveauté que je refuse d’intégrer dans ma vie ? Je peux même
en venir à être révolté contre cette situation ou contre cette personne que je critique
sévèrement. Cela peut aussi être quelque chose que j’ai vu ou entendu qui m’était désagréable
et qui « ne passe pas bien ». Je dois me positionner dans une situation et j’en suis pour
l’instant incapable. Je ne tolère pas que les gens soient incohérents dans leurs gestes et leurs
paroles. Je ne sais pas comment gérer cette situation ; les paroles que je voudrais exprimer
restent emprisonnées à l’intérieur de moi. L’anxiété, l’insécurité, l’agressivité me mettront
« l’estomac à l’envers » et la digestion ne pouvant se faire normalement, je vais rejeter
physiquement la nourriture comme je rejette des nouvelles idées ou des situations que je vis.
Je me sens menacé, soit physiquement soit émotionnellement. Tout m’angoisse car je ne suis
pas en contact avec mon pouvoir intérieur. Puisque je ne digère pas ce qui se passe en dedans
de moi, j’aurai de la difficulté à digérer ce qui se passe à l’extérieur de moi.
J’accepte ↓♥ d’aller voir à l’intérieur de moi tous les trésors qui s’y trouvent. Je me
regarde en face et je vois que toutes les émotions qui m’habitent font que je suis un être
différent et extraordinaire. En étant conscient de qui je suis, je peux changer ce que je veux
dans ma vie. J’apprends à mettre de l’amour dans la ou les situations, car j’ai une prise de
conscience à faire. L’amour est l’ingrédient qui m’aidera à digérer et à faire passer les
situations dans ma vie, en harmonie avec mon être. Je peux ainsi prendre les décisions qui
m’amèneront vers la réalisation de mes buts les plus grands.
INFARCTUS (EN GÉNÉRAL)
De façon générale, un infarctus est la mort d’une partie des tissus d’un organe, aussi
appelé nécrose, provenant de l’obstruction de l’artère qui amenait le sang à cette région.
Même si des régions comme l’intestin, la rate et les os peuvent être atteintes, les régions les
plus exposées sont le cerveau, les poumons et le myocarde, qui est une enveloppe du coeur♥.
Comme la circulation sanguine est arrêtée brusquement par un caillot ou un dépôt de
lipides (une sorte de gras) dans une artère, cela implique que la joie ne circule plus dans cette
région, amenant même la mort des tissus. Selon la région affectée, je peux me demander ce
qui a amené mon corps à me dire : « C’est assez, je n’en peux plus, une partie de moi se
meurt ». J’ai perdu une chose de vitale dans ma vie, à laquelle je m’identifiais. Je peux aussi
avoir l’impression que je suis infatigable et mon corps vient me rappeler que j’ai trop poussé
au-delà de mes capacités.
J’accepte ↓♥ de vérifier quels sont les besoins que j’ai pu mettre de côté et de quelle façon
je pourrais remettre les choses en ordre dans ma vie pour m’aider à vivre pleinement des
expériences remplies de joie et de satisfaction.
233
INFARCTUS (CÉRÉBRAL)
VOIR : CERVEAU — ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL [A.V.C.]
INFARCTUS (… DU MYOCARDE)
VOIR : COEUR♥ — INFARCTUS [… DU MYOCARDE]
INFECTIONS (EN GÉNÉRAL)
VOIR AUSSI : ANNEXE III, DOULEUR, FIÈVRE, INFLAMMATION, SYSTÈME IMMUNITAIRE
L’infection se définit par le développement localisé ou généralisé d’un germe
pathogène138 dans l’organisme, que ce soit des bactéries, des virus, des champignons ou des
parasites. Cette situation survient lorsque le système immu